Archive for March, 2014

Bringing the HIV pandemic to zero will require a vaccine, expert says

Saturday, March 29th, 2014

CNW

José Esparza to deliver keynote address at upcoming meeting on overcoming vaccine development barriers

WINNIPEG, March 28, 2014 /CNW/ – With 2.3 million new cases of HIV every year globally, including 50,000 in the U.S. alone, internationally renowned vaccine expert José Esparza says the need for an HIV vaccine is imperative to complement other preventive interventions and bring HIV/AIDS under control.

“There has been a sense that we have the tools to bring the pandemic to zero, but that’s not true. We will not be able to do that without a vaccine; how soon one is developed will depend on the decisions we make today,” says Esparza, who will soon retire from his role as Senior Advisor, Vaccines at the Bill & Melinda Gates Foundation.

In May, Esparza will deliver his first post-retirement speech at a Canadian meeting on HIV vaccine research and development. His presentation entitled “Do We Need a New Paradigm for HIV Vaccine Development?” will be the keynote address at the Canadian HIV Vaccine Initiative (CHVI) Research and Development Alliance Coordinating Office (ACO) Annual Meeting, to be held May 1, 2014 in St. John’s, Newfoundland.

Esparza, who is also an adjunct professor at the University of Maryland, has worked for decades in viral diseases and vaccine research. He says more innovative research, efficacy trials, and strong international partnerships will be the keys to successful HIV vaccine discovery.

Esparza and 12 other Canadian and international experts will address barriers to vaccine development and the innovative steps being taken to overcome them at the ACO Annual CHVI R&D Meeting.

The meeting will provide perspectives from research, regulatory affairs, pharma and international organizations – precisely the kind of multidisciplinary dialogue that Esparza has advocated for throughout his career.

“We need voices that maintain the sense of urgency regarding the search for an HIV vaccine,” he says. “Accelerating HIV vaccine discovery and development will require a concerted and collaborative effort that focuses on developing a globally relevant vaccine.”

The ACO annual meeting is being held in tandem with the 23rd Annual Canadian Conference on HIV/AIDS Research (CAHR 2014), where Esparza will also speak on May 2 at the CHVI – Vaccine Research Plenary. The title of his presentation for that session is “An HIV Vaccine Will be Needed to Bring the HIV Pandemic to Zero”.

The CHVI is a five-year collaborative initiative between the Government of Canada and the Bill & Melinda Gates Foundation, and represents a significant Canadian contribution to global efforts to develop a safe, effective, affordable and globally accessible HIV vaccine. The ACO was established by the Government of Canada and the Bill & Melinda Gates Foundation in 2011 at the International Centre for Infectious Diseases (ICID), a not-for-profit, non-governmental organization based in Winnipeg, Manitoba. The ACO is funded by the Public Health Agency of Canada.

DHVI finds lupus antibodies may hold key to HIV cure

Saturday, March 29th, 2014

Dukechronicle.com

Researchers at the Duke Human Vaccine Institute recently found that a patient diagnosed with both lupus and HIV produced antibodies that limited the effects of the latter.

The broadly neutralizing antibodies produced by this patient have only been seen in the later stages of a small portion of chronically HIV-infected individuals, when it is already too late to prevent the effects of the virus, said Mattia Bonsignori, a faculty member of DHVI and the lead author of the study that discovered this. This finding, however, provides evidence that inducing these antibodies could limit HIV infection in earlier stages.

“The hypothesis was that auto-reactive broadly neutralizing antibodies weren’t being made in the vast majority of people that contract HIV because the immune system targets them as harmful,” Bonsignori said. “And we’ve got this person with lupus and HIV and bam, out of one person we’ve found broadly neutralizing antibodies.”

Lupus refers to a collection of autoimmune diseases that cause the immune system to go into hyperdrive and attack healthy tissues in the body. In contrast, HIV ultimately inhibits the immune system. The group’s finding that individuals with autoimmune diseases can limit the reproduction of the HIV virus suggests that overriding this control might be the key to engineering a vaccine, said Garnett Kelsoe, a professor of immunology and co-author of the study.

Further research is being conducted on how to safely and feasibly overcome the immune controls that prevent the production of broadly neutralizing antibodies in the general population. Laurent Verkoczy, an assistant professor in medicine and pathology and co-author of the paper, has been able to induce broadly neutralizing antibodies in mice models without autoimmune problems.

“So far, it is encouraging that no clinically adverse effects have been reported in passive transfer studies using 2F5, the broadly neutralizing antibody we have been learning how to induce in mouse models,” Verkoczy said.

The patients dually-diagnosed with HIV and lupus were “extremely important” as they provide evidence that a treatment would work in humans, he added.

“They not only show what might occur under ideal circumstances but something that actually clearly works in human populations,” Kelsoe said.

Although these findings further illustrate the path toward a future vaccine, Bonsignori stressed that this does not mean lupus itself prevents or cures HIV—rather, the effects of lupus simply set the stage for antibodies to develop that strengthen the immune system against HIV.

“The relevance of these kinds of antibodies is for vaccine development, in which you plan to elicit that kind of response before you get in touch with the virus itself,” Bonsignori said. “People with lupus, like all individuals, should protect themselves from contracting the virus in the first place.”

The preventive nature of the DHVI research distinguishes the discovery from previously documented “cures” for HIV, such as the case of Timothy Ray Brown, who received a blood stem cell transplant from a naturally HIV-resistant donor for his leukemia that eradicated his HIV infection in 2008.

“This concentrates in particular on helping us understand how we can make the immune system generate an effective broadly neutralizing antibody response, as part of a preventative vaccine—those are genetic or therapeutic cures,” Verkoczy said.

Tattoo clients urged to get tested for hepatitis and HIV

Saturday, March 29th, 2014

CBC

Health officials are warning anyone who received a tattoo at a downtown Edmonton home to be tested for hepatitis and HIV.

tattoosA man works on a tattoo in a picture posted on the Tazzman Tattoos Facebook page. (CBC)

Alberta Health Services is urging anyone who received a tattoo from a home business named Tazzman Tattoo or from the operator Steve Tazz Devilman to get tested.

The business at #301, 10724 – 105 Street, which was never inspected, used unsanitary tattoo procedures, said Dr. Chris Sikora, Edmonton Zone Medical Officer of Health.

“We were able to do a complete inspection and found that the sanitary conditions were unacceptable for current standards and regulations for delivery of tattoos in any situation,” he said.

AHS ordered the business closed on March 21. Clients are advised to get tested for illnesses like Hepatitis and HIV.

Areol Leason, who says she’s the fiance of the tattoo artist, says that he used sterile and there was no reason for AHS to intervene.

“Nobody’s being affected by his hobby,” she told CBC News.

Worried clients can call Health Link Alberta at 1-866-408-5465 (LINK) to arrange for testing.

To confirm that a tattoo operation in the city is inspected, people can call AHS Environmental Public Health at 780-735-1800.

Iranian pop star Googoosh releases taboo-breaking video addressing homosexuality

Saturday, March 29th, 2014

News1130

AMSTERDAM – Iranian pop star Googoosh has released a video that addresses homosexual love — a major gesture by one of the country’s top cultural figures in exile — causing a stir in the Islamic republic, where the topic is taboo and being convicted of homosexuality can carry the death penalty.

The ballad’s lyrics speak of a forbidden love, and the video shows scenes of a happy young woman as seen through the eyes of her lover, contrasted with scenes of disapproval from her father and others. It withholds until the final moments the fact that her lover is another woman.

“Don’t tell me to stop loving: you can’t do that and I can’t either,” Googoosh sings in “Behesht” (Heaven).

Googoosh was Iran’s first pop diva, though the 1979 revolution interrupted her singing career for two decades until she left the country. Her music has remained popular with Persian speakers everywhere and underground in Iran, where her status is comparable to that of Madonna.

Navid Akhavan, an Iranian-born German who wrote and directed the video for the song, said it has been viewed by more than a million Iranians online or via illegal satellite channels since its Valentine’s Day release, and was clicked on half a million times in the first 24 hours.

“That shows the subject is something that, if you’re for it or against it, draws attention,” Akhavan said in an interview with The Associated Press during a visit to Amsterdam.

Government-controlled newspapers have criticized the video, and labelled Googoosh “anti-revolutionary” because of it — the equivalent of accusing her of treason.

Farinaz Aryanfar, a Dutch-based Iran expert not associated with the project, said she had viewed the video soon after it came out and was caught off-guard by the twist at the end. She said that would likely be true for all Iranians.

“In any perspective you look at it, it’s taboo-breaking,” she said.

She said that it’s impossible to know how many people in Iran have seen the video, or to make generalizations about how it has been received. But she had seen it widely shared via social media, which Iranians access remotely in order to avoid government censorship filters.

She said she thought the video’s release is on the whole “a good thing.”

“Googoosh is so famous, there are so many people who love her, that if a fan watches this video — it makes you start thinking,” she said.

Navid said he had received an outpouring of thanks from gays in Iran, who feel that affirmation of their existence by a celebrity of Googoosh’s status is a major breakthrough.

He said the video and its message were calibrated to engage with the broadest swath of Iranians possible, raising the issue of homosexuality but focusing on love rather than sex or nudity.

“I thought this would be the perfect time, with this medium of the music video, with this icon Googoosh, to open the conversation about it and to say: freedom to love for all is something that we should understand, and should be for,” he said.

CNN Presses Willie Robertson on Dad’s Stance on Homosexuality – His Simple Response Will Get Strong Reactions From Both Sides

Saturday, March 29th, 2014

Theblaze.com

Willie Robertson, one of the stars of the hit TV series “Duck Dynasty,” refused to water down his faith when pressed by CNN to defend his father’s past remarks on homosexuality and the Bible.

“Duck Dynasty” patriarch Phil Robertson sparked controversy when he described homosexuality as immoral and sinful in an interview with GQ. He paraphrased 1 Corinthians to help explain his beliefs.

In an interview that aired Wednesday on “New Day,” Robertson, accompanied by his wife, Korie, said GQ asked very specific questions to get the answer they wanted all along.

“(Phil) made Christmas very interesting for us,” Robertson joked about his dad. He went on to say that his father “just said what he thought, what was on his heart.”

(CNN)

(CNN)

When CNN’s Kyra Phillips pressed him on what he believes, Robertson provided a very simple answer.

“I believe what the Bible says,” he replied.

“You have to read the Bible and make up your own mind,” he continued. “You have to decide, and God will ultimately decide then. We don’t profess to be God, and we certainly don’t profess to be perfect. Because we have our own sins that we deal with.”

Korie Robertson argued that “anybody who knows (Phil) … any gay, straight, black white, anybody who knows Phil knows that he is about love and his message is about God’s love, God’s grace and his forgiveness, ultimately.”

The CNN reporter than pressed further, asking if they believe the Bible is “literal.”

“That’s how it was said,” Robertson answered.

Robertson’s candid remarks about his faith are already being framed as a new so-called “controversy” by some left-leaning outlets.

Kyrgyzstan to outlaw statements that would create ‘positive attitudes’ about homosexuality

Saturday, March 29th, 2014

Gaystarnews.com

Kyrgyzstan has gone a step further than its former parent-state Russia to introduce a bill that not only prohibits ‘gay propaganda’ but statements that may ‘create a positive attitude’ towards ‘non-traditional sexual relations’
| By Sylvia Tan

Image: YouTube

The ex-Soviet country of Kyrgyzstan last week announced a new bill that would make any statement that creates ‘a positive attitude to unconventional sexual orientation’ – whether or not it amounts to a criminal act under the law – punishable by up to one year in jail and a fine.

Although there are no laws that prohibit sexual relations between men as it was decriminalised in 1998, a recent report by Human Rights Watch (HRW) has found that gay and bisexual men have been subjected to a range of physical, sexual, and psychological abuses at the hands of police in Kyrgyzstan.

According to a news report published by the HRW, the proposed amendments to the Criminal Code define ‘non-traditional sexual relations’ as ‘sodomy, lesbianism and other forms of non-traditional sexual behaviour.’

Anyone found ‘creating a positive attitude toward non-traditional sexual relations, using the media or information and telecommunications networks,’ would face up to six months in prison and a fine of from 2,000 to 5,000 som (US$36 to $91).

If the person is found to ‘create a positive attitude toward non-traditional sexual relations’ among minors, or is a repeat offender, the prison term could be as long as a year and the fine would be 3,000 to 6,000 som ($55 to $110). Fines also could be imposed under the administrative code for similar activities that do not amount to criminal acts under the proposed amendments.

The bill was published online for public discussion, but has not been officially registered for consideration.

The HRW noted that the provisions in the bill would ‘violate Kyrgyzstan’s constitution as well as international human rights law on nondiscrimination, freedom of expression, association, and assembly.’

‘This draconian bill is blatantly discriminatory against LGBT people and would deny citizens across Kyrgyzstan their fundamental rights,’ said Hugh Williamson, Europe and Central Asia director at Human Rights Watch.

The group has called on the government to withdraw the proposed bill immediately, and the government and political parties to speak out against such legislation, making clear it has no place in Kyrgyzstan.

In the weeks after the HRW’s report ‘They Told Us We Deserved This: Police Violence against Gay and Bisexual Men in Kyrgyzstan‘ was released, an LGBT activist who was involved with the report received various threats from individuals on social media, including a death threat.

The New Owner of Newsweek Believes Homosexuality Can Be Cured

Saturday, March 29th, 2014

Gawker.com

Last year, IBT Media acquired Newsweek from IAC, hoping to use the magazine’s name to redeem the company’s reputation as a soulless content farm controlled, in part, by right-wing Moonie leader David Jang. In a lengthy profile of IBT founder Johnathan Davis, Guardian reporter Jon Swaine reveals that the 31-year-old entrepreneur believes in redeeming gay people, too:

In a Facebook post in February 2013, Davis described as “shockingly accurate” an op-ed article written by Christopher Doyle, the director of the International Healing Foundation (IHF), which works to convert gay people. Davis said it “cuts like a hot knife through a buttery block of lies.”

In the Christian Post article Davis linked to, ex-gay activist Christopher Boyle argues that “there is a good chance a person will experience SSA”—same-sex attraction—if that person experiences “sexual initiation and/or sexual abuse” as a child, and that “activists in the psychological and counseling communities” repeatedly silence researchers who suggest that homosexuality is harmful and can be cured. (Both assertions have been repeatedly debunked.)

When asked about the Facebook post, which he eventually deleted, Davis told the Guardian: “Whether I do or not [believe that], I’m not sure how that has any bearing on my capacity here as the founder of the company. I’m not sure how it’s relevant. People believe all sorts of weird things. But from a professional capacity, it’s unrelated.”

Heaven is real.

Update: A few hours after this story was published, Davis sent IBT employees a company-wide memo in which he states that “our company, myself included, has and always will respect diversity in our workplace.”

Kenya MP likens homosexuality to terrorism

Saturday, March 29th, 2014

Independant.co.uk

A top Kenyan leader has said that homosexuality in the country is as bad a problem as terrorism – but claimed that existing laws are tough enough.

Aden Duale, from President Uhuru Kenyatta’s ruling Jubilee coalition, said in response to MPs demanding harsher laws that legal sanctions did not need to be stepped up. Legislator Alois Lentoimaga  asked: “Can’t we just be brave enough, seeing that we are a sovereign state, and outlaw gayism and lesbianism, the way Uganda has done?” In February, Uganda’s President Yoweri Museveni signed a bill criminalising homosexuality in the country, prompting some international donors to suspend aid. The bill will see those found guilty of “homosexuality” sentenced to 14 years in jail. Duale, who speaks on behalf of the Kenyan government in the assembly, said: “We need to go on and address this issue the way we want to address terrorism. “It’s as serious as terrorism. It’s as serious as any other social evil,” he said. He was referring in particular to a recent spate of attacks, which were carried out by al Qa’ida-linked Somali Islamist militants in retaliation for Kenya’s intervention in neighbouring Somalia. But Duale said the Kenyan constitution and the penal code already had sufficient anti-gay provisions, denying the government was reluctant to tighten such laws for fear of losing international aid. He said 595 cases of homosexuality had been investigated in Kenya since 2010, when a new constitution was adopted, and courts had convicted or acquitted the accused, while police had found no organisations openly championing homosexuality in violation of the law. “We do not need to go the Uganda way, we have the constitution and the penal code to deal with homosexuality, and so this debate is finished, we will not be enacting any new tougher laws,” Duale told Reuters. Homosexuality is broadly taboo in Africa and illegal in 37 countries. Fear of violence, imprisonment and loss of jobs means few gays in Africa are open about their sexuality. Kenya’s penal code says any person “who has carnal knowledge of any person against the order of nature” is guilty of a felony and can be jailed for 14 years. Anti-gay groups have emerged in Kenya after Nigeria and Uganda toughened up laws against homosexuals. One of these groups, The Save Our Men Initiative, has said it is launching a “Zuia Sodom Kabisa” campaign, meaning “prevent Sodom completely” in Swahili, to “save the family, save youth, save Kenya”. Nigeria has outlawed same-sex relationships. Gambia’s President Yahya Jammeh has said homosexuals are “vermin” and must be fought like malaria-causing mosquitoes.

En Ouzbékistan, les adolescents vivant avec le VIH montrent à leurs pairs la voie vers une nouvelle vie

Saturday, March 29th, 2014

ONUSIDA

Samir, jeune garçon timide de 15 ans, revient de loin. Vivant en Ouzbékistan et diagnostiqué séropositif au VIH il y a environ un an, il pensait à l’époque que sa vie était finie. Il se sentait déprimé et désespéré. Pourtant, aujourd’hui, il envisage un avenir plus radieux grâce à son engagement en tant que formateur de pair à pair dans le cadre d’un projet innovant piloté par l’ONUSIDA et l’UNICEF à Tachkent.

Lors du dernier atelier du projet, Samir a rejoint 22 autres adolescents vivant avec le VIH dans la capitale de l’Ouzbékistan. Ils étaient là pour en savoir plus sur les moyens d’apporter un soutien entre pairs à d’autres adolescents vivant la même expérience dans leur région d’origine.

Les stagiaires en ont appris davantage sur les services de prévention, de soins et d’appui en matière de VIH, ainsi que sur la disponibilité croissante des options de traitement contre le VIH et sur l’amélioration de la qualité de vie qui en résulte. Au programme également, les moyens de lutter contre la stigmatisation et la discrimination, encore très présentes au sein de la société ouzbèke. De nombreuses personnes vivant avec le VIH craignent toujours d’être rejetées et gardent donc le secret sur leur état sérologique.

Pour Samir, ce programme a fait toute la différence et il se sent désormais beaucoup plus confiant et optimiste. « Je suis fier d’avoir deux mains, deux jambes et une tête et je suis reconnaissant d’être en vie. Les choses les plus importantes sont la famille, la santé et un travail que l’on aime », explique Samir qui souhaite travailler plus tard dans une banque.

Cette initiative offre aux adolescents diagnostiqués séropositifs au VIH l’opportunité non seulement de faire face à leur propre situation, mais aussi de devenir des leaders pour guider d’autres pairs vers une intégration effective au sein de la société pour vivre une vie épanouie.

Lev Zohrabyan, Directeur national de l’ONUSIDA pour l’Ouzbékistan et le Turkménistan

Cette initiative d’éducation par les pairs a été lancée deux ans auparavant : l’ONUSIDA et l’UNICEF ont déjà formé ainsi 37 jeunes gens et envisagent de fournir une formation constante pour de nouveaux adolescents séropositifs au VIH ainsi que de renforcer les capacités de ceux qui ont déjà été formés. Selon Lev Zohrabyan, Directeur national de l’ONUSIDA pour l’Ouzbékistan et le Turkménistan, le programme joue un rôle crucial. « Cette initiative offre aux adolescents diagnostiqués séropositifs au VIH l’opportunité non seulement de faire face à leur propre situation, mais aussi de devenir des leaders pour guider d’autres pairs vers une intégration effective au sein de la société pour vivre une vie épanouie ».

Pour Robert Fuderich, Représentant de l’UNICEF en Ouzbékistan, le programme est un véritable refuge où les jeunes dont la vie est touchée par le VIH « ont accès à un soutien psycho-social, à des conseils médicaux et juridiques et surtout à un environnement exempt de stigmatisation et de discrimination ».

Bien que la prévalence du VIH soit relativement faible en Ouzbékistan, avec un pourcentage de la population adulte vivant avec le virus estimé à 0,1 %, le pays fait partie d’une région qui continue d’enregistrer la plus forte augmentation du nombre de nouveaux cas de VIH dans le monde.

Guérir le VIH ou l’hépatite C grâce à un vaccin dans la peau

Saturday, March 29th, 2014

Agence Science-Presse

Un nouveau vaccin à ADN pour contrer les virus du sida et de l’hépatite C par l’équipe d’un chercheur australien de l’Université d’Adelaïde.

Source: futura-sciences

Cliquer sur la photo pour agrandir

Le labo du journalisme scientifique est un blogue tenu par des étudiants en journalisme scientifique dans le cadre d’un cours de l’Université Laval.

Piquer dans la peau au lieu du muscle, voilà la technique que l’équipe du professeur Éric Gowans développe. Si tout se passe bien, le vaccin sera disponible dans cinq ans pour traiter les patients atteints d’infections virales, mais également pour prévenir ces maladies.

Le système immunitaire est complexe. Nos cellules forment une véritable armée, dans laquelle chacune possède un rôle spécifique. Le vaccin du professeur Gowans cible indirectement les cellules messagères du système immunitaire, les cellules dendritiques. Un peu comme dans l’armée, les cellules dendritiques sont les éclaireurs qui partent sonder le terrain. Quand ils aperçoivent l’ennemi, leur rôle est d’aller alerter les soldats les plus aptes à répondre efficacement à l’attaque: elles reconnaissent les cellules malades et en informent les cellules capables de les détruire.

Le vaccin à ADN est différent des vaccins que l’on connaît: on vous injecte une séquence d’ADN qui code pour une protéine virale. Traditionnellement, on vous injecte un peu de la maladie de laquelle on veut que votre système immunitaire garde en mémoire. Un vaccin permet de préparer le corps à former des soldats à d’éventuelles attaques, mais sans leur donner l’ordre d’attaquer.

Le vaccin à ADN n’est pas nouveau, il est développé en laboratoires depuis les années 1990, mais piquer dans la peau est innovant. Une idée simple: injecter, à l’aide d’une micro-aiguille (1,5mm) une protéine capable de tuer une petite quantité de cellules au moment de la vaccination. Ça crée une inflammation, ce qui attire des cellules dendritiques et met le système immunitaire en marche.

C’est que la peau est hautement concentrée en cellules dendritiques et cette réponse immunitaire crée un environnement favorable (dans tout le corps) à l’attaque des cellules infectées par l’hépatite C ou le VIH.

Pour l’instant, les vaccins à ADN n’ont pas bien fonctionné sur des animaux plus gros que la souris, mais l’équipe de l’université d’Adélaïde a espoir que cette nouvelle technique révolutionne l’infectiologie.

VIH : 30% des étudiants n’utilisent pas de préservatifs

Saturday, March 29th, 2014

France5

Près d’un étudiant sur trois ne se protège pas lors des rapports sexuels, selon une enquête publiée le 27 mars 2014 par la mutuelle étudiante Smerep, à l’occasion du Sidaction 2014 organisé du 4 au 6 avril 2014. Face à ces chiffres alarmants, la mutuelle se mobilise pour informer les étudiants.


VIH : 30% des étudiants n’utilisent pas de préservatifs

Des pratiques à risques qui touchent plus particulièrement les étudiantes

30% des étudiants interrogés par la mutuelle SMEREP ayant des rapports sexuels déclarent ne jamais utiliser de préservatif, selon l’étude Harris Interactive réalisée par la SMEREP, auprès de 500 étudiants dans toute la France et 700 d’Ile-de-France.

Ils ne sont que 41% à l’utiliser systématiquement, selon l’enquête.

Près de 80% des étudiants indiquent avoir déjà eu un rapport sexuel et 30% d’entre eux admettent ne jamais utiliser de préservatif, un pourcentage qui atteint 39% chez les étudiantes.

Trois raisons principales évoquées par les étudiants

Les deux partenaires ont fait un test de dépistage (environ 60% des cas), l’un des deux utilise un autre moyen de contraception (environ 50% des cas) et ils considèrent que cela enlève la “magie du rapport sexuel” (environ 20%).

Outre la confusion entre contraception et protection contre les MST, le dépistage apparait “aléatoire” : un tiers de l’ensemble des étudiants interrogés indiquent réaliser systématiquement un dépistage en cas de changement de partenaire.

En revanche, près de 40% admettent ne jamais pratiquer de dépistage. Pour leur part, les étudiants d’Ile-de-France sont plus enclins à réaliser un test de dépistage à chaque changement de partenaire dans 40% des cas contre seulement 33% en France.

Le nouveau patron de Mozilla rattrapé par son opposition au mariage homosexuel

Saturday, March 29th, 2014

Lemonde.fr

A peine arrivé et déjà contesté. Brendan Eich, le nouveau patron de Mozilla, n’aura pas célébré bien longtemps sa promotion. Jeudi 27 mars, plusieurs salariés de l’organisation, développant le navigateur Internet Firefox, ont publiquement réclamé son départ. Tout est parti de deux premiers messages postés sur Twitter par Chris McAvoy, un ingénieur de la société.

Homosexualité impardonnable en Éthiopie

Saturday, March 29th, 2014

Métro

ADDIS ABEBA, Éthiopie – En Éthiopie, les législateurs s’apprêtent à faire adopter un projet de loi qui inscrirait l’homosexualité parmi les crimes impardonnables en vertu de la loi éthiopienne sur l’amnistie.

La mesure a été largement appuyée la semaine dernière par le Conseil des ministres du gouvernement éthiopien. Les observateurs s’attendent à ce que le projet de loi soit appuyé lors du vote des parlementaires, la semaine prochaine.

En Éthiopie, les relations homosexuelles sont illégales et les personnes trouvées coupables d’en avoir eu sont passibles d’une peine d’emprisonnement pouvant atteindre 15 ans. Une détention de 25 ans peut être infligée dans les cas de personnes infectées par le VIH lors de relations entre personnes de même sexe.

Un refuge pour les jeunes homosexuels

Saturday, March 29th, 2014

linfo.re

Le local dionysien du Refuge à La Réunion, premier de l’île, dont le but est de venir en aide aux homosexuels victimes d’exclusion a été inauguré samedi.

Ce samedi, le local dionysien de l’association le Refuge à La Réunion a été inauguré. Ouvert du lundi au vendredi, il a vocation à venir en aide aux jeunes de 18 à 25 ans victimes d’exclusion du fait de leur orientation sexuelle. Là, homosexuels et transsexuels auront accès à un hébergement, un soutien psychologique et un suivi social. C’est le premier refuge de l’île et le 7ème au niveau national.

Parmi les premiers jeunes à entrer dans la structure ce samedi, Renan. Ses années collèges ont marquées par la découverte, petit à petit, de son homosexualité. Viennent les moqueries incessantes de ses camarades dans les vestiaires.

Au refuge, Renan trouve une aide psychologique et des réponses à ses questions sur l’homosexualité et l’homophobie. Lui a été soutenu par ses parents, mais d’autres n’ont pas eu cette chance. Et cette association reconnue d’utilité publique est là pour accueillir ces jeunes rejetés par leurs proches et victimes d’exclusion et qui se retrouvent à la rue ou sont battus.

Le refuge leur offre un accompagnement social et psychologique pour leur permettre de se remettre sur pied après un drame familial. “Notre but est d’être là, de pouvoir accompagner et voir s’il y a un besoin“, déclare Frédéric Gal, directeur national.

Le local du Refuge à La Réunion se trouve au 357, rue maréchal Leclerc à Saint-Denis.

Homosexualité en Afrique : les pressions étrangères sont « contre-productives »

Saturday, March 29th, 2014

Lemonde.fr

Le président français François Hollande est l’invité d’honneur, jeudi 27 février, des cérémonies célébrant le centenaire de la naissance du Nigeria aux côtés du président Goodluck Jonathan. Cette visite d’une journée sera l’occasion pour les deux chefs d’Etat d’aborder les questions sécuritaire et économique. Mais plus d’un mois après la promulgation d’une loi extrêmement répressive contre l’homosexualité, de nombreuses organisations espèrent que le président français aborde cette question lors de sa visite.

Drissa Traoré, vice-président de la Fédération internationale des droits de l’homme (FIDH) et président d’honneur du Mouvement ivoirien des droits de l’homme (MIDH), revient sur la réponse que la France et la communauté internationale doivent apporter au vote par plusieurs pays africains de lois réprimant l’homosexualité.

Ce voyage du président français au Nigeria doit-il, selon vous, être l’occasion d’adresser un message ferme au président Jonathan sur le respect des droits des homosexuels dans son pays ?

On espère que le président François Hollande rappelera la position de la France sur cette question. Mais il n’est pas question de demander au Nigeria d’adopter, comme en France, une loi autorisant le mariage homosexuel. Le président Hollande doit être dans une démarche didactique et inviter le Nigeria à ne pas criminaliser l’homosexualité. Toute pression extérieure peut avoir des effets pervers. Il faut travailler progressivement avec les acteurs de la société civile pour que la population accepte les pratiques homosexuelles.

Ce travail est déjà difficile. La coopération française a, par exemple, financé une organisation de défense des droits homosexuels en Côte d’Ivoire. Et c’est ce qu’il faut faire, même si la réaction de la population est encore violente. Dans ce cas, la population a attaqué le siège de l’ONG et molesté ses membres. En Côte d’Ivoire, où l’homosexualité n’est pas pénalisée, certains défenseurs des droits de l’homme sont eux-même opposés à l’idée d’accorder des droits aux homosexuels, du fait notamment du poids de la religion. Il faut donc faire au préalable un travail auprès des ONG : aider les organisations de défense des droits des homosexuels et associer les organisations des droits de l’homme encore réticentes.

Au Nigeria, le fait même que la loi existe empêche les organisations qui voudraient travailler pour la promotion de la cause homosexuelle de le faire, car c’est assimilé à un soutien à des pratiques illégales. Cela provoque l’immobilisme des organisations de la société civile, qui doivent trouver des formules appropriées pour réussir à travailler.

Pensez-vous possible pour la communauté internationale de convaincre le président nigérian Goodluck Jonathan d’abolir la loi réprimant l’homosexualité ?

Pas dans l’immédiat. D’autant que le Nigeria entre dans une période électorale. Revenir sur cette loi populaire pourrait coûter au président et à son parti l’électorat musulman. C’est donc un travail de longue haleine à faire auprès du chef de l’Etat mais aussi et surtout de la société civile et de la population. Il convient avant tout de faire en sorte que la population n’aie pas de ressentiment envers les homosexuels et que les pratiques homosexuelles ne soient pas dénoncées, pour qu’en retour les autorités soient incitées à ne pas réprimer les homosexuels.

Lire l’enquête : En Afrique, l’homosexualité hors la loi

Selon vous, la décision de plusieurs pays occidentaux de suspendre les financements à l’Ouganda après l’entrée en vigueur, le 24 février, d’une loi réprimant sévèrement l’homosexualité n’est donc pas le genre de réponse que doit apporter la communauté internationale ?

De telles réactions de la part des chefs d’Etat de pays occidentaux sont contre-productives. Les chefs d’Etat africains et leurs populations n’ont pas été sensibilisés à la question des droits des homosexuels. Un chef d’Etat qui combat ces idées dans son pays est populaire. En Ouganda, ces pressions vont attirer davantage de sympathie de la population pour son président, car ces pratiques ne sont pas approuvées au sein de la population.

Les Africains ont suivi les débats occidentaux sur les droits des homosexuels, et notamment le débat sur le mariage pour tous en France, et ils ne veulent pas que cela arrive chez eux. Ils ont le sentiment que les Occidentaux veulent progressivement leur imposer leurs idées : la démocratie, les droits de l’homme, et désormais les questions homosexuelles.

La pénalisation de l’homosexualité, qui concerne déjà 38 pays africains, peut-elle être étendue à d’autres pays ?

Cette tendance peut se confirmer ailleurs, notamment les pays de confession musulmane. Il y a des débats au Mali et au Sénégal notamment. Le débat n’est pas encore officiellement ouvert en Côte d’Ivoire mais, en octobre 2012, le ministre des droits de l’homme ivoirien a bien précisé, devant la Commission africaine des droits de l’homme et des peuples, que le pays n’était pas prêt à aller plus loin dans la reconnaissance des droits des homosexuels. La commission a une position claire et importante dans le sens de la promotion des droits des homosexuels.

Etats-Unis : Une fac refuse l’admission d’étudiants homosexuels

Saturday, March 29th, 2014

Meltycampus.fr

L’Université Hannibal Lagrange, située dans le Missouri, a refusé l’admission d’un étudiant homosexuel. Retour sur les faits avec meltyCampus.

.

Chase Martinson était, aux yeux de son université, un étudiant sans histoire, figurant même plusieurs fois au tableau d’honneur, avant de faire son coming-out sur Facebook. Deux mois plus tard, il a appris que sa demande de réinscription à l’université était rejetée, avec pour seule explication : “vous avez franchi les limites morales de l’école”. La relation de cause à effet ne fait aucun doute puisque Chase Martinson, suite à une longue maladie, avait demandé sa réinscription à la fin l’année 2013, ce qui lui a été accordé sans difficulté, selon ksdk.com.

homosexualité étudiant université exclusion

.

Il est vrai que l’Université Hannibal Lagrange est réputée pour son rigorisme, interdisant les relations sexuelles, le tabac ou encore les manifestations. Face aux différentes réactions, un des professeurs de l’établissement s’est fendue du commentaire suivant “C’est un établissement privé donc les lois qui protègent les gays et les lesbiennes ne s’y appliquent pas”. Pas de condamnation cependant pour l’école, puisque aucune loi fédérale n’interdit la discrimination basée sur l’orientation sexuelle. En attendant, Chace Martinson a été accepté à l’Université de Saint Louis, où il reprendra les cours dès l’automne. L’évènement n’est cependant pas une première, une étudiante au Nebraska a en effet été renvoyée de son université l’année dernière à cause de son homosexualité. Pire encore en Russie, les étudiants gays sont humiliés en vidéo.

Pourquoi les femmes aiment la compagnie des homosexuels

Saturday, March 29th, 2014

Express.be

« Plus l’homme est macho, plus sa compagnie est ennuyeuse. C’est la raison pour laquelle les femmes aiment la compagnie des homosexuels, car lorsque les machos parlent de leur travail, il faut qu’ils en fassent toute une histoire. Tout le monde va écouter. Ou alors, ils ne parlent pas du tout. Les hommes sont de deux sortes : pompeux et soporifiques ».

Une enquête récente a montré qu’il existe une différence essentielle entre le fonctionnement du cerveau de l’homme et de la femme. Simon Baron-Cohen, professeur à l’Université de Cambridge, note quele cerveau féminin recherche surtout des signaux d’empathie, alors que le cerveau masculin met plus l’accent sur la compréhension et l’élaboration de systèmes. D’autre part, tous les hommes n’ont pas un cerveau masculin typique et les femmes n’ont pas non plus toutes un cerveau typiquement féminin.

Des forces typiquement masculines comme la concentration, l’application et la confiance en soi amènent les hommes assez haut dans l’échelle sociale et font que dans un contexte précis, ils prennent souvent et volontiers la parole. Surtout dans un environnement où la conversation a un but clair : dans un tribunal par exemple ou dans un débat à la télévision.

Dans un environnement plus social, où parler est simplement un but en soi, ces forces deviennent souvent des faiblesses- des opinions étroites, peu de centres d’intérêt, de l’autosatisfaction. Une opinion populaire affirme que les hommes prononcent en moyenne 2.000 mots par jour alors que les femmes en prononcent 7.000. Mais une nouvelle recherche a étudié ce que les hommes et les femmes veulent dire quand ils prononcent ces mots.

Selon Deborah Tannen, professeur de linguistique à l’Université Georgetown à Washington, les hommes tiennent surtout une conversation pour affirmer leur statut au sein d’un groupe et pour faire comprendre aux gens qu’ils ne se laisseront pas faire. Parler est une manière de garantir son indépendance. Les femmes par contre parlent pour faire l’expérience d’un lien et d’une intimité.

Louann Brizendine, une neuropsychiatre américaine, confirme aussi que les cerveaux masculin et féminin fonctionnent différemment. « Entrer en relation par la parole active le centre de la jouissance dans le cerveau d’une fille », écrit-elle dans son livre « The Female Brain ». « Et il ne s’agit pas d’un peu de plaisir. C’est énorme. Cela libère de grandes quantités de dopamine et d’oxycitine. Et cette dernière chose est la plus grande satisfaction neurologique pour une femme, après l’orgasme! ».

Françoise David

Friday, March 21st, 2014

Françoise David, née le à Montréal, est une militante et femme politique féministe et altermondialiste du Québec. Ancienne présidente de la Fédération des femmes du Québec, elle fut ensuite porte-parole d’Option citoyenne, qui a fusionné en février 2006 avec l’Union des forces progressistes pour former Québec solidaire, un parti de gauche et souverainiste dont elle est la porte-parole féminine.

Elle est députée de Québec solidaire dans la circonscription de Gouin depuis l’élection générale québécoise de 2012.

Biographie

Née en 1948 à Montréal, Françoise David vient d’une famille de personnalités publiques reconnues1. Elle est la fille du cardiologue et sénateur Paul David, la petite-fille d’Athanase David et l’arrière-petite-fille de Laurent-Olivier David. Son frère est Charles-Philippe David, un professeur de science politique à l’Université du Québec à Montréal et titulaire de la Chaire Raoul-Dandurand en études stratégiques et diplomatiques. Elle a également un autre frère, Pierre David, producteur québécois qui a participé dans les années 70 à l’essor du cinéma commercial du Québec et est l’un des producteurs québécois les plus actifs à Hollywood2,3.

Elle détient un baccalauréat de l’Université de Montréal en service social4. De 1977 à 1982, elle milite pour l’organisation marxiste-léniniste En lutte !5. Elle y est responsable du service d’animation culturelle[réf. nécessaire].

Fédération des femmes du Québec

En 1987, Françoise David devient la coordinatrice du Regroupement des centres de femmes du Québec. Elle est élue présidente de la Fédération des femmes du Québec (FFQ)4 en 1994 et le reste jusqu’en 2001. Dans cette fonction, elle travaille sur de nombreux enjeux qui touchent les femmes, autant au Québec que dans le reste du Canada. Elle dénonce, notamment, la pauvreté et la violence que les femmes peuvent subir[réf. nécessaire].

Elle organise en particulier la marche des femmes contre la pauvreté « Du pain et des roses », en 1995, et la marche mondiale des femmes contre la pauvreté et la violence en 20004.

Parallèlement, Françoise David est aussi membre de plusieurs organisations communautaires telles le Centre de services sociaux du Montréal métropolitain4. En janvier 2000, elle participe à la mission d’observation non-gouvernementale en Irak. En décembre 2000, elle voyage au Mali avec le Service universitaire canadien outre-mer (SUCO)[réf. nécessaire].

En 2002, elle fonde le mouvement citoyen D’abord solidaire. En 2004, elle fonde Option citoyenne, dont elle est la porte-parole féminine. Elle fait publier la même année un livre-manifeste Bien commun recherché. Une option citoyenne4, qui tente de combiner l’idéal du bien commun, avec la justice sociale, l’écologie et la démocratie économique.

En 2005, Françoise David devient signataire du Manifeste pour un Québec solidaire6.

Québec solidaire

Elle est actuellement, avec Andrés Fontecilla, porte-parole du parti Québec solidaire. Lors du Conseil national du 29 septembre au 1er octobre 2006, les délégués du nouveau parti décident officiellement de nommer Françoise David chef du parti, tout en conservant néanmoins ses deux porte-parole[réf. nécessaire]. Selon Khadir, Françoise David est la « leader de l’aile extraparlementaire » du parti7.

Lors de l’élection générale québécoise de 2007, Québec solidaire n’obtient aucun siège à l’Assemblée nationale du Québec, ceux-ci étant donc partagés entre libéraux, adéquistes et péquistes. Françoise David termine deuxième dans la circonscription de Gouin, recueillant environ 26 % des suffrages, soit, notamment, près de 8 % de plus que la candidate libérale Nathalie Rivard8. Mme David et Claudette Carbonneau se disent déçues en constatant les résultats des élections[réf. nécessaire].

Lors de l’élection générale québécoise de 2008, Françoise David arrive en deuxième position dans la même circonscription. Son collègue Amir Khadir est élu dans la circonscription voisine de Mercier.

Elle remporte l’élection de 2012 dans la circonscription de Gouin.

Vie personnelle

Françoise David a un fils et un conjoint, François Larose4.

Honneurs et distinctions

Francoise David

Friday, March 21st, 2014

Françoise David, CQ (born January 13, 1948) is the spokesperson of Québec solidaire — a left-wing, feminist and sovereigntist political party in the province of Quebec, Canada. She was elected to serve as the Member of the National Assembly in the riding of Gouin in the 2012 Quebec election. Quebec Solidaire was born from the merger of Option Citoyenne with l’Union des Forces Progressistes. She is the author of the book/manifesto Bien commun recherché – une option citoyenne (over 7,000 copies sold in Quebec) which combines the concepts of “common good”, social justice, ecology and economic democracy into a coherent political doctrine.

Biography

In 1987, Françoise David became coordinator for the Regroupement des centres de femmes du Québec. Seven years later, she was named president of the Fédération des femmes du Québec (FFQ). In this capacity, she ensured that women’s issues, including poverty and violence against women, remained at the forefront in Canada. She is the daughter of cardiologist Paul David. She is also the sister of teacher and director of Raould Dandurand Chair, Charles-Philippe David.

Two of her best-recognised public successes have been the 1995 Women’s March against Poverty and the 2000 World March of Women against Poverty and Violence.

In addition to her work experience, Françoise David is a member of numerous community organizations. In January 2000, she participated in the non-governmental observation mission to Iraq, and in December 2001 she traveled to Mali with the Canadian University Service Overseas.

In 1999, she was made a Knight of the National Order of Quebec.

David ran in the riding of Gouin in central Montreal in the 2007 Quebec election, finishing second to the PQ incumbent Nicolas Girard. David received 7913 votes, amounting to 26% of the vote in her riding, behind Girard’s 11,318 votes (37%). Quebec Solidaire received 3.7% of the vote provincewide.

David ran in Gouin a second time in the 2008 Quebec election, receiving 7987 votes, or approximately 32% of the total, but again losing out to Girard, who received 10,276 votes (41%). Quebec Solidaire received 3.8% of the vote provincewide and David’s co-leader Amir Khadir won the party’s first seat in the National Assembly of Quebec in the neighbouring riding of Mercier.

In the 2012 Quebec election, David was elected for the first time.

Francois Legault

Friday, March 21st, 2014

François Legault (pronounced: [fʁɑ̃swa ləɡo]; born May 26, 1957) is a politician in Quebec, Canada and leader of the Coalition Avenir Québec party since its foundation in 2011.

He was a member of the National Assembly of Quebec from 1998 to 2009, serving in the government of Quebec as Minister of Education from 1998 to 2002 and as Minister of Health from 2002 to 2003. As a member of the Parti Québécois (PQ), he was first elected in the 1998 Quebec election in the riding of Rousseau in the Lanaudière region. He was re-elected in 2003, 2007 and 2008 but resigned his seat on June 25, 2009. He was elected as the MNA for L’Assomption, a suburb of Montreal, at the 2012 Quebec provincial election

Early life and education

Legault was born in Sainte-Anne-de-Bellevue, Quebec. He has a bachelor’s and master’s degree in business administration from the HEC Montreal. He also became a Chartered Accountant.[2]

Business career

He worked as an administrator for Provigo, a finance director for Nationair and an auditor for Ernst & Young.

