Titres / Headlines

Tim Farron refuses to say whether he thinks gay sex is a sin

Aaron Hernandez ‘gay prison lover’ suicide note story is false and death ruling is questionable, says lawyer

Goldman Sachs Wants to Know if You Are Gay

Hackers flood Isis social media accounts with gay porn

Tim Farron refuses to say whether he thinks gay sex is a sin

Posted in: Spot / International News Wire | Comments Off on Tim Farron refuses to say whether he thinks gay sex is a sin

The Independent

Tim Farron has refused to say whether he thinks gay sex is a sin.

The Liberal Democrat leader and devout Christian has previously stressed he does not believe being gay is a sin, but has been challenged for failing to fully answer questions about his views on gay sex.

When asked if he believed having gay sex is a sin by Sky News journalist Darren McCaffrey, Mr Farron said: “Look, I’m not going to give you an answer to that question.

“One’s personal faith is one’s personal faith. What counts is your actions and beliefs in politics.”

The Lib Dem leader went on to say he had a “track record” of campaigning in favour of LGBT rights for over 30 years, the Huffington Post reported.

He said he “supports people’s right to love who they love, to be who they are, to marry who they marry.”

He added: “I am passionate about LGBT issues, it has been the heart of our party’s programme for decades and it will continue under my leadership to be.”

Mr Farron’s failure to answer the question was branded “offensive” by Labour MP Liz Kendall when she appeared on ITV’s Peston On Sunday.

“I think a lot of people will be appalled that he couldn’t bring himself to say that gay sex is not a sin,” Ms Kendall said.

“I think that’s pretty offensive and will rightly anger a lot of people. I think that was a really terrible interview to not be able to bring himself to say that.”

gayglobeus @ April 25, 2017

Aaron Hernandez ‘gay prison lover’ suicide note story is false and death ruling is questionable, says lawyer

Posted in: Spot / International News Wire | Comments Off on Aaron Hernandez ‘gay prison lover’ suicide note story is false and death ruling is questionable, says lawyer

CrimeOnline

The attorney who helped acquit Aaron Hernandez of double murder just days before the former NFL star hung himself in his prison cell says that a widely circulated story about a suicide note addressed to a purported prison boyfriend is not true.

Defense attorney Jose Baez told TMZ on Monday that reports claiming Hernandez left a suicide note to a ‘prison lover’ are not to be believed — and Baez indicated he wasn’t convinced his client actually took his own life.

Rumors of letters to a gay lover, in or out of prison, are false. These are malicious leaks used to tarnish somebody who is dead.

Hernandez was serving a life sentence at the Souza-Baranowski Correctional Center in Massachusetts for the 2013 murder of Odin Lloyd when he died.

Last week, Newsweek published a report claiming that law enforcement sources confirmed Hernandez had a romantic relationship with a fellow inmate, and that he had a previous relationship with a male high school friend — a secret that may have been a motive in the murder of Lloyd, who is believed to have known about the relationship, according to the Newsweek report.

The attorney, who as of late last week was reportedly launching an investigation into the circumstances of Hernandez’s death, told TMZ on Monday that he was not sure if the death was a result of suicide or foul play.

“There is still plenty we are investigating,” Baez said.

Hernandez was found hanged to death in his jail cell early Wednesday morning. A medical examiner ruled the death a suicide the next day.

On Monday, a judge ruled that Hernandez’s family be given copies of the three suicide notes that were reportedly found with his body. The Boston Globe had earlier reported that two of the notes were addressed to Hernandez’s fiancee Shayanna Jenkins, and his four-year-old daughter, respectively. The Daily Mail was among the first to report that a third suicide note was allegedly addressed to Hernandez’s purported prison boyfriend. On Monday, the Daily Mail revealed the identity of the inmate believed to be that boyfriend, citing sources within the Massachusetts correctional facility where both inmates were held.

gayglobeus @ April 25, 2017

Goldman Sachs Wants to Know if You Are Gay

Posted in: Spot / International News Wire | Comments Off on Goldman Sachs Wants to Know if You Are Gay

Fortune

Wall Street isn’t necessarily known for being gay-friendly. Yet Goldman Sachs is now asking prospective employees to come out as lesbian, gay, bisexual or transgender right when they apply for the job.

After the typical questions about a job applicant’s gender and race,Goldman Sachs(GS, +1.51%) asks candidates to indicate their sexual orientation via a drop-down menu including the choices bisexual, gay man, gay woman, heterosexual, lesbian, other, and “prefer not to say.” Following that, the application also queries: “Please indicate if you identify as Transgender.”

Goldman’s questions—neither of which typically pop up in polite conversation—may seem shocking at first. But it has a reason for asking.

” We ask for this data because we want to keep ourselves accountable,” says Anilu Vazquez-Ubarri, Goldman’s chief diversity officer and global head of talent. In other words, she says, the bank wants to make sure it is not unfairly discriminating against LGBT applicants.

Under Equal Employment Opportunity Commission rules first implemented in 1978, major employers are required to track their job applicants and employees’ nationality, race, and gender (though applicants are free to withhold the information). While the data is not part of hiring decisions, it can be used in employment discrimination cases that arise. The EEOC, however, does not mandate tracking of LGBT status, though it says federal discrimination protections extend to that community—even if the law does not explicitly say so.

But Goldman, whose benefits package covers sex reassignment surgery, decided to start measuring its own LGBT inclusivity roughly a year ago. Its method is similar to that of the commission: First, it asks candidates to self-identify. Then, it removes the data from the resume and interview process. Finally, after the hires have been made, Goldman checks if the proportion of LGBT applicants is reflected in the eventual group hired.

While the bank isn’t seeking to hit a specific target at the moment, it is hoping to increase its percentage of LGBT employees, which it plans to track on a monthly, quarterly, and annual basis.

“It is a competitive market. If we don’t do that outreach, it is possible that we have left the best candidate on the table,” says Vazquez-Ubarri. The bank also actively reaches out to LGBT groups on university campuses in a bid to bolster its diversity. “Hopefully, this will become a part of what everyone does.”

Employers now have an imperative to demonstrate that their values match those of the younger generations just starting their careers and entering the workforce. The majority of Millennials and Gen-Zs now support LGBT rights, which means that big companies such as Goldman have to step in line if they want to stay an attractive workplace, said Deena Fidas, director of the workplace equality program at the Human Rights Campaign.

Indeed, 89% of Fortune 500 companies have policies prohibiting discrimination based on sexual orientation, while 66% ban discrimination based on gender identity, according to the Human Rights Campaign.

So far, Goldman Sachs is the only bank queried by Fortune to have included such questions on its job application.

Its fellow banks including J.P. Morgan Chase (JPM, +1.12%), Morgan Stanley (MS, +1.17%), Citigroup (C, +1.24%), HSBC (HSBC, +1.20%), Wells Fargo(WFC, +1.69%), and Bank of America (BAC, +2.31%), have all stuck with the traditional script. None ask about sexuality, and most gave users the choices of “male,” “female,” or some variation of “do not wish to disclose” for gender. Wells Fargo only allows its applicants to choose either male or female, or leave the section blank.

By law, job applicants may of course choose to not answer the questions. Still, all those banks, regardless of whether they ask about it on their application forms, keep track of their employees’ sexual orientation through internal questionnaires later on.

One bank, HSBC, has begun allowing its customers to pick from a variety of gender neutral prefixes such as ‘Mx,’ in its account application. But the bank has not done the same for its job applicants.

For now, HSBC plans to keep its questions “strictly” about the demographic groups that require reporting under equal employment opportunity and affirmative action rules—though it would be open to making a change, says Terri Pearce, the bank’s head of learning and recruiting for the U.S.

To be sure, just tracking LGBT status within a company’s applicant pool isn’t necessarily enough to bolster the representation of that group in-house. Plus, some job hunters’ resumes contain hidden signs that can reveal their gender, race or even sexual identity even if they never explicitly disclosed them. That could put some applicants at a disadvantage in the hiring process, as studies have shown that resumes with a white, male-sounding name tend to do better than the same resume headed by a black, hispanic, female, or Asian-sounding name.

“There is this unconscious bias happening,” says Clair Farley, director of economic development at San Francisco’s LGBT Center. Farley advises LGBT job seekers not to come out until after a job offer has been made. Then, if the offer is rescinded, the litigation process is much simpler, she says.

“Where women and LGBT are first to be hired, they are also first to be fired,” Farley says.

gayglobeus @ April 25, 2017

Hackers flood Isis social media accounts with gay porn

Posted in: Spot / International News Wire | Comments Off on Hackers flood Isis social media accounts with gay porn

Telegraph.co.uk

Online commenters have praised an anonymous hacker’s efforts to disrupt the Islamic State militant group’s social media accounts by filling them with gay porn.

The hacker, who goes by the name WachulaGhost, started targeting the Isis accounts after being deeply affected by the notorious shooting at the Orlando Pulse nightclub in Florida in 2016, in which 49 people were killed and 53 wounded.

Isis later claimed responsibility for the massacre, carried out by US citizen Omar Mateen.

 WachulaGhost started targeting Twitter accounts that supported Isis, feeling that someone needed to “stand up” to the group.

His activities – and those of his Anonymous-affiliated cohorts – have been widely celebrated as stories of their successes appear online.

A hacked extremist Twitter account

WachulaGhost claims to have gained access to more than 250 social media accounts affiliated with Isis supporters and sympathisers – and has received threatening messages as a result of his efforts, which generally entail filling the accounts with rainbow flags, pro-LGBT+ messages, images of gay pornography and links to porn sites.

Speaking to CNN last year, he said. “I get beheading images… death threats. ‘We’re going to kill you’ and that’s good because if they are focusing on me they are not doing anything else.”

“We started to take over their accounts with porn and gay pride images basically just to troll them. We thought that putting the naked images would offend them.”

WachulaGhost works with other hackers who coordinate their attacks on extremist accounts – and he believes the social platforms should be doing more to combat hate speech.

Orlando shooting: vigils held around the the world

“If the social media people like Facebook, Twitter and Instagram would stand up and do something it would help.

“Sometimes you have to stand up and make a change for the good.”

WachulaGhost says he can generally gain access to the accounts in under a minute, thanks to Isis supports’ limited technical abilities.

“One thing I do want to say is we aren’t using graphic porn and our purpose is not to offend Muslims,” he added.

“Our actions are directed at Jihadist extremists. Many of our own [group of hackers] are Muslim and we respect all religions that do not take innocent lives.”

gayglobeus @ April 25, 2017

Chechnya wants to eliminate gay community by end of May, reports suggest

Posted in: Spot / International News Wire | Comments Off on Chechnya wants to eliminate gay community by end of May, reports suggest

The Independent

Chechen leader Ramzan Kadyrov plans to “eliminate” the country’s gay community by the start of Ramadan, a British foreign minister has claimed.

Reports from Chechnya allege that more than 100 men have been rounded up and detained in secret prisons by authorities on suspicion of being gay in recent weeks, with many beaten and tortured. At least four men are alleged to have been killed.

Speaking in Parliament during an urgent question on the persecution and detention of LGBT citizens in the Russian republic of Chechnya, minister of state for the Foreign Office Sir Alan Duncan said he had been informed of alleged plans to “eliminate” the country’s gay community by the start of Ramadan, which commences on 26 May.

Boris Johnson condemns ‘detention of 100 gay men’ in Chechnya

“Human rights groups report that these anti-gay campaigns and killings are orchestrated by the head of the Chechen republic, Ramzan Kadyrov,” Sir Alan said.

“He has carried out other violent campaigns in the past, and this time he is directing his efforts at the LGBT community. Sources have said that he wants the community eliminated by the start of Ramadan.”

Sir Alan called the reports of actions taken in Chechnya, a largely Muslim country, as “utterly barbaric”. One man told CNNpeople had beaten him with their fists and feet to try and get names of other gay men from him. “Then they tied wires to my hands and put metal clippers on my ears to electrocute me. They’ve got special equipment, which is very powerful. When they shock you, you jump high above the ground.”

Hundreds protest at Russian embassy over ‘gay concentration camps’ in Chechnya

Sir Alan said the Government is using all engagement with Russia “to make our voice clear,” adding that he raised the issue personally with Russia’s deputy foreign minister Vladimir Titov while discussing general human rights matters.

Donald Trump’s ambassador to the UN has said she is “disturbed” by allegations coming out of Chechnya. “If true, this violation of human rights cannot be ignored – Chechen authorities must immediately investigate these allegations, hold anyone involved accountable and take steps to prevent future abuses,” she said.

But Chechnya has denied the reports. Its interior ministry called the allegations an “April Fool’s joke,” when they were first reported, while a spokesperson for leader Mr Kadyrov later denied gay people exist in the country.

“If there were such people in Chechnya, law enforcement agencies wouldn’t need to have anything to do with them because their relatives would send them somewhere from which there is no returning,” Alvi Karimov said.

Russia has backed the Chechen leader’s denials of the brutality. Vladimir Putin’s spokesperson, Dmitry Peskov, said there had been no evidence found to support the allegations, which were first reported in newspaper Novaya Gazeta.

He added the Kremlin had no reason to doubt Mr Kadyrov’s claims that no one under his rule has been persecuted over their sexual orientation.

gayglobeus @ April 25, 2017

Canadian pole vaulter Shawn Barber comes out as gay

Posted in: Spot / International News Wire | Comments Off on Canadian pole vaulter Shawn Barber comes out as gay

CBC

Canadian pole vault world champion Shawn Barber has publicly come out as gay.

Barber made the announcement in a Facebook post early Monday morning.

Barber, 22, was born in Las Cruces, N.M., and holds dual citizenship. He chooses to compete for Canada and calls Toronto home.

He has a long list of pole vaulting accomplishments, including winning both the world and Pan American titles in 2015. He also became the youngest man to vault six metres and set an NCAA indoor record of 5.91m during his time at the University of Akron.

Barber, though, had a disappointing performance at the 2016 Rio Olympics, where he was among the favourites to win the gold medal. After barely making it through qualifying, he finished 10th.

Tested positive for cocaine before Olympics

Barber was allowed to compete in Rio last August despite testing positive for cocaine at the Canadian championships in July in Edmonton, where he won his event and set a national record.

Barber faced a four-year ban from competition for the positive test before successfully appealing to the Sport Dispute Resolution Centre of Canada.

The pole vaulter and his lawyers claimed that the positive test was the result of a sexual encounter with a woman in a hotel room during the Canadian championships that had been arranged online. Barber testified that he did not take cocaine himself, but that the drug entered his system as a result of kissing the woman.

In her testimony, the woman said she snorted cocaine both earlier in the day and in the hotel bathroom moments before Barber arrived.

Though he avoided a ban, Barber was stripped of his Canadian title and the positive test was made public in October.

gayglobeus @ April 25, 2017

Gay, Halifax-trained violinist seeks to ‘finally have a home’ in North America

Posted in: Spot / International News Wire | Comments Off on Gay, Halifax-trained violinist seeks to ‘finally have a home’ in North America

brandonsun

HALIFAX – A Dalhousie-trained violinist who came out as gay in a widely circulated YouTube video says he hopes to stay in North America for fear of persecution if he returns to his Russian homeland.

But Artem Kolesov says first getting Canada’s permission to cross the border for a classical concert is a struggle in itself.

Kolesov and the rest of the YAS string quartet were set to perform Beethoven’s “Serioso” at a concert hall in Halifax Sunday, but the show was cancelled because of his immigration issues.

Kolesov, 23, is currently studying in Chicago, having previously pursued a music degree at Halifax’s Dalhousie University, but the musical prodigy says he doesn’t feel fully welcome in any of the three countries in which he has lived.

Kolesov says he has known he is gay since he was five years old, but between his parents’ strict conservative beliefs at home in St. Petersburg and homophobic sentiment in Russia — sanctioned by a so-called anti-gay “propaganda” law — he says coming out meant risking family banishment or even violence.

“I truly believed that gay people were these horrible monsters that caused so many issues in the world, and you should really get rid of them,” says Kolesov. “I couldn’t think that I was one of them.”

Kolesov says he fuelled his energy into the violin, the vibration of the strings a means of both non-verbal expression and a source of escape.

“There was no one to talk to, so I guess I could only express what I was feeling through the violin,” says Kolesov. “Sometimes, I would go on these practice sprees and just kind of lock myself in a room.”

At 16, the budding violinist moved to Halifax with a full scholarship from Dalhousie and tenuous grasp of English. Kolesov says with years of grinding practice, he grew into himself as both as a musician and an individual.

Kolesov says Canada became a “second home” that allowed him space to grapple with his sexuality. Eventually, he gave himself a deadline: He would come out before his next birthday.

Looking directly into the camera, Kolesov told YouTube about growing up in Russia as the son of two Pentecostal pastors, being told as a child that gayness was a sin punishable by death and asking God to kill him before his mother discovered his sexual orientation.

Kolesov speaks in his native Russian as English subtitles play at the bottom of the screen.

“I know that since a lot of Russian kids are scared, I wanted to kind of be speaking in their language so they could relate to me better,” says Kolesov. “I thought I was alone, and I don’t want anyone else to feel that way.”

The video was filmed as part of the “Child-404” campaign for Russian teens struggling with issues of sexual orientation and identity.

Kolesov says his mother begged him to spare her the humiliation of having her son’s sexuality broadcast for the world to see, and he worries if he returns to Russia, he’ll be forced into conversion therapy.

“As much as I wish that I had that kind of acceptance from my family, I also know that there are children whose family who aren’t going to accept them right away, and maybe will never accept them,” says Kolesov.

Kolesov’s studies will soon wrap up, and he says he plans to seek citizenship in the U.S., where his boyfriend is, or Canada.

But he says the paths to immigration in both countries are riddled with bureaucratic tape; Sunday’s concert was the second time a Halifax appearance had been cancelled because of his immigration issues.

Kolesov says his visa application has been mixed up in the bureaucracy, with forms sent to the wrong office and slow processing times.

“(Citizenship) would mean that I finally have a home in North America,” says Kolesov. “As you can see, I can’t just apply for a visa and get it whenever I want. There’s always some kind of restraint.”

gayglobeus @ April 25, 2017

Prudence à l’égard des sollicitations de Gyula Barta

Posted in: Le Point / fil de presse international | Comments Off on Prudence à l’égard des sollicitations de Gyula Barta

fil-information.gouv

MONTRÉAL, le 21 avril 2017 /CNW Telbec/ – L’Autorité des marchés financiers met en garde les investisseurs québécois à propos des sollicitations faites par Gyula Barta, un individu qui n’est pas autorisé à agir à titre de conseiller ou de courtier en valeurs et en instruments dérivés ni à faire du démarchage lié à ces activités au Québec.

Il ressort du témoignage des investisseurs rencontrés par l’Autorité et de la documentation obtenue que Gyula Bartaaurait mis sur pied au moins deux stratagèmes pour s’approprier des fonds. Il aurait d’abord indiqué à différentes personnes qu’il a rencontrées qu’il organisait une soirée de tirage pour le compte d’un ami qui souhaitait léguer une partie de sa fortune à de bonnes personnes. Les participants de cette loterie devaient démontrer leur intérêt en achetant des « droits » pour des montants allant de 1000 $ à 2500 $. Le tirage n’a jamais eu lieu et les sommes ont été perdues.

Gyula Barta aurait aussi fait valoir qu’il faisait du « trading » et qu’il pouvait obtenir des rendements importants. Il a notamment promis à un investisseur qu’il doublerait son investissement en trois à six mois et à un autre qu’il générerait un rendement de dix fois la somme remise.

L’Autorité publie cette mise en garde en raison du fait que Gyula Barta a convaincu plusieurs personnes de lui confier de l’argent, n’a jamais été inscrit auprès de l’Autorité et a continué de mener ses activités.

Éviter d’être victime
Sur Internet ou en personne, offrir des possibilités d’investissement est une activité réglementée. L’individu ou l’entreprise qui fait la promotion d’un produit d’investissement doit être inscrit auprès de l’Autorité ou bénéficier d’une dispense d’inscription. Afin d’éviter d’être une victime de ce type d’approche, assurez-vous de vérifier que cet individu ou cette entreprise est bel et bien inscrit au Registre des entreprises et des individus autorisés à exercer.

Vous croyez avoir été la cible de sollicitation illégale ou avoir détecté une approche illégale? N’hésitez pas à communiquer avec le Centre d’information. Cette information peut aider l’Autorité dans ses interventions visant à protéger les investisseurs.

Consultez le site Web de l’Autorité pour trouver d’autres conseils pour éviter la fraude.

L’Autorité des marchés financiers est l’organisme de réglementation et d’encadrement du secteur financier du Québec.

Information :

Journalistes seulement :
Sylvain Théberge : 514 940-2176

Centre d’information :
Québec : 418 525-0337
Montréal : 514 395-0337
Autres régions : 1 877 525-0337

www.lautorite.qc.ca
Twitter : @lautorite

 

gayglobeus @ April 25, 2017

FRAPPÉ, VIOLÉ ET SÉQUESTRÉ PENDANT 36 HEURES : À MARSEILLE, UN HOMOSEXUEL RACONTE LE CALVAIRE QU’IL A SUBI

Posted in: Le Point / fil de presse international | Comments Off on FRAPPÉ, VIOLÉ ET SÉQUESTRÉ PENDANT 36 HEURES : À MARSEILLE, UN HOMOSEXUEL RACONTE LE CALVAIRE QU’IL A SUBI

LCI

FAIT DIVERS – Zak Ostmane, homosexuel de nationalité algérienne réfugié en France, a été victime d’un déferlement de violences lors d’une soirée dans le centre de Marseille il y a une semaine. Son récit fait froid dans le dos.

La soirée a viré au drame pour Zak Ostmane, un Marseillais âgé de 37 ans. Vendredi 3 mars, ce militant LGBT de nationalité algérienne, réfugié en France depuis trois ans, était de sortie dans un bar du centre de Marseille dans lequel il a ses habitudes. Il s’est posé, a bu une bière et profité de la douceur en terrasse.

Il m’a soulevé, avec la chaise, et m’a projeté contre un murZak Ostmane

Mais tout d’un coup, rapporte-t-il au journal La Provence, après avoir bu à nouveau dans sa bière, il dit s’être “senti comme un zombie quelques minutes après”. Impossible pour l’heure de savoir si de la drogue a été glissée dedans et si Zak Ostmane est tombé dans un piège. Toujours est-il qu’un homme s’approche de lui et lui propose d’aller boire un verre. Le jeune homme accepte. Un autre homme se joint à eux, et ils partent tous trois quelques rues plus loin.

Les deux compères l’emmènent  dans un hôtel. Zak Ostmane les suit, mais dans un état second, “dans les vapes” ;  d’après lui, l’un des deux lui propose une bière et le frappe “direct”. “J’ai visiblement eu un moment d’inconscience totale parce que quand je me suis réveillé, il était en train de me sodomiser”, ajoute Zak Ostmane. Le deuxième homme, qui s’était absenté, revient ensuite dans la chambre, exigeant de l’argent. “J’ai donné ma carte bleue, mais avec un faux code. Cela a été l’erreur de ma vie”, rapporte Zak Ostmane. “L’Américain est revenu bredouille et, du coup, l’Anglais, qui prenait régulièrement de la coke et du whisky, m’a roué de coups de poing et de pied.”

Mais le calvaire n’est pas fini. D’après Zak Ostmane, l’homme aurait arraché les draps du lit, et l’aurait attaché aux poignets et aux chevilles à une chaise, avant de se “servir de lui comme punching-ball”. Le calvaire est loin d’être terminé. L’Américain s’est revendiqué skinhead, il a pété un câble, s’est mis à parler de Trump, du fait qu’en France on se moque de lui, il a évoqué les Arabes et les noirs en France…”, poursuit Zak Ostmane dans La Provence. “Il m’a soulevé, avec la chaise, et m’a projeté contre un mur. J’ai hurlé mais il s’est jeté sur moi et m’a placé un couteau sous la gorge en me disant que si je ne me taisais pas, il me tuerait.”  A un moment, les deux se calment un peu, et le jeune homme a droit à quelques heures de répit ; mais les deux hommes refusent de le détacher ou le laisser repartir.

La police vole à son secours

Zak Ostmane reste comme ça près de 36 heures.  C’est dimanche matin qu’il a le geste qui le sauve : alors que les deux complices somnolent, il voit passer dans la rue une patrouille de police. Il hurle, par la fenêtre. Les policiers l’entendent, montent et interpellent les deux agresseurs présumés. Les deux hommes sont en fait des légionnaires qui auraient déserté du 2e régiment d’infanterie de Nîmes. Ils ont été mis en examen pour viol, séquestration, vol aggravé, violences aggravées et extorsion et écroués.

Le caractère homophobe des faits n’a pas été retenu par le parquet. “Rien dans ce dossier n’indique qu’il s’agit d’un acte homophobe”, déclare l’avocat d’un des deux suspects à La Provence.Ni même que cet homme a été embarqué dans un guet-apens. Il les a suivis sans aucune contrainte et, pour l’heure, rien ne prouve qu’il a été drogué. Cela n’enlève rien au fait qu’il a vécu une terrible agression, dans laquelle mon client, qui n’est pas mis en examen pour viol, reconnaît avoir donné des coups.” L’association de SOS homophobie en région Paca, elle, compte bien faire établir que l’agression était “clairement homophobe”.

gayglobeus @ April 19, 2017

«L’instant gay» de La Belle et la Bête finalement autorisé en Malaisie

Posted in: Le Point / fil de presse international | Comments Off on «L’instant gay» de La Belle et la Bête finalement autorisé en Malaisie

lefigaroLa Belle est la Bête sera finalement diffusé en Malaisie malgré une tentative de censure du moment «gay» par les autorités.
Le dernier Disney avec Emma Watson ne sera pas censuré par le gouvernement malaisien. Il a finalement jugé que le retrait d’une scène ternirait l’image du pays.

Le film La Belle et la Bête de Disney, dont un «moment gay» échaude les conservateurs malaisiens, sera finalement proposé dans ce pays à majorité musulmane sans que le passage incriminé ne soit coupé, a appris l’AFP auprès du géant du divertissement ce mardi 21 mars. Le film «sortira en Malaisie le 30 mars avec un avertissement pour les moins de 13 ans, sans aucune coupure», a indiqué une porte-parole de Disney pour l’Asie du Sud-Est.

La chaîne Golden Screen Cinemas, qui possède une vingtaine de cinémas dans l’archipel, a annoncé sur Twitter qu’elle proposera le long-métrage dans sa version non censurée. Le Conseil malaisien de la censure (LPF) n’était pas joignable pour commenter cette décision.

La sortie de La Belle et la Bête en Malaisie a été reportée la semaine dernière après que la censure a décidé d’en retirer un passage qualifié par le réalisateur Bill Condon comme «le premier moment exclusivement gay» dans l’histoire de Disney.

La Belle et la Bête a également été critiqué à Singapour

Selon la censure malaisienne, la séquence concernait une chanson avec le personnage Le Fou. «La manière dont il danse est… gay, de même que le dialogue et les paroles de la chanson. Dans la même scène, il soulève sa chemise et montre un suçon sur son ventre», a alors expliqué Abdul Halim Abdul Halim, le directeur du Conseil de la censure. Mais «Un appel a été déposé par Disney au ministère de l’Intérieur» a-il déclaré.

Lundi 20 mars des élus malaisiens s’étaient élevés contre cette interdiction, jugeant qu’elle ternissait l’image de la Malaisie, pays à majorité musulmane où l’homosexualité est illégale et passible de peines de prison. La Belle et la Bête a également été critiqué à Singapour, pays voisin de la Malaisie, où le clergé a accusé Disney d’avoir dévié des «valeurs saines et dominantes».

La Russie a, elle, décidé d’interdire le film aux moins de 16 ans. Malgré la controverse, La Belle et la Bête a effectué un excellent démarrage au box-office nord-américain, rapportant 174,75 millions de dollars aux États-Unis et au Canada le week-end dernier.

gayglobeus @ April 19, 2017

Ces militants pro-Fillon qui pourraient faire fuir Juppé

Posted in: Le Point / fil de presse international | Comments Off on Ces militants pro-Fillon qui pourraient faire fuir Juppé

l’avenir.net

Au plus fort de la tempête sur les affaires, François Fillon s’est appuyé sur une base militante catholique et traditionaliste issue des manifestations anti-mariage homosexuel. Cette frange de la droite, réunie dans Sens Commun, inquiète Alain Juppé.

Le Canard enchaîné rapporte ce mercredi des propos interpellant prononcés par Alain Juppé devant certains de ses soutiens et amis: «Je ne soutiendrais pas un gouvernement dont la ligne serait dictée par Sens Commun. C’est simple, je serais dans l’opposition». Explications.

Le finaliste de la primaire de la droite et du centre contre François Fillon s’est montré plutôt discret depuis le début de la campagne de l’ancien Premier ministre. Les affaires ont certes leur importance dans cette relative discrétion. Mais la ligne politique défendue par le candidat Fillon et les revendications de ses militants catholiques et traditionalistes les plus acharnés sont en fait un repoussoir bien plus puissant. Fillon avait laissé entendre que certains de ses militants réunis au sein de Sens Commun pourraient intégrer son gouvernement en cas de victoire. Un pas de trop pour Juppé qui ne se reconnaîtrait pas dans cet hypothétique gouvernement.

Sens Commun: base militante indispensable de la campagne

Sens Commun est une émanation de la Manif Pour Tous, organisation issue des manifestations conte le mariage homosexuel en 2012 et 2013. D’inspiration très catholique et traditionaliste, elle constitue une de ses bases militantes de la campagne de Fillon et le soutient depuis août 2016, à un moment ou personne ne croyait en lui. Séduits par sa forte désapprobation du mariage homosexuel mais aussi par sa foi catholique jusqu’alors discrète qu’il s’est mis à afficher, les militants de Sens Commun se sont engagés comme un seul homme derrière leur candidat.

Alors que son parti semblait le lâcher, le grand meeting du Trocadéro pour contrer la mise en examen n’a été possible que parce que l’organisation a battu le rappel de ses membres et loué des dizaines de bus pour acheminer les militants jusque devant la Tour Eiffel. Certains militants de Sens Commun ont déjà fait plus d’une dizaine de meetings du candidat de la droite. Bref, sans ces militants, Fillon n’aurait probablement pas pu mener campagne et peut-être même pas faire face aux affaires. Logique dans cette situation que les cadres de l’organisation soient récompensés en cas de victoire.

La méfiance de Juppé et du centre droit

Mais voilà, ces militants très actifs ne plaisent pas à tous les ténors du parti Les Républicains, notamment ceux situés plus au centre et qui soutenaient Juppé. Discrètement, l’ancien finaliste de la primaire exprime sa désapprobation mais s’est tout de même rendu ce mercredi à un déplacement de la campagne de Fillon. D’autres le font plus franchement comme Jean-Pierre Raffarin qui «ne veut pas que Sens Commun dicte sa ligne», Dominique Busserau, ancien ministre et député ou Arnaud Robinet, maire de Reims.

 

gayglobeus @ April 19, 2017

Katy Perry s’érige en défenseure des droits homosexuels

Posted in: Le Point / fil de presse international | Comments Off on Katy Perry s’érige en défenseure des droits homosexuels

Actu Orange

Célébrités: Katy Perry s’érige en défenseure des droits homosexuels

La superstar Katy Perry a exprimé son optimisme sur la capacité de la société américaine à devenir plus tolérante, prenant en exemple son parcours l’ayant vu évoluer de chrétienne conservatrice à défenseure des droits homosexuels.

“Je suis avec vous et je sais que nous sommes unis contre la discrimination, que ce soit dans la communauté LGBT, ou envers nos frères et sœurs hispaniques, ou les millions de musulmans dans ce pays”, a déclaré Katy Perry samedi soir à Los Angeles lors du gala annuel de l’organisation Human Rights Campaign de défense des droits LGBT (Lesbiennnes, Gays, Bi et Trans).

La chanteuse a inscrit son appel à la tolérance dans le cadre d’une lutte plus large dans l’Amérique de Donald Trump. Le président s’était pourtant dit opposé à l’abrogation du mariage homosexuel, déclarant qu’il s’agissait “de la loi”.

La chanteuse de 32 ans, personnalité la plus populaire sur Twitter avec plus de 96 millions d’abonnés, s’est confiée sur son enfance au sein d’une famille chrétienne conservatrice qui croyait en la conversion des homosexuels.

“Durant mon enfance, l’homosexualité était synonyme du mot abomination – et de l’Enfer”, a confessé celle qui a débuté sa carrière en chantant du gospel.

Mais Katy Perry a déclaré qu’elle avait toujours su que la sexualité était plus nuancée. Elle a acclamé ses amis homosexuels, comme son manager, pour lui avoir ouvert l’esprit.

“J’espère être ici comme l’exemple que, peu importe d’où vous venez. Ce qui compte c’est là où vous allez, et un changement réel, une évolution et un changement de perception réels peuvent se produire si nous ouvrons nos esprits et adoucissons nos cœurs”.

La chanteuse a vu sa carrière décoller en 2008 avec le succès “I Kissed a Girl” (“J’ai embrassé une fille “)
. Lors de sa sortie, la chanson a rendu furieux les opposants aux droits des homosexuels mais a également valu à Katy Perry des accusations de vouloir s’approprier la culture homosexuelle à des fins commerciales.

“J’ai fait plus que ça”, a répondu samedi Katy Perry.

Egalement l’interprète des succès “Roar”, “Firework” et “Teenage Dream”, la chanteuse a fait partie des célébrités ayant soutenu la campagne présidentielle de la démocrate Hillary Clinton.

gayglobeus @ April 19, 2017

Pourquoi vous gagneriez à assumer votre homosexualité au travail

Posted in: Le Point / fil de presse international | Comments Off on Pourquoi vous gagneriez à assumer votre homosexualité au travail

Le Huffington Post

Car le temps et l’énergie passés à cacher votre identité vous empêchent de réaliser pleinement votre potentiel.

HERO IMAGES
Pourquoi vous gagneriez à assumer votre homosexualité au travail.

Au début de ma carrière, alors que je dînais avec l’un de nos fournisseurs établi dans les Balkans, je me suis retrouvé à table à côté d’une jeune fille dont le rôle m’échappait. Au bout d’un certain moment, j’ai compris qu’elle était là pour me divertir et me tenir “compagnie” pour la soirée.

En tant qu’homosexuel dans un pays étranger, je me trouvais donc confronté à un malentendu, et je ne parle pas simplement de l’initiative totalement inappropriée d’engager de la compagnie féminine dans le but de conclure une affaire. La jeune fille et moi-même avons finalement engagé une discussion extrêmement intéressante au sujet des bombardements de Belgrade par l’OTAN. Après avoir accepté de me raccompagner jusqu’à mon hôtel pour donner l’illusion d’avoir rempli sa mission, elle a pris congé et j’ai regagné ma chambre seul.

L’inconvénient d’affirmer sa sexualité au travail, c’est qu’il faut quotidiennement la revendiquer face à des personnes qui n’en ont souvent rien à faire.

Bien que je me sois systématiquement efforcé d’afficher mon homosexualité durant presque toute ma carrière, le message n’est pourtant pas toujours passé. L’inconvénient d’affirmer sa sexualité au travail, c’est qu’il faut quotidiennement la revendiquer face à des personnes qui n’en ont souvent rien à faire. Pourtant, il est capital de rester authentique et ce, pour des raisons primordiales. Tout d’abord, le temps et l’énergie passés à cacher votre identité vous empêchent de réaliser pleinement votre potentiel.

Les meilleures idées que j’ai pu avoir pour solutionner un problème ou définir une stratégie au bureau me sont pour la plupart venues spontanément, tandis que mon subconscient travaillait de son côté, en toute liberté. Combien d’entre nous ont déjà eu une illumination sous la douche, en sortant le chien ou en s’éveillant d’un bond à une heure du matin? Lorsque nous sommes totalement impliqués dans notre fonction, notre subconscient continue de travailler des heures durant, et rester fidèles à nous-mêmes nous évite de nous focaliser sur des questions telles que “Comment vais-je pouvoir mentir à ce sujet?”, “Comment pourrais-je éviter cette situation “, “Comment faire si l’on me demande de venir accompagné?”.

La notion d’authenticité est importante.

Le second point concerne la notion même d’authenticité et l’importance qu’elle revêt. Dans les secteurs créatifs, et en particulier dans les médias, il existe souvent de nombreuses façons de traiter une problématique, et plus d’une réponse à une seule question. Notre mission consiste à exprimer notre opinion de manière crédible et affirmée, et cela ne saurait être possible si nous ne sommes pas réellement en accord avec nous-mêmes.

Si les gens s’aperçoivent de la supercherie, ils ne pourront plus nous faire confiance ni accepter nos idées. En dissimulant notre véritable identité, nous construisons inconsciemment de nombreuses barrières qui nuisent à notre crédibilité et à l’image que nous renvoyons. Si un employeur potentiel refuse de vous engager à cause de votre homosexualité, votre collaboration aurait dans tous les cas été vouée à l’échec, alors restez vrais, car c’est seulement ainsi que vous attirerez des personnes productives qui partageront votre vision.

Notre mission consiste à exprimer notre opinion de manière crédible et affirmée, et cela n’est possible que si nous sommes en accord avec nous-mêmes.

Certains secteurs sont effectivement plus ouverts que d’autres. Aussi, je vous conseille de mesurer les risques et les avantages selon la situation, et de faire confiance à votre instinct. Occupant une fonction importante au sein d’un magazine tel que The Economist qui a pour politique de défendre les droits des homosexuels, je suis tout à fait conscient que je n’ai guère de soucis à me faire pour ma carrière en assumant ouvertement mon orientation sexuelle, mais il est très important pour moi de revendiquer ce privilège, car plus nous nous affirmons et serons entendus, mieux ce sera pour tout le monde.

Plus sensible à la fluidité des genres et à la question de l’identité, la génération Y est bien plus tolérante que la précédente. Un constat plus qu’optimiste pour l’avenir de l’homme.

gayglobeus @ April 19, 2017

Libourne : Violente agression d’un ancien militaire homosexuel

Posted in: Le Point / fil de presse international | Comments Off on Libourne : Violente agression d’un ancien militaire homosexuel

Infos Bordeaux

Libourne : Violente agression d’un ancien militaire homosexuel

Julien Krawiec est un ancien militaire français, connu sur Périscope pour avoir fait son « coming-out », c’est ayant révélé son homosexualité.

Le 14 mars 2017, il a été victime d’une violente agression organisée à son domicile près de Libourne. En cause, un certain Keneff Leauva (photo), un internaute habitant dans le Val-de-Marne.

Dans un communiqué de presse, une association proche de la victime donne plus de détails et délivre l’enregistrement laissé sur Périscope entre Julien Krawiec et Keneff Leauva, connu sous le pseudo keneffheetchman75 :

« T’es un petit fils de pute de pédé […]. Petit pédé (…)  Je vais faire 700 km et je vais venir chez toi […]. Je vais te mettre un pénalty dans ta tête. Je vais te shooter ta tête […]. Quand tu vas sortir de chez toi, je vais t’enculer ta race. Tant que je t’aurai pas explosé ta tête, tant que je t’aurai pas punché ta gueule, pour moi l’affaire ne sera pas réglée. »

« T’as beau porter plainte, t’inquiètes pas. J’ai déjà agressé des gens. J’ai déjà tapé plein de gens dans ma vie. Je n’ai jamais fait de prison. Je n’ai même pas fait une journée de garde à vue. Donc si je descends dans ta petite ville de merde, il m’arrivera rien du tout ».

Peu de temps après, les agresseurs ont fait le trajet en voiture de 700 km pour venir « soumettre » Julien. Le voyage et l’agression au domicile de la victime ont été filmés en direct sur Périscope. L’ancien militaire a subi une double fracture de la main et son état a entrainé une ITT estimée à 30 jours.

Keneff Leauva est le fils de l’actrice Firmine Richard (photo). Cette dernière était candidate sur la liste socialiste aux élections municipales de 2014 dans le 19ème arrondissement de Paris.

gayglobeus @ April 19, 2017

Afrique du Sud. “Les Initiés”, le film d’un double tabou

Posted in: Le Point / fil de presse international | Comments Off on Afrique du Sud. “Les Initiés”, le film d’un double tabou

Courrier International

Le chanteur sud-africain Nakhane Touré tient le premier rôle dans le film Les Initiés, de John Trengove.Photo PYRAMIDE DISTRIBUTION

Les Initiés sort en France le 19 avril, en partenariat avec Courrier international. Pour son premier long-métrage, le réalisateur sud-africain John Trengove explore un rituel d’initiation de l’ethnie xhosa. Et lance un débat salutaire sur l’homosexualité et la définition traditionnelle de la masculinité.

Un adulte prend sous sa houlette un jeune homme, s’efforce de le guider dans l’existence. Mais, au fil de leur périple commun, la dynamique s’inverse. L’élève se découvre professeur et, en chemin, normes sociales et idées reçues sont envoyées aux orties.

Un rituel d’initiation très secret

Cette variante somme toute classique du récit d’initiation, le réalisateur sud-africain John Trengove l’a faite sienne pour son premier long-métrage, qui sort en France ce 19 avril. Les Initiéslève un double tabou. Non seulement il expose sur grand écran le très secret ulwaluko, un rituel d’initiation particulier aux Xhosas, le deuxième groupe ethnique du pays. Mais surtout il lance la question du rapport entre tradition et homosexualitédans une société où les attaques homophobes restent légion.

Précisons d’abord ce qu’est l’ulwaluko. La coutume xhosa veut que, sur le point de devenir des hommes, les jeunes soient emmenés à l’écart de la société pour être circoncis. Des initiateurs plus âgés veillent sur eux et s’assurent que leur verge cicatrise bien. À leur retour, les garçons ont changé de statut. “Un Xhosa non circoncis est une contradiction dans les termes car il n’est pas du tout considéré comme un homme mais comme un enfant”, écrivait Nelson Mandela, xhosa lui-même, dans son autobiographie Un long chemin vers la liberté (éd. Fayard, 1995, pour la traduction française).

Mais les initiés ne deviennent pas hommes indépendamment de leur orientation sexuelle : au retour de l’ulwaluko, on attend d’eux qu’ils se marient et procréent. Ainsi, “alors que l’homosexualité demeure la cible du dénigrement et des abus, à la fois en Afrique du Sud et à travers le continent africain, certaines traditions, telles que l’ulwaluko, font sûrement partie des pratiques les plus menaçantes pour l’estime de soi des jeunes hommes gays xhosas”, relevait en 2015 une étude publiée par deux psychologues d’East-London, une ville du Cap-Oriental. L’Afrique du Sud est pourtant l’un des rares pays africains à autoriser le mariage et l’adoption aux homosexuels.

Des hommes qui ne sont pas des hommes

Ce nœud de tensions a été une première fois exploré sous forme de roman : publié en 2009 par Thando Mgqolozana, A man who is not a man (L’homme qui n’est pas un homme, inédit en français) a connu un joli succès critique et contribué à amorcer le débat. L’ouvrage a inspiré à John Trengrove un premier court-métrage,The Goat (la chèvre), montré en 2016 à la Berlinale. Les Initiés en est le prolongement. Le film retrace les tourments de Xolani : homosexuel refoulé, ce manutentionnaire doit superviser l’initiation d’un jeune bourgeois de Johannesburg, une ville où les mœurs sont plus libres que dans le reste du pays. Cette mission va le contraindre à affronter la réalité de ses désirs.

“Les possibilités homoérotiques qu’ouvre le rituel secret de l’ulwaluko, qui se déroule entre hommes et qui est centré autour du pénis, m’ont toujours fasciné et captivé”, confiait John Trengove en 2014, interrogé par The Mail & Guardian à la sortie de The Goat. Et il faisait le lien avec les législations antigays adoptées par plusieurs pays africains, dont le Nigeria. Toutes reposent sur le postulat, plus ou moins tacite, que l’homosexualité serait une dépravation des mœurs importée d’Occident. “L’idée court que l’homosexualité devrait être extirpée, en tant que concept d’origine étrangère. Pour mon film, je suis parti du principe qu’elle était aussi ancienne que la culture africaine”, argumentait le réalisateur. Une note d’intention qui vaut également pour Les Initiés.

Pour certains, un film sacrilège

L’ulwaluko est aujourd’hui loin de faire l’unanimité parmi les Xhosas eux-mêmes, notamment pour des raisons sanitaires. Mais qu’un réalisateur, blanc qui plus est, s’attaque à ce sujet sensible n’a pas manqué de faire des remous. Et qu’un Xhosa gay lui prête main-forte n’a pas été pour arranger les choses. Dans le film, c’est en effet Nakhane Touré qui prête sa grâce fragile au personnage de Xolani. Chanteur à succès et homosexuel revendiqué, le jeune homme de 29 ans a reçu des lettres de menace pour son rôle, il a été insulté sur les réseaux sociaux. Certains l’ont accusé de bafouer sa culture.

“Comment ceux qui ont fait Les Initiés ont-ils pu penser que c’était OK de tourner un film sur quelque chose d’aussi sacré ? Ou n’en ont-ils rien à faire ? Sans doute la deuxième solution.”

“Ce qui se passe là-bas reste là-bas. C’est un secret. Et voici qu’un fils de pute décide d’en faire un film.”

Dans un entretien au Mail & Guardian, Nakhane Touré se défend d’avoir commis le moindre sacrilège. “Je n’ai pas à acquiescer à tout ce qu’exige ma culture. Aucune culture n’est parfaite. Toutes les cultures évoluent. Des choses qui étaient secrètes ne le sont plus”, plaide-t-il.

Besoin d’ouvrir le débat

D’autres s’indignent que le film montre le surgissement de désirs homosexuels lors de l’initiation. Là encore, Nakhane Touré riposte :

Je sais que cela arrive, parce que ça m’est arrivé. On n’a pas arrêté de me faire des avances. Et à l’époque, j’essayais vraiment d’être hétéro, je faisais de mon mieux pour correspondre à cette idée de la masculinité. J’étais un chrétien très fervent, je refusais d’accepter que je puisse être homo. Quand j’ai eu mon initiation, je pensais que ce serait un espace où il n’y aurait aucune tentation. Je me souviens avoir pensé : ‘Ah, Dieu, pourquoi tu me fais ça ? J’essaie d’être bon… J’ai même apporté ma Bible en douce.’ Et pourtant, il y avait, vous savez, toutes ces sollicitations…”

En participant à ce long-métrage, le jeune homme savait qu’il froisserait quelques susceptibilités, mais il ne s’attendait pas à ce que ses détracteurs se montrent“aussi homophobes”, comme il le confie à l’hebdomadaire de Johannesburg. Il espère que le film encouragera le dialogue : “Le film parle du désir homosexuel. Un désir qui surgit dans un espace où personne ne veut le voir, où il est jugé déplorable. Et pourtant, c’est un espace où les hommes sont autorisés à être vulnérables. Vous mettez votre vie et votre pénis, littéralement parlant, entre les mains d’autres hommes. Les gens ont le droit d’être en colère. Mais essayons d’en discuter entre personnes raisonnables.”

Aucune date de sortie du film n’a pour l’instant été annoncée pour l’Afrique du Sud. Mais sur les réseaux sociaux, l’appel au dialogue de Nakhane Touré et John Trengove a bien été reçu :

“La société trépignait d’impatience à l’idée de tenir le débat ouvert par Les Initiés. Il était grand temps que cela arrive.”

“Les Initiés a ouvert une discussion sur un sujet sensible. Il est temps que les gens parlent !”

gayglobeus @ April 19, 2017

Homosexualité : l’Ordre des médecins tunisiens opposé à l’usage du test anal, un « exemple » à suivre selon Human Rights Watch

Posted in: Le Point / fil de presse international | Comments Off on Homosexualité : l’Ordre des médecins tunisiens opposé à l’usage du test anal, un « exemple » à suivre selon Human Rights Watch

jeuneafrique

Un drapeau multicolore, symbole LGBTQ. © nancydowd/CC/Pixabay

« Les ordres de médecins d’autres pays devraient s’inspirer de cet exemple » affirme l’ONG Human Rights Watch dans un communiqué paru ce mercredi. Elle évoque le recours au sujet du recours en Tunisie à des examens anaux pour déterminer l’homosexualité d’une personne.

« Acte de torture », « humiliation », « atteinte à la dignité […] cruel et dégradant », « examen de la honte ». Depuis plusieurs années, des associations et militants nationaux et internationaux dénoncent la pratique du test anal en Tunisie, appelant à l’abrogation de l’article 230 du code pénal. Promulgué sous la colonisation française en 1913, celui-ci punit la sodomie d’une peine pouvant aller jusqu’à trois ans de prison.

Suite à de nouvelles arrestations en mars pour « délit d’homosexualité », le Conseil national de l’Ordre des médecins de Tunisie a publié le lundi 3 avril un communiqué appelant les médecins à cesser de procéder à de tels examens en l’absence de consentement.

« Tout médecin requis pour examiner une personne dans le cadre d’une expertise, et notamment si elle est privée de liberté, doit respecter sa dignité, et ce conformément à l’article 23 de la Constitution et aux articles 7 et 74 du code de déontologie médicale », précise ce communiqué. « L’Ordre des médecins […] condamne ainsi fermement tout examen médical non justifié et/ou touchant à la dignité et à l’intégrité physique ou mentale de la personne examinée ». Ajoutant que les médecins doivent désormais informer les patients de leur droit de refuser l’examen.

Encourageant mais insuffisant

Une déclaration qui « marque un jalon vers la fin de ces tests dégradants, discriminatoires et non scientifiques censés établir la preuve de comportements homosexuels » pour Human Rights Watch. « Il est encourageant de voir les médecins tunisiens ouvrir la voie. Les ordres des médecins du monde entier, ainsi que les organismes d’application des lois et autres organismes gouvernementaux devraient suivre cet exemple », souligne Neela Ghoshal, chercheuse auprès de la division LGBT de l’ONG.

Encourageant, mais pas encore suffisant, puisqu’en cas d’arrestation pour homosexualité, le consentement ne pourra le plus souvent être « libre et éclairé ». En raison de « leur absence de scientificité, le recours à des examens anaux pour déterminer un comportement homosexuel consensuel devrait cesser complètement, indépendamment de la question du consentement », ajoute Human Rights Watch. D’autant que beaucoup finissent par accepter de se faire examiner « sous la pression de la police, de crainte qu’un refus ne soit retenu contre eux, ou persuadés qu’ils sera disculpés ».

 

 

« Torture et atteinte à la déontologie médicale »

L’association Shams, une association de défense de la communauté LGBTQ tunisienne, appelle pour sa part le Conseil de l’Ordre des médecins à poursuivre disciplinairement tout médecin procédant à ce type d’examen pour « torture et atteinte à la déontologie médicale ».

Lors de ces examens « invasifs et humiliants, qui s’appuient sur des théories discréditées du 19e siècle », des médecins ou des personnels de santé « introduisent de force leurs doigts et parfois des objets dans l’anus de l’accusé », souvent devant des policiers au comportement violent, explique Human Rights Watch.

« Ce qui révulse le plus, c’est lorsque tu entends un médecin, avec tout son prestige de médecin, s’adresser à un inculpé de sodomie en lui disant ‘baisse ton pantalon, tu n’es pas un homme ; tu es un enculé, rien d’autre’ » s’insurge Bouhdid Belhedi, chargé de communication de Shams, dans le documentaire Au pays de la démocratie naissante partagé fin mars.

 

« Pour en finir une fois pour toutes avec les examens anaux forcés en Tunisie, la police devrait cesser d’ordonner ces examens et les tribunaux devraient refuser d’admettre les résultats comme éléments de preuve », poursuit Neela Ghoshal.

En mai 2016, le Comité des Nations Unies contre la torture a condamné le recours à des examens anaux en Tunisie, suivi en janvier 2017 par le Service européen pour l’action extérieure, qui a demandé à la Tunisie de mettre immédiatement fin à de telles pratiques.

Dans un rapport déposé en septembre auprès du Conseil des droits de l’Homme des Nations Unies, en vue d’un examiné en mai 2017, un collectif d’associations tunisiennes réclame également la fin des discriminations envers les LGBT.

gayglobeus @ April 19, 2017

Le premier super-héros homosexuel à l’écran

Posted in: Le Point / fil de presse international | Comments Off on Le premier super-héros homosexuel à l’écran

Europe1

Le film Power Rangers, sorti vendredi aux Etats-Unis, met à l’écran pour la première fois un super-héros homosexuel.

Quel est le menu ce matin ?

Aujourd’hui régime sans Trump (ou presque) : on va parler cinéma et diversité avec le premier super-héros homosexuel à l’écran. On verra que le FBI ne fait pas qu’enquêter sur la Russie et l’élection mais qu’il retrouve aussi des maillots de foot. Et puis enfin, les écoles de Boston rebattent les cartes, de géographie.

On commence donc avec du cinéma…

Oui avec la sortie vendredi du film “Power Rangers”. Une superproduction hollywoodienne, énième remake de la série très populaire du même nom. Elle met en scène une bande d’adolescents dotés de pouvoirs, qui ont chacun une couleur attitrée (rouge, bleu, vert, etc.), qui se battent contre des méchants. Pour ceux de ma génération c’est l’équivalent des Bioman, vous vous souvenez “force rouge, force bleu”, etc… Bon les critiques ne sont pas terribles, je ne suis pas encore allé le voir. En France ça sort le 5 avril.

Mais ce qui est inédit dans ce film c’est le personnage de Trini, la power ranger jaune. Une jeune fille qui se découvre des pouvoirs de superhéros et qui s’interroge sur sa sexualité. A un moment l’un de ses amis explique qu’elle a des problèmes de “petit copain” avant de se dire qu’en fait ce sont de problèmes de “petite copine”. Une courte scène, mais elle est essentielle pour le réalisateur qui explique que le message du film c’est de dire à tous les jeunes spectateurs, je cite, “c’est OK” de chercher son identité. On a donc le premier super-héros homosexuel, en l’occurrence une super-héroïne.