He co-founded Air Transat in 1986 after being the director of marketing at Quebecair. He was the Chief Executive Officer of that company until 1997, with a turnover of C$1.3 billion and 4000 employees. He also managed the Marc-Aurèle Fortin Museum for a year.

Political career

Parti Québécois

After his 1998 election, he was appointed by Lucien Bouchard as Minister for Industry and Commerce. He was later named the Minister of Education.

When Bouchard resigned, it was said that Legault would support Pauline Marois against Bernard Landry. He later clarified his position as being in favour of Landry’s candidacy.

Landry appointed Legault as State Minister of Education and later as Minister of Health and Social Services. He was re-elected in 2003 while the PQ lost to the Quebec Liberal Party. He was named during the mandate the critic for economics, economic development and finances.

He endorsed Richard Legendre in the 2005 PQ leadership election, which was won by André Boisclair. After his re-election in 2007, he was renamed the PQ critic in economic development and finances.

Legault was re-elected in the 2008 elections but announced on June 25, 2009 that would retire from politics.[3] He was seen by some political analysts at the time as a potential contender in a future leadership election.[4]

Coalition Avenir Québec

In February 2011, Legault co-founded with Charles Sirois a new political movement called the “Coalition pour l’avenir du Québec (“Coalition for the Future of Quebec”); in November 2011 it became an official party under the name Coalition Avenir Québec (CAQ). The CAQ aims to bring together like-minded voters in a single party regardless of their views on Quebec nationalism, Quebec federalism and Quebec autonomism. It is contesting the September 2012 general election.

François Legault

Friday, March 21st, 2014

François Legault (né le à Sainte-Anne-de-Bellevue) est un homme politique québécois. Il est cofondateur de la compagnie aérienne Air Transat. Ancien député péquiste de la circonscription de Rousseau, il est le fondateur et le chef de la Coalition Avenir Québec depuis avril 2012. Il est député de L’Assomption depuis l’élection générale de 2012.

Biographie

Ayant fait ses études à l’École des hautes études commerciales de Montréal, il a reçu une maîtrise en administration d’affaires et est devenu comptable agréé. On lui décernera en 2000 le titre de fellow de l’Ordre des comptables agréés (FCA) pour son implication pour la profession et pour l’avancement de la société.

Legault est au départ un administrateur de Provigo et un vérificateur chez Ernst & Young. À 29 ans, après un bref passage chez Nationair, il entre chez Québecair. Peu de temps après, le gouvernement du Québec annonce la privatisation de la compagnie. Avec trois associés et un groupe de pilotes de Québecair qui avaient mené la bataille des Gens de l’air pour protéger l’utilisation du français dans les conversations avec les tours de contrôle, il lance en 1986 Air Transat, qui deviendra en quelques années la plus grande compagnie aérienne nolisée au Canada. Il est le PDG de cette entreprise jusqu’en 1997, avec un chiffre d’affaires de 1,3 milliard et 4 000 employés. Il gère ensuite le musée Marc-Aurèle Fortin pendant une année.

Vie politique

Au Parti québécois

Il devient le ministre de l’Industrie, du Commerce, de la Science et de la Technologie avant même d’être élu député de la circonscription de Rousseau à l’élection générale québécoise de 1998. Lucien Bouchard le nomme au ministère de l’Éducation la même année. Son ministère a poursuivi l’implantation de la réforme Marois. Il était également ministre au moment de la mise application du rapport Proulx sur la laïcisation complète des écoles publiques québécoises.

Le 6 février 2002, il devient le ministre de la Santé. Ses mandats ministériels ont favorisé les plans de performance pour les institutions d’éducation et de santé.

Réélu à l’élection québécoise de 2003, il est le porte-parole de l’Opposition officielle (Québec) pour les finances et le développement économique. Il était pressenti comme un favori pour succéder à Bernard Landry lors de la course à la direction du PQ en 2005, mais il ne s’est pas présenté pour consacrer plus de temps à sa famille.

L’organisation qu’il a bâtie pendant 1 an avant le départ de M. Landry s’est surtout divisée entre les candidats André Boisclair et Richard Legendre, que M. Legault appuyait. Cependant, M. Legault a également donné de l’argent à la campagne d’André Boisclair.

Son objectif politique actuel est de lutter contre le déséquilibre fiscal. Il est l’auteur d’un budget du Québec souverain qui tente de prouver que la souveraineté du Québec est économiquement rentable.

Lors de son arrivée au caucus estival du Parti québécois de 2008, M. Legault déclare que les gens ne sont pas prêts à se faire proposer des projets collectifs et qu’il serait préférable de ne pas proposer de faire l’indépendance lors de la prochaine campagne électorale, parler de santé ou d’économie serait plus approprié.

Malgré un malaise évident, ses collègues ne contesteront pas publiquement sa lecture de l’actualité. Le lendemain, M. Legault explique sa position au caucus. Pauline Marois exprime son désaccord et considère que le projet de souveraineté doit être à l’ordre du jour le plus rapidement possible.

À partir du 9 janvier 2009, il est porte-parole de l’opposition officielle en matière d’économie et de finances.

Le , Radio-Canada affirme que Legault annoncera officiellement qu’il quitte la politique, ne voulant pas continuer à travailler dans l’opposition1.

Coalition pour l’avenir du Québec

Il refait parler de lui en 2010-2011 alors qu’il tâte l’opinion publique au sujet d’une Coalition pour l’avenir du Québec.

La Coalition pour l’avenir du Québec (CAQ) changera de nom et deviendra officiellement un parti politique le 14 novembre 2011. Le parti est officiellement enregistré sous le nom « Coalition Avenir Québec » et est renommé « Coalition avenir Québec – L’équipe François Legault » le 28 juin 20122.

Les priorités du parti sont l’éducation, la santé, l’économie, la langue, la culture ainsi que la lutte à la corruption.

Le slogan de monsieur Legault au sein de la coalition pour l’avenir du Québec est: «Le Québec peut et doit faire mieux»3.

Aux élections générales du 4 septembre, François Legault est élu député de L’Assomption.

Publication

  • Cap sur un Québec gagnant. Le Projet Saint-Laurent, Montréal, (Québec), Canada, Éditions du Boréal, 2013, 304 p. (ISBN 978-2-7646-2284-1)

Philippe Couillard

Friday, March 21st, 2014

Philippe Couillard, né Philippe Couillard de l’Espinay1 le à Montréal au Québec, est un homme politique canadien, actuel chef du Parti libéral du Québec. Médecin de formation, il est spécialisé en neurochirurgie. Il a été ministre québécois de la Santé et des Services sociaux de 2003 à 2008 dans le gouvernement Charest et député du Parti libéral du Québec.

Couillard est élu député de la circonscription électorale de Mont-Royal à l’élection de 2003, puis élu député de la circonscription de Jean-Talon lors des élections de 2007. Il demeure en poste jusqu’à sa démission le .

Le 17 mars 2013, Philippe Couillard est élu chef du Parti libéral du Québec au premier tour avec 58,5 % des votes (seuls les délégués du parti, au congrès, avaient la qualité d’électeur).

Le 10 novembre 2013, il débute sa campagne pour devenir député de la circonscription d’Outremont lors d’une élection partielle, suite à la démission de Raymond Bachand. Il est élu député d’Outremont avec 55 % des voix le 9 décembre 2013.

Biographie

Fils de Pierre Couillard (1928-2001), professeur de biologie à l’Université de Montréal2, Philippe Couillard entre à la Faculté de médecine de l’Université de Montréal à l’âge de dix-huit ans. En 1979, à l’âge de 22 ans, il obtient un doctorat en médecine3, puis en 1985 un certificat de spécialiste en neurochirurgie.

Neurochirurgien consultant à l’Hôpital Saint-Luc de Montréal, il y est chef du Service de neurochirurgie (de 1989 à 1992) et chargé d’enseignement à la faculté de médecine de l’Université de Montréal. De 1992 à 1996, il participe à la fondation d’un service de neurochirurgie à Dhahran, en Arabie saoudite. Puis (de 1996 à 2003), il enseigne à la Faculté de médecine de l’Université de Sherbrooke. Il est aussi chef du Département de chirurgie du Centre hospitalier universitaire de Sherbrooke (de 2000 à 2003).

Remarié à Suzanne Pilote, Philippe Couillard est le père de trois enfants et le parâtre de deux autres.

Fonction de député

En 2003, Philippe Couillard est élu député pour le Parti libéral du Québec dans la circonscription électorale de Mont-Royal. Une circonscription qu’il connaît bien puisqu’il y a grandi et étudié. Château fort libéral depuis la création du comté dans les années 1970, il remporte cette circonscription avec plus de 80 % du suffrage, lui donnant l’une des majorité les plus importante au Québec soit 17 556 voix4.

Le , Philippe Couillard confirme qu’il sera candidat dans la circonscription de Jean-Talon, à Québec, lors des élections du 26 mars de la même année5. La circonscription était laissée vacante à la suite de la décision de Margaret F. Delisle de ne pas se représenter pour raisons de santé. Le jour du scrutin, Philippe Couillard est élu avec une majorité de 3 873 voix.

Le 10 novembre 2013, il débute sa campagne électorale pour devenir député de la circonscription d’Outremont lors d’une élection partielle, suite à la démission de Raymond Bachand. Il est élu député d’Outremont avec 55 % des voix le 9 décembre 2013.

Fonction de ministre de la Santé et des Services sociaux

Premier mandat

Le , il est nommé ministre de la Santé et des Services sociaux dans le Gouvernement Charest. La campagne électorale de 2003 portait notamment sur des enjeux en lien avec les soins de santé au Québec6.

Dès le début de son mandat, Couillard annonce que les Universités de Montréal et McGill pourront compter – de part et d’autre – sur la construction de nouveaux hôpitaux universitaires7. Couillard veut mettre d’avantage d’accent sur la recherche, l’enseignement et l’évaluation des technologies que sur la taille desdits hôpitaux.

Suivant les engagements pris par les libéraux en campagne électorale, Philippe Couillard engage la direction hospitalière de même que les médecins à assumer un rôle prenant dans la gestion des listes d’attente des hôpitaux montréalais en leur envoyant une lettre leur faisant part des intentions prises à cet effet 8. Il décide aussi, dans ce même dossier, de publier les listes d’attente sur internet.

Couillard engage également le MSSS dans une réorganisation du réseau de la santé afin de mieux coordonner les CLSC ainsi que les CHSLD. C’est la naissance de 95 Centre de santé et de services sociaux (CSSS) au Québec, dans une optique d’optimiser les structures présentes et de réduire le personnel administratif de ces structures. Cette réforme fut d’ailleurs contestée par plusieurs dans le réseau, qualifiée de « structurite » ou encore « d’illusion »9. Ces fusions ou regroupements auraient permis de diminuer à hauteur de 43 % le nombre d’établissements publics et de réduire de 39 % le nombre de postes de directeur général d’établissement de santé 10,11.

Alors que des doutes subsistait sur les intentions de la fondation Shriners Hospitals for Children de construire l’hôpital pédiatrique à Montréal plutôt qu’à London en Ontario, le ministre Couillard a tenu a rassurer Gene Bracewell – l’un des dirigeants des Shriners – au regard de rumeurs de nouveaux délais pour la construction de l’hôpital. Finalement, le successeur de Couillard, Yves Bolduc annoncera un investissement de plus de 100M $ de la part des Shriners pour une construction de 173 000 pieds carrés à proximité du CUSM.

C’est durant son mandat aussi que le gouvernement du Québec révisera sévèrement la Loi sur le tabac. En effet, c’est à la suite de cette modification qu’il devint impossible au Québec de fumer dans un endroit public et à moins de neuf mètre des portes. Le projet de loi 112 reçut l’aval de la majorité des groupes de pression anti-tabac, bien que certains dirent que le projet n’allait pas assez loin. La vision du ministre était évidemment teintée de sa formation médicale, il déclara à ce sujet  : « [la fumée] rend malade, tue précocement [et] affecte presque chacun des organes humains12. » Il réussit à rallier la majorité des groupes tout en faisant voter à l’unanimité la réforme de la loi13.

Dans les autres réalisations de ce premier mandat, nommons  : la mise en place d’un directeur national de lutte contre le cancer, la réglementation sur la publicité des médicament, la mise en place des pompiers comme premiers répondants, une lutte intense aux bactéries nosocomiales14, la création de 20 maisons de naissance 15 et la fusion des hôpitaux de Lachine et de LaSalle16.

Il négocia aussi les révisions salariales et des conditions de travail des ambulanciers, des médecins spécialistes 14.

Second mandat

Lors de la formation du premier conseil des ministre de la 38e législature en 2007, Jean Charest reconfirme Philippe Couillard au ministre de la Santé et des Services sociaux. Le premier ministre l’a également nommé président du Comité des priorités et ministre responsable de la région de la Capitale-Nationale, succédant à Michel Després. Il gère au cours de l’automne 2007 le dossier des fêtes du 400e anniversaire de la ville de Québec avec la ministre des relations internationales, Monique Gagnon-Tremblay, et avec le président par intérim du conseil exécutif de la ville de Québec, Ralph Mercier.

Concernant le ministère de la Santé, Philippe Couillard affirme que l’ère des grandes réformes structurelles est terminée. Celui-ci se concentre sur la gestion plus fine du ministère. Dès son assermentation, il fait état du ménage à réaliser dans les hôpitaux (au sens propre du terme) de manière à régler pour de bon le problème de bactéries nosocomiales qui utilise moult ressources dans les hôpitaux. Il se fixe aussi comme priorité l’embauche d’infirmières et la résolution du dossiers des listes d’attente.

Le ministre donne aussi un statut particulier à l’Outaouais. Problème récurrent, issu de l’arrangement fédératif canadien, les patients allaient se faire soigner directement en Ontario plutôt que dans les hôpitaux de la province. Le ministre débloque donc une aide de 20M $ afin de mettre en œuvre des mesures incitatives pour l’accessibilité aux soins de santé 17.

C’est lors de ce second mandat, sous l’impulsion de la ministre des Finances et présidente du Conseil du Trésor, Monique Jérôme-Forget qu’est officiellement lancé l’appel d’offres en mode PPP pour la construction du nouveau CHUM.

À la suite du rapport déposé par Claude Castonguay, une autre réforme s’amorce. Celle-ci sous le couvert médiatique. Désirant mettre en place une recommandation majeure du rapport, le ministre de la Santé décida donc de revoir le mode de financement des hôpitaux. Ainsi, ce ne sont plus les interventions des hôpitaux qui seraient tributaires des fonds, mais bien l’inverse de manière à ce que l’argent suive le patient. Cette façon de fonctionner est d’ailleurs propre à la pratique privée, appliquée au NHS sous la forme de Fundholding britannique18,19.

En bref, sous son impulsion ministérielle, 40M $ sont ajoutés pour l’aide aux familles des personnes handicapées20, la Loi sur la protection de la jeunesse sera révisée, une campagne d’information et de sensibilisation du MSSS sera mise en place pour combattre les préjugés sur la dépression 21.

À la suite de son départ, le milieu de la santé se mobilisa afin de faire savoir qu’il attendait de son successeur qu’il reste dans la même veine que ce qu’avait annoncé le Dr Couillard 22.

Démission

Le , il démissionne de ses fonctions de député et de ministre de la Santé et des Services Sociaux. Il dit vouloir aller vers de nouveaux défis. Il est le ministre qui a occupé le plus longtemps le poste de ministre de la Santé23. Le médecin Yves Bolduc lui succède au poste de ministre de la Santé et des Services sociaux et se présente comme candidat aux élections partielles dans le comté de Jean-Talon. Pour le dossier de la Capitale-Nationale, c’est le premier ministre Jean Charest qui occupe les fonctions de Philippe Couillard concernant les fêtes du 400e anniversaire de la ville de Québec.

Sa démission a créé un tollé lorsque certains quotidiens révélèrent que M. Couillard avait négocié avec son futur employeur alors qu’il était toujours ministre de la Santé. Il révèle par la suite avoir consulté à deux reprises le Conseil exécutif – le plus haut ministère québécois – à ce sujet, de manière à s’assurer de la plus grande transparence face à ce processus24. Philippe Couillard se défendra d’avoir agi ainsi, tout en soulignant lors de son retour en politique en octobre 2012 qu’il aurait agit autrement au regard des règles aujourd’hui en place à l’Assemblée nationale25.

En outre, l’ancien ministre fut blanchi de tout conflit d’intérêt et de tout soupçon éthique par le Commissaire au lobbyisme André C. Côté26, bien que plusieurs journaux dont Le Devoir eurent mentionné l’inverse27.

Pratique privée

Le 18 août 2008, Philippe Couillard se joint à Persistence Capital Partners, à titre de partenaire du Fonds d’investissements PCP en santé28. Un fond visant à financer des initiatives de santé autant publiques que privées. Il fut également, de 2011 à 2012, conseiller au Groupe Secor, une firme-conseil indépendante de stratégie au Canada29.

Le 24 juin 2010. il est nommé au Comité de surveillance des activités de renseignement de sécurité (CSARS) qui exerce de l’extérieur, au nom du Parlement et du public canadien, une surveillance sur le Service canadien du renseignement de sécurité (SCRS)3.

Il enseigne la gouvernance des systèmes de santé aux étudiants de l’Université McGill, poste partagé entre les facultés de médecine et de droit3.

Il est membre des conseils d’administration de deux sociétés canadiennes de biotechnologie : Amorfix Life Sciences et Thallion Pharmaceuticals, inscrites à la Bourse de Toronto (TSX)3.

Philippe Couillard fut également membre du conseil consultatif international mis sur pied par le ministre de la santé d’Arabie saoudite3.

Le 5 avril 2011, il est nommé président du Conseil d’administration de la Fondation de recherche en santé (FRS) des Compagnies de recherche pharmaceutique du Canada (Rx&D)30.

Retour en politique

Campagne à la direction du Parti libéral

À la suite de la démission de Jean Charest du poste de chef du Parti libéral, Couillard décide de faire un retour en politique. Il affirme ne pas y avoir songé à cette éventualité jusqu’au moment où – au retour d’un voyage de pêche – il a constaté qu’il avait de nombreux messages sur son BlackBerry. Néanmoins, son nom est soulevé par plusieurs journalistes les jours suivant la démission de Charest31. Des sources confient qu’il teste ses appuis durant quelques semaines pour ensuite se lancer le 3 octobre 201232. Il est le second candidat à se lancer après Raymond Bachand. Pierre Moreau et Jean David suivront.

Au moment d’annoncer sa candidature, il compte sur l’appui de 10 députés du caucus libéral et d’anciens ministres comme Michel Audet, Raymond Garneau, Alain Paquet et Benoît Pelletier. Ce chiffre montera jusqu’à 14 élus33.

Couillard domine dans les intentions de vote des membres tout au long de la course à la direction. Sa campagne est néanmoins marquée par des critiques de ses adversaires sur ses liens avec Arthur Porter, un ex-dirigeant d’hôpital québécois accusé de fraude. Couillard se défend de ce qu’il qualifie d’accusation par association. En effet, les deux médecins ont fondé — à l’époque où le Dr Couillard était consultant et professeur — une firme de conseil dans le domaine de la santé, mais qui est demeurée non seulement inopérante, mais aussi inactive, puisque dissoute selon l’article 210 de la Loi canadienne sur les sociétés par actions.34

Lors du congrès du Parti libéral du Québec, le , Couillard est élu chef dès le premier tour avec 58,5 % des voix. Ses adversaires, Pierre Moreau et Raymond Bachand récoltent respectivement 22 % et 19,5 % des suffrages.

Chef du Parti libéral du Québec

Quelques deux semaines suivant son élection, un premier sondage Léger Marketing met en tête le Parti libéral du Québec dans les intentions de vote pour la première fois depuis la défaite électorale des libéraux le 4 septembre 2012. Couillard est aussi vu dans les intentions de vote des électeurs comme étant le meilleur premier ministre parmi les chefs de partis. Une tendance jugée par certains comme prématurée, d’autres l’associent à une « lune de miel ». 35

Honneurs

Philippe Couillard

Friday, March 21st, 2014

Philippe Couillard, PC (born June 26, 1957) is the leader of the Quebec Liberal Party and former university professor and neurosurgeon in Quebec, Canada. He was elected MNA of Outremont with 55% of votes in the Outremont’s by-election on December 9, 2013.In the 2014 election he is running in Roberval where he resides.Until June 25, 2008, he served as the Quebec Minister for Health and Social Services and was also MNA of Mont-Royal until he resigned in 2008 under Jean Charest’s liberal government.

Life and career

Couillard was born in Montreal, Quebec. He holds a medical degree and a certification in neurosurgery from the Université de Montréal. He was the head of the department of neurosurgery at St-Luc hospital from 1989 to 1992 and again at the Centre Hospitalier Universitaire de Sherbrooke from 1996 to 2003. From 1992 to 1996, he practised in Dhahran, Saudi Arabia. In 2003, he left the medical profession to run for a seat in the National Assembly representing the Quebec Liberal Party. He was elected MNA for Mont-Royal in the 2003 election and was appointed Minister of Health and Social Services on April 29, 2003.

Since taking office, he proved skillful in the handling of his department’s public relations and was regarded by some as the most popular minister in the Charest government.[1] His accomplishments during his tenure included a $4.2 billion increase in the Quebec health budget, the prohibition of smoking in public places, and a reduction in the number of union local accreditations in the health sector.

In 2006 and 2007, there were rumours that Couillard would jump to federal politics and become a candidate for the Conservative Party of Canada in a future federal election, but Couillard denied it.[2] Meanwhile, Couillard announced his candidacy for the Jean-Talon riding in the Quebec City area, replacing Margaret Delisle who did not seek re-election due to health reasons. Couillard won the 2007 elections despite the Action democratique du Quebec‘s (ADQ) strong performance in the region in which the party gained the majority of the seats. Pierre Arcand succeeded Couillard in the Mont-Royal riding. Couillard was renamed the Health and Social Services Minister as well as the minister responsible for the Capitale-Nationale (Quebec) region.

On June 25, 2008, Couillard officially announced his resignation as Minister and MNA. He was succeeded as Minister and Jean-Talon MNA by locally-known Alma doctor Yves Bolduc.[3][4]

On June 23, 2010, Couillard was appointed to the Security Intelligence Review Committee, and consequently was appointed to the Privy Council.[5]

On October 3, 2012, Couillard became the third person to enter the race to succeed Jean Charest as leader of the Quebec Liberal Party. When asked why he was re-entering politics, he said, “I feel the need to serve.”[6]

On March 17, 2013, Couillard became the leader of the Quebec Liberal Party, beating ex-cabinet ministers Raymond Bachand and Pierre Moreau.

On December 9, 2013, he was elected MNA for the riding of Outremont in a by-election.[7]

Electoral record

Quebec provincial by-election, December 9, 2013
Party Candidate Votes % ±pp
Liberal Philippe Couillard 5,582 55.11 +13.59
Québec solidaire Édith Laperle 3,264 32.23 +14.21
Option nationale Julie Surprenant 677 6.68 +4.97
Green Alex Tyrrell 384 3.79
Conservative Pierre Ennio Crespi 145 1.43
Parti nul Mathieu Marcil 59 0.58 -0.34
Autonomist Team Guy Boivin 17 0.17
Total valid votes 10,128 99.13
Total rejected ballots 89 0.87
Turnout 10,217 26.42 -41.79
Electors on the lists 38,671
Liberal hold Swing -0.41
Quebec general election, 2007: Jean-Talon
Party Candidate Votes % ±%
Liberal Philippe Couillard 13,732 41.96 -4.64
Parti québécois Véronique Hivon 9,859 30.13 -5.23
Action démocratique Luc de la Sablonnière 6,056 18.51 +3.34
Green Ali Dahan 1,518 4.64 +3.23
Québec solidaire Bill Clennett 1,463 4.47 +2.95*
Christian Democracy Francis Denis 95 0.29 -

* Increase is from UFP

 

Quebec general election, 2003: Mont-Royal
Party Candidate Votes % ±pp
Liberal Philippe Couillard 21,021 80.91 +0.67
Parti Québécois Vincent Gagnon 3,465 13.34 +0.60
Action démocratique Nour-Eddine Hajibi 1,240 4.77 +1.23
Equality Frank Kiss 256 0.99 -0.90

References

Pauline Marois

Friday, March 21st, 2014

Pauline Marois (French: [pɔlin maʁwa]; born March 29, 1949) is the 30th and current Premier of Quebec and leader of the Parti Québécois, representing the riding of Charlevoix–Côte-de-Beaupré in the National Assembly of Quebec. On September 4, 2012, Marois led her party to victory in the Quebec general election, thus becoming the first female premier in the province’s history.[3]

Born in a working class family, Marois studied social work at Université Laval, married businessman Claude Blanchet and became an activist in grassroots organizations and in the Parti Québécois (a social democratic party advocating Quebec’s independence).[4][5][6][7][8] After accepting political jobs in ministerial offices, she was first elected as a member of the National Assembly in 1981. At age 32, she was appointed to the cabinet for the first time as a junior minister in the René Lévesque government.

After being defeated as a PQ candidate in La Peltrie in the 1985 general election and in a by-election in 1988, she was elected as the member for Taillon in the 1989 general election. With the return of the PQ to government in 1994, Premiers Parizeau, Bouchard and Landry appointed Marois to senior positions in the Quebec cabinet. She was instrumental in crafting policies to end confessional school boards in the public education system, she restructured the tuition system in post-secondary education, implemented Canada’s first subsidized daycare program, and slashed the Quebec deficit under Premier Bouchard’s “deficit zero” agenda. In 2001, Premier Landry appointed her Deputy Premier of Quebec, becoming the third woman after Lise Bacon and Monique Gagnon-Tremblay to assume the second-highest role in the provincial government.

Following two failed leadership runs in 1985 and 2005, Marois briefly left political life in 2006. A year later, she stood unopposed to become the seventh leader of the Parti Québécois on June 26, 2007. From 2008 to 2012, she served as Leader of the Official Opposition of the National Assembly of Quebec. In spite of internal strife in 2011 and early 2012, where she survived several challenges to her leadership from prominent members of her caucus – earning her the nickname Dame de béton,[9] “Concrete Lady” – she led the Parti Québécois to victory with a minority government in the 2012 Quebec general election.

Youth and early career

Early life

Marois was born at Saint-François d’Assise Hospital, in Limoilou, a working-class neighborhood of Quebec City. Daughter of Marie-Paule (born Gingras) and Grégoire Marois, a heavy machinery mechanic, she is the oldest of five children.[10][11] She was raised in a small two-story brick house built by his father in Saint-Étienne-de-Lauzon – a village now amalgamated with the city of Lévis—, facing the provincial capital on the south shore of the Saint Lawrence River.[10]

According to Marois, her parents were nationalists and devout Catholics, but remained rather uninvolved politically. Her mother’s efforts to have the family recite the Holy Rosary at night generally lasted for two or three days. Marois has recalled that her father was sympathetic to the ideas of the Social Credit and the Union Nationale party; he kept current with the news and even bought the family a television set in the early 1950s.[12]

During her youth, Marois recalls in her autobiography, published in 2008, her parents had “profound intuitions”, and although her father regretted his own lack of status and education, he was ready to sacrifice in order to get a decent education for his children.[13] Her three brothers, Denis, Robert and Marc, and her sister, Jeannine, would all graduate with university degrees.[12][14]

She first attended the small parish school in nearby Saint-Rédempteur, where Marois recalls that she excelled in French, History and Geography, developed an interest for reading and received numerous books as prizes for her academic achievements. At the age of 12, she was enrolled at Collège Jésus-Marie de Sillery, an exclusive, all-girl, Catholic private school attended by the offspring of the local bourgeoisie, an episode she describes as a “culture shock”, leaving an permanent mark on her outlook and future choices.[14][15]

According to her autobiography, Marois became aware of her lower social status in school and in the affluent houses of Sillery, where she sometimes gave a hand to her mother, who did housecleaning jobs in order to pay tuition. She was active in school clubs and describes herself as a good student, although she failed her English and Latin classes, momentarily putting her place in school in jeopardy.[14][15]

Education

In 1968, she enrolled in the social work undergraduate program at Quebec City‘s Université Laval. At the time, Marois recalls, she was more interested in the condition of the poor and in international issues than other issues such as the status of the French language or the Quebec independence movement. According to her autobiography, she participated in a study on housing in the city’s Lower Town and demonstrated against the Vietnam War.[16]

The construction of federal office buildings in Hull in the early 1970s.

The next year, she married Claude Blanchet, a young man from a nearby village and her high school sweetheart. Despite their differences — Blanchet was a budding entrepreneur who bought his first gas station at the age of 17, while a student in business administration — the young couple began a lifelong relationship.[17]

In September 1970, she got an internship in Hull, where she helped with the creation of a local chapter of the Association coopérative d’économie familiale (ACEF) — a consumer advocacy group —, while her husband was hired by Campeau Corporation, a real estate developer part of Power Corporation.[18] At the time, the region was rapidly expanding due to the growth of the federal bureaucracy and the construction of administrative buildings on the Quebec side of the Ottawa River was met with opposition, according to Marois, because it did not take “into account the needs and the housing conditions of the local population.”[19]

This internship, which coincided with the October Crisis and her return to Quebec City to graduate at the spring of 1971, had a profound impact on Marois. “I arrived in the Outaouais as a French Canadian. I left the region identifying forever as a Quebecer“, she declared in her 2008 autobiography, Québécoise!.[20]

Early career

While gaining experience with several community organizations including launching CFVO-TV, a community television station in the Outaouais region, she lectured for some time in social work at the Cégep de Hull, and took a job as CEO of a CLSC.[21] She also volunteered with the Parti Québécois, delivering barbecue chicken to election workers on election day in 1973.[22] After moving to Montreal in July, she pursued a Master of Business Administration (MBA) degree from HEC Montréal, where she took two classes with economist Jacques Parizeau. After graduating, she was hired as the head of the childhood services division at the Centre des services sociaux du Montréal Métropolitain.[21][23]

In the fall of 1978, Marois left her public service job to join her former professor’s office at the Department of Finance, but she left her press job after 6 months, feeling Parizeau wasn’t “utilizing her to her full potential”,[24] she told the former Premier’s biographer, journalist Pierre Duchesne, a future minister in her own 2012 cabinet.

In November 1979, Lise Payette, the minister responsible for the condition of women, got Marois to join her office as chief of staff. According to René Lévesque’s biographer, Pierre Godin, she hesitated before taking the job because she felt she was not feminist enough. “With me, you’ll become one”, Payette answered back.[25]

First political career

Minister in the René Lévesque government

Seven months pregnant, Marois hesitated before entering politics. After some support, her husband and René Lévesque convinced her to run for the PQ in the 1981 general election.[26] After winning a contested nomination,[27] she ran in the La Peltrie electoral district and won with a 5,337-vote majority on her Liberal opponent,[28] as one of only eight women being elected that year.[note 1][29][30] Only 11 days after becoming a Member of the National Assembly of Quebec, she gave birth to her second child, Félix, on April 24.[31][32]

Less than a week later, she joined the René Lévesque government as Minister for the Status of Women, where the 32-year-old replaced her former boss, Lise Payette, who was not running in 1981. She was appointed as vice-chair of the Treasury Board in September 1982 and was promoted to Minister of Labour and Income Security and Minister responsible for the Outaouais region at the end of 1983.[33]

Marois played a minor role in the turmoil and infighting that shook the Lévesque cabinet after the election of Brian Mulroney as the new Canadian Prime Minister, in the fall of 1984. She was first approached by Pierre Marc Johnson, the leader of the kangaroo faction — favourable to reaching some accommodations with the new Conservative government —, but finally joined the more hardline group — the caribou —, who oppose the affirmation nationale agenda and call for the respect of PQ orthodoxy.[34]

On November 9, 1984, she was one of the 12 signatories of a letter in which half of René Lévesque ministers disavowed the beau risque strategy advocated by the Premier and called upon him to put sovereignty at the heart of the next election campaign. However, she did not resign from her position as seven of her co-signatories did by the end of the month.[35]

After Lévesque’s resignation in June 1985, Marois entered the leadership race despite unfavourable polls.[note 2] Running on a full-employment and sovereignty platform,[36] Marois finished in second place with 19,471 (19.7%) votes, a far cry from the 56,925 (58.7%) cast for the new leader, Pierre Marc Johnson.[37]

Opposition MNA

After being defeated in the 1985 general election by Liberal candidate Lawrence Cannon,[38] she joined the feminist movement and became treasurer of the Fédération des femmes du Québec and a consultant with the Elizabeth Fry Society, while lecturing at Université du Québec à Hull.[21]

Marois remained in the party’s executive until the end of her term, in the spring of 1987.[39] After Johnson left a party in shambles six months later,[note 3] she decided not to run for party leader mainly for personal reasons. In an interview she gave Le Devoir in late January 1988, she took shots at the front runner and former colleague, Jacques Parizeau, criticizing his “unacceptable attitude towards women and his outdated conception of social democracy”.[40][41]

Less than 10 days later, Parizeau met Marois and convinced her to return to the PQ national executive as the person in charge of the party platform[42] and asked her to run in the Anjou district, left vacant by the Johnson’s resignation. On June 20, 1988, Marois came second with 44.8%.[43]

Marois ran again as a candidate in the Longueuil-based Taillon district, where she was elected in September 1989 general election.[44] She entered Parizeau’s Shadow Cabinet as the Official opposition critic for industry and trade in 1989 and became Treasury Board and public administration critic in 1991.[33] She was also a PQ representative on the Bélanger-Campeau Commission set up by Premier Robert Bourassa after the failure of the Meech Lake Accord.[45]

“Minister of Everything”

Re-elected for a second term in 1994, Marois became one of the most important ministers in the successive PQ governments of Premiers Jacques Parizeau, Lucien Bouchard and Bernard Landry. In nine years, she dominated over the Quebec political scene. She became the only politician in Quebec history to hold the “three pillars of government” — the Finance, Education and Health portfolios.[46]

She was first appointed as Chair of the Treasury Board and Minister of Family in the Jacques Parizeau government. After the narrow defeat in the 1995 sovereignty referendum, she briefly held the Finance portfolio before being reassigned to head the department of Education by the new Premier Lucien Bouchard.[33]

During her tenure as Minister of Education, she proposed lifting the two-decades-long tuition freeze on higher education in Quebec. This proposal was met with fierce resistance from students’ federations who initiated the 1996 Quebec student protests. In the end, the PQ government reinstated the tuition freeze, but Marois introduced policies that would charge an out-of-province fee to non-Quebec Canadian students, and a fee for failing CEGEP courses.[citation needed] She also successfully piloted Bill 109, replacing of confessional school boards by language-based ones implementing a bilateral amendment to the Canadian constitution with the Jean Chrétien Liberal government in Ottawa in 1997.[47]

Although Marois was widely perceived as a staunch supporter of the centre-right direction of the PQ under Lucien Bouchard who promised “zero deficit” in order to gain winning conditions for a future referendum on Quebec sovereignty, the government’s capitulation in the student protests was seen as a political move to ensure student support in the upcoming general election. Historically, students had been a key voting bloc for the PQ.[citation needed]

She also introduced a 7-dollar-a-day subsidized daycare program in 1997, which proved popular with working families.[48][49]

In the Parti Québécois’s second term, Marois became Minister of Health between 1998 and 2001. Bernard Landry named her Deputy Premier and Minister of Finance, positions she held for two years. By 2003, she had occupied 15 different ministries and was instrumental in the legacy of the second PQ government (1994-2003).[citation needed]

During her years as cabinet minister, Marois’ husband, Claude Blanchet, was named president of the Société générale de financement (SGF), the investment arm of the Quebec government. His substantial personal investments in public companies doing business with the government have put Marois into an uncomfortable position as a political figure, especially during the years she was Minister of Finance and vice-premier.[50]

Second leadership race

The Quebec City candidates debate during the 2005 PQ leadership campaign.

She quickly started to organize her leadership bid following the PQ electoral defeat of 2003. Her close supporters founded Groupe réflexion Québec, which served as a think tank. Her key organizers were Danielle Rioux, Nicole Léger, Nicolas Girard, Nicole Stafford, Joseph Facal and Pierre Langlois.

Marois announced her candidacy in the election for the leadership of the PQ following the sudden resignation of Landry in June 2005. She won 30.6% of the vote, placing second to André Boisclair.

Although many in the PQ saw her as one of the most influential ministers ever to serve in Quebec’s history, raising expectations that she would one day lead the party back to victory, Marois retired from the National Assembly in March 2006, stating that after 25 years in elected politics, it was time for her to pursue other interests. She vowed to remain active in the PQ, and reaffirmed her confidence in Boisclair’s leadership. She was succeeded as MNA for Taillon by Marie Malavoy.

Leader of the Parti Québécois

Third leadership race

Pauline Marois, August 30, 2011

In the March 26, 2007, Quebec provincial election, the Parti Québécois was reduced to third place in the National Assembly, behind both the governing Quebec Liberal Party and the opposition Action démocratique du Québec. Following this disappointing result, PQ leader André Boisclair announced his resignation as leader on May 8, 2007. Marois was considered a leading candidate to replace Boisclair, especially following federal Bloc Québécois leader Gilles Duceppe‘s withdrawal from the race.[51]

On May 11, 2007, Marois announced that she would run again for leader of the PQ for the third time.[52]

No other candidate stepped forward to contest the election, and Marois was acclaimed leader on June 27, 2007. She led the party from outside the National Assembly until winning the Charlevoix by-election on September 24.

2007 by-election

On August 13, 2007, Marois announced her candidacy for the riding of Charlevoix, after the incumbent, Rosaire Bertrand, retired from politics after 13 years as the MNA.[53] The by-election was held on September 24, 2007. Marois did not compete against a candidate from the minority governing Liberal party, which chose not to present an opposing candidate,[54] but did face Action démocratique du Québec candidate Conrad Harvey, who had been a candidate in the same riding against Bertrand in the 2007 general elections, and won with 58.2% of the popular vote.[55]

Marois’s campaign signs displayed her image on a blue-green background along with the slogan “Chez nous, c’est Pauline” in an effort to claim a return to the PQ’s nationalist beginnings.[56] This attempt to present a populist image clashed with Marois’s affluent lifestyle, epitomized for many voters in the 12,000-square-foot mansion that Marois then occupied on Île-Bizard, and later sold in January 2012 for nearly seven million dollars.[57]

Canadian tradition holds that, in a by-election, a party leader without a seat is allowed to run unopposed by other major parties. Also, the leaders of other parties are expected not to campaign in the riding where the seatless leader is seeking election. This principle was respected by the other Quebec parties during Marois’s 2007 campaign. Marois herself, however, broke with tradition when she campaigned for a PQ candidate in a by-election against Liberal party leader Robert Bourassa in 1985, as did also PQ leader René Lévesque.[58][59]

As in most by-elections, voter turnout in the riding won by Marois was low, with only 13.18 per cent of the 33,156 Charlevoix voters turning up at the advance poll and an overall turnout of about 58%.[60][61]

Immediately after being named the new leader of the PQ, Marois conducted a major shuffle of the shadow cabinet. François Gendron was named the new house leader, replacing Diane Lemieux. Lemieux was offered the position of caucus chair by Marois, but refused to indicate her disagreement and furthermore stated her intention to resign her seat in Bourget.[62]

Marois stated that the project of holding a referendum on sovereignty would be put on hold indefinitely, indicating that this would not be her main objective.[63]

In September 2007, she proposed a strategic plan for helping the forestry sector, which has been hard hit in recent years by the closure of several mills in western and central Quebec. Measures proposed included an increase in protected forest space, an increase of productivity by developing the second and third transformation of wood and incentives to encourage the usage of wood from Quebec for construction projects.[64]

In November 2007, when Mario Dumont suggested the elimination of school boards and proposed a motion to topple the government in the wake of poor voting turnouts during the school elections on November 4, 2007, the PQ and the Liberals both disagreed, stating that this reflected a lack of judgment by the ADQ leader. Marois nevertheless added that she was open to the idea of structural changes to the school boards.[65]

Leader of the Opposition

Not long after the re-election of the federal Conservatives to a second minority government, and with the global financial crisis increasingly coming to the foreground of current events, Jean Charest precipitated the fall of his own minority government, arguing before the Lieutenant Governor of Quebec that the National Assembly was no longer functional. Obtaining the right to dissolve the parliament, an election was called in Quebec.

The PQ campaign was largely seen as lacking momentum until Marois’ performance in the televised debate against Charest and Mario Dumont brought new enthusiasm to the party. Benefiting from the collapse the Action démocratique du Québec, Marois increased the PQ representation in the National Assembly by 15 seats and increased her party’s share of the popular vote by almost 7 points to 35.2% in the 2008. While the PQ did not win the election or prevent the Liberals from obtaining a majority, their return to the status of official opposition, the unexpectedly large number of seats obtained (51), and the ADQ’s effective marginalization were seen as a moral victory by supporters. Marois thus became the first elected woman Leader of the Official Opposition in Quebec.

Marois and her caucus aggressively pursued the Liberal government over allegations surfacing in the media of corruption, collusion and illegal political financing related to provincial and municipal contracts; at one point her caucus donned white scarves to demand an inquiry,[66] forcing the government to set up a public inquiry in the fall of 2011, the Charbonneau Commission. This commission has revealed a pattern of illegal payments dating back several decades and involving all political parties.

In another scandal, after weeks of pointed questioning by PQ critic Nicolas Girard, Family minister Tony Tomassi resigned in May 2010 over allegations of improperly receiving and using a private company credit card to pay for expenses in exchanges for daycare licences.[67]

On the French language, Marois resisted restricting admission to English-language CEGEPs, but endorsed such a measure before a leadership confidence ballot. (She later withdrew the promise after she became premier.[68])

But soon after winning a confidence vote of 93.6% of the delegates at the April 2011 party convention, two crises shook the PQ leader. Two weeks after her confidence vote, the Bloc Québécois lost all but four of its seats in the Canadian House of Commons in the May 2 federal election, soon followed by a confidence crisis caused by a private bill introduced by Marois loyalist Agnès Maltais facilitating the construction of a publicly funded multipurpose amphitheatre to replace the aging Colisée Pepsi in Quebec City. Marois` insistence on maintaining the party line caused a revolt. Marois had previously resisted popular initiative referendums, but supported them to retain her leadership during this crisis (but not after she won power.[68]) One result was the resignation of four heavyweights in her caucus: Louise Beaudoin, Pierre Curzi, Lisette Lapointe and Jean-Martin Aussant.[69]

Premier of Quebec

2012 general election

Pauline Marois addresses a crowd of supporters in Quebec City on the eve of the 2012 general election.

On September 4, 2012, Pauline Marois won the election and became Quebec’s first woman Premier at a swearing-in ceremony on September 17.[1] She is the sixth woman to serve as the premier of a Canadian province, and the oldest currently serving premier.

Her party won 54 of the 125 seats in the National Assembly, as a minority government. Marois plans to abolish the increase in student tuition fees which had paralyzed the previous government for 8 months. She also wants to abolish Hydro Quebec’s 3.9% increase in electricity rates, the 200 dollar medical fee for all individuals living in Quebec, and the increase in daycare centre fees.

Metropolis shooting

While Pauline Marois was giving her victory speech, a man named as Richard Henry Bain attempted to enter from the side door of the Métropolis. A technician at the venue, Denis Blanchette, 48, attempted to prevent him from entering and was shot and killed by Richard Bain. Another technician was injured from the bullet that ricocheted off Blanchette. Richard Henry Bain, from Mont-Tremblant, had a semi-automatic rifle, type CZ-858[70] and a pistol. Bain’s rifle became jammed, preventing further violence.

Following the shots fired, two Quebec Security guards took Mrs. Marois away from centre stage to the immediate hallway, and away from television cameras. A few minutes later, Pauline Marois returned to calm down the crowd and ask them to leave quietly.

On September 10, 2012, a civic funeral was held for Denis Blanchette where Pauline Marois attended along with other important political leaders from Quebec.

Premiership

Heading the third minority government in the history of Quebec — and the second in the last decade – Marois took two weeks to craft her cabinet, naming 25 ministers on September 19. At its first meeting, the new Marois government was quick to honour campaign commitments and cancelled a slew of decisions of the outgoing Charest administration. The Marois government suspended most sections of Bill 78, an emergency bill aimed at stopping the 2012 Quebec student protests, cancelled a loan guarantee to restart the Jeffrey asbestos mine in Thetford Mines and abandoned the Gentilly-2 Nuclear Generating Station refurbishment project.

As Premier, she has laid out an agenda designed to promote “sovereigntist governance” in relations with the rest of Canada, to return Quebec to balanced budgets through higher taxes and debt reduction, to increase the use of French in public services, and to address resource development in Northern Quebec. Many aspects of these policies, such as restrictions on the use of English and on access to higher Education in English at a time when the use of French in commerce, education and the workforce is increasing in Quebec[71], are widely viewed as an affront to immigrants and to citizens whose mother tongue is not French.[72][73] Such measures have also been questioned by native speakers of French, who recognize the benefits of a knowledge of other languages, including English, and the fact that the knowledge of other languages will not cause them to abandon French as their primary language.

Marois then called the National Assembly into sessions at the end of October. Soon after, her Democratic Reform minister, Bernard Drainville, introduced Bills 1 and 2 to strengthen rules on contracts and banish unreputable government contractors from doing business with the Quebec government and affiliated entities. The second one establishes a new political financing framework financed almost entirely on public funding. The bill also limits political contributions to provincial parties at C$100 a year ($200 in election years).[note 4] The new system finances from the cancellation of the political donations tax credit.

Finance and Economy minister Nicolas Marceau introduced his 2013/14 budget in the fall. The budget laid out revenues, without specifying expenditures. These were presented later, after the budget had passed. The budget projects a break-even operating balance by the end of fiscal year 2013/14 mainly by slowing down the rate of growth of public spending. The budget implements higher taxes on tobacco and alcohol and modifies – but doesn’t cancel outright – the $200 health tax passed in Raymond Bachand‘s 2010 budget, adding an element of progressiveness to it. The Marceau budget also changes the planned increase to the low-cost heritage pool electricity sold by Hydro-Québec to every Quebecer. Instead of raising the heritage pool price from 2.79 to 3.79¢/kWh from 2014 to 2018 as set by the previous government in 2010, the PQ government chose to let the rate increase with inflation while asking government-owned Hydro-Québec to increase its dividend. The budget narrowly passed on November 30, 2012, in spite of objections by the Liberals and CAQ.[74] Subsequent to passage of the budget, the PQ government announced increased expenditures in the area of subsidized child care, while cutting payments to universities. The latter cuts to university funding included a retroactive cut of $124 million in the 2012-2013 fiscal year, an action criticized by both university rectors and student leaders.[75]

Issues

Identity and language

On October 18, 2007, Marois proposed Bill 195, the Quebec Identity Act, which included a requirement that immigrants must learn French in order to obtain rights, including a putative Quebec citizenship and the right to run in elections at all levels. The bill also proposed the fundamental values of Quebec should be taken into account in a future constitution, including equality between sexes and the predominance of French.[76][77]

The idea was met with criticism amongst various minority groups. The Quebec Liberal Party also dismissed some of the measures as divisive and harmful. House Leader Jean-Marc Fournier also made a parallel between the proposed bill and Jacques Parizeau‘s “Money and the ethnic vote” speech following the 1995 referendum, while Cabinet Minister Benoit Pelletier added that it would violate the Canadian Charter of Rights and Freedoms. Many current and past members of the Parti Québécois also rejected this proposal, including Bernard Landry.[78][79]

Outside Quebec, several newspapers described the bill as racist.[80] Don Martin, columnist for the National Post, wrote that the population should try to stop the racism taking place in Quebec.[81] While the vast majority of Quebec non-francophones were opposed, it was supported by a bare majority of francophones. However, the Liberals and the ADQ stated that they would defeat Bill 195.[82][83]

In April 2008, Marois proposed a major rewrite of Bill 101, the Charter of the French Language, in light of concerns of a purported decline of French language in the province—particularly in the Montreal region. Her proposals included more French courses in elementary and secondary schools, a requirement for new arrivals to learn French and for the extension of French language requirements to be applied to small businesses as well as for more power for the Office québécois de la langue française.[84]

In June 2013, Marois announced her support of the Quebec Soccer Federation’s ban on turbans. This ban has led to the Quebec Soccer Federation being suspended by the Canadian Soccer Federation, which resulted in Marois suggesting that the CSF has no authority over provincial organizations. Marois’s stance has received significant criticism for its use of identity politics.[85]

International affairs

Marois involved herself in international affairs in her first months of office. In mid-October 2012, she participated at the Francophonie Summit in Kinshasa, but declined to meet with host, Democratic Republic of the Congo‘s President Joseph Kabila, who was reelected in a contested general election in 2011.[86] Marois also expressed her concerns with the withdrawal of Canadian aid agencies and funding of Africa among other places,[87] consistent with her party agenda to increase Quebec’s participation in international aid and maintain a “pacifist army” in an independent Quebec.[88]

In December, she visited New York City and a month later attended the World Economic Forum in Davos to meet investors and political leaders, including African Union president Thomas Boni Yayi, Mexico’s Finance Secretary Luis Videgaray Caso, European commissioner Michel Barnier, French Economy Minister Pierre Moscovici and the Minister-President of North Rhine-Westphalia, Hannelore Kraft.[89]

Personal life

She is married to Claude Blanchet, former head of the Fonds de solidarité FTQ and Quebec’s Société générale de financement, and is the mother of four children: Catherine (born June 1979),[90] Félix (born April 1981),[32] François-Christophe (born October 1983)[91] and Jean-Sébastien (born July 1985).[92]

Notes

  1. Five PQs and three Liberals were elected as MNAs in 1981.
  2. PQ pollster Michel Lepage polled party faithful in June 1985. Pierre Marc Johnson finished first with 67%, Bernard Landry ran a distant second at 14% and Marois ended up third with only 4.2% of support, notes Godin (2005, p. 494).
  3. The PQ lost 100,000 members from 1981 to 1987, according to Duchesne (2004, p. 79).
  4. The previous limit of $1,000 was adopted under the previous Liberal government, and is much less than the $3,000 limit established in the original legislation passed by the Lévesque government in the 1970s

Pauline Marois

Friday, March 21st, 2014

Pauline Marois, M.B.A. (née le à Québec, Canada) est une femme politique québécoise et la 30e première ministre du Québec depuis septembre 2012.

Issue d’un milieu modeste, Pauline Marois étudie en service social à l’Université Laval, épouse un homme d’affaires, complète un MBA à HEC Montréal et milite au sein d’organismes communautaires et au Parti québécois, formation politique d’obédience sociale-démocrate et souverainiste1,2,3,4,5.

Elle occupe quelques postes dans des cabinets ministériels avant d’être élue pour la première fois députée lors de l’élection générale de 1981. Elle devient ministre dans le gouvernement de René Lévesque à l’âge de 32 ans. Après deux défaites personnelles, dans La Peltrie à l’élection générale de 1985 et dans Anjou lors d’une élection partielle en 1988, elle est élue l’année suivante dans la circonscription de Taillon, un siège qu’elle occupera pendant 17 ans.

Avec le retour au pouvoir du Parti québécois en 1994, les premiers ministres Parizeau, Bouchard et Landry lui confient plusieurs responsabilités importantes, dont les postes de ministre des Finances, de présidente du Conseil du Trésor, de ministre de la Santé et de ministre de l’Éducation. Elle est la troisième femme à avoir occupé le poste de vice-première ministre du Québec après Lise Bacon et Monique Gagnon-Tremblay.

Après deux tentatives infructueuses en 1985 et en 2005 et une courte retraite de la vie publique, elle devient, sans opposition, la septième chef du Parti québécois, le . Trois mois plus tard, elle est élue députée de la circonscription de Charlevoix. Devenue chef de l’opposition officielle après l’élection de 2008, Pauline Marois réussit à se maintenir en poste malgré de vives tensions internes en 2011 et au début de 2012 et mène son parti à la victoire lors de l’élection générale québécoise du 4 septembre 2012 en remportant 54 des 125 sièges à l’Assemblée nationale formant ainsi un gouvernement minoritaire. Assermentée le , elle devient la première femme à occuper le poste de première ministre du Québec.

Jeunesse

Enfance

Pauline Marois est née le à l’Hôpital Saint-François d’Assise, dans le quartier Limoilou de Québec. Elle est la fille de Grégoire Marois, un mécanicien chez International Harvester, une entreprise spécialisée dans l’entretien de la machinerie lourde et des camions à Québec et de Marie-Paule Gingras, une fille de paysans devenue institutrice. Aînée de cinq enfants, elle grandit dans une maison de briques de deux étages construite par son père à Saint-Étienne-de-Lauzon, un village maintenant fusionné à la ville de Lévis, sur la rive sud du Saint-Laurent en face de la capitale6.

Dans son autobiographie, parue en 2008, Marois se rappelle l’« intuition profonde » de ses parents et les regrets de son père qui, bien qu’il n’ait complété qu’une quatrième année, a toujours insisté pour que ses enfants aient accès à une éducation de qualité, quitte à faire des sacrifices7. Ses trois frères, Denis, Robert et Marc, ainsi que sa sœur Jeannine ont tous obtenu des diplômes universitaires8.

Bien que nationalistes et catholiques, ses parents étaient peu impliqués politiquement. Les efforts de sa mère pour implanter la récitation du chapelet en famille ne duraient généralement que deux ou trois jours. Son père, féru d’actualité et sympathique aux thèses du Crédit social et de l’Union nationale, acheta son premier téléviseur dès le début des années 1950, en plus d’être abonné au quotidien L’Action catholique8.

Elle fait ses études primaires à l’école de Saint-Rédempteur, le village voisin, où elle excelle en français, en histoire et en géographie. Elle développe également un goût pour la lecture, stimulée par les nombreux livres qu’elle reçoit comme récompense pour ses bons résultats. En 1961, elle est admise au collège Jésus-Marie de Sillery, un établissement privé fréquenté par les enfants de la petite bourgeoisie de Québec, où elle fera son cours classique. Elle décrit cet épisode comme un « choc des cultures » qui marquera définitivement sa pensée et ses choix d’avenir9.

Marois prend conscience de son statut social au collège ainsi que dans les maisons cossues de Sillery, où elle accompagne parfois sa mère qui fait des ménages dans des résidences pour payer ses études. Elle se démarque toutefois par son engagement parascolaire et devient présidente de son association d’élèves et par de bons résultats, à l’exception de deux échecs en anglais et en latin, ce qui remet momentanément en question la poursuite de ses études9.

Études

En 1968, elle s’inscrit au programme de baccalauréat en service social de l’Université Laval. À cette époque, Marois est davantage intéressée par la condition des plus démunis et les enjeux internationaux sans toutefois intervenir sur d’autres enjeux brûlants comme le débat linguistique et la question nationale. Elle participe notamment à la réalisation d’une étude sur les conditions de logement dans la basse-ville de Québec et manifeste contre la guerre du Viêt Nam10.

L’année suivante, elle épouse Claude Blanchet, un jeune homme du village voisin qu’elle fréquente depuis le collège. Malgré leurs différences — Blanchet est un entrepreneur qui a acquis sa première station service à l’âge de 17 ans et tout en poursuivant des études en administration des affaires — le jeune couple jette les bases d’une relation qui dure toujours 40 ans plus tard11.

En septembre 1970, elle effectue un stage en milieu de travail à Hull, où elle participe à la remise sur pied de la section régionale de l’Association coopérative d’économie familiale (ACEF) de l’Outaouais — un organisme de défense des consommateurs — pendant que son mari est embauché par Campeau Corporation, un développeur immobilier récemment acquis par Power Corporation12. À cette époque, la région est secouée par l’expansion de la fonction publique fédérale et la construction de complexes administratifs sur la rive québécoise de l’Outaouais, « sans tenir compte des besoins et des conditions de logement de la population »13.

Ce stage, qu’elle effectue pendant que se déroule la Crise d’octobre, et son retour dans la région après l’obtention de son diplôme au printemps 1971, marque le couple : « J’étais arrivée dans l’Outaouais en m’identifiant comme Canadienne française. Je le quitterais en m’identifiant à jamais comme Québécoise14. »

Début de carrière

Le couple Marois-Blanchet s’établit à Montréal et Mme Marois s’inscrit à l’École des hautes études commerciales, où elle complète une maîtrise en administration des affaires (M.B.A.) en 1976. Militante dès les premiers jours du Parti québécois, elle devient l’attachée de presse de son ancien professeur, Jacques Parizeau en 1978. Elle quitte ce poste après six mois, en , considérant qu’on ne « l’utilisait pas à la hauteur de son talent », confiera-t-elle plus tard au biographe de Jacques Parizeau, Pierre Duchesne15. Elle devient ensuite chef de cabinet de la ministre à la Condition féminine, Lise Payette, en . Le biographe de René Lévesque, Pierre Godin, affirme que Pauline Marois a hésité avant d’accepter le poste, parce qu’elle ne se sentait pas particulièrement féministe. « Avec moi, tu vas le devenir », lui avait alors répliqué la ministre Payette16.

Première carrière politique

Ministre de René Lévesque (1981-1985)

Enceinte de sept mois, Pauline Marois hésite à se lancer en politique active. Elle est finalement convaincue par son conjoint et René Lévesque17, et se porte candidate dans la circonscription de La Peltrie, dans la région de Québec. Elle est élue avec une confortable majorité de 5 337 voix sur son adversaire libéral18, le 13 avril 1981. Elle donne naissance à son deuxième enfant 11 jours plus tard, le 24 avril19.

Elle entre immédiatement au conseil des ministres, d’abord comme responsable de la Condition féminine, de au , et pendant quatre mois en 1985. Elle est ensuite promue à la vice-présidence du Conseil du trésor, le , puis devient ministre de la Main-d’œuvre et de la Sécurité du revenu, lors du remaniement de novembre 198320.

Pauline Marois joue un rôle mineur dans les grandes manœuvres qui secouent le Conseil des ministres de René Lévesque à l’automne 1984 après l’élection de Brian Mulroney au poste de premier ministre du Canada. D’abord sollicitée par Pierre Marc Johnson, qui dirige la faction dite des « kangourous » — favorable à des accommodements avec le nouveau gouvernement conservateur — elle se range dans le camp des ministres plus orthodoxes — les « caribous » — qui s’opposent à la démarche d’affirmation nationale et réaffirment la ligne directrice du programme péquiste21.

Elle signe, le , la « lettre des douze », dans laquelle la moitié des ministres du gouvernement Lévesque s’opposent à la stratégie du « beau risque » du premier ministre et réclament que la souveraineté soit au cœur de la campagne électorale de l’année suivante. Cependant, elle ne se joint pas à sept de ses collègues signataires qui démissionneront à la fin du mois22.

Au départ de René Lévesque, elle se présente à la course à la direction du Parti québécois, malgré un sondage défavorable23. Après une campagne où elle fait la promotion du plein-emploi et de la souveraineté24, elle termine en deuxième place avec 19,7 % des suffrages25, mais se dit satisfaite et prête à continuer son engagement.

Passage dans l’opposition (1985-1994)

Défaite dans La Peltrie, lors de l’élection générale québécoise du 2 décembre 1985, elle poursuit son implication au sein de l’exécutif national du Parti québécois, tout en militant au sein d’organismes féministes. Elle est trésorière de la Fédération des femmes du Québec et agit à titre de consultante à la société Elizabeth Fry, un organisme qui vient en aide aux femmes détenues et ex-détenues20.

À l’instar de Jean Garon, Bernard Landry et Louise Harel, Pauline Marois désapprouve la stratégie d’ « affirmation nationale » et la réorientation idéologique défendue par Pierre Marc Johnson. Notant que le PQ « doit redéfinir sa voie de gauche »26, elle se retire temporairement de la direction du parti au terme du congrès de juin 1987, pour aller enseigner à l’Université du Québec à Hull26.

Malgré certaines critiques formulées à l’endroit de Jacques Parizeau, elle accepte l’offre du nouvel homme fort souverainiste et devient conseillère au programme du PQ en février 198827. Elle se présente à l’élection partielle dans la circonscription d’Anjou, le 20 juin 1988, mais subit la défaite par 1 147 voix28.

La ministre polyvalente (1994-2003)

Elle revient à l’Assemblée nationale en tant que députée de Taillon en 1989 et se fait réélire en 1994, 1998 et 200320.

De retour au pouvoir après l’élection générale de 1994, le premier ministre Jacques Parizeau lui confie des dossiers à la fois sociaux — le ministère de la Famille — et économiques — le Conseil du trésor, et au lendemain du référendum de 1995, le ministère des Finances.

Elle a occupé pas moins de 14 charges ministérielles, parmi lesquelles : les Finances, l’Éducation et la Santé. Elle a également occupé pendant deux ans le poste de vice-première ministre du Québec (2001-2003).

Elle a, entre autres, donné naissance aux centres de la petite enfance, piloté le dossier de la transformation du réseau des écoles confessionnelles catholiques et protestantes de langue anglaise et française — une disposition datant de l’Acte de l’Amérique du Nord britannique de 1867 — en deux réseaux de commissions scolaires organisées sur une base linguistique et instauré la maternelle à temps plein.

En 2001, après le départ de Lucien Bouchard, alors Premier ministre du Québec, Bernard Landry ne perd pas de temps et récolte tous les appuis. Il se fait couronner chef du parti, puis Premier ministre. Pauline Marois rate sa chance une seconde fois. Bernard Landry en fait sa ministre des Finances et vice-première ministre, poste qu’elle occupe jusqu’à la défaite du Parti québécois en 2003.

Jusqu’à son intermède de femme politique à temps plein, elle occupe le poste de porte-parole de l’opposition officielle en matière de relations internationales suite au remaniement du cabinet fantôme du Parti québécois.

Course à la direction du PQ de 2005

Débat des candidats à la direction du Parti Québécois en 2005.

En 2004, cherchant à provoquer le destin, Pauline Marois demande ouvertement le départ de Bernard Landry alors chef du Parti québécois29. En 2005, ce dernier démissionne après avoir été soumis à un vote de confiance où il obtient 76,2 % des appuis. À la suite de cette démission30, elle se lance officiellement et sans attendre dans la course à la direction du Parti québécois en . Elle reçoit l’appui de Joseph Facal, Jonathan Valois, Maka Kotto et Marie Malavoy et une vingtaine de députés de son parti et du Bloc québécois, parti souverainiste campé à Ottawa.

En cas de victoire, elle promettait de tenir un référendum dans les six mois à un an après l’élection d’un gouvernement péquiste, à condition qu’il soit gagnant :

« C’est une tâche immense que nous avons à accomplir ensemble, pour préparer le Québec à faire la souveraineté, surtout à la réussir et à gagner le référendum. Il ne s’agit pas de tenir un référendum n’importe quand, demain matin, il s’agit d’en tenir un gagnant31. »

Elle reçoit beaucoup d’appuis à l’extérieur du Parti québécois, comme celui de l’ex-présidente de la Fédération des infirmières du Québec, Jennie Skeene, de l’ancienne présidente de la CEQ, Lorraine Pagé, de l’écrivaine Hélène Pedneault et de l’ancienne présidente du Comité exécutif de la ville de Montréal, Léa Cousineau.

La semaine avant l’élection, elle reçoit l’appui de Pierre Dubuc, candidat dans la course. Le 10 novembre, Gilbert Paquette abandonne la course et demande à ses partisans de voter pour Pauline Marois.

Le , elle perd finalement l’élection avec 30,56 %, soit la 2e position, avec 32 166 votes, alors que André Boisclair est élu avec une majorité de 53,68 %. Son rêve de devenir première ministre du Québec — et première femme à le devenir — lui échappe encore une fois. Elle accepte le verdict clair et se rallie au nouveau chef. Elle se montre tout de même satisfaite de la campagne électorale, mais avoue être un peu peinée.

Le , sans amertume, Pauline Marois annonce qu’elle quitte la vie politique active. Ce départ précipité cause une certaine surprise puisqu’elle venait tout juste d’accepter d’occuper le poste de critique en matière de Relations internationales. Cependant, depuis janvier, la rumeur courait qu’un départ imminent de la ténor risquait de survenir. Elle se retire après plus de 25 ans de vie publique et politique, non sans peine. Cependant, elle avouera lors de son discours de démission que « le cœur n’y est plus ». Voici une entrevue fait en 2006 par la radio publique.

Chef du Parti québécois (2007-2012)

Course à la direction du PQ de 2007

Pauline Marois lors d’une allocution à Rivière-du-Loup en 2009.

À la suite de la démission d’André Boisclair, le , Pauline Marois choisit de se présenter dans une éventuelle course à la direction du Parti québécois, le 32. Il s’agit de sa troisième tentative pour devenir chef de ce parti.

Le , Pauline Marois déclare officiellement sa candidature33, soit dix-huit mois après sa défaite lors de la course à la direction du Parti québécois de 2005. Elle veut mettre de côté le projet référendaire et veut modifier son approche d’un futur pays. Elle souhaite changer tout le programme du Parti québécois pour adapter celui-ci aux volontés des Québécois.

Pauline Marois est la seule personne officiellement en lice pour la succession d’André Boisclair. Son seul rival potentiel, Gilles Duceppe, chef du Bloc québécois s’est désisté un jour après avoir annoncé sa candidature, probablement convaincu des conséquences néfastes pour le mouvement souverainiste d’un tel affrontement et percevant peut-être aussi un manque d’appuis suffisants34,35. En effet, Pauline Marois bénéficie d’un très grand nombre de soutiens dès le premier jour de l’annonce de sa candidature, à la fois au sein de la mouvance péquiste et au sein de la population (selon les premiers sondages).

Elle reçoit l’appui du club politique SPQ-Libre36. Aussi, elle rallie la quasi-totalité des députés du Parti québécois. Elle fait ensuite une déclaration indiquant qu’elle appuie le dégel des frais de scolarité37.

Le , Pauline Marois assiste à un souper-bénéfice du Bloc québécois, à Montréal, et Gilles Duceppe profite de l’occasion pour l’assurer de son appui inconditionnel.

Elle devient officiellement chef du Parti québécois, à la fermeture de la période des mises en candidature, le 26 juin38,39, étant la seule personne ayant déposé les signatures requises.

Retour à l’Assemblée nationale

Le , Rosaire Bertrand, du Parti québécois, démissionne comme député de la circonscription de Charlevoix, à la limite est de la grande région de la Capitale-Nationale. La perspective d’une élection partielle est l’occasion pour Pauline Marois de pouvoir accéder à l’Assemblée nationale du Québec. Le jour même de la démission de Rosaire Bertrand, Pauline Marois annonce qu’elle est candidate à cette élection du 24 septembre 200740.

En , deux jours avant le scrutin, une controverse éclate lorsqu’un journaliste du quotidien The Gazette révèle que Pauline Marois et son conjoint possèdent une résidence située sur des terres anciennement agricoles, jusqu’à leur dézonage, en 1991, et sur des terrains publics expropriés en 1978 et destinés à la prolongation de l’autoroute 44041.

Le , jour du scrutin, Pauline Marois est élue avec 59,16 % des suffrages, devenant députée de Charlevoix42,43,44. Son principal adversaire, l’adéquiste Conrad Harvey, obtient quant à lui 37,04 % des voix. L’assermentation de Pauline Marois a lieu le 45.

Chef de l’opposition officielle (2008-2012)

Pauline Marois de passage à Saguenay pour y rencontrer les étudiants du cégep de Chicoutimi, en 2011.

Le 13 janvier 2009, Pauline Marois devient, à la suite de l’élection générale du , chef de l’opposition officielle à l’Assemblée nationale du Québec. Elle dirige, en termes de sièges, la plus imposante opposition officielle de l’histoire du Québec se composant de 51 députés élus.

Le , lors du XVIe congrès national du Parti québécois, Pauline Marois obtient plus de 93,08 % d’approbations lors du vote de confiance des délégués, un appui un peu plus fort que ceux obtenus dans le passé par Jacques Parizeau et Lucien Bouchard46.

Première ministre du Québec (2012-)

Campagne électorale de 2012

Pauline Marois rencontre des électeurs durant la campagne électorale de 2012.

Pour cette deuxième campagne en tant que chef du Parti Québécois, Marois décide de profiter de son avance dans les sondages et de « l’usure et de la corruption » du gouvernement libéral de Jean Charest, au pouvoir depuis 2003, pour aller chercher des votes. La campagne du PQ fut axée sur trois thèmes principaux: « S’affirmer, S’enrichir, S’entraider ». Le grand slogan qu’elle et son parti choisissent fut « À nous de Choisir ». Toutefois, le parti n’a pas promis de référendum sur la souveraineté du Québec, préférant attendre d’être certain d’avoir la majorité des Québécois dans son projet d’indépendance.

Le , la victoire du Parti québécois lors de l’élection générale lui permet d’accéder à la tête d’un gouvernement minoritaire. Elle devient la première femme première ministre de l’histoire du Québec. Elle fut élue avec 40,65 % des voix, devant la candidate libérale Claire Rémillard.

Attentat du 4 septembre 2012

Article détaillé : Attentat du Métropolis.

Le , pendant que Pauline Marois prononce un discours à l’intérieur de la salle de spectacle Métropolis pour souligner la victoire du Parti québécois lors de l’élection générale, il semblerait qu’un tireur essaye de rentrer par la porte arrière alors que deux fumeurs semblent se trouver dans l’encadrure de la dite porte, gênant son passage. Il fait feu et tue Denis Blanchette, 48 ans, technicien du Métropolis et blesse grièvement une autre personne, Dave Courage. Le tireur s’appelle Richard Henry Bain, un anglophone résidant à Mont-Tremblant, qui a perpétré son attaque à l’aide d’une carabine semi-automatique47 et d’un pistolet. Il apparaît que sa cible prioritaire était la nouvelle Première ministre. Son arme s’est enrayée ne permettant pas à l’assassin de décharger toutes ses balles. Selon les informations de la Sûreté du Québec (SQ), les armes étaient enregistrées légalement. Juste avant l’attentat, un incendie d’origine criminelle se déclarait à l’arrière du Métropolis et fut maîtrisé.

Suite aux coups de feu entendus à proximité de l’entrée des artistes, deux gardes du corps de la Sûreté du Québec ont alors entraîné Pauline Marois dans les coulisses du Métropolis, interrompant son discours, transmis en direct à la télévision. La nouvelle première ministre élue est, quelques minutes plus tard, revenue terminer son allocution et demander aux partisans de quitter la salle calmement.

Pendant son arrestation, Richard Bain a causé un grand émoi en criant, devant les caméras et toujours en direct, « Les Anglais sont arrivés » ou « Les Anglais se réveillent ». L’accusé a décidé de se défendre lui-même devant la Justice lors de son procès qui doit avoir lieu en 2014.

Le ont eu lieu les obsèques civiles de Denis Blanchette auxquelles assistèrent Pauline Marois et quelques autres personnalités politiques.

Chef de gouvernement

Pauline Marois prononce un discours lors d’une cérémonie à l’Assemblée nationale du Québec, en juin 2013.

Élue à la tête d’un gouvernement minoritaire lors de l’élection générale du 4 septembre 2012, Pauline Marois prend deux semaine pour former son conseil des ministres. Dès la première réunion du cabinet, le nouveau gouvernement affiche ses couleurs en annulant plusieurs mesures du gouvernement libéral sortant : suspension de la plupart des articles de la Loi 78, annulation d’un prêt à la mine d’amiante Jeffrey à Asbestos et déclassement de la centrale nucléaire de Gentilly-2.

Pauline Marois convoque l’Assemblée nationale le mois suivant pour adopter des projets de loi sur l’adjudication des contrats publics et la réforme du financement des partis politiques. Le premier budget de son ministre des Finances et de l’Économie, Nicolas Marceau est déposé en novembre. Il comprend des assouplissements à la taxe santé pour la rendre plus progressive, une réduction de l’augmentation prévue du bloc d’électricité patrimonial d’Hydro-Québec et un retour à l’équilibre budgétaire à compter de l’année fiscale 2013-2014. Malgré les protestations des partis d’opposition, le budget est adopté par une courte majorité. Parmi les principales mesures effectives mises en place par le gouvernement de Pauline Marois, on peut citer :

  • l’adoption d’une loi prévoyant des élections à date fixe au Québec
  • l’instauration de la maternelle à 4 ans dans des zones de pauvreté afin de lutter contre le décrochage scolaire
  • investissement récurrent de 15 millions $ pour les soins palliatifs dont 11 millions pour les soins à domicile, le reste aux CHSLD et centres d’hébergement
  • montant aux petites créances passant de 7 000 $ à 15 000 $)

Le 2 septembre 2013 le Réseau TVA a diffusé un documentaire appelé La Première. Le documentaire parle de la première femme élue première ministre du Québec, la soirée électorale du Parti Québécois, et l’attentat du Métropolis, qui ont tous eu lieu 4 septembre 2012. On y voit aussi une partie du travail de la première ministre.

Plusieurs analystes de la scène politique québécoise évaluent que le gouvernement minoritaire du Parti québécois a connu deux grandes étapes. Après une première année difficile, marquée par une certaine incohérence de l’action gouvernementale qui a augmenté le taux d’insatisfaction à son égard, ils notent une amélioration de la perception de l’électorat à compter du milieu de l’année 2013. L’action décisive de la première ministre Marois dans les jours qui ont suivi la accident ferroviaire de Lac-Mégantic, en juillet 2013, marque le début d’un recentrage de l’action du gouvernement48.

Le politologue Jean-Herman Guay note que ce changement d’approche s’accompagne d’un virage vers le centre de l’échiquier politique, marqué par deux budgets où dominent le contrôle serré des dépenses et certaines hausses de tarifs. La reprise en main du gouvernement péquiste s’est également manifestée à l’automne 2013 avec le débat sur la charte de la laïcité, où la position du parti gouvernemental lui a permis de reprendre le contrôle du jeu politique: « il a coincé la CAQ, qui propose une position de compromis, et déstabilisé le PLQ, visiblement mal préparé à un débat aussi énergique », évalue le journaliste politique Alec Castonguay, dans un texte publié au début de la campagne électorale48.

Notes et références

  1. Daniel Béland et André Lecours, «  Le nationalisme et la gauche au Québec », Globe : revue internationale d’études québécoises,, vol. 14, no 1,‎ 2011, p. 37–52 (DOI 10.7202/1005985ar)
  2. François-Pierre Gingras, « L’idéologie indépendantiste au Québec: de la revendication nationale au projet social », Cahiers internationaux de sociologie, vol. 59,‎ July–December 1975, p. 273–284 (JSTOR 40689738)
  3. (en) Maurice Pinard et Richard Hamilton, « The Parti Québécois Comes to Power: An Analysis of the 1976 Quebec Election », Canadian Journal of Political Science, vol. 11, no 4,‎ décembre 1978, p. 767 (JSTOR 3231031) :

    « As in many other nationalist movements active in the world today, the PQ combines its radical nationalist and its modern-democratic orientations with social democratic ones. The latter have also become reflected in its support. »

  4. William D. Coleman, « Rethinking Social Democracy: The PQ’s Projet de Société », Constitutional Forum, vol. 6, no 1-4,‎ 1994, p. 1–5 (lire en ligne)
  5. Parti Québécois, « Histoire »,‎ 2013 (consulté le 30 décembre 2013)
  6. Marois 2008, p. 11-13
  7. Marois 2008, p. 13
  8. Marois 2008, p. 15
  9. Marois 2008, p. 16
  10. Marois 2008, p. 23
  11. Marois 2008, p. 24
  12. Marois 2008, p. 26
  13. Marois 2008, p. 26-27
  14. Marois 2008, p. 28
  15. Duchesne 2002, p. 160-161
  16. Godin 2001, p. 530-531
  17. Godin 2005, p. 117
  18. Directeur général des élections du Québec, « Élections générales. 1981, 13 avril » (consulté le 19 juillet 2007).
  19. Katia Gagnon, « Pauline en cinq temps », La Presse,‎ 19 mai 2007, A2.
  20. Assemblée nationale du Québec, « Pauline Marois »,‎ 2007 (consulté le 19 juillet 2007).
  21. Godin 2005, p. 377-381
  22. Duchesne 2002, p. 493-502
  23. Le sondeur du Parti québécois, Michel Lepage, a interrogé les militants péquistes sur leur préférence en juin 1985. Pierre Marc Johnson se classait au premier rang avec 67 % des appuis, suivi de Bernard Landry avec 14 %. Pauline Marois arrivait loin en troisième place avec seulement 4,2 % des appuis. (Godin 2005, p. 494).
  24. Godin 2005, p. 495
  25. Course à la direction du Parti québécois, sur QuébecPolitique.com (consulté le 22 juillet 2007)
  26. Duchesne 2004, p. 47
  27. Duchesne 2004, p. 84-86
  28. Directeur général des élections du Québec. Élections partielles. 1988, 20 juin (Anjou, Roberval). Page consultée le 20 juillet 2007.
  29. Raymond Bréard, « «Les jeux de coulisse de Madame» », La Presse,‎ 31 mai 2007, A22
  30. Radio-Canada, « Bernard Landry quitte la vie politique », Radio-Canada Nouvelles,‎ 5 juin 2005 (lire en ligne)
  31. Radio-Canada, « Référendum: Pauline Marois précise sa position », Radio-Canada Nouvelles,‎ 9 septembre 2005 (lire en ligne)
  32. Robert Dutrisac et Hélène Buzzetti, « Un combat de géants: Marois-Duceppe », Le Devoir,‎ 12-13 mai 2007 (lire en ligne).
  33. Kathleen Lévesque, « L’électrochoc Pauline Marois », Le Devoir,‎ 14 mai 2007 (lire en ligne).
  34. Alexandre Shields, « Les députés bloquistes serrent les rangs derrière Gilles Duceppe », Le Devoir,‎ 14 mai 2007 (lire en ligne).
  35. Michel David, « Tel un phénix », Le Devoir,‎ 14 mai 2007 (lire en ligne).
  36. Michel Corbeil, « Le SPQ-Libre se range derrière la nouvelle candidate », Le Soleil,‎ 13 mai 2007 (lire en ligne).
  37. Pednault, Steven, Le PQ ouvre la porte au dégel, L’Express, 18 mars 2008, consulté en ligne le 10 mai 2012.
  38. Radio-Canada. Pauline Marois: c’est officiel. Le 26 juin 2007.
  39. Paul Roy, « Pauline Marois est chef du PQ », La Presse,‎ 27 juin 2007 (lire en ligne).
  40. Antoine Robitaille, « Pauline Marois se présentera dans Charlevoix », Le Devoir,‎ 13 août 2007 (résumé).
  41. (en) William Marsden, « How estate was built on public, farm lands », The Gazette,‎ 22 septembre 2007 (lire en ligne).
  42. Voir aussi Élection partielle québécoise de 2007.
  43. Simon Boivin, « Marois gagne son pari », Le Soleil,‎ 24 septembre 2007 (lire en ligne).
  44. Sylvain Desmeules, « Élection dans Charlevoix: un couronnement sans débordement », Le Soleil,‎ 25 septembre 2007 (lire en ligne).
  45. Norman Delisle et Presse canadienne, « Marois assermentée », La Presse,‎ 11 octobre 2007 (lire en ligne).
  46. Antoine Robitaille, « Fort vote de confiance pour Pauline Marois », Le Devoir,‎ 16 avril 2011 (lire en ligne)
  47. Brian Myles, « Le SPVM et la SQ enquêtent sur l’attentat », Le Devoir, Montréal,‎ 6 septembre 2012 (lire en ligne)
  48. Alec Castonguay, « Les neuf vies de Pauline Marois », L’actualité,‎ 7 mars 2014 (lire en ligne)

Annexes

Bibliographie

  • Sophie Bérubé, S’amuser au féminin, Montréal, Les intouchables,‎ 2008, 156 p. (ISBN 978-2-89549-331-0)
  • Pierre Duchesne, Jacques Parizeau, vol. 2 : Le Baron, 1970-1985, Montréal, Québec Amérique,‎ 2002, broché, 535 p. (ISBN 2-7644-0153-1)
  • Pierre Duchesne, Jacques Parizeau, vol. 3 : Le Régent, 1985-1995, Montréal, Québec Amérique,‎ 2004, 601 p. (ISBN 2-7644-0280-5)
  • Sophie Durocher et Claude Fortin, Salut les amoureux : Une anthologie des plus belles histoires d’amour québécoises, Montréal, Stanké,‎ 2003, 180 p. (ISBN 2-7604-0894-9)
  • Graham Fraser, Le Parti québécois, Montréal, Libre expression,‎ 1984, 432 p. (ISBN 2-89111-207-5)
  • Pierre Godin, René Lévesque, vol. 3 : L’espoir et le chagrin (1976-1980), Montréal, Boréal,‎ 2001, broché, 631 p. (ISBN 2-7646-0105-0)
  • Pierre Godin, René Lévesque, vol. 4 : L’homme brisé (1980-1987), Montréal, Boréal,‎ 2005, broché, 604 p. (ISBN 2-7646-0424-6)
  • Isabelle Lacroix, « Peut-on parler du “New PQ”? », dans Myriam Fahmi (dir.), L’état du Québec 2011, Montréal, Boréal,‎ 2011 (ISBN 978-2-7646-2088-5), p. 193-198
  • Pauline Marois et Pierre Graveline, Québécoise!, Montréal, Fides,‎ 2008, 261 p. (ISBN 9782762127676)
  • Évelyne Tardy, Égalité hommes-femmes? Le militantisme au Québec : le PLQ et le PQ, Montréal, Hurtubise-HMH, coll. « Les Cahiers du Québec »,‎ 2003, 222 p. (ISBN 2-89428-643-0)
  • Martine Tremblay, Derrière les portes closes : René Lévesque et l’exercice du pouvoir (1976-1985), Montréal, Québec Amérique,‎ 2006, 710 p. (ISBN 978-2-7644-0453-9)
  • Anne-Marie Villeneuve, Paroles de femmes : Entretiens sur l’existence, Montréal, Québec Amérique,‎ 2003, 240 p. (ISBN 978-2-7644-0265-8)

Jacques-Michel Dunoyer et Didier Castell-Jacomin à l’expo-concert de Saint-Paul-de-Vence en avril 2014

Thursday, March 20th, 2014

Par Roger-Luc Chayer

Une exposition dédiée à l’artiste impressionniste J.M Dunoyer se tiendra au Musée Saint-Paul, 2 rue Grande à Saint-Paul-de-Vence du 12 avril au 22 Juin prochain  “Jacques-Michel Dunoyer, la nature au bout du pinceau”.

gwenjacques

La soirée vernissage/événement aura lieu le 12 avril de 17h00 à 20h30 environ.
Dès 17h00 : visite de l’exposition au Musée
18h30 conférences d’Olivier-Henri Sambucchi et Claire Chapelier à l’auditorium de Saint-Paul, route des Serres
19h00 concert en hommage à l’artiste: Didier Castell-Jacomin, piano, Liza Kerob (supersoliste du Philharmonique de Monaco), violon, Laurence Malherbe, soprano avec projection d’oeuvres sur écran géant ( les morceaux choisis étant ceux sur lesquels peignait l’artiste).
20h00 cocktail

—-

Concernant l’exposition au Musée du 12 avril au 22 Juin, outre les oeuvres exposées, il y aura projections sur grand écran de certaines oeuvres avec la musique  de Didier Castell-Jacomin avec ses concerti de Mozart K.414 et K.415 edités par Calliope puis réédités récemment par Disques A Tempo (label international Canadien), afin que le public s’immerge dans la musique et la Nature, Univers du peintre… Voir le site du CD de Didier Castell-Jacomin ici.

—-

Didier Castell-Jacomin sur Jacques-Michel Dunoyer:

Mon amitié avec le peintre Jacques-Michel DUNOYER a debutée le soir de l’anniversaire de sa fille Geraldine voici plus de 15 années … Depuis on ne s’est plus quitté… Il a souvent peint sur mes enregistrements dès lors qu’il m’a rencontré et s’est éteint sur les concerti de Mozart que j’avais enregistré en 1998. D’où mon idée à l’occasion du vernissage de faire en deuxième partie un concert événement avec Liza Kerob et Laurence à l’Auditorium de St Paul de Vence. Le piano( Amadeus…) le violon ( sa maman) et l’Opéra qu’il aimait tant. Avec des projections sur grand écran de ses oeuvres, musique et peinture s’entremêleront…
Il a toujours baigné dans l’univers de la musique, sa maman Marie-Thérèse était premier violon du conservatoire d’Arras.
S’il n’avait pas été artiste, il aurait voulu être chef d’Orchestre. Il comparaît le geste de son pinceau à celui d’un chef d’orchestre et peignait en musique: Chopin, Mozart et l’Opéra accompagnaient sa peinture. Son atelier était une vraie salle de concert!!
La peinture impressionniste lui semblait très proche de celle de Mozart: Cascades de couleurs pour Cascades de notes et à la mort de ses parents il a rajouté un A pour Amadeus (aimé de Dieu) à sa signature,  en hommage au compositeur avec lequel il se sentait si en phase et qui l’a aidé à soulager sa peine.
Cette fameuse soirée ou nous rencontrâmes fut une réelle révélation pour nous deux. Je me souviens avoir commencé a jouer la fantaisie de Mozart K.397, Jacques vint s’asseoir sur les marches de l’escalier qui menait a l’instrument. Je pouvais sentir sa présence derrière moi, ses enfants Géraldine et Cédric, son épouse Gwendoline s’approchèrent, leurs amis firent de même dans un silence ou l’on aurait pu entendre les couleurs de la musique émaner de l’instrument. Les amis de la famille venaient un à un s’installer dans le salon. Ce fut pour nous tous un moment ou le temps n’avait plus d’importance, est-ce cela qu’on appelle l’instant de grâce? Je pense que oui. Les dernières notes égrenées de la Fantaisie de Mozart, la relation magique qui m’unit a jamais à cette famille opéra. Jacques m’a alors donné deux clefs essentielles a mon développement musical et d’homme. Deux mots résonnent toujours et encore en moi, ceux de Jacques: Harmonie et Élévation.

Dès lors, le peintre m’ouvrit son cœur et son âme. Je fus admis a entrer dans l’antre du génie, il m’expliqua alors l’Art d’atteindre le sublime ou, du moins, d’y tendre. J’ai eu la chance extraordinaire d’assister a l’une de ses créations dans son atelier, oh bien sûr pas longtemps, mais c’était déjà beaucoup pour moi. Jacques peignait comme on joue du piano! D’une main sure et habile il posait sur la toile ces couleurs si chatoyantes qui me faisaient penser à un musicien qui  n’a pour but que de sublimer l’oeuvre dont il en a la responsabilité. Mais lui était un véritable créateur, moi je ne suis qu’un interprète.