Et coïncidence ou pas, il y a en même temps sur les écrans américains le premier personnage gay de Disney. Il apparaît dans le film “La Belle et la Bête”, sorti la semaine dernière.

A cause de ça, le film ne sera pas diffusé au Koweït, il est interdit aux moins de 16 ans en Russie, pour cause de “propagande homosexuelle”, et aux Etats-Unis, il est boycotté par un drive-in dans le très conservateur état de l’Alabama. Mais ça n’empêche pas “La Belle et la Bête” de cartonner au box-office depuis sa sortie la semaine dernière.

A propos d’Hollywood, le futur candidat démocrate contre Donald Trump pourrait bien venir du monde du cinéma…

Ah on avait dit qu’on ne parlait pas de Trump pour une fois, mais bon d’accord. Hollywood, bastion démocrate, prépare déjà la bataille pour éviter la réélection de “vous-savez-qui”, en 2020. Et certains pensent que l’homme providentiel pour le battre pourrait bien être le patron de Disney, Bob Iger. Nombre de ses amis pressent cet ancien présentateur météo qui dirige le studio le plus rentable d’Hollywood, de se lancer en politique. Il ne l’a pas exclu puisqu’un businessman a réussi à se faire élire président, pourquoi pas un autre !

On ne parle pas de l’enquête du FBI sur les liens possibles entre le président et les Russes, mais le FBI a fait la Une pour une autre affaire cette semaine.

Oui, affaire résolue, au grand soulagement de l’Amérique : le FBI a retrouvé le maillot de Tom Brady ! Tom Brady, c’est la légende vivante du football américain. Il a gagné cette année son cinquième SuperBowl, un record. C’est lui qui a fait gagner son équipe des New England Patriots dans un match fou le mois dernier. Mais après, dans les vestiaires, Tom Brady ne retrouve pas son maillot frappé du numéro 12.

L’Amérique s’émeut et la police lance une enquête. La valeur du maillot est quand même estimée à un demi-million de dollars. Le FBI s’en mêle, et le localise au Mexique. Grâce à l’analyse des vidéos, les policiers ont identifié le coupable. Un homme qu’on voit entrer dans les vestiaires les mains vides, et ressortir maillot sous le bras. C’est un journaliste mexicain, qui couvre le SuperBowl chaque année. Le maillot a retrouvé son propriétaire.

gayglobeus @ April 19, 2017

Non, un patient ne va pas mourir parce que le don d’un homosexuel a été refusé

Posted in: Le Point / fil de presse international | Comments Off on Non, un patient ne va pas mourir parce que le don d’un homosexuel a été refusé

sante.lefigaro

Les Français ne sont que 260.000 donneurs inscrits parmi les 30 millions de donneurs dans le monde.

Vingt ans après s’être inscrit au registre national pour le don de moelle osseuse, un homme a été surpris d’apprendre que son don serait finalement refusé à cause de son orientation sexuelle. Cette histoire a eu beaucoup de retentissement sur les réseaux sociaux. Le Figaro a voulu savoir ce qu’il en était vraiment.

À l’origine, tout part d’un tweet. L’histoire a d’abord été relayée par une jeune fille puis très vite par plus de 13.000 internautes. Dans ce message, il est écrit qu’un homme inscrit au registre des dons de moelle osseuse a été contacté d’urgence parce qu’il était identifié comme compatible avec un patient «au bord de la mort». Or ce donneur est homosexuel, ce qui annule immédiatement le processus. Le volontaire en question s’empresse de publier une tribune et de nombreux internautes crient à l’injustice, persuadés que la vie de ce malade dépendait de ce seul don. Cette histoire a été relayée tant de fois qu’il semblait nécessaire de rétablir la vérité.

Dans les faits, Thomas, le donneur, a bien été contacté par l’EFS (Etablissement français du sang). L’homme de 41 ans, très engagé depuis le décès de sa mère et d’une amie, est inscrit sur le registre des donneurs de moelle osseuse depuis environ vingt ans. «On a mis du temps à retrouver ma trace parce qu’entre temps j’ai déménagé» explique-t-il. Heureux de «pouvoir enfin aider une personne dans le besoin», l’enthousiasme n’aura pourtant été que de courte durée. La coordinatrice au bout du fil lui aurait en effet indiqué que son don ne pouvait être accepté car la loi française ne laisse aucune possibilité aux personnes homosexuelles d’entrer dans le processus. «J’étais chamboulé. Je trouve ça terrible. Je pense à tous ces dons gâchés qui auraient pu sauver des vies sans ces lois à la c… En plus, pour mon cas, je suis en couple depuis quinze ans avec le même homme et je sais que mes analyses sont bonnes.»

• Ce qui est faux

L’Agence de biomédecine de Paris – qui s’occupe de croiser les données entre donneurs et malades à travers le monde – est bien embêtée par cette histoire. Parce qu’elle a été partiellement déformée sur les réseaux sociaux et que cela montre l’ignorance du grand public à ce sujet. «Au stade où cette personne a été contactée, on ne peut absolument pas dire qu’elle était compatible avec le malade dans le but d’une greffe» explique-t-on à l’agence. Il y a plusieurs étapes avant d’être certain qu’un donneur soit 100% compatible. Thomas a été contacté non pas pour un don immédiat mais pour des tests complémentaires afin de mettre à jour son dossier, car il y avait une probabilité de compatibilité. Seulement une probabilité. Et Evelyne Marry, la directrice du registre des dons de moelle osseuse de l’agence de biomédecine rassure: «Jamais personne n’est arrivée au point de mourir car le seul donneur n’était pas compatible. Il ne faut pas tomber dans une paranoïa non plus. Les médecins ont toujours un plan B». D’ailleurs, le patient pour lequel Thomas a été contacté est «toujours en vie et a de grandes chances de trouver une greffe parmi les donneurs contactés» qui sont en fait au nombre de 12! Nous n’en saurons pas plus sur la situation du malade, secret médical oblige.

Pourquoi les homosexuels sont exclus du registre des donneurs

Si depuis juillet 2016, le don du sang a été ouvert aux personnes homosexuelles sous certaines conditions, ce n’est pas le cas pour le don de moelle osseuse. Bien que l’on fasse désormais la différence entre le sang et le tissu qu’est la moelle osseuse, il n’existe pas de loi qui permette d’accepter les dons des personnes HSH (homosexuels masculins). Ce que déplore Evelyne Marry. «Nous souhaitons une ouverture car l’on se prive d’un certain nombre de donneurs. Entre le moment où une personne s’inscrit sur le registre et l’instant où elle donne, il peut se passer longtemps et les pratiques sexuelles ont pu changer. Actuellement, nous avons un groupe de travail qui collabore activement avec des associations pour faire évoluer la législation. Cela finira par se faire mais je ne sais pas quand.»

Plusieurs internautes crient à la «discrimination». Ce à quoi l’agence de biomédecine répond: «De la même manière, si pendant l’entretien avec le médecin un individu hétérosexuel évoque des pratiques à risques (telle que la sodomie), son don sera refusé». Evelyne Marry tient à rappeler qu’il existe de nombreux autres facteurs qui peuvent exclure – définitivement ou temporairement – une personne du registre: «Être enceinte, être anémié, avoir une surcharge pondérale ou encore des reflux gastriques ne permet pas non plus d’effectuer un don de moelle osseuse. Et j’irai même encore plus loin: lorsque deux personnes sont totalement compatibles, nous sélectionnons la plus jeune. Non pas parce que nous discriminons les plus âgées, mais parce que les cellules sont plus actives chez les jeunes!» précise-t-elle.

Encore trop peu de volontaires en 2017

Malgré les campagnes menées chaque année pour faire connaître le don de moelle osseuse, encore trop peu de Français s’engagent. Les Français représentent 260.000 donneurs inscrits parmi les 30 millions de donneurs dans le monde. En 2016, seuls 205 d’entre eux ont été prélevés en France. Ce chiffre s’explique par le fait qu’un patient à seulement une chance sur un million de trouver un donneur compatible hors fratrie.

gayglobeus @ April 19, 2017

La première exposition d’art homosexuel ouvre à Londres

Posted in: Le Point / fil de presse international | Comments Off on La première exposition d’art homosexuel ouvre à Londres

Metro Belgique

AFP

La première grande rétrospective d’art homosexuel ouvre mercredi à la Tate Britain Gallery de Londres, pour commémorer les 50 ans de la dépénalisation de l’homosexualité en Angleterre.

Intitulée « Queer British Art 1861-1967« , l’exposition couvre une période d’un siècle, depuis l’abrogation de la peine de mort pour les pratiques homosexuelles jusqu’à leur dépénalisation.

Présentée comme « la toute première dédiée à l’art homosexuel britannique », l’exposition propose notamment un portrait de l’écrivain irlandais Oscar Wilde daté de 1881, et présenté au public britannique pour la première fois.

AFP

Thématiques vériées

Cette exposition d’arts visuels s’étend sur huit salles, et explore des thématiques variées comme l’expression codée ou dissimulée du désir, la transgression des conventions et les discordances entre vie privée et vie publique.

Elle montre également comment les artistes du 19e siècle maniaient l’ambiguïté pour représenter ce qui ne pouvait être dit -à l’image de tableaux présentant des hommes nageant nus- et comment les artistes ont exploré de nouvelles voies après la Seconde Guerre mondiale.

L’exposition contient notamment des travaux de Francis Bacon, David Hockney, Gluck ou encore Cecil Beaton. L’exposition est visible jusqu’au 1er octobre.

gayglobeus @ April 19, 2017

Fred Testot homosexuel ? “Les rumeurs font marrer” l’humoriste

Posted in: Le Point / fil de presse international | Comments Off on Fred Testot homosexuel ? “Les rumeurs font marrer” l’humoriste

Closer

Fred Testot

Très discret sur sa vie privée, Fred Testot ne s’est jamais affiché au bras de sa compagne en public. L’humoriste de 43 a répondu aux interrogations sur sa prétendue homosexualité.

En 2013, Fred Testot se confiait sur sa récente paternité pendant la promo de l’un de ses films, Le Grand Méchant Loup. “L’adolescence c’est un état d’esprit. Bien que je sois papa, il y a un peu de moi dans ce rôle. Prendre le temps de vivre, traîner, et jouer à la PlayStation avec Omar, ça me plaît !“, avait-il assuré dansLe Parisien Magazine. Il faut dire que les confidences sur sa vie privée sont plutôt rares pour l’ancienne star du SAV des émissions de Canal +. L’humoriste de 43 ans n’est jamais apparu en public au bras de sa compagne et la maman de son premier enfant. Fred Testot préfère vivre caché mais ce choix engendre quelques interrogations chez certains.

Préfère-t-il les garçons ? Le complice d’Omar Sy sait que cette rumeur circule derrière son dos. “Les rumeurs me font marrer. Ma soi-disant homosexualité m’a plus fait rire qu’autre chose. Les gens croient ce qu’ils veulent. Ma famille, mes amis s’en foutent aussi bien sûr“, s’amuse-t-il sur le site de Paris Match. Selon lui, les personnages de ses spectacles comme dans le SAV ont peut-être aidé à alimenter ces bruits de couloir : “Ça me plait de parler de ça sur scène parce que je m’amuse beaucoup des étiquettes. Les gens se disent que parce que je joue des personnages homo, je le suis. C’est drôle.”

Dans cet entretien, Fred Testot a échappé à la traditionnelle question sur Omar Sy et où en était leur amitiédepuis le départ de la star d’Intouchables aux Etats-Unis. L’acteur et humoriste préférait se montrer ironique quand Télé Star lui a demandé l’année dernière s’il était fâché avec son copain de ses débuts à la télé : “Oui, d’ailleurs on vient de se battre, là !”

gayglobeus @ April 19, 2017

Pour la première fois, le Japon reconnaît un couple homosexuel comme parents adoptifs

Posted in: Le Point / fil de presse international | Comments Off on Pour la première fois, le Japon reconnaît un couple homosexuel comme parents adoptifs

Konbini France

© Manuel Medir/LatinContent/Getty Images

© Manuel Medir/LatinContent/Getty Images

Mercredi 5 avril, deux hommes ont été officiellement reconnus par la ville d’Osaka, au Japon, comme étant le premier couple homosexuel à devenir parents adoptifs, après plusieurs mois d’attente. Le ministère de la Santé, du Travail et des Affaires sociales a indiqué, selon le Japan Times, qu’il s’agissait d’une situation “sans précédent” dans le pays.

C’est en effet une nouvelle importante puisque, même si officiellement l’adoption par des couples homosexuels n’est pas interdite au Japon, elle avait été jusqu’à présent uniquement accordée de manière individuelle à des personnes issues de la communauté LGBT. Cela signifie qu’une seule des deux personnes du couple est légalement parent de l’enfant, même si le ou la second(e)personne l’élève exactement au même titre que l’autre et que la garde est assumée par les deux. Cette première reconnaissance d’un couple gay comme parents adoptifs constitue donc une forme d’espoir pour la communauté homosexuelle japonais.

Interrogés par le quotidien japonais, les heureux parents ont exprimé leur fierté, à l’instar de l’un des deux pères, qui a déclaré :

“Je suis très heureux que l’on devienne des parents adoptifs et que l’on soit reconnus officiellement en tant que tels, en tant que ménage, que couple, et pas de manière individuelle.”

Le couple a également tenu a expliquer que le petit garçon récemment adopté“vivait une vie très confortable”.

Néanmoins, il faut préciser que leur procédure  d’adoption a été entamée en décembre 2015 et qu’avant d’obtenir officiellement cette autorisation, les parents ont quand même dû suivre une formation, des conférences et des examens médicaux. Une preuve que les progrès sont tout de même très lents.

gayglobeus @ April 19, 2017

Homosexualité: les militaires harcelés exigent des excuses

Posted in: Le Point / fil de presse international | Comments Off on Homosexualité: les militaires harcelés exigent des excuses

Le Journal de Québec

Une pétition a été mise en ligne pour forcer le gouvernement à agir rapidement

Jusqu’à 800 militaires, hommes et femmes, ont été expulsés de l’Armée dans les années 70 et 80 sur la base de leur orientation sexuelle. L’un d’eux, Michel Poulin (photo), souhaite obtenir des excuses publiques et une compensation.

PHOTO DIDIER DEBUSSCHÈREJusqu’à 800 militaires, hommes et femmes, ont été expulsés de l’Armée dans les années 70 et 80 sur la base de leur orientation sexuelle. L’un d’eux, Michel Poulin (photo), souhaite obtenir des excuses publiques et une compensation.

Réclamant des excuses qui ne viennent toujours pas, d’ex-militaires expulsés de l’Armée canadienne en raison de leur homosexualité ont lancé une pétition dans l’espoir que le gouvernement Trudeau passe enfin de la parole aux actes.

Près de six mois après que l’émission J.E. ait levé le voile sur la chasse aux homosexuels qui avait cours dans l’armée dans les années 70 et 80, d’ex-militaires ont maintenant l’impression d’avoir été oubliés après les belles paroles du gouvernement Trudeau.

Malgré la nomination d’un conseiller spécial et la promesse d’une annonce rapide, plus rien ne semble bouger. «Vous savez que ç’a eu lieu, vous avez les preuves, on a des dossiers qui le prouvent. Enlevez-vous les doigts dans le nez et faites de quoi», demande Brigitte Laverdure, instigatrice de la pétition.

Entre 1973 et 1992, jusqu’à 800 militaires homosexuels ont été traqués par la police «anti-gai» de l’Unité des enquêtes spéciales (UES). Les militaires identifiés comme gais ont été congédiés en vertu du règlement OAFC 19-20, qui associait l’homosexualité à une «déviance sexuelle» comparable à la «bestialité».

Parmi eux, Michel Poulin, de Québec, a été traqué puis renvoyé sur la base de son orientation sexuelle. Alors qu’il était sergent-instructeur à l’École de combat de Valcartier, des agents de l’UES ont souhaité l’interroger à l’été 1984.

Détecteur de mensonges

«Ils m’ont amené dans une petite chambre, ils étaient trois. Il y avait une machine, c’était un détecteur de mensonges», raconte l’homme de Québec. «Ils tournaient en rond, ils me demandaient si j’allais dans les bars gais. Puis ils m’ont demandé si j’étais gai, j’ai dit “oui je suis gai”», explique celui qui ne voulait plus mentir sur ce qu’il était.

Une fois la réponse obtenue, le sergent Poulin a été convoqué par son commandant afin qu’il signe une lettre de congédiement. «Il demandait mon licenciement parce qu’il avait des doutes raisonnables que j’étais homosexuel.»

Refusant de signer le papier, le militaire affirme que l’armée a alors lancé l’information sur son orientation sexuelle partout à Valcartier. «Tout le monde a vu ça. Ça fait une traînée de poudre. Tout le monde disait: “Poulin, c’est une tapette”», raconte l’homme qui a ensuite signé sa lettre de démission.

Les militaires interrogés sur la base de OAFC 19-20 exigent donc que le gouvernement du Canada agisse sans délai.

«Je demande des excuses publiques et des compensations pour les problèmes psychologiques et la perte de travail», demande M. Poulin.

« C’ÉTAIT COMME UNE CHASSE AUX SORCIÈRES »

La professeure en psychologie de l’Université du Nouveau-Brunswick Carmen Poulin s’intéresse au traitement fait aux homosexuels par l’armée depuis 1997. Elle a fait plus de 100 entrevues avec des homosexuels qui ont été expulsés de l’Armée.

Sur quelle base l’Armée s’appuyait-elle pour cibler des militaires en lien avec le règlement CFAO 19-20?

Être soupçonné d’être homosexuel était suffisant pour se faire mettre à la porte. Par exemple, si une femme jouait au ballon-balai, elle était automatiquement suspecte. Après, ils les épiaient.

Ils étaient espionnés, traqués. En plus de traumatiser les militaires, on traumatisait leur famille, leur conjoint ou conjointe. On les suivait, c’était une chasse aux sorcières. C’est comme ça que ça s’est passé au Canada et ça ne fait pas des centaines d’années, on en sort à peine.

Quel genre de traitement l’Unité des enquêtes spéciales faisait-elle subir aux militaires soupçonnés?

C’est une situation qui était intolérable. Ils ont été soumis à un traitement très difficile. Les interrogatoires qui ont eu lieu fin 70 et 80, c’était comme dans les films. On pointait des lumières sur eux, on les enfermait pendant des jours parfois et les militaires ne savaient pas où ils se trouvaient. C’était des questions vraiment abominables, pendant des heures, c’était très insidieux.

Qu’est-ce qu’il faut retenir de cet épisode?

C’est une histoire triste parce que ce sont des gens qui voulaient servir leur pays de façon patriotique et, de se faire dire qu’ils étaient dangereux pour la sécurité du pays, c’est d’un ridicule épouvantable. C’est une période de notre histoire qui est très triste, mais dont il faut se souvenir pour éviter de répéter ce genre d’erreur.

DES TÉMOIGNAGES

«Quand le UES m’a interrogée, ils savaient tout sur moi, tout. Ils m’avaient espionnée.»

— Diane Vincent, expulsée de l’Armée sur la base de son orientation sexuelle en 1982

«Les prisonniers de guerre étaient mieux traités que moi. Moi je n’ai pas répondu aux questions, c’est pour ça qu’ils m’ont interrogée pendant trois jours.»

— Johanne Boutin, qui a quitté l’Armée en 1989

«Aujourd’hui c’est accepté, mais moi je ne suis pas né dans la bonne époque.»

— Michel Poulin, expulsé en 1985

gayglobeus @ April 19, 2017

Archéologie: Les «Amants de Pompéi» étaient-ils homosexuels?

Posted in: Le Point / fil de presse international | Comments Off on Archéologie: Les «Amants de Pompéi» étaient-ils homosexuels?

20minutes.fr

Une touriste à Pompéi en 2015.
Une touriste à Pompéi en 2015. – MARIO LAPORTA / AFP

Les « amants de Pompéi » garderont sans doute leur secret pour l’éternité. Mais grâce à la science, on connaît à présent leur sexe. Les deux personnages, dont l’éruption du Vésuve au Ier siècle de notre ère a figé l’étreinte jusqu’à leur découverte il y a une centaine d’années, étaient deux hommes, a révélé Massimo Osanna, le directeur des fouilles de la cité antique.

 

« Pompéi n’en finit pas de nous étonner », commente le professeur d’archéologie, qui dévoilait les résultats d’analyses génétiques sur les deux personnages pétrifiés le 24 août 79. S’agissait-il d’un couple homosexuel ? « Il est plausible qu’ils aient été amants, mais il est difficile d’en avoir la certitude », tempère-t-il dans le Corriere del Mezzogiorno.

Les scientifiques estiment que l’un des « amants » avait 18 ans et l’autre 20, et qu’ils n’étaient pas de la même famille. Les restes de ces deux hommes au destin tragique avaient été découverts en 1914 par l’archéologue italien Vittorio Spinazzola, dans la maison du cryptoportique. Sous le régime fasciste arrivé au pouvoir en Italie quelques années plus tard, il était évident qu’il s’agissait d’un couple hétérosexuel. Spinazzola avait lui émis l’hypothèse de deux femmes, une mère et sa fille.

gayglobeus @ April 19, 2017

Mort de l’inventeur du drapeau arc-en-ciel, symbole des homosexuels

Posted in: Le Point / fil de presse international | Comments Off on Mort de l’inventeur du drapeau arc-en-ciel, symbole des homosexuels

Le Figaro

L’artiste américain Gilbert Baker est mort pendant son sommeil à son domicile de New York (nord-est des États-Unis) dans la nuit de jeudi à vendredi, à l’âge de 65 ans. Il avait inventé le célèbre drapeau aux huit couleurs pour la journée de la liberté homosexuelle en 1978, un événement qui a ensuite inspiré les marches de la “gay pride” qui sont devenues des institutions à travers le monde.

L’ancien soldat, qui avait appris tout seul à coudre lorsqu’il avait une vingtaine d’années, s’était impliqué dans le mouvement naissant homosexuel, lesbien, bisexuel et transsexuel (LGBT) à San Francisco (ouest des États-Unis). Il y était devenu un proche du militant des droits LGBT et politicien assassiné Harvey Milk.

“J’ai le coeur brisé. Mon plus cher ami au monde est parti. Gilbert a donné au monde le drapeau arc-en-ciel; il m’a donné 40 ans d’amour et d’amitié”, a écrit Cleve Jones sur les réseaux sociaux. “Je ne peux m’arrêter de pleurer. Je t’aimerai pour toujours Gilbert Baker”, a-t-il conclu. Cleve Jones a invité ses amis de San Francisco à se rassembler pour une veillée sous un drapeau arc-en-ciel du quartier de Castro, où vit une large communauté LGBT.

L’annonce de la disparition de Gilbert Baker a déclenché une avalanche d’hommages sur les réseaux sociaux.Parmi eux, celui de Dustin Lance Black. “Les arcs-en-ciel pleurent. Notre monde manque de couleurs sans toi, mon amour”, a twitté le réalisateur, qui a gagné un Oscar pour le scénario du film Milk (2008, avec Sean Penn dans le rôle d’Harvey Milk) et qui a créé une série télévisée sur le mouvement LGBT, When we rise.

“J’avais parlé à Gilbert le mois dernier. (…) Le drapeau arc-en-ciel aura une place encore plus chère dans notre histoire”, a commenté Robert York, un dirigeant du groupe de pression spécialisé dans les soins de santé National Quality Forum.

gayglobeus @ April 19, 2017

DRÔME: DEUX ADOLESCENTS DE NYONS PIÈGENT UN HOMOSEXUEL ET LE PASSENT À TABAC

Posted in: Le Point / fil de presse international | Comments Off on DRÔME: DEUX ADOLESCENTS DE NYONS PIÈGENT UN HOMOSEXUEL ET LE PASSENT À TABAC

France Soir

C’est seulement par homophobie que deux adolescents, âgés de 15 ans, ont reconnu avoir agressé violemment un homosexuel de 50 ans à qui ils avaient donné rendez-vous à Nyons, dans la Drôme. La malheureuse victime pensait rencontrer une personne majeure.
Les agresseurs et leur victime se sont contactés via une application mobile, ce qui a facilité l’arrestation des deux adolescents.

Les faits s’apparentent à un déchaînement de haine, sans aucun autre motif que l’homophobie. Deux adolescents de 15 ans ont été placés en garde à vue mardi 28 à Nyons. Ils sont soupçonnés d’avoir massacré à coup de barre de fer un quinquagénaire homosexuel après lui avoir tendu un piège. La malheureuse victime pensait en effet se rendre à un rendez-vous galant.

 C’est tout d’abord sur Internet que se joue le drame, mi-mars. Les deux jeunes garçons rentrent en contact avec la victime. Les agresseurs présumés font croire à leur proie que c’est un jeune homme majeur qui est en ligne et qui est d’accord pour une relation sexuelle gay avec l’homme de 50 ans, originaire de Valréas, dans le Vaucluse.

Rendez-vous est pris à Nyons pour la rencontre. La victime arrive sur les lieux. Et ce n’est pas un homme majeur en recherche d’ébats qu’il trouve sur place mais deux adolescents avides d’en découdre. Ils se précipitent sur leur victime, armés de barres de fer et le rouent de coups en l’abreuvant copieusement d’insultes homophobes.

La violence de l’agression est à peine croyable. Transportée à l’hôpital, il faudra dix jours de soins avant que la victime puisse tout simplement porter plainte. L’enquête est rapidement menée grâce aux traces laissées par les téléphone portables ayant servi aux dialogue préalable à la rencontre. Arrêtés et placés en garde à vue, les deux ados ont reconnu les faits, confirmant la motivation homophobe et déclarant regretter leur acte. Mercredi 29, ils ont été présentés à un juge qui a demandé leur placement en centre éducatif fermé.

Un autre homme, majeur, a aussi été placé en garde à vue. Suspecté de complicité –il a emmené les deux agresseurs en voiture sur les lieux du passage à tabac– il a été placé sous contrôle judiciaire et devra répondre de ses actes à la barre d’un tribunal dans les prochaines semaines.

gayglobeus @ April 19, 2017

Le premier mariage homosexuel a été célébré

Posted in: Le Point / fil de presse international | Comments Off on Le premier mariage homosexuel a été célébré

ladepeche.fr

Patrick et Bernard se sont dit «oui» à la mairie de Saint-Girons./Photo DDM

C’est un mariage pas tout à fait comme les autres qui a été célébré vendredi dernier, à 17 heures.

Le premier adjoint, Thierry Tourné, a uni pour la première fois sur la commune de Saint-Girons un couple homosexuel.

En effet, Patrick et Bernard ont choisi Saint-Girons pour officialiser leur relation, commencée il y a quelques années. Dans la salle des mariages, l’ambiance était partagée entre joie et émotion.

Pour le couple, il ne s’agit pas d’une démarche militante, même s’ils ont défilé pour défendre le mariage pour tous, mais simplement l’occasion de vivre leur bonheur au grand jour.

Des élus empreints de fierté

Pour Thierry Tourné, adjoint au maire, célébré ce mariage a été «une immense fierté car j’ai eu l’impression d’œuvrer, à petite échelle, pour la liberté des individus dans une société où l’image et le paraître tiennent encore plus de place que les qualités humaines. Une immense fierté également de permettre à deux hommes de vivre librement et légalement leur amour, au même titre qu’un amour hétérosexuel.»

Idem pour le maire de ville, François Murillo, qui n’a pas pu lui célébrer lui-même cette union.

Après les consentements des deux époux, Thierry Tourné leur a remis le livret de famille et, au nom de François Murillo, deux «Georgette», le très beau couvert ariégeois.

À cette occasion, la municipalité a eu une petite pensée et quelques mots pour Francine Douillet-Soum, élue saint-gironnaise décédée en 2014, qui avait émis le souhait, dès la promulgation de la loi Taubira, de célébrer le premier mariage homosexuel de la ville. «Elle nous a quittés mais je sais qu’elle aurait aimé être présente ce vendredi-là…» a notamment déclaré l’adjoint au maire.

gayglobeus @ April 19, 2017

À Taïwan, les Eglises s’opposent au mariage homosexuel

Posted in: Le Point / fil de presse international | Comments Off on À Taïwan, les Eglises s’opposent au mariage homosexuel

La Croix

Manifestation en faveur du mariage homosexuel à Taïwan, le 24 mars.

Manifestation en faveur du mariage homosexuel à Taïwan, le 24 mars. / SAM YEH/AF

Taïwan va-t-elle légaliser le mariage homosexuel ?

L’île nationaliste, séparée de la Chine depuis 1949, figure parmi les sociétés les moins hostiles de la région concernant le mariage homosexuel. « Plusieurs tentatives législatives ont été lancées depuis vingt ans, explique Mark Wu, 41 ans, éditeur très impliqué dans le dossier. Des couples se rendaient à la mairie de leur lieu de résidence, les maires refusaient, et des procédures judiciaires étaient lancées mais sans succès. »

Saisie à la fois par la mairie de Taïpei, la capitale, et des militants, la Cour constitutionnelle taïwanaise a commencé l’examen de deux recours cruciaux qui, s’ils sont acceptés, pourraient faire de l’île le premier territoire asiatique à autoriser le mariage pour les couples de même sexe. Au cœur des débats, une disposition du code civil selon laquelle le mariage ne peut unir qu’un homme et une femme. Les avocats des requérants défendent l’idée que cet article est contraire à plusieurs principes de la Constitution garantissant l’égalité entre tous.

En parallèle, un processus législatif visant à légaliser le mariage entre deux individus de même sexe a été lancé dès l’automne dernier au Parlement et accepté en première lecture en décembre. Avant son examen en seconde lecture, une majorité des députés est favorable à l’adoption de la loi. Le ministre de la justice Chiu Tai-san a toutefois expliqué qu’il fallait se donner le temps de forger un consensus plus large sur le mariage gay.

Comment réagissent les Églises de l’île ?

Depuis l’arrivée au pouvoir en mai de la présidente Tsai Ing-wen (catholique baptisée mais peu pratiquante), qui se dit favorable aux droits des homosexuels, les partisans du mariage pour les personnes de même sexe sentent qu’ils ont le vent en poupe. Mais le camp des opposants se renforce également, mettant en lumière les divisions d’une société aux valeurs familiales traditionnelles profondément enracinées.

« Nous sommes différents des pays occidentaux. Dans les cultures orientales, nous accordons une grande importance et une grande place à la piété filiale due par chacun à son père et à sa mère. C’est là une vertu que nous devons préserver », explique David Tseng, porte-parole de l’Alliance des groupes religieux de Taïwan pour la protection de la famille qui regroupe différentes organisations catholiques, protestantes et boud­dhis­tes.

À Taipei, le diocèse catholique a adressé deux lettres aux fidèles pour leur demander de « saturer la boîte mail » de la présidente Tsai Ing-wen après que celle-ci eut déclaré à quelques parlementaires « n’avoir jamais entendu parler, de la part de l’Église, d’une quelconque opposition au mariage entre personnes de même sexe ».

gayglobeus @ April 19, 2017

Un cinéaste tunisien et son amant arrêtés pour homosexualité risquent 3 ans de prison

Posted in: Le Point / fil de presse international | Comments Off on Un cinéaste tunisien et son amant arrêtés pour homosexualité risquent 3 ans de prison

tetu

Plusieurs instances du cinéma français et international demandent la libération immédiate d’un cinéaste tunisien de 38 ans et de son amant, arrêtés pour homosexualité.

Cela fait plus de deux semaines que le cinéaste tunisien Karim Belhaj, diplômé de l’Institut maghrébin de cinéma et de l’École supérieure des études cinématographiques à Paris, a été arrêté par les forces de l’ordre tunisiennes. Il a été interpellé le 13 mars dans son appartement à Tunis en compagnie de son amant, un étudiant de 21 ans qui a également été arrêté. Les deux hommes ont admis avoir eu des relations sexuelles consenties et sont depuis détenus à la prison civile de Mornaguia, au sud-ouest de la capitale, pour « délit d’homosexualité ». En vertu de l’article 230 du code pénal tunisien qui condamne la sodomie entre adultes consentants, ils risquent jusqu’à trois ans d’emprisonnement.

Une nouvelle arrestation poussant l’association Shams, qui défend les minorités sexuelles en Tunisie, a dénoncé cette « persécution des homosexuels » menée par les pouvoirs tunisiens. D’autant que les deux prévenus ont également subi un examen anal imposé bien que cette pratique soit fortement condamnées par les organismes de défense des droits de l’homme. « Personne ne devrait être soumis à des examens pénibles et dégradants qui sont basés sur des théories infirmées et vieilles de 150 ans » défendait ainsi Human Rights Watch en décembre dernier, arguant que les examens anaux étaient le « plus grand mensonge jamais fabriqué dans l’histoire de la médecine » car « on ne peut pas prouver qu’une personne est gay, par aucun de ces examens. »

 

Une contestation à l’international

En France, la Société des réalisateurs de films a annoncé en début de semaine qu’elle dénonçait et condamnait avec fermeté cet « acte de torture » et a appelé à la «libération immédiate des deux hommes ».

Créée en 1968 en pleine contestation du régime gaulliste par des cinéastes tels que René Allio, Claude Berri et bien d’autres, la Société des Réalisateurs de France se donne en effet pour mission de « défendre les libertés artistiques et morales » et se targue de s’engager régulièrement, en France et dans le monde, pour « protéger nos confrères, et tous ceux qui témoignent et qui informent, qui résistent à l’oppression d’où qu’elle vienne ».

Elle est rejoint dans cet effort par l’équipe de la Queer Palm, prix LGBT du Festival de Cannes, ainsi que par l’ARRQ qui défend les intérêts des réalisateurs et réalisatrices du Québec.

Karim Belhaj avait réalisé son premier documentaire en 2011 ainsi qu’un premier court-métrage de fiction l’année suivante, Case départ, évoquant la difficulté des étudiants diplômés tunisiens. Selon Les Inrocks, il est un réalisateur engagé et concerné par la situation politique et par la lutte sociale qui s’opère dans son pays. Le jugement devrait être rendu dans un peu plus d’un mois.

gayglobeus @ April 19, 2017

Un couple homosexuel risque 100 coups de bâton en public

Posted in: Le Point / fil de presse international | Comments Off on Un couple homosexuel risque 100 coups de bâton en public

CNEWSMatin.fr

La province d’Aceh, en Indonésie, applique ses propres lois inspirées de la charia. Photo d’illustration. [HAIDEER MAHYUDDIN / AFP]

Deux jeunes hommes originaires de la province d’Aceh (nord de l’Indonésie), accusés de relations homosexuelles, risquent 100 coups de bâton en public.

Âgés de 20 et 23 ans selon l’agence de presse AP, les deux hommes ont été arrêtés le 28 mars dernier après que des inconnus se sont introduits de force dans la maison dans laquelle ils se trouvaient.

La scène, bouleversante, a été filmée à l’aide d’un téléphone portable. On y voit l’un des deux hommes assis au sol, nu, giflé par l’un de ses bourreaux. Paniqué et désorienté, on peut l’entendre dire : «Mon frère, s’il te plaît, aide-moi, aide-moi. Ils nous ont attrapés» (sic) sans que l’on sache précisément à qui il s’adresse.

Une humiliation qui a ensuite continué sur internet, la vidéo de leur calvaire ayant été abondamment relayée à travers tout le pays sur lesréseaux sociaux. Conduits au commissariat islamique de Wilayatul Hisbah à Banda Aceh, la capitale de la province d’Aceh, située au nord de l’Indonésie, les deux hommes ont été accusés d’homosexualité et sont depuis détenus en attendant d’être condamnés.

Ceux qui les ont dénoncés n’ont en revanche pas été inquiétés. En raison d’un statut particulier, la province d’Aceh permet en effet à de simples citoyens de dénoncer et de retenir toute personne soupçonnée de contrevenir à la charia, la loi islamique.

Et si la législation locale criminalisait déjà la consommation d’alcool, les jeux d’argent ou les relations extraconjugales, un nouveau code pénal spécifique à Aceh, introduit en 2014, vient également interdire les relations homosexuelles, que ce soit la «sodomie » ou les «actes lesbiens».

 

Une peine comparable à de la torture

De ce fait, les deux hommes encourent 100 coups de bâton chacun en public. Une peine qui constituerait un acte de torture, selon Human Rights Watch qui réclame leur libération immédiate.

L’organisation de défense des droits de l’homme souligne d’ailleurs que ce châtiment corporel irait à l’encontre de toutes les lois internationales relatives à la torture, à la non-discrimination et à la non-persécution des minorités sexuelles ainsi que celles sur le droit à la vie privée, pourtant ratifiées par l’Indonésie.

«Aujourd’hui, on assiste à une montée des discriminations au nom de le l’islam à l’encontre des femmes et de la communauté LGBT», déplore Andreas Harsono, chercheur à Human Rights Watch en Indonésie, cité par le quotidien britannique The Guardian.

La législation indonésienne permet pourtant au ministère de l’Intérieur d’abroger des lois prises à l’échelon local, et de nombreuses voix s’élèvent dans le pays et à l’étranger pour demander au président Joko Widodo, réputé modéré, d’intervenir pour mettre un terme aux discriminations dont sont victimes les personnes LGBT ou supposées comme telles dans le pays.

En octobre, dans une interview à la BBC, le président avait pourtant publiquement dénoncé les violences commises à l’égard des LGBT et déclaré que la police devait agir pour défendre les victimes. Une annonce qui jusqu’ici n’a pas été suivie d’effets, déplore Human Rights Watch.

gayglobeus @ April 19, 2017

Emma­nuel Macron « pas amusé » par les rumeurs sur son homo­sexua­lité : « Ça en dit long sur l’ho­mo­pho­bie »

Posted in: Le Point / fil de presse international | Comments Off on Emma­nuel Macron « pas amusé » par les rumeurs sur son homo­sexua­lité : « Ça en dit long sur l’ho­mo­pho­bie »

gala

« Audi­tionné » hier au siège du Pari­sien par les lecteurs du jour­nal, Emma­nuel Macron est, entre autres, revenu sur les rumeurs sur sa préten­due homo­sexua­lité qui ont couru ces dernières semaines. L’oc­ca­sion de dénon­cer verte­ment «  une dégra­da­tion profonde des mœurs poli­tiques ».

Dans un désir de fragi­li­ser la candi­da­ture du leader du mouve­ment En Marche !, ses adver­saires ont fait souf­fler, il y a quelques mois, le vent mauvais d’une rumeur desti­née à frei­ner incons­ciem­ment l’ar­deur de ses élec­teurs. C’est ainsi qu’en pleine campagne Emma­nuel Macron s’est retrouvé à devoir s’ex­pliquer sur une préten­due rela­tion homo­sexuelle avec Mathieu Gallet, le direc­teur de Radio France.

 

Jamais désem­paré face à ce vent mauvais, l’époux de Brigitte Macron avait notam­ment choisi d’en rire le 7 février dernier lors d’un discours impro­visé au théâtre Bobino : « Pour mettre les pieds dans le plat, si dans les dîners en ville, si dans les boucles de mails, on vous dit que j’ai une double vie avec Mathieu Gallet ou qui que ce soit d’autre, c’est mon holo­­gramme qui soudain m’a échappé mais ça ne peut pas être moi. »

 

Mais l’homme poli­tique de 39 ans n’en était pas resté là et s’était épan­ché par la suite beau­coup plus sérieu­se­ment sur cette rumeur dans les colonnes du maga­zineTétu : « Cette polé­mique était folle et deux choses sont odieuses derrière le sous-entendu: dire qu’il n’est pas possible qu’un homme vivant avec une femme plus âgée soit autre chose qu’homo­sexuel ou un gigolo caché, c’est miso­gyne », avait-il alors dénoncé, avant d’ajou­ter : « Et c’est aussi de l’homo­pho­bie. Si j’avais été homo­sexuel, je le dirais et je le vivrais. »

 

Une rumeur sur laquelle il est égale­ment revenu hier face aux lecteurs du Pari­sien. L’oc­ca­sion pour l’an­cien ministre de l’Eco­no­mie d’ex­pliquer combien de tels bruits peuvent se révé­ler « désta­bi­li­sants »  pour les proches notam­ment, indé­pen­dam­ment du fait qu’il ait choisi de les dédra­ma­ti­ser.

 

Mais pas ques­tion pour Emma­nuel Macron de lais­ser les choses en suspens ; c’est ainsi qu’il a tenu à dénon­cer verte­ment que de tels vents révèlent « une dégra­da­tion profonde des mœurs poli­tiques » : « Je la constate ensuite, j’ai eu droit à des cari­ca­tures insi­dieuses et ça va conti­nuer. Ça c’est triste, c’est ainsi, moi je ne m’y résous pas et je pense que l’une des missions dans les prochaines années sera de civi­li­ser la vie poli­tique. »

 

Puis de pour­suivre : « La deuxième chose est que ça en dit long sur l’ho­mo­pho­bie rampante comme si d’être homo­sexuel était une tare ou une mala­die cachée. » Enfin troi­sième point : « Ça en dit beau­coup sur la miso­gy­nie rampante. Parce que si j’avais eu 20 ans de plus que mon épouse, personne n’au­rait pensé une seule seconde que j’au­rais pu être un couple illé­gi­time,c’est parce qu’elle a vingt ans de plus que moi que beau­coup disait que ce truc n’est pas tenable, c’est pas possible. » Et de conclure par un dernier tacle à ses adver­saires : « Donc en fait ça dit simple­ment que ces gens-là ont perdu le sens des réali­tés et ont accepté de faire de la poli­tique de manière igno­mi­nieuse. Qu’ils ont encore un grand problème avec l’ho­mo­sexua­lité ainsi qu’avec les repré­sen­ta­tions sociales et la place de la femme. »

gayglobeus @ April 19, 2017

Homosexuel en Tchétchénie: la mort ou l’exil

Posted in: Le Point / fil de presse international | Comments Off on Homosexuel en Tchétchénie: la mort ou l’exil

ladepeche.fr

Des homosexuels tchétchènes qui ont fui la persécution se cachent à Moscou, le 17 avril 2017 - Naira DAVLASHYAN - AFP
Des homosexuels tchétchènes qui ont fui la persécution se cachent à Moscou, le 17 avril 2017 Naira DAVLASHYAN  /  AFP

Ilia a les traits tirés par la fatigue. Battu et torturé par des hommes en uniforme militaire, cet homosexuel a fui à Moscou où il vit la peur au ventre. “En Tchétchénie, j’avais le choix entre mentir ou mourir”, résume-t-il.

A 20 ans, il se cache désormais dans une petite maison en brique rouge de la banlieue moscovite, qu’il partage avec cinq autres Tchétchènes ayant eux aussi quitté précipitamment la petite république musulmane du Caucase russe. Tous refusent de révéler leur véritable identité par peur d’être identifiés et traqués.

“Si un de mes proches apprend que je suis homosexuel, il n’hésitera pas une seconde à me tuer”, explique à l’AFP l’un d’entre eux, Nortcho. “Et s’ils ne le font pas, alors ils se feront tuer pour ne pas avoir rétabli l’honneur de la famille.”

Si la Russie montre régulièrement un visage homophobe, la question se pose avec une acuité encore plus grande en Tchétchénie, société conservatrice où l’homosexualité, considérée comme un tabou, est un crime passible de mort dans la majorité des familles.

Fin mars, une enquête du journal indépendant Novaïa Gazeta a suscité l’indignation.

Le média, connu pour ses enquêtes critiques à l’égard de Ramzan Kadyrov, qui dirige d’une main de fer la république depuis dix ans, révèle que les homosexuels sont la cible des autorités locales. Ces accusations sont d’autant plus prises au sérieux que ses milices, les “kadyrovtsi”, sont accusés depuis des années par les défenseurs des droits de l’Homme d’exactions et d’enlèvements.

Selon le journal, les autorités ont arrêté plus de 100 homosexuels et incité leurs familles à les tuer pour “laver leur honneur”. Toujours selon Novaïa Gazeta, au moins deux personnes ont été assassinées par leurs proches et une troisième est décédée des suites d’actes de tortures.

Interrogé sur les accusations de Novaïa Gazeta, le porte-parole de M. Kadyrov élude le problème: il ne peut pas y avoir d’exactions contre les gays puisque ceux-ci “n’existent pas” en Tchétchénie.

La parution de l’enquête suscite également une vague d’indignation à l’étranger, dont celle de l’ambassadrice américaine à l’ONU, Nikki Haley, qui s’est dite lundi “troublée” par ces informations.

‘Sursis’

A Moscou, la Ligue LGBT vient en aide aux Tchétchènes en fuite et reçoit “trois à quatre demandes d’aide par jour”, selon Olga Baranova, responsable de l’antenne moscovite de cette ONG. Au total, près de vingt personnes en danger ont déjà été exfiltrées à Moscou, dit-elle à l’AFP.

Même s’il est à plus de 1.800 km de Grozny, Ilia continue de sursauter à chaque fois qu’une voiture s’approche de la maison, protégée par des grilles. “En m’aidant, la Ligue m’a donné un sursis mais on finira par me retrouver”, murmure-t-il.

En octobre, il a été emmené dans un champ et battu par trois hommes en uniforme militaire. Une immense cicatrice balafre le bas de son visage. “Ils ont tout filmé. Ils m’ont dit que ça finirait sur les réseaux sociaux si je ne payais pas 200.000 roubles (3.350 euros). Je me suis endetté et j’ai payé”, raconte-t-il, la voix nouée.

Il a ensuite fui pour Moscou. “Des militaires sont venus voir ma mère et lui ont révélé que je suis homosexuel”, confie Ilia. “Je suis terrifié. Je n’ai pas réussi à dormir depuis que je suis parti de Grozny.”

Z. a quitté la Tchétchénie il y a deux semaines. Lui non plus ne dort plus. La peur que sa femme et leur enfant découvrent son homosexualité le hante.

En mars, il a été détenu “dans une prison non-officielle” pendant une semaine. “Il y avait d’autres homosexuels dans la cellule, certains avaient été battus”, se souvient-il. “Quand ils m’ont relâché, j’ai compris que je devais partir au plus vite.

‘Tyrannie absolue’

Pour Tania Lokchina, de l’ONG Human Rights Watch, “il suffirait d’un coup de fil du Kremlin à Ramzan Kadyrov pour que les arrestations cessent”.

Officiellement, une enquête a été ouverte lundi par le Parquet général. Mais les enquêteurs disent n’avoir reçu “aucune plainte officielle” de victime, selon la déléguée russe pour les droits de l’Homme Tatiana Moskalkova, citée par l’agence TASS.

“Imaginer que des personnes viennent témoigner sans garantie de sécurité est tout simplement impossible”, s’indigne Mme Lokchina. “Les personnes LGBT, déjà extrêmement vulnérables, doivent, en plus des autorités, craindre leurs propres familles”, explique-t-elle.

Pour la journaliste de Novaïa Gazeta, Irina Gordienko, menacée de mort par le Grand Mufti tchétchène après son enquête, Ramzan Kadyrov exerce en Tchétchénie une “tyrannie absolue” avec l’accord tacite du Kremlin. “C’est là le coeur du problème: l’impunité des autorités tchétchènes”, conclut-elle.

gayglobeus @ April 19, 2017

Rapport d’étape sur le VIH/sida et les populations distinctes : Personnes vivant avec le VIH/sida

Posted in: Le Point / fil de presse international | Comments Off on Rapport d’étape sur le VIH/sida et les populations distinctes : Personnes vivant avec le VIH/sida

Agence de la santé publique du Canada

Chapitre 1 – Introduction

1.1 Historique

Toute personne peut être affectée par le VIH ou le sida, quel que soit son âge, son style de vie ou son statut socioéconomique. Cependant, certaines populations sont plus affectées que d’autres. Au Canada, ces populations incluent les hommes gais et les autres hommes ayant des relations sexuelles avec des hommes (HARSAH), les utilisateurs de drogues injectables, les personnes venant de pays où le VIH est endémique, les Autochtones, les personnes incarcérées, les jeunes à risque et les femmes. La plupart des personnes vivant avec le VIH/sida (PVVIH) au Canada font partie d’une ou de plusieurs de ces populations. Bien que le VIH soit une maladie évitable, de nouvelles infections continuent de se produire. À la fin de l’année 2011, on estimait à 71 300 le nombre de PVVIH, avec un taux national de VIH estimé à 0,2 %. Le Canada est donc considéré comme un pays affichant un faible taux de prévalence. (1)

Ce rapport fait partie d’une série de huit rapports d’étape qui résument les données probantes propres aux populations les plus affectées par le VIH au Canada afin d’informer sur le développement des politiques, des programmes et de la recherche. Les autres rapports de la série font état de descriptions détaillées en ce qui concerne la vulnérabilité et la résilience au VIH chez les populations présentant des risques plus élevés. Ce rapport porte sur les PVVIH et a pour objectif de relater diverses réalités au sein de cette population au Canada avec une approche axée sur les déterminants de la santé qui fait état de l’impact de ces facteurs, comme le niveau de revenu, l’emploi, les environnements sociaux, la culture, le genre, l’accès aux services de santé et les habitudes de vie et les compétences d’adaptation personnellesde vie, sur leur qualité de vie et leur état de santé.

Ce rapport d’étape inclut des chapitres relatifs à la surveillance épidémiologique quant aux PVVIH au Canada, l’expérience vécue de ces personnes, les déterminants de santé qui affectent leur qualité de vie, un aperçu des projets de recherche choisis ainsi qu’un aperçu des réponses en termes de programmes financés au moment de la présente publication.

Les thèmes-clés suivants sont tirés de la production du présent rapport : la diversité des PVVIH au Canada; les défis actuels en termes de stigmatisation et de discrimination; l’expérience de certaines PVVIH  du VIH comme une invalidité épisodique; le VIH au cours de la vie d’une personne quant à la prévention de la transmission verticale de la mère à l’enfant pendant la grossesse, aux comorbidités spécifiques liées au VIH et les problèmes associés au vieillissement; les barrières linguistiques et culturelles auxquelles font face certaines personnes pour accéder aux services de soins de santé et de soutien; l’observance du traitement; et le rôle essentiel quant à la participation de la communauté et le soutien.

1.2 Méthodologie

Les thèmes priorisés dans cerapport ont été définis par l’entremise de consultations avec des PVVIH lors de l’assemblé générale annuelle de la Société canadienne du sida et d’un forum pour les PVVIH ainsi que le caucus des Autochtones vivant avec le VIH/sida du Réseau canadien autochtone du sida en 2007. Après ces réunions, l’Agence de la santé publique du Canada a mis en place un groupe de travail consultatif d’experts pour aider au développement et à la dissémination de ce rapport d’étape. Le groupe de travail était composé de PVVIH, de représentants de la communauté, d’organisations non gouvernementales, de chercheurs, d’épidémiologistes et d’experts des politiques et des programmes. Le groupe de travail a agi en tant qu’organe consultatif et fourni des conseils et des commentaires tout au long du processus ainsi que sur les thèmes et les différentes versions du rapport. Des experts supplémentaires ont été consultés de manière ponctuelle pour garantir la précision et l’exhaustivité du rapport.

Au cours de l’élaboration de ce rapport, l’Agence s’est efforcée de suivre le Principe de la participation accrue des PVVIH, ce qui a permis aux PVVIH de jouer un rôle prépondérant sur ce qui les affecte le plus, en reconnaissant ainsi la contribution cruciale qu’elles apportent pour faire avancer la réponse canadienne au VIH/sida. La participation des PVVIH a fait partie intégrante de l’élaboration du présent rapport. Ces dernières ont défini les priorités et thèmes, commenté l’évolution des versions du rapport et apporté leur expérience vécue ainsi que leur expertise au processus.

Le rapport a été élaboré entre juin 2007 et décembre 2011. L’Agence a élaboré une méthodologie interne que chacun des rapports d’étape propres à une population a suivie pour garantir une approche cohérente. Pour chaque chapitre, la méthodologie utilisée a permis de faire la synthèse et le résumé des données probantes les plus récentes et pertinentes possible.

L’examen de la littérature porte principalement sur les publications canadiennes; les données issues de la recherche internationale ont été exclues. Les renseignements épidémiologiques et les données sur la surveillance au niveau national ont été recueillis dans des rapports publiés par l’Agence et d’autres sources. Les documents inclus dans le présent rapport répondaient aux critères suivants : être axés sur le VIH ou le sida; être axés sur les PVVIH au Canada; se rapporter à au moins un des douze déterminants de la santé liés au VIH ou au sida, ou traiter du VIH ou du sida dans le contexte de la prévention, des soins de santé, du traitement, du soutien ou du diagnostic pour les PVVIH. Les renseignements sur le fait de vivre avec le VIH/sida et les déterminants clés de la santé ont été tirés des rapports de recherche et de la littérature grise Note de bas de page 3 publiés du 1er janvier 2005 au 1er mars 2011, en utilisant les termes de recherche et les bases de données cités en annexe A.

Un résumé de projets de recherche choisis, financés entre 2008 et 2010, a été rédigé en compilant les renseignements provenant de sources de financement nationales et d’organisations de financement provinciales sélectionnées. (Voir l’annexe B pour la liste complète des projets de recherche retenus). Des renseignements à la fois quantitatifs et qualitatifs ont été recueillis et analysés.

Des membres du Comité consultatif fédéral-provincial-territorial sur le VIH/sida et des consultants de programmes nationaux et régionaux de l’Agence et la Direction générale de la santé des Premières nations et des Inuits de Santé Canada ont fourni des renseignements sur les stratégies, les réseaux, les comités, les organisations et les projets d’une durée limitée impliqués dans la lutte contre le VIH/sida dans leurs juridictions. Une analyse détaillée des programmes de financement de l’Agence, de Santé Canada et provinciaux a été menée pour obtenir des renseignements au sujet des projets destinés aux PVVIH à l’échelle du Canada. (Voir l’annexe C pour une liste de ces réseaux, coalitions, organismes consultatifs et projets retenus.)