Un jour de juillet 99, je suis allé a la galerie que tenait sa fille Géraldine, un tableau de Jacques m’a séduit. Je lui ai demande son prix, elle me renvoyât à l’atelier de son père en me disant qu’elle n’en connaissait pas la valeur … j’ai fait semblant de la croire….
Sur la pointe des pieds je me suis risqué à entrer dans l’atelier du créateur. Il m’y accueillît avec ce sourire généreux que seuls sa famille et ses amis intîmes lui connaissaient. Je me suis aventuré à lui demander le prix de l’œuvre dont j’étais tombé amoureux, il me répondit qu’elle n’avait pas de prix… et que c’est pour cela qu’elle me revenait de droit, car entre artistes il était hors de question d’aligner quelque chiffre que ce soit. Il m’a dit: “tu l’aimes?” et d’une voix presque inaudible, car impressionné, je lui répondit que oui.
 Je suis reparti avec cette œuvre “un Bouquet” sous le bras, fier comme Artaban, car Jaques m’avait donné bien plus qu’une partie de lui, il m’avait donné sa confiance et c’est alors que je commençais à realiser le chemin qui me restait à parcourir pour devenir comme lui.
Je pourrais aisément écrire des pages et encore des pages sur cette relation qui nous unissait, même au delà de la mort.
Je ne suis pas sûr que ses enfants et son épouse savent précisément ce que je ressens pour cet homme d’exception, mais ils le découvriront un peu grâce à ces quelques lignes.
Je reprends donc le flambeau de Jacques avec ses deux mots magiques qui me suivent a jamais… Harmonie et Élévation, et ces mots ne m’appartiennent pas, ni a Jacques d’ailleurs, ils appartiennent a l’humanité toute entière. Nous n’en sommes que les témoins, et je suis fier d’être l’un d’entre eux grâce à mon ami qui sut m’ouvrir les yeux sur le beau.

L’hommage rendu à Jacques avec cette expo-concert commencera évidemment sur la Fantaisie K.397 de Mozart qu’il affectionnait tant. J’ai tenu à ce que mes amies Laurence Malherbe et Liza Kerob interviennent également pour les raisons que j’ai évoquées plus haut, mais pas uniquement. J’ai un profond respect et  une très grande admiration pour ces magnifiques Artistes, là aussi une histoire unique nous lient elles et moi.

Je souhaite rendre un hommage à Jacques avec des Artistes qui sont d’une humanité indéniable, comme l’était le peintre, et dont la sensibilite n’a d’égale que leur grandeur d’âme. Imaginez toutes ces couleurs qui vont s’entremêler!  
Merci Jacques, Merci.

Programme:

Mozart Fantaisie K.397: (Didier Castell-Jacomin en solo)
Intro: Photo de l’artiste dans l’atelier puis fondu enchaîné après quelques mesures sur…
- Chemin de Provence
- Après l’orage

Sonate piano-Violon avec Liza Kerok Mozart K.304
1er mouvement:
- la mare, Jersey
- lac où mon ame tremble
- etang de Monet, Giverny
- amandiers

2ème mouvement de la sonate K.304
- Bouquet de roses
- bouquet
- grand bouquet aux soleils
- grande composition florale
- bouquet tons mauves

Pian- chant avec Laurence
Die Krahe (schubert)
- le torrent gele

Der Nussbaum (Schumann)
- maison marais poitevin
- c’est un trou de verdure

Aus den Habraischen gesangen (Schumann)
- au milieu coule une riviere
- Bouquet aux anemones

Liebst du um Schonheit (Schumann)
- Coquelicots de provence

Le trouvere Verdi (stride la vampa)
- la maison aux genets, provence
- la voute

Piano seul Chopin Mazurka op.24 n.1
- Amandiers en fleurs
- mas provencal sous la neige

Cecile Chaminade (etude de concert “Automne” op.35 n.2
- Jardins du chateau de Beauregard
- Riviere
- riviere d’automne
- St Paul de Vence
- arbre jaune sous la neige

Schubert (Klavierstucke op. posthume D.946 n.2)
- maison de Monet, Giverny
- feuilles mortes
- portail au bout du parc
- neige col de Vence
- fondu enchainé avec photo de l’artiste accoudé sur son tableau

The Queen praises gay rights charity’s ‘special anniversary’ in royal surprise

Sunday, March 9th, 2014

Pinknews

Queen Elizabeth II has congratulated one of Britain’s oldest LGBT charities in a rare moment of acknowledgement for LGBT people.

In her 62-year reign of the UK and the Commonwealth, the 87-year-old monarch has never once visited or become a patron of an LGBT charity.

She is a patron of over 600 charities – but none of them are for LGBT rights and the monarch has never publicly voiced her support of equal rights.

However, the Queen appeared to break with her own self-imposed protocol after it was revealed last night that she had congratulated the London Lesbian & Gay Switchboard as part of its 40th anniversary.

In her message the Queen said: “Best wishes and congratulations to all concerned on this most special anniversary.”

Prime Minister David Cameron said: “I would like to take this opportunity to congratulate the London Lesbian & Gay Switchboard on reaching its 40th anniversary.

“Since 1974 there has been real progress towards lesbian, gay, bisexual and transgender equality. Voluntary organisations, such as the Switchboard, have made a vital contribution to that progress. The government continues to work to create a fairer and more equal society by removing the barriers to equality that LGBT people face.”

Deputy Prime Minister Nick Clegg also congratulated the Switchboard along with London Mayor Johnson and Labour leader Ed Miliband.

New York mayor out of step with St Patrick’s Day march over anti-gay ban

Sunday, March 9th, 2014

Theguardian.com

Bill de Blasio is the first New York mayor for 21 years to boycott the St Patrick’s Day parade over its ban on gay participants – but is he doing enough?
Young marchers at 2013's St Patrick's Day parade in New York.

Young marchers at 2013′s St Patrick’s Day parade in New York. Photograph: Ramin Talaie/Getty Images

For the last 10 weeks, Bill de Blasio, the fledgling mayor of New York, has been painting a fresh face on this endlessly changing city. Under the banner “a tale of two cities”, he has pledged to overcome the growing gulf between rich and poor and re-establish New York as a global hub of progressive politics.

But in the last few days he has been embroiled in a tale of two cities of a different order. Not rich versus poor, but tolerant and modern versus bigoted and antiquated.

The focal point is the St Patrick’s Day parade, the oldest Irish tradition in America, that has been held every year since 1762, more than a decade before the declaration of independence. On 17 March, 200,000 marchers, many in city uniform, will strut up Fifth Avenue from 44th Street to 79th Street in front of a million-strong crowd in celebration of all things Irish. Well, not all things Irish. Not gay or lesbian Irish. In 1991 a gay group that gained an invitation to march was showered with abuse from spectators, prompting organisers to institute a ban the following year. Since 1993, when the federal courts sanctioned the ban, the parade’s organisers have blocked the attendance of gay individuals or groups who openly display their sexual identity.

A similar prohibition has existed in the St Patrick’s Day parade in Boston since 1995, when the US supreme court ruled it was the organisers’ first amendment right to dictate who they allowed to march.

This perennial sore, which has provoked protests every year for more than two decades, has now erupted into the public glare, partly as a result of the stance taken by De Blasio, who has broken with tradition and vowed to boycott the proceedings.

The move is in tune with the mayor’s actions in his first two months in office, in which he has attempted to kick the city, sometimes squealing, in a liberal direction.

He has waged a very public fight with the governor of New York state, Andrew Cuomo, over raising taxes on wealthy New Yorkers; pushed his plan for universal pre-kindergarten education; put a stop to the controversial policing tactic of stop-and-frisk; and appointed a slew of progressive activists to top city hall jobs.

With all that under way, De Blasio could hardly stand by and watch impassively as the St Patrick’s Day parade went ahead, anti-gay ban stubbornly in place. As a result, on 17 March the parade will go ahead without the mayor of New York in attendance for the first time in more than 20 years. De Blasio will earn himself the distinction of being the first mayor since David Dinkins in 1993 to boycott the event.

Last weekend De Blasio underscored his decision by turning up at a counter-event called the St Pat’s For All parade in Queens. “This parade is what New York City is all about,” he said sparingly, without alluding directly to the spat with the official parade.

For seasoned observers of New York, such as Tom Finkel, editor-in-chief of Village Voice, the surprising element of De Blasio’s stand is how long it has been in coming. “He clearly feels the climate is ripe for this – his predecessors [Michael Bloomberg and Rudy Giuliani] didn’t judge it expedient to cross this line in the past.”

Finkel believes the fact the ban still exists in 2014 underlines the multifariousness of New York, or as Walt Whitman famously said about himself, that it “contains multitudes”. “When New Yorkers look outward we are tempted to see the world as a very progressive place, but if you look a little closer – even inside the city – you find it’s not so simple.”

And yet a wind of change is blowing forcefully across America. Seventeen states, including New York, have incorporated gay marriages, and even the most conservative states such as Arizona and Kansas have held back from enacting overtly discriminatory anti-gay legislation, for fear of damaging the local economy.

Which leaves the New York parade looking all the more retrograde and anomalous, bizarrely so for a city that lays claim to being the progressive capital of America. So what has the parade committee to say about all this?

The organisers did not respond to a request for comment from the Observer. It is perhaps a sign of the times that a prominent supporter would defend the ban only on the basis of anonymity. The individual, who works for one of the parade’s big sponsors, said that the story was far more nuanced than LGBT campaigners had suggested. “This is a parade that celebrates the Irish Catholic community in America. We want to be tolerant and accepting,” he said.

So why wasn’t the parade tolerant and accepting?

“The parade committee has been guarded about keeping politics out of the parade. It is not anti-homosexual, it merely wants to prevent people carrying signs that affirm homosexuality.”

The sponsor went on to suggest that gay and lesbian groups were actively avoiding applying to march because that suited their political purposes. He recommended they set up a group in honour of Fr Mychal Judge, chaplain to the New York City fire department who died in 9/11 and who was revealed after his death to have been a non-practising gay man. “They could march under his name and avoid words like ‘pride’ or ‘homosexuality’, and that might be fine,” he said.

A similar approach has been taken in Boston this year where parade organisers have been in groundbreaking, but so far fruitless, discussions with gay rights group MassEquality. The sticking point was the insistence by the parade committee that marchers not wear anything that signalled their sexual orientation.

“We made it clear that we would only march if LGBT people are able to march openly and honestly,” said MassEquality’s director Kara Coredini. To which the head of the parade committee, Philip Wuschke, replied: “We gave them what we figured was reasonable. They wanted it all.”

Emmaia Gelman, whose ancestors came from Co Cavan in Ireland, runs the blog of the New York-based LGBT group Irish Queers. She explained why she hadn’t applied to march: “Why would I want to? I don’t want to march with guys who hate me.”

Her only objective, she said, was to put an end to the homophobia that the parade enshrined. In that regard, she and her fellow campaigners were disappointed that in their view De Blasio had not gone far enough. The mayor might be boycotting the event himself, but, ignoring the demands of protesters, he has made clear he will allow officers of the NYPD and fire department, who make up a large proportion of the marchers, to attend if they wish.

That has given Bill Bratton, the media-savvy new police commissioner of New York, space to announce that he will attend. “My sister is gay,” Bratton said, a remark that failed to impress LGBT campaigners.

“City officials, whose salaries are paid for by the people of New York, absolutely do not have the right to march in a homophobic parade. That’s a hard message for De Blasio to give to police officers about their favourite parade, but it’s still the right thing to do,” Gelman said.

So the 2014 St Patrick’s Day parade promises to be another lively affair, and not just because of the copious amounts of alcohol that will flow throughout the city. For De Blasio, the dispute threatens to become a persistent headache that could run throughout his term in office, dragging on him as he struggles to revive New York‘s reputation as the world’s greatest liberal city.

New Look bans gay staff from discount that straight employees can use

Sunday, March 9th, 2014

Pinknews.co.uk

New Look has now said its policy is 'under review'
New Look has now said its policy is ‘under review’

Get the latest LGBT headlines in your inbox with our free daily newsletter!

37 reader comments

PinkNews Exclusive
A leading high street clothing retailer has put its staff discount policy “under review”, after a PinkNews investigation revealed that it may be “indirectly discriminating” against gay and lesbian staff members in breach of the Equality Act 2010.

PinkNews was approached by a group of several New Look employees, who forwarded a document detailing the staff discount policy, but who wished to remain anonymous.

As it stands, New Look’s staff discount policy allows all employees a 50% discount for themselves, and 50% for one other person. The catch is that the other person has to be of the opposite sex.

The discount also allows any staff member give away the discount to any two people, one male and one female, should they choose not to use it themselves.

PinkNews spoke to several staff members at a number branches of the retailer, all of whom were under the impression that the discount would allow a gay or lesbian partner of a staff member to use the discount.

Despite this, there is no way for an employee in a same-sex relationship to offer the discount to their partner.

When approached by PinkNews, a spokesperson for the company initially pointed to the policy document, stating: “New Look does not base this staff privilege around couples, the policy is focused on our employees having the benefit of discount across both menswear and womenswear clothing – they can use this how they choose to.”

The representative also said the discount was “based on margins and stock levels… in order to spread spend across the stock options, protect profit and be able to more easily identify misuse of staff discount.

“It is absolutely not designed to be a couples benefit and is primarily a benefit to be used by the person employed by New Look.”

New Look stated that there was no requirement to be in any kind of relationship including civil partners, and that the only stipulation was that the discount was only available to one male and one female.

It stated there was “no requirement that you are co-habiting, in a partnership (civil or otherwise), or married.”

Straight couples currently cannot enter civil partnerships in the UK, so it is unclear why civil partnerships are included in the policy description. New look did not respond to a question regarding this.

On seeking legal advice, PinkNews pointed out that the benefit was possibly in breach of the Equality Act 2010, through “indirect discrimination”, by allowing all straight employees the choice to use the discount for their opposite-sex partner, but denying the same choice to gay, bisexual or lesbian staff.

A New Look spokesperson has now responded to say: “At New Look we are committed to listening to our employees to make sure they are being treated fairly and we continually review policies to make sure they match this. In light of recent feedback from our employees on our staff discount privileges we are reviewing our current policy in its entirety and ask for sufficient time to complete this.”

Mark Bramwell, a Solicitor at MyLawyer, a firm providing legal services for Barclays, Natwest and RBS, The AA and Admiral, had advised PinkNews that in his opinion, the policy was in breach of the Equality Act through “indirect discrimination”.

He said: “This is clearly indirect discrimination of gay staff and a breach of the Equality Act 2010.

“The opposite sex criterion New Look has applied to the nominated friend 50% staff discount places gay staff at a particular disadvantage as they are precluded from nominating their partner unlike straight staff. Giving the discount to their mum, dad, sibling or friend would not put them in the same position as straight staff. Equally, it would be difficult for New Look to justify this policy if a claim was made as it is hard to see what genuine business reasons they could put forward for this rule.

“It seems that not much (if any) consideration was given of the implications of such a criterion or the fact that someone of a particular sexual orientation would be less likely to meet it.”

Since this article was published, Labour Shadow Equalities Minister Gloria De Piero told PinkNews: “New Look should think about the message this may send to staff in same sex relationships who want to take advantage of the offer for their partner just as opposite sex couples do.”

Conservative Party Vice Chairman Michael Fabricant said: “I am surprised and slightly alarmed that a trendy clothing chain like New Look can be so old fashioned in their treatment of gay employees. Their HR department should have spotted this.”

Acting Stonewall Chief Executive Ruth Hunt, told PinkNews: “Lesbian, gay and bisexual people play a rather important role in Britain’s fashion industry. If New Look wants to attract the very best staff they might want to revisit this particular policy.”

Une invention militaire censée guérir du sida agite la Toile égyptienne

Sunday, March 9th, 2014

Rfi.fr

Les forces armées égyptiennes disent avoir mis au point la toute première machine au monde capable de traiter le sida et l’hépatite C. Dix jours après cette annonce, la Toile égyptienne n’en finit pas de s’émouvoir. Exploit pour les uns, scandale pour les autres, la polémique fait rage.

L’appareil a été dévoilé le 23 février lors d’une conférence au département du génie militaire à laquelle assistaient le président par intérim Adly Mansour et le ministre de la Défense, le maréchal Abdel Fattah al-Sissi. Nom de l’appareil ressemblant à celui de la dialyse : CC pour Complete Cure (guérison ou cure complète). L’inventeur de l’appareil est le général docteur Ibrahim Abdel Atty qui explique que l’appareil détruit les virus de l’hépatite C et du sida grâce à une combinaison d’ondes électromagnétiques et de rayons ultraviolets. Mais les déclarations les plus fracassantes sont réservées par l’inventeur aux télévisions publiques et privées. Selon Abdel Atty, le secret de son appareil est comparable au secret de la construction des pyramides, et les virus une fois traités, sont si « inoffensifs qu’il peut les donner à manger au patient dans de la kofta », une brochette de viande hachée de mouton grillée.

Les réseaux sociaux bouillonnent

Sur internet, l’affaire est mentionnée avec un énorme «Lol» (éclat de rire) ou «Mdr» (mort de rire). Facebook grouille de photomontages et de dessins sarcastiques. « L’armée vous guérira en vous embrochant », « Décret présidentiel nommant le général Abdel Atty grand chef de la brochette de Kofta ». Même Mohamed el-Baradei, vice-président démissionnaire et grand opposant aux régimes des présidents Moubarak et du Frère musulman Mohamed Morsi ne peut s’empêcher de tweeter : « Si vous voulez construire une maison adressez-vous à un ingénieur, si vous voulez vous soigner adressez-vous à un docteur, mais si vous voulez manger adressez-vous à l’armée, elle fait une excellente Kofta ».

Adversaires et partisans d’al-Sissi mobilisés

L’affaire a pris une dimension politique avec un affrontement sur le net des adversaires et des partisans du maréchal al-Sissi, ministre de la Défense et potentiel candidat à la présidence de la République. Les anti-militaires n’ont pas manqué de rappeler que le diminutif de l’appareil miracle guérissant du sida est CC pour Complete Cure. Or le C se prononce «si» en anglais. Deux C donnent donc «sissi» du nom du maréchal que ses partisans et ses adversaires symbolisent sur les graffitis par deux C. Les médias sociaux reprennent des déclarations du conseiller scientifique de la présidence Essam Heggy qui qualifie « l’invention » de scandale. Ils reprennent aussi un programme télévisé qui affirme que le général docteur Abdel Atty n’est ni général ni docteur. Il est en réalité général honoris causa et son doctorat n’est pas en médecine, mais en chimie. Mieux, Abdel Atty apparaissait dans un programme sur une chaîne religieuse dans un programme de guérison par le Coran et commercialisait des herbes censées guérir l’hépatite C. Les pro-militaires répondent en accusant les détracteurs de l’invention d’être eux-mêmes des virus du sida et de l’hépatite C dont il faut débarrasser la société et soulignent que l’invention a été homologuée. En attendant, les malades, surtout ceux atteints de l’hépatite C, qui se comptent par millions en Egypte, espèrent que l’information s’avérera vraie.

Plusieurs résultats prometteurs dans la lutte contre le sida

Sunday, March 9th, 2014

Lemonde.fr

Alors qu’une conférence sur les rétrovirus et les infections opportunistes (CROI) se tient du 3 au 6 mars à Boston, des travaux consacrés à la lutte contre l’infection par le VIH, ou à la guérison des patients infectés, ont été rendus publics. Les résultats sont encourageants.

  • Un traitement précoce efficace pour un nouveau-né séropositif

Des médecins de l’université de Californie (Los Angeles) ont annoncé, mercredi 5 mars, qu’une petite fille née infectée par le virus du sida ne portait désormais aucune trace d’infection après onze mois de traitement avec des antirétroviraux.

Les médecins ont dit avoir commencé à lui donner des antirétroviraux seulement quatre heures après qu’elle fut née d’une mère séropositive. Le traitement n’a pas cessé depuis.

« Ce qui est le plus remarquable avec ce bébé, c’est la rapidité avec laquelle le virus a disparu, les tests d’ADN étaient négatifs quand elle avait 6 jours et le sont restés depuis », a expliqué Dr Yvonne Bryson, professeur de pédiatrie qui a participé aux soins de l’enfant.

« A ce stade, nous ne parlons pas encore de guérison mais de rémission. Cependant la seule façon de [savoir si elle est guérie] serait d’arrêter le traitement antirétroviral », a-t-elle dit, soulignant que la charge virale restait indétectable.

Le premier cas d’un nouveau-né séropositif apparemment guéri à la suite d’un traitement après la naissance avait été rendu public en mars 2013. La petite fille née dans le Mississippi avait reçu des antirétroviraux moins de trente heures après sa venue au monde.

Elle a ensuite été traitée jusqu’à ses 18 mois. Aucun des tests sanguins effectués ensuite n’a détecté la présence du VIH. Des analyses génétiques ont détecté des traces du virus, insuffisantes pour sa réplication.

  •  Des cellules immunitaires génétiquement modifiées

Des chercheurs américains sont parvenus à modifier génétiquement des cellules immunitaires de 12 malades infectés par le VIH pour créer une résistance naturelle au virus. Cela a permis à certains d’arrêter jusqu’à trois mois leur thérapie antirétrovirale, explique une étude publiée mercredi 5 mars dans The New England Journal of Medicine.

« Il est possible de modifier en toute sûreté et efficacement les cellules immunitaires, les lymphocytes T, d’un patient séropositif pour créer une résistance naturelle au VIH », y affirme Dr Carl June, professeur d’immunothérapie à l’université de Pennsylvanie.

« Ces cellules modifiées transfusées dans l’organisme des malades ont persisté dans leur corps et permis potentiellement de réduire la charge virale sans utiliser d’antirétroviraux », poursuit le principal auteur de ces travaux.

Pour cette étude clinique, Dr June et son équipe ont modifié des cellules T de ces patients afin de reproduire une mutation rare dans le gène CCR5, qui empêche le VIH de pénétrer dans les cellules immunitaires. Cette mutation, présente seulement chez 1 % de la population, confère une résistance naturelle au virus du sida.

« [L'étude] renforce notre conviction que des cellules immunitaires T sont la clé pour éliminer le besoin de prendre des antirétroviraux toute sa vie, ce qui peut potentiellement conduire à une forme de guérison », explique Dr June.

  • Protection contre le VIH grâce à des injections mensuelles

Des injections mensuelles d’antirétroviraux contre le virus responsable du sida ont totalement empêché plusieurs singes d’être infectés par le VIH pendant plusieurs semaines, selon des études dévoilées mardi 4 mars et menées par deux équipes différentes de virologues.

Des essais cliniques conduits depuis ces dernières années avaient montré que chez des personnes prenant quotidiennement de petites doses d’antirétroviraux, le risque d’être infecté par un partenaire sexuel séropositif pouvait réduire de plus de 90 %, une approche appelée « prophylaxie avant exposition ».

Mais certains de ces essais cliniques ont eu un taux de succès nettement moindre du fait qu’un grand nombre de participants ne prenaient pas leurs antirétroviraux quotidiennement. Les recherches rendues publiques mardi ouvrent la perspective d’une protection efficace grâce à des injections mensuelles, voire trimestrielles.

Au cours de ces deux études, menées par les centres fédéraux américains de contrôle et de prévention des maladies et le Centre de recherche sur le sida Aaron-Diamond à l’université Rockefeller, les chercheurs ont donné une injection mensuelle d’un antirétroviral expérimental à effet prolongé, appelé GSK744, à plusieurs macaques femelles.

Après simulation de plusieurs simulations de rapports sexuels avec un mâle infecté, aucune des femelles traitées n’est devenue séropositive. Les femelles du groupe témoin traitées avec un placebo ont quant à elles toutes été infectées rapidement.

Un premier essai clinique avec 175 personnes devrait commencer plus tard cette année aux Etats-Unis, au Brésil, en Afrique du Sud et au Malawi avec ce même antirétroviral, qui a déjà été approuvé par la Food and Drug Administration, l’Agence américaine des produits alimentaires et pharmaceutiques.

Hollywood n’est toujours pas prêt pour un acteur de film d’action ouvertement gay

Sunday, March 9th, 2014

Slate.fr

Si vous voulez incarner un homo à l’écran, aucun problème, regardez Matt Damon ou Ewan McGregor. Mais être homo «dans la vraie vie» et sauver le monde à l’écran, ce n’est toujours pas possible.

Superman à Acapulco, le 25 décembre 2013. REUTERS/Jesus Solano- Superman à Acapulco, le 25 décembre 2013. REUTERS/Jesus Solano -

En 2008, le magazine de la culture gay OUT mettait en couverture le journaliste star de CNN Anderson Cooper et l’actrice Jodie Foster avec le titre «The Glass Closet» («le placard de verre»).

Dans ses colonnes, le magazine s’interrogeait sur toutes ces célébrités notoirement connus comme homosexuelles mais refusant de faire leur coming-out «public».

publicité

Interrogé par le magazine, un responsable de relations publiques expliquait:

«Il y a quatre types de gays à Hollywood: le gay déclaré, le gay dont la situation est connue de tous mais dont personne parle, le gay marié qui n’en parle jamais et le gay procédurier qui attaque systématiquement. En d’autres termes, l’absence de placard, le placard de verre, le placard en acier et le placard qui sert de cercueil.»

Si, dans un monde idéal, une telle classification ne devrait pas exister; si, dans un monde idéal, personne ne devrait avoir à exposer son orientation sexuelle devant des milliards d’autres êtres humains, il semble quand même que le monde dans lequel nous vivons est ainsi fait. Mais le monde change.

Cinq ans après l’article de OUT, le «placard de verre» n’en est plus vraiment un: Anderson Cooper a fait son coming-out en 2012 dans un e-mail à l’auteur Andrew Sullivan. Jodie Foster l’a fait en 2013 pendant la cérémonie des Golden Globes.

Et beaucoup ont suivi à Hollywood: l’acteur de la série Prison Break, Wentworth Miller, l’acteur de la série Alias, Victor Graber, celui de la série Kyle XY, Matt Dallas, les actrices Raven-Symoné et Maria Bello, l’acteur vu dans Skyfall et Le parfum, Ben Whishaw, et pas mal d’autres moins connus.

Même dans le milieu sportif, réputé beaucoup plus macho que le milieu du show-business, plusieurs athlètes ont révélé leur homosexualité: du basketteur de la NBA Jason Collins au plongeur Tom Daley en passant par le footballeur Robbie Rogers ou le catcheur Darren Young.

1997 paraît loin. Cette année, la comédienne Ellen DeGeneres faisait la couverture de Time Magazine pour dire «Yep, I’m Gay» et voyait sa sitcom Ellen, pourtant si populaire, annulée par ABC l’année suivante après une énorme chute d’audience.

Il semble loin ce temps, Ellen étant aujourd’hui à la tête d’un des talk-shows les plus regardés de la télé américaine et d’ores et la présentatrice des Oscars. En juillet 2012, à propos des coming-out de Anderson Cooper et du chanteur Frank Ocean, le New York Magazine titrait son article: «La nouvelle est sortie. Et tout le monde, captivé, bâilla.»

Voilà. Hollywood (et le monde qui l’entoure) a changé. Dans une certaine limite…

Car il y a encore un tabou, un sérieux tabou. Celui des grands héros du cinéma populaire, les alpha-mâles des blockbusters, ceux qui jouent dans les films d’action, ceux qui jouent les super-héros, les hommes musclés, viriles qui finissent inévitablement par embrasser leur partenaire féminine à la fin du film.

Il n’y a jamais eu de coming-out de ce côté-ci d’Hollywood. Rock Hudson, la plus grande star de comédies romantiques des années 1950-60, n’a jamais révélé son homosexualité jusqu’à sa mort du sida en 1985 –même si le tout Hollywood savait.

A l’écran, pas de problème. Mais dans la vraie vie…

Depuis, rien n’a changé. Et les rumeurs d’homosexualité de Tom Cruise, de John Travolta, de Hugh Jackman, de Will Smith ou de Vin Diesel font le bonheur des discussions de comptoirs et de soirées entre amis. Qu’elles soient alimentées par des acteurs porno en manque de notoriété, par l’appartenance à une secte, une présence un peu trop marquée dans des comédies musicales, une vie privée beaucoup trop privée ou par une vie maritale trop «propre», ces rumeurs prouvent quand même une chose: quand on place sa virilité au centre de sa carrière, il n’est pas (encore) possible d’être homosexuel dans «la vraie vie».

Au cinéma, c’est possible. Pour de faux. Jake Gyllenhaal, Jim Carrey, Ewan McGregor, Heath Ledger, Matt Damon, Michael Douglas, Tom Hanks ou Sean Penn l’ont bien prouvé. Là aussi, c’est une évolution récente.

Pour de vrai, les acteurs craignent pour leur carrière. Ils craignent de ruiner les fantasmes de tous ces petits garçons et adolescents qui ont les posters de leurs films dans leur chambre, ces posters où ils étalent leurs muscles suintants et tiennent fièrement dans leur bras l’actrice qu’ils viennent de sauver des méchants aliens/terroristes.

Ils craignent par conséquent de ne plus trouver de travail, de ne plus être choisi pour les rôles pour lesquels ils sont taillés, pour les rôles qui leur payent leur villa hollywoodienne et leur loft new-yorkais. Dans l’article de OUT Magazine, il y a cette phrase:

«A Hollywood, les choix ne se font pas sur le positif mais sur le négatif. Celui-ci est trop ci ou trop ça. Et les acteurs ne veulent pas être ceux qui donnent le signal d’alarme.»

Bref, s’entendre dire «tu es trop gay» par un producteur ou une directrice de casting n’est pas une option quand on postule au rôle de nouveau sauveur de l’humanité.

Voyez Luke Evans. L’acteur britannique de 34 ans est sur le point de devenir le nouveau héros de films d’action qu’on s’arrache. Sa filmographie est réglée au millimètre pour atteindre cet objectif. La première fois qu’on l’a vu au cinéma, c’est dans le très viril Choc des Titans en 2010, suivi des Trois Mousquetaires et des Immortels en 2011. Cette année, on l’a vu dans Fast & Furious 6, dans le rôle du méchant, et dans Le Hobbit dans le rôle de Bard.

Résultat: en guise d’apothéose à ce début de carrière sévèrement burné, il a été choisi pour être le nouveau The Crow et le nouveau Dracula dans Dracula Untold.

Voilà une carrière à Hollywood sur de bons rails. Avec tout ce qui va avec: juste après Le Choc des Titans, une certaine Holly Goodchild, une attachée de presse pour Armani, annonçait fièrement leur liaison, et c’est elle qui l’accompagne désormais à toutes les avant-premières.

Sauf que…

Sauf que Luke Evans, il y a plus de dix ans, en 2002, lorsqu’il était jeune premier dans la comédie musicale de Boy George Taboo, se disait ouvertement gay dans le magazine The Advocate. «Des gens viennent me voir dans les pubs, les pubs gay bien sûr, et n’arrivent pas à croire que je sois gay!» disait-il fièrement.

Deux ans plus tard, il réitérait même le message dans le magazine gay londonien QX alors qu’il jouait dans la pièce Hardcore, sur l’industrie du porno:

«Je l’ai fait pour moi. Je n’étais pas heureux de vivre dans le mensonge. Alors jouer dans Taboo était le bon moment de faire mon coming-out. Et ça n’a pas du tout gêné ma carrière

Alors, en 2011, quand le blogueur et journaliste Michael Jensen tenta d’en savoir plus sur ce «revirement» auprès de l’attachée de presse de Evans, il  se passa deux choses.

La première: le commentaire habituel «je ne commente pas la vie privée de mes clients dans les médias etc. etc.»

La deuxième: un changement brutal de la fiche Wikipédia transformant «Luke Evans est ouvertement gay»:

Un homosexuel poursuit le gouvernement chinois en justice

Sunday, March 9th, 2014

cameroonvoice.com

xinhua
TEXTE  TAILLE
Augmenter la taille
Diminuer la taille

Homosexuels Chine

Un homme poursuit un gouvernement local en justice après s’être vu refuser l’enregistrement d’une organisation d’homosexuels

Un homme de la province chinoise du Hunan (centre-sud) a décidé de poursuivre en justice le gouvernement local après que les responsables ont refusé sa demande d’enregistrer une organisation d’homosexuels en lui répondant que l’homosexualité «allait à l’encontre de la construction du progrès culturel et idéologique».

Xiang Xiaohua (un pseudonyme), habitant de Changsha, capitale provinciale, a déposé plainte mercredi contre le Département des affaires civiles du Hunan (DACH), accusant les autorités de diffamation dans leurs réponses.

M. Xiang avait fait fin 2013 plusieurs déplacements au bureau des affaires civiles de Changsha pour se renseigner sur l’enregistrement d’une organisation d’homosexuels, mais le personnel avait répondu à chaque occasion que de tels groupes “ne pouvaient pas être enregistrés pour le moment”.

Il a ensuite rempli un formulaire demandant les raisons des refus qui lui avaient été opposés et l’a déposé au DACH, qui a répondu que les organisations devaient se comporter en accord avec la morale, et que les organisation d’homosexuels, qui sont “contre la tradition et la construction du progrès culturel et idéologique”, ne devaient en conséquence pas être établies.

“Cette déclaration porte atteinte à la réputation de la communauté homosexuelle”, a indiqué M. Xiang, ajoutant que le DACH devait se rétracter et publier des excuses.

Cet activiste a exprimé son espoir que les départements concernés pourraient contribuer à faciliter l’enregistrement des organisation d’homosexuels à Changsha, parce que “la loi ne l’interdit pas spécifiquement”.

Le tribunal local décidera s’il ouvrira ou non un dossier dans les sept prochains jours.

L’amour homosexuel sublimé par les photos de Braden Summers

Sunday, March 9th, 2014

vistavie

Le photographe Braden Summers a décidé de réaliser une série de magnifiques photos de couples homosexuels à travers le globe. Sur le fond autant que sur la forme, c’est sacrément beau.

 7019 100Tumblr10 17 36

Braden Summers est un photographe new-yorkais qui a l’habitude de photographier l’amour. Lui-même est gay et ne voyait pas très souvent des couples homosexuels à l’honneur dans son travail.

Il a donc décidé de prendre les choses en main en réalisant ses propres clichés. Il est parti à travers le monde (plus précisément dans six pays : les États-Unis, l’Inde, le Liban, la France, le Brésil et l’Afrique du Sud) pour photographier des couples homosexuels à la manière des magazines, créant des scènes classes, romantiques et surtout très théâtrales.

Summers a donné vie à des couples iconiques dignes des plus célèbres amoureux du cinéma ou de la littérature. Ça mérite une standing ovation !

- See more at: http://vistavie.madmoizelle.com/diaporamas/photos-couples-homosexuels/#sthash.BwPNar04.dpuf

Lors de son passage aux Etats-Unis, le Dalaï Lama a été interrogé sur la question du mariage gay. Et sa réponse est sans équivoque : il n’y voit pas d’objection pour les athées La question du mariage homosexuel a fait couler beaucoup d’encre en France. Alors que la loi en faveur du mariage gay a été adoptée l’année dernière, nombreux sont encore les opposants à cette loi. Et il n’y a pas qu’en France que le sujet fait polémique : le reste du monde est lui aussi divisé sur la question. Pourtant, certaines figures de proue prennent aujourd’hui position comme le Dalaï Lama. Le moine bouddhiste a en effet affirmé ne pas voir d’objection au mariage homosexuel pour les athées. Le chef spirituel ouvert sur le sujet Le chef des Tibétains était hier en visite aux Etats-Unis, pour rencontrer notamment le président Barack Obama et des élus du Congrès. Lors de son passage, il a accordé une interview au célèbre journaliste Larry King, qui n’a pas hésité à lui demander sa position sur le mariage gay. “C’est une question de choix personnel”, a commencé par répondre le Dalaï Lama avant d’expliquer : ” Bien sûr, les gens qui ont des croyances, des traditions, doivent respecter leurs propres traditions – comme le bouddhisme par exemple – et les comportements sexuels que cela implique.” a -t-il expliqué. ” Mais les non-croyants, ça les regarde ! (…) Si deux personnes, un couple, estime que c’est plus pratique, que cela les satisfait plus et que les deux côtés sont d’accord, alors d’accord !” Le chef des Tibétains est donc clair : selon lui, les athées sont libre de décider de leur orientation sexuelle. Le Dalaï-Lama en a également profité pour condamner l’homophobie : la persécution, la violence, ça ce n’est pas bien. C’est une violation des droits de l’homme, a-t-il ajouté. Une déclaration étonnante, sachant que pour l’instant, aucun pays du monde à prédominance bouddhiste n’accepte le mariage homosexuel. Il y a d’ailleurs une douzaine d’années, le Dalaï-Lama avait un tout autre avis et n’était pas aussi ouvert sur le sujet, puisqu’il avait déclaré au journal Le Point, à propos du mariage gay : “Cela fait partie de ce que nous, les bouddhistes, appelons ‘une mauvaise conduite sexuelle‘.” Photo DR @Jim Watson/AFP

Sunday, March 9th, 2014

bvoltaire.fr

Jeudi dernier, à la veille de l’ouverture des Jeux olympiques d’hiver, 52 athlètes retraités ou encore en activité ont soutenu une pétition pour que les autorités russes retirent la loi « anti-gay » qui interdit « toute propagande homosexuelle ». Certains d’entre eux se vêtirent même d’un tee-shirt marqué du chiffre 6 (appelé « Principe Six ») avec comme slogan « le sport ne discrimine pas selon l’origine, la religion, l’opinion politique, le genre ni aucun autre motif », selon les propres termes de la charte olympique.

Le géant Google, sur sa page d’accueil, a paré son Doodle des couleurs arc-en-ciel de la communauté LGBT (lesbienne, gay, bi, trans), avec la phrase suivante en bas de page : « La pratique du sport est un droit de l’homme. Chaque individu doit avoir la possibilité de faire du sport sans discrimination d’aucune sorte et dans l’esprit olympique, qui exige la compréhension mutuelle, l’esprit d’amitié, de solidarité et de fair-play. » Une chaîne de télévision anglaise a également produit une vidéo gay-friendly pour les JO, et l’ensemble des associations gay sont en action. Une véritable opération commando !

Discrimination dans le sport, dites-vous ? Les athlètes n’ont pourtant pas leur sexualité affichée sur le front ! Pourquoi vouloir absolument dévoiler, dans le contexte sportif, leur orientation sexuelle ? Comment expliquer cette tendance à se différencier des autres (Gay Pride, magazines communautaires, Gay Games…), tout en se plaignant sans cesse d’être discriminés ?

En Russie, l’homosexualité a été considérée comme un crime jusqu’en 1993 et comme une maladie mentale jusqu’en 1999. Ce n’est plus le cas et j’en suis, bien évidemment, le premier ravi. Chacun a le droit et la liberté de vivre sa sexualité comme il l’entend. Simplement, le gouvernement russe n’en veut pas la promotion, et c’est là aussi son droit le plus strict. Dans le même temps, dans les pays du Proche et Moyen-Orient, les homosexuels encourent prison et persécutions de la part de l’État lui-même ! Au fait, il existe bien des footballeurs homosexuels ? Qui s’en est soucié lorsque la FIFA a attribué l’organisation de la Coupe du monde de football à la Russie pour 2018 et au Qatar pour 2022 ?

Nous faisons face à une véritable communautarisation homosexuelle qui fait plus de mal que de bien, à force d’acharnement médiatique sur ce sujet, et risque au final de nuire à la vie paisible et sereine d’homosexuels qui, eux, n’ont que faire du lobby gay.

Le Dalaï Lama ne voit pas d’objection au mariage homosexuel

Sunday, March 9th, 2014

Mcetv.fr

Lors de son passage aux Etats-Unis, le Dalaï Lama a été interrogé sur la question du mariage gay. Et sa réponse est sans équivoque : il n’y voit pas d’objection pour les athées

La question du mariage homosexuel a fait couler beaucoup d’encre en France. Alors que la loi en faveur du mariage gay a été adoptée l’année dernière, nombreux sont encore les opposants à cette loi. Et il n’y a pas qu’en France que le sujet fait polémique : le reste du monde est lui aussi divisé sur la question. Pourtant, certaines figures de proue prennent aujourd’hui position comme le Dalaï Lama. Le moine bouddhiste a en effet affirmé ne pas voir d’objection au mariage homosexuel pour les athées.

Le chef spirituel ouvert sur le sujet

Le chef des Tibétains était hier en visite aux Etats-Unis, pour rencontrer notamment le président Barack Obama et des élus du Congrès. Lors de son passage, il a accordé une interview au célèbre journaliste Larry King, qui n’a pas hésité à lui demander sa position sur le mariage gay. C’est une question de choix personnel, a commencé par répondre le Dalaï Lama avant d’expliquer : Bien sûr, les gens qui ont des croyances, des traditions, doivent respecter leurs propres traditions – comme le bouddhisme par exemple – et les comportements sexuels que cela implique. a -t-il expliqué. Mais les non-croyants, ça les regarde ! (…) Si deux personnes, un couple, estime que c’est plus pratique, que cela les satisfait plus et que les deux côtés sont d’accord, alors d’accord ! Le chef des Tibétains est donc clair : selon lui, les athées sont libre de décider de leur orientation sexuelle. Le Dalaï-Lama en a également profité pour condamner l’homophobie : la persécution, la violence, ça ce n’est pas bien. C’est une violation des droits de l’homme, a-t-il ajouté.

Une déclaration étonnante, sachant que pour l’instant, aucun pays du monde à prédominance bouddhiste n’accepte le mariage homosexuel. Il y a d’ailleurs une douzaine d’années, le Dalaï-Lama avait un tout autre avis et n’était pas aussi ouvert sur le sujet, puisqu’il avait déclaré au journal Le Point, à propos du mariage gay : Cela fait partie de ce que nous, les bouddhistes, appelons ‘une mauvaise conduite sexuelle‘.

Photo DR @Jim Watson/AFP

Roger-Luc Chayer

Sunday, March 9th, 2014

Roger-Luc Chayer is a canadian lyrical french horn player and symphony conductor naturalized french citizen in 1995. On November 11th 2012, he received, by order of Queen Elizabeth II, the Diamond Jubilee Medal for is career in Canada and abroad in music and journalism(1). Roger-Luc Chayer sutidues at the Nice National Conservatory of Music in southern France from 1983 to 1991 and finished with a first prize in french horn and a first prize in chamber music orchestra(2) In 1991, he became conductor for the Mediteranean soloists Symphony Orchestra in Nice (3) IN 1992, he was invited by theToulouse National Capitole Orchestra in France (as french horn and special tuben musician) for the production of Strauss’s Elektra (4) His symphonic career spans on two continents fron the Nice Opera Orchestra, Cannes Symphony Orchestra, Nice Philharmonic Orchestra, Nice Conservatory Orchestra, St-Léonard Symphony Orchestra, Bastia (Corsica) Opera House Orchestra to the Montreal Urbain Orchestra and the National Quintet. In 1992, he founded the record label Disques A Tempo that is since very active in recording and promoting exceptionnal artists on CD (5)

Roger-Luc Chayer

Wednesday, March 5th, 2014

Gay Globe Magazine est une revue gaie canadienne de format magazine, publiée depuis 1998 à Montréal et à l’origine sous le nom de Le Point et dont toutes les éditions sont déposées au dépôt légal du Québec et du Canada. Bien que principalement en langue française, Gay Globe Magazine propose régulièrement des articles en anglais, souvent rédigés par Andrew Spano jusqu’en 2011, professeur américain de journalisme et docteur universitaire. Gay Globe Magazine a été fondé par Yves Daoust, un homme d’affaires non lié à la communauté gaie mais qui souhaitait offrir un magazine gai spécialisé en affaires et en santé. Une fois la publication lancée sur papier en noir et blanc au début, vers 1998, Yves Daoust est allé chercher le journaliste Roger-Luc Chayer, qui venait de terminer six ans de présence à la revue RG1 (1993 à 1999) et un passage au Journal de Montréal (1998). Toutes les collaborations de Roger-Luc Chayer à RG sont publiées sur le site de GGTV1. Roger-Luc Chayer, qui a fait l’acquisition de la publication en 2002, est l’actuel éditeur de Gay Globe Magazine, en plus de diriger la première WebTV gratuite gaie francophone au monde Gay Globe TV 2 et a aussi été chroniqueur sur les ondes de TQS (Canal V), dans le cadre de l’émission Le Midi avec André Arthur. Il a été responsable de la chronique Mourial sur la descente dans le tiers-mondisme de la ville de Montréal et ces émissions sont disponibles en rediffusion3.

Roger-Luc Chayer a contribué comme éditeur de Gay Globe Magazine à la rédaction de nombreux textes spécialisés principalement sur la communauté gaie internationale. Dès 2002, le magazine a été converti du noir et blanc vers la couleur, a augmenté le nombre de pages de 12 à 96 pour se stabiliser plus tard à une édition de 32 à 48 pages et a organisé une équipe de ventes de manière à assurer la continuité dans le temps d’une publication 100 % gratuite. Gay Globe Magazine tente d’offrir à ses lecteurs un matériel exclusif qui va au-delà de la nouvelle en publiant des enquêtes qui intéressent particulièrement la communauté gay et qui sont parfois nécessaires comme dans le cas des abus auprès des personnes en phase terminale du SIDA, de la gestion de fonds de certains associations et de décisions politiques qui concernent les gays. Gay Globe Magazine se présente comme un contre-poids du pouvoir en place.

Gay Globe Magazine est le résultat d’une symbiose entre un groupe de divisions qui l’approvisionnent en nouvelles exclusives. Le-National, le World-National, Webmed, Gay Globe TV sont les autres divisions de Gay Globe Média qui œuvrent à produire des nouvelles et des actualités exclusives. Gay Globe TV (GGTV) est la division la plus récente. Lancée en 20064, elle offre une WebTV gaie avec des actualités, des films et de nombreuses émissions qui sont toutes archivées comme s’il s’agissait d’une bibliothèque en images sous forme d’un menu permanent.

Description

Gay Globe Magazine est un magazine grand format 8,5 X 11, publié sur papier glacé 120M, 140M ou exceptionnellement 160M qui s’adresse principalement aux hommes homosexuels ou leurs sympathisants. Il s’est engagé à traiter de la question de la prévention SIDA en priorité car la maladie a été le plus grand fléau de cette communauté depuis 1980 et affecte directement la qualité de vie du lectorat du magazine5.

L’éditeur, Roger-Luc Chayer, est Président de l’Association Canadienne des Journalistes de Montréal6 (élu membre du Comité exécutif le 18 octobre 2010), de l’Investigative Reporters and Editors des États-Unis7 et de la Fédération Européenne de Presse. Il possède les nationalités canadienne et française.

Le contenu du Gay Globe Magazine est ainsi constitué : Actualités internationales, nouvelles brèves locales et nationales, dossiers SIDA, VIH et sur la recherche en général, dossiers santé pour hommes, esthétique, beauté, alimentation, dossiers politiques et sociaux, éditoriaux et courrier des lecteurs.

Équipe, personnalités artistiques ou politiques, partenaires et/ou contributeurs

Gay Globe Magazine a publié les écrits de grands noms de la culture depuis 1998 dont des textes de l’abbé Raymond Gravel, Michel Girouard, Mathieu Chantelois, Denise Bombardier, Jean-Luc Romero (militant gay et politicien français) et de nombreuses autres personnes très impliquées dans leurs domaines professionnels. Gay Globe Magazine et/ou son éditeur Roger-Luc Chayer bénéficient de l’appui et/ou de l’amitié de grands noms de la culture comme Céline Dion, René Angelil, Richard Abel (pianiste), Doris Day, Elizabeth Taylor, David Brudnoy (animateur radio CBS de Boston), Elton John dans le cadre des Jeux Gais de Chicago de 2006, de Lady Alys Robi, Jean Doré (ex Maire de Montréal), Antonine Maillet (auteure et écrivaine canadienne), de Ryan O’Neal, du comédien/animateur Jasmin Roy et de l’auteur Pierre Salducci qui participaient à un documentaire sur la Revue Le Point, nom d’origine de Gay Globe et d’André Arthur (animateur radio et TV, ex-député fédéral au Canada).

Le 11 novembre 2012, en présence du Lieutenant-Gouverneur du Québec de passage à Montréal, au nom du Gouverneur Général du Canada et par ordre de Sa Majesté la Reine Elizabeth II, l’éditeur de Gay Globe Média, Roger-Luc Chayer, a été décoré de la Médaille du Jubilé de Diamant de la Reine pour l’ensemble de sa carrière journalistique, pour sa carrière internationale de musicien et de chef d’orchestre et pour les services rendus à ses pairs, à sa communauté et au Canada. Le discours du Lieutenant Gouverneur du Québec rendait un vibrant hommage au travail réalisé parfois dans l’ombre du récipiendaire.

À propos de Roger-Luc Chayer Roger-Luc Chayer a contribué comme journaliste-chroniqueur responsable de la Ville de Montréal (http://ft1.tqs.ca/videos/recherche/?q=chayer&button=go) à l’émission “Le Midi avec André Arthur” sur les ondes de TQS, devenu Canal V, de janvier à juillet 2009 [3]. Il a été journaliste à la Revue RG entre 1993 et 1998 (http://fr.wikipedia.org/wiki/RG_%28revue%29) [4] et au journal de Montréal en 1998. Il est régulièrement invité à commenter l’actualité principalement rattachée à la communauté gaie sur les sujets du SIDA comme par exemple à TVA (http://www.gayglobe.us/martineau080811.html) ou de la criminalisation du VIH (Dossier enquête Steeve Biron http://le-national.com/Biron.pdf).

Il est journaliste-bloguque professionnel au Huffington-Port Québec depuis Janvier 2012 http://www.huffingtonpost.com/roger-luc-chayer Il a été élu Président de l’Association Canadienne des Journalistes en 2011 (http://acjmontreal.wordpress.com/2011/05/03/acj-objectifs-de-la-presidence-caj-presidencys-objectifs/) et est membre en règle de l’Investigative Reporters and Editors des États-Unis (http://ire.org/publications/ire-journal/search-journal-archives/?q=Roger-Luc%20Chayer) et de la Fédération Européenne de Presse.

Parallèlemement à une carrière dans les médias, Roger-Luc Chayer est corniste lyrique détenteur d’un Premier Prix de cor et d’un Premier Prix de Musique de Chambre du Conservatoire National de Nice http://www.crr-nice.org/index.php?rubrique=conservatoire&page=liste (France) depuis 1991. Membre de la International Horn Society http://www.hornsociety.org/component/mtree/teachers/roger-luc-chayer, il est toujours actif en 2012, autant comme corniste que chef d’orchestre et a produit deux disques compacts commercialement distribués par cdbaby.com (http://www.cdbaby.com/cd/disquesatempo), Amazon.com (http://www.amazon.ca/Musique-De-Chambre-Roger-Luc-Chayer/dp/B0093OFF0Y) et iTunes (http://itunes.apple.com/album/ouvertures-royales-royal-overtures/id569256567?l=ja&v0=9989&ign-mpt=uo%3D1) sous étiquette Disques A Tempo.

Il a été corniste à l’Orchestre régional de Cannes sous la direction de Philip Bender de 1989 à 1991, à l’Orchestre de l’Opéra de Nice de 1984 à 1991, à l’Orchestre National du Capitole de Toulouse sous la direction de Michel Plasson en 1992. Il a été chef de l’Orchestre des Solistes Méditerranéens situé à Nice et constitué des solistes des orchestres philharmonique de Monaco, de Nice et de Cannes [5] de 1990 à 1991. Il a contribué au lancement de la carrière de plusieurs musiciens classiques, comme pour le pianiste Didier Castell-Jacomin (pour ses deux premiers concerts symphoniques) http://www.castelljacomin.com/cv.php?taal=3 et est réputé omme un corniste lyrique représentant l’école française, différente de l’école anglo-saxonne comme référencé sur le site http://musical-instruments.findthebest.com/detail/125/Horn-French-horn

Producteur et contributeur à la distribution d’enregistrements rares de musique classique avec le label Disques A Tempo (http://iris.banq.qc.ca/), il a produit quatre nouvelles productions portant sur le cor, la trompette, le quintette à vents, le piano solo et l’orchestre symphonique (http://www.cdbaby.com/Search/Y2hheWVyIGNhc3RlbGwtamFjb21pbg%3d%3d/0).

Versions papier et Web

Gay Globe Magazine est publié gratuitement en version papier et Internet en PDF8. Il est aussi lu par un public international ou des régions éloignées du Québec9 qui souhaite avoir accès à une information globale. Il possède une banque d’abonnés de 4800 personnes (Août 2011) qui reçoivent tous les nouveautés directement par courrier électronique et ce, tout à fait gratuitement sur abonnement.

Gay Globe Magazine est présent sur le Web depuis la création4 de Le-National.com en 1998, de manière à exploiter les ressources de ce nouveau média. Gay Globe Magazine a notamment toujours utilisé les résultats statistiques de ses textes publiés sur le Web pour déterminer ce qui était le plus apprécié ou recherché par ses lecteurs. Le Point, nom d’origine, est devenu en 2009 Gay Globe Magazine, qui emprunte le nom de sa division WebTV. Le format papier reste inchangé de même que la facture visuelle de base. Les articles ont été sélectionnés afin de mieux cibler la santé et les intérêts nouveaux de son lectorat.

Autres divisions du Gay Globe Magazine

Au fil des années, Gay Globe Magazine a ajouté des divisions qui font du magazine une publication interactive utilisant les ressources les plus diversifiées pour générer des résultats concrets. Les divisions sont les suivantes : Magazine Le Point, Gay Globe Magazine, Le Point version PDF Web 100 % interactif avec liens actifs, Le-National, Le World National (anglais), Webmed (santé), Basic (boutique), Disques A Tempo (enregistrements musicaux, création et manufacturation de cd de musique classique et diffusion), Gay Globe TV (webTV gaie canadienne), Canal 2, Canal Dalida, Calendrier de la Fierté, Le Blog Le Point (fil de presse de l’actualité)

Notes et références

Adolf Hitler

Sunday, March 2nd, 2014

Adolf Hitler (German: [ˈadɔlf ˈhɪtlɐ] ( ); 20 April 1889 – 30 April 1945) was an Austrian-born German politician and the leader of the Nazi Party (German: Nationalsozialistische Deutsche Arbeiterpartei (NSDAP); National Socialist German Workers Party). He was chancellor of Germany from 1933 to 1945 and dictator of Nazi Germany (as Führer und Reichskanzler) from 1934 to 1945. Hitler was at the centre of Nazi Germany, World War II in Europe, and the Holocaust.

Hitler was a decorated veteran of World War I. He joined the German Workers’ Party (precursor of the NSDAP) in 1919, and became leader of the NSDAP in 1921. In 1923, he attempted a coup d’état in Munich, known as the Beer Hall Putsch. The failed coup resulted in Hitler’s imprisonment, during which time he wrote his memoir, Mein Kampf (My Struggle). After his release in 1924, Hitler gained popular support by attacking the Treaty of Versailles and promoting Pan-Germanism, antisemitism, and anti-communism with charismatic oratory and Nazi propaganda. After his appointment as chancellor in 1933, he transformed the Weimar Republic into the Third Reich, a single-party dictatorship based on the totalitarian and autocratic ideology of Nazism.

Hitler’s aim was to establish a New Order of absolute Nazi German hegemony in continental Europe. To this end, his foreign and domestic policies had the aim of seizing Lebensraum (“living space”) for the Germanic people. He directed the rearmament of Germany and the invasion of Poland by the Wehrmacht in September 1939, resulting in the outbreak of World War II in Europe. Under Hitler’s rule, in 1941 German forces and their European allies occupied most of Europe and North Africa. In June 1941, Hitler ordered an invasion of the Soviet Union. Although initially successful, the Russian campaign turned disastrous. By 1943, Germany was forced onto the defensive and suffered a series of escalating defeats. In the final days of the war, during the Battle of Berlin in 1945, Hitler married his long-time lover, Eva Braun. On 30 April 1945, less than two days later, the two committed suicide to avoid capture by the Red Army, and their corpses were burned.

Hitler’s aggressive foreign policy is considered to be the primary cause of the outbreak of World War II in Europe. Under Hitler’s leadership and racially motivated ideology, the regime was responsible for the genocide of at least 5.5 million Jews, and millions of other people whom he and his followers deemed racially inferior.

Early years

Ancestry

Hitler’s father, Alois Hitler (1837–1903), was the illegitimate child of Maria Anna Schicklgruber. Because the baptismal register did not show the name of his father, Alois initially bore his mother’s surname, Schicklgruber. In 1842, Johann Georg Hiedler married Alois’s mother, Maria Anna. After she died in 1847 and Johann Georg Hiedler in 1856, Alois was brought up in the family of Hiedler’s brother, Johann Nepomuk Hiedler.[2] In 1876, Alois was legitimated and the baptismal register changed by a priest to register Johann Georg Hiedler as Alois’s father (recorded as Georg Hitler).[3][4] Alois then assumed the surname Hitler,[4] also spelled as Hiedler, Hüttler, or Huettler. The Hitler surname is probably based on “one who lives in a hut” (Standard German Hütte for hut) or on “shepherd” (Standard German hüten for to guard); alternatively, it might be derived from the Slavic words Hidlar or Hidlarcek.[5]

Nazi official Hans Frank suggested that Alois’s mother had been employed as a housekeeper for a Jewish family in Graz and that the family’s 19-year-old son, Leopold Frankenberger, had fathered Alois.[6] Because no Frankenberger was registered in Graz during that period, and no record of Leopold Frankenberger’s existence has been produced,[7] historians dismiss the claim that Alois’s father was Jewish.[8][9]

Childhood and education

Adolf Hitler as an infant (c. 1889–1890)

Adolf Hitler was born on 20 April 1889 at the Gasthof zum Pommer, an inn located at Salzburger Vorstadt 15, Braunau am Inn, Austria-Hungary, a town on the border with Bavaria, Germany.[10] He was the fourth of six children to Alois Hitler and Klara Pölzl (1860–1907). Hitler’s older siblings—Gustav, Ida, and Otto—died in infancy.[11] When Hitler was three, the family moved to Passau, Germany.[12] There he acquired the distinctive lower Bavarian dialect, rather than Austrian German, which marked his speech throughout his life.[13][14][15] In 1894 the family relocated to Leonding (near Linz), and in June 1895, Alois retired to a small landholding at Hafeld, near Lambach, where he farmed and kept bees. Hitler attended Volksschule (a state-supported school) in nearby Fischlham. He became fixated on warfare after finding a picture book about the Franco-Prussian War among his father’s belongings.[16][17]

The move to Hafeld coincided with the onset of intense father-son conflicts caused by Hitler’s refusal to conform to the strict discipline of his school.[18] Alois Hitler’s farming efforts at Hafeld ended in failure, and in 1897 the family moved to Lambach. The eight-year-old Hitler took singing lessons, sang in the church choir, and even considered becoming a priest.[19] In 1898 the family returned permanently to Leonding. The death of his younger brother, Edmund, from measles on 2 February 1900 deeply affected Hitler. He changed from a confident, outgoing, conscientious student to a morose, detached, sullen boy who constantly fought with his father and teachers.[20]

Hitler’s mother, Klara

Alois had made a successful career in the customs bureau and wanted his son to follow in his footsteps.[21] Hitler later dramatised an episode from this period when his father took him to visit a customs office, depicting it as an event that gave rise to an unforgiving antagonism between father and son, who were both strong-willed.[22][23][24] Ignoring his son’s desire to attend a classical high school and become an artist, in September 1900 Alois sent Hitler to the Realschule in Linz.[25] Hitler rebelled against this decision, and in Mein Kampf revealed that he intentionally did poorly in school, hoping that once his father saw “what little progress I was making at the technical school he would let me devote myself to my dream”.[26]

Like many Austrian Germans, Hitler began to develop German nationalist ideas from a young age.[27] He expressed loyalty only to Germany, despising the declining Habsburg Monarchy and its rule over an ethnically variegated empire.[28][29] Hitler and his friends used the German greeting “Heil”, and sang the “Deutschlandlied” instead of the Austrian Imperial anthem.[30]

After Alois’s sudden death on 3 January 1903, Hitler’s performance at school deteriorated and his mother allowed him to leave.[31] He enrolled at the Realschule in Steyr in September 1904; his behaviour and performance showed some improvement.[32] In 1905, after passing a repeat of the final exam, Hitler left the school without any ambitions for further education or clear plans for a career.[33]

Early adulthood in Vienna and Munich

The house in Leonding where Hitler spent his early adolescence (c. 1984)

From 1905, Hitler lived a bohemian life in Vienna, financed by orphan’s benefits and support from his mother. He worked as a casual labourer and eventually as a painter, selling watercolours. The Academy of Fine Arts Vienna rejected him twice, in 1907 and 1908, because of his “unfitness for painting”. The director recommended that Hitler study architecture,[34] but he lacked the academic credentials.[35] On 21 December 1907, his mother died at the age of 47. After the Academy’s second rejection, Hitler ran out of money. In 1909 he lived in a homeless shelter, and by 1910, he had settled into a house for poor working men on Meldemannstraße.[36] At the time Hitler lived there, Vienna was a hotbed of religious prejudice and racism.[37] Fears of being overrun by immigrants from the East were widespread, and the populist mayor, Karl Lueger, exploited the rhetoric of virulent antisemitism for political effect. Georg Schönerer‘s pan-Germanic antisemitism had a strong following in the Mariahilf district, where Hitler lived.[38] Hitler read local newspapers, such as the Deutsches Volksblatt, that fanned prejudice and played on Christian fears of being swamped by an influx of eastern Jews.[39] Hostile to what he saw as Catholic “Germanophobia”, he developed an admiration for Martin Luther.[40]

The Alter Hof in Munich. Watercolour by Adolf Hitler, 1914

The origin and first expression of Hitler’s antisemitism have been difficult to locate.[41] Hitler states in Mein Kampf that he first became an antisemite in Vienna.[42] His close friend, August Kubizek, claimed that Hitler was a “confirmed antisemite” before he left Linz.[43] Kubizek’s account has been challenged by historian Brigitte Hamann, who writes that Kubizek is the only person to have said that the young Hitler was an antisemite.[44] Hamann also notes that no antisemitic remark has been documented from Hitler during this period.[45] Historian Sir Ian Kershaw suggests that if Hitler had made such remarks, they may have gone unnoticed because of the prevailing antisemitism in Vienna at that time.[46] Several sources provide strong evidence that Hitler had Jewish friends in his hostel and in other places in Vienna.[47][48] Historian Richard J. Evans states that “historians now generally agree that his notorious, murderous anti-Semitism emerged well after Germany’s defeat [in World War I], as a product of the paranoid ‘stab-in-the-back’ explanation for the catastrophe”.[49]

Hitler received the final part of his father’s estate in May 1913 and moved to Munich.[50] Historians believe he left Vienna to evade conscription into the Austrian army.[51] Hitler later claimed that he did not wish to serve the Austro-Hungarian Empire because of the mixture of races in its army.[50] After he was deemed unfit for service—he failed his physical exam in Salzburg on 5 February 1914—he returned to Munich.[52]

World War I

Hitler (far right, seated) with his army comrades of the Bavarian Reserve Infantry Regiment 16 (c. 1914–1918)

At the outbreak of World War I, Hitler was living in Munich and volunteered to serve in the Bavarian Army as an Austrian citizen.[53] Posted to the Bavarian Reserve Infantry Regiment 16 (1st Company of the List Regiment),[54][53] he served as a dispatch runner on the Western Front in France and Belgium,[55] spending nearly half his time well behind the front lines.[56][57] He was present at the First Battle of Ypres, the Battle of the Somme, the Battle of Arras, and the Battle of Passchendaele, and was wounded at the Somme.[58] He was decorated for bravery, receiving the Iron Cross, Second Class, in 1914.[58] Recommended by Hugo Gutmann, he received the Iron Cross, First Class, on 4 August 1918,[59] a decoration rarely awarded to one of Hitler’s rank (Gefreiter). Hitler’s post at regimental headquarters, providing frequent interactions with senior officers, may have helped him receive this decoration.[60] Though his rewarded actions may have been courageous, they were probably not highly exceptional.[61] He received the Black Wound Badge on 18 May 1918.[62]

Adolf Hitler as a soldier during the First World War (1914–1918)

During his service at the headquarters, Hitler pursued his artwork, drawing cartoons and instructions for an army newspaper. During the Battle of the Somme in October 1916, he was wounded in the left thigh when a shell exploded in the dispatch runners’ dugout.[63] Hitler spent almost two months in hospital at Beelitz, returning to his regiment on 5 March 1917.[64] On 15 October 1918, he was temporarily blinded in a mustard gas attack and was hospitalised in Pasewalk.[65] While there, Hitler learnt of Germany’s defeat,[66] and—by his own account—on receiving this news, he suffered a second bout of blindness.[67]

Hitler described the war as “the greatest of all experiences”, and was praised by his commanding officers for his bravery.[68] His wartime experience reinforced his German patriotism and he was shocked by Germany’s capitulation in November 1918.[69] He was embittered by the collapse of the war effort, and his ideology began to take shape.[70] Like other German nationalists, he believed in the stab-in-the-back myth (Dolchstoßlegende), which claimed that the German army, “undefeated in the field”, had been “stabbed in the back” on the home front by civilian leaders and Marxists, later dubbed the “November criminals”.[71]

The Treaty of Versailles stipulated that Germany must relinquish several of its territories and demilitarise the Rhineland. The treaty imposed economic sanctions and levied heavy reparations on the country. Many Germans perceived the treaty—especially Article 231, which declared Germany responsible for the war—as a humiliation.[72] The Versailles Treaty and the economic, social, and political conditions in Germany after the war were later exploited by Hitler for political gain.[73]

Entry into politics

After World War I, Hitler returned to Munich.[74] Having no formal education or career prospects, he tried to remain in the army for as long as possible.[75] In July 1919 he was appointed Verbindungsmann (intelligence agent) of an Aufklärungskommando (reconnaissance commando) of the Reichswehr, assigned to influence other soldiers and to infiltrate the German Workers’ Party (DAP). While monitoring the activities of the DAP, Hitler was attracted to the founder Anton Drexler‘s antisemitic, nationalist, anti-capitalist, and anti-Marxist ideas.[76] Drexler favoured a strong active government, a non-Jewish version of socialism, and solidarity among all members of society. Impressed with Hitler’s oratory skills, Drexler invited him to join the DAP. Hitler accepted on 12 September 1919,[77] becoming the party’s 55th member.[78]

A copy of Adolf Hitler’s German Workers’ Party (DAP) membership card

At the DAP, Hitler met Dietrich Eckart, one of the party’s founders and a member of the occult Thule Society.[79] Eckart became Hitler’s mentor, exchanging ideas with him and introducing him to a wide range of people in Munich society.[80] To increase its appeal, the DAP changed its name to the Nationalsozialistische Deutsche Arbeiterpartei (National Socialist German Workers Party – NSDAP).[81] Hitler designed the party’s banner of a swastika in a white circle on a red background.[82]

Hitler was discharged from the army on 31 March 1920 and began working full-time for the NSDAP.[83] In February 1921—already highly effective at speaking to large audiences—he spoke to a crowd of over 6,000 in Munich.[84] To publicise the meeting, two truckloads of party supporters drove around town waving swastika flags and throwing leaflets. Hitler soon gained notoriety for his rowdy polemic speeches against the Treaty of Versailles, rival politicians, and especially against Marxists and Jews.[85] At the time, the NSDAP was centred in Munich, a major hotbed of anti-government German nationalists determined to crush Marxism and undermine the Weimar Republic.[86]

In June 1921, while Hitler and Eckart were on a fundraising trip to Berlin, a mutiny broke out within the NSDAP in Munich. Members of its executive committee, some of whom considered Hitler to be too overbearing, wanted to merge with the rival German Socialist Party (DSP).[87] Hitler returned to Munich on 11 July and angrily tendered his resignation. The committee members realised that his resignation would mean the end of the party.[88] Hitler announced he would rejoin on the condition that he would replace Drexler as party chairman, and that the party headquarters would remain in Munich.[89] The committee agreed, and he rejoined the party on 26 July as member 3,680. He still faced some opposition within the NSDAP: Opponents of Hitler had Hermann Esser expelled from the party and they printed 3,000 copies of a pamphlet attacking Hitler as a traitor to the party.[89][a] In the following days, Hitler spoke to several packed houses and defended himself and Esser, to thunderous applause. His strategy proved successful: at a general membership meeting, he was granted absolute powers as party chairman, with only one nay vote cast.[90]

Hitler’s vitriolic beer hall speeches began attracting regular audiences. He became adept at using populist themes targeted at his audience, including the use of scapegoats who could be blamed for the economic hardships of his listeners.[91][92][93] Historians have noted the hypnotic effect of his rhetoric on large audiences, and of his eyes in small groups. Kessel writes, “Overwhelmingly … Germans speak with mystification of Hitler’s ‘hypnotic’ appeal. The word shows up again and again; Hitler is said to have mesmerized the nation, captured them in a trance from which they could not break loose”.[94] Psychiatrist Carl Jung speculated to journalist H. R. Knickerbocker in 1938 that Hitler “is the first man to tell every German what he has been thinking and feeling all along in his unconscious about German fate, especially since the defeat in the World War”.[95] Historian Hugh Trevor-Roper described “the fascination of those eyes, which had bewitched so many seemingly sober men”.[96] Hitler used personal magnetism and an understanding of crowd psychology to advantage while engaged in public speaking.[97][98] Alfons Heck, a former member of the Hitler Youth, describes the reaction to a speech by Hitler: “We erupted into a frenzy of nationalistic pride that bordered on hysteria. For minutes on end, we shouted at the top of our lungs, with tears streaming down our faces: Sieg Heil, Sieg Heil, Sieg Heil! From that moment on, I belonged to Adolf Hitler body and soul”.[99] Although Hitler’s oratory skills and personal traits were generally received well by large crowds and at official events, some who met Hitler privately noted that his appearance and demeanour failed to make a lasting impression;[100][101] Knickerbocker noted that non-Germans seemed immune to Hitler’s magnetism.[95]

Early followers included Rudolf Hess, former air force pilot Hermann Göring, and army captain Ernst Röhm. Röhm became head of the Nazis’ paramilitary organisation, the Sturmabteilung (SA, “Stormtroopers”), which protected meetings and attacked political opponents. A critical influence on his thinking during this period was the Aufbau Vereinigung,[102] a conspiratorial group of White Russian exiles and early National Socialists. The group, financed with funds channelled from wealthy industrialists, introduced Hitler to the idea of a Jewish conspiracy, linking international finance with Bolshevism.[103]

Beer Hall Putsch

Main article: Beer Hall Putsch

In 1923 Hitler enlisted the help of World War I General Erich Ludendorff for an attempted coup known as the “Beer Hall Putsch“. The Nazi Party used Italian Fascism as a model for their appearance and policies. Hitler wanted to emulate Benito Mussolini‘s “March on Rome” (1922) by staging his own coup in Bavaria, to be followed by a challenge to the government in Berlin. Hitler and Ludendorff sought the support of Staatskommissar (state commissioner) Gustav Ritter von Kahr, Bavaria’s de facto ruler. However, Kahr, along with Police Chief Hans Ritter von Seisser (Seißer) and Reichswehr General Otto von Lossow, wanted to install a nationalist dictatorship without Hitler.[104]

On 8 November 1923 Hitler and the SA stormed a public meeting of 3,000 people that had been organised by Kahr in the Bürgerbräukeller, a large beer hall in Munich. He interrupted Kahr’s speech and announced that the national revolution had begun, declaring the formation of a new government with Ludendorff.[105] Retiring to a backroom, Hitler, with handgun drawn, demanded and got the support of Kahr, Seisser, and Lossow.[105] Hitler’s forces initially succeeded in occupying the local Reichswehr and police headquarters, but Kahr and his consorts quickly withdrew their support and neither the army nor the state police joined forces with Hitler.[106] The next day, Hitler and his followers marched from the beer hall to the Bavarian War Ministry to overthrow the Bavarian government, but police dispersed them.[107] Sixteen NSDAP members and four police officers were killed in the failed coup.[108]

Dust jacket of Mein Kampf (1926–1927)

Hitler fled to the home of Ernst Hanfstaengl and by some accounts contemplated suicide.[109] He was depressed but calm when arrested on 11 November 1923 for high treason.[110] His trial before the special People’s Court in Munich began in February 1924,[111] and Alfred Rosenberg became temporary leader of the NSDAP. On 1 April, Hitler was sentenced to five years’ imprisonment at Landsberg Prison.[112] There, he received friendly treatment from the guards, and he was allowed mail from supporters and regular visits by party comrades. The Bavarian Supreme Court issued a pardon, and he was released from jail on 20 December 1924, against the state prosecutor’s objections.[113] Including time on remand, Hitler had served just over one year in prison.[114]

While at Landsberg, Hitler dictated most of the first volume of Mein Kampf (My Struggle; originally entitled Four and a Half Years of Struggle against Lies, Stupidity, and Cowardice) to his deputy, Rudolf Hess.[114] The book, dedicated to Thule Society member Dietrich Eckart, was an autobiography and exposition of his ideology. Mein Kampf was influenced by The Passing of the Great Race by Madison Grant, which Hitler called “my Bible”.[115] The book laid out Hitler’s plans for transforming German society into one based on race. Some passages implied genocide.[116] Published in two volumes in 1925 and 1926, it sold 228,000 copies between 1925 and 1932. One million copies were sold in 1933, Hitler’s first year in office.[117]

Rebuilding the NSDAP

At the time of Hitler’s release from prison, politics in Germany had become less combative and the economy had improved, limiting Hitler’s opportunities for political agitation. As a result of the failed Beer Hall Putsch, the NSDAP and its affiliated organisations were banned in Bavaria. In a meeting with Prime Minister of Bavaria Heinrich Held on 4 January 1925, Hitler agreed to respect the authority of the state and promised that he would seek political power only through the democratic process. The meeting paved the way for the ban on the NSDAP to be lifted.[118] Hitler was barred from public speaking,[119] a ban that remained in place until 1927.[120] To advance his political ambitions in spite of the ban, Hitler appointed Gregor Strasser, Otto Strasser, and Joseph Goebbels to organise and grow the NSDAP in northern Germany. A superb organiser, Gregor Strasser steered a more independent political course, emphasising the socialist elements of the party’s programme.[121]

The stock market in the United States crashed on 24 October 1929. The impact in Germany was dire: millions were thrown out of work and several major banks collapsed. Hitler and the NSDAP prepared to take advantage of the emergency to gain support for their party. They promised to repudiate the Versailles Treaty, strengthen the economy, and provide jobs.[122]

Rise to power

Nazi Party election results[123]
Election Total votes  % votes Reichstag seats Notes
May 1924 1,918,300 6.5 32 Hitler in prison
December 1924 907,300 3.0 14 Hitler released from prison
1928 810,100 2.6 12
1930 6,409,600 18.3 107 After the financial crisis
July 1932 13,745,000 37.3 230 After Hitler was candidate for presidency
November 1932 11,737,000 33.1 196
1933 17,277,180 43.9 288 Only partially free; During Hitler’s term as chancellor of Germany

Brüning administration

The Great Depression in Germany provided a political opportunity for Hitler. Germans were ambivalent to the parliamentary republic, which faced strong challenges from right- and left-wing extremists. The moderate political parties were increasingly unable to stem the tide of extremism, and the German referendum of 1929 had helped to elevate Nazi ideology.[124] The elections of September 1930 resulted in the break-up of a grand coalition and its replacement with a minority cabinet. Its leader, chancellor Heinrich Brüning of the Centre Party, governed through emergency decrees from President Paul von Hindenburg. Governance by decree would become the new norm and paved the way for authoritarian forms of government.[125] The NSDAP rose from obscurity to win 18.3 per cent of the vote and 107 parliamentary seats in the 1930 election, becoming the second-largest party in parliament.[126]

Hitler and NSDAP treasurer Franz Xaver Schwarz at the dedication of the renovation of the Palais Barlow on Brienner Straße in Munich into the Brown House headquarters, December 1930

Hitler made a prominent appearance at the trial of two Reichswehr officers, Lieutenants Richard Scheringer and Hans Ludin, in autumn 1930. Both were charged with membership in the NSDAP, at that time illegal for Reichswehr personnel.[127] The prosecution argued that the NSDAP was an extremist party, prompting defence lawyer Hans Frank to call on Hitler to testify in court.[128] On 25 September 1930, Hitler testified that his party would pursue political power solely through democratic elections,[129] a testimony that won him many supporters in the officer corps.[130]

Brüning’s austerity measures brought little economic improvement and were extremely unpopular.[131] Hitler exploited this by targeting his political messages specifically at people who had been affected by the inflation of the 1920s and the Depression, such as farmers, war veterans, and the middle class.[132]

Hitler had formally renounced his Austrian citizenship on 7 April 1925, but at the time did not acquire German citizenship. For almost seven years he was stateless, unable to run for public office, and faced the risk of deportation.[133] On 25 February 1932, the interior minister of Brunswick, who was a member of the NSDAP, appointed Hitler as administrator for the state’s delegation to the Reichsrat in Berlin, making Hitler a citizen of Brunswick,[134] and thus of Germany.[135]

In 1932, Hitler ran against Hindenburg in the presidential elections. The viability of his candidacy was underscored by a 27 January 1932 speech to the Industry Club in Düsseldorf, which won him support from many of Germany’s most powerful industrialists.[136] Hindenburg had support from various nationalist, monarchist, Catholic, and republican parties, and some Social Democrats. Hitler used the campaign slogan “Hitler über Deutschland” (“Hitler over Germany”), a reference to both his political ambitions and his campaigning by aircraft.[137] Hitler came in second in both rounds of the election, garnering more than 35 per cent of the vote in the final election. Although he lost to Hindenburg, this election established Hitler as a strong force in German politics.[138]

Appointment as chancellor

The absence of an effective government prompted two influential politicians, Franz von Papen and Alfred Hugenberg, along with several other industrialists and businessmen, to write a letter to Hindenburg. The signers urged Hindenburg to appoint Hitler as leader of a government “independent from parliamentary parties”, which could turn into a movement that would “enrapture millions of people”.[139][140]

Hitler, at the window of the Reich Chancellery, receives an ovation on the evening of his inauguration as chancellor, 30 January 1933

Hindenburg reluctantly agreed to appoint Hitler as chancellor after two further parliamentary elections—in July and November 1932—had not resulted in the formation of a majority government. Hitler headed a short-lived coalition government formed by the NSDAP and Hugenberg’s party, the German National People’s Party (DNVP). On 30 January 1933, the new cabinet was sworn in during a brief ceremony in Hindenburg’s office. The NSDAP gained three important posts: Hitler was named chancellor, Wilhelm Frick Minister of the Interior, and Hermann Göring Minister of the Interior for Prussia.[141] Hitler had insisted on the ministerial positions as a way to gain control over the police in much of Germany.[142]

Reichstag fire and March elections

As chancellor, Hitler worked against attempts by the NSDAP’s opponents to build a majority government. Because of the political stalemate, he asked President Hindenburg to again dissolve the Reichstag, and elections were scheduled for early March. On 27 February 1933, the Reichstag building was set on fire. Göring blamed a communist plot, because Dutch communist Marinus van der Lubbe was found in incriminating circumstances inside the burning building.[143] According to Kershaw, the consensus of nearly all historians is that Van der Lubbe actually set the fire.[144] Others, including William L. Shirer and Alan Bullock, are of the opinion that the NSDAP itself was responsible.[145][146] At Hitler’s urging, Hindenburg responded with the Reichstag Fire Decree of 28 February, which suspended basic rights and allowed detention without trial. The decree was permitted under Article 48 of the Weimar Constitution, which gave the president the power to take emergency measures to protect public safety and order.[147] Activities of the German Communist Party were suppressed, and some 4,000 communist party members were arrested.[148]

In addition to political campaigning, the NSDAP engaged in paramilitary violence and the spread of anti-communist propaganda in the days preceding the election. On election day, 6 March 1933, the NSDAP’s share of the vote increased to 43.9 per cent, and the party acquired the largest number of seats in parliament. Hitler’s party failed to secure an absolute majority, necessitating another coalition with the DNVP.[149]

Day of Potsdam and the Enabling Act

On 21 March 1933, the new Reichstag was constituted with an opening ceremony at the Garrison Church in Potsdam. This “Day of Potsdam” was held to demonstrate unity between the Nazi movement and the old Prussian elite and military. Hitler appeared in a morning coat and humbly greeted President Hindenburg.[150][151]

Paul von Hindenburg and Adolf Hitler on the Day of Potsdam, 21 March 1933

To achieve full political control despite not having an absolute majority in parliament, Hitler’s government brought the Ermächtigungsgesetz (Enabling Act) to a vote in the newly elected Reichstag. The act gave Hitler’s cabinet full legislative powers for a period of four years and (with certain exceptions) allowed deviations from the constitution.[152] The bill required a two-thirds majority to pass. Leaving nothing to chance, the Nazis used the provisions of the Reichstag Fire Decree to keep several Social Democratic deputies from attending; the Communists had already been banned.[153]

On 23 March 1933, the Reichstag assembled at the Kroll Opera House under turbulent circumstances. Ranks of SA men served as guards inside the building, while large groups outside opposing the proposed legislation shouted slogans and threats toward the arriving members of parliament.[154] The position of the Centre Party, the third largest party in the Reichstag, turned out to be decisive. After Hitler verbally promised party leader Ludwig Kaas that President Hindenburg would retain his power of veto, Kaas announced the Centre Party would support the Enabling Act. The Act passed by a vote of 441–84, with all parties except the Social Democrats voting in favour. The Enabling Act, along with the Reichstag Fire Decree, transformed Hitler’s government into a de facto legal dictatorship.[155] The Reichstag renewed the Enabling Act twice, each time for a four year period.[156]

Removal of remaining limits

At the risk of appearing to talk nonsense I tell you that the National Socialist movement will go on for 1,000 years! … Don’t forget how people laughed at me 15 years ago when I declared that one day I would govern Germany. They laugh now, just as foolishly, when I declare that I shall remain in power!

— Adolf Hitler to a British correspondent in Berlin, June 1934[157]

Having achieved full control over the legislative and executive branches of government, Hitler and his political allies began to suppress the remaining political opposition. The Social Democratic Party was banned and all its assets seized.[158] While many trade union delegates were in Berlin for May Day activities, SA stormtroopers demolished union offices around the country. On 2 May 1933 all trade unions were forced to dissolve and their leaders were arrested. Some were sent to concentration camps.[159] The German Labour Front was formed as an umbrella organisation to represent all workers, administrators, and company owners, thus reflecting the concept of national socialism in the spirit of Hitler’s Volksgemeinschaft (German racial community; literally, “people’s community”).[160]

In 1934, Hitler became Germany’s head of state with the title of Führer und Reichskanzler (leader and chancellor of the Reich).

By the end of June, the other parties had been intimidated into disbanding. This included the Nazis’ nominal coalition partner, the DNVP; with the SA’s help, Hitler forced its leader, Hugenberg, to resign on 29 June. On 14 July 1933, the NSDAP was declared the only legal political party in Germany, although the country had effectively been a one-party state since the passage of the Enabling Act four months earlier.[160][158] The demands of the SA for more political and military power caused much anxiety among military, industrial, and political leaders. In response, Hitler purged the entire SA leadership in the Night of the Long Knives, which took place from 30 June to 2 July 1934.[161] Hitler targeted Ernst Röhm and other SA leaders who, along with a number of Hitler’s political adversaries (such as Gregor Strasser and former chancellor Kurt von Schleicher), were rounded up, arrested, and shot.[162] While the international community and some Germans were shocked by the murders, many in Germany saw Hitler as restoring order.[163]

On 2 August 1934, President Hindenburg died. The previous day, the cabinet had enacted the “Law Concerning the Highest State Office of the Reich”.[164] This law stated that upon Hindenburg’s death, the office of president would be abolished and its powers merged with those of the chancellor. Hitler thus became head of state as well as head of government, and was formally named as Führer und Reichskanzler (leader and chancellor).[165] This law violated the Enabling Act; although it allowed Hitler to deviate from the constitution, the Act explicitly barred him from passing any law tampering with the presidency. In 1932, the constitution had been amended to make the president of the High Court of Justice, not the chancellor, acting president pending new elections. Nonetheless, no one objected.[166] With this law, Hitler removed the last legal remedy by which he could be removed from office.

As head of state, Hitler became Supreme Commander of the armed forces. The traditional loyalty oath of servicemen was altered to affirm loyalty to Hitler personally, rather than to the office of supreme commander or the state.[167] On 19 August, the merger of the presidency with the chancellorship was approved by 90 per cent of the electorate voting in a plebiscite.[168]

In early 1938, Hitler used blackmail tactics to consolidate his hold over the military by instigating the Blomberg–Fritsch Affair. Hitler forced his War Minister, Field Marshal Werner von Blomberg, to resign by using a police dossier that showed that Blomberg’s new wife had a record for prostitution.[169][170] Army commander Colonel-General Werner von Fritsch was removed after the Schutzstaffel (SS) produced allegations that he had engaged in a homosexual relationship.[171] Both men had fallen into disfavour because they had objected to Hitler’s demand to make the Wehrmacht ready for war as early as 1938.[172] Hitler assumed Blomberg’s title of Commander-in-Chief, thus taking personal command of the armed forces. He replaced the Ministry of War with the Oberkommando der Wehrmacht (High Command of the Armed Forces, or OKW), headed by General Wilhelm Keitel. On the same day, sixteen generals were stripped of their commands and 44 more were transferred; all were suspected of not being sufficiently pro-Nazi.[173] By early February 1938, twelve more generals had been removed.[174]

Third Reich

Main article: Nazi Germany

Economy and culture

Ceremony honouring the dead (Totenehrung) on the terrace in front of the Hall of Honour (Ehrenhalle) at the Nazi party rally grounds, Nuremberg, September 1934

In August 1934, Hitler appointed Reichsbank president Hjalmar Schacht as Minister of Economics, and in the following year, as Plenipotentiary for War Economy in charge of preparing the economy for war.[175] Reconstruction and rearmament were financed through Mefo bills, printing money, and seizing the assets of people arrested as enemies of the State, including Jews.[176] Unemployment fell from six million in 1932 to one million in 1936.[177] Hitler oversaw one of the largest infrastructure improvement campaigns in German history, leading to the construction of dams, autobahns, railroads, and other civil works. Wages were slightly lower in the mid to late 1930s compared with wages during the Weimar Republic, while the cost of living increased by 25 per cent.[178] The average working week increased during the shift to a war economy; by 1939, the average German was working between 47 to 50 hours per week.[179]

Hitler’s government sponsored architecture on an immense scale. Albert Speer, instrumental in implementing Hitler’s classicist reinterpretation of German culture, was placed in charge of the proposed architectural renovations of Berlin.[180] In 1936, Hitler opened the summer Olympic games in Berlin.