Chapitre 2 – Profil épidémiologique du VIH et du sida au Canada

2.1 Évolution du VIH et du sida au Canada

En mars 1982, le premier cas de décès lié à une maladie qui allait bientôt être connue sous le nom de sida a été déclaré au Canada. (1) Cette déclaration suivait un rapport paru aux États-Unis qui portait sur une grappe de cas d’hommes gais atteints de pneumonie à Pneumocystis carinii et de la maladie de Kaposi, deux infections rares qui ne se développent que chez les personnes dont le système immunitaire est gravement affaibli. Comme les premiers cas identifiés ne touchaient que la communauté gaie, l’appellation « Gay-Related Immune Deficiency » (immunodéficience liée à l’homosexualité) a été proposée, entre autres, pour cette maladie émergente. À la fin de l’année 1982, il était devenu clair que d’autres groupes étaient également affectés, ce qui a porté les Centers for Disease Control and Prevention (Centres pour le contrôle et la prévention des maladies) aux États-Unis à nommer cet ensemble de symptômes « syndrome de l’immunodéficience acquise (sida) ». En 1983, il a été établi qu’un nouveau rétrovirus, nommé par la suite « virus de l’immunodéficience humaine (VIH) », était la cause du sida.

À son émergence au Canada, le VIH était majoritairement prévalent chez les hommes gais, même s’il touchait également les hémophiles et les utilisateurs de drogues injectables. À la fin des années 1980 et au début des années 1990, les femmes ont commencé à en être affectées. Plus récemment, les Autochtones et les personnes provenant de pays où le VIH est endémique sont devenus surreprésentés dans l’épidémie de VIH au Canada. Le taux d’infection au VIH parmi la population carcérale est également plus élevé que parmi la population générale canadienne. (2;3;4)

2.1.1 Situation actuelle

La prévalence du VIH au Canada est relativement faible, la prévalence nationale étant estimée à 0,2 % en 2011. (5) Le Canada a désormais une population croissante de personnes vivant avec le VIH/sida (PVVIH), ce qui s’explique par les deux facteurs suivants : de nouvelles infections au VIH continuent de survenir, et les décès dus au sida ont chuté avec l’introduction des médicaments antirétroviraux. Le taux de nouvelles infections au VIH au Canada est resté relativement stable au cours de la dernière décennie.

Même si n’importe quelle personne peut être affectée par le VIH, celui-ci reste concentré dans certaines populations distinctes au Canada. Tel que mentionné ci-dessus, les populations touchées par le VIH se sont diversifiées, même si les hommes gais constituent toujours la population la plus touchée. L’Initiative fédérale de lutte contre le VIH/sida au Canada est désormais axée sur les populations suivantes, qui sont les plus touchées par le VIH au Canada : les hommes gais et les autres hommes ayant des relations sexuelles avec des hommes (HARSAH), les utilisateurs de drogues injectables, les personnes originaires de pays où le VIH est endémique, les Autochtones, les personnes incarcérées, les jeunes à risque, les femmes et les PVVIH. (4)

Il est important de noter que bon nombre des PVVIH ou à risque au Canada peuvent appartenir à plusieurs de ces groupes. La surveillance du VIH porte sur les principales voies d’exposition au virus (HARSAH, contact hétérosexuel et utilisation de drogues injectables), mais les personnes touchées appartiennent également à différents groupes raciaux ou ethniques et tranches d’âge et de sexe différent; il faut donc des politiques et des programmes de lutte nuancés en matière de prévention, de soin, de traitement et de soutien.

2.2 Données sur le VIH et le sida au Canada

L’Agence de la santé publique du Canada utilise de nombreuses sources de données pour obtenir une vue d’ensemble du VIH chez les Canadiens, notamment la surveillance de routine, la surveillance améliorée des populations vulnérables, les données de recherche et les méthodologies de modélisation, qui servent à produire les estimations nationales. Ce chapitre présente les données provenant de la surveillance de routine et de la surveillance améliorée, ainsi que les estimations du nombre de nouvelles infections au VIH (c’est-à-dire l’incidence) et du nombre total de personnes vivant avec une infection au VIH (c’est-à-dire la prévalence) afin de caractériser le VIH et le sida au Canada.

Le VIH est une maladie à déclaration obligatoire dans toutes les provinces et dans tous les territoires canadiens, ce qui signifie que chaque résultat positif au test du VIH obtenu par un laboratoire ou un prestataire de soins de santé doit être signalé aux autorités sanitaires provinciales. Le sida est uniquement une maladie à déclaration obligatoire dans certaines juridictions, bien que les médecins sont tenus de déclarer tout cas de maladie définissant le sida Note de bas de page 4 chez des patients qui ont déjà reçu un diagnostic d’infection au VIH. Aux fins de surveillance, ces cas sont inclus dans les données nationales sur le sida. Pour tous les cas de sida, des données sur les décès sont également recueillies.

Les provinces et les territoires fournissent sur une base volontaire des données de surveillance de routine à l’Agence. Ces données consistent en déclarations de résultats positifs au test du VIH et des cas de sida déclarés , ne contenant aucun renseignement susceptible d’identifier les personnes concernées. Alors qu’un nombre minimum de données est fourni pour chaque cas (en général, l’âge, le sexe et la date du diagnostic), le nombre des données complémentaires fournies par chaque province et chaque territoire varie; seuls quelques  juridictions  déclarent le pays de naissance, l’origine ethnique et la catégorie d’exposition. Les données complémentaires sur l’origine ethnique sont importantes, car elles permettent de dégager les tendances d’infection parmi différentes races ou différents groupes ethniques. Les données complémentaires sur les catégories d’exposition sont également importantes, car elles indiquent la voie la plus probable par laquelle une personne a pu contracter le VIH.

Le suivi du VIH est difficile, car la surveillance de routine ne produit des données que sur les personnes qui ont subi un test de dépistage et reçu un diagnostic de VIH ou de sida. On estime que 25 % des PVVIH au Canada ignorent  qu’elles sont infectées. (5) La surveillance de routine présente également des limites liées à la sous-déclaration, aux retards dans la déclaration, au risque de double déclaration et aux renseignements manquants. Par conséquent, les données de surveillance de routine à elles seules ne reflètent pas pleinement l’étendue de l’épidémie du VIH au Canada.

Afin d’obtenir  un tableau plus précis du VIH au Canada, l’Agence utilise plusieurs approches, notamment la surveillance améliorée (comportementale et biologique) et les estimations de la prévalence et de l’incidence du VIH. La surveillance améliorée consiste à recueillir des données comportementales auprès d’un groupe ciblé, telles que les comportements sexuels, les comportements liés à l’injection et au dépistage du VIH, et l’état sérologique parmi certains groupes ciblés d’individus. L’Agence exerce une surveillance améliorée parmi les hommes gais, bisexuels et les HARSAH (appelée le système de surveillance M-Track) et parmi les utilisateurs de drogues injectables (appelée le système de surveillance I-Track) afin d’obtenir des connaissances plus approfondies au sujet des tendances de dépistage du VIH, des comportements à risque et de la prévalence du VIH.  Des systèmes semblables de surveillance améliorée sont en cours d’élaboration; l’un des systèmes vise à effectuer un suivi du VIH et des comportements à risque qui y sont associés parmi les personnes provenant de pays où le VIH est endémique ( portera le nom de système de surveillance E-Track) et l’autre porte sur le suivi du VIH parmi les Autochtones (portera le nom de système de surveillance A-Track).

Des données nationales sur l’état sérologique des nouveau-nés exposés en période périnatale à l’infection au VIH sont recueillies par l’intermédiaire du Programme de surveillance périnatale du VIH au Canada, une initiative du Groupe canadien de recherche sur le sida chez les enfants.

L’Agence réalise également des estimations de la prévalence et de l’incidence du VIH à l’échelle nationale pour évaluer le nombre de PVVIH ignorant  leur état sérologique. Ces estimations reposent sur une modélisation mathématique et sont basées sur une combinaison de résultats provenant de la surveillance de routine, de la surveillance améliorée et des données de recherche. Les méthodologies qui permettent d’estimer la prévalence et l’incidence à l’échelle nationale sont complexes et, même si elles sont associées à un certain niveau d’incertitude, elles fournissent un tableau plus précis de l’épidémie du VIH, permettant aux gouvernements et aux fournisseurs de services d’élaborer des programmes et des approches ciblés.

2.2.1 Estimation de l’incidence du VIH

De nouvelles infections au VIH continuent de survenir au Canada. L’Agence estime qu’en 2011, le nombre de nouvelles infections au VIH variait entre 2 250 et 4 100 (figure 1). Cela représente une baisse par rapport à l’incidence culminante de 1985, où l’on estimait le nombre de nouvelles infections entre 3 250 et 6 050. Après 1985, le nombre de nouvelles infections n’a cessé de diminuer progressivement jusqu’au milieu des années 1990; il s’est stabilisé de 1996 à 1999, a connu une hausse de 1999 à 2002 puis s’est à nouveau stabilisé à partir de 2002. (5)

Figure 1 : Nombre estimé de nouvelles infections au VIH au Canada au cours de certaines années

Figure 1

Équivalent textuel – Figure 1

Remarque : L’étendue de l’incertitude est représentée par les barres verticales.

Référence : Agence de la santé publique du Canada. Résumé : Estimations de la prévalence et de l’incidence du VIH au Canada, 2011. Ottawa : Centre de la lutte contre les maladies transmissibles et les infections, Agence de la santé publique du Canada; 2012.

2.2.2 Estimation de la prévalence du VIH

À la fin de l’année 2011, on estimait à 71 300 (entre 58 600 et 84 000) le nombre de personnes vivant avec une infection au VIH (y compris le sida). Environ 25 % d’entre elles, soit entre 14 500 et 21 500 personnes, ignoraient qu’elles étaient infectées par le VIH. (5) La figure 2 représente le nombre estimé d’infections au VIH prévalentes  au Canada depuis le début de l’infection, accompagné des étendues d’incertitudes associées.

Figure 2 : Nombre estimé de personnes vivant avec une infection au VIH au Canada (tous âges confondus)

Figure 2

Équivalent textuel – Figure 2

Remarque : La courbe comprend l’étendue de l’incertitude par année.

Référence : Agence de la santé publique du Canada. Résumé : Estimations de la prévalence et de l’incidence du VIH au Canada, 2011. Ottawa : Centre de la lutte contre les maladies transmissibles et les infections, Agence de la santé publique du Canada; 2012.

2.3 Sexe biologique

En date du 31 décembre 2011, on estimait le nombre d’hommes vivant avec le VIH au Canada (y compris le sida) à 54 700 et le nombre de femmes, à 16 600. (5) Les données de surveillance de routine indiquent que la proportion relative des hommes et des femmes diagnostiqués avec le VIH a évolué au fil du temps. En 1985, moins de 5 % des déclarations de résultats positifs au test du VIH sur lesquelles le sexe était indiqué concernaient des femmes adultes; alors qu’en 2011, les femmes représentaient 23,3 % des nouvelles déclarations de résultats positifs au test du VIH sur lesquelles le sexe était indiqué. (6)

Cependant, au cours de la dernière décennie, les proportions de cas concernant les hommes et les femmes sont restées relativement stables (voir la figure 3).

Figure 3 : Proportion des déclarations de résultats positifs au test du VIH par sexe (tous âges confondus), de 1985 à 2011 (n = 71 361)

Figure 3

Équivalent textuel – Figure 3

Référence : Agence de la santé publique du Canada, données de 2012.

2.4 Âge au moment du diagnostique

Depuis 1985, parmi les déclarations de résultats positifs au test du VIH sur lesquelles l’âge était indiqué, la proportion la plus importante de cas se situait dans la tranche d’âge de 30 à 39 ans Note de bas de page 5. Bien que cette proportion ait chuté depuis 1994, elle reste la plus forte et, en 2011, cette tranche d’âge représentait 30,3 % des cas. Par contre, la proportion des déclarations de résultats positifs au test du VIH parmi les personnes de 40 à 49 ans croît régulièrement depuis le début de l’épidémie, ayant atteint un sommet de 30,5 % en 2008, puis diminué légèrement de nouveau pour atteindre 25,7 % en 2011. La proportion des déclarations annuelles de résultats positifs au test du VIH chez les personnes de 50 ans et plus a également augmenté depuis le début de l’épidémie, atteignant un sommet de 19,4 % en 2011. (6)

La proportion des déclarations de résultats positifs au test du VIH parmi les personnes de 20 à 29 ans a considérablement diminué au fil du temps, passant d’un sommet de 35,6 % en 1985 à un minimum de 19,3 % en 1999. Depuis 1999, la proportion des déclarations de résultats positifs au test du VIH parmi cette tranche d’âge est restée stable, augmentant seulement légèrement pour se chiffrer à 22,7 % en 2011. La proportion des déclarations de résultats positifs au test du VIH parmi les tranches d’âge les plus jeunes est restée relativement faible depuis le début de l’épidémie, un sommet de 3,0 %  atteint en 1985 pour les tranches d’âge de 0 à 14 ans et de 15 à 19 ans. En 2011, la proportion était de 0,6 % pour les personnes de 0 à 14 ans et de 1,7 % pour les personnes de 15 à 19 ans.

Figure 4 : Proportion des déclarations de résultats positifs au test du VIH au Canada par tranche d’âge Figure 4 – Note de bas de page *, de 1985 à 2011 (n = 69 637)

Figure 4

Équivalent textuel – Figure 4

Figure 4 – Note de bas de page *
Lorsque l’âge était indiqué.

Référence : Agence de la santé publique du Canada, données de 2012.

2.5 Répartition géographique

La majorité des déclarations de résultats positifs au test du VIH et des cas de sida déclarés au Canada est concentrée dans les quatre provinces les plus peuplées, soit l’Ontario, le Québec, la Colombie-Britannique et l’Alberta, qui représentent environ 86 % de la population canadienne générale (7). Ensemble, ces quatre provinces représentent 93,3 % de l’ensemble des déclarations de résultats positifs au test du VIH depuis 1985, et 94,4 % de l’ensemble des cas de sida déclarés depuis 1979. (6) Il est important de noter que les systèmes de surveillance enregistrent la province dans laquelle les résultats positifs au test du VIH sont obtenus ou dans laquelle le cas de sida est diagnostiqué; cette province ne correspond donc pas nécessairement à la province dans laquelle la personne a été infectée ou dans laquelle elle réside.

Figure 5 : Nombre de déclarations de résultats positifs au test du VIH (n = 74 162) et de cas de sida déclarés (n = 22 473) par province et par territoire, de 1985 à 2011

Figure 5

Équivalent textuel – Figure 5

Référence : Agence de la santé publique du Canada, données internes de 2012.

2.6 Catégories nationales d’exposition à l’infection au VIH

Cette section explique la classification des déclarations de résultats positifs au test du VIH par catégorie d’exposition et donne un aperçu général de l’épidémie du VIH au Canada.

2.6.1 Classification des catégories d’exposition

La plupart des déclarations de résultats positifs au test du VIH et des cas de sida déclarés à l’Agence par l’intermédiaire de la surveillance de routine comprennent un ou plusieurs facteurs de risque déclarés, telles que les relations sexuelles avec un homme, les relations sexuelles avec une femme, l’injection de drogues ou la réception d’une transfusion sanguine.

Aux fins de déclaration nationale, les déclarations de résultats positifs au test du VIH et les cas de sida déclarés sont classés dans une seule catégorie d’exposition (en fonction du ou des facteurs de risque déclarés) dans la hiérarchie de l’exposition au risque (voir la figure 6). La hiérarchie des catégories d’exposition a été établie pour permettre de classer les déclarations de résultats positifs au test du VIH et les cas de sida déclarés dont le mode de transmission du VIH est inconnu ou lorsque plusieurs facteurs de risque sont déclarés. Lorsque plusieurs facteurs de risque sont déclarés, le cas est classé selon la catégorie d’exposition qui occupe le rang le plus élevé dans la hiérarchie. Par exemple, si une déclaration de résultats positifs au test du VIH ou un cas de sida cite les facteurs de risque « utilisation de drogues injectables » et « contact hétérosexuel », la déclaration ou le cas est classé dans la catégorie d’exposition par utilisation de drogues injectables en vue de la collecte de données à l’échelle nationale, car cette catégorie représente l’activité dont le risque est le plus élevé. (8)

S’il est connu qu’une personne qui utilise des drogues injectables a contracté le VIH par exposition professionnelle, le cas est classé dans la catégorie « exposition professionnelle », même si cette dernière occupe un rang inférieur dans la hiérarchie, puisque la voie réelle d’infection au VIH est connue.

La hiérarchie des catégories d’exposition a été créée en collaboration avec des intervenants à l’échelle nationale lorsque le système de surveillance du VIH a premier été établi au Canada. Elle était basée sur les tendances épidémiques de l’époque et visait à servir d’outil épidémiologique pour la surveillance et la classification des cas.

Figure 6 : Hiérarchie nationale des catégories d’exposition à l’infection au VIH

Figure 6

Équivalent textuel – Figure 6

Référence : Agence de la santé publique du Canada, données internes, 2012.

2.6.2. Aperçu du VIH au Canada par catégorie d’exposition

Cette section donne un aperçu général de l’épidémie du VIH au Canada par catégorie d’exposition à l’aide de données provenant d’estimations nationales et de la surveillance de routine. Elle décrit la différence de répartition de ces catégories au fil du temps et entre les hommes et les femmes adultes.

Au Canada, à la fin de l’année 2011, la catégorie d’exposition qui affichait la plus grande proportion du nombre estimé d’infections prévalentes était celle des HARSAH avec 46,7 % des cas, suivie par la catégorie d’exposition par contact hétérosexuel avec une personne originaire d’un pays où le VIH n’est pas endémique Note de bas de page 6 et la catégorie d’exposition par contact hétérosexuel avec une personne originaire d’un pays où le VIH est endémique Note de bas de page 7, avec respectivement 17,6 % et 14,9 % des cas prévalents de VIH, ainsi que la catégorie d’exposition par utilisation de drogues injectables avec 16,9 %. On estime que la catégorie combinée des HARSAH et utilisant des drogues injectables représente 3 % de la proportion totale de cas de VIH prévalents et que les autres catégories d’exposition, comme les receveurs de sang ou de facteurs de coagulation, la transmission périnatale et la transmission professionnelle, représentent 0,8 % cumulativement. (5)

En 2011, le nombre estimé de nouvelles déclarations de résultats positifs au test du VIH classées dans la catégorie d’exposition des HARSAH était de 1 480 (soit 46,6 %). Le nombre estimé de nouvelles infections au VIH classées dans les catégories d’exposition par contact hétérosexuel avec une personne originaire d’un pays où le VIH n’est pas endémique et contact hétérosexuel avec une personne originaire d’un pays où le VIH est endémique était respectivement de 645 (20,3 %) et de 535 (16,9 %). Par ailleurs, 435 cas (13,7 %) ont été classés dans la catégorie d’exposition par utilisation de drogues injectables et 80 cas (2,5 %) ont été classés dans la catégorie d’exposition des HARSAH et utilisant des drogues injectables. (5) La figure 7 illustre les tendances du nombre estimé de nouvelles infections au VIH par catégorie d’exposition au fil du temps.

Figure 7 : Nombre estimé de nouvelles infections au VIH au Canada par année et par catégorie d’exposition (étendue d’incertitude omise)

Figure 7

Équivalent textuel – Figure 7

Référence : Agence de la santé publique du Canada. Résumé : Estimations de la prévalence et de l’incidence du VIH au Canada, 2011. Ottawa : Centre de la lutte contre les maladies transmissibles et les infections, Agence de la santé publique du Canada; 2012.

Le fardeau du VIH au Canada a évolué au cours des 30 dernières années. Lorsque la déclaration du VIH a commencé en 1985, la catégorie d’exposition des HARSAH représentait plus de 80 % de l’ensemble des cas et a continué à représenter la majorité des cas pendant les dix années suivantes (voir la figure 8a). Bien que cette catégorie d’exposition reste prédominante, la proportion a considérablement diminué au fil des ans. Entre 2002 et 2011, la catégorie d’exposition des HARSAH représentait 42,0 % des nouvelles déclarations de résultats positifs au test du VIH chez les adultes, suivie par les catégories d’exposition par contact hétérosexuel (30,8 %) et par utilisation de drogues injectables (20,7 %) (voir la figure 8b). (6)

Figure 8a : Proportion des déclarations de résultats positifs au test du VIH chez les adultes (≥ 15 ans), par catégorie d’exposition, de 1985 à 1994 (n = 15 372)

Figure 8a

Équivalent textuel – Figure 8a

Remarque : La figure exclut les cas pour lesquels la catégorie d’exposition n’était pas indiquée ou était inconnue.

Référence : Agence de la santé publique du Canada, données internes, 2012.

Figure 8b : Proportion des déclarations de résultats positifs au test du VIH chez les adultes (≥ 15 ans), par catégorie d’exposition, de 2002 à 2011 (n = 12 966)

Figure 8b

Équivalent textuel – Figure 8b

Remarque : La figure exclut les cas pour lesquels la catégorie d’exposition était inconnue.

Référence : Agence de la santé publique du Canada, données internes, 2012.

La proportion relative des déclarations de résultats positifs au test du VIH attribuées aux hommes et femmes adultes (≥ 15 ans) a également évolué au fil du temps. En 1985, plus de 95 % des déclarations de résultats positifs au test du VIH pour lesquelles l’âge et la catégorie d’exposition étaient connus concernaient des hommes adultes; 85 % de ces déclarations étaient classées dans la catégorie d’exposition des HARSAH. En 2011, les femmes adultes (dont l’âge et la catégorie d’exposition étaient connu) représentaient 20,5 % des nouvelles déclarations de résultats positifs au test du VIH, ce qui représente une baisse par rapport au sommet de 25,9 % enregistré en 2006; les deux principales catégories d’exposition indiquées étaient le contact hétérosexuel et l’utilisation de drogues injectables. La figure 9 illustre la répartition des catégories d’exposition pour les hommes et les femmes adultes.

Figure 9 : Nombre de déclarations de résultats positifs au test du VIH chez les adultes (≥ 15 ans), par sexe et par catégorie d’exposition, de 2002 à 2011 (n = 12 950)

Figure 9

Équivalent textuel – Figure 9

Remarque : La figure exclut les cas pour lesquels la catégorie d’exposition ou le sexe étaient inconnus.

Référence : Agence de la santé publique du Canada, données internes, 2012.

2.7 Tendances au sein de chaque catégorie d’exposition

Les sections suivantes donnent un aperçu des tendances au sein de chaque catégorie d’exposition, à l’aide d’estimations et de données provenant de la surveillance de routine et de la surveillance améliorée (lorsqu’elles sont disponibles). L’ordre de présentation suit la hiérarchie nationale des catégories d’exposition à l’infection au VIH et non le nombre relatif de personnes infectées dans chaque catégorie d’exposition.

2.7.1 Transmission périnatale

Les données présentées dans cette section portent sur les nouveau-nés dont la séropositivité de la mère était connue lors de sa grossesse. Il convient de noter que les femmes enceintes séropositives ne connaissent pas toutes leur état sérologique à l’égard du VIH ou ne font pas toutes l’objet d’un diagnostic pendant leur grossesse. Elles ne sont donc pas en mesure de bénéficier des médicaments antirétroviraux pendant la grossesse, même si toutes les provinces et tous les territoires offrent un test de dépistage du VIH aux femmes enceintes. (9)

Figure 10 : Nombre rapporté de nouveau-nés exposés au VIH en période périnatale, traitement antirétroviral suivi par la mère et nombre de nouveau-nés atteints d’une infection confirmée au VIH, au Canada, de 2004 à 2011 (n = 1 685)

Figure 10

Équivalent textuel – Figure 10

Référence : Agence de la santé publique du Canada, données internes, 2012.

Entre 1984 et 2011, 3 567 nouveau-nés ont été exposés au VIH en période périnatale tel que rapporté.  Parmi ces nouveau-nés, 584 (16,4 %) étaient atteints d’une infection au VIH confirmée, 2 908 (81,5 %) n’étaient atteints d’aucune infection au VIH et l’état sérologique des 75 nouveau-nés restants n’était pas confirmé, c’est-à-dire que ces nouveau-nés n’ont fait l’objet d’aucun suivi. (6)

Le nombre de nouveau-nés exposés chaque année au VIH en période périnatale au Canada a fluctué ces dernières années, passant de 181 en 2004 à un sommet de 243 en 2008 et en 2010 tel que rapporté. Toutefois, le nombre de nouveau-nés dont la séropositivité a été confirmée à la suite d’une exposition périnatale a diminué, passant de 16 (8,8 % des nouveau-nés exposés en période périnatale) en 2005 à 3 (1,3 %) en 2011. Cette réduction s’explique en grande partie par le test généralisé de dépistage volontaire du VIH chez les femmes enceintes et l’administration subséquente de médicaments antirétroviraux; par exemple, en 2011, 93 % des femmes enceintes dont la séropositivité était connue ont reçu un traitement antirétroviral pendant la grossesse. (6)

Les nouveau-nés noirs et autochtones sont représentés de façon disproportionnée dans les infections confirmées au VIH parmi les enfants au Canada.  Les nouveau-nés noirs représentaient 48,3 % (1 723 sur 3 567) de tous les nouveau-nés exposés au VIH en période périnatale entre 1984 et 2011 des cas rapportés, bien que la population noire ne compose que 2,5 % de la population canadienne. (10) Pendant la même période, les nouveau-nés autochtones représentaient 16,8 % de tous les nouveau-nés exposés au VIH en période périnatale des cas rapportés, alors que les Autochtones ne composent que 3,8 % de la population canadienne. (5;6;11)

2.7.2 Hommes ayant des relations sexuelles avec d’autres hommes et utilisant des drogues injectables

On estime que la catégorie d’exposition des HARSAH et utilisant des drogues injectables représentait 3 % des infections prévalentes au Canada en 2011, soit 2 160 cas (allant de 1 520 à 2 800). (5) Cette catégorie a depuis toujours représenté un nombre relativement petit des résultats positifs au test du VIH déclarés chaque année dans le cadre de la surveillance de routine. Chez les adultes, la catégorie d’exposition des HARSAH et utilisant des drogues injectables représentait 876 (2,4 %) des déclarations de résultats positifs au test du VIH entre 1985 et 2011. En 2011 seulement, 23 déclarations de résultats positifs ont été classées dans cette catégorie d’exposition et représentaient 2,1 % des cas déclarés parmi tous les adultes et 2,6 % des cas déclarés parmi les hommes adultes lors de cette année. (6)

2.7.3 Hommes ayant des relations sexuelles avec d’autres hommes (HARSAH)

Les HARSAH étaient et sont toujours la catégorie d’exposition la plus importante au Canada rapportée. On estime que la catégorie d’exposition des HARSAH représentait 46,7 % des infections prévalentes, soit 33 330 cas (allant de 28 160 à 38 500), au Canada en 2011. (5) Selon les données de surveillance de routine,  la catégorie HARSAH représentait 48,1 % de toutes les déclarations de résultats positifs chez les adultes (≥ 15 ans) en 2011, une proportion qui est restée relativement stable au cours des dix dernières années (figure 11). Cumulativement, de 1985 à 2011, 54,7 % des déclarations de résultats positifs au test du VIH chez des adultes ont été classées dans la catégorie des HARSAH. (6)

Figure 11 : Nombre total de déclarations de résultats positifs au test du VIH chez les adultes (≥ 15 ans), par catégorie d’exposition, par rapport à la catégorie des HARSAH, de 1997 à 2011 (n = 18 768)

Figure 11

Équivalent textuel – Figure 11

Remarque : La figure exclut les cas pour lesquels la catégorie d’exposition était inconnue.

Référence : Agence de la santé publique du Canada, Centre de la lutte contre les maladies transmissibles et les infections. Données internes, 2012.

Outre les données de surveillance de routine, des données provenant d’un système de surveillance améliorée appelé M-Track sont également disponibles. L’enquête M-Track assure le suivi du VIH et d’autres infections transmissibles sexuellement et par le sang ainsi que des comportements à risque apparentés chez les HARSAH, dans des sites sentinelles dans tout le Canada. La phase 1 de l’enquête M-Track a été menée entre 2005 et 2007 auprès de plus de 4 800 hommes dans cinq sites (Montréal, Ottawa, Toronto, Winnipeg et Victoria). La phase 2 a été menée auprès de plus de 3 000 hommes dans deux sites entre 2008 et 2010. Parmi les hommes interrogés pendant la phase 1 de l’enquête M-Track, 86 % avaient déjà subi au moins un test de dépistage du VIH. Parmi les participants à l’enquête M-Track qui ont fourni un échantillon biologique d’une taille suffisante pour être testé en laboratoire, la prévalence générale du VIH s’élevait à 15,1 %, allant d’un minimum de 11,1 % à Ottawa jusqu’à un maximum de 23,1 % à Toronto (figure 12). Un peu plus de 80 % des hommes séropositifs connaissaient leur état sérologique; cette proportion allait d’un minimum de 76,8 % à Montréal à un maximum de 87,5 % à Victoria. Inversement, 19 % ne savaient pas qu’ils étaient séropositifs. (12)

Figure 12 : Prévalence (%) du VIH chez les HARSAH qui ont participé à la phase 1 de l’enquête M-Track, de 2005 à 2007 (n = 3 309Figure 12 – Note de bas de page *)

Figure 12

Équivalent textuel – Figure 12

Figure 12 – Note de bas de page *
Sur les 4 793 hommes qui ont rempli un questionnaire pendant la phase 1 de l’enquête M-Track, 3 309 ont fourni un échantillon de sang séché de taille suffisante pour effectuer un test de dépistage du VIH.

Référence : Agence de la santé publique du Canada. M-Track : Surveillance améliorée de l’infection à VIH, des infections transmissibles sexuellement et par le sang et des comportements à risque associés chez les hommes ayant des relations sexuelles avec d’autres hommes au Canada. Rapport sur la phase 1. Ottawa : Centre de la lutte contre les maladies transmissibles et les infections, Agence de la santé publique du Canada; 2011.

2.7.4 Utilisation de drogues injectables

Les utilisateurs de drogues injectables représentaient environ 16,9 % des infections prévalentes, soit 12 040 cas (allant de 9 580 à 14 500), au Canada en 2011. (5) Au cours de la dernière décennie, l’utilisation de drogues injectables était la troisième catégorie la plus fréquemment déclarée parmi les adultes (après les HARSAH et le contact hétérosexuel). Les données de surveillance de routine indiquent que la catégorie d’exposition par utilisation de drogues injectables représente 18,1 % des déclarations cumulatives de résultats positifs au test du VIH pendant la période allant de 1985 à 2011 (figure 13). (6)

Dans cette catégorie, parmi les adultes, la majorité (64,2 %) des résultats positifs au test du VIH en 2011 (pour lesquels l’âge et la catégorie d’exposition étaient disponibles) était attribuée aux personnes âgées de 30 à 49 ans. (6)

Figure 13 : Nombre total de déclarations de résultats positifs au test du VIH chez les adultes (≥ 15 ans), toutes catégories d’exposition confondues, et attribué à la catégorie d’utilisation de drogues injectables, de 1997 à 2011 (n = 18 768)

Figure 13

Équivalent textuel – Figure 13

Remarque : La figure exclut les déclarations pour lesquelles la catégorie d’exposition ou l’âge étaient inconnus.

Référence : Agence de la santé publique du Canada, données internes, 2012.

Au cours de la dernière décennie, les données de surveillance ont démontré une tendance à la baisse dans la proportion de résultats positifs au test du VIH classés dans la catégorie d’exposition par utilisation de drogues injectables parmi les hommes adultes, alors que la proportion parmi les femmes adultes a dans l’ensemble augmenté et est beaucoup plus stable (figure 14). Les données de surveillance ont révélé que les utilisateurs de drogues par injection ont joué un rôle plus important dans les déclarations de résultats positifs au test du VIH chez les femmes adultes que chez les hommes adultes. Comme le montre la figure 14, la proportion de déclarations de résultats au test du VIH attribuée aux utilisateurs de drogues par injection chez les hommes adultes a diminué de façon assez constante, soit de 29,9 % en 1997 à 13,5 % en 2011. Par contre, cette catégorie d’exposition a fluctué au fil du temps chez les femmes adultes, passant de la proportion la plus élevée de 47,5 % en 1999 à la proportion la plus faible de 25,8 % en 2003.

Figure 14 : Proportion de déclarations de résultats positifs au test du VIH parmi les adultes (≥ 15 ans) classées dans la catégorie d’exposition par utilisation de drogues injectables, femmes et hommes, de 1997 à 2011 (n = 4 328)

Figure 14

Équivalent textuel – Figure 14

Remarque : La figure exclut les cas pour lesquels la catégorie d’exposition et le sexe étaient inconnus.

Référence : Agence de la santé publique du Canada, données internes, 2012.

Les résultats de l’enquête I-Track, un système national de surveillance améliorée qui effectue le suivi des comportements à risque liés au VIH et au virus de l’hépatite C (VHC) parmi les utilisateurs de drogues injectables, indiquent que la prévalence du VIH varie au Canada. La proportion globale des participants à la phase 2 de l’enquête I-Track (de 2005 à 2008), qui ont fourni un échantillon biologique dont la taille était suffisante pour effectuer des analyses et dont le test au VIH a donné des résultats positifs, s’élevait à 13,2 % : on a observé une proportion de 11,4 % chez les femmes et de 14,1 % chez les hommes. La prévalence du VIH variait d’un site sentinelle à l’autre, allant de 2,5 % à Kingston et 3,2 % à Toronto à 17,3 % à Prince George et 19,9 % dans le réseau SurvUDI, qui comprend Ottawa et diverses villes dans la province de Québec (figure 15). Parmi les personnes dont le test au VIH était positif selon les résultats de laboratoire, 20,9 % ne savaient pas qu’elles étaient séropositives. (14)

Figure 15 : Prévalence (%) du VIH parmi les participants à la phase 2 de l’enquête I-Track qui utilisaient des drogues injectables, de 2005 à 2008 (n = 2 970)

Figure 15

Équivalent textuel – Figure 15

Référence : Agence de la santé publique du Canada. Données non publiées de l’enquêteI-Track : Surveillance améliorée des comportements à risque chez les utilisateurs de drogues injectables. Phase 2 (2005-2008). Ottawa : Centre de la lutte contre les maladies transmissibles et les infections, Agence de la santé publique du Canada; 2012.

2.7.5 Receveurs de sang ou de produits sanguins

De 1985 à 1995, un nombre cumulatif de 815 déclarations de résultats positifs au test du VIH ont été classées dans la catégorie d’exposition des receveurs de sang ou de produits sanguins (p. ex. facteur de coagulation). Bon nombre des personnes affectées étaient hémophiles. En novembre 1985, lorsqu’il est devenu évident que le VIH pouvait être transmis par don de sang et par transfusion, le dépistage du VIH dans les produits sanguins a été institué.

À partir de 1995, le nombre annuel de déclarations de résultats positifs au test du VIH attribuées à la catégorie d’exposition par le sang ou les produits sanguins a grandement diminué. Depuis 2000, entre 6 et 16 cas de VIH classés dans cette catégorie ont été déclarés chaque année. (6) Étant donné les procédures en place pour le dépistage du VIH dans le sang et les produits sanguins, on suppose que ces personnes ont reçu des produits sanguins au Canada avant 1985 ou qu’elles ont reçu des produits sanguins dans d’autres pays où les pratiques de dépistage du sang peuvent être différentes.

2.7.6 Contact hétérosexuel

Les données de surveillance définissent trois sous-catégories de transmission par contact hétérosexuel : contact hétérosexuel avec une personne originaire d’un pays où le VIH est endémique (hétérosexuel – endémique) Note de bas de page 8, contact hétérosexuel avec une personne à risque (hétérosexuel – à risque) et contact hétérosexuel avec une personne sans aucun risque signalé (ARS-HET).

On estime que la catégorie d’exposition par contact hétérosexuel représentait 32,5 % des infections prévalentes, soit 23 170 cas (allant de 19 040 à 27 300), au Canada à la fin de l’année 2011. On estime que 17,6 % des infections prévalentes totales étaient classées dans la sous-catégorie d’exposition par contact hétérosexuel avec une personne originaire d’un pays où le VIH n’est pas endémique (y compris les sous-catégories d’exposition par contact hétérosexuel avec une personne à risque et par contact hétérosexuel avec une personne sans aucun risque signalé) et que 14,9 % des infections prévalentes totales étaient classées dans la sous-catégorie d’exposition par contact hétérosexuel avec une personne originaire d’un pays où le VIH est endémique. (5)

Les données de surveillance de routine indiquent qu’en 2001, la catégorie d’exposition par contact hétérosexuel a dépassé la catégorie d’exposition par utilisation de drogues injectables, devenant la deuxième catégorie d’exposition la plus déclarée chez les adultes (après les HARSAH), et que cette catégorie représente depuis lors environ un tiers des déclarations de résultats positifs au test du VIH reçues chaque année. (6)

Les déclarations de résultats positifs au test du VIH chez les adultes indiquent que, de 1997 à 2011, 29,5 % des cas (5 543) étaient classés dans la catégorie d’exposition combinée par contact hétérosexuel. Parmi ces cas, 13,8 % (2 597) des déclarations étaient classées dans la sous-catégorie d’exposition par contact hétérosexuel avec une personne sans aucun risque signalé, 9,5 % (1 789) dans la sous-catégorie d’exposition par contact hétérosexuel avec une personne à risque, et 6,2 % (1 157) dans la sous-catégorie d’exposition par contact hétérosexuel avec une personne originaire d’un pays où le VIH est endémique (voir la figure 16). (6) Ces sous-catégories sont étudiées plus en détail dans les sections suivantes.

Figure 16 : Nombre total de déclarations de résultats positifs au test du VIH chez les adultes (≥ 15 ans), toutes catégorie d’exposition confondues, et attribué à la catégorie d’exposition par contact hétérosexuel, de 1997 à 2011 (n = 18 768)

Figure 16

Équivalent textuel – Figure 16

Remarque : La figure exclut les cas pour lesquels la catégorie d’exposition était inconnue.

Référence : Agence de la santé publique du Canada, données internes de 2012.

2.7.6.1 Contact hétérosexuel : analyse par sexe biologique

Dans la catégorie d’exposition par contact hétérosexuel, le nombre de déclarations de résultats positifs au test du VIH attribué aux hommes adultes et aux femmes adultes est assez semblable. (Voir la figure 17.)

Figure 17 : Nombre de déclarations de résultats positifs au test du VIH parmi les adultes (≥ 15 ans) classées dans la catégorie d’exposition par contact hétérosexuel, par sexe, de 1997 à 2011 (n = 5 537)

Figure 17

Équivalent textuel – Figure 17

Remarque : La figure exclut les cas pour lesquels la catégorie d’exposition, le sexe et l’âge étaient inconnus.

Référence : Agence de la santé publique du Canada, données internes, 2012.

Alors que les proportions de déclarations de résultats positifs au test du VIH parmi les adultes classées dans la sous-catégorie par contact hétérosexuel avec une personne à risque est similaire pour les femmes et les hommes (respectivement 34,3 % et 30,6 %), chez les femmes, une plus grande proportion de cas ont été classés dans la sous-catégorie par contact hétérosexuel avec une personne originaire d’un pays où le VIH est endémique, soit 24,5 % de tous les cas chez les femmes entre 1997 et 2011, par rapport à une proportion de 17,7 % de tous les cas chez les hommes (voir la figure 18).

Figure 18 : Nombre total de déclarations de résultats positifs au test du VIH parmi les adultes (≥ 15 ans) classées dans la sous-catégorie d’exposition par contact hétérosexuel, par sexe, de 1997 à 2011 (n = 5 537)

Figure 18

Équivalent textuel – Figure 18

Remarque : La figure exclut les cas pour lesquels le sexe est inconnu.

Référence : Agence de la santé publique du Canada, données internes, 2012.

2.7.6.2 Contact hétérosexuel : analyse par tranche d’âge

L’examen des déclarations de cas de VIH réparties selon l’âge révèle une tendance différente dans la sous-catégorie d’exposition par contact hétérosexuel avec une personne originaire d’un pays où le VIH est endémique par rapport aux autres sous-catégories d’exposition par contact hétérosexuel. De 1997 à 2011, 74,7 % des déclarations de résultats positifs au test du VIH (adultes uniquement) classées dans la catégorie d’exposition par contact hétérosexuel avec une personne originaire d’un pays où le VIH est endémique concernaient des personnes âgées de 15 à 39 ans. Cette proportion est significativement plus élevée que la proportion de déclarations classées dans la sous-catégorie d’exposition par contact hétérosexuel avec une personne à risque et dans la sous-catégorie d’exposition par contact hétérosexuel avec une personne sans aucun risque signalé (respectivement de 63,4 % et de 59,1 %) pour la même tranche d’âge. Ces données laissent entendre que les cas de VIH classés dans la sous-catégorie d’exposition par contact hétérosexuel avec une personne originaire d’un pays où le VIH est endémique ont tendance à être diagnostiqués à un plus jeune âge. (6)

2.7.6.3 Contact hétérosexuel : personne originaire d’un pays où le VIH est endémique

On a remarqué des taux d’infection disproportionnés parmi les personnes qui vivent au Canada, et qui sont nées dans un pays où le VIH est endémique. Ce groupe représente environ 2,2 % de la population canadienne; (15) cependant, selon les estimations de 2011 relatives au VIH, il représentait environ 16,9 % des nouvelles infections et 14,9 % des infections prévalentes à la fin de l’année 2011. Par conséquent, pour 2011, le taux estimé de nouvelles infections parmi les personnes originaires d’un pays où le VIH est endémique est environ neuf fois plus élevé que parmi les autres Canadiens. (5)

Bien que le Canada effectue un test de dépistage du VIH pendant l’examen médical pour l’immigration, un diagnostic de séropositivité n’empêche pas automatiquement l’entrée au Canada. Les résultats positifs au test du VIH obtenus dans le cadre des examens médicaux pour l’immigration effectués au Canada sont déclarés aux provinces et aux territoires et transmis à l’échelle nationale, comme le sont toutes les autres déclarations de résultats positifs au test du VIH. Par conséquent, les données présentées dans les rapports de surveillance sous la catégorie d’exposition par contact hétérosexuel avec une personne originaire d’un pays où le VIH est endémique comprennent une combinaison de déclarations de résultats de tests médicaux de routine (c’est-à-dire prénatals), d’examens médicaux pour l’immigration et d’autres sources. En raison du système de déclaration, il n’est pas toujours possible de déterminer si les infections classées dans la sous-catégorie d’exposition par contact hétérosexuel avec une personne originaire d’un pays où le VIH est endémique sont effectivement survenues dans un autre pays avant l’arrivée du nouveau venu au Canada, ou si l’infection s’est produite après son arrivée.

Dans l’ensemble, de 1997 à 2011, les femmes représentaient 23,4 % des déclarations de résultats positifs de tous les tests du VIH chez les adultes au Canada pour lesquelles le sexe était connu. Cependant, dans la sous-catégorie d’exposition par contact avec une personne originaire d’un pays où le VIH est endémique, la proportion est assez différente : les femmes adultes représentent 53,8 % des déclarations de résultats positifs au test du VIH reçues pendant cette période. (6) Il s’agit de la seule catégorie d’exposition ou sous-catégorie dont la proportion de cas est plus élevée chez les femmes adultes que chez les hommes adultes.

2.7.6.4 Contact hétérosexuel : contact sexuel avec une personne à risque

Les hommes et les femmes adultes peuvent indiquer un partenaire sexuel séropositif ou adoptant des comportements associés à un risque élevé de transmission du VIH, tel que l’utilisation de drogues injectables, comme voie de transmission la plus probable. Un tel facteur de risque est classifié dans la sous-catégorie de contact sexuel avec une personne à risque. Cumulativement, de 1985 à 2011, 6,9 % de l’ensemble des cas de VIH chez les adultes ont été classés dans la sous-catégorie d’exposition par contact hétérosexuel avec une personne à risque. (6) Au cours de la même période, le nombre absolu de cas de VIH dans la catégorie d’exposition par contact hétérosexuel avec une personne à risque rapportés chez les hommes est très semblable à celui des femmes (1 270 et 1 285, respectivement); toutefois, proportionnellement, cette catégorie joue un rôle plus important dans les déclarations de nouveaux cas chez les femmes. Par exemple, lorsqu’on connaît la catégorie d’exposition et le sexe, la catégorie d’exposition par contact hétérosexuel avec une personne à risque représente 21 % de toutes les déclarations de résultats positifs au test du VIH chez les femmes adultes, en comparaison à 4,1 % chez les hommes adultes.

2.7.6.5 Contact hétérosexuel : contact sexuel avec une personne sans aucun risque signalé

Cette catégorie comprend des personnes dont le seul facteur de risque est le contact hétérosexuel et pour lesquelles on ne sait rien au sujet des facteurs de risque liés au VIH associés au ou aux partenaires sexuels, au pays d’origine, à l’utilisation de drogues injectables, etc. Au sein de la catégorie d’exposition par contact hétérosexuel, la sous-catégorie d’exposition par contact hétérosexuel avec une personne sans aucun risque signalé et la sous-catégorie d’exposition par contact hétérosexuel avec une personne à risque représentaient le nombre le plus élevé de déclarations de cas de VIH parmi les femmes adultes. Cumulativement, de 1985 à 2011, 9,0 % des cas de VIH chez les adultes ont été classés dans la sous-catégorie d’exposition par contact hétérosexuel avec une personne sans aucun risque signalé. Au sein de la catégorie d’exposition par contact hétérosexuel, cette sous-catégorie représente 45,8 % des cas cumulatifs de VIH parmi les adultes. (6)

2.8 Race ou origine ethnique et VIH

La collecte de données sur la race ou l’origine ethnique présente plusieurs difficultés au Canada. Les catégories sont limitées, elles diffèrent d’une province à l’autre, certaines provinces n’envoient pas les données à l’Agence et, même lorsqu’elles le font, les renseignements ne sont pas toujours exhaustifs. Néanmoins, les données de surveillance disponibles et les études ciblées menées auprès de populations vulnérables laissent entendre que la répartition des catégories d’exposition varie d’une race ou d’un groupe ethnique à l’autre. Chez les adultes, la proportion la plus élevée des déclarations de résultats positifs au test du VIH classées dans la catégorie d’exposition par contact hétérosexuel (89,7 %) se situe chez les personnes qui s’identifient comme étant Noires, alors que la proportion la plus élevée de déclarations de résultats positifs au test du VIH classées dans la catégorie d’exposition par utilisation de drogues injectables (60,1 %) se situe chez les Autochtones. (6)

Figure 19 : Proportion des déclarations de résultats positifs au test du VIH chez les adultes (≥ 15 ans) selon la race ou l’origine ethnique et par catégorie d’exposition, de 1998 à 2011 (n = 9 964)

Figure 19

Équivalent textuel – Figure 19

Remarque : La figure exclut les cas dont la race ou l’origine ethnique est inconnue.

Référence : Agence de la santé publique du Canada, données internes, 2012.

2.8.1 Autochtones

Les Autochtones sont affectés par le VIH de manière disproportionnée. Étant donné les difficultés liées à la collecte de données sur la race ou l’origine ethnique, les estimations de l’incidence et de la prévalence du VIH donnent une idée plus précise du fardeau de l’infection au VIH qui pèse sur la population autochtone que la surveillance des déclarations de résultats positifs au test du VIH. Même si les Autochtones ne composaient que 3,8 % de la population canadienne générale en 2006 (11), cette population représentait un estimé d’environ 12,2 % des nouvelles infections en 2008 et 8,9 % de toutes les infections prévalentes à la fin de l’année 2011. Par conséquent, pour 2011, le taux estimé de nouvelles infections parmi la population autochtone canadienne est environ 3,5 fois plus élevé que parmi la population non autochtone. (5) Les données de surveillance de routine indiquent que 89,6 % des déclarations de résultats positifs au test du VIH chez les adultes autochtones sont classées dans les catégories d’exposition par utilisation de drogues injectables ou par contact hétérosexuel (voir la figure 19). (6)

2.8.2 Population noire

La sous-catégorie d’exposition par contact hétérosexuel avec une personne originaire d’un pays où le VIH est endémique ne correspond pas à une race ou à une origine ethnique particulière; cependant, la population noire d’origine africaine et caribéenne représente une large proportion des déclarations de résultats positifs au test du VIH dans cette catégorie d’exposition. Parmi les 71 pays où le VIH a été déclaré endémique, 65 se trouvent en Afrique et dans les Caraïbes. Les données de surveillance de routine indiquent que la population noire adulte représente 93,8 % des déclarations de résultats positifs au test du VIH classées dans la sous-catégorie d’exposition par contact hétérosexuel avec une personne originaire d’un pays où le VIH est endémique. (6)

2.9 Population incarcérée

Les données de surveillance fournies par le Service correctionnel du Canada (SCC) indiquent qu’en 2006, 52,1 % de toutes les nouvelles personnes incarcérées admises dans les établissements correctionnels fédéraux avaient passé un test de dépistage du VIH. En fonction de l’échantillon des personnes ayant subi un test, la prévalence du VIH à la fin de l’année correspondait à 1,6 % de la population carcérale sous responsabilité fédérale. La prévalence à la fin de l’année n’était pas la même chez les femmes (4,5 %) et chez les hommes (1,5 %). En 2006, on estimait la population carcérale vivant avec le VIH à 375 personnes. (16)

Le SCC signale que la majorité des personnes dont les résultats au test du VIH étaient positifs au moment de l’admission dans une prison fédérale connaissaient déjà leur séropositivité. Sur les 162 cas de personnes reconnues séropositives au moment de l’admission en 2006, seuls sept étaient nouvellement diagnostiqués, alors que les 155 cas de séropositivité restants avaient déjà été diagnostiqués. La population carcérale est issue de la population générale et s’y réintègre. En 2006, dans l’ensemble du pays, 193 personnes dont la séropositivité était connue sont sorties d’établissements correctionnels fédéraux pour réintégrer la collectivité. (16)

En 2007, le SCC a mené une enquête au sein de la population carcérale, intitulée Sondage national auprès des détenu(e)s sur les maladies infectieuses et les comportements à risque. Les personnes interrogées devaient divulguer leur état sérologique quant au VIH et au VHC. Parmi les personnes qui avaient déjà subi un test de dépistage du VIH (y compris celles qui ont subi un test de dépistage avant l’admission, au moment de l’admission ou après l’admission), 4,6 % ont déclaré être séropositives. Les proportions variaient entre les femmes et les hommes : 7,9 % des femmes ont déclaré être séropositives, contre 4,5 % des hommes. La prévalence autodéclarée du VIH chez les femmes autochtones ayant répondu au questionnaire (11,7 %) était plus que deux fois supérieure à la prévalence chez les autres femmes (5,5 %). (17) Les différences de méthodologie entre les données de surveillance et les données de recherche empêchent les comparaisons directes entre les résultats du Sondage national auprès des détenu(e)s sur les maladies infectieuses et les comportements à risque et les données de surveillance du SCC.

Figure 20 : Pourcentage des personnes incarcérées ayant déclaré un résultat positif au test du VIH ou du virus de l’hépatite C; résultats par sexe et par auto-identification autochtone

Figure 20

Équivalent textuel – Figure 20

Référence : Zakaria D, Thompson JM, Jarvis A, Borgatta F. Résumé des conclusions du Sondage national auprès des détenu(e)s sur les maladies infectieuses et les comportements à risque de 2007. Ottawa : Service correctionnel du Canada; 2010.

Outre les données recueillies par le SCC, des études sont en cours pour examiner la prévalence du VIH et du VHC ainsi que des facteurs de risque apparentés dans les prisons provinciales et territoriales. La courte durée des peines de prison entraîne un roulement constant de la population, ce qui rend la surveillance dans ces établissements difficile. Vous trouverez ci-dessous un résumé des données disponibles et des résultats publiés pour la période allant de 2002 à 2011.

  • Une étude a été menée en 2003 pour déterminer la prévalence du VIH et du VHC et examiner les facteurs de risque apparentés parmi les personnes incarcérées dans les prisons provinciales au Québec. Poulin et al. ont effectué un sondage dans sept prisons à l’aide d’un questionnaire auto-administré et d’échantillons de salive prélevés auprès des personnes interrogées. Parmi les 1 607 participants, la prévalence générale du VIH s’établissait à 3,4 %. Chez les femmes, la prévalence du VIH était de 8,8 %, une valeur considérablement plus élevée que celle de la prévalence du VIH chez les hommes (2,4 %). Parmi les personnes interrogées qui ont obtenu des résultats positifs au test du VIH, 20 % ne connaissaient pas leur état sérologique. L’utilisation de drogues injectables était le facteur de risque le plus important associé à l’infection au VIH dans la population sondée. (18)
  • L’étude Ontario Remand Study a été menée entre 2003 et 2004 dans 13 établissements ontariens de détention provisoire. Elle était composée d’un sondage transversal volontaire anonyme et de l’obtention d’échantillons de salive destinés à un test de dépistage. Cette étude comprenait 1 528 personnes interrogées et a signalé une prévalence pondérée du VIH de 2,0 % parmi les adultes de la population carcérale de l’Ontario. Cette étude a établi que la prévalence du VIH chez les hommes était plus élevée que chez les femmes (2,1 % par rapport à 1,8 %), et que la prévalence de l’infection au VIH était moins élevée chez les Autochtones (0,0 %) que chez les autres personnes ayant répondu au sondage (2,2 %). L’étude Ontario Remand Study a déterminé que les antécédents d’utilisation de drogues injectables sont le comportement à risque le plus fortement associé à l’infection au VIH. (19)
  • Une récente étude sur la prévalence des infections transmissibles sexuellement et par le sang, menée auprès d’un échantillon aléatoire de 374 personnes dans les prisons provinciales du Manitoba, a permis d’établir que 0,8 % de ces personnes ont obtenu des résultats positifs au test du VIH. La prévalence du VIH parmi les femmes était plus de trois fois supérieure à la prévalence chez les hommes; 1,9 % des femmes ayant obtenu des résultats positifs au test du VIH, contre 0,6 % des hommes. (20)
  • Un sondage auto-administré auprès de 104 femmes détenues au Centre correctionnel pour femmes de Burnaby, en Colombie-Britannique, a conclu que 8 % des personnes interrogées vivaient avec le VIH, selon leurs propres dires. (21)

Les infections déclarées pourraient sous-estimer le fardeau de la maladie au sein des établissements correctionnels, car les personnes infectées par le VIH ne subissent pas toutes un test de dépistage ou ne se déclarent pas infectées, en partie par crainte de la discrimination. Dans le Sondage national auprès des détenu(e)s sur les maladies infectieuses et les comportements à risque, 67 % des PVVIH dans les prisons fédérales ont signalé des préoccupations liées à la discrimination. (17)

2.10 Co-infection par des infections transmissibles sexuellement ou par le sang

Pour les PVVIH, avoir une autre infection, telle que le VHC ou une infection transmissible sexuellement, peut avoir des répercussions complexes sur les soins. Les données nationales disponibles sur les co-infections par d’autres infections transmissibles sexuellement et par le sang sont limitées. Les systèmes de surveillance améliorée fournissent certains renseignements au sujet de la co-séropositivité avec le VHC et la syphilis parmi des populations vulnérables précises. Le terme « co-séropositivité » est ici utilisé plutôt que « co-infection », parce que le test de laboratoire utilisé en surveillance améliorée ne détecte que la prévalence au cours de la vie et ne fait aucune distinction entre les infections passées et les infections actuelles (c’est-à-dire qu’il ne détecte que les anticorps). Parmi les participants à la phase 1 de l’enquête M-Track (de 2005 à 2007) qui ont fourni un échantillon biologique d’une taille suffisante pour dépister le VIH et la syphilis ainsi que pour dépister le VIH et le VHC, 2,9 % étaient séropositifs au VIH et à la syphilis et 2,2 % étaient séropositifs au VIH et au VHC. (12) Parmi les utilisateurs de drogues injectables qui ont participé à la phase 2 de l’enquête I-Track (de 2005 à 2008), la co-séropositivité confirmée en laboratoire au VIH et au VHC était de 11,6 %. (14)

2.11 Pharmacorésistance

L’évolution des traitements antirétroviraux a amélioré la prise en charge du VIH et réduit les taux de morbidité et de mortalité pour de nombreuses PVVIH au Canada. Malgré des schémas thérapeutiques simplifiés et très efficaces, on craint que l’utilisation généralisée des médicaments antirétroviraux augmente la transmission des souches de VIH pharmacorésistantes. Le Programme canadien de surveillance des souches et de la résistance aux médicaments effectue le suivi de la pharmacorésistance du VIH transmise chez les personnes recevant un nouveau diagnostic d’infection au VIH et n’ayant jamais été traitées au Canada.

Parmi les 4 521 échantillons de dépistage du VIH prélevés de 1999 à 2008 par le Programme canadien de surveillance des souches et de la résistance aux médicaments, la prévalence globale de la résistance à au moins un médicament antirétroviral chez les PVVIH ayant reçu leur diagnostic récemment et n’ayant jamais reçu de traitement antirétroviral s’élevait à 9,8 %. La proportion de résistance à une ou plusieurs classes de médicaments antirétroviraux était de 1,0 %. Les données disponibles laissent entendre que ces estimations sont semblables à celles qui ont été observées dans d’autres pays industrialisés où des traitements antirétroviraux très actifs sont administrés. L’infection aux souches de VIH pharmacorésistantes reflète probablement la transmission du VIH à partir de personnes ayant déjà reçu le diagnostic de VIH et recevant déjà des soins. Il se peut que les personnes infectées par des souches du VIH pharmacorésistantes n’aient que des options de traitement limitées et qu’elles courent un risque plus important d’échec du traitement médical. Du point de vue de la santé publique, la transmission de la pharmacorésistance du VIH complique la prévention et le contrôle du VIH et pourrait entraîner une augmentation du coût des soins de santé. (22)

2.12 Déclaration du sida

Au Canada, les médecins sont tenus de déclarer les cas de maladies définissant le sida chez les patients ayant déjà reçu un diagnostic de VIH. Au total, 22 473 cas de sida avaient été déclarés à l’Agence en date du 31 décembre 2011, le premier cas ayant été identifié rétrospectivement en 1979. On a signalé le nombre le plus élevé de cas en 1993 alors que 1 833 déclarations de cas de sida ont été rapportées. En 2011, 189 cas de sida ont été déclarés. (6)

Pendant la période qui précédait l’utilisation généralisée des médicaments antirétroviraux, l’apparition d’une maladie définissant le sida était significative et constituait généralement un indicateur de progression sévère de la maladie se rapprochant souvent d’un décès. Cependant, en 1996, le profil de la maladie a considérablement changé avec l’introduction des médicaments antirétroviraux. Pour de nombreuses personnes, le VIH n’est plus une condamnation à mort. L’apparition d’une maladie définissant le sida est devenue moins probable, sauf dans des circonstances particulières, par exemple lorsque les médicaments ne font pas effet ou lorsque la personne vivant avec le VIH ou le sida ne reçoit pas des soins médicaux réguliers ou ne suit pas correctement le traitement. Le VIH est devenu, pour beaucoup de personnes, une maladie chronique complexe qui peut être prise en charge au fil du temps.

Au vu des changements décrits plus haut, les médecins ne continuent pas tous à déclarer les maladies définissant le sida chez les patients vivant déjà avec le VIH. En outre, bien que le sida soit encore une maladie à déclaration obligatoire à l’échelle nationale, les provinces et les territoires ne recueillent et n’envoient pas tous des données sur les cas de sida à l’Agence. Par conséquent, il est entendu que les cas de sida sont sous-déclarés à l’échelle nationale; il est ainsi difficile de se faire une idée de l’épidémie de sida au Canada. (6)

2.13 Décès dus au sida

Entre 1980 et 2011, 13 584 décès dus au sida ont été déclarés au Canada. (6) La figure 21 illustre la baisse spectaculaire de la mortalité due au sida après 1996.

Figure 21 : Nombre de décès déclarés parmi les cas de sida déclarés, de 1980 à 2011 (n = 13 584)

Figure 21

Équivalent textuel – Figure 21

Référence : Agence de la santé publique du Canada, données internes, 2012.

Il convient de noter que le nombre de décès déclarés parmi les cas de sida déclarés ne correspond pas tout à fait au nombre réel de décès parmi les personnes vivant avec le sida. Plusieurs raisons expliquent ce fait : les retards de déclaration; la déclaration de causes de décès apparentées, comme la pneumonie, au lieu du sida; la sous-déclaration des cas de sida qui fait que les décès parmi les cas non déclarés ne sont pas enregistrés; le fait que le décès ne soit pas une variable à déclaration obligatoire dans le système de surveillance du VIH et du sida; le fait que les provinces et territoires n’envoient pas tous des données sur le sida.

2.14 Conclusion

Malgré certaines limites en ce qui concerne la collecte et la déclaration des données, un certain nombre de déductions et de conclusions utiles peuvent être tirées des renseignements présentés dans ce chapitre. Les données de surveillance et les données épidémiologiques décrivent une population de plus en plus diverse de PVVIH au Canada, soutenant le passage à des recherches et à des programmes ciblés propres à chaque population. Le fait que de nouvelles infections continuent à survenir montre qu’il est nécessaire d’adopter une approche durable et renouvelée qui traite les besoins spécifiques des diverses populations à risque ou vivant avec le VIH, en matière de prévention, de soins, de traitement et de soutien.

Chapitre 3 – Vivre avec le VIH et le sida

Vivre avec le VIH et le sida a des répercussions importantes sur la santé et le bien-être des personnes infectées. On peut comprendre de nombreuses caractéristiques par rapport à la vie lorsqu’on est atteint du VIH en examinant les déterminants de la santé et leur incidence sur les personnes vivant avec le VIH/sida (PVVIH), qui sont abordés en détail dans le chapitre 4 de ce rapport. Le présent chapitre porte sur la vie lorsqu’on est atteint du VIH, et ce, à compter du moment où on effectue le test de dépistage et qu’on reçoit le diagnostic. Vivre avec le VIH est une expérience complexe qui peut être très différente d’une personne à une autre, mais les PVVIH au Canada ont des enjeux communs.

Ce chapitre passe en revue la documentation en lien avec le dépistage et le diagnostic, la divulgation, la prévention de la retransmission, les difficultés médicales liées à la vie avec le VIH, les problèmes de traitement, le VIH au sein de la famille, un mode de vie sain, et la santé sexuelle. Finalement, ce chapitre discutera de la recherche concernant le VIH et le vieillissement, les soins palliatifs et le deuil.

3.1 Dépistage et diagnostic du VIH

Même si le dépistage du VIH est largement disponible au Canada, d’après les estimations, une personne sur cinq vivant avec le VIH au Canada n’est pas diagnostiquée et, par conséquent, ne sait pas qu’elle est séropositive. Le dépistage du VIH est primordial pour que les personnes infectées puissent accéder aux soins, aux traitements et aux services de soutien, et qu’elles adoptent des comportements préventifs pour réduire la transmission du VIH. Une fois diagnostiquées, la majorité des PVVIH veulent éviter de transmettre le VIH à leurs partenaires.

Toutes les provinces et tous les territoires du Canada offrent un dépistage volontaire du VIH chez les médecins de premier recours, dans les bureaux de santé publique, les cliniques de santé sexuelle et d’autres structures de soins de santé. (1) Les résultats de tests positifs sont signalés aux responsables de la santé publique de façon nominale ou non Note de bas de page 9, selon la province ou le territoire. Le dépistage anonyme et le dépistage rapide dans les points de service sont offerts dans certaines provinces.

Avant l’arrivée de traitements efficaces et accessibles contre le VIH, beaucoup de personnes hésitaient à effectuer un test de dépistage du VIH. On avait l’impression qu’il ne servait à rien de connaître son état sérologique lorsqu’il n’y avait aucun traitement. En raison des options de traitement désormais offertes, connaître son état sérologique offre de nombreux avantages. Par exemple, les nouvelles données montrent que les traitements antirétroviraux peuvent réduire la réplication virale et la progression lente de la maladie au point où l’infection au VIH est devenue une condition chronique gérable. De plus, les données indiquent que dans certaines populations, les personnes qui observent leur traitement antirétroviral peuvent supprimer leur charge virale à des niveaux indétectables. Elles sont ainsi moins susceptibles de transmettre le VIH à leurs partenaires sexuels.

Le Canada a réussi à réduire de manière substantielle la transmission verticale du VIH de la mère à l’enfant. Les approches de dépistage ciblées pour les femmes enceintes permettent de leur fournir des traitements qui empêchent la transmission du VIH à l’enfant. (2) L’évaluation de dépistage prénatal du VIH en Alberta a démontré que les femmes qui décident de se soustraire au dépistage pourraient avoir un risque d’infection plus élevé que les femmes qui décident de subir le test de dépistage. (3;4)

En dépit de ces progrès en matière de technologies de dépistage et de traitement, et de l’accès élargi au dépistage volontaire offert dans plusieurs provinces et territoires du Canada, de nombreuses personnes ne demandent toujours pas le dépistage. (4-6) Comme il est indiqué dans le chapitre 2, on estime que 25 % des 71 300 (58 600 – 84 000) de Canadiens vivant avec le VIH/sida en 2011 ignoraient qu’ils étaient infectés par le VIH. Le pourcentage estimé de personnes vivant avec le VIH qui ignorent leur séropositivité varie selon les catégories d’exposition. On estime que 34 % des personnes infectées dans la catégorie d’exposition des hétérosexuels ignorent leur état séropositif, par rapport à 20 % dans la catégorie d’exposition des hommes ayant des relations sexuelles avec d’autres hommes (HARSAH). (6)

Le dépistage et le diagnostic tardifs du VIH sont liés à des taux de morbidité et de mortalité plus élevés et contribuent à des périodes plus longues où le VIH peut être transmis sans le savoir. Les infections au VIH non diagnostiquées représentent un obstacle considérable aux efforts déployés en matière de santé publique pour réduire la transmission du VIH. Lors des premiers stades de l’infection, il y a un plus grand risque de transmission du VIH, comme la personne nouvellement infectée a une charge virale plus élevée pendant cette période. Les personnes nouvellement infectées sont plus susceptibles d’être non diagnostiquées et peuvent continuer d’adopter des comportements à risque, alors que les PVVIH qui sont au courant de leur infection sont plus enclines à prendre des mesures actives pour prévenir la retransmission du virus. À l’inverse, une détection précoce du VIH peut améliorer les résultats de santé de la personne concernée.

3.1.1 Accepter un diagnostic de VIH

Recevoir un diagnostic d’une infection au VIH est une expérience qui change le cours de la vie. Les répercussions d’un diagnostic de VIH ont évolué avec le temps, en raison des progrès réalisés sur le plan des traitements et de la réduction de la stigmatisation et de la discrimination envers les PVVIH. Un diagnostic de VIH n’est plus une « condamnation à mort », comme c’était le cas auparavant.

La nature du counseling et du soutien offerts au patient qui subit le test de dépistage détermine en partie l’expérience du dépistage et du diagnostic du VIH. Des modèles de counseling préalable et postérieur au dépistage élaborés pour aider les gens à s’adapter à un diagnostic de VIH et aux soins, aux traitements et au soutien de suivi sont d’une importance cruciale pour le processus de dépistage du VIH. (7;8) Malgré ces modèles bien développés, vivre un diagnostic positif du VIH est une expérience qui est différente d’une personne à l’autre.

Il [un omnipraticien] était très digne de confiance, et il m’a donné beaucoup de counseling après le test. Il n’a jamais insisté pour que je passe un test de dépistage du VIH, mais il m’a toujours rassuré que, le moment venu, il serait là. Lorsque je suis venu le consulter, il m’a consacré beaucoup de temps. Il m’a dit dès que je suis entré dans son bureau que j’étais séropositif. Il m’a pris dans ses bras et m’a serré, et il a pleuré avec moi.

– Autochtone vivant avec le VIH/sida Note de bas de page 10 (9)

Ils m’ont apporté à l’unité psychiatrique et m’y ont enfermé. Ils ne m’ont pas donné mes résultats immédiatement… le médecin est venu, et il a dit : « Il n’y a pas de façon facile de vous annoncer la nouvelle, donc je vais vous le dire directement, vous êtes séropositif. Avez-vous des questions? » Et c’était tout.

– Autochtone vivant avec le VIH/sida (9)

L’expérience du dépistage et du diagnostic est différente selon les personnes, et selon leurs circonstances. Les PVVIH peuvent éprouver différentes émotions et réactions dans le cadre de leur adaptation aux répercussions de leur état séropositif sur leur santé, ainsi que sur leur vie personnelle, physique et sociale. (7;10;11)

Je n’avais aucun espoir, ma vie était terminée, c’était tout. Je suis mort. J’étais un mort vivant (après le diagnostic]… Après environ un an, j’ai commencé à vouloir en apprendre davantage au sujet du virus et en discuter avec d’autres gens, mais immédiatement après le diagnostic, je ne savais rien au sujet de la maladie, seulement que j’étais malade et c’est tout… J’avais une maladie terminale et j’allais en mourir.

– Personne vivant avec le VIH/sida (10)

Je me souviens clairement de quitter le bureau du médecin, et tout ce que je pouvais sentir était la partie supérieure de mon corps. Je ne sais pas comment je me déplaçais, mais honnêtement, je ne pouvais pas sentir mes jambes, et j’avais l’impression que tous les gens se déplaçaient lentement… Je ne pouvais rien entendre, et je ne voyais pas leur bouche bouger comme s’ils se parlaient. Seule la partie supérieure de mon corps bougeait, je ne pouvais pas sentir mes jambes.

– Personne vivant avec le VIH/sida (7)

Accepter un diagnostic de VIH peut prendre longtemps pour une personne vivant avec le VIH/sida; la plupart des personnes séropositives vivent un processus graduel d’acceptation et de (ré)-émergence d’espoir et de planification pour l’avenir. (9;10;12-15) Dans une étude de douze hommes gais vivant avec le VIH, différents « continuums de prise en charge » — le processus par lequel les PVVIH prennent des mesures en vue d’avoir un contrôle plus actif de leur vie et de participer à leur traitement – sont décrits. Les continums comprennent un changement en matière de perception, dans le cadre duquel les personnes passent d’un état d’esprit où elles sont contrôlées par le VIH à un état d’esprit où elles prennent le contrôle, où elles découvrent un sens et un but à la vie, l’acceptation de soi, l’acception de la mort, et où elles changent leur perspective, et passent de la victimisation au sentiment d’être un survivant du VIH. (13)

Le VIH avait tout le contrôle sur ma vie et sur moi au début; cela a pris des années, mais j’ai commencé à contrôler ma propre vie après un moment.

– Homme gai vivant avec le VIH/sida (13)

Les PVVIH diagnostiquées avant l’arrivée d’un traitement efficace ont dû s’adapter à un avenir toujours différent – de la prévision d’une mort précoce, à de faux espoirs créés par les premiers médicaments, à une plus grande certitude d’une durée de vie normale.

C’est difficile de croire qu’on va mourir et de soudainement se rendre compte qu’il est possible que ce n’est peut-être pas le cas… la transition est difficile… ce revirement est semblable à une renaissance… c’était vraiment effrayant.

– Personne vivant avec le VIH/sida (15)

Alors que certaines PVVIH peuvent se tourner vers des pratiques d’adaptation comme la consommation de drogues et l’auto-isolation, d’autres utilisent leur diagnostic comme catalyseur pour des changements positifs. Pour de nombreuses personnes, particulièrement celles qui prenaient part à des modes de vie difficiles, par exemple la consommation de drogues, un diagnostic de VIH peut les mener à mieux prendre soin d’eux-mêmes et à adopter un mode de vie plus sain. (9-11;13;16-18)

La donne de la vie n’est plus la même, et on veut se concentrer sur ce qui est réellement important et significatif.

– Homme gai vivant avec le VIH/sida (13)

Je suis beaucoup plus forte que je l’étais avant mon diagnostic de VIH. Je me suis donnée du pouvoir. Je me suis renseignée, je me suis éduquée. Je ne me sens plus seule, car je sais que je ne suis pas la seule à vivre avec cette maladie. Je suis donc une meilleure personne, croyez-le ou non.

– Femme vivant avec le VIH/sida (17)

Le premier mois, j’avais l’impression que ma vie était terminée, que je ferais aussi bien de tout abandonner… Je suis finalement sorti, et je me suis rendu compte que c’était un tout nouveau jour, que je pouvais recommencer ma vie, et que cette fois, je pouvais faire quelqu’un de moi-même. Donc, oui, ma vie a changé, dans le sens où je suis devenu une personne plus forte qui pouvait faire ce qu’elle voulait, et cela m’a donné la volonté d’aller de l’avant davantage. J’ai reculé d’un pas pendant un mois, et ensuite, j’ai avancé de quatre pas.

– Jeune vivant avec le VIH/sida (11)

Le chapitre 4 de ce rapport présente davantage de détails sur les stratégies d’adaptation auxquelles ont recours les PVVIH en ce qui concerne les habitudes de vie, à la section 4.10.

3.1.2 Notification aux partenaires

La notification aux partenaires est un élément important des services de dépistage du VIH dans toutes les provinces et tous les territoires canadiens. Les médecins et responsables locaux de la santé publique conseillent aux personnes qui ont récemment reçu un diagnostic de VIH d’informer leurs partenaires passés ou actuels (rapports sexuels ou partage de matériel de consommation de drogues) qu’ils ont peut-être été exposés au virus. La notification aux partenaires implique généralement l’aide d’un médecin ou des services de santé publique et est effectuée sans révéler l’identité de la personne à l’origine de l’exposition. On considère la notification comme une mesure de prévention secondaire, car elle facilite l’accès au dépistage du VIH pour les personnes pouvant être à risque d’infection.

3.1.3 Divulgation de son état sérologique

La divulgation de son état sérologique aux autres, par exemple à sa famille, à ses amis, à ses collègues, et à ses fournisseurs de soins de santé ou d’autres services, est une décision très personnelle, et les PVVIH prennent différentes décisions par rapport à qui le dire, et à qui ne pas le dire. La divulgation peut avoir plusieurs avantages potentiels pour les PVVIH, y compris davantage d’occasions d’obtenir du soutien social, de discuter et de mettre en œuvre des options de traitement et de réduction des risques du VIH, et davantage d’occasions de planifier son avenir. En choisissant de divulguer leur état, les PVVIH doivent négocier leurs craintes par rapport aux risques de stigmatisation et de discrimination, à la possibilité du rejet, et, pour certains, aux risques de violence. Certaines personnes choisissent de garder leur état secret.

C’est difficile de ma perspective, car je ne l’ai pas dit à ma famille, ni à aucun de mes proches. Pourquoi me tournerais-je vers quelqu’un qui ne sait pas du tout ce que je vis, qui ne connaît pas ma réalité? Comment pourrait-il possiblement m’aider?

– Autochtone vivant avec le VIH/sida (7)

Mon cœur est passionné par cette situation, et par mon désir d’aider les gens à comprendre; pourtant, je ne sais pas comment le dire à ma famille. Je veux tellement être là, et être ouverte, mais j’ai tellement de craintes. C’est le plus gros obstacle auquel je suis confrontée actuellement.

– Femme vivant avec le VIH/sida (19)

Les PVVIH ont l’obligation légale de divulguer leur état sérologique avant d’avoir des rapports sexuels qui représentent un risque important de transmission du VIH. Toutefois, elles ne sont pas légalement tenues de divulguer leur état sérologique à leurs employeurs, aux membres de leur famille, à leurs amis ou à leurs connaissances. Elles peuvent néanmoins ne pas comprendre dans quelles circonstances elles ont l’obligation légale de divulgation, et par conséquent, elles peuvent se sentir obligées d’informer des gens dans des circonstances où la divulgation n’est pas obligatoire. Cela peut mener à la stigmatisation et à la discrimination, au stress, au rejet ou à l’abandon.

Au Canada, les PVVIH qui décident de divulguer leur état à un employeur ou à des collègues sont protégées par la loi contre la discrimination et la violation de la confidentialité; toutefois, des études démontrent qu’il y a toujours des cas où les employeurs agissent de façon discriminatoire contre des PVVIH malgré ces protections légales. (15;17;20-23)

Divulguer son état sérologique à ses partenaires sexuels actuels ou futurs ou aux gens avec qui on a partagé du matériel de consommation de drogue peut les motiver à faire un test de dépistage et à changer de comportement, ce qui peut en fin de compte les protéger contre l’infection et réduire la transmission du VIH. Un certain nombre de PVVIH au Canada ont été reconnues coupables d’infractions criminelles, par exemple d’agression, d’agression sexuelle, et de meurtre, dans des cas où il a été trouvé que la personne n’avait pas divulgué son état sérologique positif, ce qui invalidait le consentement de leur partenaire à une relation sexuelle, car le partenaire n’aurait pas nécessairement consenti à cette relation si l’état sérologique positif avait été divulgué.

La question de la divulgation de la séropositivité a été traitée dans une étude de 34 hommes, qui avaient presque tous des relations sexuelles non protégées avec d’autres hommes en tout temps ou la plupart du temps. Parmi les 34 hommes, 24 étaient séropositifs. Ces PVVIH ont eu différentes réactions à ces convictions : certaines appuyaient l’obligation de divulguer, alors que d’autres mettaient l’accent sur la responsabilité partagée individuelle de se protéger contre l’infection. (24;25)

Je ne crois pas qu’il s’agit d’une question de confidentialité lorsque tu as des relations sexuelles avec différentes personnes – non? Vous les placez dans une situation où ils sont susceptibles à l’infection. D’après moi, si vous avez des relations sexuelles avec différentes personnes, et que vous ne les avisez pas de votre état sérologique positif et qu’elles l’apprennent par la suite, elles ont le droit de porter des accusations contre vous.

– Homme gai vivant avec le VIH/sida (24)

Si nous allons avoir des relations sexuelles, je les avise de mon état, et c’est légal. Je dois divulguer mon état sérologique.

– Homme gai vivant avec le VIH/sida(25)

De plus en plus, il y a des poursuites judiciaires qui appuient des décisions selon lesquelles vous êtes responsable si vous ne divulguez pas votre état. Suis-je d’accord? Non, car je crois que tout le monde devrait être responsable de sa propre santé; cela étant dit, si on faisait tous preuve de responsabilité envers notre santé, il n’y aurait probablement pas autant de personnes séropositives.

– Homme gai vivant avec le VIH/sida (24)

Ces convictions ont créé des difficultés pour les PVVIH. Les procès criminels retentissants sont très médiatisés, et les PVVIH signalent des sentiments accrus de stigmatisation et de peur – la peur de divulguer son état, par crainte d’être rejeté ou d’être victime d’abus émotionnel ou physique. Pour ces raisons, certaines personnes à risque pourraient hésiter à solliciter un dépistage du VIH et un traitement. (Il est à noter qu’au moment d’écrire ce rapport, il n’y a pas de données empiriques canadiennes qui démontrent que la peur de poursuites au criminel dissuade les gens d’effectuer un test de dépistage.) Certaines PVVIH indiquent sentir une isolation et une discrimination accrues. Des rapports qualitatifs fournis par des PVVIH laissent entendre que la divulgation d’un état séropositif peut être utilisée de façon coercitive contre elles.

…une amie à moi et une autre femme ont porté des accusations contre un homme qui les avait infectées, et c’était dans le journal. Et mon partenaire à ce moment, je n’ai pas, ben, je ne lui ai pas dit qui cette femme était, je ne voulais pas qu’il le sache, mais quand il a lu l’article dans le journal un jour, il est venu à moi, m’a montré le journal, et m’a dit, vous savez, il m’a dit « Si jamais tu me quittes, c’est ce que je vais te faire. Je vais intenter une poursuite contre toi. Et je vais leur dire, je vais leur dire que tu m’as infecté. »

– Femme autochtone vivant avec le VIH/sida (12)

J’ai peur d’entendre que si tu as eu des relations sexuelles avec quelqu’un, qu’il a été infecté et que tu ne lui as pas dit, il pourrait te poursuivre en justice.

– Jeune femme vivant avec le VIH/sida (26)

Les PVVIH peuvent ressentir énormément de stress émotionnel et de culpabilisation liés à leur crainte d’infecter leurs partenaires intimes. La peur du rejet, de l’abandon, et de la possibilité de violence fait en sorte que la divulgation de leur état séropositif soit une tâche difficile pour les PVVIH dans les relations intimes. (12;26-28) Il a été établi que l’obligation de divulguer son état séropositif dissuadait certaines femmes séropositives de chercher des relations intimes en raison de la crainte du rejet et de la violence. (27)

Tout a changé après cela [divulgation]. Il m’a dit qu’il ne voulait pas une femme comme moi. Il a été très méchant envers moi, et j’avais vraiment peur. J’ai pleuré parce que je l’aimais réellement, et j’avais peur qu’il le dise à quelqu’un.

– Jeune femme vivant avec le VIH/sida (26)

3.2 Prévention

Prévenir la propagation du VIH est un objectif important de santé publique à l’échelle nationale et internationale. Cette section aborde ce que la prévention pour les PVVIH signifie et implique.

3.2.1 Prévention positive

Prévenir la propagation de maladies infectieuses, comme le VIH, est une responsabilité commune de tous les membres de la société. Les stratégies de prévention du VIH ont été critiquées par le passé, car elles mettaient trop l’accent sur les personnes séronégatives et omettaient de mettre à profit les contributions que pourraient apporter les PVVIH à la prévention du VIH. Le concept de prévention positive découle d’un effort de la part des PVVIH de participer aux activités qui pourraient contribuer à prévenir la transmission du VIH. « La prévention positive est une façon de réduire la transmission du VIH élaborée précisément par les personnes vivant avec le VIH, à l’intention de ces mêmes personnes. » Note de bas de page 11 (29) La prévention positive comprend la reconnaissance d’une responsabilité partagée entre les partenaires séropositifs et séronégatifs.

La prévention positive ne consiste pas seulement à arrêter la transmission du VIH; elle comprend également des changements de comportement, et l’amélioration des aptitudes en matière de communication et de la confiance en sa capacité à prendre des décisions concernant sa propre santé et à réduire les risques possibles pour ses partenaires sexuels. La prévention positive fait appel à la divulgation active de l’état séropositif par les PVVIH et comprend l’élaboration de stratégies pour faire face aux conséquences de la divulgation de son état séropositif, y compris le rejet possible. (29) L’incidence des approches de prévention positive sur la réduction de la transmission du VIH n’a pas fait l’objet de recherches importantes jusqu’à maintenant.

3.2.2 Sérosélection

Les PVVIH peuvent également se livrer à la pratique de la sérosélection, ou chercher particulièrement des partenaires sexuels qui sont également séropositifs. On a recours à cette pratique en partie afin de réduire le risque de transmission du VIH et en partie afin d’avoir ce qu’on croit être des relations sexuelles plus sécuritaires. (30) La divulgation peut être effectuée explicitement; toutefois, la sérosélection est souvent fondée sur des suppositions par rapport à l’état sérologique d’un partenaire, plutôt que sur la divulgation explicite de l’état du partenaire. (31) Par exemple, la documentation indique que certains hommes gais et d’autres HARSAH formulent des hypothèses par rapport à l’état sérologique de leur partenaire en fonction de la volonté de celui-ci de porter un condom. (25;32) Toutefois, les hypothèses sont souvent basées sur des perceptions liées à un risque élevé, qui peuvent être inexactes. Par exemple, la réticence d’un partenaire sexuel à utiliser un condom peut être interprétée comme un signe qu’il est séropositif (et donc qu’il n’est pas inquiet par rapport à une exposition au VIH, comme il est déjà infecté), ou qu’il est séronégatif (et donc qu’il n’a pas peur de transmettre le VIH à son partenaire).

La sérosélection part du principe que les relations sexuelles entre des partenaires séropositifs ne comprennent pas un risque de transmission du VIH. Alors que le but de la sérosélection est de réduire les risques, la pratique peut mener à une utilisation retardée du condom, ou à la non-utilisation d’un condom, et par conséquent, à une exposition à des infections transmissibles sexuellement et à d’autres souches du VIH, y compris des souches pharmacorésistantes. (25;30;33;34)

3.2.3 Traitement et transmission du VIH

Des éléments de preuve récents à l’échelle internationale permettent l’examen de l’avantage du « traitement comme mesure de prévention » – c’est-à-dire que les PVVIH qui prennent des médicaments antirétroviraux, et qui ont donc une charge virale indétectable, sont beaucoup moins susceptibles de transmettre le VIH. Ces preuves, bien qu’encourageantes, créent de nouveaux défis par rapport à la prévention. (35)

Une supposition des PVVIH que certains comportements à risque sont moins dangereux pendant qu’elles suivent un traitement, de concert avec des hypothèses possiblement inexactes concernant leur charge virale et la transmissibilité, peuvent se traduire par des idées fausses concernant le risque, et ainsi contribuer à la retransmission. Des recherches supplémentaires sont nécessaires pour évaluer l’efficacité du « traitement comme mesure de prévention » dans des situations réelles. Un problème nécessitant des recherches supplémentaires concerne la compréhension des PVVIH par rapport à l’effet du traitement sur le risque de transmission du VIH et les conditions requises pour qu’une stratégie de « traitement comme mesure de prévention » soit efficace. Le traitement comme mesure de prévention ne remplace pas les stratégies de réduction des risques, mais s’avère plutôt efficace lorsque combiné avec les techniques de prévention existantes. L’impact  de compensation de la prise de risques, c’est-à-dire où les gens peuvent avoir moins recours aux mesures de prévention du VIH, car ils croient que le risque de transmission du VIH est moins élevé, est un autre problème clé qui devra être abordé.

3.3 Conditions médicales se rapportant au VIH/sida

Les PVVIH peuvent être touchées par différentes conditions médicales se rapportant à leur infection au VIH, y compris des maladies liées au sida, les effets secondaires du traitement, et des affections associées au VIH, autres que le sida. Ces personnes peuvent également vivre avec des maladies ou des co-infections qui ne sont pas liées à leur infection au VIH, mais le traitement pour ces conditions peut être compliqué par leur infection au VIH. Pour certaines PVVIH, l’infection au VIH est une invalidité épisodique, c’est-à-dire que des périodes de bonne santé peuvent être interrompues par des périodes imprévisibles de mauvaise santé et d’invalidité. (36)

En dépit des progrès réalisés par rapport au traitement du VIH, l’infection a encore des répercussions importantes sur l’espérance de vie. Une étude qui a analysé l’espérance de vie de personnes qui prennent une combinaison de médicaments antirétroviraux dans les pays à revenu élevé, y compris le Canada, a trouvé que le nombre d’années qu’il restait à vivre à 20 ans correspondait seulement à environ deux tiers de l’espérance de vie de la population générale dans ces pays. Il y avait des différences considérables entre les sous-groupes : les femmes avaient une espérance de vie plus élevée que les hommes, et les personnes dont on suppose que l’infection a été contractée par l’utilisation de drogues injectables avaient une espérance de vie moins élevée que les personnes d’autres groupes. Les personnes qui ont commencé le traitement avec une numération des lymphocytes T-CD4 de base plus faible avaient également une espérance de vie moins élevée Note de bas de page 12. (37)

Une autre grande étude qui a examiné plus de 44 000 PVVIH inscrites à des études de cohorte canadiennes et américaines a trouvé que, même si les numérations de cellules CD4 à la première présentation pour l’obtention de soins liés au VIH avaient augmenté entre 1997 et 2007, la numération médiane de cellules CD4 était encore inférieure au seuil standard pour entamer le traitement antirétroviral (cellules CD4 inférieures à 350, ce qui laisse entendre qu’il y a encore un besoin urgent pour un diagnostic et un traitement plus précoces. (38)

3.3.1 Syndrome de l’immunodéficience acquise (sida)

Lorsqu’une personne infectée ne reçoit pas un traitement de médicaments antirétroviraux, l’infection au VIH évoluera pour devenir le syndrome de l’immunodéficience acquise (sida). On considère que les PVVIH ont le sida lorsqu’elles ont une ou plusieurs des 28 conditions cliniques caractérisées comme des maladies définissant le sida. Une liste des maladies définissant le sida est fournie ci-après.

Maladies révélatrices pour les adultes et les cas pédiatriques :

  • Pneumonie bactérienne (récurrente)
  • Candidose (bronches, trachée ou poumons)
  • Candidose (œsophagienne)
  • Cancer du col de l’utérus (invasif)
  • Coccidioïdomycose (diffuse ou extrapulmonaire)
  • Cryptococcose (extrapulmonaire)
  • Cryptosporidiose intestinale chronique (> 1 mois)
  • Infections à cytomégalovirus (ailleurs que dans le foie, la rate ou les ganglions)
  • Rétinite à cytomégalovirus (avec perte de vision)
  • Encéphalopathie liée au VIH (démence)
  • Herpes simplex : ulcération(s) chronique(s) (> 1 mois) ou bronchite, pneumonie ou œsophagite
  • Histoplasmose (diffuse ou extrapulmonaire)
  • Isosporiase intestinale chronique (> 1 mois)
  • Sarcome de Kaposi
  • Lymphome de Burkitt (ou terme équivalent)
  • Lymphome immunoblastique (ou terme équivalent)
  • Lymphome (primaire du cerveau)
  • Complexe Mycobacterium aviumou M. kansasii (infection diffuse ou extrapulmonaire)
  • Mycobacterium appartenant à une autre espèce ou à une espèce non identifiée
  • M. tuberculosis (infection diffuse ou extrapulmonaire)
  • M. tuberculosis (pulmonaire)
  • Pneumonie à Pneumocystis jirovecii (auparavant Pneumocystis carinii) (PCP)
  • Leucoencéphalopathie multifocale progressive
  • Septicémie à Salmonella (récurrente)
  • Toxoplasmose du cerveau
  • Syndrome cachectique dû au VIH

Maladies révélatrices qui s’appliquent seulement aux cas pédiatriques (moins de 15 ans) :

  • Infections bactériennes (multiples ou récurrentes, à l’exclusion de la pneumonie bactérienne récurrente)
  • Pneumonie lymphoïde interstitielle et/ou hyperplasie lymphoïde pulmonaire

Source : Agence de la santé publique du Canada

Les progrès thérapeutiques ont fait en sorte que les maladies définissant le sida sont beaucoup moins courantes au Canada, comme la prise de médicaments antirétroviraux appropriée signifie que l’évolution vers le sida devient moins fréquente. (29) Néanmoins, il y a encore des personnes qui décèdent du sida. Une étude de tous les décès en Colombie-Britannique qui ont été signalés comme étant liés au sida de 1997 à 2005, 40 % des personnes qui sont décédées n’ont jamais reçu un traitement, même si ce dernier était fourni gratuitement. Un statut socioéconomique faible a été associé à ce retard à demander un traitement, et à une mortalité accrue parmi les PVVIH qui accèdent au traitement. (39)

Les progrès thérapeutiques ont fait en sorte que les causes de décès parmi les PVVIH sont de plus en plus semblables à celles de la population générale. Une étude qui examinait les causes de décès parmi les PVVIH en Alberta a révélé que les décès découlant de causes liées au sida ont grandement diminué, alors qu’on a observé une augmentation des décès non liés au sida, y compris les décès causés par l’hépatite B, le virus de l’hépatite C (VHC), le tabagisme et une surdose de drogues injectables. (40)

3.3.2 VIH et comorbidités

Les comorbidités indiquent la présence d’une ou plusieurs maladies en plus de maladies déjà existantes. Elles peuvent poser des problèmes dans le traitement et la gestion de diverses conditions. Les PVVIH qui prennent des médicaments antirétroviraux ont des taux plus élevés de certaines maladies, y compris les maladies cardiovasculaires, le diabète, la perte osseuse, et certains cancers. Ces affections associées au VIH, autres que le sida, sont un sujet d’enquête en évolution dans les recherches actuelles. Les affectations associées au VIH, autres que le sida, peuvent être causées par une infection au VIH, par les effets secondaires des médicaments antirétroviraux ou par une combinaison des deux. (36)

3.3.3 Santé mentale

La santé mentale peut avoir une incidence sur la vulnérabilité à l’infection au VIH, et des troubles de santé mentale peuvent découler de l’infection au VIH, des effets secondaires du traitement du VIH ou d’une combinaison des deux. (29) La santé mentale et la qualité de vie sont des sujets de préoccupations importants pour les PVVIH, peu importe si elles reçoivent ou non un traitement antirétroviral. Les PVVIH ont des niveaux de dépression et d’apathie plus élevés que ceux de la population générale canadienne. (41;42) Une enquête menée auprès de PVVIH en Ontario a trouvé que plus de 50 % d’entre elles souffrent de dépression. (43) On a constaté que les PVVIH qui sont nées à l’extérieur du Canada avaient des symptômes de dépression plus importants que celles nées au Canada, lorsqu’on tenait compte des répercussions de la stigmatisation sur la santé mentale. (44) La dépression parmi les PVVIH a été associée à une moins bonne santé, à une qualité de vie liée à la santé inférieure, à des stratégies d’adaptation négatives et à une utilisation plus élevée des services et des ressources. (41;43;45)

Les problèmes de santé mentale, par exemple l’anxiété, la nervosité, les étourdissements, et l’insomnie, sont également plus courants chez les PVVIH. (36) Les PVVIH qui souffrent de symptômes neurologiques peuvent avoir une qualité de vie liée à la santé inférieure. (41;46)

3.3.4 Co-infections du VIH

Une difficulté importante en ce qui concerne la gestion de la santé des PVVIH est l’infection par d’autres maladies ayant une voie de transmission commune, la vulnérabilité à ces maladies ou une susceptibilité accrue due à une réponse immunitaire plus faible. Les co-infections courantes chez les PVVIH au Canada comprennent la tuberculose ainsi que les infections transmissibles sexuellement et par le sang (ITSS), par exemple l’hépatite B, VHCVHC et la syphilis. (29;47-49) Les PVVIH qui sont coinfectées par des ITSS ont des taux de morbidité et de mortalité plus élevés que les PVVIH qui n’ont pas de co-infection. (36)

Une co-infection peut rendre la vie plus difficile pour une personne vivant avec le VIH/sida, ainsi que compliquer le traitement et le diagnostic. (29) Par exemple, une étude épidémiologique qui a été effectuée entre 2001 et 2006 a examiné l’augmentation des cas de syphilis infectieuse à Ottawa et a laissé entendre qu’une approche diagnostique et thérapeutique plus intensive est nécessaire pour détecter la syphilis chez les PVVIH en raison du tableau clinique modifié de la syphilis chez les personnes infectées par le VIH. (50)

Le VIH, les autres ITSS et la tuberculose ont une relation synergétique. La présence du VIH peut considérablement affaiblir la capacité du système immunitaire de se défendre contre les infections, tandis que la présence de plusieurs ITSS peut accroître la vulnérabilité ou le risque d’infection au VIH. L’infection au VIH contribue de façon significative à l’évolution de la tuberculose progressive parmi les PVVIH ayant la tuberculose latente. (51)

La plupart des recherches récentes portant sur les co-infections courantes du VIH chez les PVVIH sont axées sur le VHC. L’infection par le VHC parmi les PVVIH est en hausse au Canada, particulièrement chez les utilisateurs de drogues injectables. (29) Une infection par le VHC chez les PVVIH est un facteur prédictif indépendant de morbidité. (52) Le VHC comme co-infection du VIH est aussi associée de façon indépendante à des niveaux plus faibles de l’observance du traitement, et à de moins bons résultats du traitement. (52-54)

Les PVVIH qui sont également infectées par le VHC peuvent souffrir de problèmes de santé mentale et physique importants, y compris davantage de symptômes de dépression, une fatigue accrue, et une moins bonne qualité de vie que les PVVIH qui sont seulement infectées par le VIH. (55) Une étude de 482 PVVIH en Ontario a révélé que les personnes également infectées par le VHC étaient plus susceptibles de signaler une consommation de drogues et des antécédents d’itinérance, et beaucoup plus susceptibles de souffrir de dépression que les personnes infectées seulement par le VIH. Il était également plus rare qu’elles recevaient un traitement antirétroviral. De plus, les personnes co-infectées étaient plus susceptibles d’être hétérosexuelles, autochtones, moins éduquées et sans emploi. (56)

Les PVVIH qui sont co-infectées par le VHC peuvent également faire face à des obstacles sociaux de taille en ce qui concerne l’accès aux soins, au traitement et au soutien. (57) Plusieurs de ces obstacles sociaux sont traités dans le chapitre 4 du présent rapport. En particulier, les PVVIH qui sont co-infectées et qui utilisent des drogues injectables font face à des complications supplémentaires par rapport à l’accès au traitement et aux services. (58)

Plusieurs co-infections (hépatite C/VIH, et tuberculose/VIH) sont connues pour avoir des répercussions négatives sur les résultats du traitement contre le VIH. Les régimes thérapeutiques pour une infection peuvent interagir avec ceux pour une autre infection. Il peut donc être difficile de traiter les PVVIH qui sont co-infectées, et le traitement contre le VIH et d’autres co-infections peut être retardé. (29)

Dans le cadre d’une étude récente sur des patients co-infectés par le VIH et le VHC qui recevaient des soins d’une clinique d’Ottawa, on a observé différentes raisons pour l’interruption de traitement chez les patients masculins et féminins; les femmes étaient beaucoup plus susceptibles que les hommes d’interrompre le traitement pour des raisons neuropsychiatriques, comme la dépression ou des maux de tête. On a également constaté que les taux de décès étaient disproportionnellement plus élevés chez les femmes co-infectées par le VIH et le VHC. (59) Une grande part des résultats élevés de mauvaise santé et des mauvais résultats des traitements chez les PVVIH co-infectées sont dus à de mauvais déterminants de la santé sous-jacents, qui sont traités davantage dans le chapitre 4 du présent rapport. (60;61)

3.3.5 Invalidité épisodique

Pour de nombreuses PVVIH, le VIH est une invalidité épisodique, où des périodes de bonne santé peuvent être interrompues par des périodes imprévisibles de mauvaise santé et d’invalidité. (29;36;62;63) Selon la définition générale, le terme invalidité comprend les difficultés physiques et mentales, comme la douleur, la fatigue ou la perte de mémoire; les difficultés à effectuer des activités quotidiennes, comme marcher ou monter les escaliers; et les restrictions quant à la participation sociale, comme des difficultés à travailler ou à participer à des activités sociales. Certaines PVVIH ont des invalidités chroniques à long terme, mais de nombreuses invalidités liées au VIH vont et viennent, sans suivre un profil clair de durée et de gravité. En plus des difficultés auxquelles les PVVIH sont confrontées pour faire face à l’invalidité et pour s’adapter à celle-ci, elles sont également confrontées à des difficultés et à des stress supplémentaires en raison de l’incertitude liée au fait qu’il n’est pas possible de prévoir ces épisodes, et de planifier en conséquence. (29;36;63)

De nouveaux traitements contre le VIH se traduisent par des améliorations importantes en ce qui concerne la gestion des symptômes et la qualité de vie des PVVIH. Pour les PVVIH qui ont été infectées récemment, et qui ont eu accès au traitement à un stade précoce, les périodes d’invalidité peuvent être moins courantes. D’autres études de suivi plus étendues seront nécessaires pour déterminer si cette tendance se poursuit.

3.4 Traitement

En grande partie en raison des médicaments antirétroviraux, le VIH est maintenant considéré comme une maladie chronique mais maîtrisable. Il y a eu une augmentation importante et significative de l’espérance de vie et une diminution de la mortalité parmi les PVVIH qui accèdent aux régimes actuels de traitement antirétroviral hautement actif. (6;64) La disponibilité et la prise accrues de médicaments antirétroviraux ont été associées à des résultats virologiques améliorés et à une pharmacorésistance réduite parmi les PVVIH. (65) Ces médicaments ont aussi entraîné des diminutions importantes de l’incidence des cancers définissant le sida. (66;67)

En dépit de ces réalisations, il y a différentes difficultés associées au traitement. Dans le cadre d’une étude menée sur 38 PVVIH, qui a examiné les effets du traitement antirétroviral sur la qualité de vie, les PVVIH percevaient le traitement comme un compromis entre une moins bonne qualité de vie et une espérance de vie plus grande. Elles ont relevé des problèmes comme les conséquences des effets secondaires, y compris les répercussions sur l’estime de soi, et sur la santé sociale et sexuelle, et l’incidence des toxicités médicamenteuses. D’autres facteurs négatifs comprenaient les tensions avec les travailleurs de la santé, la perte de prise de décisions indépendante, les facteurs de dissuasion en ce qui concerne le retour au travail, le fardeau de prendre des médicaments, et le stress lié à cacher leur état séropositif. (68)

Le traitement au Canada est offert publiquement par l’entremise des systèmes de santé provinciaux et territoriaux, et la plupart des PVVIH accèdent au traitement, aux soins et au soutien. (29) Toutefois, ce ne sont pas toutes les PVVIH au Canada qui accèdent au traitement recommandé. (39) Les PVVIH doivent tenir compte de plusieurs considérations importantes lorsque vient le temps de décider du moment opportun de commencer le traitement. (29;69) Une fois qu’une personne vivant avec le VIH/sida commence le traitement, on lui recommande de continuer celui-ci pour le reste de sa vie. (29) Une analyse des données recueillies auprès de 104 PVVIH en Ontario n’a pas révélé de différences importantes entre les hommes et les femmes vivant avec le VIH/sida en ce qui concerne le recours au traitement; en moyenne, les hommes et les femmes commençaient la prise de médicaments antirétroviraux 2,2 ou 2,3 années après leur diagnostic initial de VIH. (70) Différents obstacles personnels ou sociaux peuvent avoir une incidence sur la capacité et la volonté des PVVIH de suivre le traitement lorsqu’il est recommandé par un médecin.

Divers facteurs ont une incidence sur le succès du traitement. L’observance est un facteur clé – les PVVIH doivent prendre leurs médicaments quotidiennement et ne pas interrompre le traitement. La section 3.4.2 abordera les problèmes d’observance en détail. D’autres facteurs ayant une incidence sur le succès du traitement comprennent le fait qu’une personne vivant avec le VIH/sida peut répondre différemment à différents régimes thérapeutiques, et que le recours retardé ou différé au traitement a une incidence sur la mortalité de la personne vivant avec le VIH/sida. (71) Finalement, l’insécurité alimentaire, où l’accès à des aliments suffisamment nutritifs est limité ou instable, a été associée à des interruptions de traitement, à de moins bons résultats de traitement et à la mortalité liée au VIH. (72;73) Dans une étude faisant le suivi de 1 119 participants d’un programme thérapeutique contre le VIH/sida en Colombie-Britannique entre 1998 et 2007, les personnes qui souffraient d’une insécurité alimentaire et d’un déficit de poids étaient presque deux fois plus susceptibles de mourir que les autres participants de l’étude qui n’avaient pas ces problèmes. (72)

3.4.1 Effets secondaires du traitement et interactions

Différents régimes thérapeutiques peuvent causer des effets secondaires, qui peuvent nuire à la santé et à la qualité de vie des PVVIH. Il est souvent difficile de déterminer si les problèmes de santé et les symptômes dont souffrent les personnes vivant avec le VIH sont causés par les médicaments contre le VIH, ou par le virus lui-même. Dans de nombreux cas, ces problèmes de santé peuvent être le résultat des effets secondaires du traitement, et de l’infection au VIH. (29;36)

Les effets secondaires du traitement contre le VIH varient selon la personne vivant avec le VIH/sida, et selon les régimes thérapeutiques antirétroviraux. Alors que certaines PVVIH ont de graves effets secondaires découlant du traitement, d’autres n’ont que des effets secondaires légers, ou aucune réaction indésirable. Les effets secondaires rapportés : perte d’appétit; nausées et vomissements, problèmes digestifs, par exemple de la diarrhée et de la flatulence; redistribution des tissus adipeux; problèmes cardiovasculaires, y compris les accidents vasculaires cérébraux et les crises cardiaques; résistance à l’insuline et diabète; problèmes osseux, y compris les décès osseux; problèmes de foie, pancréatite; problèmes de la peau; douleur musculaire et articulaire, et faiblesse musculaire; maux de tête; troubles de santé mentale, comme la dépression et l’anxiété. (29;36;68;74)

De nombreuses études ont révélé que les changements de la forme corporelle et de l’image de soi découlant de la lipodystrophie – un effet secondaire de certains médicaments, où les tissus adipeux sont redistribués – nuisent à la qualité de vie des PVVIH qui prennent des médicaments antirétroviraux. (68;75;76) Toutefois, il est moins probable que les régimes thérapeutiques plus récents causent cet effet secondaire. (36)

J’ai des problèmes d’estime de soi en raison de changements corporels liés à mes médicaments; ces problèmes m’ont tellement affecté que j’ai été suicidaire… Je me sens encore [juron] en ce qui concerne mon apparence, et des fois je me réveille le matin et je ne veux pas me réveiller, ce qui est un sentiment nouveau chez moi depuis que j’ai un plus gros ventre, et que je n’ai plus de gras dans mes jambes et mes bras.

– Personne vivant avec le VIH/sida (68)

Le traitement a beaucoup amélioré la vie des PVVIH malgré les répercussions négatives des effets secondaires chez certaines personnes.. Une comparaison des résultats liés à la santé sur la qualité de vie de PVVIH qui avaient recours à différents régimes thérapeutiques dans un essai multinational de trois ans a révélé que généralement, commencer un traitement était associé à une qualité de vie liée à la santé maintenue ou améliorée. (77)

3.4.2 Observance du traitement

La réussite de la suppression du VIH exige une observance absolue du traitement de médicaments antirétroviraux. Les interruptions de traitement peuvent avoir des conséquences cliniques négatives, y compris le développement d’une pharmacorésistance. (36;78) Les recherches sur le succès des médicaments antirétroviraux ont étudié l’admission ou la réadmission à l’hôpital en tant que facteur prédictif de la mortalité. (79;80) Il a été démontré que l’observance du traitement de médicaments antirétroviraux diminuait le risque de réadmission à l’hôpital pour les PVVIH dans le cadre d’une comparaison de deux cohortes composées du même nombre de PVVIH qui suivaient un traitement antirétroviral hautement actif, et de PVVIH qui ne suivaient pas un traitement antirétroviral hautement actif. (80) Une autre étude examinant les facteurs prédictifs d’hospitalisation parmi un grand échantillon de PVVIH prenant des médicaments antirétroviraux en Colombie-Britannique a trouvé qu’une faible numération de cellules CD4, ainsi qu’une mauvaise observance du traitement, une hospitalisation antérieure, le sexe féminin, et l’utilisation de drogues injectables, permettaient de prévoir les taux d’hospitalisation. (81) Dans une étude connexe sur la même cohorte, les personnes ayant une observance sous-optimale avaient un risque d’hospitalisation 1,888 fois plus élevé. (79)

Des régimes thérapeutiques simplifiés contribuent à améliorer l’observance. Dans le cadre d’une étude menée en Ontario auprès de 779 PVVIH, 15 % des participants ont signalé avoir manqué au moins une dose de médicaments antirétroviraux dans les quatre jours avant leur entrevue. Il y avait deux fois moins de chance que les participants avec une posologie uniquotidienne manquent une dose, par rapport à ceux ayant plus d’une dose à prendre par jour. D’autres facteurs associés à une observance sous-optimale comprennent un plus jeune âge, une interaction sociale positive plus faible, et une fréquence accrue de consommation excessive d’alcool. (82)

3.4.2.1 Facteurs ayant une incidence sur l’observance

L’observance est une pratique de santé qui exige un engagement personnel de la part des PVVIH de remplir régulièrement leurs prescriptions et de prendre des médicaments tous les jours pour le reste de leur vie. La rigidité de l’observance requise pour les traitements contre le VIH signifie que commencer le traitement peut comprendre des changements importants au style de vie de certaines PVVIH. (29;36;83) Le traitement est associé à des effets secondaires et peut compliquer d’autres conditions, et peut aussi retarder ou interrompre le traitement d’autres infections. Par conséquent, les PVVIH doivent tenir compte des avantages et des inconvénients de commencer le traitement.