Rearmament and new alliances

In a meeting with German military leaders on 3 February 1933, Hitler spoke of “conquest for Lebensraum in the East and its ruthless Germanisation” as his ultimate foreign policy objectives.[181] In March, Prince Bernhard Wilhelm von Bülow, secretary at the Auswärtiges Amt (Foreign Office), issued a statement of major foreign policy aims: Anschluss with Austria, the restoration of Germany’s national borders of 1914, rejection of military restrictions under the Treaty of Versailles, the return of the former German colonies in Africa, and a German zone of influence in Eastern Europe. Hitler found Bülow’s goals to be too modest.[182] In speeches during this period, he stressed the peaceful goals of his policies and a willingness to work within international agreements.[183] At the first meeting of his Cabinet in 1933, Hitler prioritised military spending over unemployment relief.[184]

On 25 October 1936, an Axis was declared between Italy and Germany.

Germany withdrew from the League of Nations and the World Disarmament Conference in October 1933.[185] In March 1935, Hitler announced an expansion of the Wehrmacht to 600,000 members—six times the number permitted by the Versailles Treaty—including development of an air force (Luftwaffe) and an increase in the size of the navy (Kriegsmarine). Britain, France, Italy, and the League of Nations condemned these violations of the Treaty.[186] The Anglo-German Naval Agreement (AGNA) of 18 June 1935 allowed German tonnage to increase to 35 per cent of that of the British navy. Hitler called the signing of the AGNA “the happiest day of his life”, believing that the agreement marked the beginning of the Anglo-German alliance he had predicted in Mein Kampf.[187] France and Italy were not consulted before the signing, directly undermining the League of Nations and setting the Treaty of Versailles on the path towards irrelevance.[188]

Germany reoccupied the demilitarised zone in the Rhineland in March 1936, in violation of the Versailles Treaty. Hitler also sent troops to Spain to support General Franco after receiving an appeal for help in July 1936. At the same time, Hitler continued his efforts to create an Anglo-German alliance.[189] In August 1936, in response to a growing economic crisis caused by his rearmament efforts, Hitler ordered Göring to implement a Four Year Plan to prepare Germany for war within the next four years.[190] The plan envisaged an all-out struggle between “Judeo-Bolshevism” and German national socialism, which in Hitler’s view required a committed effort of rearmament regardless of the economic costs.[191]

Count Galeazzo Ciano, foreign minister of Mussolini’s government, declared an axis between Germany and Italy, and on 25 November, Germany signed the Anti-Comintern Pact with Japan. Britain, China, Italy, and Poland were also invited to join the Anti-Comintern Pact, but only Italy signed in 1937. Hitler abandoned his plan of an Anglo-German alliance, blaming “inadequate” British leadership.[192] At a meeting in the Reich Chancellery with his foreign ministers and military chiefs that November, Hitler restated his intention of acquiring Lebensraum for the German people. He ordered preparations for war in the east, to begin as early as 1938 and no later than 1943. In the event of his death, the conference minutes, recorded as the Hossbach Memorandum, were to be regarded as his “political testament”.[193] He felt that a severe decline in living standards in Germany as a result of the economic crisis could only be stopped by military aggression aimed at seizing Austria and Czechoslovakia.[194][195] Hitler urged quick action before Britain and France gained a permanent lead in the arms race.[194] In early 1938, in the wake of the Blomberg–Fritsch Affair, Hitler asserted control of the military-foreign policy apparatus, dismissing Neurath as Foreign Minister and appointing himself Oberster Befehlshaber der Wehrmacht (supreme commander of the armed forces).[190] From early 1938 onwards, Hitler was carrying out a foreign policy ultimately aimed at war.[196]

World War II

Early diplomatic successes

Alliance with Japan

Hitler and the Japanese Foreign Minister, Yōsuke Matsuoka, at a meeting in Berlin in March 1941. In the background is Joachim von Ribbentrop.

In February 1938, on the advice of his newly appointed Foreign Minister, the strongly pro-Japanese Joachim von Ribbentrop, Hitler ended the Sino-German alliance with the Republic of China to instead enter into an alliance with the more modern and powerful Japan. Hitler announced German recognition of Manchukuo, the Japanese-occupied state in Manchuria, and renounced German claims to their former colonies in the Pacific held by Japan.[197] Hitler ordered an end to arms shipments to China and recalled all German officers working with the Chinese Army.[197] In retaliation, Chinese General Chiang Kai-shek cancelled all Sino-German economic agreements, depriving the Germans of many Chinese raw materials.[198]

Austria and Czechoslovakia

On 12 March 1938, Hitler declared unification of Austria with Nazi Germany in the Anschluss.[199][200] Hitler then turned his attention to the ethnic German population of the Sudetenland region of Czechoslovakia.[201]

On 28–29 March 1938, Hitler held a series of secret meetings in Berlin with Konrad Henlein of the Sudeten Heimfront (Home Front), the largest of the ethnic German parties of the Sudetenland. The men agreed that Henlein would demand increased autonomy for Sudeten Germans from the Czechoslovakian government, thus providing a pretext for German military action against Czechoslovakia. In April 1938 Henlein told the foreign minister of Hungary that “whatever the Czech government might offer, he would always raise still higher demands … he wanted to sabotage an understanding by any means because this was the only method to blow up Czechoslovakia quickly”.[202] In private, Hitler considered the Sudeten issue unimportant; his real intention was a war of conquest against Czechoslovakia.[203]

October 1938: Hitler (standing in the Mercedes) drives through the crowd in Cheb (German: Eger), part of the German-populated Sudetenland region of Czechoslovakia, which was annexed to Nazi Germany due to the Munich Agreement

In April Hitler ordered the OKW to prepare for Fall Grün (“Case Green”), the code name for an invasion of Czechoslovakia.[204] As a result of intense French and British diplomatic pressure, on 5 September Czechoslovakian President Edvard Beneš unveiled the “Fourth Plan” for constitutional reorganisation of his country, which agreed to most of Henlein’s demands for Sudeten autonomy.[205] Henlein’s Heimfront responded to Beneš’ offer by instigating a series of violent clashes with the Czechoslovakian police that led to the declaration of martial law in certain Sudeten districts.[206][207]

Germany was dependent on imported oil; a confrontation with Britain over the Czechoslovakian dispute could curtail Germany’s oil supplies. Hitler called off Fall Grün, originally planned for 1 October 1938.[208] On 29 September Hitler, Neville Chamberlain, Édouard Daladier, and Mussolini attended a one-day conference in Munich that led to the Munich Agreement, which handed over the Sudetenland districts to Germany.[209][210]

Chamberlain was satisfied with the Munich conference, calling the outcome “peace for our time“, while Hitler was angered about the missed opportunity for war in 1938;[211][212] he expressed his disappointment in a speech on 9 October in Saarbrücken.[213] In Hitler’s view, the British-brokered peace, although favourable to the ostensible German demands, was a diplomatic defeat which spurred his intent of limiting British power to pave the way for the eastern expansion of Germany.[214][215] As a result of the summit, Hitler was selected Time magazine’s Man of the Year for 1938.[216]

In late 1938 and early 1939, the continuing economic crisis caused by rearmament forced Hitler to make major defence cuts.[217] In his “Export or die” speech of 30 January 1939, he called for an economic offensive to increase German foreign exchange holdings to pay for raw materials such as high-grade iron needed for military weapons.[217]

On 15 March 1939, in violation of the Munich accord and possibly as a result of the deepening economic crisis requiring additional assets,[218] Hitler ordered the Wehrmacht to invade Prague, and from Prague Castle he proclaimed Bohemia and Moravia a German protectorate.[219]

Start of World War II

In private discussions in 1939, Hitler declared Britain the main enemy to be defeated and that Poland’s obliteration was a necessary prelude to that goal. The eastern flank would be secured and land would be added to Germany’s Lebensraum.[220] Offended by the British “guarantee” on 31 March 1939 of Polish independence, he said, “I shall brew them a devil’s drink”.[221] In a speech in Wilhelmshaven for the launch of the battleship Tirpitz on 1 April, he threatened to denounce the Anglo-German Naval Agreement if the British continued to guarantee Polish independence, which he perceived as an “encirclement” policy.[221] Poland was to either become a German satellite state or be neutralised to secure the Reich’s eastern flank and to prevent a possible British blockade.[222] Hitler initially favoured the idea of a satellite state, but upon its rejection by the Polish government, he decided to invade and made this the main foreign policy goal of 1939.[223] On 3 April, Hitler ordered the military to prepare for Fall Weiss (“Case White”), the plan for invading Poland on 25 August.[223] In a Reichstag speech on 28 April, he renounced both the Anglo-German Naval Agreement and the German–Polish Non-Aggression Pact. In August, Hitler told his generals that his original plan for 1939 was to “… establish an acceptable relationship with Poland in order to fight against the West”.[224] Historians such as William Carr, Gerhard Weinberg, and Ian Kershaw have argued that one reason for Hitler’s rush to war was his fear of an early death.[225][226][227]

Hitler portrayed on a 42 pfennig stamp from 1944. The term Grossdeutsches Reich (Greater German Reich) was first used in 1943 for the expanded Germany under his rule.

Hitler was concerned that a military attack against Poland could result in a premature war with Britain.[222][228] Hitler’s foreign minister and former Ambassador to London, Joachim von Ribbentrop, assured him that neither Britain nor France would honour their commitments to Poland.[229][230] Accordingly, on 22 August 1939 Hitler ordered a military mobilisation against Poland.[231]

This plan required tacit Soviet support,[232] and the non-aggression pact (the Molotov–Ribbentrop Pact) between Germany and the Soviet Union, led by Joseph Stalin, included a secret agreement to partition Poland between the two countries.[233] Contrary to Ribbentrop’s prediction that Britain would sever Anglo-Polish ties, Britain and Poland signed the Anglo-Polish alliance on 25 August 1939. This, along with news from Italy that Mussolini would not honour the Pact of Steel, prompted Hitler to postpone the attack on Poland from 25 August to 1 September.[234] Hitler unsuccessfully tried to manoeuvre the British into neutrality by offering them a non-aggression guarantee on 25 August; he then instructed Ribbentrop to present a last-minute peace plan with an impossibly short time limit in an effort to blame the imminent war on British and Polish inaction.[235][236]

Despite his concerns over a British intervention, Hitler continued to pursue the planned invasion of Poland.[237] On 1 September 1939, Germany invaded western Poland under the pretext of having been denied claims to the Free City of Danzig and the right to extraterritorial roads across the Polish Corridor, which Germany had ceded under the Versailles Treaty.[238] In response, Britain and France declared war on Germany on 3 September, surprising Hitler and prompting him to angrily ask Ribbentrop, “Now what?”[239] France and Britain did not act on their declarations immediately, and on 17 September, Soviet forces invaded eastern Poland.[240]

Poland never will rise again in the form of the Versailles treaty. That is guaranteed not only by Germany, but also … Russia.[241]

— Adolf Hitler, public speech in Danzig at the end of September 1939

Hitler reviews troops on the march during the campaign against Poland. September 1939

The fall of Poland was followed by what contemporary journalists dubbed the “Phoney War” or Sitzkrieg (“sitting war”). Hitler instructed the two newly appointed Gauleiters of north-western Poland, Albert Forster of Reichsgau Danzig-West Prussia and Arthur Greiser of Reichsgau Wartheland, to Germanise their areas, with “no questions asked” about how this was accomplished.[242] Whereas Polish citizens in Forster’s area merely had to sign forms stating that they had German blood,[243] Greiser carried out a brutal ethnic cleansing campaign on the Polish population in his purview.[242] Greiser complained that Forster was allowing thousands of Poles to be accepted as “racial” Germans and thus endangered German “racial purity”. Hitler refrained from getting involved.[242] This inaction has been advanced as an example of the theory of “working towards the Führer”: Hitler issued vague instructions and expected his subordinates to work out policies on their own.

Another dispute pitched one side represented by Himmler and Greiser, who championed ethnic cleansing in Poland, against another represented by Göring and Hans Frank, Governor-General of the General Government territory of occupied Poland, who called for turning Poland into the “granary” of the Reich.[244] On 12 February 1940, the dispute was initially settled in favour of the Göring–Frank view, which ended the economically disruptive mass expulsions.[244] On 15 May 1940, Himmler issued a memo entitled “Some Thoughts on the Treatment of Alien Population in the East”, calling for the expulsion of the entire Jewish population of Europe into Africa and reducing the Polish population to a “leaderless class of labourers”.[244] Hitler called Himmler’s memo “good and correct”,[244] and, ignoring Göring and Frank, implemented the Himmler–Greiser policy in Poland.

Hitler visits Paris with architect Albert Speer (left) and sculptor Arno Breker (right), 23 June 1940

Hitler began a military build-up on Germany’s western border, and in April 1940, German forces invaded Denmark and Norway. On 9 April, Hitler proclaimed the birth of the Greater Germanic Reich, his vision of a united empire of the Germanic nations of Europe, where the Dutch, Flemish, and Scandinavians were joined into a “racially pure” polity under German leadership.[245] In May 1940, Germany attacked France, and conquered Luxembourg, the Netherlands, and Belgium. These victories prompted Mussolini to have Italy join forces with Hitler on 10 June. France surrendered on 22 June.[246] Kershaw notes that Hitler’s popularity within Germany—and German support for the war— reached its peak when he returned to Berlin on 6 July from his tour of Paris.[247] Following the unexpected swift victory, Hitler promoted twelve generals to the rank of field marshal during the 1940 Field Marshal Ceremony.[248][249]

Britain, whose troops were forced to evacuate France by sea from Dunkirk,[250] continued to fight alongside other British dominions in the Battle of the Atlantic. Hitler made peace overtures to the new British leader, Winston Churchill, and upon their rejection he ordered a series of aerial attacks on Royal Air Force airbases and radar stations in South-East England. The German Luftwaffe failed to defeat the Royal Air Force in what became known as the Battle of Britain.[251] By the end of October, Hitler realised that air superiority for the invasion of Britain—in Operation Sea Lion—could not be achieved, and he ordered nightly air raids on British cities, including London, Plymouth, and Coventry.[252]

On 27 September 1940, the Tripartite Pact was signed in Berlin by Saburō Kurusu of Imperial Japan, Hitler, and Italian foreign minister Ciano,[253] and later expanded to include Hungary, Romania, and Bulgaria, thus yielding the Axis powers. Hitler’s attempt to integrate the Soviet Union into the anti-British bloc failed after inconclusive talks between Hitler and Molotov in Berlin in November, and he ordered preparations for a full-scale invasion of the Soviet Union.[254]

In the Spring of 1941, German forces were deployed to North Africa, the Balkans, and the Middle East. In February, German forces arrived in Libya to bolster the Italian presence. In April, Hitler launched the invasion of Yugoslavia, quickly followed by the invasion of Greece.[255] In May, German forces were sent to support Iraqi rebel forces fighting against the British and to invade Crete.[256]

Path to defeat

On 22 June 1941, contravening the Hitler–Stalin non-aggression pact of 1939, 5.5 million Axis troops attacked the Soviet Union. This large-scale offensive (codenamed Operation Barbarossa) was intended to destroy the Soviet Union and seize its natural resources for subsequent aggression against the Western powers.[257][258] The invasion conquered a huge area, including the Baltic republics, Belarus, and West Ukraine. After the successful Battle of Smolensk, Hitler ordered Army Group Centre to halt its advance to Moscow and temporarily diverted its Panzer groups north and south to aid in the encirclement of Leningrad and Kiev.[259] His generals disagreed with this change of targets, and his decision caused a major crisis among the military leadership.[260][261] The pause provided the Red Army with an opportunity to mobilise fresh reserves; historian Russel Stolfi considers it to be one of the major factors that caused the failure of the Moscow offensive, which was resumed only in October 1941 and ended disastrously in December.[259]

Hitler during his speech to the Reichstag attacking American President Franklin D. Roosevelt, 11 December 1941

On 7 December 1941, Japan attacked Pearl Harbor, Hawaii. Four days later, Hitler formally declared war against the United States.[262]

On 18 December 1941, Himmler asked Hitler, “What to do with the Jews of Russia?”, to which Hitler replied, “als Partisanen auszurotten” (“exterminate them as partisans”).[263] Israeli historian Yehuda Bauer has commented that the remark is probably as close as historians will ever get to a definitive order from Hitler for the genocide carried out during the Holocaust.[263]

In late 1942, German forces were defeated in the second battle of El Alamein,[264] thwarting Hitler’s plans to seize the Suez Canal and the Middle East. Overconfident in his own military expertise following the earlier victories in 1940, Hitler became distrustful of his Army High Command and began to interfere in military and tactical planning with damaging consequences.[265] In February 1943, Hitler’s repeated refusal to allow their withdrawal at the Battle of Stalingrad led to the total destruction of the 6th Army. Over 200,000 Axis soldiers were killed and 235,000 were taken prisoner, only 6,000 of whom returned to Germany after the war.[266] Thereafter came a decisive defeat at the Battle of Kursk.[267] Hitler’s military judgment became increasingly erratic, and Germany’s military and economic position deteriorated along with Hitler’s health.[268]

The destroyed map room at the Wolf’s Lair after the 20 July plot

Following the allied invasion of Sicily in 1943, Mussolini was removed from power by Victor Emmanuel III after a vote of no confidence of the Grand Council. Marshal Pietro Badoglio, placed in charge of the government, soon surrendered to the Allies.[269] Throughout 1943 and 1944, the Soviet Union steadily forced Hitler’s armies into retreat along the Eastern Front. On 6 June 1944 the Western Allied armies landed in northern France in what was one of the largest amphibious operations in history, Operation Overlord.[270] As a result of these significant setbacks for the German army, many of its officers concluded that defeat was inevitable and that Hitler’s misjudgement or denial would drag out the war and result in the complete destruction of the country.[271]

Between 1939 and 1945, there were many plans to assassinate Hitler, some of which proceeded to significant degrees.[272] The most well known came from within Germany and was at least partly driven by the increasing prospect of a German defeat in the war.[273] In July 1944, in the 20 July plot, part of Operation Valkyrie, Claus von Stauffenberg planted a bomb in one of Hitler’s headquarters, the Wolf’s Lair at Rastenburg. Hitler narrowly survived because someone unknowingly pushed the briefcase containing the bomb behind a leg of the heavy conference table. When the bomb exploded, the table deflected much of the blast away from Hitler. Later, Hitler ordered savage reprisals resulting in the execution of more than 4,900 people.[274]

Defeat and death

Main article: Death of Adolf Hitler

By late 1944, both the Red Army and the Western Allies were advancing into Germany. Recognising the strength and determination of the Red Army, Hitler decided to use his remaining mobile reserves against the American and British troops, which he perceived as far weaker.[275] On 16 December, he launched an offensive in the Ardennes to incite disunity among the Western Allies and perhaps convince them to join his fight against the Soviets.[276] The offensive failed. Hitler’s hope to negotiate peace with the United States and Britain was buoyed by the death of Franklin D. Roosevelt on 12 April 1945, but contrary to his expectations, this caused no rift among the Allies.[277][276] Acting on his view that Germany’s military failures had forfeited its right to survive as a nation, Hitler ordered the destruction of all German industrial infrastructure before it could fall into Allied hands.[278] Arms minister Albert Speer was entrusted with executing this scorched earth plan, but he quietly disobeyed the order.[278][279]

Front page of the US Armed Forces newspaper, Stars and Stripes, 2 May 1945, announcing Hitler’s death

On 20 April, his 56th birthday, Hitler made his last trip from the Führerbunker (“Führer’s shelter”) to the surface. In the ruined garden of the Reich Chancellery, he awarded Iron Crosses to boy soldiers of the Hitler Youth.[280] By 21 April, Georgy Zhukov‘s 1st Belorussian Front had broken through the defences of German General Gotthard Heinrici‘s Army Group Vistula during the Battle of the Seelow Heights and advanced into the outskirts of Berlin.[281] In denial about the dire situation, Hitler placed his hopes on the undermanned and under-equipped Armeeabteilung Steiner (Army Detachment Steiner), commanded by Waffen SS General Felix Steiner. Hitler ordered Steiner to attack the northern flank of the salient and the German Ninth Army was ordered to attack northward in a pincer attack.[282]

During a military conference on 22 April, Hitler asked about Steiner’s offensive. He was told that the attack had not been launched and that the Soviets had entered Berlin. This prompted Hitler to ask everyone except Wilhelm Keitel, Alfred Jodl, Hans Krebs, and Wilhelm Burgdorf to leave the room.[283] Hitler then launched a tirade against the treachery and incompetence of his commanders, culminating in his declaration—for the first time—that the war was lost. Hitler announced that he would stay in Berlin until the end and then shoot himself.[284]

By 23 April the Red Army had completely surrounded Berlin,[285] and Goebbels made a proclamation urging its citizens to defend the city.[283] That same day, Göring sent a telegram from Berchtesgaden, arguing that since Hitler was isolated in Berlin, he, Göring, should assume leadership of Germany. Göring set a deadline after which he would consider Hitler incapacitated.[286] Hitler responded by having Göring arrested, and in his last will and testament, written on 29 April, he removed Göring from all government positions.[287][288] On 28 April Hitler discovered that Himmler, who had left Berlin on 20 April, was trying to discuss surrender terms with the Western Allies.[289][290] He ordered Himmler’s arrest and had Hermann Fegelein (Himmler’s SS representative at Hitler’s HQ in Berlin) shot.[291]

After midnight on 29 April, Hitler married Eva Braun in a small civil ceremony in the Führerbunker. After a modest wedding breakfast with his new wife, he then took secretary Traudl Junge to another room and dictated his will.[292][b] The event was witnessed and documents signed by Krebs, Burgdorf, Goebbels, and Bormann.[293] Later that afternoon, Hitler was informed of the execution of Mussolini, which presumably increased his determination to avoid capture.[294]

On 30 April 1945, after intense street-to-street combat, when Soviet troops were within a block or two of the Reich Chancellery, Hitler and Braun committed suicide; Braun bit into a cyanide capsule[295] and Hitler shot himself.[296] Both their bodies were carried up the stairs and through the bunker’s emergency exit to the bombed-out garden behind the Reich Chancellery, where they were placed in a bomb crater and doused with petrol.[297] The corpses were set on fire as the Red Army shelling continued.[298][299]

Berlin surrendered on 2 May. Records in the Soviet archives, obtained after the fall of the Soviet Union, state that the remains of Hitler, Braun, Joseph and Magda Goebbels, the six Goebbels children, General Hans Krebs, and Hitler’s dogs were repeatedly buried and exhumed.[300] On 4 April 1970, a Soviet KGB team used detailed burial charts to exhume five wooden boxes at the SMERSH facility in Magdeburg. The remains from the boxes were burned, crushed, and scattered into the Biederitz river, a tributary of the nearby Elbe.[301] According to Kershaw the corpses of Braun and Hitler were fully burned when the Red Army found them, and only a lower jaw with dental work could be identified as Hitler’s remains.[302]

The Holocaust

Main article: The Holocaust

If the international Jewish financiers outside Europe should succeed in plunging the nations once more into a world war, then the result will not be the bolshevisation of the earth, and thus the victory of Jewry, but the annihilation of the Jewish race in Europe![303]

— Adolf Hitler addressing the German Reichstag, 30 January 1939

A wagon piled high with corpses outside the crematorium in the liberated Buchenwald concentration camp (April 1945)

The Holocaust and Germany’s war in the East was based on Hitler’s long-standing view that the Jews were the great enemy of the German people and that Lebensraum was needed for the expansion of Germany. He focused on Eastern Europe for this expansion, aiming to defeat Poland and the Soviet Union and on removing or killing the Jews and Slavs.[304] The Generalplan Ost (“General Plan for the East”) called for deporting the population of occupied Eastern Europe and the Soviet Union to West Siberia, for use as slave labour or to be murdered;[305] the conquered territories were to be colonised by German or “Germanised” settlers.[306] The goal was to implement this plan after the conquest of the Soviet Union, but when this failed, Hitler moved the plans forward.[305][307] By January 1942, it had been decided to kill the Jews, Slavs, and other deportees considered undesirable.[308][c]

Hitler’s order for Action T4, dated 1 September 1939

The Holocaust (the “Endlösung der Judenfrage” or “Final Solution of the Jewish Question”) was ordered by Hitler and organised and executed by Heinrich Himmler and Reinhard Heydrich. The records of the Wannsee Conference—held on 20 January 1942 and led by Heydrich, with fifteen senior Nazi officials participating—provide the clearest evidence of systematic planning for the Holocaust. On 22 February, Hitler was recorded saying, “we shall regain our health only by eliminating the Jews”.[309] Although no direct order from Hitler authorising the mass killings has surfaced,[310] his public speeches, orders to his generals, and the diaries of Nazi officials demonstrate that he conceived and authorised the extermination of European Jewry.[311][312] He approved the Einsatzgruppen—killing squads that followed the German army through Poland, the Baltic, and the Soviet Union[313]—and he was well informed about their activities.[311][314] By summer 1942, Auschwitz concentration camp was rapidly expanded to accommodate large numbers of deportees for killing or enslavement.[315] Scores of other concentration camps and satellite camps were set up throughout Europe, with several camps devoted exclusively to extermination.[316]

Between 1939 and 1945, the Schutzstaffel (SS), assisted by collaborationist governments and recruits from occupied countries, was responsible for the deaths of at least eleven million people,[317][305] including 5.5 to six million Jews (representing two-thirds of the Jewish population of Europe),[318][319] and between 200,000 and 1,500,000 Romani people.[320][319] Deaths took place in concentration and extermination camps, ghettos, and through mass executions. Many victims of the Holocaust were gassed to death, whereas others died of starvation or disease or while working as slave labourers.[321]

Hitler’s policies also resulted in the killing of nearly two million Poles,[322] over 3 million Soviet prisoners of war,[323] communists and other political opponents, homosexuals, the physically and mentally disabled,[324][325] Jehovah’s Witnesses, Adventists, and trade unionists. Hitler never appeared to have visited the concentration camps and did not speak publicly about the killings.[326]

The Nazis also embraced the concept of racial hygiene. On 15 September 1935, Hitler presented two laws—known as the Nuremberg Laws—to the Reichstag. The laws banned sexual relations and marriages between Aryans and Jews and were later extended to include “Gypsies, Negroes or their bastard offspring”.[327] The laws also stripped all non-Aryans of their German citizenship and forbade the employment of non-Jewish women under the age of 45 in Jewish households.[328] Hitler’s early eugenic policies targeted children with physical and developmental disabilities in a programme dubbed Action Brandt, and later authorised a euthanasia programme for adults with serious mental and physical disabilities, now referred to as Action T4.[329]

Leadership style

Hitler ruled the NSDAP autocratically by asserting the Führerprinzip (“Leader principle”). The principle relied on absolute obedience of all subordinates to their superiors; thus he viewed the government structure as a pyramid, with himself—the infallible leader—at the apex. Rank in the party was not determined by elections—positions were filled through appointment by those of higher rank, who demanded unquestioning obedience to the will of the leader.[330] Hitler’s leadership style was to give contradictory orders to his subordinates and to place them into positions where their duties and responsibilities overlapped with those of others, to have “the stronger one [do] the job”.[331] In this way, Hitler fostered distrust, competition, and infighting among his subordinates to consolidate and maximise his own power. His cabinet never met after 1938, and he discouraged his ministers from meeting independently.[332][333] Hitler typically did not give written orders; instead he communicated them verbally, or had them conveyed through his close associate, Martin Bormann.[334] He entrusted Bormann with his paperwork, appointments, and personal finances; Bormann used his position to control the flow of information and access to Hitler.[335]

Hitler personally made all major military decisions. Historians who have assessed his performance agree that after a strong start, he became so inflexible after 1941 that he squandered the military strengths Germany possessed. Historian Antony Beevor argues that at the start of the war, “Hitler was a fairly inspired leader, because his genius lay in assessing the weaknesses of others and exploiting those weaknesses”. From 1941 onward, “he became completely sclerotic. He would not allow any form of retreat or flexibility among his field commanders, and that of course was catastrophic”.[336]

Legacy

Further information: Consequences of Nazism and Neo-Nazism

Outside the building in Braunau am Inn, Austria, where Hitler was born, is a memorial stone placed as a reminder of the horrors of World War II. The inscription translates as:

For peace, freedom
and democracy
never again fascism
millions of dead remind [us]

Hitler’s suicide was likened by contemporaries to a “spell” being broken.[337][338] Public support for Hitler had collapsed by the time of his death and few Germans mourned his passing; Ian Kershaw argues that most civilians and military personnel were too busy adjusting to the collapse of the country or fleeing from the fighting to take any interest.[339] According to historian John Toland National Socialism “burst like a bubble” without its leader.[340]

Hitler’s actions and Nazi ideology are almost universally regarded as gravely immoral;[341] according to historian Ian Kershaw, “Never in history has such ruination—physical and moral—been associated with the name of one man”.[342] Hitler’s political programme brought about a world war, leaving behind a devastated and impoverished Eastern and Central Europe. Germany itself suffered wholesale destruction, characterised as “Zero Hour”.[343] Hitler’s policies inflicted human suffering on an unprecedented scale;[344] according to R.J. Rummel, the Nazi regime was responsible for the democidal killing of an estimated 19.3 million civilians and prisoners of war.[317] In addition, 29 million soldiers and civilians died as a result of military action in the European Theatre of World War II,[317] and Hitler’s role has been described as “… the main author of a war leaving over 50 million dead and millions more grieving their lost ones …”.[342] The total number of civilians killed during the Second World War (much of them attributable to Hitler) was an unprecedented development in the history of warfare.[345] Historians, philosophers, and politicians often use the word “evil” to describe the Nazi regime.[346] Many European countries have criminalised both the promotion of Nazism and Holocaust denial.[347]

Historian Friedrich Meinecke described Hitler as “one of the great examples of the singular and incalculable power of personality in historical life”.[348] English historian Hugh Trevor-Roper saw him as “among the ‘terrible simplifiers’ of history, the most systematic, the most historical, the most philosophical, and yet the coarsest, cruelest, least magnanimous conqueror the world has ever known”.[349] For the historian John M. Roberts, Hitler’s defeat marked the end of a phase of European history dominated by Germany.[350] In its place emerged the Cold War, a global confrontation between the Western Bloc, dominated by the United States and other NATO nations, and the Eastern Bloc, dominated by the Soviet Union.[351] Historian Sebastian Haffner avows that without Hitler and the displacement of the Jews, the modern nation state of Israel would not exist. He contends that without Hitler, the de-colonization of former European spheres of influence would not have occurred as quickly and would have been postponed.[352] Further, Haffner claims that other than Alexander the Great, Hitler had a more significant impact than any other comparable historical figure, in that he too caused a wide range of worldwide changes in a relatively short time span.[353]

Religious views

Born to a practising Catholic mother and an anticlerical father, after leaving home, Hitler never again attended Mass or received the sacraments.[354][355][356] Speer states that Hitler made harsh pronouncements against the church to his political associates and though he never officially left it, he had no attachment to it.[357] He adds that Hitler felt that in the absence of the church the faithful would turn to mysticism, which he considered a step backwards.[357] Historian John S. Conway states that Hitler was fundamentally opposed to the Christian churches.[358] According to Bullock, Hitler did not believe in God, was anticlerical, and held Christian ethics in contempt because they contravened his preferred view of “survival of the fittest“.[359] He favoured aspects of Protestantism that suited his own views, and adopted some elements of the Catholic Church’s hierarchical organisation, liturgy, and phraseology in his politics.[360]

Hitler viewed the church as an important politically conservative influence on society,[361] and he adopted a strategic relationship with it “that suited his immediate political purposes”.[358] In public, Hitler often praised Christian heritage and German Christian culture, though professing a belief in an “Aryan” Jesus—one who fought against the Jews.[362] Any pro-Christian public rhetoric was at variance with his personal beliefs, which described Christianity as “absurdity”[363] and nonsense founded on lies.[364]

According to a US Office of Strategic Services report, “The Nazi Master Plan”, Hitler planned to destroy the influence of Christian churches within the Reich.[365][366] His eventual goal was the total elimination of Christianity.[367] This goal informed Hitler’s movement very early on, but he saw it as inexpedient to express this extreme position publicly.[368] According to Bullock, Hitler wanted to wait until after the war before executing this plan.[369]

Speer wrote that Hitler had a negative view of Himmler and Alfred Rosenberg‘s mystical notions and Himmler’s attempt to mythologise the SS. Hitler was more pragmatic, and his ambitions centred on more practical concerns.[370][371]

Health

Researchers have variously suggested that Hitler suffered from irritable bowel syndrome, skin lesions, irregular heartbeat, coronary sclerosis,[372] Parkinson’s disease,[268][373] syphilis,[373] and tinnitus.[374] In a report prepared for the Office of Strategic Services in 1943, Walter C. Langer of Harvard University described Hitler as a “neurotic psychopath“.[375] In his 1977 book The Psychopathic God: Adolf Hitler, historian Robert G. L. Waite proposes that Hitler suffered from borderline personality disorder.[376] Historians Henrik Eberle and Hans-Joachim Neumann judge that while Hitler suffered from a number of illnesses including Parkinson’s disease, he did not experience pathological delusions and was always fully aware of, and responsible for, the decisions he was making.[377] Theories about Hitler’s medical condition are difficult to prove, and placing too much weight on them may have the effect of attributing many of the events and consequences of the Third Reich to the possibly impaired physical health of one individual.[378] Kershaw feels that it is better to take a broader view of German history by examining what social forces led to the Third Reich and its policies rather than to pursue narrow explanations for the Holocaust and World War II based on only one person.[379]

Hitler followed a vegetarian diet.[380] At social events he sometimes gave graphic accounts of the slaughter of animals in an effort to make his dinner guests shun meat.[381] An antivivisectionist, Hitler may have followed his selective diet out of a concern for animals.[382] Bormann had a greenhouse constructed near the Berghof (near Berchtesgaden) to ensure a steady supply of fresh fruit and vegetables for Hitler throughout the war. Hitler despised alcohol[383] and was a non-smoker. He encouraged his close associates to quit by offering a gold watch to any who were able to break the habit.[384] Hitler began using amphetamine occasionally after 1937 and became addicted to it in the autumn of 1942.[385] Speer linked this use of amphetamines to Hitler’s increasingly inflexible decision making (for example, rarely allowing military retreats).[386]

Prescribed ninety medications during the war years, Hitler took many pills each day for chronic stomach problems and other ailments.[387] He suffered ruptured eardrums as a result of the 20 July plot bomb blast in 1944, and two hundred wood splinters had to be removed from his legs.[388] Newsreel footage of Hitler shows tremors of his hand and a shuffling walk, which began before the war and worsened towards the end of his life. Hitler’s personal physician, Theodor Morell, treated Hitler with a drug that was commonly prescribed in 1945 for Parkinson’s disease. Ernst-Günther Schenck and several other doctors who met Hitler in the last weeks of his life also formed a diagnosis of Parkinson’s disease.[387][389]

Family

Hitler in 1942 with his long-time mistress, Eva Braun, whom he married on 29 April 1945

Hitler created a public image as a celibate man without a domestic life, dedicated entirely to his political mission and the nation.[133][390] He met his mistress, Eva Braun, in 1929,[391] and married her in April 1945.[392] In September 1931, his half-niece, Geli Raubal, committed suicide with Hitler’s gun in his Munich apartment. It was rumoured among contemporaries that Geli was in a romantic relationship with him, and her death was a source of deep, lasting pain.[393] Paula Hitler, the last living member of the immediate family, died in 1960.[394]

Hitler in media

Film of Hitler at Berchtesgaden (c. 1941)

Hitler used documentary films as a propaganda tool. He was involved and appeared in a series of films by the pioneering filmmaker Leni Riefenstahl via Universum Film AG (UFA):[395]

See also

Footnotes

  1. Jump up ^ Hitler also won settlement from a libel suit against the socialist paper the Münchener Post, which had questioned his lifestyle and income. Kershaw 2008, p. 99.
  2. Jump up ^ MI5, Hitler’s Last Days: “Hitler’s will and marriage” on the website of MI5, using the sources available to Trevor Roper (a World War II MI5 agent and historian/author of The Last Days of Hitler), records the marriage as taking place after Hitler had dictated his last will and testament.
  3. Jump up ^ For a summary of recent scholarship on Hitler’s central role in the Holocaust, see McMillan 2012.