Lorsque j’ai commencé le régime thérapeutique, il me semblait très accablant, et je trouvais cela difficile de demander aux autres de s’accommoder au moment où il fallait que je mange, lorsque j’étais avec des amis, et qu’on était à un souper ou à une activité semblable.

– Personne vivant avec le VIH/sida (83)

Ma vie est centrée sur mes médicaments. Par exemple, je ne peux pas quitter la maison sans eux, ou je dois revenir à la maison pour une heure fixe parce que je n’aime pas me déplacer avec eux si ce n’est pas obligatoire; je vais donc aller chez un ami, et ensuite je devrai partir pour prendre mes médicaments.

– Personne vivant avec le VIH/sida (83)

La dépression en soi est un facteur de risque pour la mortalité – même pour les PVVIH qui suivent un traitement – et peut avoir une incidence sur la capacité des PVVIH d’observer la posologie recommandée. L’effet de l’observance sur la relation entre les symptômes de dépression et la mortalité parmi 563 PVVIH qui commençaient un traitement antirétroviral hautement actif a été étudié sur une période de six ans. (84) Parmi ces patients, 51 % étaient classés comme ayant des symptômes de dépression à la date de référence. Ceux avec des symptômes de dépression et un taux d’observance de moins de 95 % étaient 5,9 fois plus susceptibles de mourir que ceux qui n’avaient pas de symptômes de dépression et qui respectaient le traitement.

La capacité et la volonté des PVVIH d’observer les régimes thérapeutiques prescrits sont compliquées par des facteurs psychosociaux. (85-88) La crainte de la stigmatisation et de la discrimination peut influer sur les pratiques d’observance parmi les PVVIH. Quinze PVVIH ont décrit les raisons qui ont influé sur leur décision de refuser un traitement antirétroviral hautement actif lorsque ce dernier avait été recommandé par un médecin. (85) Les facteurs qui découragent les participants de commencer le traitement comprennent les résultats attendus, les facteurs de médication, et les états d’humeur, par exemple la dépression, l’anxiété et la colère. Les participants ont également cité la crainte que les effets secondaires des médicaments exposent leur infection au VIH et entraînent de la gêne, du jugement, du rejet, et de l’abandon de relations sociales.

Je n’ai pas la force nécessaire pour dire aux autres que j’ai le sida. Je m’inquiète de ce que les gens penseraient de moi, de la façon dont ils me regarderaient, et de la façon dont ils me traiteraient. Je ne prends donc pas de médicament, car je ne veux pas que les autres le sachent.

– Personne vivant avec le VIH/sida (85)

En grande partie, il s’agit d’un déni de mon état séropositif. C’est la raison la plus importante, et les effets secondaires, mais les trois premières raisons sont : déni, déni, déni. Lorsque les gens me le demandent, je peux dire que je vais bien, aussi longtemps que je ne prends pas de médicament.

– Personne vivant avec le VIH/sida (85)

En plus de l’initiative et des responsabilités requises de la part des PVVIH, atteindre une observance optimale nécessite l’engagement des fournisseurs de soins des PVVIH pour offrir différences activités de soutien de l’observance. Dans le cadre d’une enquête menée auprès de médecins, de pharmaciens et d’infirmiers qui prodiguent des soins à des patients infectés par le VIH en Ontario, diverses activités de soutien de l’observance étaient appuyées par la majorité des répondants, mais ils ont également signalé qu’ils ne fournissaient pas toujours ces activités de soutien. Les obstacles relevés comprenaient le manque de temps, le besoin de professionnels de soins de santé supplémentaires auxquels ils pourraient renvoyer les patients pour obtenir du soutien de l’observance, et la perception que certaines activités ne font pas partie de leur rôle. (69) L’accès des PVVIH à du soutien social peut également avoir une incidence sur les résultats cliniques parmi les PVVIH qui prennent des médicaments antirétroviraux. Une étude examinant 34 PVVIH qui prenaient des médicaments antirétroviraux systématiquement sur une période de quatre ans a déterminé qu’un soutien interpersonnel, informationnel, et émotionnel accru était associé à de meilleurs avantages cliniques, mesurés en fonction de la suppression virale. (89)

Le processus de réinstallation peut interrompre l’accès au traitement et nuire aux pratiques d’observance pour les PVVIH. Dans une étude menée auprès de 2 421 PVVIH en Colombie-Britannique, les participants qui ont déménagé au moins trois fois pendant l’étude étaient 1,79 fois plus susceptibles de ne pas respecter la posologie recommandée. (90) Les voyages à l’étranger peuvent également nuire aux pratiques d’observance – dans une enquête anonyme menée auprès de 290 PVVIH qui recevaient des soins d’une clinique de soins du VIH de Toronto, 133 ont signalé des voyages à l’étranger; parmi celles-ci, 29 % ont indiqué avoir arrêté de prendre leurs médicaments, ou ne se sont pas bien conformés au traitement pendant le voyage. (91)

3.4.2.2 Observance du traitement parmi des populations distinctes

Certaines populations ont plus de difficulté à accéder au traitement, et à l’observer. Dans une étude menée auprès de 892 PVVIH qui reçoivent un traitement en Colombie-Britannique, les Autochtones vivant avec le VIH/sida ont démontré des niveaux inférieurs d’observance du traitement que les autres PVVIH. (92) De plus, on a observé que les Autochtones vivant avec le VIH/sida qui avaient des antécédents d’utilisation de drogues injectables attendaient plus longtemps avant de commencer le traitement. (93) La marginalisation sociale, les sentiments d’invincibilité et les idées fausses par rapport au traitement peuvent jouer un rôle dans l’observance du traitement parmi les jeunes Autochtones vivant avec le VIH. (94) Les obstacles sociaux et structuraux ont nui à l’accès au traitement contre le VIH et aux services, et à l’utilisation de ceux-ci, par les femmes dans l’industrie du sexe dans le centre-est de Vancouver, une population qui a un taux élevé d’utilisation de drogues injectables. (95)

Il est connu que les PVVIH qui sont également infectées par le VHC et qui utilisent des drogues injectables font face à des obstacles importants en ce qui concerne l’accès au traitement, ce qui nuit à l’observance du traitement. (96) De plus, le traitement des co-infections dans cette population peut être compliqué par les interactions entre les traitements et les drogues illégales. Il a été déterminé qu’une co-infection par le VHC était un facteur prédictif des mauvaises tendances d’observance, indépendamment de l’utilisation de drogues injectables, dans un échantillon de 1 186 PVVIH, y compris 606 personnes ayant également le VHC. (97) Il a été démontré que le traitement à la méthadone peut avoir le potentiel d’améliorer l’observance du traitement et les résultats chez les personnes co-infectées par le VIH et le VHC qui utilisent des drogues injectables. (58;98)

De très nombreuses recherches sur le traitement au Canada examinent le lien entre l’utilisation de drogues injectables, l’observance et la mortalité. Au Canada, les taux d’observance faibles sont disproportionnellement élevés parmi les communautés ayant un nombre élevé de personnes qui utilisent des drogues injectables. (60;61;98;99) Par contre, les PVVIH qui utilisaient des drogues injectables n’ont pas démontré des taux élevés de résistance antirétrovirale par rapport aux PVVIH n’ayant pas d’antécédents d’utilisation de drogues injectables. (93) Les PVVIH qui utilisent des drogues injectables sont plus susceptibles de respecter le traitement recommandé lorsqu’on leur prescrit un régime thérapeutique quotidien à une seule pilule. (100)

Des études qui ont comparé la mortalité des PVVIH qui s’injectent des drogues, et celles qui ne le font pas, sont arrivées à différentes conclusions. Dans une étude qui modélise l’espérance de vie de différents groupes de PVVIH, on a trouvé que les PVVIH qui utilisent des drogues injectables avaient des disparités importantes en ce qui concerne l’espérance de vie par rapport aux PVVIH qui n’utilisent pas de drogues injectables. (101) Néanmoins, dans une étude qui a fait le suivi de 3 116 PVVIH qui commençaient un traitement antirétroviral hautement actif, dont 915 (29 %) étaient des utilisateurs de drogues injectables, les taux de survie sur cinq ans étaient presque identiques, après avoir tenu compte des décès par surdose. (102)

Dans une étude de 160 PVVIH qui participaient à une plus grande étude sur les utilisateurs de drogues injectables à Vancouver, 44 % ont arrêté le traitement pendant la période d’étude. Les raisons les plus courantes données pour l’arrêt du traitement étaient l’incarcération (44 %) et les effets secondaires des médicaments (41 %). (103) Dans le cadre d’une étude qualitative de douze utilisateurs de drogues injectables séropositifs qui avaient été incarcérés, les participants ont indiqué avoir eu des interruptions de traitement et avoir reçu des conseils sous-optimaux relatifs à leur traitement pendant qu’ils étaient en prison. (104)

3.5 Médecines douces et parallèles

L’expression « thérapies de médecines douces et parallèles » est un terme général qui fait référence à toute thérapie qui ne fait pas partie du modèle standard occidental. (29) La majorité des PVVIH qui ont recours aux thérapies de médecines douces et parallèles le font pour tirer profit des avantages de ces médecines, et de ceux de la médecine traditionnelle. Les médecines douces sont utilisées en combinaison avec des médicaments antirétroviraux, pour alléger les symptômes du VIH et du sida, pour soulager les effets secondaires, ou pour améliorer de façon générale sa qualité de vie. À l’heure actuelle, la plupart des coûts des médecines douces et parallèles ne sont pas couverts par les plans de soins de santé publique au Canada, bien que certaines PVVIH aient recours à certaines médecines douces et parallèles par l’entremise d’une assurance maladie privée. (36)

Des exemples de médecines douces et parallèles comprennent les affirmations et la visualisation, l’acuponcture, l’aromathérapie, la médecine ayurvédique, la phytothérapie, l’homéopathie, les massages et le toucher thérapeutique, la méditation, les traditions de guérison autochtones nord-américaines, la naturopathie, la médecine chinoise traditionnelle et le yoga. Les PVVIH peuvent utiliser les médecines douces et parallèles pour les raisons suivantes : accroître leur niveau d’énergie, renforcer leur santé spirituelle, soulager leur douleur chronique, soulager les nausées, aider à se rétablir de la toxicité médicamenteuse, calmer le stress et améliorer leur capacité d’adaptation. (36) Pour d’autres, l’utilisation de médecines douces et parallèles fait partie d’un mode de vie. Les Autochtones vivant avec le VIH/sida décrivent souvent la combinaison des pratiques de guérison autochtones et des thérapies occidentales dans leur approche holistique à la gestion de la santé. (105)

Je crois que connaître une approche occidentale, ainsi qu’une approche autochtone et différents types d’enseignements culturels serait préférable, comme nous ne vivons pas à l’extérieur de monde occidental. En fait, nous vivons dans ce monde. Et certaines personnes y répondraient seulement, car elles ont été blessées par de nombreuses personnes autochtones au fil du temps. Nous devons donc connaître les deux approches.

– Autochtone vivant avec le VIH/sida (105)

Le cannabis est une substance contrôlée au Canada; toutefois, l’accès légal aux fins d’utilisation médicinale peut être accordé aux personnes ayant des maladies graves, y compris le VIH et le sida, par l’entremise du Règlement sur l’accès à la marihuana à des fins médicales. En 2007, moins de 1 400 Canadiens avaient obtenu une approbation dans le cadre de ce Règlement. Dans une étude menée sur 197 PVVIH, près d’un tiers d’entre elles ont indiqué utiliser le cannabis pour s’autotraiter. Un total de 80 % de ces participants ont indiqué dépendre de voies illégales pour obtenir du cannabis. Des facteurs comme le manque d’information, et des préoccupations au sujet de la qualité du produit, ont été mentionnés comme des obstacles à l’accès légal au cannabis. De plus, de nombreux participants étaient d’avis que le processus d’application en vertu du Règlement sur l’accès à la marihuana à des fins médicales était stressant, et l’ont décrit comme étant long, pénible, compliqué et déroutant. (106)

Il y a de plus en plus de preuves qui indiquent que les réactions indésirables et la pharmacorésistance surviennent en raison d’interactions entre les produits de santé naturels et les médicaments antirétroviraux. (36;107-110) Les produits de santé naturels peuvent inclure les suppléments, les remèdes à base de plantes et les vitamines. (36) Une récente étude des rapports sur les cas canadiens d’effets  indésirables, ainsi que des études cliniques réalisées avec des humains pour les patients qui prennent des médicaments antirétroviraux et des produits de santé naturels, a établi que le risque de résistance et de modifications thérapeutiques peut exister pendant l’utilisation simultanée de produits de santé naturels et de médicaments antirétroviraux. (110) Une autre étude systématique effectuée en 2005 a trouvé que des changements importants aux concentrations des médicaments surviennent lorsque des produits de santé naturels sont combinés à des médicaments antirétroviraux. Cette étude a relevé des interactions importantes entre les médicaments antirétroviraux et l’ail, et entre les médicaments antirétroviraux et le millepertuis commun, même si des limites méthodologiques font en sorte qu’il n’est pas possible de généraliser ces résultats pour les patients. (109) En raison de la proportion importante connue des PVVIH qui ont recours à des produits de santé naturels au Canada, il est nécessaire d’effectuer davantage de recherches sur les interactions entre ces produits et les médicaments antirétroviraux.

En résumé, il existe très peu de recherches qui indiquent l’efficacité des médecines douces et parallèles. Le peu de preuves pour de nombreuses interventions par médecines douces et parallèles signifie que ces options ne sont donc pas considérées comme des traitements fondés sur des preuves. (36) En raison de l’estimation selon laquelle 90 % des PVVIH utilisent un type de médecine douce ou parallèle au Canada, il y a un besoin important de recherches et d’évaluations supplémentaires sur l’efficacité des différents types de médecines douces et parallèles utilisées par les PVVIH. (36)

3.6 VIH au sein de la famille

Avoir un ou plusieurs membres d’une famille atteints du VIH a des répercussions sur l’ensemble de la famille, y compris sur les conjoints, les enfants et les familles élargies. La prestation de soins est extrêmement importante pour la santé et le bien-être des PVVIH. La famille joue un rôle de premier plan dans la prestation de ces soins, comme la plupart des soins non médicaux sont donnés dans le milieu familial.

Aux fins du présent rapport, le terme « famille » s’entend de toute association de deux personnes ou plus liées entre elles par des liens de consentement mutuel, de la naissance, par l’adoption ou le placement et qui, ensemble, assument la responsabilité de diverses combinaisons de certains des éléments suivants : entretien matériel et soins des membres du groupe; l’ajout de nouveaux membres par le biais de la procréation ou de l’adoption; la socialisation des enfants; le contrôle social des enfants; le contrôle social des membres; la production, la consommation et la distribution de biens et de services; et la satisfaction des besoins affectifs. (111)

3.6.1 Santé génésique et planification familiale

Pour les PVVIH qui veulent avoir des enfants, la décision est rendue plus complexe par le risque de transmettre le VIH à son partenaire sexuel et aux enfants pendant la grossesse, ainsi que par le besoin de ressources familiales et de soins médicaux exhaustifs pour le VIH. Élever une famille lorsqu’on est séropositif peut nécessiter une gestion attentive de la santé et la prise en considération des réalités de la stigmatisation et de la discrimination contre les membres de la famille. Cela comprend également du soutien social et des pratiques d’adaptation saines pour surmonter les obstacles d’être parent lorsqu’on a une maladie chronique.

Comme il a été mentionné au chapitre 2, la transmission verticale de la mère à l’enfant pendant la grossesse a considérablement diminué au Canada depuis l’introduction du dépistage généralisé chez les femmes enceintes et la prise de médicaments antirétroviraux. Une augmentation du désir de devenir enceinte parmi les femmes vivant avec le VIH au Canada a récemment été documentée. (112-114) On croit que cette augmentation est le résultat de technologies améliorées pour le traitement et la prévention de la transmission verticale. (114) Le désir ou le sentiment d’obligation de nombreuses femmes vivant avec le VIH d’avoir des enfants a également été lié au genre et aux croyances culturelles par rapport à la maternité et à la féminité. (113) Une discussion sur les recherches récentes concernant le genre comme un déterminant de la santé se trouve au chapitre 4 du présent rapport.

Le traitement est un facteur pour déterminer la charge virale et le risque de transmission dans les couples sérodiscordants (où un partenaire est séropositif, et l’autre est séronégatif) qui tentent de concevoir. (115) Dans le cadre de la planification de grossesse, il faut tenir compte sérieusement des problèmes de traitement pour les femmes enceintes vivant avec le VIH/sida. Des réactions indésirables aux médicaments peuvent survenir chez les femmes enceintes qui prennent des médicaments antirétroviraux. Une étude effectuée entre 1997 et 2006 a fait le suivi de 103 femmes séropositives qui ont reçu un traitement antirétroviral hautement actif pendant la grossesse : il y a eu 98 réactions indésirables aux médicaments dans 49 du total de 133 grossesses (certaines femmes ont signalé plus d’une réaction). La plupart des rapports de réactions indésirables portaient sur des réactions faibles à modérées. Les réactions indésirables aux médicaments les plus courantes étaient de nature gastro-intestinale, suivies de symptômes au niveau du système nerveux central, d’anémie, de niveaux d’enzymes élevés dans le foie ou le pancréas, et d’éruptions cutanées. (116)

Les chercheurs tentent de déterminer si les médicaments antirétroviraux pris par les femmes enceintes ont des effets négatifs sur leurs nouveau-nés. Des résultats d’une cohorte de 206 mères séropositives qui avaient été traitées par des médicaments antirétroviraux de 1997 à 2005 n’ont pas indiqué un risque accru important de naissance prématurée ou d’insuffisance de poids à la naissance chez leurs nouveau-nés. Les nouveau-nés dans cet échantillon ont atteint des percentiles de croissance normaux dans les deux premières années de vie. (117)

3.6.2 Parents et VIH

Le lien entre la maternité et l’infection au VIH a récemment été relevé comme un sujet de préoccupation dans les recherches sur la santé. Les études qui examinent les expériences des femmes qui vivent avec le VIH mentionnent souvent les défis des priorités en concurrence associés au fait d’être une mère. (118) Elles se démènent pour équilibrer leurs propres besoins de santé et le besoin de garantir un hébergement familial sécuritaire et stable, de trouver un emploi, de répondre aux besoins de leurs enfants et pour certaines, d’éviter la violence et l’abus. Une recherche qualitative laisse entendre que les femmes vivant avec le VIH ont tendance à sacrifier leurs propres besoins en matière de santé en accordant la priorité aux besoins de leur famille. (12;118-121)

Je suis la seule personne qui va m’occuper de ces enfants. Essentiellement, je me suis assise, je me suis parlé, et je me suis dit que je devais y arriver.

– Femme vivant avec le VIH/sida (121)

Je crois que je n’ai pas le temps de m’occuper de moi-même en tant que femme, car je suis trop occupée à prendre soin d’autres personnes. Et je le fais… c’est finalement quand j’en peux presque plus que je me rends compte que je dois faire quelque chose pour moi-même. Et vous savez, j’ai un [jeune enfant] qui demande beaucoup d’attention, car il a des problèmes.

– Femme vivant avec le VIH/sida (12)

La crainte de perdre ses enfants aux services sociaux en raison de la stigmatisation liée au VIH a été décrite comme un problème important par les parents vivant avec le VIH/sida. (121;122)

J’ai entendu des histoires d’horreur d’autres parents, concernant des travailleurs sociaux qui ont été appelés pour absolument aucune raison. Ils supposent qu’il y a un problème social dans votre famille [s’il y a des cas de séropositivité]. C’est comme si vous étiez marqué, d’une certaine façon.

– Parent vivant avec le VIH/sida (121)

Le revenu familial et la stabilité en logement peuvent avoir une incidence sur le développement sain d’enfants vivant avec le VIH. Une étude qualitative analysant l’expérience de 50 parents vivant avec le VIH en Ontario laisse entendre que l’instabilité au niveau du logement peut mener à un milieu de vie instable pour les enfants, et à de l’incertitude au sujet de l’avenir. Le fait d’être mère monoparentale et les difficultés connexes liées au revenu et à l’instabilité en logement, ainsi que l’infection au VIH, ont été établis comme des facteurs ayant une incidence sur la capacité parentale des PVVIH. Les parents vivant avec le VIH ont décrit la perte de la garde de leur enfant, ou la crainte de perdre la garde en raison de l’infection au VIH et de l’instabilité en hébergement. (121)

J’étais très déprimée, et j’étais contrariée. Les services des enfants et de la famille m’ont dit que j’étais malade, et que si je n’avais pas de famille, comment allais-je pouvoir prendre soin de ma fille? Comment allais-je m’occuper de mon fils? Cela m’a beaucoup dérangée, car lorsque j’ai reçu le diagnostic, ils s’en fichaient, et ensuite, quand je suis tombée malade, on m’a enlevé ma fille, et ensuite mon fils, et cela m’a beaucoup blessée.

– Parent vivant avec le VIH/sida (121)

3.6.3 Enfants et jeunes vivant avec le VIH/sida

Il y a un petit groupe d’enfants et de jeunes au Canada qui ont été infectés par le VIH pendant la période périnatale, alors que d’autres sont devenus séropositifs à l’adolescence. Cette section porte sur les enfants qui vivent avec le VIH depuis leur naissance.

Les parents et les professionnels de la santé sont responsables de divulguer aux enfants qu’ils sont séropositifs. Cette divulgation est un processus continu qui commence lorsque l’enfant est très jeune, et qui continue progressivement. Par exemple, on peut dire à un jeune enfant : « Ce médicament aidera à garder ton sang fort ». (123) Les enfants plus vieux et les adolescents peuvent comprendre des renseignements médicaux plus complexes. Il est important qu’ils soient bien informés au sujet des relations, de la santé sexuelle et de la prévention avant qu’ils deviennent actifs sexuellement. Divulguer une infection au VIH à un enfant séropositif peut créer un stress émotionnel grave pour les parents et les enfants, y compris le stress lié à la crainte du rejet par la communauté, et à la crainte que l’enfant blâme sa mère lorsque son infection a été transmise de façon verticale. (123)

Les décisions concernant la divulgation du VIH à l’école et aux amis ont été établies comme des sources importantes de stress parmi les enfants et les jeunes vivant avec le VIH. (11;124) Deux études récentes sur les enfants vivant avec le VIH au Canada laissent entendre que les enfants peuvent être victimes de stigmatisation et de discrimination à l’école et dans le milieu communautaire. (121;124)

Les jeunes vivant avec le VIH soulèvent différentes préoccupations, y compris l’isolation de sa propre communauté et de la communauté du VIH, le rejet social après la divulgation, la solitude, le désespoir, la fatigue liée aux traitements, et leurs craintes concernant leur santé à long terme. (11;125) Pour d’autres, par contre, la séropositivité n’est qu’une partie relativement petite de leur identité. (11)

Je crois qu’on ressent la même chose parfois, un sentiment de solitude; des fois, on a l’impression que personne ne nous connaît. Vous avez quelque chose, et vous le savez, mais les autres n’y pensent pas. Mais vous le savez, et vous agissez différemment parmi les gens, vous faites attention à ce que vous dites.

– Jeune vivant avec le VIH/sida(11)

Je fais mes choses, constamment. Je ne m’arrête jamais pour penser au fait que je suis atteint du VIH.

– Jeune vivant avec le VIH/sida(11)

La stigmatisation et la discrimination, les anxiétés au sujet de leur propre santé et de celle de leurs parents, et pour certains, l’expérience d’avoir perdu un parent au sida, peuvent s’accumuler pour créer des troubles de santé mentale, comme du stress et de la dépression parmi les enfants et les jeunes vivant avec le VIH. (124)

Les enjeux liés à la santé sexuelle et aux relations romantiques ont été décrits comme étant une source particulière de préoccupation et de stress parmi les jeunes vivant avec le VIH. (26;124;126) Les jeunes vivant avec le VIH doivent faire face aux difficultés de l’adolescence et de leur sexualité naissante, ce qui est rendu plus compliqué par les problèmes de divulgation de leur état séropositif. Dans deux études de Montréal examinant les problèmes de sexualité parmi les jeunes vivant avec le VIH depuis leur naissance, le thème de crainte du rejet découlant de la divulgation était le plus abordé. Les jeunes étaient bien informés concernant la prévention du VIH, et ils se sentaient responsables de protéger leurs partenaires actuels et futurs, mais plusieurs d’entre eux ont indiqué ne pas toujours utiliser un condom, et ne pas toujours divulguer leur état séropositif.

Je ne comprends pas pourquoi je le lui dirais, si je le protège.

– Jeune vivant avec le VIH/sida(26)

Lorsque je lui ai dit, oui, ça a été un choc, mais en même temps, il a vu autre chose que le VIH. Pour moi, c’était l’expérience la plus importante de ma vie… peu importe ce qui arrive, je sais qu’il sera toujours là.

– Jeune vivant avec le VIH/sida(26)

Des recherches émergentes étudient les difficultés auxquelles sont confrontés les jeunes vivant avec le VIH pendant la transition des soins pédiatriques aux soins adultes pour le VIH. Dans une étude de 54 jeunes vivant avec le VIH au Québec qui faisaient la transition aux soins adultes, un quart étaient immunosupprimés avec une numération de cellules CD4 de moins de 200 et un tiers de ceux qui ont été testés étaient pharmacorésistants. (127) L’observance du traitement représente une difficulté chez les jeunes qui font la transition aux soins adultes. Les jeunes qui avaient l’impression que leurs médicaments étaient essentiels pour leur bien-être ont signalé une observance plus continue du traitement, par rapport aux jeunes qui percevaient leurs médicaments comme un facteur de différence par rapport à leurs pairs. (26) Ces études soulignent l’importance d’aborder la transition des soins pédiatriques aux soins adultes, et montrent que le soutien positif des pairs et des services flexibles peuvent aider à cette transition. (125;128)

3.6.4 La violence dans les relations intimes

La violence domestique a été étudiée en lien avec la vulnérabilité à l’infection au VIH, et cet enjeu a été abordé dans d’autres rapports dans la présente série. Des études sur les Autochtones, ainsi que sur les populations africaines et caribéennes examinent les effets de la violence domestique et sexuelle sur la prévention du VIH, et sur l’infection au VIH. (12;118;129-131)

Quelques études seulement ont porté sur la violence et sur ses effets sur les PVVIH. Dans une étude examinant la violence chez les partenaires mâles menée sur 186 hommes ayant des partenaires du même sexe à Vancouver, (132) l’état séropositif a été établi comme un facteur dans la violence. Les hommes vivant avec le VIH ont signalé une plus grande sensibilité à l’abus psychologique que les hommes séronégatifs. L’état séropositif n’était pas associé à un risque significativement plus élevé de violence corporelle, mais les hommes séropositifs ont indiqué un abus plus important que les hommes séronégatifs.

3.7 Mode de vie sain

Vivre avec le VIH nécessite une attention particulière à la gestion de sa santé, y compris manger des aliments nutritifs et faire de l’activité physique régulièrement. D’autres choix liés au mode de vie, comme la consommation du tabac, de drogues et d’alcool, ont une incidence sur la santé des PVVIH et sur la probabilité du succès thérapeutique. Ces pratiques de vie ont une incidence sur le succès du traitement, sur l’observance de celui-ci, et sur la qualité de vie. (36)

3.7.1 Régime alimentaire sain

Un régime alimentaire sain est important pour tout le monde, mais, en raison de la nature du VIH et de son traitement, les PVVIH ont des besoins alimentaires particuliers. Bien manger lorsqu’on est séropositif comprend l’inclusion alimentaire délibérée de glucides complexes, de matières grasses et de protéines, des aliments frais précisément non transformés, et des aliments faibles en gras saturés. Les protéines sont essentielles au régime des PVVIH. Les protéines sont nécessaires pour produire des hormones, des enzymes, des structures cellulaires, et des parties du système immunitaire, ainsi que pour conserver une masse musculaire maigre. (29)

Les PVVIH peuvent avoir des difficultés en matière de gestion du poids, en raison de l’infection au VIH ou des effets secondaires du traitement. (29) Une étude sur l’apport alimentaire et sur l’activité physique menée sur un échantillon de 65 mâles vivant avec le VIH/sida ayant des anomalies métaboliques a trouvé qu’un grand nombre d’entre eux avaient un surpoids ou étaient obèses, et ils ont signalé des régimes alimentaires élevés en matières grasses, faibles en fibres, et ayant des niveaux de microélément insuffisants. (133)

Certaines PVVIH peuvent ne pas être en mesure d’accéder aux éléments nécessaires pour un régime alimentaire sain. On considère qu’une personne a une insécurité alimentaire lorsque l’accès à des aliments sécuritaires et suffisamment nutritifs est limité ou instable. (72) L’insécurité alimentaire est un problème pour certaines PVVIH, notamment celles qui font partie de la population de la rue et qui sont vulnérables à un hébergement inadéquat. (73;134) Les dépendances chez les PVVIH peuvent avoir des effets défavorables sur la capacité et la volonté d’accéder à des aliments sains. (134) L’insécurité alimentaire survient souvent parmi les PVVIH qui sont plus jeunes, et est associée à une plus grande probabilité de symptômes dépressifs, de consommation du tabac et d’utilisation de drogues. (73)

Hier, c’était difficile, car c’était un jour férié, une longue fin de semaine. Quatre endroits qui distribuent de la nourriture étaient fermés, car c’était un jour férié. C’était difficile d’obtenir de la nourriture convenable, car la fermeture de certains endroits signifiait que les autres queues pour de la nourriture étaient deux fois plus longues, et il manquait de nourriture.

– Homme vivant avec le VIH/sida (134)

Les gens sont toxicomanes ici. Ils ne veulent pas dépenser leur argent en nourriture. Ils dépensent leur argent sur un snif de dix dollars [de crack] et vont se chercher un morceau de pizza par après.

– Personne transgenre vivant avec le VIH/sida (134)

Ne pas maintenir une alimentation saine a des répercussions négatives sur les résultats du traitement. (29) Une étude évaluant les résultats du traitement et le poids corporel de 1 119 PVVIH en Colombie-Britannique sur une période de neuf ans a déterminé que l’insécurité alimentaire était un facteur prédictif important de la mortalité, particulièrement chez les PVVIH qui ont un poids insuffisant. (72)

3.7.2 Activité physique

La forme physique est une composante essentielle pour bien vivre avec le VIH. L’activité physique est associée à une diminution des symptômes de dépression, à plus d’énergie, à la relaxation, à un meilleur sommeil, à une meilleure santé cardiovasculaire et pulmonaire, et au maintien des muscles maigres. (29) Un examen de 2010 de 14 interventions d’exercice aérobique pour les adultes vivant avec le VIH a conclu qu’il semble être sécuritaire pour les PVVIH de faire de l’exercice aérobique (définit comme une combinaison d’exercice aérobique et d’exercice de résistance progressive au moins trois fois par semaine, pendant au moins 20 minutes, pendant au moins cinq semaines), et que cela peut favoriser des améliorations de la forme physique, de la composition corporelle et du bien-être. L’examen recommande que des études de qualité plus poussées soient effectuées chez les femmes, les personnes âgées vivant avec le VIH, et les personnes qui arrêtent leurs programmes d’activité physique. (135)

Les PVVIH qui suivent un traitement ont souvent des problèmes de gestion du poids en raison des effets secondaires du traitement. La lipodystrophie, un effet secondaire de certains médicaments antirétroviraux qui fait en sorte que les tissus adipeux sont redistribués, est une préoccupation pour de nombreuses PVVIH au Canada. (36) En réponse, la recherche a examiné le potentiel de différents types d’entraînement physique pour atténuer ces conséquences et améliorer la qualité de vie de façon générale. (75;76) L’entraînement aérobique peut aider à réduire la graisse viscérale, ainsi que les tissus adipeux de tout le corps, en plus de normaliser les profils lipidiques des PVVIH. (133) Une augmentation de l’activité physique est associée à moins de douleur et à une meilleure qualité de vie mentale. (41)

3.8 Santé sexuelle

Une sexualité saine correspond à la « présence d’une partie sexuelle satisfaisante, respectueuse et bénéfique de votre vie ». (29) Elle comprend la capacité d’avoir des relations sexuelles agréables et sécuritaires avec un partenaire consentant dans un milieu libre de discrimination, de menace, de coercition ou de violence. Vivre avec le VIH a une influence sur la sexualité de l’individu infecté en raison des troubles de santé associés à l’infection au VIH et au traitement. De plus, la séropositivité peut avoir un effet contraignant sur les relations sexuelles en raison de préoccupations par rapport à la retransmission, et la divulgation de l’état séropositif peut compliquer les relations intimes pour les PVVIH et leurs partenaires sexuels.

Les hommes et les femmes qui vivent avec le VIH peuvent avoir des complications liées aux effets physiologiques de l’infection au VIH sur leur santé sexuelle. Les types de dysfonctionnements sexuels chez les hommes vivant avec le VIH peuvent inclure des problèmes érectiles, de la difficulté à éjaculer, l’éjaculation prématurée, la perte de libido, le manque de plaisir provenant des relations sexuelles, l’anxiété par rapport à la performance sexuelle et de la douleur pendant les relations sexuelles. Certaines femmes vivant avec le VIH ont signalé une baisse de l’intérêt sexuel, de la difficulté à atteindre l’orgasme, et de la douleur ou moins de plaisir pendant les relations sexuelles. (36)

Une étude qui examine le lien entre la sexualité et l’infection au VIH parmi 20 femmes vivant avec le VIH au Canada décrit le VIH comme inhibant la sexualité féminine. (27) Les femmes séropositives ont mentionné des sentiments d’intimité et de spontanéité diminuées dans les relations sexuelles, ainsi que des sentiments de responsabilité par rapport à protéger les autres de l’infection, et la crainte d’infecter les autres. Elles ont également décrit être considérées comme étant des « vecteurs » du virus et ont discuté comment cela contribuait au fait qu’elles évitent les relations sexuelles, ou qu’elles s’abstiennent, et les répercussions de cette stigmatisation sur leur santé. (27)

Il y a peu de recherches à l’heure actuelle portant sur le lien entre la sexualité, le dysfonctionnement sexuel, l’intimité, l’identité sexuelle, et l’expérience de vivre avec le VIH. Il y a des preuves qualitatives qui laissent entendre que le VIH a souvent un effet contraignant sur la sexualité, comme la crainte d’infecter les autres peut avoir des répercussions sur les relations sexuelles. (28;36)

3.9 Vieillir avec le VIH

Les PVVIH au Canada vieillissent – de même que la population générale – et le vieillissement entraîne différents problèmes et risques liés à la santé. De plus, les PVVIH peuvent souffrir de symptômes associés au vieillissement en raison du VIH ou des effets secondaires des médicaments antirétroviraux.

Des progrès thérapeutiques permettent aux PVVIH de vivre plus longtemps. En effet, on s’attend maintenant à ce qu’elles vivent une durée de vie relativement normale; toutefois, elles demeurent susceptibles, et ce, à un âge moins élevé que la population générale, à des conditions chroniques associées au vieillissement, y compris les maladies cardiovasculaires, le diabète, l’arthrite, les démences, et certains cancers. Certaines de ces conditions sont maîtrisables.

La question de savoir si les PVVIH vieillissent plus rapidement, soit en raison du VIH, soit en raison des médicaments antirétroviraux, est le sujet de discussions et de recherches actuelles, (29;36) même si lors de la revue de la litérature pour ce rapport, il n’existait aucune recherche actuelle au Canada sur ce sujet. Les chercheurs étudient le rôle de l’inflammation dans les maladies chroniques, plus particulièrement la façon dont l’inflammation accélère les conditions qui sont perçues comme étant associées au vieillissement, par exemple les maladies cardiovasculaires. Les recherches laissent entendre qu’une initiation plus précoce au traitement contre le VIH, et des interventions axées sur le mode de vie, comme le renoncement au tabagisme et la prévention de l’obésité, peuvent aider à atténuer les effets de l’inflammation en ce qui concerne les maladies cardiovasculaires chez les PVVIH. (136)

Les adultes âgés ont tendance à être diagnostiqués à des étapes plus avancées de l’infection au VIH, ce qui peut être lié à un manque des fournisseurs de soins de santé à considérer les personnes âgées comme une population à risque à une infection au VIH. Les personnes âgées présentent souvent des maladies définissant le sida lorsqu’elles reçoivent leur diagnostic de séropositivité. (137) Les fournisseurs de soins de santé peuvent supposer que des symptômes du VIH/sida, comme la perte de l’ouïe et de la mémoire, font partie du processus de vieillissement normal, et ils peuvent ne pas songer à vérifier s’il y a infection au VIH. De surcroît, la perception que les personnes âgées sont moins susceptibles de se livrer à des activités sexuelles peut mener les fournisseurs de soins de santé à négliger les antécédents sexuels dans l’évaluation des risques. (137)

Certains auteurs laissent entendre que les personnes âgées vivant avec le VIH/sida sont confrontées à une double menace en ce qui concerne la stigmatisation liée au VIH et l’âgisme, où ils ressentent de la discrimination fondée sur l’âge lorsqu’ils accèdent aux organismes de services liés au sida, et de la stigmatisation en raison du VIH lorsqu’ils accèdent à des services pour les personnes non séropositives. D’autres soulignent des avantages précis que les personnes âgées peuvent avoir, en raison de leur expérience et de leurs capacités de résolution de problèmes. La durée de temps depuis laquelle une personne âgée vit avec le VIH a des répercussions importantes sur leurs expériences. (138)

Dans un document portant sur l’expérience de vieillissement parmi un groupe d’hommes gais atteint du VIH à Vancouver, l’expérience de ceux qui ont contracté le VIH tôt dans l’épidémie était comparée à celle de ceux qui ont été infectés plus tard dans la vie. (138) Les deux groupes ont fait face à des difficultés en ce qui concerne la gestion de leur santé et le traitement, et certains ont exprimé des craintes de vieillir sans partenaire et de l’exclusion sociale. Les survivants à long terme ont connu plusieurs pertes et des changements physiques et émotionnels importants pendant leurs trajectoires de vie. La plupart d’entre eux ont vécu des vies beaucoup plus longues qu’ils auraient pu l’imaginer au moment de leur diagnostic. Certains ont font part d’un désenchantement par rapport au style de vie gai actuel, qui, selon eux, a perdu un sentiment axé sur la communauté et l’ancienne urgence qui a mené à la réponse précoce au VIH. En ce qui concerne les hommes âgés nouvellement diagnostiqués, il y avait un sentiment de crainte plus fort pour l’avenir, et un désir prononcé d’obtenir du soutien social et de vivre en communauté avec d’autres hommes gais. (138)

3.10 Soins palliatifs

Des soins palliatifs exhaustifs et informés propres au VIH/sida sont essentiels pour aider les PVVIH à gérer la fin de leur vie de la façon la plus digne et confortable possible. (139) Les soins palliatifs sont un composant essentiel de tous services de soins du VIH/sida. (36)

Les soins de fin de vie appropriés pour les PVVIH nécessitent un contrôle intégré de la douleur et des symptômes, ainsi qu’une gestion supervisée des médicaments antirétroviraux. Les changements des causes de décès parmi les PVVIH découlant du traitement ont modifié la nature des soins palliatifs pour cette population. (140;141) Plus particulièrement, il est nécessaire d’envisager des stratégies de gestion des symptômes et de la douleur pour les maladies autres que celles définissant le sida.

Les difficultés concernant la prestation de soins palliatifs pour les PVVIH qui sont sans-abri et qui font partie des populations de la rue ont reçu de l’attention récemment. Des taux de mortalité élevés parmi les personnes marginalisées vivant avec le VIH/sida ont des répercussions pour les interventions en soins palliatifs. Une étude récente examinant l’efficacité de soins palliatifs dans les refuges parmi une cohorte d’individus sans abri en phase terminale à Ottawa, dont 25 % étaient infectés par le VIH, a relevé un fardeau important de comorbidités, y compris des maladies physiques, des troubles psychiatriques et des dépendances. (142)

3.11 Deuil

Les PVVIH, et celles touchées par le VIH, subissent différents types de deuil tout au long de leurs vies. De nombreux types de perte et de peine associés au VIH sont discutés dans le présent rapport, y compris la perte d’emploi, la perte d’êtres aimés par le rejet et l’abandon, et la perte de son ancienne vie. Cette section passera en revue les documents sur le deuil lié à la perte d’êtres aimés qui sont décédés du sida, et sur les répercussions de cette expérience sur les PVVIH survivants.

Un processus de deuil et d’acceptation accompagne la perte d’un être aimé. Pour les PVVIH qui ont un partenaire qui est décédé du sida, cette expérience peut être compliquée par des sentiments de colère, de frustration, de culpabilité, et de crainte de la mort. (143-145) De plus, les PVVIH peuvent faire face à la mort et à la perte fréquemment, en raison des liens qu’elles ont entre elles par l’entremise des réseaux sociaux liés au VIH, ainsi que des autres réseaux sociaux, comme la communauté gaie locale. Dans une étude menée en Ontario sur le deuil lié au sida, 67 participants (dont 86 % étaient des PVVIH) ont signalé avoir été touchés par 157 décès liés au sida, et 76 décès non liés au sida. Ils ont également mentionné plusieurs autres pertes importantes, comme des ruptures avec des partenaires, la perte d’amis et de famille, et la perte de leur carrière, de leur santé, de leur indépendance ou de leur image corporelle positive. Les effets physiques et mentaux de ces deuils et de ces pertes comprenaient l’insomnie, la fatigue, la dépression, l’anxiété, la colère, la frustration, et le désespoir. (144)

Le sida m’a causé beaucoup de conflits, car à un âge relativement jeune (25), j’ai commencé à connaître la perte de mes soutiens sociaux – même mes parents n’étaient pas encore arrivés à cette étape de la vie. Je n’avais pas l’impression que je pouvais en parler à ma famille; je ressentais de la stigmatisation, comme il s’agissait du sida.

– Personne vivant avec le VIH/sida (145)

Mon partenaire Keith et moi étions tous les deux séropositifs, et je m’attendais de mourir en premier. Toutefois, Keith est décédé en 1991 – j’ai perdu l’amour de ma vie. Par après, ce fut un décès après l’autre. Comme c’était tellement douloureux, des parties de moi-même se sont éteintes.

– Homme gai vivant avec le VIH/sida (145)

La perte d’êtres aimés peut mener certaines PVVIH à adopter des pratiques d’adaptation négatives, et à avoir des comportements à risque qui pourraient mettre en danger leur santé. (144) D’un autre côté, ceux qui ont perdu des êtres aimés à cause du sida sont parfois capables de trouver un sens à leur deuil. Les PVVIH ont également signalé des changements à leurs systèmes spirituels et de foi découlant du deuil. (144) Dans une étude qualitative portant sur le VIH et le deuil, 15 fournisseurs de soins qui s’étaient occupés de quelqu’un qui est mort du sida ont été interrogés. Les participants (dont neuf vivaient eux-mêmes avec le VIH) ont décrit des changements positifs et négatifs, y compris des sentiments de perte, de détresse, et de crainte de la mort, ainsi que des sentiments de soutien, de croissance et de spiritualité. (146)

Chapitre 4 – Données probantes sur les déterminants sociaux de la santé affectant les personnes vivant avec le VIH/sida

La santé et la qualité de vie des personnes vivant avec le VIH/sida (PVVIH) sont influencées par de nombreux déterminants de la santé. D’autres rapports de cette série ont examiné la façon dont les déterminants de la santé influencent la vulnérabilité à l’infection au VIH, alors que les données de recherche examinées dans le présent chapitre présentent la façon dont les déterminants de la santé continuent d’influencer la santé et la qualité de vie des PVVIH au Canada, après leur infection. L’influence de ces facteurs sur la santé physique et mentale et la mortalité des PVVIH sera étudiée.

La relation entre les déterminants de la santé et le VIH/sida est complexe et multidrectionnelle. Alors que les déterminants de la santé peuvent contribuer à la vulnérabilité à l’infection au VIH, vivre avec le VIH peut avoir un effet sur les déterminants de la santé, notamment en matière de revenu, d’environnements sociaux et les habitudes de vie.

Bien qu’il y ait des facteurs communs ayant une influence sur les déterminants de la santé des PVVIH au Canada, d’une manière générale, cette population est très diverse. Il peut y avoir peu de points communs entre un homme gai vivant en ville, un réfugié d’Afrique de l’Ouest et une personne sans-abri qui utilise des drogues injectables. Ces expériences diverses continuent d’influencer la vie des personnes après leur infection. Les expériences des PVVIH dans des zones rurales et isolées sont différentes de celles vivant dans des zones urbaines. L’âge, le genre et la culture influencent également la résilience, la santé et la qualité de vie des PVVIH.

Bien que les populations les plus affectées par le VIH au Canada puissent avoir différentes expériences de vie, elles peuvent, cependant, partager l’expérience d’être marginalisées et victimes de différents types de stigmatisation et de discrimination, notamment l’homophobie, le racisme et le sexisme.

Ce chapitre examinera les résultats de recherche disponibles sur les PVVIH de tous les milieux sociaux. Il fournit une synthèse des données actuelles sur les déterminants sociaux de la santé et du VIH/sida relatifs aux PVVIH au Canada. Le présent chapitre traitera spécifiquement du développement de la petite enfance, du revenu, du statut socioéconomique et de l’éducation, de l’emploi et des conditions de travail, des environnements sociaux, des réseaux de soutien social, des environnements physiques, de la culture, du genre, de l’accès aux services de santé et des habitudes de vie et des compétences d’adaptation personnelles. Les thèmes de la stigmatisation et de la discrimination contre les PVVIH et des difficultés de divulgation de la séropositivité seront traités dans le chapitre.

Il convient de noter que la littérature internationale a établi qu’il existe des différences biologiques parmi les PVVIH qui influencent la durée entre l’infection au VIH et le début des maladies définissant le sida. Certaines personnes contractent le sida en quelques années, alors que d’autres peuvent être infectées par le VIH pendant plus de 10 ans, mais restent en bonne santé sans commencer le traitement antirétroviral. Sachant que ce rapport est axé sur les déterminants sociaux de la santé, il ne portera pas sur la recherche dans ce domaine.

4.1 Développement de la petite enfance

Un développement de la petite enfance en bonne santé influence fortement une vie adulte en bonne santé. L’obésité, les maladies mentales, la vulnérabilité à la violence, les dépendances et les comportements criminels peuvent trouver leurs origines dans les premières années de la petite enfance. À l’inverse, une implication positive des parents et des environnements familiaux stimulants peuvent avoir un impact positif sur la santé et le développement de l’enfant jusqu’à l’âge adulte. Les facteurs ayant une influence sur le développement de la petite enfance en bonne santé incluent : revenu familial approprié, foyer stable, rôle efficace des parents et fonctionnement efficace de la famille, soutien de l’employeur pour les parents et environnements communautaires positifs avec programmes sociaux accessibles et ressources pour les parents. (1)

Les expériences d’abus et de négligence au cours de la petite enfance peuvent influencer l’adoption de comportements à risque associés au VIH dans l’adolescence et à l’âge adulte, ce qui contribue ainsi à la vulnérabilité à l’infection au VIH. (2-4) Au cours d’une étude menée sur des jeunes Autochtones dans deux villes de la Colombie-Britannique, des expériences de relations sexuelles non consensuelles au cours de l’enfance étaient associées à un risque supérieur d’infection au VIH. (4) Le développement de la petite enfance peut également influencer l’état de santé et la qualité de vie des adultes vivant avec le VIH/sida; cependant, aucune recherche n’a démontré qu’il existait des liens entre ces facteurs spécifiques. En outre, très peu de recherches sur le VIH/sida au Canada traitent des difficultés du développement de la petite enfance chez les enfants (de 0 à 6 ans) vivant avec le VIH.

4.2 Revenu, statut socioéconomique et éducation

Le statut socioéconomique est la relation positive d’une personne ou d’un groupe avec les autres au sein d’une structure sociale hiérarchique, en fonction de l’éducation, du revenu, de la profession, du patrimoine personnel et du lieu de résidence. Un statut social et économique plus élevé est associé à une meilleure santé; il a une forte influence sur les conditions de vie comme un « logement sécuritaire » et la capacité à acheter suffisamment de nourriture. Il est également associé à un meilleur contrôle des conditions de vie et à une meilleure adaptabilité à gérer la pression. (1) Cette section traite du revenu, du statut socioéconomique et de l’éducation, cas ces facteurs sont généralement associés les uns aux autres, et la plupart des définitions des statuts socioéconomiques impliquent le revenu et l’éducation.

La relation entre le VIH et le revenu est bidirectionnelle. Alors que la pauvreté elle-même n’est pas un facteur de risque du VIH au Canada, nombre de groupes à risque de contracter le VIH au Canada – les Autochtones, les personnes qui utilisent des drogues injectables et les personnes originaires de pays où le VIH est endémique – vivent dans la pauvreté. (2;5;6) Pour les personnes ayant un revenu relativement plus élevé avant l’infection, les difficultés de vivre avec le VIH peuvent obliger ces personnes à quitter leur emploi ou à limiter leur présence au travail, ce qui réduit leur revenu.

Le revenu est un facteur prédictif de qualité de vie liée à la santé, à la fois en termes de santé mentale et en termes de détresse, des PVVIH Note de bas de page 13. (7) L’insécurité alimentaire, un marqueur important de faible revenu, est associée aux interruptions de traitement et à la mortalité liée au VIH. (8) Une qualité de santé plus faibleest associée au chômage. (9)

Dans une série de groupes de discussion avec 105 PVVIH à travers le Canada, les PVVIH d’un statut socioéconomique plus élevé expérimentaient moins de discrimination puisqu’elles avaient davantage de ressources, la capacité à payer les services médicaux pas couverts par les régimes d’assurance-maladie provinciaux et la capacité d’éviter de faire appel aux services sociaux. Les PVVIH sans-abri semblaient expérimenter davantage de discrimination, car le fait d’être sans-abri est en soi une source de stigmatisation. (10)

Aucune donnée probante n’a été notée en matière d’alphabétisation, et des renseignements limités ont été notés au sujet de l’éducation, à titre de facteurs indépendants influençant la qualité de vie liée à la santé. Une étude menée auprès de 308 PVVIH dans le sud de l’Alberta a démontré que les personnes ayant les plus hauts niveaux d’éducation étaient mieux classées dans plusieurs facteurs de qualité de vie, notamment en matière d’énergie, de santé mentale, de détresse morale et de fonctions cognitives. L’étude a également démontré que le revenu mensuel et l’emploi étaient des facteurs prédictifs d’une qualité de vie positive. (7) Les recherches menées sur les personnes autochtones, les utilisateurs de drogues injectables et les travailleurs du sexe ont démontré que de plus faibles niveaux d’éducation sont communs parmi ces populations, ce qui contribue à leur vulnérabilité. (2;5)

4.2.1 Statut socioéconomique et accès au traitement

Un faible revenu et un statut socioéconomique bas sont associés à un accès difficile au traitement. En Colombie-Britannique, il existe un traitement universel gratuit; pourtant, dans une étude menée sur 1 239 décès liés au VIH dans cette province entre 1995 et 2001, il a été constaté que 32,8 % des personnes décédées n’avaient pas reçu de traitement contre le VIH. Les personnes autochtones, les personnes avec un faible revenu et les femmes étaient plus probablement les catégories n’ayant pas d’accès au traitement avant de décéder, et si ces catégories avaient eu accès au traitement, elles l’auraient probablement abandonné. (11) Une étude ultérieure sur les décès liés au VIH en Colombie-Britannique entre 1997 et 2005 a démontré que 40 % des PVVIH étaient décédées sans avoir eu accès au traitement. La même étude portait également sur les patients jamais traités qui avaient accès à un traitement antirétroviral hautement actif, et a démontré que le chômage était un facteur prédictif considérable d’accès retardé au traitement (taux de cellules CD4 inférieur à 50). En outre, parmi ceux qui avaient eu accès au traitement antirétroviral hautement actif, vivre dans un voisinage ayant des niveaux inférieurs d’éducation postsecondaire et des pourcentages plus élevés de pauvreté était associé à une mortalité liée au VIH. (12) Dans une autre étude menée en Colombie-Britannique sur 764 PVVIH, l’utilisation d’un traitement antirétroviral était associée à l’obtention d’un diplôme d’études secondaires et à un revenu de ménage supérieur à 10 000 $ par an. (13)

4.2.2 L’impact du VIH/sida sur le revenu

Vivre avec le VIH/sida a généralement un effet considérable sur le revenu, quel que soit le niveau avant la contraction du VIH. Le coût des traitements contre le VIH peut être un fardeau important, bien que pour la plupart des PVVIH, les traitements antirétroviraux sont couverts entièrement ou partiellement par un programme d’assurance-maladie provincial ou par une police d’assurance privée. Les médicaments et traitements complémentaires ne sont pas toujours remboursés, ni les coûts des médicaments sous prescription générale et sans ordonnance. Les autres coûts tels que les honoraires professionnels de pharmaciens, les compléments alimentaires, les aliments spéciaux, le transport, la garde d’enfants et le stationnement pour les rendez-vous médicaux et les autres services ne sont généralement pas remboursés.

Vivre avec le VIH est non seulement coûteux, mais le revenu de nombreuses PVVIH est réduit, car les problèmes de santé associés les obligent à quitter leur emploi ou à réduire leurs heures de travail. Dans une étude menée sur 308 PVVIH en Alberta, dont l’échantillon était principalement composé d’hommes gais relativement bien éduqués (seuls 16 % de l’échantillon n’avaient pas terminé leurs études secondaires et 59 % avaient quelques années d’études postsecondaires ou un diplôme collégial), seuls 58 % avaient un emploi et 27 % vivaient en deçà du seuil de pauvreté. (7)

Au Canada, les PVVIH ont accès à de nombreuses sources de revenu, des emplois rémunérés aux services d’assistance sociale ou aux prestations d’invalidité. Les PVVIH et bénéficiant d’un soutien du revenu peuvent compter sur les programmes de sécurité du revenu comme les prestations de maladie de l’assurance-emploi, les prestations d’invalidité du Régime de pensions du Canada ou du Régime de rentes du Québec, l’assurance-invalidité privée à long terme et les programmes provinciaux et territoriaux d’assistance sociale. Les prises en charge varient d’une juridiction à l’autre, et pour nombre d’entre elles, cela signifie qu’elles doivent s’appliquer à de nombreux programmes différents, chacun ayant différents mandats, définitions de l’invalidité, critères d’admissibilité, formes et procédures d’attribution. Le manque de coordination entre les juridictions et les programmes peut générer des difficultés pour ceux qui souhaitent comprendre comment les programmes disponibles fonctionnent. Complication supplémentaire : certains programmes sont indexés par rapport au coût de la vie, alors que d’autres ne le sont pas. (14-18)

Bien que les chiffres varient en fonction des juridictions et des types de soutien du revenu, de nombreuses PVVIH bénéficiant d’un soutien du revenu vivent en deçà des seuils de faible revenu établis par Statistique Canada. (16;17) Même si, pour certaines PVVIH, le soutien du revenu constitue une occasion pour stabiliser leurs symptômes et gérer leur santé, la plupart des PVVIH trouvent les niveaux des avantages inappropriés. Pour nombre d’entre elles, bénéficier des services de l’assistance sociale est également démoralisant et stressant. (17;19;20)

En fait, ce qui m’inquiète, c’est ce que proposent les systèmes de soins de santé et de protection sociale par rapport à la qualité de vie que nous souhaitons avoir. J’ai l’impression que les aides ont été réduites au point que cela crée une pression considérable.

– Personne vivant avec le VIH/sida (19)

Lorsque vous bénéficiez des services sociaux dans cette province… vous ne vivez pas très bien. Certains trouvent d’autres moyens de compléter leur revenu ou [se rendent] à la banque alimentaire ou là où elles peuvent… Je veux dire par là que si nous avions suffisamment pour maintenir une certaine qualité de vie grâce au revenu, [cela] faciliterait probablement les choses. Si je n’avais pas à me préoccuper de la nourriture et des factures à payer, je pense que je ne serais pas préoccupé par le fait d’être malade ou non la semaine suivante.

– Personne vivant avec le VIH/sida (20)

Dans une étude menée auprès de 91 familles canadiennes ayant des mères séropositives, il a été constaté que les finances étaient une préoccupation pour la majorité des parents (75 %), ce qui contribue à une certaine pression sur les parents et la famille. La majorité (60 %) avait connu une perte de revenu après le diagnostic, alors que 31 % avaient un revenu stable, mais des dépenses supplémentaires. (19) Les parents donnaient souvent la priorité aux besoins de leurs enfants par rapport à leurs propres besoins en termes de soins de santé.

Je n’ai pas suffisamment d’argent pour suivre un régime spécial. Avec l’assistance, vous finissez par ne plus manger pour pouvoir nourrir vos enfants, ce qui provoque évidemment une progression de la maladie. Ne pas avoir suffisamment d’argent pour s’habiller en hiver provoque des maladies. De nombreux médicaments ne sont pas remboursés; même de simples médicaments comme le Tylenol pour les enfants sont coûteux pour [un] budget limité.

– Femme vivant avec le VIH/sida (19)

4.2.3 Rester ou retourner au travail

Plusieurs études portent sur les compromis pour les PVVIH entre vivre avec le soutien du revenu et retourner ou rester en activité professionnelle salariée. De nombreux facteurs jouent un rôle dans la décision pour retourner au travail, notamment l’état de santé personnel, la condition financière, le sentiment d’isolation ou de soutien, les préoccupations au sujet de la stigmatisation et de la discrimination dans le milieu de travail, les préoccupations au sujet d’un environnement de travail changé (pour ceux qui n’ont pas travaillé depuis longtemps) et la peur de perdre des avantages. (14;17)

La peur de perdre le soutien du revenu du gouvernement et l’assurance-médicaments était largement identifiée comme un obstacle à l’insertion ou la réinsertion dans la population active. Les PVVIH font face à de nombreux obstacles de l’administration et du système, ainsi qu’à des difficultés qui peuvent influencer leur souhait de revenir au travail lorsqu’il faut gérer les frais médicaux et les autres frais associés à leur situation. Les régimes d’invalidité et de retraite apportent un revenu et un accès limités au remboursement complet des médicaments et autres services de santé. Ceux qui cherchent à reprendre une activité professionnelle ont peur de perdre ce remboursement des médicaments. Pour nombre d’entre eux, un emploi salarié n’offre pas un revenu suffisant pour couvrir les frais relatifs aux médicaments. (14;15;17;20-24) Pour les PVVIH qui sont parents, la difficulté de trouver et de payer des services d’aide à l’enfance de qualité peut être un obstacle supplémentaire. (22)

La plupart des provinces canadiennes ont mis en place des programmes d’assurance-médicaments qui remboursent les médicaments à divers niveaux, mais la plupart ne peuvent être contractés avant qu’une assurance privée déjà contractée n’ait expiré. Les PVVIH ne connaissent pas toujours ces programmes et peuvent faussement s’imaginer que reprendre le travail exigera qu’elles payent leurs médicaments. (10) En outre, les traitements antirétroviraux peuvent être remboursés dans certains cas, mais d’autres médicaments, notamment ceux qui permettent de limiter les effets secondaires, ne peuvent être remboursés. (14)

Si je travaillais à temps complet et si je n’étais plus en invalidité, je ne pourrais jamais avoir un travail qui puisse me permettre de payer mes médicaments. Mes médicaments sont coûteux, mon logement, la garderie et la nourriture aussi… Je ne pourrais jamais faire face à tous ces frais.

– Femme vivant avec le VIH/sida (22)

Je ne bénéficiais pas de la protection sociale parce que je le voulais. Je voulais travailler et tout faire. Pourquoi n’y a-t-il pas un type de programme qui aide les personnes invalides à reprendre le travail?

– Personne vivant avec le VIH/sida (23)

La peur de perdre des avantages est également vécue par ceux qui travaillent. Les PVVIH qui travaillent pour des employeurs proposant un programme d’assurance-médicaments peuvent se sentir piégées dans ce travail, car démissionner pour un autre emploi ou quitter la population active signifierait qu’elles perdraient leurs avantages ou leurs prestations d’invalidité longue durée. Les PVVIH qui expérimentent ce « piège au travail » peuvent se sentir frustrées et peuvent avoir le sentiment que leurs choix de carrière et leur évolution stagnent. (10;15;20)

Je suis toujours préoccupé par le fait que je serai pris en charge tant que je serai là [chez son employeur actuel].Vous voyez ce que je veux dire? C’est une insécurité que vous ne pouvez ignorer.

– Personne vivant avec le VIH/sida (20)

Les PVVIH peuvent trouver les procédures administratives nécessaires pour accéder aux programmes difficiles et frustrantes, qu’elles soient liées à l’invalidité, au soutien du revenu ou aux formations. Certaines PVVIH ont indiqué qu’elles avaient besoin du soutien des organismes de services liés au sida ou des fournisseurs de soins de santé pour remplir les formulaires de demande. (17)

Vous savez, vous consultez ces organismes et ils vous disent « non, nous ne faisons pas ça »; voulez-vous vous rendre là-bas et demander à quelqu’un d’autre? Et je suppose que ce doit être toutes les démarches à entreprendre pour accéder à certains programmes… une liste infinie d’étapes. Ils disent toujours, « Très bien, vous devez prendre contact avec ces personnes, faire ci, faire ça ».

– Homme gai vivant avec le VIH/sida (21)

La plupart des recherches ont identifié un sentiment de frustration parmi les PVVIH avec l’approche « tout ou rien » des programmes d’assurance-invalidité, dans lesquels, pour accéder au soutien du revenu et au remboursement des médicaments, les PVVIH et les autres personnes ayant des maladies chroniques et épisodiques doivent cesser de travailler totalement. De nombreuses PVVIH préféreraient travailler à temps partiel ou à temps complet, mais avec une prise en charge continue des médicaments, et avec la flexibilité de passer du lieu de travail aux prestations d’invalidité, tant que la santé le leur permet. (7;14;16;20-24)

… Je veux dire, la façon dont cela m’a été expliqué – c’est « soit tu es invalide, soit tu ne l’es pas ». Soit tu peux travailler, soit tu ne peux pas travailler. Donc, quelqu’un qui peut travailler 20 heures par semaine, gagne suffisamment, mille ou mille cinq cents dollars par mois pour subvenir à ses besoins, mais ne peut payer les milliers de dollars que coûtent les médicaments chaque mois.

– Personne vivant avec le VIH/sida (14)

Il a été suffisamment difficile d’obtenir la prestation d’invalidité et ensuite encore plus difficile d’obtenir des avantages supplémentaires en ajustant la législation et en l’utilisant pour obtenir davantage de financements. Si je reprenais le travail, ils bouleverseraient ma vie et je perdrais toutes ces prestations; étant donné la législation actuelle, je ne récupérerais rien.

– Personne vivant avec le VIH/sida (20)

4.3 Emploi et conditions de travail

L’emploi a un impact considérable sur la santé physique, mentale et morale d’un individu, puisque le travail salarié apporte un sentiment d’identité et d’utilité, des contacts sociaux et des occasions d’évolution personnelle. (1) La présente section traite de l’emploi salarié; cependant, il est important de noter que nombre des avantages du travail – l’implication avec les autres, l’identité, la confiance en soi, le travail utile – peuvent être obtenus par l’entremise du travail bénévole non payé, notamment la participation à la communauté et l’activisme, qui constituent des activités importantes pour nombre de PVVIH. (22) Ce thème sera traité dans la Section 4.5 Réseaux de soutien social.

Après l’introduction des traitements antirétroviraux, et au fur et à mesure des améliorations des régimes, revenir ou rester en activité professionnelle sont devenus des choix possibles pour nombre de PVVIH. Dans une étude portant sur 308 PVVIH dans le sud de l’Alberta, il a été constaté que 58 % d’entre elles étaient salariées, et parmi ces salariés, 85 % travaillaient à temps plein. Le statut professionnel était fortement associé à une qualité de vie améliorée. (7)

Dans une étude menée en Colombie-Britannique sur les traitements antirétroviraux auprès de 392 PVVIH qui étaient au chômage au début, seuls 16 % des individus étaient employés après une année. Avoir un revenu de base de plus de 10 000 $, être en invalidité longue durée ou bénéficier d’un système d’assurance-emploi au début et avoir une meilleure santé étaient des facteurs qui semblaient associés à un retour à l’emploi. Avoir préalablement utilisé des drogues injectables et bénéficier d’une assistance provinciale comme source de revenus étaient négativement associés à l’emploi. Les personnes bénéficiant de l’assistance provinciale (plus de la moitié des participants) étaient assez réticentes à l’idée de perdre une source garantie de revenus, notamment si elles pouvaient uniquement trouver un emploi à temps partiel ou à faible salaire. (25)

4.3.1 Les avantages du travail

Outre la sécurité financière, les avantages de l’emploi notés dans la recherche incluaient l’indépendance, l’identité, l’autonomie, les occasions de socialisation et de participation, le sentiment de reconnaissance et d’amour propre, la confiance, la satisfaction, un sentiment d’utilité et d’accomplissement, une structure quotidienne et une distraction permettant d’oublier les problèmes de santé. (10;14;20-23) Pour certaines PVVIH, un retour au travail signifie le rétablissement d’une bonne santé et l’indépendance. (5;22;23) Dans une étude auprès de femmes vivant avec le VIH/sida, le souhait de donner l’exemple à leurs enfants et à d’autres femmes vivant avec le VIH/sida était également cité. (22)

Je veux avoir l’impression d’être productive et active, et je pense que c’est un genre de préservation de soi en termes de sentiment d’utilité. Je souhaite conserver mon emploi rémunéré. J’en ai besoin. J’en ai besoin financièrement; j’en ai besoin simplement pour sortir et faire quelque chose.

– Femme vivant avec le VIH/sida (22)

J’aimais l’idée de me lever et d’aller travailler; j’aimais les responsabilités; vous savez, ce sentiment d’amour propre… et maintenant cela me manque.

– Femme vivant avec le VIH/sida (22)

Malgré les aspects positifs du travail, certaines PVVIH ont le sentiment qu’elles doivent choisir entre le travail et la santé, étant donné qu’elles ont peur que les exigences et pressions d’un travail rémunéré auraient un effet négatif sur leur santé.

Tu ne peux pas te permettre de prendre ce risque, car, au final, ta santé est plus importante que le simple fait de gagner de l’argent. J’ai abandonné tout cela. C’est une question de survie, tout simplement. C’est purement une question de survie.

– Personne vivant avec le VIH/sida (20)

J’ai littéralement dû décider à un moment donné de faire quelque chose, car si je [n’avais pas arrêté de travailler], je serais mort, et je ne surdramatise pas du tout la situation. C’était juste un fait certain.

– Personne vivant avec le VIH/sida (20)

4.3.2 Gérer sa santé au travail

Comme il est indiqué dans le chapitre 3, le VIH est vécu comme une invalidité épisodique, où des périodes de bonne santé peuvent être interrompues par des périodes imprévisibles de mauvaise santé et d’invalidité. (15-17;26;27) Cette incertitude et les effets du VIH et des médicaments traitant le VIH ont impact sur les vies professionnelles des PVVIH, s’ajoutant au stress et aux peurs d’un rendement médiocre au travail et d’une perte potentielle de leur travail.

Les épisodes de mauvais état de santé, les symptômes continus comme les nausées et les diarrhées, les régimes médicamenteux rigoureux, les effets secondaires des médicaments, les rendez-vous médicaux fréquents, le stress intensifié et la fatigue sont les obstacles principaux pour certaines PVVIH à la recherche et à la conservation d’un emploi, ou au maintien du même niveau de travail qu’elles avaient préalablement. (21-23)

Pour moi, garder un travail serait impossible. J’ai trop de rendez-vous avec les médecins, trop de changements d’humeur et de moments de dépression, des effets secondaires différents liés aux médicaments.

– Personne vivant avec le VIH/sida (23)

J’ai pris les médicaments pour traiter le VIH pendant une année complète et l’un des effets secondaires que j’ai constaté et qui m’a causé beaucoup de troubles, c’est que les médicaments ont eu un impact sur mes habitudes de sommeil; alors que j’avais déjà un sommeil très agité qui commençait véritablement à me rattraper.

– Personne vivant avec le VIH/sida (21)

Le besoin de soutien dans le milieu de travail a été constaté, tels que des horaires flexibles, le besoin de prendre des heures pour le traitement et la récupération, le besoin de pauses fréquentes aux toilettes, la capacité à refuser des heures supplémentaires, le besoin de compréhension des gestionnaires et collègues et des environnements sécurisés. (10;20-23)

De nombreuses PVVIH trouvent difficile de coordonner les régimes médicamenteux avec les horaires de travail et familiaux. Pour ceux dont la séropositivité n’est pas connue du public, il est difficile de cacher les médicaments. Les PVVIH ont peur que les difficultés pour gérer leur santé dans le milieu de travail, notamment les heures non travaillées du fait de rendez-vous médicaux ou de maladie, puissent menacer leur emploi. (22;23;28)

Je dois me soucier de cacher ma maladie et comment vais-je faire pour prendre mes comprimés? Ou avoir peur de prendre les comprimés et avoir la diarrhée pendant une heure et comment aller aux toilettes qui sont juste dans l’entrée…

– Personne vivant avec le VIH/sida (28)

Le travail par quart peut être gênant pour prendre les médicaments, ce qui provoque des difficultés pour observer un horaire strict. J’essaie de respecter les horaires. Je veux rester en vie aussi, donc je les prends [les médicaments]. J’essaie de les prendre régulièrement. Je sais que cela évolue beaucoup. J’essaie de les adapter. Je les repousse quatre heures dans chaque direction, selon la direction dans laquelle je vais.

– Personne vivant avec le VIH/sida, travailleur de quarts (28)

De nouveaux traitements contre le VIH se traduisent par des améliorations importantes en ce qui concerne la gestion des symptômes et la qualité de vie des PVVIH, et peuvent signifier que les difficultés pour gérer les régimes médicamenteux et les effets secondaires seront réduites. Un suivi supplémentaire sera requis pour contrôler l’impact de ces nouveaux traitements sur la capacité des PVVIH à gérer leur santé au travail.

4.3.3 Stigmatisation et discrimination dans le milieu de travail

La législation relative aux droits de l’homme et les lois sur la main-d’œuvre et l’emploi protègent les PVVIH contre la discrimination dans le milieu de travail; cependant, des incidents de discrimination continuent de se produire. (15) La stigmatisation et la discrimination apparaissent dans le milieu de travail de différentes façons, d’actes subtils au rejet social, en passant par le harcèlement, ou le refus de recruter une personne séropositive. Bien que le fait de licencier une personne du fait de son état séropositif soit illégal au Canada, les PVVIH peuvent expérimenter du harcèlement et une certaine pression qui les incitent à démissionner. (29)

Dans une série de groupes de discussion avec 105 PVVIH, certaines ont rapporté qu’elles s’étaient vues limitées à des postes où leur interaction avec le public était limitée; par exemple, dans le secteur de l’hébergement et de la restauration, elles étaient évincées des postes de préparation et de service de la nourriture. Les PVVIH ont également rapporté des préoccupations et méfiances au sujet des attitudes de leurs collègues, et certaines notamment sur le fait d’être licenciées ou traitées médiocrement du fait de leur séropositivité, mais sans preuve concrète. (10)

Je pense également que si on découvre que quelqu’un est séropositif, il risque de perdre son travail ou d’être rejeté, ou il ne sera pas pris en compte pour une promotion ou un poste à cause de sa santé.

– Personne vivant avec le VIH/sida (21)

La divulgation de la séropositivité dans le milieu de travail est une difficulté pour la plupart des PVVIH. Pour nombre d’entre elles, la divulgation est un choix – elles peuvent choisir de garder leur situation privée ou d’informer leurs collègues. De nombreuses PVVIH conservent leur travail sans divulguer leur séropositivité, considérant cela comme un problème de santé personnel. (10) Pour les autres, la divulgation de leur état est involontaire – elle peut être due aux rumeurs, aux symptômes ou aux exigences liées aux rendez-vous médicaux et régimes médicamenteux. Une fois effectuée, la divulgation ne peut être démentie; les peurs et préoccupations au sujet de la stigmatisation et de la discrimination menant au rejet et à la perte d’emploi sont donc une réalité pour la plupart des PVVIH. (14;20-23) Cependant, pour certaines, particulièrement celles qui travaillent dans un environnement conscient de la séropositivité, la divulgation n’est pas considérée comme un problème. (10;14;21;23)

J’ai vraiment eu envie d’en parler à mon superviseur. J’ai discuté avec une personne du milieu juridique et elle a tout mis en perspective en disant que ma relation avec elle et avec mon médecin est une relation basée sur la confidentialité, alors que ma relation avec mon responsable ne l’est pas vraiment, des informations pourraient s’ébruiter et je ne serais pas protégé.

– Personne vivant avec le VIH/sida (23)

Ils ne souhaitent pas qu’une personne séropositive revienne au travail. J’ai déjà occupé un poste de direction donc je connais les petits trucs du métier qui existaient dans les succursales avec certains des directeurs – pas d’avancement [pour une personne vivant avec le VIH/sida].

– Personne vivant avec le VIH/sida (23)

Cacher son statut au travail peut être source de stress. Dans certains cas, lorsqu’un individu choisit de divulguer sa séropositivité à son employeur, la direction conseille aux employés de garder leur état secret dans le milieu de travail.

Je ne suis pas autorisé à indiquer à qui que ce soit que je suis séropositif.

– Personne vivant avec le VIH/sida (10)

Je suis debout à longueur de journée et je me sens épuisé et fatigué, je rentre chez et je vais me coucher épuisé. Je me lève fatigué. Cacher mon état [séropositivité et médicaments] n’a pas fonctionné pour moi. J’ai décidé d’arrêter.

– Personne vivant avec le VIH/sida (14)

La divulgation de la séropositivité est nécessaire pour accéder à certaines prestations d’invalidité et à certains programmes de remboursement des soins de santé. Cela constitue un dilemme pour les PVVIH : en divulguant le fait qu’elles bénéficient d’un soutien, elles perdent une certaine confidentialité sur leur situation; et en ne divulguant pas leur état, elles perdent la possibilité de bénéficier d’une prestation d’invalidité et d’un programme de remboursement des soins de santé. En outre, certaines personnes peuvent être contraintes d’abandonner ou de refuser des programmes de remboursement, car l’employeur ne souhaite pas payer un montant surélevé d’assurance-maladie. (10;14)

Malgré les difficultés et les obstacles rencontrés par les PVVIH dans la population active, la plupart considèrent l’emploi comme un élément positif et essentiel à leur vie, qui leur offre structure, utilité, satisfaction, confiance et un certain moyen de participer à la société. (14;20;22;23)

4.4 Environnements sociaux

La capacité des PVVIH à gérer leur santé et à faire face aux difficultés de vivre avec le VIH dépend partiellement de leur environnement social – leur famille, leurs pairs, la communauté et le milieu de travail. Des aspects de l’environnement social influencent les résultats sur la santé parmi les PVVIH et sont fondamentalement liés à d’autres déterminants de la santé, notamment la culture, le genre, le revenu et le niveau d’éducation, les réseaux de soutien social, l’adaptabilité et les comportements de chacun et l’accès aux services de santé. (10)

4.4.1 Stigmatisation et discrimination

La majorité de la littérature traitant de l’environnement social du VIH/sida met en avant la persistance, la nature et les conséquences de la stigmatisation et de la discrimination pour les personnes infectées et affectées par le virus. L’ONUSIDA décrit la stigmatisation liée au VIH comme « un processus de dépréciation des PVVIH ou associées au VIH et au sida ». La discrimination est définie comme « un traitement inéquitable et injuste » des PVVIH, qui peut apparaître aux niveaux politique, économique, social, psychologique et institutionnel. (30) La stigmatisation des PVVIH est souvent liée à des croyances et attitudes négatives existantes sur la sexualité, les relations sexuelles entre personnes de même sexe, le travail du sexe et l’utilisation de drogues. On considère que la stigmatisation provient de la discrimination basée sur l’origine raciale, le genre et la sexualité et la renforce. La stigmatisation liée au VIH peut également provenir de l’ignorance sur la façon dont le VIH est transmis et la peur de la maladie et de la mortalité. (10;30-32)

Au Canada, il existe un certain nombre de lois aux niveaux fédéral, provincial et territorial qui sont conçues, en partie, pour protéger les PVVIH contre la discrimination. Les dispositions d’égalité de la Charte canadienne des droits et libertés protègent les individus contre l’action gouvernementale discriminatoire. Les statuts fédéraux, provinciaux et territoriaux des droits de l’homme interdisent toute discrimination par les intervenants privés, notamment les personnes et entités dans les domaines de l’emploi, la prestation de services, l’accès aux structures et biens, les contrats, l’hébergement et les adhésions aux syndicats ou autres associations.

Malgré les protections existantes, la stigmatisation et la discrimination contre les PVVIH persistent dans la société canadienne. Les résultats d’une enquête comportementale sur le VIH/sida menée en 2006 ont démontré que les personnes vivant au Canada affichent des sentiments mitigés sur les PVVIH. (33) Seuls 35 % des sondés pensent que les PVVIH devraient être autorisées à occuper des emplois qui servent le public, notamment un emploi de dentiste. Bien que la majorité des Canadiens ne blâment pas les PVVIH pour leur situation, 10 % des sondés pensent que ceux qui ont contracté le VIH par relation sexuelle ou utilisation de drogues injectables ont ce qu’ils méritent. Près d’un Canadien sur trois ne pense pas que les PVVIH devraient être autorisées à avoir une vie sexuelle active. (33) Le niveau de confort et de tolérance avec les PVVIH était plus faible parmi les sondés connaissant moins la maladie du VIH/sida, ayant des liens religieux plus forts, ayant un niveau d’éducation et un revenu plus faibles, nés en dehors du Canada et plus âgés (plus de 65 ans). Les femmes canadiennes affichaient légèrement plus de tolérance face aux PVVIH que les hommes canadiens. (33)

En 2011, une étude similaire a été menée pour déterminer comment les attitudes et les perceptions ont changé, et a démontré qu’une majorité considérable et croissante des Canadiens indiquait n’avoir aucun malaise à côtoyer des PVVIH. Plus des trois quarts déclaraient qu’ils n’auraient aucun malaise à travailler dans un bureau avec une personne vivant avec le VIH/sida; 49 % indiquaient qu’ils se sentiraient très à l’aise, par rapport aux 42 % de 2003. Soixante pour cent (60 %) déclaraient qu’ils ne verraient aucune difficulté à ce que leur enfant soit à l’école avec quelqu’un souffrant du VIH, soit une évolution de 5 points depuis 2006. (34) Malgré ce changement encourageant, il faut noter qu’une proportion considérable des Canadiens éprouvent toujours des difficultés à côtoyer une personne vivant avec le VIH/sida.

En 2009, une enquête téléphonique menée au Québec sur le VIH/sida dans le milieu de travail a également démontré des attitudes généralement positives à travailler avec des PVVIH : 89 % des sondés ont déclaré qu’il était très ou assez probable qu’ils auraient une bonne relation avec un collègue si celui-ci était séropositif. (35) Dans un questionnaire en ligne similaire rempli par 111 responsables et cadres supérieurs d’entreprises du Québec, 93 % des sondés avaient le sentiment qu’une personne vivant avec le VIH/sida pouvait avoir une « carrière normale », alors que 38 % de la totalité des sondés auraient évité de recruter une personne vivant avec le VIH/sida, dans la mesure du possible, en invoquant la peur de l’absentéisme et la peur du malaise lié au VIH. (36)

4.4.2 Stigmatisation vécue par les PVVIH au Canada

Au Canada, les PVVIH continuent de rapporter des expériences de stigmatisation et de discrimination liées à leur séropositivité. En 2008, une enquête parmi 381 PVVIH a souligné que la grande majorité des personnes interrogées (82 %) considéraient toujours la stigmatisation comme un problème majeur dans leur vie. Soixante-sept pour cent (67 %) avaient l’impression que le VIH avait affecté leur vie sociale, et 45 % se sentaient isolées. (37;38) Une autre étude qualitative menée auprès de 105 PVVIH en 2007 a identifié des expériences communes de discrimination dans les communautés, dans les milieux de travail, dans l’éducation, dans le logement, dans le cercle familial et amical et dans le système de soins de santé. (10)

De nombreuses PVVIH sont membres de groupes sociaux marginalisés et ont des comportements stigmatisés par la société. Par conséquent, les PVVIH indiquent expérimenter souvent des niveaux de stigmatisation et discrimination. (10;39;40) Certaines PVVIH ont le sentiment qu’elles expérimentent davantage de stigmatisation du fait d’être des hommes gais et/ou du fait d’utiliser des drogues injectables plutôt que du fait d’être séropositives. (40)

La haine est une chose terrible, et lorsque vous en êtes victime – si vous êtes Noir ou marqué par une religion, ou une orientation sociale ou sexuelle, et si quelqu’un s’en aperçoit et que vous ne le savez pas [sic]. Vous devez faire très attention lorsque vous faites partie d’une catégorie [sic], imaginez que vous soyez Juif, séropositif et gai – vous pouvez être une triple source dans certains secteurs de la société. Ou regardez comme les Autochtones font l’objet de discrimination et… sont stéréotypés.

– Personne vivant avec le VIH/sida (40)

La stigmatisation liée au VIH est parfois associée à des perceptions négatives des modes de transmission du VIH, notamment les relations sexuelles non protégées et l’utilisation de drogues injectables. (10;41) Ces activités peuvent être considérées par certains comme honteuses, ce qui génère des attitudes condamnatoires envers les PVVIH. Certaines PVVIH ont également identifié la maladie et les changements dans l’apparence physique découlant de la lipodystrophie (un effet secondaire de certains médicaments, où les tissus adipeux sont redistribués) comme une source de stigmatisation. La peur et l’ignorance parmi la population canadienne par rapport à la façon dont est transmis le VIH et les portraits des PVVIH dans les médias à sensation sont considérées comme des sources de stigmatisation envers les PVVIH. (10)

Des attitudes négatives relatives à l’orientation sexuelle ajoutent un niveau supplémentaire de stigmatisation pour nombre de PVVIH. Les hommes vivant avec le VIH insistent sur la nature homophobe de la discrimination qu’ils endurent. (10) À la suite de la première épidémie de VIH/sida nord-américaine au sein de la communauté des hommes gais, la fausse perception du VIH/sida comme une « maladie des gais » ou la notion selon laquelle les gais sont séropositifs continue de contribuer à la stigmatisation et à la discrimination contre les PVVIH. (10;42)

Une certaine littérature sur la stigmatisation et les PVVIH au Canada traite des expériences différentes en fonction du genre. (10;31;32;39;43) Les résultats d’une étude qualitative menée auprès de 105 PVVIH au Canada ont démontré que certains participants – principalement des femmes – identifiaient le genre comme un facteur influençant le type et le degré de discrimination qu’ils vivaient en tant que PVVIH. Ces femmes ont mis en avant les perceptions de leur participation au travail du sexe, la promiscuité et la stigmatisation de leurs enfants, comme une discrimination sexospécifique. (10) La littérature traitent également de la perception selon laquelle la plupart des financements pour la lutte contre le VIH sont destinés aux problèmes d’hommes gais et que nombre d’organismes de services d’aide liés au sida ont des lacunes en termes d’assistance aux femmes. (10;44)

Ma séropositivité ne m’affecte pas, elle affecte mon travail. Elle affecte les personnes avec lesquelles je travaille. Elle affecte ma fille. Elle affecte l’école à laquelle elle est inscrite et la façon dont le voisinage réagit d’une manière générale face à nous et à notre famille parce que je pense qu’il existe des stéréotypes sur le VIH. Mais je pense que les stéréotypes au sujet des femmes sont particulièrement négatifs. Et si vous avez des pensées négatives à mon sujet, cela a également un impact sur le reste de ma vie.

– Femme vivant avec le VIH/sida (31)

Les PVVIH peuvent avoir le sentiment que la stigmatisation et la discrimination qu’elles endurent apparaissent au niveau institutionnel de la société. (45) En d’autres termes, les PVVIH peuvent avoir le sentiment que les aspects du système de services sanitaires et sociaux du Canada, ainsi que la loi et la législation canadiennes, sont discriminatoires envers les PVVIH.

Le système est très discriminatoire, notamment envers nous, les immigrants. Ce que je trouve très difficile avec le système [c’est] qu’être une immigrante, une mère célibataire, une femme vivant avec le VIH et une femme noire jouent totalement contre moi.

– Femme vivant avec le VIH/sida (45)

Certaines PVVIH intériorisent la stigmatisation et la discrimination liées au VIH en finissant par croire ou accepter les attitudes négatives envers elles. La littérature sur la stigmatisation et la discrimination renvoie souvent au processus d’intériorisation de la honte et du blâme associés au VIH comme une « auto-stigmatisation ». (10)

Après avoir été diagnostiqué séropositif, je me sentais sale tout le temps. Je ne me sentais pas propre. Quel que soit le nombre de douches que je prenais.

– Personne vivant avec le VIH/sida (10)

Les PVVIH ont également décrit le fait d’accepter des peurs irrationnelles selon lesquelles elles transmettraient le virus à d’autres personnes, ce qui les oblige à éviter des occupations professionnelles, des relations familiales et amicales, le fait d’avoir des enfants et le fait d’avoir des relations intimes. (10)

4.4.3 Répercussions de la stigmatisation et de la discrimination sur les PVVIH au Canada

La recherche à permis de documenter de nombreuses conséquences potentiellement négatives de la stigmatisation pour la santé des PVVIH au Canada. (37;39;40) Alors que les impacts de la stigmatisation et de la discrimination sont divers parmi les PVVIH, plusieurs thèmes communs émergent de la littérature. La stigmatisation et la discrimination contre les PVVIH renforcent les inégalités sociales existantes et peuvent provoquer une exclusion, un retrait et une isolation sociale. (10;39;41;42) La stigmatisation est associée à des sentiments de faible amour propre, de détresse psychologique, de solitude, de désespoir, de dépression et d’autres conséquences négatives pour la santé mentale des PVVIH. (31;41;43;45-47) Le harcèlement des personnes vivant avec le VIH peut provoquer une instabilité dans le logement, une insécurité et des pratiques d’adaptation négatives. (45)

Les conséquences potentielles de la divulgation de la séropositivité de quelqu’un aux membres de la communauté, aux amis et à la famille, aux partenaires intimes, aux employeurs, et autres, constituent un problème important pour les PVVIH au Canada. (10;39;40;48) La crainte de la stigmatisation peut forcer les PVVIH à éviter de divulguer leur séropositivité. La discrimination sociale, les effets sur les relations futures, la vie sexuelle, la réputation générale et les condamnations criminelles dans des situations de non-divulgation sont des causes classiques de réticence à la divulgation.

Les PVVIH peuvent avoir des difficultés à divulguer leur état liées à la peur du rejet et de l’abandon de la part des amis et de la famille, ainsi que des peurs liées à la discrimination, à la violence et à la victimisation.

Je n’étais pas prête à parler de ma séropositivité à cause du simple fait que j’avais vu d’autres filles dans le système [prison] privées d’amis et de sorties, et c’était horrible. Et je savais que j’avais ce lourd secret au fond de moi sur ma maladie, et je pensais que je ne pouvais même pas exprimer ce que je ressentais parce que je pensais à la façon dont cette fille avait été traitée.

– Femme autochtone vivant avec le VIH/sida (39)

La stigmatisation a un impact négatif sur les efforts de prévention en contribuant au secret et à la non-divulgation de la séropositivité, ce qui renforce le risque de VIH et décourage de l’utilisation du préservatif dans certaines communautés. (42) La peur de la stigmatisation et de la discrimination se sont avérées contribuer au silence et au tabou sur des sujets comme la sexualité, la santé en matière de sexualité, l’utilisation de drogues et l’orientation sexuelle. (10;39)

Les PVVIH sont hétéroclites, et l’expérience de la stigmatisation et de la discrimination varie selon les différents groupes. Par exemple, la discrimination sexospécifique contre les femmes vivant avec le VIH peut avoir un impact négatif sur l’accès aux services de santé, notamment dans le domaine de la santé génésique. (43;44)

Finalement, la stigmatisation et la discrimination ont été identifiées comme des facteurs empêchant la participation totale des PVVIH au développement de la recherche, des politiques et des programmes qui les visent. (31;49) Des efforts pour impliquer davantage de PVVIH dans les activités de recherche communautaires sont souvent mis en avant, en gardant à l’esprit le principe de la participation accrue des personnes vivant avec le VIH. En Ontario, une récente analyse de données, tirées d’une étude plus large sur les obstacles et facteurs favorables liés à la recherche communautaire sur le VIH, a été effectuée pour déterminer la réussite de ces efforts en appliquant le principe de la participation accrue des personnes vivant avec le VIH. L’étude a démontré que, comparativement aux chercheurs et fournisseurs de service de première ligne, les PVVIH étaient les moins impliquées dans toutes les étapes des projets de recherche communautaire, notamment dans l’apport de données, la conception et les résultats. Les résultats laissent entendre que la stigmatisation, les difficultés de santé, les méfiances des PVVIH envers chercheurs, le manque de crédits (diplômes, certificats, etc.) et le manque de capacité à s’engager dans la recherche constituent des obstacles majeurs à la réussite de la mise en place du processus de la participation accrue des personnes vivant avec le VIH dans la recherche communautaire liée à la lutte contre le VIH/sida. (49)

4.5 Réseaux de soutien social

L’accès aux ressources d’informations, aux réseaux sociaux et au soutien social, ainsi que les connexions à une culture et à une communauté, peuvent influencer les résultats de santé. (1) Le manque de soutien social ou les obstacles à l’accès aux ressources sociales ont des conséquences négatives sur la santé des PVVIH. (31;39;50) Nonobstant, nombre de PVVIH démontrent une remarquable résilience à surpasser les impacts de la stigmatisation et de la discrimination en comptant sur de nombreux types de ressources de soutien social.

4.5.1 Réseaux sociaux

Un cercle familial et amical positif et l’interaction avec les réseaux d’entraide des pairs sont des sources importantes de capital social pour les PVVIH dans la gestion de leur santé. (10;39;48;51) Les connexions avec les réseaux sociaux permettent aux PVVIH d’accéder à des informations et ressources sanitaires et à réduire l’isolement social provoqué par la stigmatisation. Communiquer avec d’autres PVVIH a été décrit comme une source importante de force et de résilience pour nombre de PVVIH. (39;41;44;50;52)

Je trouve peu informations auprès d’autres personnes séropositives. Je vais tous les jours au [programme de soutien pour les médicaments liés au VIH pour les personnes marginalisées] et je récupère quelques informations auprès d’autres personnes qui y vont également. Juste des petites choses, comme des choses que vous ne devriez pas faire ou des choses que vous devriez avoir ou des choses que vous ne devriez pas prendre, ou sur ce que ces personnes pensent qui est bon pour elles. Je me demande si je devrais essayer ça pour moi, ou si elles… ont récupéré ces informations auprès de leur médecin ou d’où elles ont tiré ces informations.

– Autochtone vivant avec le VIH/sida (39)

C’est beaucoup plus facile de parler en tête à tête avec quelqu’un qui l’a, car cette personne sait de quoi vous parlez et elle sait le type de sentiments que vous avez, car elle est passée par là.

– Femme vivant avec le VIH/sida (48)

À l’inverse, le manque de soutien social peut inhiber la volonté des PVVIH à divulguer leur infection à leur famille et à leurs amis, à leurs partenaires intimes et aux membres de leur communauté. (39) La perte de soutien social suite à la stigmatisation et à la discrimination peut influencer l’accès d’une personne vivant avec le VIH/sida aux services sanitaires et sociaux, ainsi qu’aux ressources d’informations. Les sentiments de rejet social et d’isolement peuvent contribuer à des résultats de santé mentale négatifs, notamment à la dépression des PVVIH. (10) Dans une étude auprès de 23 femmes vivant avec le VIH, les participantes ont décrit le manque de réseaux de soutien, ainsi que le fait de vivre dans la pauvreté, de souffrir de dépression, de vivre des obstacles au travail, et de tolérer difficilement les symptômes comme étant des facteurs qui les ont empêchées de participer totalement à la vie sociale. (31)

Les réseaux sociaux peuvent jouer un rôle important dans le partage des renseignements sur la santé. Outre les fournisseurs de soins de santé, les PVVIH font appel aux organismes de services liés au sida et aux ressources en ligne, et recherchent des informations et du soutien auprès d’autres PVVIH. L’échange de renseignements sur la santé et le soutien affectif sont étroitement liés dans ce contexte. (50-54)

J’aime le contact et j’aime communiquer avec les autres pour apprendre et me documenter; donc j’irais volontiers voir un médecin ou une infirmière pour obtenir des informations spécifiques liées au sida.

– Personne vivant avec le VIH/sida (51)

Lorsque vous collectez des informations, vous pouvez noter des similitudes… vous les comparez alors à celles que vous possédez. Par exemple, récemment, je ne savais pas que les sueurs pendant la nuit étaient un effet secondaire [sic] jusqu’à ce que je demande à un ami. Donc je pense qu’il est toujours bon de consulter d’autres personnes.

– Personne vivant avec le VIH/sida (51)

4.5.2 Participation communautaire

« L’engagement social dans la communauté permet de bâtir confiance, efficacité, sens d’appartenance qui sont associés à une santé mentale et immunologique améliorée ». (1) La participation à l’activisme communautaire a été identifiée comme une source importante de force pour nombre de PVVIH au Canada. (31;39;44;55) Partager des anecdotes et contribuer aux efforts de prévention du VIH de la communauté peuvent aider les PVVIH à tirer une utilité de leur condition, à améliorer leurs liens sociaux et à contribuer à améliorer leur qualité de vie.

Je fais tout ce que je peux au moins une fois par mois. J’imagine que tout le monde n’est pas aussi impliqué. Mais j’ai beaucoup de bons amis dans la communauté du VIH. Généralement, faire partie de comités et travailler avec la communauté du VIH m’aide beaucoup; cela m’aide à améliorer ma vie.

– Autochtone vivant avec le VIH/sida (39)

Dans une étude menée auprès de 23 femmes vivant avec le VIH, celles qui étaient identifiées comme des participantes actives de leurs communautés décrivaient que leurs enfants, la participation à des réseaux de soutien et le fait d’avoir une forte identité personnelle constituaient des sources de force et de résilience. (31)

4.5.3 Soutien social et résultats pour la santé

L’accès au soutien social peut avoir un impact sur les résultats cliniques du traitement des PVVIH. Une étude évaluant l’association entre le soutien social et les résultats virologiques auprès de 34 PVVIH à Toronto et qui étaient en traitement pendant une période de quatre ans, a démontré que le soutien social était un facteur déterminant dans les résultats du traitement. (56) Dans cette étude, les PVVIH ont affiché de meilleurs résultats cliniques si elles indiquaient avoir un soutien affectif, interpersonnel et informatif à leur disposition.

L’application de services de soutien communautaires peut dépendre des caractéristiques démographiques et des modèles comportementaux des PVVIH. Une étude récente a démontré que les PVVIH les plus vulnérables (célibataires, vivant seules et ayant une santé médiocre) étaient les utilisateurs les plus fréquents des services communautaires. (57)

4.6 Environnements physiques

L’environnement physique d’une personne réside dans la mise en place de nombreux déterminants de la santé les plus sociaux et est considéré comme influençant les résultats de santé physique et mentale. Les environnements physiques peuvent avoir un impact sur l’accessibilité aux services de santé et la capacité à exécuter les activités de la vie quotidienne. La conception et la sécurité de la communauté, l’accès à un logement approprié, à l’eau potable, à l’éducation, aux services de transport, à la garde d’enfants et aux dispositifs d’adaptation sont des facteurs clés permettant de créer des environnements physiques sains. (1) La majorité des récentes recherches sur les environnements physiques des PVVIH au Canada est axée sur la façon dont le lieu de résidence peut influencer l’accessibilité et la qualité de la santé ainsi que les services liés au VIH offerts à ces personnes. Le thème du logement et des sans-abri parmi les PVVIH a également été traité au cours des récentes recherches.

4.6.1 L’influence du lieu géographique sur les PVVIH

Le lieu de résidence peut influencer directement les résultats de santé des PVVIH en facilitant ou en limitant l’accès aux services, et indirectement, en ayant un impact sur le contexte d’autres déterminants de la santé comme les environnements sociaux.

Comme d’autres patients avec des conditions complexes, les PVVIH dans les communautés rurales et dans les réserves des Premières nations ont un accès limité aux soins spécialisés, au traitement et au soutien. Les PVVIH des petites communautés peuvent être réticentes à l’idée de rechercher des services, par peur de perdre la confidentialité de leur condition et de vivre la stigmatisation et la discrimination. (50;58;59) Le besoin de services spécialisés liés au VIH peut forcer les PVVIH à quitter leur communauté d’origine pour se rendre dans les centres urbains où la séparation de leur réseau social peut mener à l’isolement social, à la solitude et à la dépression. (58;59) Une étude menée en Colombie-Britannique a démontré que les zones autour des centres urbains, notamment Vancouver, accueillaient davantage de patients séropositifs, indiquant ainsi que les PVVIH migraient vers les centres urbains pour trouver des soins spécialisés, un traitement et un soutien. (60)

Les PVVIH dans les villes canadiennes expérimentent des difficultés en termes de gestion de leur santé et d’accès aux soins et services, du fait de leur lieu de résidence. Le lieu de résidence dans une ville peut être associé à un risque supérieur de décès des PVVIH. (61) Une étude menée auprès de 533 PVVIH ayant participé au Programme de traitement pharmaceutique du VIH/sida du Centre d’excellence en VIH/sida de la Colombie-Britannique, a démontré que les personnes vivant auprès d’un voisinage présentant une forte utilisation de drogues injectables avaient trois fois plus de risques de décès que les PVVIH vivant dans un environnement avec une forte concentration d’hommes gais, malgré une présence supérieure du sida dans ce dernier. Les PVVIH vivant dans un environnement avec une forte concentration d’utilisateurs de drogues injectables étaient davantage des femmes, avaient déjà utilisé des drogues injectables, avaient moins eu recours à un médecin spécialisé en VIH et observaient moins le traitement contre le VIH. (61)

La mise en place des services dans les centres urbains peut déterminer l’accessibilité des PVVIH de ces centres, ce qui peut avoir un impact sur l’application des services. (61;62) Une analyse spatiale de la répartition des services liés au VIH proposés à Toronto a démontré que les services d’urgence et de prévention contre le VIH étaient regroupés dans certaines zones de la ville, alors que d’autres services, notamment des services de soutien affectif, des services de diagnostic post-test, des services médicaux et des services de fin de vie étaient répartis de manière plus uniforme. (62)

Pour analyser l’impact du lieu de vie des PVVIH d’un autre point de vue, une enquête a été menée auprès de 214 fournisseurs de services de santé liés au VIH de diverses professions pour analyser les pratiques, les modèles de renvoi et les modifications dans la prestation des services liés au VIH affectant les PVVIH au Canada. (63) Les sondés ont identifié nombre d’obstacles pour accéder et pour fournir les services liés au VIH; cependant, les résultats de l’étude n’ont pas indiqué de différences considérables dans les modèles de renvoi des pratiques par taille de communauté, juridiction ou région du Nord.

4.6.2 Logement et sans-abri parmi les PVVIH

Le statut de sans-abri et le logement instable peuvent avoir un impact négatif sur la santé mentale et physique, ce qui génère des obstacles au soin personnel et augmente l’utilisation de services de santé d’urgence. Suite aux épidémies concentrées de VIH dans nombre de centres urbains canadiens, la plupart des recherches récentes menées au Canada sur le logement et le VIH étaient axées sur les PVVIH habitant dans les centres des villes de Toronto et Vancouver ou dans les environs. (9;64)

Un examen systématique de la littérature sur les résultats de santé et le logement parmi les PVVIH au Canada a démontré une association positive entre la stabilité croissante du logement et des résultats de santé supérieurs. Des effets positifs ont été trouvés en termes d’observance, d’utilisation des services sanitaires et sociaux, d’état de santé et de réduction de comportements à risque. (65) Des résultats négatifs sur la santé et une qualité de vie amoindrie en termes de santé se sont également avérés associés au chômage, aux coûts ingérables des logements, à l’expérience de la discrimination liée au logement et à la dépression. (9)

Une analyse d’une cohorte de 602 PVVIH en Ontario a démontré que le lieu de résidence des PVVIH pouvait avoir un impact sur l’obtention d’un logement abordable et sécurisé. (9) Cette étude a démontré que vivre dans la région du Grand Toronto et qu’un soutien social supérieur étaient associés à une meilleure qualité de vie en termes de santé. Les PVVIH qui étaient liées à leur communauté, avaient de forts réseaux de soutien social, et se sentaient bien dans leur lieu de résidence avaient une meilleure qualité de vie en termes de santé mentale. Cependant, les PVVIH qui expérimentaient des difficultés à gérer les frais de logement, qui avaient peur de l’éviction et qui utilisaient de manière dangereuse de l’alcool et des drogues semblaient avoir une moins bonne qualité de vie en termes de santé mentale. (9)

Le quartier centre-est de Vancouver a été l’objet d’une étude plus récente sur le logement et le VIH au Canada, du fait de la forte prévalence de PVVIH, du travail du sexe et de l’utilisation de drogues injectables, ainsi que du faible statut socioéconomique des personnes résidant dans ce quartier. Dans ce quartier, certaines PVVIH occupaient une chambre individuelle dans un hôtel, soit 1,5 fois plus que les personnes non séropositives. (66) Pour les personnes n’ayant pas de logement stable, l’observance des traitements est difficile. Malgré les perceptions négatives du quartier centre-est de Vancouver, il faut noter que pour certaines personnes, ce quartier est leur lieu d’origine et un lieu où elles se sentent bien et acceptées. (67)

Donc je suis allée dans le centre-ville – les bas quartiers, tu vois? Et tout s’est bien passé pour moi. J’ai vu des gens comme moi, tu sais; je me sentais bien intégrée pour la première fois de ma vie. Je n’étais pas une étrangère, ou une personne antisociale, ou une criminelle ou une droguée. Plus personne ne me pointait du doigt. Ça a été un tournant dans ma vie, j’ai décidé que j’irais consulter et que je suivrais un traitement psychiatrique.

– Femme vivant avec le VIH/sida (67)

L’instabilité du logement et le fait d’être sans-abri ont été déterminés comme des préoccupations majeures parmi les parents vivant avec le VIH/sida, notamment les mères célibataires. Des entrevues qualitatives avec 50 parents vivant avec le VIH laissent entendre que le besoin d’un logement abordable, sécurisé et stable pour les familles peut avoir un impact sur les habitudes de vie saines et sur l’observance au traitement parmi les parents vivant avec le VIH. Des conditions de logement médiocres et des voisinages non sécurisés, ainsi que des obstacles à l’accès aux services de soutien, ont également été identifiés comme des préoccupations importantes. Les parents de cette étude ont également décrit des stigmatisations et discriminations liées au VIH, ainsi que du racisme envers eux. (45)

Lorsque vous avez des enfants, c’est dur. Vous devez vivre dans un lieu où vous vous sentez en sécurité et à l’aise.

– Parent vivant avec le VIH/sida (45)

Le logement est la préoccupation la plus importante parce que tu ne veux pas vivre dans la rue, particulièrement avec ta famille.

– Parent vivant avec le VIH/sida (45)

Les parents ayant un enfant vivant avec le VIH ont cerné un besoin critique de vivre près de leur lieu de travail et de l’école de leur enfant, de manière à être immédiatement disponibles en cas d’urgence et à protéger la vie privée de leur enfant.

Je dois être là. Comme je viens de le dire, ce serait particulièrement inconfortable pour moi de ne pas pouvoir être auprès d’elle rapidement. Donc, si elle se blesse à l’école, où personne ne connaît son état de santé, je ne souhaite pas qu’ils l’emmènent à l’hôpital. Je ne veux pas de ça. Il est donc très important pour moi d’être auprès d’elle.

– Mère d’un enfant vivant avec le VIH/sida (45)

4.6.3 PVVIH et environnement carcéral

L’environnement carcéral peut augmenter la vulnérabilité d’une personne vivant avec le VIH/sida à des résultats médiocres en termes de santé et de soutien social. La prévalence du VIH et d’autres infections transmises sexuellement et par le sang, comme le VHC et l’hépatite B, est disproportionnellement élevée dans les prisons canadiennes. (68;69) Des outils, tels que les préservatifs et les digues dentaires, qui peuvent être utilisés pour limiter la transmission des infections transmises sexuellement et par le sang, sont disponibles dans de nombreuses prisons canadiennes; cependant, certaines difficultés restent présentes en termes d’accès à ces outils. Une enquête sur les personnes incarcérées des prisons fédérales a indiqué que les problèmes d’accès étaient liés à la logistique, la discrimination et la confidentialité. (69) L’impact général de la stigmatisation et de la discrimination liées au VIH, notamment l’homophobie entre les personnes incarcérées, peut aussi rendre l’environnement carcéral hostile aux PVVIH.

Les PVVIH purgeant des peines de plus de deux ans sont incarcérées dans les prisons fédérales, et la durée de leur peine signifie qu’il est plus facile pour elles d’accéder et d’observer un traitement. Les personnes purgeant leur peine dans les prisons provinciales et territoriales font face à davantage de difficultés dans l’accès et l’observance au traitement, partiellement du fait qu’elles peuvent rester en prison seulement quelques jours ou semaines, ce qui constitue des difficultés logistiques pour l’accès aux soins de santé, car elles ne peuvent apporter leurs médicaments avec elles, et doivent consulter un médecin de la prison pour leur faire une nouvelle prescription.

Les PVVIH qui sont incarcérées font face à des difficultés uniques dans la gestion de leur santé personnelle et dans l’accès au traitement contre le VIH et aux services. Pour les PVVIH qui utilisent des drogues injectables, la récente incarcération s’est avérée associée à l’abandon du traitement pour des raisons non cliniques. (70) Dans une étude sur 12 PVVIH qui ont été récemment incarcérées en Colombie-Britannique, les participants ont décrit de nombreux obstacles au traitement contre le VIH et services inhérents. L’entrée en prison a généré des difficultés pour accéder aux médicaments contre le VIH et des interruptions de traitement des PVVIH. Certains participants ont déclaré qu’ils ne pouvaient accéder au traitement en étant incarcérés et qu’ils étaient obligés d’attendre leur libération pour reprendre le traitement. Les participants ont perçu la qualité des soins dans l’institution comme inférieure aux services liés au VIH proposés dans leurs communautés. (70)

J’ai été condamné à un mois de prison, mais j’ai purgé uniquement 21 jours. Et pendant ces 21 jours, ils ne m’ont même pas donné mes médicaments jusqu’au matin où j’ai quitté la prison. J’étais énervé (furieux]. L’infirmière m’a dit que le médecin [de l’institution] ne pouvait contacter mon médecin. Ils ne pouvaient pas trouver le numéro de mon médecin – bien sûr… tout le monde a un ordinateur…

– Personne vivant avec le VIH/sida (70)

4.7 Culture

La culture et la tradition peuvent jouer à la fois des rôles positifs et négatifs pour déterminer la santé et le bien-être des personnes et des communautés. (1) Jusqu’à maintenant, les recherches sur le VIH/sida et la culture au Canada tendaient à porter sur l’évaluation des facteurs culturels qui contribuent à la vulnérabilité et aux risques liés au VIH. Moins de recherches ont analysé les moyens par lesquels les croyances et pratiques culturelles ont un impact positif sur la vie des PVVIH. La section suivante analyse la littérature disponible sur la culture et les PVVIH au Canada; littérature qui était axée jusqu’à présent sur les Autochtones et les communautés, noires, africaines et caribéennes.