References

  1. Jump up ^ NS-Archiv, 7 April 1925.
  2. Jump up ^ Maser 1973, p. 4.
  3. Jump up ^ Maser 1973, p. 15.
  4. ^ Jump up to: a b Kershaw 1999, p. 5.
  5. Jump up ^ Jetzinger 1976, p. 32.
  6. Jump up ^ Rosenbaum 1999.
  7. Jump up ^ Hamann 2010, p. 50.
  8. Jump up ^ Toland 1992, pp. 246–247.
  9. Jump up ^ Kershaw 1999, pp. 8–9.
  10. Jump up ^ House of Responsibility.
  11. Jump up ^ Shirer 1960, pp. 6–9.
  12. Jump up ^ Rosmus 2004, p. 33.
  13. Jump up ^ Keller 2010, p. 15.
  14. Jump up ^ Hamann 2010, pp. 7–8.
  15. Jump up ^ Kubizek 2006, p. 37.
  16. Jump up ^ Kubizek 2006, p. 92.
  17. Jump up ^ Hitler 1999, p. 6.
  18. Jump up ^ Fromm 1977, pp. 493–498.
  19. Jump up ^ Shirer 1960, pp. 10–11.
  20. Jump up ^ Payne 1990, p. 22.
  21. Jump up ^ Kershaw 2008, p. 9.
  22. Jump up ^ Hitler 1999, p. 8.
  23. Jump up ^ Keller 2010, pp. 33–34.
  24. Jump up ^ Fest 1977, p. 32.
  25. Jump up ^ Kershaw 2008, p. 8.
  26. Jump up ^ Hitler 1999, p. 10.
  27. Jump up ^ Evans 2003, pp. 163–164.
  28. Jump up ^ Bendersky 2000, p. 26.
  29. Jump up ^ Ryschka 2008, p. 35.
  30. Jump up ^ Hamann 2010, p. 13.
  31. Jump up ^ Kershaw 2008, p. 10.
  32. Jump up ^ Kershaw 1999, p. 19.
  33. Jump up ^ Kershaw 1999, p. 20.
  34. Jump up ^ Bullock 1962, pp. 30–31.
  35. Jump up ^ Hitler 1999, p. 20.
  36. Jump up ^ Bullock 1999, pp. 30–33.
  37. Jump up ^ Shirer 1960, p. 26.
  38. Jump up ^ Hamann 2010, pp. 243–246.
  39. Jump up ^ Hamann 2010, pp. 341–345.
  40. Jump up ^ Hamann 2010, p. 350.
  41. Jump up ^ Kershaw 1999, pp. 60–67.
  42. Jump up ^ Hitler 1999, p. 52.
  43. Jump up ^ Shirer 1960, p. 25.
  44. Jump up ^ Hamann 1999, p. 176.
  45. Jump up ^ Hamann 2010, p. 348.
  46. Jump up ^ Kershaw 1999, p. 66.
  47. Jump up ^ Hamann 2010, pp. 347–359.
  48. Jump up ^ Kershaw 1999, p. 64.
  49. Jump up ^ Evans 2011.
  50. ^ Jump up to: a b Shirer 1960, p. 27.
  51. Jump up ^ Weber 2010, p. 13.
  52. Jump up ^ Shirer 1960, p. 27, footnote.
  53. ^ Jump up to: a b Kershaw 1999, p. 90.
  54. Jump up ^ Weber 2010, pp. 12–13.
  55. Jump up ^ Kershaw 2008, p. 53.
  56. Jump up ^ Kershaw 2008, p. 54.
  57. Jump up ^ Weber 2010, p. 100.
  58. ^ Jump up to: a b Shirer 1960, p. 30.
  59. Jump up ^ Kershaw 2008, p. 59.
  60. Jump up ^ Bullock 1962, p. 52.
  61. Jump up ^ Kershaw 1999, p. 96.
  62. Jump up ^ Steiner 1976, p. 392.
  63. Jump up ^ Kershaw 2008, p. 57.
  64. Jump up ^ Kershaw 2008, p. 58.
  65. Jump up ^ Kershaw 2008, pp. 59, 60.
  66. Jump up ^ Kershaw 1999, p. 97.
  67. Jump up ^ Kershaw 1999, p. 102.
  68. Jump up ^ Keegan 1987, pp. 238–240.
  69. Jump up ^ Bullock 1962, p. 60.
  70. Jump up ^ Kershaw 2008, pp. 61, 62.
  71. Jump up ^ Kershaw 2008, pp. 61–63.
  72. Jump up ^ Kershaw 2008, p. 96.
  73. Jump up ^ Kershaw 2008, pp. 80, 90, 92.
  74. Jump up ^ Bullock 1999, p. 61.
  75. Jump up ^ Kershaw 1999, p. 109.
  76. Jump up ^ Kershaw 2008, p. 82.
  77. Jump up ^ Stackelberg 2007, p. 9.
  78. Jump up ^ Mitcham 1996, p. 67.
  79. Jump up ^ Fest 1970, p. 21.
  80. Jump up ^ Kershaw 2008, pp. 94, 95, 100.
  81. Jump up ^ Kershaw 2008, p. 87.
  82. Jump up ^ Kershaw 2008, p. 88.
  83. Jump up ^ Kershaw 2008, p. 93.
  84. Jump up ^ Kershaw 2008, p. 89.
  85. Jump up ^ Kershaw 2008, pp. 89–92.
  86. Jump up ^ Kershaw 2008, p. 81.
  87. Jump up ^ Kershaw 2008, pp. 100, 101.
  88. Jump up ^ Kershaw 2008, p. 102.
  89. ^ Jump up to: a b Kershaw 2008, p. 103.
  90. Jump up ^ Kershaw 2008, pp. 83, 103.
  91. Jump up ^ Bullock 1999, p. 376.
  92. Jump up ^ Frauenfeld 1937.
  93. Jump up ^ Goebbels 1936.
  94. Jump up ^ Kressel 2002, p. 121.
  95. ^ Jump up to: a b Knickerbocker 1941, p. 46.
  96. Jump up ^ Trevor-Roper 1987, p. 116.
  97. Jump up ^ Kershaw 2008, pp. 105–106.
  98. Jump up ^ Bullock 1999, p. 377.
  99. Jump up ^ Heck 2001, p. 23.
  100. Jump up ^ Larson 2011, p. 157.
  101. Jump up ^ Kershaw 1999, p. 367.
  102. Jump up ^ Kellogg 2005, p. 275.
  103. Jump up ^ Kellogg 2005, p. 203.
  104. Jump up ^ Kershaw 2008, p. 126.
  105. ^ Jump up to: a b Kershaw 2008, p. 128.
  106. Jump up ^ Kershaw 2008, p. 129.
  107. Jump up ^ Kershaw 2008, pp. 130–131.
  108. Jump up ^ Shirer 1960, pp. 73–74.
  109. Jump up ^ Kershaw 2008, p. 132.
  110. Jump up ^ Kershaw 2008, p. 131.
  111. Jump up ^ Munich Court, 1924.
  112. Jump up ^ Fulda 2009, pp. 68–69.
  113. Jump up ^ Kershaw 1999, p. 239.
  114. ^ Jump up to: a b Bullock 1962, p. 121.
  115. Jump up ^ Spiro 2008.
  116. Jump up ^ Kershaw 2008, pp. 148–149.
  117. Jump up ^ Shirer 1960, pp. 80–81.
  118. Jump up ^ Kershaw 2008, pp. 158, 161, 162.
  119. Jump up ^ Kershaw 2008, pp. 162, 166.
  120. Jump up ^ Shirer 1960, p. 129.
  121. Jump up ^ Kershaw 2008, pp. 166, 167.
  122. Jump up ^ Shirer 1960, pp. 136–137.
  123. Jump up ^ Kolb 2005, pp. 224–225.
  124. Jump up ^ Kolb 1988, p. 105.
  125. Jump up ^ Halperin 1965, p. 403 et. seq.
  126. Jump up ^ Halperin 1965, pp. 434–446 et. seq.
  127. Jump up ^ Wheeler-Bennett 1967, p. 218.
  128. Jump up ^ Wheeler-Bennett 1967, p. 216.
  129. Jump up ^ Wheeler-Bennett 1967, pp. 218–219.
  130. Jump up ^ Wheeler-Bennett 1967, p. 222.
  131. Jump up ^ Halperin 1965, p. 449 et. seq.
  132. Jump up ^ Halperin 1965, pp. 434–436, 471.
  133. ^ Jump up to: a b Shirer 1960, p. 130.
  134. Jump up ^ Hinrichs 2007.
  135. Jump up ^ Halperin 1965, p. 476.
  136. Jump up ^ Halperin 1965, pp. 468–471.
  137. Jump up ^ Bullock 1962, p. 201.
  138. Jump up ^ Halperin 1965, pp. 477–479.
  139. Jump up ^ Letter to Hindenburg, 1932.
  140. Jump up ^ Fox News, 2003.
  141. Jump up ^ Shirer 1960, p. 184.
  142. Jump up ^ Evans 2003, p. 307.
  143. Jump up ^ Bullock 1962, p. 262.
  144. Jump up ^ Kershaw 1999, pp. 456-458, 731-732.
  145. Jump up ^ Shirer 1960, p. 192.
  146. Jump up ^ Bullock 1999, p. 262.
  147. Jump up ^ Shirer 1960, p. 194, 274.
  148. Jump up ^ Shirer 1960, p. 194.
  149. Jump up ^ Bullock 1962, p. 265.
  150. Jump up ^ City of Potsdam.
  151. Jump up ^ Shirer 1960, pp. 196–197.
  152. Jump up ^ Shirer 1960, p. 198.
  153. Jump up ^ Shirer 1960, p. 196.
  154. Jump up ^ Bullock 1999, p. 269.
  155. Jump up ^ Shirer 1960, p. 199.
  156. Jump up ^ Shirer 1960, p. 274.
  157. Jump up ^ Time, 1934.
  158. ^ Jump up to: a b Shirer 1960, p. 201.
  159. Jump up ^ Shirer 1960, p. 202.
  160. ^ Jump up to: a b Evans 2003, pp. 350–374.
  161. Jump up ^ Kershaw 2008, pp. 309–314.
  162. Jump up ^ Tames 2008, pp. 4–5.
  163. Jump up ^ Kershaw 2008, pp. 313–315.
  164. Jump up ^ Overy 2005, p. 63.
  165. Jump up ^ Shirer 1960, pp. 226–227.
  166. Jump up ^ Shirer 1960, p. 229.
  167. Jump up ^ Bullock 1962, p. 309.
  168. Jump up ^ Shirer 1960, p. 230.
  169. Jump up ^ Kershaw 2008, pp. 392, 393.
  170. Jump up ^ Shirer 1960, p. 312.
  171. Jump up ^ Kershaw 2008, pp. 393–397.
  172. Jump up ^ Shirer 1960, p. 308.
  173. Jump up ^ Shirer 1960, pp. 318–319.
  174. Jump up ^ Kershaw 2008, pp. 397–398.
  175. Jump up ^ McNab 2009, p. 54.
  176. Jump up ^ Shirer 1960, pp. 259–260.
  177. Jump up ^ Shirer 1960, p. 258.
  178. Jump up ^ Shirer 1960, p. 262.
  179. Jump up ^ McNab 2009, pp. 54–57.
  180. Jump up ^ Speer 1971, pp. 118–119.
  181. Jump up ^ Weinberg 1970, pp. 26–27.
  182. Jump up ^ Kershaw 1999, pp. 490–491.
  183. Jump up ^ Kershaw 1999, pp. 492, 555–556, 586–587.
  184. Jump up ^ Carr 1972, p. 23.
  185. Jump up ^ Kershaw 2008, p. 297.
  186. Jump up ^ Messerschmidt 1990, pp. 601–602.
  187. Jump up ^ Hildebrand 1973, p. 39.
  188. Jump up ^ Roberts 1975.
  189. Jump up ^ Messerschmidt 1990, pp. 630–631.
  190. ^ Jump up to: a b Overy, Origins of WWII Reconsidered 1999.
  191. Jump up ^ Carr 1972, pp. 56–57.
  192. Jump up ^ Messerschmidt 1990, p. 642.
  193. Jump up ^ Aigner 1985, p. 264.
  194. ^ Jump up to: a b Messerschmidt 1990, pp. 636–637.
  195. Jump up ^ Carr 1972, pp. 73–78.
  196. Jump up ^ Messerschmidt 1990, p. 638.
  197. ^ Jump up to: a b Bloch 1992, pp. 178–179.
  198. Jump up ^ Plating 2011, p. 21.
  199. Jump up ^ Butler & Young 1989, p. 159.
  200. Jump up ^ Bullock 1962, p. 434.
  201. Jump up ^ Overy 2005, p. 425.
  202. Jump up ^ Weinberg 1980, pp. 334–335.
  203. Jump up ^ Weinberg 1980, pp. 338–340.
  204. Jump up ^ Weinberg 1980, p. 366.
  205. Jump up ^ Weinberg 1980, pp. 418–419.
  206. Jump up ^ Kee 1988, pp. 149–150.
  207. Jump up ^ Weinberg 1980, p. 419.
  208. Jump up ^ Murray 1984, pp. 256–260.
  209. Jump up ^ Bullock 1962, p. 469.
  210. Jump up ^ Overy, The Munich Crisis 1999, p. 207.
  211. Jump up ^ Kee 1988, pp. 202–203.
  212. Jump up ^ Weinberg 1980, pp. 462–463.
  213. Jump up ^ Messerschmidt 1990, p. 672.
  214. Jump up ^ Messerschmidt 1990, pp. 671, 682–683.
  215. Jump up ^ Rothwell 2001, pp. 90–91.
  216. Jump up ^ Time, January 1939.
  217. ^ Jump up to: a b Murray 1984, p. 268.
  218. Jump up ^ Murray 1984, pp. 268–269.
  219. Jump up ^ Shirer 1960, p. 448.
  220. Jump up ^ Weinberg 1980, pp. 579–581.
  221. ^ Jump up to: a b Maiolo 1998, p. 178.
  222. ^ Jump up to: a b Messerschmidt 1990, pp. 688–690.
  223. ^ Jump up to: a b Weinberg 1980, pp. 537–539, 557–560.
  224. Jump up ^ Weinberg 1980, p. 558.
  225. Jump up ^ Carr 1972, pp. 76–77.
  226. Jump up ^ Kershaw 2000b, pp. 36–37, 92.
  227. Jump up ^ Weinberg 1955.
  228. Jump up ^ Robertson 1985, p. 212.
  229. Jump up ^ Bloch 1992, p. 228.
  230. Jump up ^ Overy & Wheatcroft 1989, p. 56.
  231. Jump up ^ Kershaw 2008, p. 497.
  232. Jump up ^ Robertson 1963, pp. 181–187.
  233. Jump up ^ Evans 2005, p. 693.
  234. Jump up ^ Bloch 1992, pp. 252–253.
  235. Jump up ^ Weinberg 1995, pp. 85–94.
  236. Jump up ^ Bloch 1992, pp. 255–257.
  237. Jump up ^ Messerschmidt 1990, p. 714.
  238. Jump up ^ Weinberg 1980, pp. 561–562, 583–584.
  239. Jump up ^ Bloch 1992, p. 260.
  240. Jump up ^ Hakim 1995.
  241. Jump up ^ Time, October 1939.
  242. ^ Jump up to: a b c Rees 1997, pp. 141–145.
  243. Jump up ^ Kershaw 2008, p. 527.
  244. ^ Jump up to: a b c d Rees 1997, pp. 148–149.
  245. Jump up ^ Winkler 2007, p. 74.
  246. Jump up ^ Shirer 1960, pp. 696–730.
  247. Jump up ^ Kershaw 2008, p. 562.
  248. Jump up ^ Deighton 2008, pp. 7–9.
  249. Jump up ^ Ellis 1993, p. 94.
  250. Jump up ^ Shirer 1960, pp. 731–737.
  251. Jump up ^ Shirer 1960, pp. 774–782.
  252. Jump up ^ Kershaw 2008, pp. 563, 569, 570.
  253. Jump up ^ Kershaw 2008, p. 580.
  254. Jump up ^ Roberts 2006, pp. 58–60.
  255. Jump up ^ Kershaw 2008, pp. 604–605.
  256. Jump up ^ Kurowski 2005, pp. 141–142.
  257. Jump up ^ Glantz 2001, p. 9.
  258. Jump up ^ Koch 1988.
  259. ^ Jump up to: a b Stolfi 1982.
  260. Jump up ^ Wilt 1981.
  261. Jump up ^ Evans 2008, p. 202.
  262. Jump up ^ Shirer 1960, pp. 900–901.
  263. ^ Jump up to: a b Bauer 2000, p. 5.
  264. Jump up ^ Shirer 1960, p. 921.
  265. Jump up ^ Kershaw 2000b, p. 417.
  266. Jump up ^ Evans 2008, pp. 419–420.
  267. Jump up ^ Shirer 1960, p. 1006.
  268. ^ Jump up to: a b BBC News, 1999.
  269. Jump up ^ Shirer 1960, pp. 996–1000.
  270. Jump up ^ Shirer 1960, p. 1036.
  271. Jump up ^ Speer 1971, pp. 513–514.
  272. Jump up ^ Kershaw 2008, pp. 544–547, 821–822, 827–828.
  273. Jump up ^ Kershaw 2008, pp. 816–818.
  274. Jump up ^ Shirer 1960, §29.
  275. Jump up ^ Weinberg 1964.
  276. ^ Jump up to: a b Crandell 1987.
  277. Jump up ^ Bullock 1962, pp. 753, 763, 778, 780–781.
  278. ^ Jump up to: a b Bullock 1962, pp. 774–775.
  279. Jump up ^ Sereny 1996, pp. 497–498.
  280. Jump up ^ Beevor 2002, p. 251.
  281. Jump up ^ Beevor 2002, pp. 255–256.
  282. Jump up ^ Le Tissier 2010, p. 45.
  283. ^ Jump up to: a b Dollinger 1995, p. 231.
  284. Jump up ^ Beevor 2002, p. 275.
  285. Jump up ^ Ziemke 1969, p. 92.
  286. Jump up ^ Bullock 1962, p. 787.
  287. Jump up ^ Bullock 1962, pp. 787, 795.
  288. Jump up ^ Butler & Young 1989, pp. 227–228.
  289. Jump up ^ Kershaw 2008, pp. 923–925, 943.
  290. Jump up ^ Bullock 1962, p. 791.
  291. Jump up ^ Bullock 1962, pp. 792, 795.
  292. Jump up ^ Beevor 2002, p. 343.
  293. Jump up ^ Bullock 1962, p. 795.
  294. Jump up ^ Bullock 1962, p. 798.
  295. Jump up ^ Linge 2009, p. 199.
  296. Jump up ^ Joachimsthaler 1999, pp. 160–180.
  297. Jump up ^ Joachimsthaler 1999, pp. 217–220.
  298. Jump up ^ Linge 2009, p. 200.
  299. Jump up ^ Bullock 1962, pp. 799–800.
  300. Jump up ^ Vinogradov 2005, pp. 111, 333.
  301. Jump up ^ Vinogradov 2005, pp. 333–336.
  302. Jump up ^ Kershaw 2000b, p. 1110.
  303. Jump up ^ Marrus 2000, p. 37.
  304. Jump up ^ Gellately 1996.
  305. ^ Jump up to: a b c Snyder 2010, p. 416.
  306. Jump up ^ Steinberg 1995.
  307. Jump up ^ Kershaw 2008, p. 683.
  308. Jump up ^ Shirer 1960, p. 965.
  309. Jump up ^ Naimark 2002, p. 81.
  310. Jump up ^ Megargee 2007, p. 146.
  311. ^ Jump up to: a b Longerich, Chapter 15 2003.
  312. Jump up ^ Longerich, Chapter 17 2003.
  313. Jump up ^ Kershaw 2008, pp. 670–675.
  314. Jump up ^ Megargee 2007, p. 144.
  315. Jump up ^ Kershaw 2008, p. 687.
  316. Jump up ^ Evans 2008, map, p. 366.
  317. ^ Jump up to: a b c Rummel 1994, p. 112.
  318. Jump up ^ Evans 2008, p. 318.
  319. ^ Jump up to: a b Holocaust Memorial Museum.
  320. Jump up ^ Hancock 2004, pp. 383–396.
  321. Jump up ^ Shirer 1960, p. 946.
  322. Jump up ^ US Holocaust Memorial Museum.
  323. Jump up ^ Snyder 2010, p. 184.
  324. Jump up ^ Niewyk & Nicosia 2000, p. 45.
  325. Jump up ^ Goldhagen 1996, p. 290.
  326. Jump up ^ Downing 2005, p. 33.
  327. Jump up ^ Gellately 2001, p. 216.
  328. Jump up ^ Kershaw 1999, pp. 567–568.
  329. Jump up ^ Overy 2005, p. 252.
  330. Jump up ^ Kershaw 2008, pp. 170, 172, 181.
  331. Jump up ^ Speer 1971, p. 281.
  332. Jump up ^ Manvell & Fraenkel 2007, p. 29.
  333. Jump up ^ Kershaw 2008, p. 323.
  334. Jump up ^ Kershaw 2008, p. 377.
  335. Jump up ^ Speer 1971, p. 333.
  336. Jump up ^ Beevor & Attar 2012.
  337. Jump up ^ Fest 1974, p. 753.
  338. Jump up ^ Speer 1971, p. 617.
  339. Jump up ^ Kershaw 2012, pp. 348–350.
  340. Jump up ^ Toland 1992, p. 892.
  341. Jump up ^ Kershaw 2000a, pp. 1–6.
  342. ^ Jump up to: a b Kershaw 2000b, p. 841.
  343. Jump up ^ Fischer 1995, p. 569.
  344. Jump up ^ Del Testa, Lemoine & Strickland 2003, p. 83.
  345. Jump up ^ Murray & Millett 2001, p. 554.
  346. Jump up ^ Welch 2001, p. 2.
  347. Jump up ^ Bazyler 2006, p. 1.
  348. Jump up ^ Shirer 1960, p. 6.
  349. Jump up ^ Hitler & Trevor-Roper 1988, p. xxxv.
  350. Jump up ^ Roberts 1996, p. 501.
  351. Jump up ^ Lichtheim 1974, p. 366.
  352. Jump up ^ Haffner 1979, pp. 100-101.
  353. Jump up ^ Haffner 1979, p. 100.
  354. Jump up ^ Kershaw 2008, p. 5.
  355. Jump up ^ Rißmann 2001, pp. 94–96.
  356. Jump up ^ Toland 1992, pp. 9–10.
  357. ^ Jump up to: a b Speer 1971, pp. 141–142.
  358. ^ Jump up to: a b Conway 1968, p. 3.
  359. Jump up ^ Bullock 1999, pp. 385, 389.
  360. Jump up ^ Rißmann 2001, p. 96.
  361. Jump up ^ Speer 1971, p. 141.
  362. Jump up ^ Steigmann-Gall 2003, pp. 27, 108.
  363. Jump up ^ Hitler 2000, p. 59.
  364. Jump up ^ Hitler 2000, p. 342.
  365. Jump up ^ Sharkey 2002.
  366. Jump up ^ Bonney 2001.
  367. Jump up ^ Phayer 2000.
  368. Jump up ^ Office of Strategic Services, 1945.
  369. Jump up ^ Bullock 1962, pp. 219, 389.
  370. Jump up ^ Speer 1971, pp. 141, 171, 174.
  371. Jump up ^ Bullock 1999, p. 729.
  372. Jump up ^ Evans 2008, p. 508.
  373. ^ Jump up to: a b Bullock 1962, p. 717.
  374. Jump up ^ Redlich 2000, pp. 129–190.
  375. Jump up ^ Langer 1972, p. 126.
  376. Jump up ^ Waite 1993, p. 356.
  377. Jump up ^ Gunkel 2010.
  378. Jump up ^ Kershaw 2000a, p. 72.
  379. Jump up ^ Kershaw 2008, pp. xxxv–xxxvi.
  380. Jump up ^ Bullock 1999, p. 388.
  381. Jump up ^ Wilson 1998.
  382. Jump up ^ Dietrich 2010, p. 172.
  383. Jump up ^ Dietrich 2010, p. 171.
  384. Jump up ^ Toland 1992, p. 741.
  385. Jump up ^ Heston & Heston 1980, pp. 125–142.
  386. Jump up ^ Heston & Heston 1980, pp. 11–20.
  387. ^ Jump up to: a b Kershaw 2008, p. 782.
  388. Jump up ^ Linge 2009, p. 156.
  389. Jump up ^ O’Donnell 2001, p. 37.
  390. Jump up ^ Bullock 1999, p. 563.
  391. Jump up ^ Kershaw 2008, p. 378.
  392. Jump up ^ Kershaw 2008, pp. 947–948.
  393. Jump up ^ Bullock 1962, pp. 393–394.
  394. Jump up ^ Kershaw 2008, p. 4.
  395. Jump up ^ The Daily Telegraph, 2003.

Sources

Online

Adolf Hitler

Sunday, March 2nd, 2014

Adolf Hitler (prononcé en allemand [ˈa.dɔlf ˈhɪt.lɐ] ), né le à Braunau am Inn en Autriche-Hongrie, dans la partie de l’actuelle Autriche et mort par suicide le à Berlin, est un dirigeant allemand, fondateur et figure centrale du nazisme, instaurateur de la dictature totalitaire désignée sous le nom de Troisième Reich (1933-1945). Porté à la tête de l’Allemagne par le Parti national-socialiste des travailleurs allemands (NSDAP) qu’il reprend en 1920, il devient chancelier du Reich le , puis se fait plébisciter en 1934 comme président, titre qu’il délaisse pour celui de Führer (« guide »).

Sa politique impérialiste, antisémite et raciste est à l’origine du volet européen de la Seconde Guerre mondiale et en fait le responsable de crimes de guerre et crimes contre l’humanité ayant causé plusieurs dizaines de millions de victimes, crimes dont la Shoah reste le plus marquant.

L’ampleur sans précédent des destructions, des pillages et des crimes de masse dont il est le responsable, tout comme le racisme radical singularisant sa doctrine et l’inhumanité exceptionnelle des traitements infligés à ses victimes lui ont valu d’être considéré de manière particulièrement négative par l’historiographie, par la mémoire collective et par la culture populaire en général. Son nom et sa personne font généralement figure de symboles répulsifsNote 1.

Sommaire

Jeunes années

Origines et enfance

Article détaillé : Généalogie d’Adolf Hitler.

Alois Hitler (1837-1903), le père d’Adolf Hitler

Klara Pölzl (1860–1907), la mère d’Adolf Hitler

Les sources traitant des premières années d’Adolf Hitler sont « extrêmement lacunaires et subjectives ». Les fonds d’archives, les témoins et Hitler lui-même donnent des interprétations très différentes de cette période qui s’étale de 1889 à 19192. De nombreux historiens se sont même penchés sur la possibilité d’une origine juive de Hitler, en concluant néanmoins la plupart du temps à de simples rumeurs infondéesNote 2.

Adolf Hitler naît le à 18h30 à Braunau am Inn, une petite ville de Haute-Autriche près de la frontière austro-allemande dans l’auberge de Joseph Pommer au Vordstadt Nr. 219 ; il est baptisé deux jours plus tard à l’église de Braunau3. Il est le quatrième enfant d’Aloïs Hitler (1837-1903) et de Klara Pölzl (1860-1907). Ses parents sont originaires de la région rurale du Waldviertel, pauvre et frontalière de la Bohême. Son père est un enfant illégitime de Marie-Anna Schicklgruber (1795-1847) qui épouse en 1842 Johann Georg Hiedler un pauvre compagnon meunier qui ne reconnaît pas l’enfant mais le confie à son frère Johann Nepomuk Hüttler4.

La vie de famille

Aloïs Schicklgruber devenu Hitler, épouse en troisièmes noces le sa petite cousine Klara, compte-tenu de la reconnaissance de paternité posthume de Johann Georg Hiedler, qu’il avait fait venir de son village natal de Spital comme domestique dix ans plus tôt. Une dispense pontificale est indispensable étant donné le degré de consanguinité apparente des époux5. La famille Hitler-Pölzl a déjà eu trois enfants tous morts en bas âge de la diphtérie : Gustav et Otto (morts en 1887) et Ida (morte en 1888). Edmund et Paula naissent respectivement en 1894 et 1896 mais le premier succombe à la rougeole en 1900. De son côté Aloïs est le père de deux autres enfants conçus lors d’un précédent mariage avec une autre domestique, Franziska Matzelberger : Aloïs junior (né en 1882) et Angela (née en 1884). Depuis le décès de Franziska (1884), Klara élève Aloïs et Angela6. La famille vit convenablement, Aloïs Hitler est entré dans le service des douanes autrichien en 1864. En 1875 il est nommé inspecteur des douanes à Braunau, une fonction honorable7. En 1894 la famille Hitler déménage pour Passau du côté allemand de la frontière. Un an plus tard, Aloïs prend sa retraite et achète une petite ferme à Fischlham près de Lambach pour se consacrer à l’apiculture8.

Adolf fait son entrée à l’école du village le . Son maître d’école, Karl Mittermaier, témoigne : « Je me souviens combien ses affaires de classe étaient toujours rangées dans un ordre exemplaire9. »

Aloïs Hitler est un père brutal et autoritaire qui n’hésite pas à frapper ses enfants. En 1896, une violente dispute l’oppose à Aloïs junior qui finit par s’enfuir de la maison10. Au cours de l’été 1897 le patriarche décide de revendre sa ferme et installe sa famille à Lambach. Adolf devient élève au monastère du village où ses résultats restent bons. Il y devient enfant de chœur11. En novembre 1898, Aloïs acquiert dans le village de Leonding, une maison à proximité de l’église et du cimetière. Selon des témoins de l’époque, Adolf est un enfant qui aime le grand air et jouer aux cow-boys et aux indiens comme de nombreux enfants de son âge12. Sa sœur Paula déclarera à ce sujet : « Quand on jouait aux Indiens Adolf faisait toujours le chef. Tous ses camarades devaient obéir à ses ordres. Ils devaient sentir que sa volonté était la plus forte13. »

Les relations père-fils

Photo de classe à l’école de Leonding en 1899, au centre de la rangée supérieure, Adolf Hitler.

À l’âge de onze ans, en septembre 1900, Aloïs Hitler inscrit son fils à la Realschule de Linz à quatre kilomètres au nord-est de Leonding. C’est alors que ses résultats scolaires s’effondrent. Il finit par redoubler, le conflit entre Adolf et son père devient inévitable14. En effet le père veut que son fils devienne fonctionnaire comme lui alors que le jeune garçon souhaite devenir artiste-peintre15.

« Pour la première fois de ma vie, je pris place dans l’opposition. Aussi obstiné que put l’être mon père pour réaliser les plans qu’il avait conçus, son fils ne fut pas moins résolu à refuser une idée dont il n’attendait rien. Je ne voulais pas être fonctionnaire. Ni discours, ni sévères représentations ne purent réduire cette résistance. Je ne serai pas fonctionnaire, non, et encore non ! (…). »

— Adolf Hitler, Mein Kampf, 192516.

Le Aloïs Hitler succombe d’une crise cardiaque, un verre de vin à la main, dans la brasserie Wiesinger à Leonding17. C’est un véritable tournant dans la vie du jeune Hitler. Mais les spécialistes sont divisés sur le sentiment d’Adolf Hitler vis-à-vis du décès de son père18.

La fin de l’école

Klara, devenue veuve, devient de fait la tutrice d’Adolf et de Paula Hitler âgés respectivement de quatorze et sept ans. Elle reçoit une aide de l’État de 600 couronnes et mensuellement la moitié de la pension de son défunt mari (soit 100 couronnes) puis 20 couronnes par enfant scolarisé. Son fils porte toujours la photographie de sa mère sur lui19. Au printemps 1903, Klara place Adolf en pension à Linz afin qu’il réussisse dans ses études. Léopold Pötsch, son professeur d’histoire est un partisan du pangermanisme mais aucun document ne peut attester d’un militantisme nationaliste de la part d’Adolf Hitler à cette époque. En revanche il baigne dans une société autrichienne d’esprit pangermaniste20. Voici le portrait du collégien Hitler qu’en brosse son professeur principal lors du procès du putsch en 1923 :

« Il était incontestablement doué, quoique d’un caractère buté. Il avait du mal à se maîtriser, ou passait du moins pour un récalcitrant, autoritaire, voulant toujours avoir le dernier mot, irascible, et il lui était visiblement difficile de se plier au cadre d’une école. Il n’était pas non plus travailleur, car sinon (…) il aurait dû parvenir à des résultats bien meilleurs. Hitler n’était pas simplement un dessinateur qui avait un beau brin de crayon, mais il était capable aussi, à l’occasion, de donner quelques chose de remarquable dans les matières scientifiques (…). »

— Eduard Huemer, 192321.

À la rentrée scolaire de l’année 1904, pour une raison obscure, Hitler quitte l’école de Linz pour l’établissement de Steyr à quarante-cinq kilomètres de là. Les notes ne s’améliorent pas et il ne termine pas sa troisième. Il prétexte sa mauvaise santé simulée ou exagérée et finit par abandonner définitivement l’école22. De ces années 1904-1905 le seul document authentique en notre possession est un portrait de Hitler fait par son camarade Sturmlechner. On y distingue « un visage maigre d’adolescent avec un duvet de moustache et l’air rêveur »23.

Une vie de bohème (1907–1913)

La vie à Vienne

Bal à l’Hôtel de ville de Vienne (1904). La politique antisémite de Karl Lueger, alors maire de Vienne, influença le jeune Hitler.

Dans Mein Kampf, Hitler décrit très peu la période qui s’étale de l’automne 1905 au décès de sa mère en décembre 190722. Au cours de l’été 1905, Klara Hitler vend la maison de Leonding pour s’installer en famille dans un appartement loué dans le centre de Linz au 31 de la Humboldtstrasse. Adolf reçoit de l’argent de poche de sa tante Johanna qu’il utilise pour le cinéma et le théâtre. Il y rencontre en novembre 1905 un étudiant en musique August Kubizek. À en croire son ami, bien que sans emploi, Hitler se comporte en véritable « dandy » : fine moustache, manteau et chapeau noirs et canne au pommeau d’ivoire24. Il boit de l’alcool, fume beaucoup et adhère à l’Association des amis du musée de Linz. En mai 1906, sa mère lui offre un séjour à Vienne où il assiste à deux opéras de Richard Wagner : Tristan et Le Hollandais volant. Il contemple la capitale impériale qui à la fois le fascine et le met mal à l’aise : l’empereur François-Joseph représente à ses yeux le symbole du vieillissement de l’Empire. Il finit par revenir à Linz début juin25. Ses discussions avec Kubizek lui donnent envie de devenir compositeur et convainc sa mère d’entamer des études de musique avant d’abandonner rapidement.

En janvier 1907 le médecin de famille, le docteur Eduard Bloch diagnostique une tumeur mais Klara est opérée à temps. Diminuée physiquement, elle déménage de son appartement pour un logement à l’extérieur de Linz à Urfahr. Adolf possède sa propre chambre tandis que Klara, Paula et Johanna, la tante d’Hitler, se partagent les deux autres pièces26. Durant l’automne, il décide enfin de se présenter à l’examen d’entrée de l’Académie des Beaux-Arts : sa mère cède à contrecœur. Hitler est refusé son travail est jugé « insuffisant ».

« J’étais si persuadé du succès que l’annonce de mon échec me frappa comme un coup de foudre dans un ciel clair. »

— Adolf Hitler, Mein Kampf, 192527.

En octobre, Bloch déclare solennellement à la famille Hitler que l’état de Klara est irréversible : sa dernière volonté est de reposer aux côtés d’Aloïs à Leonding. Elle meurt le à deux heures du matin28. Selon le docteur Bloch :

« Klara Hitler était une femme simple, modeste et pleine de bonté. Grande, elle avait des cheveux bruns soigneusement tressés et un long visage ovale avec de beaux yeux gris bleu expressifs (…). Jamais je n’ai vu quiconque aussi terrassé par le chagrin qu’Adolf Hitler. »

— Eduard Bloch, médecin de la famille Hitler29.

Lorsqu’il était revenu à Linz au chevet de sa mère mourante, il n’avait pas osé lui avouer son échec à l’École des beaux-arts. Âgé de dix-neuf ans, Adolf Hitler est désormais un jeune homme mesurant 1m72 et pesant 68 kilos. Entêté il décide qu’il sera artiste-peintre ou architecte et retente l’examen d’entrée à Vienne. Apparemment Hitler n’est pas à cette époque vraiment un nationaliste fanatique comme il le prétend dans Mein Kampf. En effet pourquoi rejoindre une ville cosmopolite comme Vienne, aux nombreuses nationalités, plutôt que de rejoindre directement l’Allemagne 30? Vienne représente à ses yeux un défi, une porte vers une ascension sociale. Hitler est subjugué par les représentations de Felix Weingartner puis de Gustav Mahler à l’Opéra31. Depuis 1897 Vienne est dirigée par Karl Lueger (1844-1910), le fondateur du Parti chrétien-social. Le maire est violemment antisémite et rassemble une bonne partie de l’électorat catholique. Il favorise néanmoins le rayonnement de la ville : représentations musicales de Richard Strauss, picturales de Paul Gauguin et Gustav Klimt, littéraires avec Arthur Schnitzler32

Le second échec aux Beaux-Arts

Au cours du printemps 1908, August Kubizek rejoint Hitler à Vienne où il loue un piano à queue pour parfaire ses gammes. Selon le témoignage de Kubizek, à cette époque Hitler se prive régulièrement de nourriture afin de se rendre plusieurs fois au théâtre ou à l’Opéra. Il prétend également qu’Hitler ne s’intéresse guère aux filles exceptée une jeune bourgeoise prénommée Stéfanie33. Appelé par le service militaire le musicien rentre à Linz en juillet. Durant l’été Hitler rompt les liens à la fois avec Kubizek et avec le reste de sa famille résidant à Spital34. En octobre 1908, l’École des beaux-arts recale 96 élèves dont Adolf Hitler qui « n’a pas été autorisé à passer l’épreuve ». Non pas qu’il soit mauvais dessinateur mais parce qu’il ne travaille pas assez, il est incapable de se soumettre à une discipline35. Il déménage en août 1909 rue Felbert, puis rue Sechshauser et enfin rue Simon-Denk. Faute d’argent il est mis à la rue36.

Le marginal

Les registres de police de Vienne indiquent qu’à partir du , Hitler est domicilié dans un foyer pour hommes au 27 rue Meldermann. Il gagne un peu d’argent en déblayant la neige ou en portant les valises des voyageurs encombrés de la gare de l’Ouest (Westbahnhof)37. La nourriture se limite à une soupe le matin et à un croûton de pain le soir. Il partage son temps avec Reinhold Hanisch puis un Juif, Joseph Neumann38. Selon Mein Kampf il aurait été manœuvre et aide-maçon mais aucun document ne le prouve. Certains témoins – dont Hanisch – insistent sur l’oisiveté d’Hitler qui refuse de travailler. Grâce aux cinquante couronnes envoyées par sa tante Johanna il fait l’acquisition du matériel d’artiste-peintre : Hanisch se charge de vendre les peintures de Hitler en format carte postale39. Le Angela Raubal réclame au tribunal de Linz la pension de Hitler afin d’élever dignement Paula, ce qu’il doit accepter malgré lui40.

Antisémitisme et aryosophie

Après avoir touché le fond au cours de l’hiver 1909, le marginal Hitler vit toujours en 1912 de ses peintures vendues dans la rue. Selon Jacob Altenberg, l’un de ses marchands d’art juifs, « il avait pris l’habitude de se raser (…), il se faisait régulièrement les cheveux et portait des vêtements qui, pour être vieux et usés, n’en étaient pas moins propres41. » Hitler participe aux débats politiques qui éclatent dans le foyer. Deux sujets le mettent hors de lui : les jésuites[réf. nécessaire][pas clair] et les communistes. Aucun témoin ne fait état de propos antisémites de sa part. Selon Mein Kampf, il serait devenu antisémite à son arrivée à Vienne :

« Un jour où je traversais la vieille ville, je rencontrai tout à coup un personnage en long caftan avec des boucles de cheveux noirs. Est-ce là aussi un Juif ? Telle fut ma première pensée. À Linz, ils n’avaient pas cet aspect-là. »

— Adolf Hitler, Mein Kampf, 192542.

Or les autres sources ne confirment pas cet état des choses. Kubizek affirme que son ami était déjà « farouchement antisémite » en arrivant à Vienne. Pourtant de nombreuses anecdotes qu’il rapporte sont clairement douteuses. Selon Reinhold Hanisch « A cette époque Hitler n’était aucunement antisémite. Il l’est devenu plus tard. » Il insiste sur son amitié avec Joseph Neumann. I. Kershaw doute de la véracité des dires de Hanisch43.

Outre des brochures antisémites, Hitler lit alors très probablement la revue Ostara de Jörg Lanz von Liebenfels : selon Nicholas Goodrick-Clarke, « l’hypothèse d’une influence idéologique de Lanz sur Hitler peut être acceptée » ; ce dernier aurait « assimilé l’essentiel de l’aryosophie de Lanz : le désir d’une théocratie aryenne prenant la forme d’une dictature de droit divin des Germains aux cheveux blonds et aux yeux bleus sur les races inférieures ; la croyance dans une conspiration, continue à travers l’histoire, de ces dernières contre les héroïques Germains, et l’attente d’une apocalypse dont serait issu un millenium consacrant la suprématie mondiale des Aryens44. » Ian Kershaw, pour sa part, penche également en faveur de la présence de la revue parmi les lectures courantes d’Hitler à cette époque, mais conclut plus prudemment sur la nature précise de l’influence de Lanz sur ses convictions45. Par ailleurs, il est en revanche improbable qu’Hitler ait connu alors l’aryosophe Guido von List et, s’il a pu être attiré par les aspects politiques de la pensée de List les plus similaires à celle de Lanz, il n’a jamais manifesté d’intérêt pour ses théories occultistes46.

La vie à Munich

Au printemps 1913, Adolf Hitler caresse l’espoir d’aller étudier à l’Académie de Munich. Pour ses vingt-quatre ans il attend la perception de son héritage paternel (819 couronnes)47. De plus s’étant déclaré inapte au service militaire deux années plus tôt il considère à présent que l’administration autrichienne l’a oublié. C’est l’occasion de passer la frontière tranquillement : le 24 mai, habillé correctement, portant une valise et accompagné d’un homme, le commis Rudolf Häusler, ils quittent le foyer pour la gare. En plus d’être une ville d’art, Munich lui paraît familière car proche de sa région natale48. Arrivés sur place, ils louent une chambre au 34 Schleissheim. Häusler montre ses papiers autrichiens, Hitler se déclare apatride49.

En janvier 1914, Hitler reçoit l’ordre de se rendre au consulat d’Autriche dans les plus brefs délais pour rendre compte de sa désertion. Il explique qu’il se serait présenté à l’hôtel-de-ville de Vienne où il s’est fait enregistrer mais la convocation ne serait jamais arrivée. Qui plus est, il a peu de ressources et affaibli par une infection. Le consul croit en la bonne foi de l’individu. Le 5 février il est définitivement ajourné devant la commission militaire de Salzbourg50. Comme à Vienne, Hitler vit de ses peintures. Il aime reproduire l’hôtel-de-ville, des rues, des brasseries, des magasins. Il vend chaque tableau entre cinq et vingt marks soit une centaine de marks par mois. Dans Mein Kampf, Hitler déclare avoir beaucoup lu et appris en politique à cette époque mais aucun document ne le prouve. Peut-être fréquente-t-il les bars et les brasseries où il discute de politique51.

Engagé volontaire dans la Première Guerre mondiale

Adolf Hitler (à droite), soldat en 1915.

Le , l’archiduc François-Ferdinand, l’héritier du trône d’Autriche, est assassiné à Sarajevo par un étudiant serbe. Le 31 juillet la mobilisation générale est proclamée à Berlin. Louis III, le roi de Bavière, envoie un télégramme à Guillaume II pour manifester de son soutien militaire.

La guerre est déclarée

Le , au lendemain de la déclaration de guerre du Kaiser, des milliers de Munichois se pressent sur l’Odeonplatz pour applaudir le roi de Bavière. Une photographie immortalise l’événement et Hitler y figure52. Dans Mein Kampf il se déclare heureux de partir en guerre. C’est pourtant oublier qu’il a tenté de se dérober à l’armée autrichienne quelques années plus tôt. D’après son livret militaire il ne se serait présenté que seulement le 5 août au bureau de recrutement. Il est définitivement incorporé le 16 août comme « volontaire » dans le 1er bataillon du 2e régiment d’infanterie de l’armée bavaroise. Le départ du 16e régiment bavarois, dans lequel il vient d’être incorporé, pour le front est fixé au 8 octobre. Le train atteint la frontière belge le 22 octobre puis arrive à Lille le 2353.

Le soldat Hitler

Le soldat Hitler connaît son baptême du feu le près d’Ypres. Au 1er novembre, son bataillon est décimé sur 3600 hommes, 611 seulement restent opérationnels. Pour récompenser son courage, Hitler est proposé par l’adjudant Gutmann à la décoration de la Croix de fer54. Il a la position d’estafette auprès de l’état-major de son régiment : il va chercher les ordres des officiers pour les transmettre aux bataillons. En période de calme relatif, l’estafette Hitler sillonne la campagne des environs de Fournes pour peindre des aquarelles55. Durant toute la durée de la guerre, Hitler n’est resté qu’au grade de caporal56. Réputé pour son caractère difficile il est néanmoins apprécié de ses camarades. Lui proposer de « coucher avec des Françaises » le met hors de lui, puisque « contraire à l’honneur allemand »57. Il ne fume pas, il ne boit pas, il ne fréquente pas le bordel. Le soldat Hitler s’isole pour réfléchir ou lire58. Les quelques photographies connues de cette période présentent un homme pâle, moustachu, maigre souvent à l’écart du groupe. Son véritable compagnon est son chien Foxl et un jour il s’angoisse à l’idée de ne pas le retrouver : « Le salaud qui me l’a enlevé ne sait pas ce qu’il m’a fait. »59 Hitler est un véritable guerrier fanatique, aucune fraternité, aucun défaitisme ne doit être toléré. Il écrit :

« Chacun d’entre nous n’a qu’un seul désir, celui d’en découdre définitivement avec la bande, d’en arriver à l’épreuve de force, quoi qu’il en coûte, et que ceux d’entre nous qui auront la chance de revoir leur patrie la retrouvent plus propre et purifiée de toute influence étrangère, qu’à travers les sacrifices et les souffrances consentis chaque jour par des centaines de milliers d’entre nous, qu’à travers le fleuve de sang qui coule chaque jour dans notre lutte contre un monde international d’ennemis, non seulement les ennemis extérieurs de l’Allemagne soient écrasés, mais les ennemis intérieurs soient aussi brisés. Cela aurait plus de prix à mes yeux que tous les gains territoriaux. »

— Adolf Hitler, lettre à Ernst Hepp, 5 février 191542.

La fin de la guerre

Le , un obus explose dans l’abri des estafettes : Hitler est blessé à la cuisse gauche. Il est soigné à l’hôpital de Beelitz près de Berlin. Après quelque temps au bataillon de dépôt, il demande à rejoindre son régiment ; le il arrive à Vimy60. Fin septembre 1917 son régiment obtient deux semaines de permission, Hitler part pour Berlin. Le à proximité d’Ypres Hitler est gravement gazé. Il est envoyé à l’hôpital de Pasewalk en Poméranie. Lors du procès à Munich en 1923 il explique :

« C’était une intoxication par l’ypérite, et pendant toute une période j’ai été presque aveugle. Après, mon état s’est amélioré, mais en ce qui concerne ma profession d’architecte je n’étais plus qu’un estropié complet, et je n’aurais jamais cru que je pourrais un jour lire de nouveau un journal. »

— Adolf Hitler, procès de Munich (1923)61.

Le séjour d’Hitler à Pasewalk est un tournant dans sa vie. À la date du 10 novembre, il raconte dans Mein Kampf, qu’incapable de lire les journaux, un pasteur apporte aux convalescents la nouvelle de l’instauration d’une république en Allemagne. En larmes il s’enfuit, dit-il, vers le dortoir : il se dit alors comme « frappé par la foudre » puis saisi d’une « révélation »62. Hitler arrive à Munich le 21 novembre 1918. Sans famille, sans travail et sans domicile, sa préoccupation est de rester dans l’armée. Le 3 décembre il part pour le camp de prisonniers de Traunstein dans le sud de la Bavière comme gardien militaire. Puis le camp est supprimé, le soldat Hitler est renvoyé dans sa caserne le 25 janvier 1919 et arrive à Munich autour du 12 février63. À Munich, les combats de rue s’intensifient, les ouvriers en armes défilent dans la ville et Kurt Eisner, le Premier ministre de Bavière, est assassiné en pleine rue par un mouvement d’extrême-droite. « Homme de confiance » de son état-major Hitler est nommé en avril à la tête de la commission d’enquête de son régiment sur les événements révolutionnaires64.

Alors que l’Allemagne est sur le point de capituler, la révolution gagne Berlin et la Kaiserliche Marine se mutine. Le Kaiser Guillaume II abdique et part pour les Pays-Bas avec sa famille. Le socialiste Philipp Scheidemann proclame la République. Deux jours plus tard, le nouveau pouvoir signe l’armistice de 1918. De son lit d’hôpital, alors qu’il avait retrouvé l’usage de ses yeux, Hitler est anéanti par cette annonce et redevient aveugle. Il affirme dans Mein Kampf y avoir eu une vision patriotique, et d’avoir sur le coup « décidé de faire de la politique ». Un mythe65 s’est construit sur cette « cécité hystérique » soignée par le médecin psychiatre Edmund Forster (de), spécialiste des névroses de guerre, qui aurait entrepris une hypnothérapie sur Hitler à la suite de laquelle se serait structurées la paranoïa, la psychose et la vision patriotique du futur Führer, faits invérifiables car le rapport médical d’Hitler a disparu et le docteur Forster, surveillé par la Gestapo, s’est suicidé en 193366.

Toute sa vie, Hitler adhéra au mythe du « coup de poignard dans le dos », diffusé par la caste militaire, selon lequel l’Allemagne n’aurait pas été vaincue militairement, mais trahie de l’intérieur par les Juifs, les forces de gauche, les républicains. Jusqu’à ses derniers jours, le futur maître du Troisième Reich resta obsédé par la destruction totale de l’ennemi intérieur. Il voulait à la fois châtier les « criminels de novembre », effacer novembre 1918, et ne jamais voir se reproduire cet évènement traumatique, à l’origine de son engagement en politique.