4.7.1 Culture et vulnérabilité sociale parmi les PVVIH

Pour nombre de PVVIH, le VIH est seulement un facteur de leur vie compliqué par de nombreuses charges sociales et une discrimination raciale. (42;44;71) Les Canadiens noirs ont identifié des conflits intergénérationnels, des problèmes auxquels les jeunes Noirs dans le système scolaire, le chômage, le racisme et les problèmes d’immigration prenant fréquemment la priorité sur le traitement et le soin des PVVIH. (42) Les Autochtones vivant avec le VIH/sida ont également décrit des niveaux de stigmatisation, ainsi que des problèmes liés au traumatisme intergénérationnel et aux pensionnats indiens, à la violence familiale et sexuelle, à la pauvreté, aux dépendances et aux responsabilités familiales, comme prenant la priorité sur leur santé personnelle. (44;59;71)

Je pense que la communauté noire pense qu’elle est acculée. Et si tu ne dois pas faire face au [VIH], pourquoi?

– Femme de Trinidad vivant au Canada (42)

Je me suis rendu dans des cliniques lorsque j’avais une blessure – qu’elle soit due à l’alcool ou non – j’ai ressenti comme un préjudice lorsqu’ils ont juste jeté un œil et [dit] « OK, vous avez fait quelque chose de stupide lorsque vous étiez ivre. Et ça n’a pas vraiment d’importance parce que vous êtes juste un Autochtone, et que vous allez probablement de nouveau être ivre et recommencer ».

– Autochtone vivant avec le VIH/sida (59)

La stigmatisation et la discrimination des PVVIH sont réputées comme une préoccupation importante pour nombre de communautés autochtones, ainsi que les communautés noires, africaines et caribéennes au Canada. (42;59;71)

[L’infirmière] a dit une chose très sarcastique. Elle a dit qu’elle disait toujours à ses filles que toutes les personnes venant d’Afrique sont séropositives.

– Femme du Kénya vivant au Canada (42)

Les PVVIH qui sont des minorités peuvent expérimenter la stigmatisation et la discrimination de la population plus large en fonction de leurs cultures et origines raciales, et au sein même de leur communauté, du fait de leur séropositivité. (42;44;59;71-73) Les appartenances culturelles, raciales et religieuses peuvent être des sources de stigmatisation et de discrimination contre les PVVIH. Cette stigmatisation et cette discrimination sont partiellement liées aux traditions et pratiques culturelles discriminant les gais, les personnes coupables d’adultère, les personnes qui ont plusieurs partenaires sexuels, les personnes qui utilisent des drogues injectables et les personnes qui vivent avec des maladies infectieuses. (32;42) Certaines pratiques ou croyances culturelles se sont avérées générer stigmatisation et discrimination contre les PVVIH, et peuvent générer un rejet et une exclusion de la communauté, des obstacles à l’accès aux services de santé et une dépression. (42;59;73) Certaines communautés peuvent avoir des préjugés par rapport aux PVVIH qui peuvent mener à des railleries, à un isolement social et à un rejet de la communauté et de la famille.

Certaines communautés basées sur les croyances et certains groupes religieux pensent que les populations séropositives et associées à risque – hommes gais et personnes qui utilisent des drogues injectables – sont impures et immorales, et peuvent considérer l’infection au VIH comme une punition divine pour avoir commis des actes immoraux. À l’inverse, les personnes peuvent croire que ceux qui adhèrent à leur religion ne peuvent contracter le VIH. (42;74)

Au Kenya, tout le monde va à l’église le dimanche, et vos parents vont à l’église. Donc lorsque vous allez à l’église, vous élevez très bien vos enfants et il n’y a aucune raison d’avoir de problème.

– Femme du Kénya vivant au Canada (42)

Une étude sur 30 PVVIH des communautés africaine et caribéenne de Toronto, ainsi que sur 74 femmes et hommes de ces communautés dont la séropositivité était inconnue, a démontré un certain nombre de facteurs d’isolement social et d’obstacles au traitement. (42) Les PVVIH de cette étude ont décrit leurs craintes de rumeurs dans la communauté, de railleries, de harcèlement verbal et de pertes d’amis, qui les forcent à ne pas divulguer leur infection et à éviter d’accéder au traitement et aux soins. Les normes culturelles qui empêchent de discuter des problèmes de santé sexuelle, physique ou psychologique, ont été invoquées comme causes d’un déni d’existence du VIH dans ces communautés. Il a été constaté que les hommes vivant avec le VIH évitaient de demander des soins médicaux tant qu’ils n’étaient pas à un stade critique ou final de leur maladie, ce qui semble être lié à des pressions culturelles selon lesquelles les hommes doivent être forts et retenus. En outre, les hommes de cette étude ont indiqué éviter de demander des services liés au VIH du fait de la crainte liée à l’homophobie dans les communautés et de la crainte d’être identifiés comme gais. (42) L’infection au VIH était perçue comme une « maladie des gais ». Une femme participante de Jamaïque a mis en avant la logique relative au VIH dans sa communauté :

Vous associez le VIH à l’homosexualité et venant de Jamaïque, il n’y a pas d’hommes gais en Jamaïque, n’est-ce pas? Il est donc impossible que le peuple jamaïcain contracte le VIH puisqu’il n’y pas d’hommes gais en Jamaïque.

– Femme de la Jamaïque vivant au Canada (42)

Des données qualitatives laissent entendre que les Autochtones vivant avec le VIH/sida sont fortement stigmatisés par le public en général et au sein de nombreuses communautés autochtones au Canada. (10;31;39) Dans une étude incluant 31 participants, les Autochtones vivant avec le VIH/sida décrivaient des difficultés de santé mentale continues associées à une histoire de colonisation et d’abus, de violences au sein de la famille et de la communauté, et de graves problèmes relatifs à la stigmatisation et au manque de vie privée dans leurs communautés. (39)

4.7.2 Culture et résilience parmi les PVVIH

La culture, la religion et la spiritualité jouent un rôle critique dans la résilience contre le VIH pour de nombreuses communautés culturelles vivant au Canada. Jusqu’à maintenant, les recherches sur la culture et la résilience parmi les PVVIH étaient axées sur les personnes et communautés autochtones touchées par le VIH. On a moins d’informations sur les influences positives de la culture sur la résilience des PVVIH d’autres groupes culturels.

Tous les éléments provenant des cercles de vie aux réunions pour les alcooliques et l’usage de stupéfiants, aux cercles de vie organisés pour les PVVIH dans les organismes de services liés au sida à ces conférences. C’est ce que je considère comme mes services de santé, car ils traitent de ma vitalité, de ma durée de vie [sic] et de ma guérison, vous voyez. Je n’ai pas besoin de guérir avec une p–n de bouteille. J’ai besoin de guérir mon cœur et mon âme, vous voyez. L’église, c’est mon service de santé. La hutte de sudation, c’est mon service de santé!

– Femme vivant avec le VIH/sida (44)

Je pense que ma plus grande force vient de… mon lien avec le Créateur, Dieu; et c’est de là que vient ma force. Et je regarde maintenant en arrière et je peux voir tous ces repères que je n’avais pas vus. C’est comme si mes yeux s’étaient ouverts lorsque j’ai commencé à me rapprocher du Créateur et c’est comme s’il avait ouvert mes yeux et que je pouvais soudainement voir qu’il est celui qui m’a permis de franchir toutes ces étapes en toute sécurité.

– Femme autochtone vivant avec le VIH/sida (44)

Les Autochtones vivant avec le VIH/sida et ayant participé à diverses études qualitatives ont décrit l’utilisation des pratiques de guérison autochtones dans leurs soins personnels contre le VIH, notamment les huttes de sudation, les églises, les cérémonies de purification, la demande de conseils auprès des sages, l’art et l’artisanat traditionnel. (44;73;75) De nombreux participants indiquent utiliser à la fois les cérémonies de médecine et de guérison de l’Ouest et traditionnelles des Autochtones pour traiter leur maladie. (44;75) Il faut noter cependant que certains Autochtones vivant avec le VIH/sida ayant participé à l’étude ont indiqué qu’ils n’utilisaient pas les pratiques culturelles dans la gestion de leur santé. (59) Les interventions de la communauté axées sur la reconnexion avec la culture se sont avérées encourageantes pour la résilience parmi les jeunes Autochtones vivant avec le VIH/sida. (76)

Au Canada, les chercheurs analysant les réponses de la culture autochtone et des cultures noires, africaines et caribéennes au VIH, soulignent l’importance de fournir des soins adaptés à la culture de chaque communauté pour les PVVIH dans ces communautés. (42;75) Les soins adaptés à la culture de chaque communauté peuvent impliquer du personnel qualifié et sensible, des politiques de non-discrimination, une formation en termes de confidentialité, un surpassement des barrières linguistiques ou l’incorporation de pratiques de médecine et de guérison traditionnelles culturelles.

4.8 Genre

Les rôles sexuels des femmes et des hommes, et des garçons et des filles, peut générer une vulnérabilité à des résultats de santé médiocres. L’Organisation mondiale de la Santé a défini le genre comme « ce qu’une société désigne au sujet des rôles appropriés, tâches, droits, responsabilités, comportements acceptés, occasions et statuts des femmes et des hommes les uns envers les autres ». (77) En outre, les relations entre les genres sont « souvent inégales et hiérarchiques. Les femmes n’ont généralement pas un accès équitable aux ressources comme l’argent, le pouvoir et l’influence, par rapport aux hommes ». (77) Le genre est un déterminant de la santé inextricablement lié à d’autres déterminants de la santé, notamment la culture, l’accès aux soins de santé, la vie familiale et les relations intimes.

L’inégalité des femmes et des jeunes filles liée au genre est largement constatée comme un facteur influant sur la pandémie du VIH/sida à travers le monde. Les femmes et les jeunes filles vivant avec le VIH sont plus vulnérables à des résultats sanitaires et sociaux médiocres que les hommes vivant avec le VIH. Globalement, l’inégalité des genres est connue comme limitant la capacité des femmes à accéder au traitement, à avoir des relations sexuelles protégées et à prendre des précautions en termes d’allaitement, ainsi qu’augmentant le risque de violences faite envers les femmes. (77)

Les femmes et jeunes filles vivant avec le VIH au Canada font face à des difficultés spécifiques dans la vie sociale et familiale, la santé sexuelle et génésique, la divulgation de la séropositivité, les relations intimes et l’éducation des enfants. L’impact des violences sexospécifiques contre les PVVIH, notamment les femmes et les jeunes filles, a également été noté dans de récentes études sur les expériences vécues par les femmes vivant avec le VIH en Ontario. (44;45) Bien que peu d’études aient analysé l’influence des normes sexuelles sur les hommes vivant avec le VIH, les recherches entreprises dans ce domaine ont été principalement axées sur les femmes et les jeunes filles.

Dans certains cas, la discrimination contre les femmes vivant avec le VIH est basée sur des croyances traditionnelles au sujet des genres en ce qui concerne la sexualité des femmes et le rôle social des femmes en tant que mères. Les femmes vivant avec le VIH ont le sentiment d’être perçues comme des « vecteurs » de maladie et d’infection pour les hommes et les bébés et peuvent être blâmées d’avoir infecté leurs enfants. (71;78)

Les infirmières et tout le personnel soignant, ils ne se sont même pas préoccupés de mon cas, ils ont juste parlé devant tout le monde et ont lancé un nouveau cas de sida : « Regarde ce que tu as fait à ton enfant », tu vois. « Comment peux-tu te supporter, quel genre de femme es-tu pour avoir des enfants sans réfléchir? » « Tu ne devrais même pas avoir de relations sexuelles ».

– Femme vivant avec le VIH/sida décrivant son expérience à l’hôpital après son accouchement (71)

Les normes sexuelles et les relations entre les genres influencent la perception publique des hommes et des femmes vivant avec le VIH. Le « Projet VIHsibilité » a identifié les différences dans les portraits des hommes et des femmes vivant avec le VIH dans les médias. Ce projet a analysé la présence du VIH/sida dans les journaux au Québec de 1988 à 2004. (79) Les résultats ont démontré que les femmes vivant avec le VIH/sida étaient présentées dans les médias comme des « victimes innocentes » et des « mères » ayant besoin d’un meilleur accès aux soins, aux traitements et d’un soutien, alors que les hommes vivant avec le VIH/sida étaient présentés comme des consommateurs d’héroïne, des gais, des criminels ou des personnes ayant des comportements abusifs et des personnes d’origine haïtienne.

4.8.1 Violence sexospécifique

À travers le monde, les femmes et les jeunes filles vivant avec le VIH présentent des risques supérieurs de violences sexuelles et sexospécifiques. (77) La crainte de la violence a été identifiée comme une préoccupation pour les femmes et les hommes vivant avec le VIH et le sida. (3;44;80) Bien que les recherches au Canada n’aient pas évalué la prévalence des violences sexospécifiques parmi les hommes et les femmes vivant avec le VIH, des données qualitatives indiquent que le problème est particulièrement important pour les femmes. (44;74)

Des études analysant les expériences des femmes et des jeunes filles impliquées dans le travail du sexe dans la rue dans le quartier centre-est de Vancouver – une population à forte prévalence de VIH – ont démontré que les femmes de cette population expérimentaient diverses formes de vulnérabilités sexuelles et reliées à la drogue, et luttaient contre de multiples morbidités, des difficultés de logement instable et des dépendances. (3;5) Il a également été démontré que la violence sexospécifique avait un impact négatif considérable sur les stratégies d’adaptation, sur la santé et sur la qualité de vie des femmes vivant avec le VIH au Canada. (3;44;48;81;82) Il a notamment été noté que la violence contre les femmes vivant avec le VIH au Canada était liée à des pratiques d’adaptation négatives, notamment à l’usage de l’alcool et de drogues, qui à son tour, crée une vulnérabilité accrue à des résultats de santé médiocres. (3;44)

La violence sexospécifique contre les femmes vivant avec le VIH est réputée comme générant des résultats de santé médiocres puisqu’elle a une influence négative sur l’observance au traitement et l’accès aux services de soin et de soutien. (77) Des antécédents de violences et d’agressions sexuelles peuvent dissuader certaines femmes d’accéder à des services de soins critiques en matière de santé sexuelle et reproductive. (44)

4.8.2 Genre et divulgation de son état séropositif

La divulgation de la séropositivité a été indiquée comme une préoccupation importante pour les hommes et les femmes. (10) Les femmes et les hommes peuvent ressentir une certaine anxiété à divulguer leur séropositivité à leur famille, par crainte du rejet et de l’abandon. (48)

Les femmes vivant avec le VIH peuvent avoir des difficultés à divulguer leur séropositivité par crainte de la violence de leur concubin, par crainte de l’impact sur la vie familiale et par crainte de perdre la garde de leurs enfants. (44;48) L’anxiété et la crainte au sujet de la divulgation de la séropositivité peuvent mener les femmes à cacher leur infection à leur famille, à leurs amis et à la société, et peuvent les empêcher d’accéder à des réseaux de soutien social. (48) Les craintes relatives à la divulgation contribuent à la pression dans la vie intime et familiale, notamment au désir d’être honnête et de protéger les êtres chers contre la stigmatisation et la discrimination. Ces craintes sexospécifiques placent un fardeau supplémentaire sur les épaules des femmes vivant avec le VIH/sida, notamment les femmes qui vivent des relations violentes.

Nous n’avons pas parlé ouvertement de cela. Et je ne voulais pas les effrayer à propos de ma séropositivité, car ce sont des enfants – je ne savais pas comment ils allaient prendre la chose. J’ai alors pensé qu’il pourrait y avoir une certaine stigmatisation dans le foyer – ne pas partager les mêmes tasses, les toilettes et tout le reste. Et donc, je n’ai pas abordé le sujet.

– Femme vivant avec le VIH/sida (48)

Vous savez, j’avais peur. J’avais peur de leur dire [ma famille]. Le fait de ne pas savoir comment ils allaient réagir; (j’avais l’impression] que j’allais perdre ma famille à cause de cela.

– Femme vivant avec le VIH/sida (48)

4.8.3 Genre et culture

Les normes sexuelles et les relations entre les hommes et les femmes varient d’une culture à l’autre et peuvent avoir un impact considérable sur la santé des personnes de leurs communautés. (77) Certaines croyances culturelles au sujet du genre peuvent contribuer à la vulnérabilité sanitaire et sociale des femmes vivant avec le VIH au Canada.

Dans une étude menée auprès de 26 femmes d’origine africaine et caribéenne vivant avec le VIH/sida en Ontario, les participantes ont noté des pratiques sexistes, liées à la tradition culturelle qui régit le rôle de la femme dans les mariages et dans les familles, qui contribuaient au silence au sujet du VIH. (32) Une autre étude portant sur des femmes d’origine africaine et caribéenne vivant avec le VIH/sida à Toronto, ainsi que des fournisseurs de soins engagés dans les services liés au VIH parmi cette population, laisse entendre que les traditions culturelles et les normes sexuelles soutiennent un environnement familial patriarcal, dans lequel les femmes peuvent avoir un contrôle limité sur leur sexualité.

[Il] n’est pas acceptable de laisser entendre que vous ne faites pas confiance à votre partenaire. En prenant cela en considération, c’est une partie de la façon dont sont considérées les femmes; et cette partie est le sexe, le problème de confiance, vous n’êtes même pas supposé l’aborder.

– Femme du Kénya vivant avec le VIH/sida, (74)

Les femmes vivant avec le VIH ont indiqué que la crainte d’être ostracisées et isolées suite à leur infection au VIH contribue au déni, au silence et au secret. Les perceptions des stigmatisations dans cette communauté peuvent dissuader les femmes d’accéder à des services de soins de santé critiques et les empêcher de chercher à communiquer dans des réseaux de soutien social précieux. (74)

Je suis une femme guyanienne qui travaille et je viens d’une famille [sic] musulmane très traditionnelle qui est réputée dans ma communauté… mais je n’ai toujours pas franchi le pas de consulter une femme médecin dans ma communauté, car la probabilité selon laquelle elle pourrait connaître ma famille m’empêche d’aller la voir.

– Femme guyanienne vivant avec le VIH/sida (74)

Une femme musulmane est autorisée à toucher uniquement son mari. Donc ils diraient, « Tu es musulmane, comment as-tu contracté cette maladie? » Ils pourraient se moquer de toi.

– Femme somalienne vivant avec le VIH/sida (42)

Les hommes d’origine caribéenne et africaine et vivant avec le VIH peuvent expérimenter des difficultés spécifiques liées à l’homophobie inscrite dans les valeurs culturelles. Une importante étude sur les communautés caribéennes et africaines à Toronto a démontré que les hommes gais sont souvent fortement stigmatisés dans ces communautés, ce qui mène à des situations de secret et de caractère blâmable. (42) L’homophobie peut avoir un impact de restriction dans ces communautés en termes d’accès aux soins, de traitements et du soutien.

Quelques études ont analysé les difficultés sexospécifiques du fait de vivre avec le VIH parmi les femmes autochtones. (44;71;72) Les perceptions de stigmatisation et expériences de discrimination dans cette population sont composées de la discrimination contre les femmes et les jeunes filles autochtones. Les images sexualisées et les stéréotypes véhiculés envers les femmes autochtones peuvent produirent des discriminations liées au VIH et au genre contre les femmes autochtones vivant avec le VIH.

Je reçois des appels… des personnes m’appellent « la squaw qui a le sida » et toi, tu le mérites certainement, parce que les squaws méritent de mourir, « Sachant qu’on ne peut pas vous tuer toutes, le sida va vous tuer ».

– Femme autochtone vivant avec le VIH/sida (71)

4.9 Accès aux services de santé

L’accessibilité aux services de santé est un déterminant fondamental de la santé; l’accès aux soins financés publiquement est une garantie de la Loi canadienne sur la santé. Malheureusement, les inégalités sociales et économiques empêchent un accès équitable aux services de santé parmi les Canadiens. De nombreuses personnes font face à des obstacles pour les services de soins de santé, notamment en termes d’inaccessibilité physique et d’isolement social, problèmes socioculturels, barrières linguistiques, barrières sexospécifiques et coûts des soins de santé non fournis publiquement. (1) Bien que la plupart des coûts de traitement des PVVIH soient publiquement financés, et que de nombreux progrès aient été effectués pour améliorer la disponibilité et la qualité des traitements et services de soins liés au VIH, de nombreuses personnes vivant avec le VIH au Canada continuent de faire face à de multiples obstacles pour accéder aux services de soins et de soutien critiques liés au VIH. (12)

Les PVVIH consultent non seulement leurs médecins pour une expertise médicale et clinique, mais aussi pour une expertise légale et réglementaire pour savoir comment accéder aux services comme les prestations d’invalidité et les logements subventionnés ainsi qu’une expertise morale et éthique. (83) Outre les services de santé, de nombreuses PVVIH accèdent à de nombreux services sociaux, notamment les organismes communautaires, le soutien des pairs, les services de consultation, l’encadrement pédagogique, le soutien financier, le soutien au logement, les banques alimentaires et les programmes de loisirs. (41)

Les politiques et programmes encourageant le test, la détection précoce et l’accès aux soins, au traitement et au soutien se sont améliorés au fil du temps. Malgré ces progrès importants, de nombreuses PVVIH continuent d’être diagnostiquées à des stades avancés de leur maladie. (84) Une récente étude sur 13 cohortes canadiennes et américaines a démontré que l’analyse de l’état immunitaire des patients lors de la première présentation aux services liés au VIH avait dénombré un total de 44 491 participants vivant avec le VIH/sida. L’âge moyen de présentation initiale aux soins liés au VIH a augmenté au fil des années. Bien que le taux de CD4 à la présentation initiale ait augmenté au cours des 11 dernières années, de nombreuses PVVIH continuent d’accéder au premier test avec un taux de moins de 350 cellules/mm3. (84) En d’autres termes, de nombreux patients continuent d’être testés à des stades avancés de leur maladie, ce qui implique un besoin pressant d’augmenter l’accès aux tests de séropositivité, à un diagnostic précoce et au traitement.

Ces retards dans l’accès au test et au traitement apparaissent également dans des conditions liées au VIH. Malgré les forts taux de dépistage de cancers du col de l’utérus anormaux parmi les femmes vivant avec le VIH, le dépistage parmi cette population reste faible. (85)

4.9.1 Obstacles à l’accès des services de lutte contre le VIH pour les PVVIH

Les perceptions de stigmatisation et discrimination peuvent avoir un impact sur l’accès des PVVIH aux services de santé et services de soutien. Les PVVIH peuvent percevoir une stigmatisation ou des jugements négatifs dans certaines structures de soins de santé, ce qui peut les mener à éviter ce type de services. (51;83)

Les politiques au niveau organisationnel des services de santé peuvent s’ajouter aux perceptions de stigmatisations liées au VIH. Dans une étude sur les perceptions des PVVIH au sujet des services de soins de santé, certaines ont exprimé une préférence pour les services spécialisés liés au VIH, alors que d’autres se sont senties traitées différemment dans les services ciblés, ce qui a contribué à augmenter la stigmatisation et la discrimination. (40)

Avoir notre immeuble identifié [comme un organisme de services liés au sida] est affreux pour moi. Je ne pense pas que nous avons besoin de placer « VIH » sur la façade de notre immeuble. Les personnes doivent pouvoir venir et quitter notre service sans que la stigmatisation ne leur colle à la peau.

– Personne vivant avec le VIH/sida (40)

Les perceptions des stigmatisations peuvent agir comme un moyen de dissuasion pour accéder aux services de soins critiques et autres services de soutien. Les PVVIH peuvent éviter d’accéder à ces services de peur d’être identifiées comme séropositives par les autres. Des pratiques systématiques dans les structures de soins de santé, notamment des précautions universelles (comme l’utilisation de gants et de masques) peuvent être perçues comme une forme de stigmatisation par les PVVIH et ainsi les inciter à éviter les services liés au VIH. (39) Le besoin perçu de divulguer sa séropositivité aux travailleurs de la santé, associé au besoin de garder cette séropositivité secrète, a également été souligné comme un obstacle potentiel à l’accès aux services de santé. (39)

Elle [réceptionniste] veut savoir pourquoi vous souhaitez voir un médecin. Il y a une pièce pleine de drogués et de personnes derrière moi, aucun élément de séparation entre nous, et elle souhaite savoir ou souhaite que je lui explique pourquoi je suis là pour voir un médecin. Je ne vois pas en quoi cela regarde les autres. Si je souhaite voir un médecin, c’est mon droit.

– Personne vivant avec le VIH/sida (39)

Les participants ont souligné l’importance considérable de protéger la vie privée des patients dans les centres de service avec des structures physiques ouvertes où sont présents d’autres patients. Les stratégies qui limitaient la stigmatisation pour les PVVIH incluaient les services confidentiels liés au VIH ainsi que des services non liés au VIH, de même que des mesures pour éviter la divulgation de la séropositivité aux fournisseurs de soins de santé. (39)

Le médecin a dit « Vous n’êtes pas dans l’obligation d’aller les informer de votre séropositivité aujourd’hui, car ils savent déjà que vous avez le VHC. Ils prendront les mêmes précautions que pour le VIH ».

– Personne vivant avec le VIH/sida (39)

Nous avions toujours des personnes portant une maladie infectieuse, mais certains jours nous avions seulement des personnes portant le VIH. Ce que nous essayons de faire maintenant, c’est d’amener d’autres patients, de façon à ce que nous ayons une clientèle différente dans la salle d’attente.

– Fournisseur de soins de santé (39)

Un modèle intéressant pour contrer certains de ces obstacles a été développé dans une étude de Hamilton où sept PVVIH avaient un rôle de tuteurs de ressources dans des sessions avec des groupes d’étudiants en physiothérapie et en ergothérapie et résidents de médecine familiale. Les tuteurs en ressources apportaient leurs perspectives sur des problèmes liés à la vie quotidienne avec le VIH, aux problèmes de traitement, à la culture, au statut socioéconomique et à leurs expériences passées avec des professionnels de la santé. Les étudiants ont identifié le fait que cette expérience leur a permis de mieux comprendre, et de façon plus personnelle, les PVVIH et de remettre en question certaines de leurs attitudes et hypothèses à propos du VIH. Ces expériences ont été clairement bénéfiques pour les tuteurs en ressources joués par les PVVIH; les participants ont identifié un impact positif sur leurs compétences en enseignement, leur conscience de soi, leur compréhension du VIH, leur confiance en l’enseignement et leur vie quotidienne. (55)

4.9.2 Accès aux services de santé parmi les populations distinctes vivant avec le VIH/sida

La stigmatisation et la discrimination contre les personnes qui utilisent des drogues injectables contribuent aux obstacles à l’accès aux services sanitaires et sociaux parmi cette population. (86) La reconnaissance accrue des avantages d’un traitement complet contre le VIH et des modèles de soins ont indiqué à la recherche la valeur potentielle d’une injection supervisée et de sites de soins liés au VIH. (87) Une étude qualitative impliquant des entrevues avec 22 PVVIH qui utilisent des drogues injectables, et leurs fournisseurs de soins de santé, a analysé l’impact d’un programme d’injection supervisée proposé par le Dr Peter Centre, une structure de soins contre le VIH à Vancouver. Les résultats de cette étude ont révélé que les programmes de services liés au VIH intégrés peuvent avoir un impact positif sur l’accès aux soins en favorisant des relations de confiance entre le patient et le fournisseur de soins de santé, en améliorant l’accès au traitement pour les infections liées aux injections et en améliorant la participation et la connaissance des pratiques d’injections sécurisées des PVVIH. (87)

Il existe un accès et une utilisation limités au traitement contre le VIH par les travailleurs du sexe dans les rues du quartier centre-est de Vancouver. Des données, collectées au cours d’une évaluation des besoins de base sur 159 personnes accédant à un centre de services destiné aux travailleurs du sexe dans les rues, ont démontré que, malgré l’accessibilité et l’utilisation élevées des services dans le quartier, les services spécifiques liés au VIH étaient très peu utilisés. Bien que 34 participants (23 %) aient indiqué qu’ils vivaient avec le VIH, seuls 14 (9 %) accédaient au traitement. Des auto-analyses ont indiqué que les obstacles à l’accès au traitement étaient largement attribuables au manque d’informations et aux mauvaises idées sur le traitement. Les obstacles cités pour accéder au traitement incluaient une connaissance inappropriée, la crainte des effets secondaires, des difficultés à suivre les régimes médicamenteux quotidiennement et à prendre des rendez-vous réguliers et la crainte de révéler l’infection au VIH à d’autres. (5)

Certaines études ont indiqué que les Autochtones vivant avec le VIH/sida consultent moins leurs médecins que les PVVIH non autochtones et ne commencent pas systématiquement de traitement antirétroviral. Une étude en Colombie-Britannique a démontré que les Autochtones vivant avec le VIH/sida décédaient plus facilement du sida que les PVVIH non-autochtones. (88) Les obstacles à l’accès aux soins de santé pour les Autochtones vivant avec le VIH/sida incluent l’expérience ou la perception du racisme et de la discrimination de la part des fournisseurs de soins de santé et le manque de services de soins adaptés à leur culture. Pour les Autochtones vivant avec le VIH/sida dans des communautés petites ou isolées, la crainte de divulguer leur séropositivité, et le manque de soins spécialisés contre le VIH peuvent également constituer des obstacles. (2) Des recherches menées dans des communautés noires indiquent également des obstacles tels que la discrimination, un manque de compréhension et d’adaptation des informations d’un point de vue culturel, et des barrières linguistiques et culturelles. (6)

Dans une étude menée sur 34 jeunes vivant avec le VIH, la plupart d’entre eux étaient des utilisateurs des services proposés par les organismes de services sanitaires et sociaux et étaient généralement satisfaits de ces services. Plusieurs ont trouvé que les organismes de services liés au sida n’étaient pas « adaptés aux jeunes » et ont exprimé le souhait d’avoir des services plus personnalisés pour les jeunes. (41) Une étude axée sur les jeunes vivant avec le VIH et Internet a démontré que, malgré le fait que les jeunes utilisent davantage Internet, ils l’utilisent principalement pour la communication et les loisirs. Bien que leurs recherches d’informations sur la santé soient rares, les participants ont exprimé leur soutien à l’idée de créer un site Internet conçu pour les jeunes vivant avec le VIH. (89)

Comme il est indiqué dans le chapitre 3, il y a de plus en plus d’adultes plus âgés vivant avec le VIH au Canada. Sachant que la majorité des services est perçue comme étant axée sur les besoins des adultes séropositifs plus jeunes, des préoccupations ont été exprimées sur les obstacles potentiels aux services pour les personnes plus âgées vivant avec le VIH/sida. Cependant, une étude analysant la capacité des personnes plus âgées à accéder aux services sanitaires et sociaux laisse entendre que leurs attitudes positives et proactives ainsi que leurs connaissances sur la maladie, facilitent leur accès aux services. (90) Cette étude a démontré que les personnes plus âgées vivant avec le VIH accèdent à divers soutiens sociaux et affectifs, ainsi qu’à des organismes de services liés au VIH, comme les jeunes personnes vivant avec le VIH.

4.9.3 Organismes de service de première ligne et réseaux d’entraide

De nombreuses PVVIH et personnes à risque d’infection au VIH accèdent aux renseignements en matière de santé et au soutien des organismes de services liés au sida et des organismes de services de première ligne dans la communauté, en plus ou en substitution des services de santé. Néanmoins, comme on l’a mentionné, certaines PVVIH peuvent hésiter à les utiliser. Les organismes de services liés au sida dans la communauté jouent un rôle important pour apporter du soutien aux PVVIH les plus vulnérables. Une étude menée auprès de 297 PVVIH en Ontario indique que ces organismes sont fréquentés par ceux qui en ont le plus besoin. L’étude a démontré que ceux qui accèdent aux organismes de services liés au sida dans la communauté ont bien souvent un état de santé beaucoup plus mauvais, des handicaps physiques et une dépression que ceux qui ne les fréquentent pas. Ils sont également plus pauvres et utilisent plus les services sanitaires et sociaux hors hôpital. (91) Ces organismes sont considérés comme ne jugeant pas et comprenant les besoins spécifiques et réalités des communautés qu’ils servent. Les PVVIH jouent souvent un rôle clé dans ces organismes, en offrant des services de conseil et de soutien.

Malgré ce rôle important, les fournisseurs de services de première ligne ont des difficultés à fournir ce soutien aux PVVIH vulnérables. Une étude qualitative auprès de 59 fournisseurs de services de première ligne en Ontario a démontré qu’un consensus finançant les contraintes administratives peut empêcher les fournisseurs de services de répondre aux besoins de leurs patients. (92) Les fournisseurs indiquaient qu’ils jouaient un rôle de « garde-fou » entre les patients et le financement du gouvernement. Les fournisseurs de services avaient l’impression que leur rôle devenait de plus en plus un rôle rationalisant et limitant l’accès aux ressources et non un rôle de soutien sans jugement des PVVIH.

Les modèles d’intervention sur le VIH menés par des pairs, qui impliquent des personnes vivant avec le VIH formant d’autres personnes vivant avec le VIH, ont récemment démontré le potentiel d’améliorer la prise du traitement et son observance parmi les PVVIH marginalisées. (48;93) Une étude sur l’observance au traitement parmi 20 travailleuses du sexe vivant avec le VIH à Vancouver a démontré que le fait de participer à des réunions augmentait l’estime de soi, le soutien moral et social, limitait l’ennui, limitait le travail du sexe pour survivre et limitant le temps passé dans la rue et à consommer des drogues. Les participantes ont également attribué une stabilité supérieure en matière d’observance du traitement et de meilleurs résultats de charge virale à la participation aux réunions. (94) D’autres données anecdotiques confirment la valeur du soutien des pairs dans la gestion de la santé parmi les PVVIH au Canada. (48;93)

Je n’espérais strictement rien; jusqu’à ce que j’apprenne des autres et de la maladie, j’ai alors commencé à espérer, et c’est comme si j’avais eu cet espoir depuis 25 ans et qu’il ne m’avait jamais quitté. Tu peux lire ça dans un livre et avoir la même réaction, donc c’était vraiment génial.

– Personne vivant avec le VIH/sida (93)

4.9.4 Réinsertion sociale

Pour nombre de PVVIH, le VIH est maintenant une condition chronique, épisodique, ce qui signifie que les services de réhabilitation jouent un rôle important et continu pour maintenir les fonctions vitales des personnes. La réinsertion dans le contexte du VIH peut être définie comme « un processus dynamique qui inclut toutes les tâches de prévention ou de traitement ou services qui traitent les défaillances corporelles, les limitations d’activités et les restrictions à la participation à la vie sociale d’un individu ». (95) La réinsertion prend un point de vue holistique du traitement, elle est à la fois orientée vers l’objectif final et axée sur les besoins du patient; les PVVIH contrôlent les soins qui leur sont donnés. (27)

La réinsertion signifie vivre au mieux que tu peux à ce moment de ta vie selon le pronostic.

– Personne vivant avec le VIH/sida (95)

Il existe de nombreux domaines dans la vie où la réinsertion peut aider à maintenir ou à améliorer les fonctions vitales d’une personne vivant avec le VIH/sida – physique (c.-à-d. gestion de la douleur et faiblesse des muscles), fonctionnel (c.-à-d. conservation de l’énergie, modification des activités de la vie quotidienne), psychologique (c.-à-d. développement spirituel et personnel, compétences cognitives), participation à la communauté (sociale et professionnelle, p. ex. modification du lieu de travail et formations à d’autres compétences). (31;48;95) Ainsi, il existe de nombreux fournisseurs de services professionnels dans le processus de réinsertion, notamment les réhabilitations traditionnelles, par exemple l’ergothérapie et la physiothérapie, en plus des professions complémentaires, tels que  le travail social, la psychologie et la nutrition.

Les obstacles à l’accès aux services de réinsertion sociale par les PVVIH inclu les problèmes financiers. Par exemple, il existe peu de financement public pour les nombreux services de réinsertion sociale, et ceci peut limiter l’accès à ceux qui n’ont pas les garanties complémentaires d’assurance pour ces services. Les problèmes liés à la nature des services dispensés aux populations ciblées, notamment la stigmatisation, la discrimination, les contextes culturels et les conditions personnelles peuvent signifier que les PVVIH aient des difficultés d’accès complet aux services de réinsertion sociale. Un autre obstacle, les PVVIH peuvent ne pas être bien informées de la disponibilité des services de réinsertion sociale, et ainsi ne peuvent pas réaliser que leur situation peut être améliorée grâce à des services de réinsertion spécifiques. (63;95)

De récentes recherches ont démontré qu’il existe des lacunes entre les besoins de réinsertion des PVVIH et les services qui sont actuellement offerts. Dans une étude portant sur 214 fournisseurs canadiens de soins de santé liés au VIH qui peuvent renvoyer des PVVIH vers des services de réinsertion, il a été déterminé que les PVVIH étaient renvoyées vers un nombre limité de services de réinsertion. La majorité des renvois étaient vers des services d’assistance sociale et des organismes de services liés au VIH/sida et seul un nombre limité étaient des professionnels traditionnels de la réinsertion, comme des physiothérapeutes ou ergothérapeutes en cas de défaillance physique ou limitation des activités. (63) En outre, en 2008, une enquête sur 1 058 fournisseurs de services de réinsertion a démontré que bien qu’une majorité souhaitait travailler avec les PVVIH, seuls 39 % avaient réellement fournir des services aux PVVIH l’an passé. (96)

4.10 Habitudes de vie et compétences d’adaptation personnelles

Les choix de santé individuels, les comportements (comme faire de l’exercice, le régime alimentaire, le tabagisme et la consommation de drogue), et les compétences d’adaptation ont un impact sur la santé générale. Les habitudes de vie des individus peuvent être façonnées par les environnements sociaux et économiques dans lesquels ils vivent, travaillent, apprennent et évoluent. (1) L’exercice et l’alimentation chez les PVVIH, dans le cadre d’un mode de vie sain, sont traités dans le chapitre 3 du présent rapport. Les recherches sur les habitudes de vie personnelles chez les PVVIH au Canada traitent les problèmes des comportements liés à la santé et des mécanismes d’adaptation, de la santé mentale et de la qualité de vie.

Gérer les soins liés au VIH implique beaucoup d’efforts de la part des PVVIH – il faut trouver le bon médecin et d’autres sources de soutien; il faut trouver des renseignements liés à la santé et les partager avec les amis, la famille et les professionnels; il faut s’informer sur les traitements antirétroviraux et observer les traitements antirétroviraux; et il faut suivre un régime alimentaire sain et faire de l’exercice. (54)

4.10.1 Compétences et stratégies d’adaptation

La force des compétences et stratégies d’adaptation s’est avérée déterminante sur  les résultats de santé et la qualité de vie liée à la santé des PVVIH. (93;97;98) À l’inverse, des stratégies d’adaptation potentiellement dangereuses, comme la consommation de drogue ou d’alcool, sont réputées pour avoir un impact négatif sur la santé et la qualité de vie. (59;97) Les Autochtones vivant avec le VIH/sida qui consomment des drogues et de l’alcool ont décrit les dépendances comme des mécanismes d’adaptation pour faire face aux traumatismes passés et antécédents d’abus, ainsi qu’au diagnostic et au fait de vivre avec le VIH. (39;59;99) Comme il est indiqué dans le chapitre 3, les PVVIH présentent des taux élevés de problèmes de santé mentale, ce qui peut avoir un effet négatif sur leurs habitudes de vie et sur leurs mécanismes d’adaptation.

La prévalence du tabagisme est environ trois fois supérieure parmi les PVVIH que parmi la population générale. (100) Une récente étude sur 97 PVVIH a analysé l’impact de l’activité physique et du tabagisme sur la mesure de la qualité de vie des PVVIH. Une activité physique à un rythme régulier adaptée au niveau et à la tolérance des PVVIH était associée à des douleurs amoindries parmi les PVVIH ayant des douleurs chroniques et à une meilleure qualité de vie mentale. La même étude a indiqué que le fait de fumer chez les PVVIH était associé à une santé mentale et à des compétences d’adaptation moins bonnes. (97) Cette étude a également indiqué qu’une résolution active des problèmes et une approche axée sur les tâches des facteurs de pression étaient associées à une meilleure qualité de vie des PVVIH. À l’inverse, une approche plus affective des facteurs de pression était associée à une qualité de vie moins bonne. (97)

Dans une étude axée sur les PVVIH utilisant des drogues injectables, les choix de santé individuels semblaient jouer un rôle important dans l’observance au traitement, l’influence des décisions pour remplir les prescriptions, l’acquisition des aliments nécessaires et la prise de médicaments de manière cohérente et au moment approprié. (101)

4.10.2 Résilience des PVVIH en ce qui concerne les habitudes de vie

Récemment, des recherches ont commencé au Canada pour documenter et analyser les sources de résilience – comme la participation dans la communauté, la foi et la spiritualité, les réseaux sociaux et la famille. (102) Au Canada, les PVVIH de divers milieux utilisent des stratégies d’adaptation actives et améliorent leur santé et leur qualité de vie. (48;59;103) Nombre de PVVIH pensent que vivre avec le VIH leur permet de réaliser le caractère précieux de leur vie.

Surpasser la mort et réaliser que je peux améliorer ma vie… c’est ce qui m’a encouragé et ce qui peut me permettre de faire avancer les choses. Je peux améliorer ma qualité de vie grâce à mon attitude, grâce à mon comportement.

– Personne vivant avec le VIH/sida (48)

En 2008, une enquête auprès de 381 PVVIH a permis de rapporter des expériences à la fois négatives et positives liées au fait de vivre avec le VIH. Parmi les expériences positives, 75 % ont rapporté qu’elles avaient réévalué leurs valeurs, 47 % ont indiqué une meilleure spiritualité, 44 % ont rapporté que leur condition physique était améliorée grâce à des exercices physiques plus fréquents, et 32 % ont rapporté de meilleures relations avec leur famille. (38)

La foi et la spiritualité ont été déterminées comme une source importante de soutien pour s’adapter à leur condition. (10;32;39;44;48;73;93;102;104) Les PVVIH ont indiqué que la religion et la spiritualité leur avaient donné un sentiment d’espoir selon lequel les choses iraient bien pour elles et pour leurs familles. (104) La spiritualité peut également être un outil important pour s’occuper des siens et la perte des êtres chers. (102)

Si je n’avais pas eu l’église, je ne serais pas sorti de cette période difficile; quand j’étais vraiment très malade, ils m’ont gardé vivant. J’étais définitivement ancré entre l’église et ma famille.

– Personne vivant avec le VIH/sida (39)

L’activisme pour lutter contre le VIH a trouvé une forte expression dans l’art dès le début de l’épidémie en Amérique du Nord. Les approches de santé et de guérison basées sur les arts sont une voie d’apprentissage et d’acquisition de techniques d’adaptation positives. (104;105) La pratique de la cartographie corporelle comprend l’illustration d’expériences personnelles, sociales, géographiques, politiques et émotionnelles liées à la vie avec le VIH/sida sur une image de corps humain en taille réelle. (105)

Le projet Noms, ou courtepointe sida – une courtepointe faite de nombreux petits carrés commémorant les noms de nombre de PVVIH assemblé en 1989 – a été traité dans une étude sur la compréhension de l’espoir des PVVIH. (104) La courtepointe rappelait aux PVVIH qu’il y a de l’espoir dans la maladie et que le VIH n’est pas nécessairement une condamnation à mort.

[La courtepointe] vous fait réaliser que vivre encore 20 ans [est possible]. Vous pourriez vivre les vingt à trente prochaines années. Les personnes regardent cette [courtepointe vivante] et voient que vous ne mourrez pas après deux semaines, six mois ou plus. Vous pourriez vivre éternellement. Ou beaucoup plus longtemps que vous ne le pensez.

– Personne vivant avec le VIH/sida (104)

Comme il a été discuté dans la section sur les réseaux sociaux, nombre de PVVIH ont trouvé que la participation à l’activisme contre le VIH dans la communauté et le soutien étaient une source importante d’encouragement, qui les aidait à s’adapter à leur condition. L’implication dans l’activisme communautaire a été décrite par les PVVIH comme offrant un sentiment d’utilité et d’espoir dans le sens où leurs contributions permettaient de faire avancer les choses pour éviter de nouvelles infections et des souffrances supplémentaires. (104) Les PVVIH qui sont devenues des éducateurs en VIH ont indiqué que l’expérience avait amélioré leur conscience d’elles-mêmes, leur compréhension du VIH et leur confiance dans l’enseignement et la vie quotidienne. (55) Les femmes vivant avec le VIH ont indiqué que la participation dans la communauté leur avait offert un sentiment d’utilité et d’inspiration. (48)

Les jeunes ont indiqué que la participation à l’activisme lié au VIH dans la communauté peut contribuer à une vie plus positive avec le VIH. (106)

J’ai plus confiance en moi. Je réalise que j’ai beaucoup à donner.

– Personne vivant avec le VIH/sida (55)

Tu es toujours impliqué, tu ne peux jamais rien oublier derrière toi; tu es la personne que tu es aujourd’hui grâce à qui tu étais hier… j’ai beaucoup grandi. J’ai beaucoup appris. Je pense que cette attitude positive m’a permis d’avancer et m’a donné le courage de faire les choses que je devais faire et que je voulais faire.

– Femme vivant avec le VIH/sida (48)

La participation à la communauté est une source de résilience pour nombre de PVVIH, elle les aide à faire face à de nombreuses difficultés liées aux déterminants de la santé.

Chapitre 5 – Recherche actuelle sur le VIH/sida

Les recherches sur le VIH et le sida au Canada sont multidisciplinaires. Ce chapitre présente un aperçu des projets de recherche sur les personnes vivant avec le VIH/sida (PVVHI) financés entre 2008 et 2010, axés sur la recherche dans les domaines suivants : comportement, économie, épidémiologie, droit et psychosociologie. Des caractéristiques sélectionnées sont relevées dans l’analyse des projets, y compris l’emplacement géographique et la population concernée. Les caractéristiques de projet analysées comprennent la capacité de la recherche communautaire, la diffusion des résultats, les recherches sur les politiques de santé, et le transfert des connaissances. D’autres thèmes de recherche analysés comprennent les déterminants de la santé, le traitement, la santé mentale, et la résilience. Une liste complète des 148 projets relevés se trouve à l’annexe B, avec leurs résumés initiaux (le cas échéant).

5.1 Méthodologie

L’information communiquée dans ce chapitre a été recueillie auprès d’organismes nationaux et provinciaux sélectionnés qui financent la recherche sur le VIH/sida au Canada, ou qui fournissent des endroits où présenter la recherche sur le VIH. À l’échelle nationale, ils comprenaient les Instituts de recherche en santé du Canada (IRSC), l’Association canadienne de recherche sur le VIH (ACRV), la Fondation canadienne de recherche sur le sida (CANFAR) et le Conseil de recherche en sciences humaines du Canada (CRSH). Les organismes de financement provinciaux auprès desquels de l’information a été recueillie comprennent le Centre d’excellence sur le VIH/sida de la Colombie-Britannique, la Fondation Michael Smith pour la recherche en santé, le Fonds de recherche du Québec – Société et culture (FQRSC) et le Réseau ontarien de traitement du VIH (ROTV).

Les projets de recherche inclus dans ce chapitre répondaient à tous les critères de sélection suivants :

1) Le projet a été financé par un des organismes ci-dessus entre 2008 et 2010. Pour les projets des Instituts de recherche en santé du Canada et la plupart des projets du Réseau ontarien de traitement du VIH, qui indiquaient les dates de début des projets, on a utilisé la période de deux ans entre octobre 2008 et octobre 2010.

2) Le projet portait précisément sur le VIH/sida et se rapportait aux PVVIH.

3) Le projet de recherche était basé au Canada, ou était directement pertinent aux Canadiens vivant avec le VIH/sida.

Les critères d’exclusion comprenaient :

(1) Le projet de recherche portait exclusivement sur la vulnérabilité à l’infection au VIH ou sur les travaux de prévention.

(2) Le projet de recherche était lié à la science fondamentale, à la microbiologie ou à la médecine clinique.

(3) Le projet de recherche était une étude internationale menée à l’étranger par des chercheurs canadiens, sauf si la nature de l’étude offrait des renseignements supplémentaires sur l’expérience vécue de PVVIH au Canada.

Il est présumé que la recherche terminée avant 2008 aurait été publiée et relevée dans l’examen de la littérature didactique et de la littérature grise effectué pour les chapitres précédents de ce rapport d’état. Elle est donc exclue de ce chapitre. Par conséquent, en raison du décalage parfois long entre la réalisation de la recherche et la publication de celle-ci, il se peut que certains documents ne soient pas compris dans l’une ou l’autre des sections. Les projets inclus dans l’annexe B devaient être terminés en 2008 ou plus tard, ou sont en cours d’élaboration. De plus, la recherche financée par le secteur privé ne fait pas partie de la portée du présent rapport.

Il est à noter que la recherche financée par l’entremise des volets de financement de la science fondamentale, de la microbiologie ou de la médecine clinique est très pertinente aux PVVIH. Cette recherche a toutefois été exclue, comme ce rapport porte sur l’expérience vécue des PVVIH et sur l’incidence des déterminants de la santé sur ces personnes.

Il convient également de noter que toutes les populations touchées par le VIH et le sida au Canada ont été incluses dans les critères de recherche, y compris les hommes gais et les autres hommes ayant des relations sexuelles avec des hommes (HARSAH), les utilisateurs de drogues injectables, les personnes provenant de pays où le VIH est endémique,  les Autochtones, les personnes  incarcérées, les jeunes à risque et les femmes.

5.1.1 Limites de la méthodologie

Une des limites de la stratégie de sélection est que certains projets sont subventionnés par plus d’un organisme ou reçoivent plus d’une subvention du même organisme dans une différente année. Par conséquent, certains projets peuvent être consignés dans l’annexe B plus d’une fois. Réciproquement, des fonds ont été offerts pour financer le salaire des chercheurs, les bourses aux étudiants, l’application des connaissances ou les coûts d’exploitation; par conséquent, la même source de financement peut être utilisée pour subventionner plus d’un projet sur plusieurs années successives, où un seul projet est indiqué dans la demande présentée à la source de financement.

Une deuxième limite de la méthodologie est qu’il n’y avait pas de résumés et de descriptions entières pour tous les projets. Dans certains cas, les PVVIH peuvent ne pas avoir été définies dans les données sommaires des projets comme une population étudiée. Afin de neutraliser cette limite, les projets pour lesquels il n’y avait pas de résumé ont été inclus seulement si des termes de recherche ont été utilisés dans le titre ou notés en tant que mots clés du projet. Certaines descriptions de projet ont dû être examinées davantage, et on a communiqué avec les chercheurs principaux lorsque cela était possible afin de déterminer si leurs projets portaient précisément sur les PVVIH au Canada. Bref, il se peut que certains projets ayant trait aux PVVIH n’aient pas été consignés dans le cadre du processus de recherche en raison des limites des stratégies de recherche, des critères d’exclusion et de la portée du présent rapport.

5.2 Aperçu de la recherche sur le VIH/sida financée entre 2008 et 2010

Cette section présente un aperçu des 148 projets de recherche qui ont été relevés comme étant financés entre 2008 et 2010 sur des enjeux liés à la vie avec le VIH ou le sida au Canada. Les renseignements présentés à l’annexe B comprennent : le titre du projet de recherche, le nom des chercheurs, le résumé du projet, ainsi que les dates et les sources de financement. Chaque projet de recherche est désigné par un numéro d’identification du projet (p. ex. R1) qui correspond à la description de projet à l’annexe B. Il est à noter que certains projets sont mentionnés plus d’une fois dans l’analyse, car plus d’un thème peut être indiqué dans la description de projet.

5.2.1 Répartition des projets de recherche selon l’emplacement géographique

L’emplacement géographique de chaque projet de recherche a été évalué en déterminant la province ou le territoire où la recherche est menée. La majorité des 148 projets de recherche n’indiquent pas un endroit principal pour la recherche. Parmi les 71 projets qui indiquent un endroit pour la recherche, 18 projets ont été effectués en Colombie-Britannique. Dix sont effectués en Alberta, en Saskatchewan, et au Manitoba, avec une moyenne de trois projets par province. Quinze projets sont basés en Ontario, et 10 au Québec. Trois projets sont situés dans la région de l’Atlantique. De plus, 15 projets étaient désignés comme ayant une portée nationale. Aucun des projets actuellement relevés n’est mené dans les territoires.

Tableau 1 : Répartition des projets de recherche selon l’emplacement géographique
Province ou territoire Nombre de projets Numéro d’identification du projet
Colombie-Britannique 18 R3, R19, R22, R27, R35, R41, R45, R50, R51, R60, R64, R69, R70, R79, R109, R118, R132, R135
Alberta 4 R14, R39, R76, R82
Saskatchewan 3 R5, R78, R86
Manitoba 3 R72, R86, R133
Ontario 15 R13, R18, R43, R47, R49, R56, R62, R92, R108, R114, R122, R124, R129, R140, R141
Québec 10 R43, R47, R52, R53, R54, R58, R61, R112, R113, R148
Provinces de l’Atlantique (Nouveau-Brunswick, Île-du-Prince-Édouard, Nouvelle-Écosse, Terre-Neuve-et-Labrador) 3 R24, R98, R102
Échelle nationale 15 R26, R30, R32, R33, R34, R37, R40, R56, R65, R85, R95, R105, R106, R147, R122

Remarque : Aucun emplacement n’a été déterminé pour les 77 autres projets.