La figure d’un combattant héroïque

L’image du combattant héroïque de la Grande Guerre façonnée par Hitler dans Mein Kampf puis par la propagande nazie de la fin des années 1920 fait l’objet en 2011 d’une étude approfondie par l’historien Thomas Weber, appuyée sur les archives du Régiment List. Dans son ouvrage La première guerre d’Hitler67, il conclut à une large part de mystification, notamment due aux récits hagiographiques de Hans Mend et de Balthasar Brandmayer. Son régiment avait une très médiocre valeur militaire (unité peu entraînée, mal équipée, composée pour l’essentiel de paysans démotivés68,69) et n’a pas été engagé dans des combats décisifs. Hitler lui-même et la propagande auraient brodé par la suite sur l’image de l’estafette héroïque en première ligne, or Hitler a une mission d’estafette de régiment transportant les dépêches quelques kilomètres derrière la ligne de front et non d’estafette de bataillon ou de compagnie69. Hitler aurait surtout été attaché à conserver son affectation auprès du commandement de son régiment, qui lui permettait de se tenir aussi protégé que possible des dangers de la ligne de front.

Une expérience fondatrice contestée

Thomas Weber insiste également sur les incohérences entre ce que révèle son étude à partir des sources disponibles sur le « régiment de List » (notamment les lettres et cartes expédiées par le soldat Hitler70) et l’image propagée par Hitler lui-même selon laquelle la Première Guerre mondiale aurait été pour lui un événement idéologiquement et politiquement décisif. S’opposant fortement aux conclusions antérieures de l’historien australien John Williams71, il relève que « si cette approche était fondée, Hitler devrait être le personnage principal de cette histoire régimentaire de 1932 et non une figure fugace d’arrière-plan, cantonnée à un rôle presque insultant de second couteau72 » et conclut qu’à l’issue de la guerre, « son atterrissage dans les rangs ultranationalistes et contre-révolutionnaires semble avoir été dicté par des considérations de pur opportunisme autant que par de solides convictions »73.

Combat politique

À sa sortie d’hôpital en novembre 1918, Hitler retourne dans son régiment de Munich. Plus tard, il écrira que la guerre avait été « le temps le plus inoubliable et le plus sublime »74.

Hitler en 1919

Carte de membre du NSDAP d’Adolf Hitler, 1920.

Bien que Hitler ait écrit dans Mein Kampf avoir décidé de s’engager en politique dès l’annonce de l’armistice du 11 novembre 1918, il s’agit là surtout d’une reconstruction rétrospective. Comme le note Ian Kershaw, Hitler s’abstient encore de s’engager dans les premiers mois de 1919, ne songeant nullement par exemple à rejoindre les nombreux Corps francs — des unités paramilitaires formées par les anciens combattants d’extrême droite pour écraser les insurrections communistes en Allemagne puis la jeune République de Weimar elle-même. Sous l’éphémère République des conseils de Munich, il est resté discret et passif, et a probablement fait extérieurement allégeance au régime75.

Depuis le , la Bavière est en effet entre les mains de la Räterepublik ou « République des conseils », un gouvernement révolutionnaire proclamé par le socialiste Kurt Eisner et virant de plus en plus à gauche après l’assassinat de ce dernier début 1919. La propre caserne de Hitler est dirigée par un conseil. Dégoûté, Hitler quitte Munich pour Traunstein. Cependant, en 1919, alors que le pouvoir est hésitant entre communistes du KPD et sociaux-démocrates du SPD, il se fait élire délégué de sa caserne, une première fois lorsque le pouvoir en Bavière est aux mains du SPD, puis une seconde fois en tant que délégué adjoint sous l’éphémère régime communiste (avril-mai 1919), juste avant la prise de Munich par les troupes fédérales et les Corps francs. Il n’a pas cherché à combattre ces régimes, sans pour autant avoir adhéré à aucun de ces partis, et il est probable que les soldats connaissaient ses opinions politiques nationalistes76,Note 3.

Hitler reste théoriquement dans l’armée jusqu’au 31 mars 1921. En juin 1919, alors que la répression de la révolution fait rage en Bavière, son supérieur, le capitaine Karl MayrNote 4, le charge de faire de la propagande anticommuniste auprès de ses camarades. C’est au cours de ses conférences parmi les soldats que Hitler découvre ses talents d’orateur et de propagandiste et que pour la première fois un public se montre spontanément séduit par son charisme.

C’est aussi de cette époque que date le premier écrit antisémite de Hitler, une lettre qu’il adressa, le 16 septembre 1919, à un certain Adolf Gemlich, sur l’initiative de son supérieur, le capitaine Karl Mayr77. Après une virulente attaque antisémite, dans laquelle il qualifie l’action des Juifs de « tuberculose raciale des peuples », il y oppose « antisémitisme instinctif » et « antisémitisme raisonné » : « L’antisémitisme instinctif s’exprimera en dernier ressort par des pogroms. L’antisémitisme raisonné, par contre, doit conduire à une lutte méthodique sur le plan légal et à l’élimination des privilèges du Juif. Son objectif final doit être cependant, en tout état de cause, leur bannissement »78. Pour Ernst Nolte, cette lettre est aussi le témoin de l’antibolchévisme naissant de Hitler et de l’association qu’il fait entre juifs et révolution : Hitler termine en effet sa lettre avec une remarque selon laquelle les juifs « sont en effet les forces motrices de la révolution »79.

Orateur charismatique du parti nazi (1919–1922)

Quelques poses d’Adolf Hitler en train de discourir, photos de Heinrich Hoffmann, en 1930.

Début septembre 1919, Hitler est chargé de surveiller un groupuscule politique ultra-nationaliste, le Parti ouvrier allemand, fondé moins d’un an plus tôt par Anton Drexler. À la fin d’une réunion dans une brasserie de Munich, il prend la parole à l’improviste pour fustiger la proposition d’un intervenant, favorable à une sécession de la Bavière80. Remarqué par Drexler, il adhère au DAP (Deutsche Arbeiterpartei : Parti ouvrier allemand) aussi sur ordre de ses supérieurs ; son numéro d’adhérent, le 555, est le reflet de la tradition, dans les partis politiques marginaux, qui font débuter leur liste d’adhésions au numéro 50180. En février 1920, orateur principal du DAP, il transforme le parti en Parti national-socialiste des travailleurs allemands (NSDAP), pour aligner le parti sur des partis semblables en Autriche ou dans les Sudètes81.

Son charisme et ses capacités d’orateur en font un personnage prisé des réunions publiques des extrémistes de brasserie. Ses thèmes favoris — antisémitisme, antibolchevisme, nationalisme — trouvent un auditoire réceptif. En effet, il emploie un langage simple, utilise des formules percutantes et utilise abondamment les possibilités de sa voix82. Mobilisant par ses discours, autant par les idées que par la gestuelle, de plus en plus de partisans, il se rend indispensable au mouvement pour en exiger la présidence, que le groupe dirigeant initial lui abandonne dès avril 1921 après un ultimatum de sa part. Du fait de ses talents d’agitateur politique, le parti gagne rapidement en popularité, tout en restant très minoritaire.

Hitler dote son mouvement d’un journal, le Völkischer Beobachter, lui choisit le drapeau à croix gammée pour emblème, fait adopter un programme en 25 points (en 1920) et le dote d’une milice agressive, les Sturmabteilung (SA). Il change également de style vestimentaire, s’habille constamment de noir ou en tenue militaire, et c’est à cette époque également qu’il taille sa moustache qui devient, avec sa mèche sur le front, la plus célèbre de ses caractéristiques physiques.

Au départ, Hitler se présente comme un simple « tambour » chargé d’ouvrir la voie à un futur sauveur de l’Allemagne encore inconnu. Mais le culte spontanément apparu autour de sa personnalité charismatique dans les rangs des SA et des militants le fait vite se convaincre qu’il est lui-même ce sauveur providentiel. À partir de 1921-1922, la conviction intime qu’il est désigné par le destin pour régénérer et purifier l’Allemagne vaincue ne le quitte plus83,84. Son narcissisme et sa mégalomanie ne font en conséquence que s’accentuer, comme sa prédominance absolue au sein du mouvement nazi. C’est ce qui le différencie de Mussolini, au départ simple primus inter pares d’une direction collective fasciste, ou de Staline, qui ne croit pas lui-même à son propre culte, fabriqué tardivement. Au contraire, le culte du Führer s’organise rapidement, avec en ligne l’organisation du parti autour du Führerprinzip : tout tourne autour du Führer qui crée un lien de dépendance, au sens féodal du terme, entre ses fidèles et lui, la réponse de Hitler à ceux qui le saluent est en réalité une acceptation de l’hommage de ces derniers85.

Inspiré par la lecture du psychologue Gustave Le Bon, Hitler met au point une propagande violente mais efficace.

« L’idée centrale de Hitler est simple : lorsqu’on s’adresse aux masses, point n’est besoin d’argumenter, il suffit de séduire et de frapper. Les discours passionnés, le refus de toute discussion, la répétition de quelques thèmes assénés à satiété constituent l’essentiel de son arsenal propagandiste, comme le recours aux effets théâtraux, aux affiches criantes, à un expressionnisme outrancier, aux gestes symboliques dont le premier est l’emploi de la force. Ainsi, quand les SA brutalisent leurs adversaires politiques, ce n’est pas sous l’effet de passions déchaînées, mais en application des directives permanentes qui leur sont données. »

— Henri Burgelin, « Les succès de la propagande nazie », in L’Allemagne de Hitler, p. 124.

De sa vie, Hitler n’accepta jamais un débat rationnel ni contradictoire et ne parla que devant des auditoires acquis86.

En janvier 1922, Hitler est condamné à trois mois de prison (dont deux avec sursis) pour « troubles à l’ordre public ». Il purge cette peine à la prison de Stadelheim de Munich entre juin et juillet 1922. Il est même menacé d’être expulsé de Bavière.

Putsch manqué de Munich (9 novembre 1923)

Les personnalités inculpées lors du procès d’Adolf Hitler en 1924, photo d’Heinrich Hoffmann
Article détaillé : Putsch de la Brasserie.

Admirateur fervent de Mussolini (dont un buste ornera durablement son bureau), Hitler rêve d’avoir à son tour sa « marche sur Rome » qui le fasse accéder au pouvoir par la force87. En , alors que l’économie s’est effondrée avec l’occupation de la Ruhr, que le Papiermark rongé par l’hyperinflation ne vaut plus rien et que des entreprises séparatistes ou communistes secouent certaines parties de l’Allemagne, Hitler croit le moment venu pour prendre le contrôle de la Bavière avant de marcher sur Berlin et d’en chasser le gouvernement élu. Les 8 et 9 novembre 1923, il conduit avec le maréchal Erich Ludendorff le coup d’État avorté de Munich connu comme le Putsch de la Brasserie. Le complot, bâclé, est facilement mis en déroute et, lors d’un heurt de ses troupes avec la police devant la Feldherrnhalle, Hitler est lui-même blessé tandis que sont tués seize de ses partisans, promus ultérieurement « martyrs » du nazisme.

Le NSDAP est aussitôt interdit. En fuite, Hitler est arrêté le 11 novembre, inculpé de conspiration contre l’État, et incarcéré à la prison de Landsberg am Lech. À partir de cet instant, il se résoudra à se tourner tactiquement vers la seule voie légale pour arriver à ses fins. Mais dans l’immédiat, il sait exploiter son procès en se servant de la barre comme d’une tribune : la médiatisation de son procès lui permet de se mettre en vedette et de se faire connaître à travers le reste de l’Allemagne. Les magistrats, reflétant l’attitude des élites traditionnelles peu attachées à la République de Weimar, se montrent assez indulgents à son égard. Le , il est condamné à cinq ans de détention à la forteresse de Landsberg am Lech pour « haute trahison », ce qui fait scandale, même au sein des conservateurs88. Détenu en forteresse, à l’image des criminels ayant agi pour des motifs nobles88, il purge sa peine, au départ cinq ans, libéré au terme de neuf mois89, dans une vaste cellule au sein de laquelle il peut recevoir des visites, et surtout où il a aménagé un véritable cabinet de travail, dans lequel il lit énormément et dicte à ses proches les premières ébauches de Mein Kampf90.

Constitution définitive d’une idéologie (1923–1924)

Sa détention à Landsberg est considérée par Hitler comme « son université aux frais de l’État », qui lui permet de lire des ouvrages de Friedrich Nietzsche, Houston Stewart Chamberlain, Ranke[Lequel ?], Treitschke[Lequel ?], Karl Marx, et les mémoires de Otto von Bismarck et de généraux et hommes d’État alliés ou allemands91. Elle lui donne l’occasion de dicter à son secrétaire Rudolf Hess son ouvrage Mein Kampf, récit autobiographique et manifeste politique, appelé à devenir le manifeste du mouvement nazi92. Hitler y dévoile sans fard l’idéologie redoutable qu’il a achevé de se constituer depuis 1919 (Weltanschauung), dont il ne variera plus et qu’il cherchera à mettre en pratique93.

Outre sa haine de la démocratie, de la France « ennemie mortelle du peuple allemand », du socialisme et du « judéo-bolchevisme », sa doctrine repose sur sa conviction intime à base pseudo-scientifique d’une lutte darwinienne entre différentes « races » foncièrement inégales. Au sommet d’une stricte pyramide, se trouverait la race allemande ou « race des Seigneurs », qualifiée tantôt de « race nordique » et tantôt de « race aryenne » et dont les plus éminents représentants seraient les grands blonds aux yeux bleus. Cette race supérieure doit être « purifiée » de tous les éléments étrangers, « non-allemands », juifs, homosexuels, ou malades, et doit dominer le monde par la force brute. Au traditionnel pangermanisme visant à regrouper tous les Allemands ethniques dans un même État, Hitler ajoute la conquête d’un Lebensraum indéfini, à arracher notamment à l’Est aux « sous-hommes » polonais et slaves. Enfin, Hitler parle constamment d’« éradiquer » ou d’« anéantir » les Juifs, comparés à de la vermine, à des asticots94, ou à des poux, qui ne sont pas seulement pour lui une race radicalement inférieure, mais aussi radicalement dangereuse.

Hitler a principalement emprunté sa vision ultra-raciste à H. S. Chamberlain, son culte du surhomme à Nietzsche, son obsession de la décadence à Oswald Spengler et, enfin, les concepts de race nordique et d’espace vital à Alfred Rosenberg, idéologue du parti. Il puise aussi dans la « révolution conservatrice » animée par Arthur Moeller van den Bruck, dont il a lu l’ouvrage Le Troisième Reich.

Selon la fiche signalétique établie par les renseignements français en 1924, le second prénom d’Adolphe (sic) Hitler est Jacob95 ; Hitler est inscrit comme journaliste et est qualifié de « Mussolini allemand » avec ces notes : « Ne serait que l’instrument de puissances supérieures : n’est pas un imbécile mais très adroit démagogue. Aurait Ludendorf derrière lui. Organise des Sturmtruppen genre fasciste. Condamné à cinq ans de forteresse avec possibilité de sursis après six mois de détention96. »

Après treize mois de détention (dont neuf depuis sa condamnation) et malgré l’opposition déterminée du procureur Ludwig Stenglein à Munich, il bénéfice d’une libération anticipée le 20 décembre 192497.

Réorganisation du parti (1925–1928)

À sa sortie de prison le 20 décembre 1924, Hitler retrouve un parti déchiré entre différentes tendances centrifuges.

Sous la menace d’une expulsion vers l’Autriche, menace vite réduite à néant par le refus du gouvernement autrichien de l’accueillir98, il est interdit de séjour dans le Land de Prusse et de parole dans de nombreux autres Länder98. Devenu apatride le 30 avril 1925 et interdit de parole en public jusqu’au 5 mars 1927, il reconstruit le NSDAP sur de nouvelles bases et retrouve une certaine popularité.

En effet, il exploite son aura de putschiste pour faire du NSDAP un instrument à sa main. Durant cette période, il discipline les SA, leur interdisant tout lien avec d’autres formations paramilitaires d’extrême-droite, et en encourageant la création de la SS, petite troupe d’élite, confiée dès 1925 à Heinrich Himmler, « le fidèle Heinrich » en qui il place toute sa confiance et qui voue au Führer une admiration fanatique. Cette mise à l’écart de la SA, troupe indisciplinée, suscite l’opposition de Röhm, qui se retire un temps du NSDAP99; ensuite, il sape l’influence de Ludendorff, son grand rival, en le poussant à se présenter à l’élection présidentielle de 192599. Enfin, Hitler initie la transformation en profondeur du NSDAP, écartant Gregor Strasser, menaçant en raison de ses qualités d’organisateur et de son influence dans le Nord du Reich, où Hitler l’avait envoyé pour implanter le parti en profondeur; Strasser, appuyé entre autres sur Goebbels, tente de mettre en place un NSDAP non directement lié à Hitler, qualifié lui-même de Petit-bourgeois; ce parti refondé par le groupe de Strasser serait plus centré sur un programme de tendance socialisante et la lutte contre la ploutocratie occidentale, y compris au moyen d’une alliance avec l’URSS, que sur un lien direct entre un chef de parti et des militants100. Pour reprendre la main sur Strasser et ses partisans, Hitler organise le 14 février 1926 une réunion des cadres à Bamberg, en Franconie, fief de Julius Streicher101. Ce rassemblement se solde par la victoire de Hitler sur Strasser, malgré le maintien de ce dernier grâce à de nombreux points d’appui. Cette défaite entraîne le ralliement de Goebbels à Hitler au cours de cette année, malgré la proximité du futur ministre de la propagande avec les idées de Strasser101. En définitive, Strasser est balayé par l’absence de résultats tangibles dans sa stratégie de conquête réelle d’un électorat ouvrier, et par une réorientation stratégique de la propagande du parti, dorénavant dirigée vers le milieu rural102. Mais la tactique de toucher l’ensemble de la société, par la création d’organisations spécifiques, que Strasser a initiée, est reprise systématiquement après sa défaite : en effet, des éléments d’une nouvelle société et d’un nouvel état nationaux-socialistes, susceptibles de se substituer de plain-pied au pouvoir d’État103, se mettent progressivement en place, axés sur la loyauté envers le Führer; les premiers membres de chacune de ces structures comptent parmi les proches de Hitler, et le restent pratiquement jusqu’à la fin du régime104.

Le rassemblement de Weimar de juillet 1926 constitue l’occasion de la mise en scène de ce succès : selon les statuts du parti, Hitler est confirmé à sa place de dirigeant du NSDAP; mais surtout, par un cérémonial centré sur la personne du Führer, le rassemblement fournit l’occasion de prestations de serments de soumission et d’allégeance à la personne de Hitler, Führer du NSDAP105.

Les premiers succès du parti en milieu rural, en Saxe, dans le Mecklembourg, dans le Land de Bade valident son approche politique et renforcent la popularité de Hitler au sein du parti. Commencent alors à se développer les prémisses du culte de la personnalité : le salut Heil Hitler devient alors obligatoire, même en l’absence du Führer; les rassemblements de Nuremberg, en 1927, puis en 1929 prennent une nouvelle orientation, dorénavant axée sur l’enthousiasme généré par le discours de Hitler106. De même, la Ligue de jeunesse du parti, existante depuis 1922, devient en 1926 les Jeunesses hitlériennes, rapidement encadrées, à partir de 1928, par un thuriféraire, Baldur von Schirach107. Les principes mis en avant pour réorganiser le parti sont tous axés sur la capacité des cadres à conquérir puis à conserver leur place, définissant ainsi une nébuleuse, le NSDAP, constamment en équilibre instable, avec des changements fréquents aux différents échelons locaux du parti, Hitler se bornant alors à arbitrer entre les différents chefs locaux qui se dégagent de ces luttes ; de plus, lors de ces affrontements, chaque cadre peut se réclamer de la volonté du Führer, demeurant volontairement floue102.

En 1929, pour mieux mener campagne contre le plan Young sur les réparations de guerre dues à la France, soumis à référendum, le patron de presse et chef nationaliste Alfred Hugenberg s’est allié à Hitler, dont il a besoin des talents oratoires, et a financé la campagne de propagande qui a permis au Führer des nazis de se faire connaître dans toute l’Allemagne. Ayant écarté, rallié à lui, ou circonvenu les principaux partisans d’un socialisme national, Hitler, dont le train de vie personnel ne cesse par ailleurs de s’embourgeoiser, s’attache aussi à se rendre respectable et rassurant aux yeux des élites traditionnelles. Pour rallier celles-ci et faire oublier son image d’agitateur plébéien et révolutionnaire, il se prononce par exemple, lors du référendum de juin 1926, en faveur de l’indemnisation des princes régnants renversés en 1918108. Le magnat de la Ruhr, Fritz Thyssen, lui apporte ainsi son soutien public.

Les SA, la brutale milice du parti qui s’illustre dans des agressions et des combats de rues, posent plus de problèmes à Hitler par leur recrutement plébéien assez large et par leur discipline souvent incertaine. La base des SA est partisane d’une « seconde révolution » et est exaspérée par les compromis que doit faire le Parti nazi dans sa conquête du pouvoir. Leurs sections berlinoises, commandées par Walter Stennes, iront même jusqu’à saccager à plusieurs reprises les locaux du parti nazi entre 1930 et 1931109. Dès 1930, confronté à cette grave mutinerie de leur part, Hitler rappelle de Bolivie son ancien complice du putsch de 1923, Ernst Röhm, qu’il avait mis lui-même sur la touche en 1925 : ce dernier reprend leur tête et rétablit en partie l’ordre dans leurs rangs.

« Résistible ascension » (1929–1932)

Une des photos d’Adolf Hitler prenant des poses d’orateur en studio.

Évolution en pourcentage du chômage en Allemagne de 1926 à 1940

Comme le suggère Bertolt Brecht par le titre de sa pièce La Résistible Ascension d’Arturo Ui, âpre satire antinazie, la marche au pouvoir d’Adolf Hitler ne fut ni linéaire ni irrésistible. Toutefois, elle fut favorisée après 1929 par un contexte de crise exceptionnel, et par les faiblesses, les erreurs ou le discrédit de ses adversaires et concurrents politiques.

L’Allemagne n’avait derrière elle en 1918 qu’une faible tradition démocratique. Née d’une défaite et d’une révolution, la République de Weimar s’était mal enracinée, d’autant que serviteurs et nostalgiques du Kaiser restaient très nombreux dans l’armée, l’administration, l’économie et la population. Le Zentrum catholique, parti membre de la coalition fondatrice de la République, s’engage dans une dérive autoritaire à partir de la fin des années 1920, tandis que communistes, nationalistes du DNVP et nazis continuent de refuser le régime et de le combattre. Enfin, le culte traditionnel des grands chefs et l’attente diffuse d’un sauveur providentiel prédisposaient une bonne part de sa population à s’en remettre à Hitler. État-nation très récent et fragile, traversé de multiples clivages géographiques, religieux, politiques et sociaux, l’Allemagne entre en plus dans une nouvelle phase d’instabilité politique à partir de 1929. Après le décès de Gustav Stresemann, artisan avec Aristide Briand du rapprochement franco-allemand, la chute du chancelier Hermann Müller en 1930 est celle du dernier gouvernement parlementaire. Il est remplacé par le gouvernement conservateur et autoritaire de Heinrich Brüning, du Zentrum.

Monarchiste convaincu, le très populaire maréchal Paul von Hindenburg, porté à la présidence de la République en 1925, cesse de jouer le jeu de la démocratie à partir de 1930. Il se met à gouverner par décrets, nommant des cabinets à ses ordres de plus en plus dépourvus de la moindre majorité au Parlement, usant et abusant de son droit de dissolution du Reichstag — utilisé pas moins de quatre fois de 1930 à 1933. Les institutions de Weimar sont donc vidées de leur substance bien avant que Hitler ne leur porte le coup de grâce110. Les conséquences catastrophiques de la crise de 1929 sur l’économie allemande, très dépendante des capitaux rapatriés aux États-Unis immédiatement après le krach de Wall Street, apportent bientôt au NSDAP un succès foudroyant et imprévu. Aux élections du , avec 6,5 millions d’électeurs, 18,3 % des voix et 107 sièges, le parti nazi devient le deuxième parti au Reichstag. La déflation sévère et anachronique menée par Brüning ne fait qu’aggraver la crise économique et précipite de nombreux Allemands inquiets dans les bras de Hitler. En constituant avec ce dernier le « Front de Harzburg » en octobre 1931, dirigé contre le gouvernement et la République, Hugenberg et les autres forces des droites nationalistes font involontairement le jeu de Hitler, dont la puissance électorale et parlementaire fait désormais un personnage de premier plan sur la scène politique111.

Le septennat du président Hindenburg se terminant le 5 mai 1932, la droite et le Zentrum, afin d’éviter de nouvelles élections, proposent de renouveler tacitement le mandat présidentiel. L’accord des nazis étant nécessaire, Hitler exige la démission du chancelier Brüning et de nouvelles élections parlementaires. Hindenburg refuse, et le 22 février 1932, Joseph Goebbels112 annonce la candidature d’Adolf Hitler à la présidence de la République. Le 26 février, Hitler est opportunément nommé Regierungsrat, fonctionnaire d’État, ce qui lui confère automatiquement la nationalité allemande.

La montée du NSDAP au Reichstag.

Sa campagne électorale est sans précédent sur le plan de la propagande. En particulier, l’usage alors inédit et spectaculaire de l’avion dans ses déplacements électoraux permet à Goebbels de placarder des affiches : « Le Führer vole au-dessus de l’Allemagne ». Hitler obtient 30,1 % des voix au premier tour le et 36,8 % au second tour en avril, soit 13,4 millions de suffrages qui se portent sur sa personne, doublant le score des élections législatives de 1930. Soutenu en désespoir de cause par les socialistes, Hindenburg est réélu à 82 ans. Mais lors des scrutins régionaux qui suivent l’élection présidentielle le NSDAP renforce ses positions et arrive partout en tête, sauf dans sa Bavière d’origine. Aux élections législatives du 31 juillet 1932, il confirme sa position de premier parti d’Allemagne, avec 37,3 % des voix et devient le premier groupe parlementaire. Hermann Göring, bras droit de Hitler depuis 1923, devient président du Reichstag. Né d’un groupuscule, le culte de Hitler est devenu en moins de deux ans un phénomène de masse capable de toucher plus du tiers des Allemands.

Hitler réussit à faire l’unité d’un électorat très diversifié. Contrairement à une idée reçue, ce ne sont pas les chômeurs qui ont mis leur espoir en lui (c’est parmi eux que Hitler fait ses moins bons scores), mais les classes moyennes, qui redoutent d’être les prochaines victimes de la crise113. Si l’électorat féminin votait fort peu à l’extrême-droite dans les années 1920, la popularité bien connue du Führer auprès des femmes s’est jointe au rapprochement structurel entre vote féminin et vote masculin pour lui assurer des renforts de voix supplémentaires après 1930. Les protestants ont davantage voté pour lui que les catholiques, mais une bonne part du vote de ces derniers était fixé par le Zentrum. Les campagnes, éprouvées par la crise et soumises en Prusse à la rude exploitation quasi-féodale des Junkers, se sont servies du vote envers Hitler à des fins protestataires. Les ouvriers ont moins voté nazi que la moyenne, même si une part non négligeable a été tentée. Quant aux fonctionnaires, aux étudiants ou aux médecins, leur haut niveau d’instruction ne les a pas empêchés d’être sur-représentés dans le soutien au doctrinaire de Mein Kampf113.

Allié à la droite nationaliste, bénéficiant du discrédit du Zentrum et de l’obligation pour le SPD de soutenir l’impopulaire Von Papen « pour éviter le pire », Hitler multiplie aussi les déclarations hypocrites où il se pose en démocrate et en modéré, tout en flattant les élites traditionnelles et jusqu’aux Églises par un discours plus traditionaliste qu’avant. Les communistes du KPD, qui réduisent Hitler à un simple pantin du grand capital, lui rendent service en combattant avant tous les socialistes, au nom de la ligne « classe contre classe » dictée par le Komintern stalinien, et en refusant toute action commune avec eux contre le NSDAP. Le KPD va jusqu’à coopérer avec les nazis lors de la grève des transports à Berlin en 1932114. Fin 1932, la situation se dégrade encore sur les plans économique et social (plus de 6 millions de chômeurs à la fin de l’année). L’agitation et l’insécurité politique sont à leur comble, les rixes avec implication de SA hitlériens sont permanentes. Le gouvernement très réactionnaire de Franz von Papen est incapable de réunir plus de 10 % des députés et des électeurs.

Engagé dans un bras de fer personnel avec Hitler, le président Hindenburg refuse toujours de le nommer chancelier : le vieux maréchal prussien, ancien chef de l’armée allemande pendant la Grande Guerre, affiche son mépris personnel pour celui qu’il qualifie de « petit caporal bohémien » et dont il affirme qu’il a « tout juste l’envergure pour faire un ministre des Postes ». Toutes les tentatives de conciliation échouent. Fin 1932, le mouvement nazi traverse une phase difficile. Sa crise financière devient aiguë. Les militants et les électeurs se lassent de l’absence de perspectives, des discours à géométrie variable de Hitler et des contradictions internes du programme nazi115. Bien des SA parlent de déclencher tout de suite un soulèvement suicidaire dont Hitler ne veut à aucun prix, et Gregor Strasser menace de faire scission avec l’appui du chancelier Kurt von Schleicher. Enfin, les élections législatives de novembre 1932 ont consacré une baisse de popularité du NSDAP qui perd 2 millions de voix et 40 sièges. C’est le moment où Léon Blum, de France, écrit dans Le Populaire que la route du pouvoir est définitivement fermée pour Hitler et que toute espérance d’y accéder est pour lui révolue. Pourtant, ces revers n’entament en rien sa détermination.

Accession au pouvoir absolu

Le 30 janvier 1933 vers midi, Adolf Hitler atteint son but : il est nommé chancelier de la République de Weimar après un mois d’intrigues au sommet organisées par l’ancien chancelier Franz von Papen, et grâce au soutien de la droite et à l’implication du Parti national du peuple allemand (DNVP). Le soir même, des milliers de SA effectuent un défilé nocturne triomphal sur Unter den Linden, sous le regard du nouveau chancelier, marquant ainsi la prise de contrôle de Berlin et le lancement de la chasse aux opposants. Le quotidien Deutsche Allgemeine Zeitung (DAZ), proche de la droite conservatrice, écrivit le 31 janvier 1933 : « En tout cas, c’est une décision hardie et audacieuse, et aucun homme politique conscient de ses responsabilités ne sera enclin à applaudir. » Le journal Regensburger Anzeiger mit en garde contre le saut dans le foncé[pas clair]116.

Destruction de la démocratie (1933-1934)

Adolf Hitler en 1933.

Contrairement à une idée reçue fréquente, Hitler n’a jamais été « élu » chancelier par les Allemands, du moins pas directement. Il a néanmoins été nommé chancelier par le président, conformément aux règles de la démocratie, en qualité de chef du parti remportant les élections législatives de mars 1933. Les tractations avec le président qui se sont en fait révélées indispensables à sa nomination amènent certains à considérer qu’il a été « hissé au pouvoir » par une poignée d’industriels et d’hommes de droite117,118. Et en dépit de son énorme poids électoral, jamais une majorité absolue des électeurs ne s’est portée sur lui, puisque même en , après deux mois de terreur et de propagande, son parti n’obtient que 43,9 % des suffrages. Toutefois, il a atteint son objectif poursuivi depuis fin 1923 : arriver au pouvoir légalement. Et il est hors de doute que le ralliement de la masse des Allemands au nouveau chancelier s’est fait très vite, et moins par la force que par adhésion à sa personne119.

Lors de la formation du premier gouvernement de Hitler, le DNVP d’Alfred Hugenberg espère être, avec le Zentrum de von Papen, en mesure de contrôler le nouveau chancelier — bien que le DNVP ne représente que 8 % des voix alors que les nazis en ont 33,1 %. De fait, le premier gouvernement de Hitler ne compte, outre le chancelier lui-même, que deux nazis : Göring, responsable en particulier de la Prusse, et Wilhelm Frick, au ministère de l’Intérieur. Mais Hitler déborde rapidement ses partenaires et met immédiatement en route la mise au pas de l’Allemagne. Dès le 1er février, il obtient d’Hindenburg la dissolution du Reichstag. Le 3 février, il s’assure le soutien de l’armée. Pendant la campagne électorale, Von Papen, Thyssen et Schacht obtiennent des milieux industriels et financiers, jusque-là plutôt réservés envers Hitler, qu’ils renflouent les caisses du NSDAP et financent sa campagne120. La SA et la SS, milices du parti nazi, se voient conférer des pouvoirs d’auxiliaire de police. De nombreux morts marquent les rencontres des partis d’opposition, notamment du Parti socialiste (SPD) et du Parti communiste (KPD). Des opposants sont déjà brutalisés, arrêtés, torturés, voire assassinés.

L’énigmatique incendie du Reichstag, le 27 février, sert de prétexte à Hitler pour suspendre toutes les libertés civiles garanties par la Constitution de Weimar et de radicaliser l’élimination de ses opposants politiques, notamment des députés communistes du KPD, illégalement arrêtés. Le NSDAP remporte les élections du 5 mars 1933 avec 17 millions de voix, soit 43,9 % des suffrages. Dans les jours qui suivent, dans tous les Länder d’Allemagne, les nazis s’emparent par la force des leviers locaux du pouvoir. Le 20 mars, au cours d’une grandiose cérémonie de propagande sur le tombeau de Frédéric II de Prusse à Potsdam, où il s’affiche en grand costume aux côtés de Hindenburg, Hitler proclame l’avènement du Troisième Reich, auquel il promettra ultérieurement un règne de « mille ans ». Le 23 mars, grâce aux voix du Zentrum, auquel le chancelier a promis en échange la signature d’un concordat avec le Vatican, et malgré l’opposition du seul SPD (les députés du KPD étant arrêtés), le Reichstag vote la Loi des pleins pouvoirs qui accorde à Hitler les pouvoirs spéciaux pour quatre ans. Il peut désormais rédiger seul les lois, et celles-ci peuvent s’écarter de la constitution de Weimar que Hitler ne se donna même pas la peine de jamais abolir formellement.

Des étudiants nazis brûlent les livres proscrits en public le 10 mai 1933.

C’est une étape décisive du durcissement du régime. Sans même attendre le vote de la loi, les nazis ont ouvert le premier camp de concentration permanent le 20 mars à Dachau, sous la houlette de Himmler. Ce dernier jette en Allemagne du Sud, tout comme Göring en Prusse, les bases de la redoutable police politique nazie, la Gestapo. Le 2 mai, vingt-quatre heures après avoir accepté de défiler devant le chancelier, les syndicats sont dissous et leurs biens saisis. Le 10 mai, le ministre de la Propagande Joseph Goebbels préside à Berlin une nuit d’autodafé où des étudiants nazis brûlent pèle-mêle en public des milliers de « mauvais livres » d’auteurs juifs, pacifistes, marxistes ou psychanalystes comme Marx, Freud ou Kant. Des milliers d’opposants, de savants et d’intellectuels fuient l’Allemagne comme Albert Einstein. Le 14 juillet, le NSDAP devient le parti unique. Hitler met fin aussi rapidement aux libertés locales. L’autonomie des Länder est définitivement supprimée le 30 janvier 1934 : un an après son accession à la chancellerie, Hitler devient le chef du premier État centralisé qu’ait connu l’Allemagne. En tout, entre 1933 et 1939, de 150 000 à 200 000 personnes sont internées, et entre 7 000 et 9 000 sont tuées par la violence d’État. Des centaines de milliers d’autres doivent fuir l’Allemagne121.

Les nazis condamnent l’« art dégénéré » et les « sciences juives », et détruisent ou dispersent de nombreuses œuvres des avant-gardes artistiques. Le programme pour « purifier » la race allemande est également très tôt mis en œuvre. Une loi du 7 avril 1933 permet à Hitler de destituer aussitôt des centaines de fonctionnaires et d’universitaires juifs, tandis que les SA déclenchent au même moment une campagne brutale de boycott des magasins juifs. Hitler impose aussi personnellement à l’été 1933 une loi prévoyant la stérilisation forcée des malades et des handicapés : elle est appliquée à plus de 350 000 personnes122. Détestant particulièrement le mélange des populations (qualifié de « honte raciale »), le chef allemand ordonne de stériliser en particulier, en 1937, les 400 enfants nés dans les années 1920 d’Allemandes et de soldats noirs des troupes françaises d’occupation. Les persécutions envers les homosexuels commencent aussi, les bars et les lieux de rassemblement des homosexuels sont fermés. Les homosexuels subissent brutalités, tortures et envois à Dachau. Certains se voit proposer l’« émasculation volontaire »123

Le plébiscite de novembre 1933 entérine la fin de la démocratie en Allemagne

En novembre 1933, le nouveau dictateur fait plébisciter sa politique quand 95 % des votants approuvent le retrait de la Société des Nations et que la liste unique du NSDAP au Reichstag fait 92 % des voix. Les SA de Röhm exigent que la « révolution » nationale-socialiste prenne un tour plus anticapitaliste, et rêvent notamment de prendre le contrôle de l’armée, ce qui compromettrait dangereusement l’alliance nouée entre le chancelier et les élites conservatrices traditionnelles (présidence, militaires, milieux d’affaires). Des faux documents forgés par Heydrich achèvent aussi de persuader Hitler que Röhm complote contre lui. Le , durant la Nuit des Longs Couteaux, fort du soutien bienveillant de l’armée et du président Hindenburg, Hitler fait assassiner plusieurs centaines de ses partisans et de ses anciens ennemis politiques. Parmi eux, Gregor Strasser et Ernst Röhm, chef de la SA, mais aussi le docteur Erich Klausener, chef de l’Action catholique, ou encore son prédécesseur à la chancellerie, Von Schleicher, ainsi que Von Kahr, qui lui avait barré la route lors du putsch de 1923. Ne pouvant croire à son élimination, Röhm refuse de se suicider et crie Heil Hitler ! avant d’être abattu dans sa cellule par Theodor Eicke et Michel Lippert124.

Le 2 juillet, le vieil Hindenburg félicite Hitler, qu’il apprécie de plus en plus, pour sa fermeté en cette affaire[réf. nécessaire]. Sa mort le 2 août tranche le dernier lien vivant avec la République de Weimar. En vertu de la constitution, le chancelier exerce temporairement les pouvoirs du président défunt. Le même jour, le Reichstag vote une loi de fusion des deux fonctions en une seule : Hitler devient Führer und Reichskanzler. Un plébiscite du 19 août (90 % de oui) achève de donner au Führer le pouvoir absolu.

Absence de concurrence

Après la reprise en main du mouvement, et jusqu’aux derniers jours du conflit, Hitler, appuyé sur ses proches, a joui, tout d’abord au sein du parti, puis rapidement au sein de l’État, d’un monopole de fait du pouvoir politique. Tout d’abord, aucun des responsables nationaux-socialistes, à l’exception de Röhm, rapidement éliminé, n’a mené de politique de prise du pouvoir et ce n’est que dans la dernière semaine de la bataille de Berlin que les appétits de ces derniers se sont aiguisés, lorsqu’il a été clair pour ses successeurs potentiels que Hitler se suiciderait dans son bunker125. Appuyé sur le Führerprinzip au sein du parti, et sur la concentration des pouvoirs au sein de l’État, Hitler et ses proches vident progressivement les instances collégiales de décision de leur capacité à exercer une quelconque autorité sur le fonctionnement politique du parti et de l’État : ainsi, lorsque sont proposées, la première fois en 1927 par Arthur Dinter, la mise en place d’une instance collégiale — le sénat du parti — puis une seconde fois après 1933 — la création d’une instance collégiale élue — Hitler et ses proches s’empressent de repousser à plus tard le projet126.

Culte du Führer

Entouré d’un culte de la personnalité intense, qui le célèbre comme le sauveur messianique de l’Allemagne, Hitler exige un serment de fidélité à sa propre personne. Celui-ci est prêté notamment par les militaires, ce qui rendra très difficile les futures conspirations au sein de l’armée, beaucoup d’officiers rechignant profondément en conscience de violer leur serment. Ce culte se met en place progressivement dès avant le Putsch de la Brasserie127, lorsque Hitler, à la fois orateur et théoricien du national-socialisme, par opposition avec le cercle des premiers nazis, composé de reitres (Röhm), de théoriciens (Rosenberg), d’organisateurs (Strasser) et de démagogues (Streicher)128, commence à disposer d’auditoires de plus en plus importants : son sens des formules, sa mémoire des détails impressionnent tant ses proches, que ses auditoires. Ainsi se met en place ce que Kershaw appelle une communauté charismatique centrée sur un homme, Hitler, dont la présence neutralise les rivalités entre disciples129. Ses fidèles se disputent la place d’intime auprès du grand homme : Göring, « paladin du Führer » ; Frank, « littéralement fasciné » ; Goebbels voit comme « un génie » ; von Schirach est « enchanté par ses premiers contacts »130

L’ambition totalitaire du régime et la primauté du Führer sont symbolisées par la nouvelle devise du régime : Ein Volk, ein Reich, ein Führer – « un peuple, un empire, un chef », dans laquelle le titre de Hitler prend de façon idolâtre la place de Dieu dans l’ancienne devise du Deuxième Reich : Ein Volk, ein Reich, ein Gott (« Un peuple, un empire, un dieu »). Le Führerprinzip devient le nouveau principe de l’autorité non seulement au sommet de l’État, mais aussi, par délégation, à chaque échelon. La loi proclame par exemple officiellement le patron comme Führer de son entreprise, comme le mari est Führer de sa famille, ou le gauleiter Führer du parti dans sa région.

En 1935, appel de soldats allemands faisant partie de la SA, de la SS ou de la NSKK. Photo prise à Nuremberg le 9 novembre 1935.

Hitler entretient son propre culte par ses interventions à la radio : à chaque fois, le pays tout entier doit suspendre son activité et les habitants écouter religieusement dans les rues ou au travail son discours retransmis par les ondes et par les haut-parleurs. À chaque congrès tenu à Nuremberg lors des « grand’messes » du NSDAP, il bénéficie d’une savante mise en scène orchestrée par son confident, l’architecte et technocrate Albert Speer : son talent oratoire électrise l’assistance, avant que les masses rassemblées n’éclatent en applaudissements et en cris frénétiques pour acclamer le génie de leur chef. Inversement, la moindre critique, le moindre réserve sur le Führer mettent leur auteur en péril. Lors de la traversée du désert, les années 1924-1930, les Frères Strasser sont marginalisés puis éliminés en raison de leur insensibilité à la personne de Hitler129. Sur les milliers de condamnations à mort prononcées par le Tribunal du Peuple du juge Roland Freisler, un bon nombre des personnes envoyées à la guillotine après des parodies de justice l’ont été pour des paroles méprisantes ou sceptiques à l’encontre du dictateur.

Le salut nazi devient obligatoire pour tous les Allemands. Quiconque essaie, par résistance passive, de ne pas faire le Heil Hitler ! de rigueur est immédiatement singularisé et repéré.

Au printemps 1938, le Führer accentue encore sa prédominance et celle de ses proches dans le régime. Il élimine les généraux Von Fritsch et Von Blomberg, et soumet la Wehrmacht en plaçant à sa tête les serviles Alfred Jodl et Wilhelm Keitel, connus pour lui être aveuglément dévoués. Aux Affaires étrangères, il remplace le conservateur Konstantin von Neurath par le nazi Joachim von Ribbentrop, tandis que Göring, qui s’affirme plus que jamais comme le no 2 officieux du régime, prend en charge l’économie autarcique en évinçant le Dr Hjalmar Schacht. La population allemande est encadrée de la naissance à la mort, soumise à l’intense propagande orchestrée par son fidèle Joseph Goebbels, pour lequel il crée le premier ministère de la Propagande de l’histoire. Les loisirs des travailleurs sont organisés – et surveillés – par la Kraft durch Freude du Dr Robert Ley, également chef du syndicat unique, le DAF. La jeunesse subit obligatoirement un endoctrinement intense au sein de la Hitlerjugend qui porte le nom du Führer, et qui devient le