5.2.2 Répartition des projets de recherche selon la population

Parmi les 148 projets relevés, 79 (53 %) visent des populations précises, y compris les personnes autochtones, les personnes originaires de pays où le VIH est endémique, les personnes qui utilisent des drogues injectables, les jeunes, les femmes, les hommes gais ou les HARSAH, les personnes incarcérées, les transgenres et d’autres populations. Les autres 47 % des projets visent d’autres populations, ou portent sur les PVVIH en général. Plusieurs de ces projets visent plus d’une population, et, par conséquent, apparaissent plus d’une fois dans la description et l’analyse ci-après.

Tableau 2 : Répartition des projets de recherche selon l’emplacement géographique
Population Nombre de projets Numéro d’identification du projet
Autochtones 13 R3, R5, R17, R58, R66, R67, R70, R78, R119, R123, R132, R136, R142
Utilisateurs de drogues injectables 10 R6, R24, R31, R45, R60, R70, R89, R97, R109, R132
Jeunes 11 R9, R12, R13, R14, R20, R32, R37, R61, R117, R122, R132
Femmes 34 R3, R9, R13, R18, R21, R32, R37, R53, R54, R57, R58, R62, R67, R73, R74, R76, R78, R81, R92, R94, R99, R105, R108, R109, R112, R113, R115, R118, R121, R123, R125, R126, R142, R146
Hommes gais et autres hommes ayant des relations sexuelles avec des hommes 8 R7, R35, R38, R43, R75, R120, R124, R137
Personnes originaires de pays où le VIH est endémique 14 R14, R26, R39, R40, R47, R58, R62, R65, R76, R77, R110, R113, R130, R134
Personnes incarcérées 2 R66, R133
Population transgenre 2 R140, R141
Autres populations 6 R50, R59, R72, R91, R109, R138

Remarque : Le total ne correspond pas à 79, comme certains projets visent une ou plusieurs populations.

5.2.2.1 Autochtones vivant avec le VIH/sida

Comme il a été mentionné au chapitre 2, les Autochtones au Canada, y compris ceux des Premières nations, ainsi que les Inuits et les Métis, représentent environ 3,8 % de la population canadienne; toutefois, ils représentent un nombre disproportionnellement élevé des infections au VIH. En effet, on estime que les Autochtones représentent 8,9 % de toutes les infections prévalentes en 2011. (1) Parmi les 148 projets dans le présent examen, 13 projets portant sur les Autochtones vivant avec le VIH/sida ont été financés entre 2008 et 2010. Dans le Rapport d’étape sur le VIH/sida et les populations distinctes : Autochtones (2010), qui examinait les projets financés entre 2006 et 2008, 16 des 149 (total) projets ont été désignés comme portant sur les Autochtones vivant avec le VIH/sida. (2)

Trois projets étudient des enjeux liés à l’accès à des services de santé. Le projet R3 examine les difficultés liées à l’accès aux services de santé dans les communautés éloignées. Le projet R17 traite de l’incidence de l’alcoolisme sur la capacité des Autochtones vivant avec le VIH/sida d’accéder aux services, alors que le projet R66 explore l’expérience de personnes incarcérées autochtones récemment remis en liberté en ce qui concerne l’accès aux services de santé communautaires. Deux projets portent sur l’établissement de réseaux de recherche autochtones et sur le renforcement des capacités. [R5, R136].

Quatre projets sont axés sur les femmes autochtones. Les domaines de recherche comprennent la culture et le genre en tant que déterminants de la santé pour les femmes autochtones vivant avec le VIH [R67], la santé maternelle [R78], les répercussions de la violence subie par les femmes autochtones [R123] et les femmes bispirituelles [R142]. Une étude compare la résilience des personnes indigènes vivant avec le VIH/sida au Canada, en Nouvelle-Zélande et en Australie [R119]. Deux projets [R70, R136] examinent l’intersection de la culture et l’expérience en matière de santé des Autochtones lorsqu’ils sont atteints du VIH ou du sida. Un projet étudie la co-infection parmi les Autochtones qui utilisent des drogues injectables dans le contexte de familles vivant avec le VIH [R70]. Bien qu’un tiers des personnes autochtones au Canada diagnostiquées avec une infection au VIH soient âgées de moins de 30 ans, seul un projet se penche sur les jeunes Autochtones. Le projet R132 est axé sur les vulnérabilités au VIH et à le VHC chez les jeunes utilisateurs de drogues autochtones. Il comprendra une intervention de prise en charge visant les Autochtones vivant avec le VIH/sida.

Certaines études financées entre 2006 et 2008, relevées dans le Rapport d’étape sur le VIH/sida et les populations distinctes : Autochtones (2010), examinent comment l’itinérance et l’accès à la nourriture touchent les Autochtones vivant avec le VIH/sida; toutefois, aucune des études désignées dans ce rapport ne porte sur ces enjeux parmi les Autochtones vivant avec le VIH/sida au Canada. Les difficultés et les besoins uniques de populations autochtones précises, comme les Autochtones des Premières nations, les Inuits ou les Métis vivant avec le VIH/sida, ne sont abordés dans aucune des études relevées.

5.2.2.2 PVVIH qui utilisent des drogues injectables

Comme il est indiqué dans le chapitre 2, on estime que l’incidence et la prévalence du VIH parmi les personnes qui utilisent des drogues injectables au Canada représentaient 16,9 % des infections prévalentes à la fin de 2011. (3) Dix projets sont axés sur les Autochtones vivant avec le VIH/sida qui utilisent des drogues injectables, dont six qui portent sur l’accès aux régimes thérapeutiques antirétroviraux et sur l’observance de ces régimes [R6, R45, R60, R89, R97 et R109]. Le projet R109 examine les problèmes auxquels sont confrontées les travailleuses du sexe qui utilisent des drogues injectables. Les projets R31 et R70 concernent la co-infection avec le VHC, et le projet R89 traite de l’observance du traitement parmi les individus co-infectés par le VHC. Le projet R132 étudie les vulnérabilités au VIH et à le VHC chez les jeunes Autochtones qui consomment des drogues. Le projet R31 se penche sur les liens entre l’abus de plusieurs substances toxiques, la santé mentale, et la co-infection. Finalement, le projet R24 examine les façons de faire participer les personnes qui utilisent des drogues injectables à l’évaluation des moyens d’améliorer leur accès aux services.

5.2.2.3 Jeunes vivant avec le VIH/sida

Onze projets portent sur les jeunes vivant avec le VIH. Les projets étudient principalement les systèmes de soutien offerts aux jeunes séropositifs et leurs relations intimes. Le projet R122 traite des problèmes auxquels font face les jeunes sexuellement actifs. Le projet R37 concerne les problèmes en matière de besoins de soutien et de services des jeunes femmes vivant avec le VIH avec une attention particulière accordée à la santé sexuelle, et le projet R61 porte sur les systèmes de soutien familial. Le projet R12 se penche sur la gestion de la santé et la réponse au traitement, les relations sociales et la santé sexuelle chez les adolescents vivant avec le VIH. Le projet R32 explore les problèmes auxquels se heurtent les jeunes nés avec le VIH ainsi que les effets des antirétroviraux. Le projet R117 est un partenariat de recherche et une réunion de renforcement des capacités qui sont axés sur les projets liés aux jeunes. Le projet, le R9, étudie l’efficacité du vaccin contre le virus du papillome humain chez les jeunes vivant avec le VIH. Les projets R13 et R14 traitent des façons d’améliorer les services de santé pour les jeunes dans la rue. Le projet R132 suit une cohorte de jeunes Autochtones qui utilisent des drogues injectables et examine les soins liés au VIH pour ceux qui sont séropositifs.

5.2.2.4 Femmes vivant avec le VIH/sida

On estime qu’à la fin de 2011, les femmes représentaient 23,3 % de toutes les infections prévalentes au Canada, et que leurs deux principales catégories d’exposition étaient les relations hétérosexuelles et l’utilisation de drogues injectables. (4) Trente-quatre projets ont été relevés qui portent précisément sur les femmes séropositives. Parmi ceux-ci, 12 projets examinaient les enjeux liés à la grossesse et au traitement périnatal, et s’intéressaient tout particulièrement aux répercussions des médicaments antirétroviraux sur la grossesse et le traitement périnatal [R18, R21, R32, R58, R73, R74, R99, R105, R108, R118, R121 et R126]. Six projets examinent l’intention de procréer des femmes séropositives et la planification de grossesse [R73, R74, R105, R108, R118, R121].

D’autres projets de recherche sélectionnés qui sont axés sur les femmes séropositives couvrent différents sujets. Trois projets examinent les obstacles et l’accès aux services de santé [R3, R13, R37]. Cinq projets décrivent l’expérience de femmes qui sont originaires de pays où le VIH est endémique, et leur expérience de stigmatisation et de soutiens sociaux, y compris les relations familiales [R58, R62, R76, R78, R113]. Cinq projets étudient en particulier l’expérience des femmes autochtones vivant avec le VIH [R3, R13, R58, R67, R123]. Les projets R123 et R142 sont centrés sur la violence sexuelle et sur l’homophobie auxquelles sont confrontées les femmes séropositives, et les projets R50 et R109 explorent l’expérience des travailleuses du sexe (y compris les travailleuses du sexe de survie).

Un projet explore en quoi les exigences et les réponses au traitement antirétroviral diffèrent entre les femmes et les hommes, y compris les effets indésirables, [R115], un autre aborde les déficiences cognitives et les problèmes de mémoire [R81], et un troisième projet étudie les effets du vaccin contre le virus du papillome humain [R9]. Le projet R94 se penche sur la lipodystrophie chez les femmes vivant avec le VIH/sida. Les projets R53, R54, R57 et R112 évaluent les programmes et les services offerts aux femmes séropositives.

5.2.2.5 Hommes gais et autres hommes ayant des relations sexuelles avec des hommes vivant avec le VIH/sida

Comme il été discuté au chapitre 2, la catégorie d’exposition des HARSAH continue de représenter la plus grande proportion des résultats positifs au test du VIH; en effet, on estime que cette catégorie représentait 46,7 % des infections prévalentes à la fin de 2011. (1) Parmi les 148 projets relevés dans ce rapport, 10 portent sur les hommes gais et autres HARSAH; parmi ces projets, cinq examinent les problèmes liés aux comportements à risque des hommes séropositifs qui ont des relations sexuelles avec d’autres hommes, y compris les stratégies de prévention positive pour réduire le risque de retransmission dans les relations sérodiscordantes [R7, R35, R43, R120 et R124]. Un de ces projets examine les comportements des HARSAH vivant avec le VIH/sida qui utilisent des sites Internet de séduction visant une population gaie pour rencontrer des partenaires [R43]. Ce projet étudie également les perceptions sociales et personnelles par rapport à la stigmatisation (comme le projet R38). L’utilisation des services de santé [R75] ainsi que la citoyenneté et l’origine raciale [R137] sont également des sujets traités.

5.2.2.6 Personnes originaires de pays où le VIH est endémique vivant avec le VIH/sida

Comme il a été discuté au chapitre 2, les PVVIH originaires de pays où le VIH est endémique représentaient 14,9 % des infections prévalentes à la fin de 2011, selon les estimations, même si ce groupe représente seulement environ 2,2 % de la population canadienne. (1)

Quatorze projets portent sur les PVVIH qui sont originaires de pays où le VIH est endémique. Trois projets [R40, R65, R134] étudient la relation entre l’état sérologique et les politiques sur l’immigration. Deux autres examinent les problèmes d’hébergement [R26, R62], et trois projets explorent les relations sociales, y compris les relations familiales [R110] et la relation entre le soutien social et la qualité de vie des femmes vivant avec le VIH [R76, R113]. Le projet R39 porte sur les facteurs contextuels qui ont une incidence sur le traitement, y compris l’expérience par rapport à la stigmatisation. Le projet R77 examine la violence sexiste et l’expérience des immigrants d’origine subsaharienne au Canada. Seulement un projet étudie l’accès aux services [R14]. Le projet R130 finance un groupe de réflexion sur la recherche.

Un grand nombre de ces thèmes ont également été relevés dans 19 projets de recherche financés en 2007 et en 2008, et ont été discutés dans le Rapport d’étape sur le VIH/sida et les populations distinctes : Personnes provenant de pays où le VIH est endémique – Population noire de descendance africaine et caribéenne vivant au Canada (2009). (5)

5.2.2.7 Personnes incarcérées vivant avec le VIH/sida

Comme il a été mentionné dans le chapitre 2, la prévalence de VIH dans la population carcérale sous responsabilité fédérale correspondait à 1,6 % en 2006. (6) Deux projets concernent les PVVIH en prison au Canada [R66, R133]. Le projet R66 examine l’expérience des Autochtones vivant avec le VIH/sida qui ont récemment été mis en liberté en ce qui concerne l’accès aux services de santé. Le projet R133 étudie des manières de réduire la transmission du VIH et d’autres infections transmissibles sexuellement et par le sang.

5.2.2.8 Personnes transgenres vivant avec le VIH/sida

Deux projets connexes sont axés sur la communauté transgenre. Le projet R140 étudie les problèmes auxquels font face les personnes transgenres vivant avec le VIH/sida, comme la marginalisation sociale. La même étude examine également comment les facteurs sociaux – tels que l’accès aux soins de santé, et la source et la stabilité du revenu – peuvent avoir une incidence sur la qualité de vie des personnes transgenres qui vivent avec le VIH/sida. Le projet R141 est un symposium financé pour présenter les résultats de recherche du projet R140.

5.2.2.9 Autres populations vivant avec le VIH/sida

Parmi les recherches financées, six projets sont centrés sur des populations autres que les huit populations désignées dans l’Initiative fédérale de lutte contre le VIH/sida au Canada. La population d’étude d’un projet concerne les hommes hétérosexuels vivant avec le VIH [R91]. Deux projets étudient l’expérience de personnes âgées canadiennes vivant avec le VIH [R59, R138]. Un projet se concentre sur les personnes vivant avec le VIH dans les endroits ruraux et isolés [R72], et un autre se concentre sur les travailleurs du sexe [R50]. Deux projets examinent l’amélioration de la prise de médicaments antirétroviraux et des soins liés au VIH chez les travailleurs du sexe [R50, R109].

5.2.3 Recherche au niveau de la communauté, recherches sur les politiques de santé, diffusion des résultats et renforcement des capacités

La recherche au niveau de la communauté est une approche collaborative à la recherche qui fait appel à tous les partenaires dans le processus de recherche. Ce type de recherche tente de combiner les connaissances et les actions en vue d’un changement social avec la santé communautaire, afin d’éliminer les disparités en matière de santé. La recherche au niveau de la communauté réunit les chercheurs et les membres de la communauté pour accomplir ce qui suit : relever les problèmes; recueillir, analyser et interpréter les données, et ensuite décider de la façon d’utiliser les résultats pour orienter l’élaboration des politiques, pour changer les pratiques, et pour améliorer les conditions dans la communauté. Vingt-cinq des projets financés appuient la recherche au niveau de la communauté [R5, R7, R17, R24, R26, R49, R51, R53, R57, R62, R66, R78, R82, R84, R86, R88, R91, R92, R98, R108, R112, R114, R136, R140, R142]. La plupart des projets relevés ont été financés par les volets de financement de la recherche au niveau de la communauté des Instituts de recherche en santé du Canada.

Onze projets portent sur les recherches concernant les politiques de santé [R18, R30, R33, R40, R41, R50, R106, R108, R109, R116, R139]. Trois projets portent sur les politiques de santé liées à la grossesse et au VIH [R18, R105, R108] et sept projets sont liés à l’application des connaissances qui appuient l’élaboration de politiques en matière de santé [R29, R64, R72, R80, R88, R105, R147]. Six projets sont axés sur les politiques en matière de santé par rapport aux traitements [R33, R41, R50, R109, R116, R127]. Un projet [R40] porte sur les politiques en matière d’immigration en ce qui concerne les PVVIH.

Vingt-deux projets qui sont axés sur la diffusion des résultats de recherche et sur le transfert des connaissances [R1, R2, R15, R19, R25, R30, R36, R42, R64, R77, R79, R80, R82, R88, R102, R104, R106, R112, R129, R139, R141, R148] ont été relevés. De ceux-ci, deux sont des symposiums qui abordent les enjeux liés à la divulgation [R1, R2]. Le projet R42 est une réunion pour discuter les enjeux liés au traitement des patients ayant des sous-types non B du VIH. Le projet R79 est une conférence organisée par le Centre d’excellence sur le VIH/sida de la Colombie-Britannique en vue de présenter les mises à jour annuelles en matière de VIH et de médicaments antirétroviraux aux cliniciens, aux pharmaciens, et aux fournisseurs de soins de santé. Le projet R104, le National Aboriginal Centre for HIV/AIDS Research, encourage les partenariats entre les chercheurs et les membres de la communauté, et favorise la mobilisation de l’application des connaissances de recherche parmi les intervenants. Le projet R129 est la conférence de recherche du Réseau ontarien de traitement du VIH, qui offre aux chercheurs canadiens sur le VIH une occasion de présenter les progrès de la recherche scientifique, clinique, socio-comportementale, épidémiologique et communautaire. Le projet R141 est un symposium qui rassemble des transgenres, des chercheurs, des fournisseurs de services, et des responsables des politiques, afin de discuter des données quantitatives tirées de l’enquête Trans PULSE, et de planifier des stratégies de « mise en action de la recherche ». Le projet R148 est un atelier axé sur les sujets infectés par le VIH-1 présentant une progression lente de la maladie.

Huit projets portent sur le renforcement des capacités [R5, R24, R25, R29, R88, R91, R92 et R108]. Quatre de ces projets sont axés sur des populations précises, y compris les Autochtones [R5], les utilisateurs de drogues injectables [R24], les hommes hétérosexuels [R91] et les femmes vivant avec le VIH [R92]. Les autres projets sont financés pour élaborer des réseaux de recherche pour le renforcement des capacités qui examinent les influences réciproques entre la séropositivité et d’autres déterminants de la santé.

5.2.4 Déterminants de la santé

Cinquante-trois des 148 projets se penchent sur des déterminants précis de la santé. Six des projets adoptent une approche générale sur les déterminants de la santé (où plus de trois déterminants de la santé sont examinés dans le cadre du projet de recherche).

Tableau 3 : Répartition des déterminants de la santé parmi les projets de recherche
Déterminants de la santé Nombre de projets Numéro d’identification du projet
Accès aux services de santé 19 R3, R13, R14, R17, R23, R39, R47, R50, R56, R62, R66, R71, R72, R75,R89, R91, R128, R139, R142
Réseaux de soutien sociaux 8 R12, R39, R57, R73, R76, R86, R91, R113
Environnements sociaux, y compris la stigmatisation 14 R12, R38, R39, R43, R47, R52, R59, R73, R85, R91, R94, R112, R128, R142
Environnements physiques, y compris l’habitation 5 R26, R62, R82, R106, R114
Emploi et conditions de travail 2 R44, R49
Habitudes de vie et compétences d’adaptation personnelles 19 R7, R8, R12, R13, R14, R17, R33, R35, R43, R51, R53, R54, R57, R98, R112, R113, R119, R122, R124
Culture 6 R66, R67, R70, R121, R123, R136
Gender 8 R59, R63, R67, R77, R123, R126, R136, R137
Revenu, statut socioéconomique, y compris l’insécurité alimentaire 2 R22, R84
Éducation et alphabétisation 0 s. o.
Développement sain de l’enfant 0 s. o.
Projets se penchant sur plusieurs déterminants de la santé 7 R6, R29, R37, R60, R88, R104, R140

Remarque : Le total ne correspond pas à 53, comme certains projets abordent deux ou plusieurs déterminants de la santé.

Dix-neuf projets abordent explicitement les problèmes liés à l’accès aux soins de santé et à d’autres services. Parmi ces projets, trois étudient les services de santé pour les Autochtones vivant avec le VIH/sida [R3, R17, R66]. Cinq projets sont axés sur les perceptions de la stigmatisation et de la discrimination ressentie par les PVVIH lorsqu’elles font appel aux services de soins de santé [R3, R47, R56, R128, R142].

Huit projets comprennent de la recherche sur le rôle du soutien social pour les PVVIH et 14 projets examinent les environnements sociaux et la stigmatisation. Le projet R59 explore la participation sociale chez les personnes vieillissant avec le VIH. Cinq projets [R26, R62, R82, R106, R114] abordent les enjeux en matière d’environnement physique liés à l’habitation et les PVVIH. Deux projets se penchent sur l’emploi et la participation à la vie active [R44, R49].

Dix-neuf projets étudient les  habitudes de vie et les compétences d’adaptation personnelles. Les sujets de recherche comprennent la consommation d’alcool [R17], le tabagisme [R8, R51], les comportements sexuels [R7, R12, R35, R45, R98, R122, R124, R133], le dépistage du VIH [R35], et la divulgation de sa séropositivité [R12, R53, 112, R122]. Les populations de PVVIH visées incluent les hommes gais, les jeunes sans-abri, les jeunes nés avec le VIH, les personnes incarcérées et les Autochtones.

Six projets étudient le rôle de la culture [R66, R67, R70, R121, R123, R136] dont certains ont été discutés dans la section sur les populations clés. Les projets R67, R123 et R136 examinent les intersections entre la culture autochtone et le genre, et le projet R66 se penche sur les relations entre la culture autochtone, la sous-culture des délinquants et les pratiques en matière de soins de santé afin d’améliorer les soins de santé pour les Autochtones vivant avec le VIH/sida récemment mis en liberté. Le projet R70 étudie les besoins en matière de soins de santé propres à la culture des familles autochtones vivant avec le VIH/sida. Le genre est examiné dans huit projets concernant : le vieillissement [R59], les femmes [R126], l’incidence des médicaments antirétroviraux [R63], les femmes autochtones vivant avec le VIH/sida [R67, R123], les Autochtones vivant avec le VIH/sida [R136] et la violence [R77, R123].

Aucun projet n’a été relevé en ce qui concerne le revenu et le statut socioéconomique, l’éducation, l’alphabétisation ou le développement sain de l’enfant. L’insécurité alimentaire, un marqueur d’un faible statut socioéconomique, a été étudiée dans les projets R22 et R84, avec une attention particulière accordée aux résultats du traitement. Sept projets se penchent sur plusieurs déterminants de la santé.

Autres thèmes

Trois projets étudient la violence chez les PVVIH [R10, R77, R123]. Cinq projets explorent les enjeux des PVVIH dans des situations familiales [R61, R62, R70, R86, R143]. Un projet examine l’invalidité dans le contexte du VIH [R46]. Deux projets sont axés sur la qualité de vie de la population vieillissante vivant avec le VIH [R59, R138].

5.2.5 Aperçu des projets de recherche relatifs au traitement

Cinquante-sept des 148 projets portent sur le traitement, les co-infections et les comorbidités examinant les enjeux de l’observance du traitement, les résultats du traitement et les effets indésirables (tableau 4). Les projets financés par l’entremise des volets de financement de la science fondamentale, de la microbiologie ou de la médecine clinique ont été exclus de la portée du présent rapport; toutefois, il peut y avoir des projets sur ces sujets financés par l’entremise de ces volets qui sont pertinents à l’expérience vécue des PVVIH.

Tableau 4 : Aperçu des projets de recherche relatifs au traitement
Domaine du sujet Nombre de projets Numéro d’identification du projet
Observance du traitement 13 R6, R11, R27, R31, R45, R48, R50, R55, R56, R96, R97, R118, R135
Résistance aux médicaments antirétroviraux 4 R42, R48, R69, T97
Interventions liées au traitement 9 R8, R45, R50, R55, R57, R88, R96, R109, R116
Résultats du traitement et réactions, et progression de la maladie 14 R22, R33, R41, R58, R69, R84, R90, R96, R118, R125, R131, R135, R144, R148
Effets indésirables, y compris la toxicité 9 R21, R28, R32, R81, R90, R94, R99, R100, R115
Co-infections 8 R28, R34, R83, R100, R101, R102, R107, R111
Comorbidités 5 R4, R28, R31, R131, R147

Treize projets abordent l’observance du traitement de médicaments antirétroviraux. Quatre projets portent sur la résistance aux médicaments antirétroviraux, et neuf projets étudient les effets indésirables associés au traitement avec des médicaments antirétroviraux. Cinq projets sont axés sur le sujet général des médicaments antirétroviraux [R16, R63, R79, R89, R116].

Sept projets étudient les co-infections du VIH et de le VHC [R34, R83, R100, R101, R102, R107, R111], un projet se penche sur la co-infection avec l’herpès [R28], cinq projets examinent les comorbidités et le VIH, avec une attention particulière accordée aux maladies comme le cancer et les maladies cardiovasculaires.

Huit projets traitent de l’intervention du traitement [R8, R45, R50, R55, R57, R88, R96, R109], dont trois abordent l’optimisation des stratégies pour atteindre les populations clés [R45, R55, R109]. Douze projets examinent les résultats du traitement, les réactions à celui-ci, et la progression de la maladie; dont deux projets qui se penchent sur l’impact de l’insécurité alimentaire sur les résultats du traitement [R22, R84], et deux qui étudient la progression lente de la maladie [R144, R148].

5.2.6 Santé mentale

Deux projets étudient les enjeux liés à la santé mentale et à la maladie mentale [R31, R57]. Un projet traite de l’usage concomitant abusif de plusieurs substances toxiques, de la psychose et des infections virales [R31], et l’autre examine une intervention de prise en charge pour améliorer le bien-être des femmes vivant avec le VIH/sida [R57].

5.2.7 Résilience

Deux projets de recherche sont axés explicitement sur la résilience, la santé, et le bien-être en ce qui concerne le VIH/sida [R61, R119]. Ces projets portent sur les dimensions de la santé et du bien-être des PVVIH. Un des projets se penche sur l’expérience des Autochtones vivant avec le VIH/sida [R119], et un autre sur la vie de famille [R61].

5.3 Domaines de recherches futures

Une sélection des domaines nécessitant des recherches supplémentaires a été établie en analysant les données qui se trouvent dans le présent chapitre et dans les synthèses de recherche des chapitres 3 et 4, ainsi que les données présentées par le groupe de travail du rapport d’étape.

Géographie :

  • L’expérience des PVVIH dans les Prairies, les provinces de l’Atlantique et les régions nordiques.
  • L’expérience des PVVIH dans les communautés rurales et éloignées, y compris les communautés des Premières nations, des Métis et des Inuits.

Populations précises :

  • L’expérience des gais, des bisexuels, des bispirituels et autres hommes ayant des relations sexuelles avec des hommes vivant avec le VIH est sous-représentée dans les recherches actuelles (compte tenu du fait qu’ils représentent 48 % des infections prévalentes).
  • Les hommes qui se déclarent comme étant hétérosexuels, y compris les hommes originaires de pays où le VIH est endémique.
  • L’expérience des femmes vivant avec le VIH, en dehors du contexte de la fertilité et de la grossesse.
  • Vivre avec le VIH en prison, et la vie après la remise en liberté.

Déterminants de la santé :

  • L’incidence des déterminants suivants sur la qualité de vie des PVVIH : revenu et statut social, niveaux d’éducation et d’alphabétisation et développement sain de l’enfant.
  • L’emploi est essentiel au bien-être, mais ce sujet est sous-représenté dans les recherches actuelles.
  • Les croyances et les pratiques culturelles, et leur incidence sur les PVVIH.

Accès aux soins et aux traitements :

  • Prévalence des comorbidités et des co-infections chez les PVVIH, et leur incidence sur leur qualité et leur espérance de vie.
  • Évaluations de l’efficacité des thérapies complémentaires pour les PVVIH, soit en tant que traitement autonome, soit en combinaison avec des médicaments antirétroviraux.

Vivre avec le VIH :

  • L’incidence de la séropositivité sur la sexualité, l’intimité, et le fonctionnement sexuel.
  • L’expérience des PVVIH en ce qui concerne la divulgation à leurs partenaires sexuels et aux gens avec qui elles ont partagé du matériel de consommation de drogue, et leurs perspectives sur cette expérience.
  • Les limites en matière d’activité physique et les restrictions de participation dans le contexte de l’activité physique.
  • Les avantages de l’activité physique pour les PVVIH.
  • Augmentation de la participation des PVVIH.

Résilience :

  • Facteurs personnels et sociétaux qui contribuent à la résilience des PVVIH.
  • Approches fondées sur les atouts qui appuient les PVVIH à établir des capacités et des atouts positifs qui peuvent être conservés, utilisés et améliorés.
  • Chapitre 6 – Stratégie actuelle de lutte contre le VIH/sida

    Ce chapitre offre un aperçu des stratégies, coalitions, réseaux et organismes dont le mandat consiste à servir les personnes vivant avec le VIH/sida (PVVIH) et à offrir des programmes de lutte contre cette maladie. Les projets à l’échelle nationale, régionale et locale sont subventionnés par des programmes de financement fédéraux, provinciaux et territoriaux. La plupart des organisations actives sur le continuum de l’éducation, des soins, du traitement et du soutien offerts aux PVVIH participent également aux efforts de prévention. Cependant, pour limiter la portée du présent rapport, ce chapitre ne donne un aperçu que des stratégies, coalitions, réseaux, organismes et projets canadiens qui mettent l’accent sur les PVVIH. Ce chapitre n’examine ni les interventions pancanadiennes portant sur les divers déterminants de la santé, ni leurs répercussions sur la vulnérabilité et la résilience des PVVIH.

    6.1 Méthodologie

    Pour recueillir des renseignements sur les projets, coalitions, comités, plans et initiatives stratégiques concernant les PVVIH en place de 2009 à 2011, des modèles de collecte de renseignements ont été distribués aux représentants des gouvernements fédéral, provinciaux et territoriaux par l’entremise du Comité consultatif fédéral-provincial-territorial sur le sida et des consultants des programmes d’action communautaire nationaux et régionaux sur le VIH/sida de l’Agence de la santé publique du Canada. En outre, des modèles ont été distribués dans les régions de la santé des Premières nations et des Inuits par l’intermédiaire de Santé Canada et au groupe de travail des responsables des services correctionnels par l’entremise du Service correctionnel du Canada.

    Il est important de noter que cette méthodologie comporte certaines limites pour ce chapitre. Premièrement, la méthodologie de collecte de renseignements utilisée dans ce rapport pourrait ne pas avoir pris en compte certains projets, certains programmes ou certaines initiatives mis en œuvre par les provinces et les territoires. Deuxièmement, les réseaux, coalitions et programmes mentionnés dans le présent chapitre étaient actifs à un moment donné entre 2009 et 2011, mais ne l’étaient peut-être plus au moment de la publication.

    Seuls les projets, coalitions et réseaux, qui mentionnent expressément des travaux liés aux PVVIH sont inclus dans ce chapitre. Les projets qui faisaient appel à des solutions de prévention intégrée, de soins, de traitement et de soutien étaient inclus, mais ceux qui ne mettaient l’accent que sur les services de prévention et d’éducation liés au VIH étaient exclus de l’analyse.

    6.2 Vue d’ensemble

    Au Canada, la portée et la complexité de la stratégie de lutte contre le VIH/sida se sont accrues depuis le début des années 1980. Les organismes gouvernementaux, les organisations non gouvernementales et communautaires, les chercheurs, les professionnels de la santé, les autorités sanitaires régionales, les organisations de première ligne et les PVVIH ou vulnérables à l’épidémie cherchent à enrayer la maladie et à s’attaquer aux conditions qui la favorisent.

    Dans le cadre de l’Initiative fédérale de lutte contre le VIH/sida au Canada, le gouvernement du Canada fait la promotion de la santé publique et de la prévention du VIH. (1) Le gouvernement fédéral fournit également des services de santé, notamment le traitement du VIH, aux Premières nations habitant les réserves et à certaines collectivités inuites, ainsi qu’aux personnes incarcérées du système correctionnel fédéral. Dans le cadre de son Programme fédéral de santé intérimaire, Citoyenneté et Immigration Canada fournit également des services de santé, notamment le traitement du VIH, aux demandeurs d’asile, aux réfugiés réétablis, aux personnes détenues en vertu de la Loi sur l’immigration et la protection des réfugiés et aux victimes de la traite de personnes qui ne sont pas admissibles à l’assurance-maladie provinciale ou territoriale ou aux programmes de prestations supplémentaires de soins de santé et qui manquent de moyens financiers.

    Les provinces et les territoires sont les principaux responsables de la prestation de soins de santé et de services sociaux aux PVVIH ou vulnérables au VIH. Les provinces et les territoires mènent également des activités de surveillance, de recherche en santé et de transfert des connaissances; ils gèrent également certains projets et programmes de financement exécutés par le secteur bénévole.

    Les organismes bénévoles et les organismes du secteur public sont actifs dans toutes les provinces et dans tous les territoires pour réduire la vulnérabilité au VIH et au sida et les répercussions de cette maladie, ainsi que pour offrir des services de diagnostic, de prévention, de soins, de traitement et de soutien aux personnes les plus vulnérables. Selon la province ou le territoire, les autorités régionales ou locales en matière de santé publique jouent un rôle considérable dans la lutte contre l’épidémie. Les organismes du secteur bénévole, aussi bien à l’échelle nationale qu’à l’échelle communautaire, ont joué un rôle essentiel dans les activités de lutte contre la maladie, de prestation de soins, de traitement, de prévention et de soutien menées en faveur des populations qu’ils desservent. Les organismes mènent ces activités à l’aide de subventions gouvernementales et de fonds privés. En outre, le secteur privé – notamment les sociétés, les entreprises pharmaceutiques et les organisations confessionnelles – participe également à la lutte contre le VIH/sida au Canada.

    6.3 Stratégies sur le VIH/sida

    Cette section offre un aperçu des stratégies existantes sur le VIH/sida qui abordent de façon spécifique les PVVIH, à l’échelle nationale comme à l’échelle provinciale ou territoriale. Les stratégies sur le VIH/sida axées sur toutes les populations vivant avec le VIH/sida sont également répertoriées dans le présent document, mais seront abordées plus en détail dans d’autres rapports d’étape sur les populations distinctes. Comme on l’a déjà mentionné, ces stratégies étaient en place entre 2009 et 2011, bien que certaines aient pu être renouvelées avant la publication.

    6.3.1 Stratégie pancanadienne

    Le document Au premier plan : le Canada se mobilise contre le VIH/sida (2005-2010) trace les grandes lignes d’un plan national coordonné de lutte contre le VIH/sida au Canada; il se penche sur les stratégies de lutte des gouvernements à tous les niveaux, ainsi que de la collectivité, des chercheurs et des PVVIH et vulnérables à l’épidémie. Au premier plan souligne l’importance de la participation de la collectivité à la stratégie de lutte ainsi que la nécessité de services qui respectent les réalités culturelles des membres des divers groupes ethnoculturels.

    6.3.2 Stratégie du gouvernement du Canada

    La stratégie de lutte contre le VIH/sida du gouvernement du Canada figure dans le document l’Initiative fédérale de lutte contre le VIH/sida au Canada. Grâce à cette initiative, l’Agence de la santé publique du Canada, Santé Canada, les Instituts de recherche en santé du Canada et le Service correctionnel du Canada s’efforcent de prévenir la propagation de la maladie, d’en ralentir l’évolution et d’améliorer la qualité de vie des PVVIH. Le gouvernement du Canada collabore avec les gouvernements provinciaux et territoriaux, les organisations non gouvernementales, les chercheurs, les professionnels de la santé, les PVVIH et les personnes vulnérables au VIH. (1)

    L’Initiative fédérale fait la promotion de la santé publique et de la prévention de la maladie grâce à des programmes nationaux et régionaux de financement communautaire et des activités de recherche en santé, de transfert des connaissances, de surveillance, de sciences de laboratoire, de sensibilisation du public, de marketing social et de collaboration à l’échelle mondiale. Elle met l’accent sur les populations les plus touchées par le VIH et le sida et vivant avec le VIH, à savoir les PVVIH, les hommes gais et les autres hommes ayant des relations sexuelles avec des hommes, les Autochtones, les utilisateurs de drogues injectables, les personnes incarcérées, les femmes, les jeunes à risque et les personnes originaires de pays où le VIH est endémique.

    6.3.3 Stratégies provinciales et territoriales

    La plupart des provinces et des territoires ont mis en place des stratégies qui portent sur le VIH/sida, notamment sur les soins, le traitement et le soutien aux PVVIH. De nombreuses provinces et de nombreux territoires passent de plus en plus à une vision intégrée de la lutte contre le VIH/sida et incorporent cette dernière à une stratégie plus générale visant les infections transmissibles sexuellement et par le sang.

    La stratégie de la Colombie-Britannique, intitulée Priorities in Action in Managing the Epidemics. HIV/AIDS in BC: 2003-2007 (mesures prioritaires dans la gestion des épidémies : VIH/sida), a orienté le système de santé vers des améliorations durables des activités de prévention du VIH/sida, de réduction des méfaits, de soins, de renforcement des capacités, de traitement et de soutien, de coordination et de coopération. Chaque autorité sanitaire régionale de la province élabore ses propres plans de services régionaux, qui complètent les orientations provinciales. Au début des années 2000, le Centre d’excellence sur le VIH/sida de la Colombie-Britannique a lancé l’accès universel au traitement antirétroviral, qui a évolué au fil du temps pour devenir le protocole de traitement comme mesure de prévention que nous connaissons aujourd’hui. Le protocole encourage l’augmentation du nombre de tests de dépistage et la facilitation de l’accès aux traitements antirétroviraux pour toutes les personnes séropositives pouvant médicalement prétendre à ces soins afin d’enrayer la progression de l’infection au VIH vers le sida ou le décès et de contrer simultanément la propagation du VIH et du sida. Dans le cadre de cette stratégie, le projet « Seek and Treat for Optimal Prevention of HIV/AIDS (STOP HIV/AIDS) » (prévention optimale du VIH/sida par le dépistage et le traitement) a été lancé en 2010 pour rejoindre plus facilement les populations vulnérables et difficilement accessibles du centre-est de Vancouver et de Prince George et augmenter la participation de ces populations en ce qui a trait à la prévention, au dépistage, au diagnostic, au traitement et aux soins de santé liés au VIH.

    La stratégie de l’Alberta, intitulée Sexually Transmitted Infections and Blood Borne Pathogens Strategy and Action Plan (2011-2016) (stratégie et plan d’action pour lutter contre les infections transmissibles sexuellement et par le sang), offre une orientation provinciale permettant de concentrer et de coordonner les efforts de tous les partenaires qui participent à la prévention, au contrôle et à la prise en charge des infections transmissibles sexuellement et par le sang. La stratégie propose les cinq buts stratégiques suivants : augmenter la prévention des infections transmissibles sexuellement et par le sang; améliorer la détection et le diagnostic précoces; renforcer la prise en charge et le contrôle; renforcer les services de soutien et de counseling offerts aux personnes infectées et touchées par le VIH; renforcer l’infrastructure qui soutient la stratégie et le plan d’action pour lutter contre les infections transmissibles sexuellement et par le sang de l’Alberta.

    L’un des objectifs du document HIV Strategy for Saskatchewan, 2010-2014 (stratégie de la Saskatchewan liée au VIH) consiste à améliorer la qualité de vie des personnes infectées par le VIH. La stratégie repose sur les quatre piliers suivants : participation et éducation de la collectivité; prévention et réduction des méfaits; prise en charge clinique; surveillance et recherche. Les volets de ces piliers sont les suivants : établissement de réseaux de pairs séropositifs qui offrent un soutien compétent et acceptable aux personnes séropositives et vulnérables; réduction de l’itinérance des personnes vivant avec le VIH ou vulnérables à l’épidémie; amélioration de l’accès au dépistage, au traitement, aux soins, aux médicaments ou aux préparations pour les personnes séropositives (y compris les personnes incarcérées); incorporation de programmes de santé mentale et de toxicomanie. Le pilier de la prise en charge clinique met notamment l’accent sur la création d’équipes interdisciplinaires qui offrent un soutien continu aux personnes séropositives et sur le renforcement des services de soutien et d’approche dans les régions de la province (notamment les collectivités des Premières nations) où ces services n’existent pas.

    Santé Manitoba et le ministère de la Vie saine, des Aînés et de la Consommation codirigent l’élaboration d’une nouvelle stratégie provinciale, intitulée Sexually Transmitted Blood Borne Infections Strategy 2012-2017 (stratégie et plan d’action pour lutter contre les infections transmissibles sexuellement et par le sang). La province adopte une large vision des choses et intègre le VIH dans la stratégie globale de prévention, de traitement et de surveillance des infections transmissibles sexuellement et par le sang. Le processus d’élaboration de la stratégie est le résultat de collaborations importantes entre différents partenaires et intervenants à l’échelle communautaire, régionale, provinciale et fédérale. La stratégie portera sur la chlamydia, la gonorrhée, la syphilis, l’hépatite B, le VHC, le virus du papillome humain et le VIH. Cette stratégie mise à jour vise à créer une stratégie d’intervention provinciale plus coordonnée en matière de prévention et de contrôle des infections transmissibles sexuellement et par le sang au Manitoba.

    En Ontario, le Comité consultatif ontarien de lutte contre le VIH et le sida a élaboré le document A Proposed HIV/AIDS Strategy for Ontario to 2008 (stratégie proposée de lutte contre le VIH/sida en Ontario jusqu’en 2008). Les buts de la stratégie comprennent la prévention de la propagation du VIH et l’amélioration de la santé et du bien-être des PVVIH et de leurs collectivités. La stratégie adopte le point de vue des déterminants sociaux de la santé en matière de traitement et de prévention et vise à aborder les questions de justice sociale.

    Au Québec, la Stratégie québécoise de lutte contre l’infection par le VIH et le sida, l’infection par le VHC et les infections transmissibles sexuellement, 2003-2009inclut le mandat de répondre aux besoins des personnes vivant avec le VIH en offrant les services nécessaires aux personnes infectées par le VHC et d’autres maladies transmissibles sexuellement. Son mandat comprend également des activités de promotion, de prévention, de surveillance, de recherche et d’évaluation. En outre, la stratégie définit les populations vulnérables au VIH, au VHC et aux autres infections transmissibles sexuellement, et propose des interventions propres à chaque population. Le Programme national de santé publique (2003-2012) inclut le but de réduire l’incidence de l’infection au VIH, au  VHC et aux autres infections transmissibles sexuellement d’ici à 2012 et donne une vue d’ensemble de l’épidémiologie de ces infections dans la province.

    La coordination en vue de la mise en œuvre, de la surveillance et de l’évaluation de la stratégie de la Nouvelle-Écosse, intitulée Strategy on HIV/AIDS, est assurée par la commission Nova Scotia Advisory Commission on AIDS. La stratégie fait ressortir le besoin de travailler avec les PVVIH, notamment les populations autochtones, les Néo-écossais d’origine africaine, les nouveaux venus en Nouvelle-Écosse et les collectivités francophones et acadiennes. Les buts de la stratégie pertinents pour les PVVIH sont notamment les suivants : intégrer l’élaboration des politiques et la prestation des services liés au VIH/sida et offrir aux Néo-écossais vivant avec le VIH et le sida et vulnérables à l’épidémie les meilleurs services de soins, de traitement et de soutien disponibles. Les principes directeurs comprennent la participation des PVVIH à la planification et à la mise en œuvre des services qui les touchent, ainsi que des efforts permettant de s’assurer que les services de soins, de traitement et de soutien répondent aux besoins des PVVIH afin que ces dernières se sentent soutenues dans les choix à faire au sujet de leurs soins.

    À l’heure actuelle, le Nunavut et les Territoires du Nord-Ouest sont en train d’élaborer de nouvelles stratégies liées à la santé en matière de sexualité et aux infections transmissibles sexuellement et par le sang. Le Nouveau-Brunswick, l’Île-du-Prince-Édouard, le Nunavut, les Territoires du Nord-Ouest et Terre-Neuve-et-Labrador n’ont aucune stratégie qui aborde de façon spécifique les questions liées au VIH et au sida, même s’il se peut que ces provinces et territoires incluent un plan de gestion du VIH/sida dans la stratégie visant les infections transmissibles sexuellement et par le sang.

    6.3.4 Stratégies axées sur des populations distinctes

    Outre les stratégies provinciales et territoriales mentionnées, certaines provinces et certains territoires ont élaboré des stratégies axées sur les populations vulnérables de leur région. Bon nombre de ces stratégies seront analysées de façon plus approfondie dans chaque rapport d’étape sur les populations distinctes. Quelques aspects de ces stratégies pertinents pour les PVVIH au sein d’une population vulnérable particulière sont mentionnés ci-dessous.

    6.3.5 Stratégies concernant les Autochtones

    Le Réseau canadien autochtone du sida a récemment renouvelé sa Stratégie autochtone sur le VIH/sida au Canada pour les Premières nations, les Inuits et les Métis de 2009 à 2014, qui s’appuie sur la stratégie précédente, intitulée Renforcement des liens – Renforcement des communautés et publiée en 2003. La stratégie renouvelée détermine les sept domaines suivants, dans lesquels des mesures doivent être prises pour répondre aux besoins des Autochtones qui vivent avec le VIH/sida et en sont touchées : soins, traitement et soutien holistiques; participation des Autochtones à la recherche sur le VIH/sida; plans de réduction des méfaits à grande échelle; renforcement des capacités; questions d’ordre juridique, éthique et liées aux droits de la personne; partenariats, collaboration et durabilité; prévention et sensibilisation.

    L’association Pauktuutit Inuit Women of Canada, dirigée par le Comité directeur du Canadian Inuit HIV/AIDS Network, a lancé le plan Inuit Plan of Action for HIV/AIDS (plan d’action inuit pour lutter contre le VIH/sida) en 2002. Destiné aux associations régionales inuit, le plan comprend des buts tels que la promotion de partenariats qui permettent aux Inuits vivant avec le VIH/sida d’avoir accès à des soins, à un traitement et à un soutien appropriés.

    À l’heure actuelle, des stratégies de lutte contre le VIH/sida propres aux Autochtones existent en Colombie-Britannique, en Alberta, au Manitoba, en Ontario et au Québec. En 2006, la Colombie-Britannique et le First Nations Leadership Council ont signé le Transformative Change Accord: First Nations Health Plan (accord sur un changement transformateur : plan pour la santé des Premières nations), accord sur 10 ans qui propose 29 mesures, dont une liée au VIH/sida, visant à combler les écarts en matière de santé entre les membres des Premières nations et les autres habitants de la Colombie-Britannique. Sur la lancée de ce plan, la province a signé le 13 octobre 2011 l’Accord-cadre tripartite de la Colombie-Britannique sur la gouvernance de la santé des Premières nations. L’accord-cadre ouvre la voie au transfert de la planification, de la conception, de la gestion et de l’exécution des programmes de santé des Premières nations du gouvernement fédéral à une nouvelle autorité sanitaire des Premières nations au cours des deux années à venir. Les efforts régionaux, tels que le Northern Aboriginal HIV/AIDS taskforce, seront maintenus même avec l’entrée en vigueur de ces initiatives provinciales tripartites. Le groupe de travail avait été créé en 2005 à l’issue d’une réunion entre les chefs des collectivités du Nord, les représentants gouvernementaux et les représentants des organismes de services. Ce groupe de travail réunit tous les niveaux du gouvernement et des organisations non gouvernementales pour aborder la question du VIH/sida au nord de la Colombie-Britannique.

    En Alberta, les stratégies et les mesures à l’égard des Autochtones sont intégrées dans le document Sexually Transmitted and Blood Borne Pathogens Strategy and Action Plan 2011 – 2016 (stratégie et plan d’action pour lutter contre les infections transmissibles sexuellement et par le sang). La stratégie du Manitoba, As Long as the Waters Flow : An Aboriginal Strategy on HIV/AIDS, est une composante de la stratégie provinciale sur le sida et comprend une stratégie de traitement et de soutien aux Autochtones vivant avec le VIH/sida, de coordination des services et de recherche et évaluation.

    L’Ontario Aboriginal HIV/AIDS Strategy (OAHAS), un organisme de services liés au sida, offre des programmes et des stratégies qui respectent les réalités culturelles pour lutter contre l’épidémie de VIH/sida en pleine croissance parmi les Autochtones en Ontario grâce à des initiatives de promotion, de prévention, de soins de longue durée, de traitement et de soutien en harmonie avec la réduction des méfaits. L’Ontario Aboriginal HIV/AIDS Strategy a élaboré une stratégie pour les années 2010 à 2015 qui met l’accent sur la prestation de services de soins, de traitement et de soutien aux Autochtones vivant avec le VIH/sida, notamment : l’établissement de soins de longue durée et de soins palliatifs; la facilitation du développement et de l’échange de connaissances parmi les personnes touchées par le VIH/sida; la gestion des déterminants de la santé, notamment ceux qui ont des répercussions sur la qualité de vie des Autochtones vivant avec le VIH/sida; l’accent sur les populations importantes au sein de la population autochtone, notamment les femmes, les enfants, les jeunes, les personnes bispirituelles, les personnes incarcérées et les utilisateurs de drogues; l’exercice du leadership; l’établissement de rapports sur les indicateurs énumérés dans le plan stratégique.

    La stratégie sur le VIH/sida de la Commission de la santé et des services sociaux des Premières nations du Québec et du Labrador, intitulée Cercle de l’espoir – Stratégie des Premières nations et des Inuits du Québec contre le VIH et le sida, a été créée en 2000 à la demande de l’Assemblée des Premières nations du Québec et du Labrador. La stratégie porte notamment sur les soins et le traitement, les collectivités en bonne santé et la coordination.

    6.3.6 Stratégies concernant les personnes originaires de pays où le VIH est endémique

    Bien que de nombreuses stratégies provinciales ou comités consultatifs sur le VIH/sida reconnaissent que les personnes originaires de pays où le VIH est endémique ou les collectivités ethnoculturelles sont des populations importantes, l’Ontario est la seule province à avoir élaboré une stratégie axée sur une population précise, à savoir la population noire d’origine africaine et caribéenne. Le document Strategy to Address Issues Related to HIV Faced by People in Ontario from Countries Where HIV is Endemic (stratégies visant à traiter des questions liées au VIH auxquelles font face les personnes ontariennes originaires de pays où le VIH est endémique) a été élaboré par le Conseil africain et caraïbe sur le VIH en Ontario, une coalition de prestataires de services, de chercheurs, de responsables des politiques et de membres individuels de la collectivité qui s’efforcent de prévenir la propagation du VIH parmi les collectivités africaines et caribéennes de l’Ontario. Sa création a été appuyée par le Bureau de lutte contre le sida du ministère ontarien de la Santé et des Soins de longue durée. Ce document est considéré comme une composante clé de la stratégie de l’Ontario sur le VIH/sida. Lancée en 2005, cette stratégie coordonne et oriente les mesures à prendre pour aborder les questions liées au VIH auxquelles font face les personnes originaires de pays où le VIH est endémique qui vivent en Ontario, pour réduire l’incidence du VIH parmi les personnes d’origine africaine et caribéenne et pour améliorer la qualité de vie des personnes infectées ou touchées par le VIH/sida.

    En Alberta, les stratégies et les mesures axées sur les populations originaires de pays où le VIH est endémique sont intégrées dans le document Alberta Sexually Transmitted and Blood Borne Pathogens Strategy and Action Plan 2011 – 2016 (stratégie et plan d’action de l’Alberta pour lutter contre les infections transmissibles sexuellement et par le sang).

    6.3.7 Stratégies concernant les femmes

    Certaines provinces et certains territoires ont élaboré des stratégies axées sur la santé des femmes. Par exemple, la Colombie-Britannique a élaboré une stratégie intitulée Advancing the Health of Girls and Women (faire progresser la santé des jeunes filles et des femmes), qui offre un plan de gestion des états prioritaires, y compris le VIH/sida en tant compte du genre. Le Manitoba et la Saskatchewan appuient un plan d’action en faveur de la santé des femmes, élaboré par le Centre d’excellence pour la santé des femmes – région des Prairies, qui met l’accent sur des projets destinés aux femmes et comprend l’éducation sexuelle liée au VIH/sida.

    Ces dernières années, des progrès ont été réalisés en ce qui concerne l’élaboration d’un cadre pour un plan d’action stratégique en faveur des femmes autochtones qui aborde les questions liées au VIH/sida auxquelles sont confrontées les femmes autochtones au Canada. Le cadre, résultat de plusieurs mois de consultations avec des femmes autochtones dans tout le pays, produira un plan d’action stratégique axé sur les femmes autochtones concernant le VIH/sida pour les cinq années à venir.

    Du point de vue multisectoriel, le Plan intégral d’action sur le VIH et les femmes est une coalition de femmes séropositives, d’organismes canadiens et internationaux de lutte contre le VIH/sida et de divers groupes de défense des droits de la femme et des droits liés à la procréation qui demandent que de meilleurs services de prévention et de soutien soient fournis aux femmes et aux jeunes filles infectées et touchées par le VIH/sida.

    En Alberta, les stratégies et les mesures à l’égard des femmes sont intégrées dans le document Sexually Transmitted and Blood Borne Pathogens Strategy and Action Plan 2011 – 2016 (stratégie et plan d’action pour lutter contre les infections transmissibles sexuellement et par le sang).

    6.4 Réseaux, coalitions et organismes consultatifs

    Cette section donne une vue d’ensemble des réseaux, coalitions et organismes consultatifs nationaux et provinciaux ou territoriaux qui étaient en place entre 2009 et 2011. Il convient de noter qu’il se peut que certains ne soient plus actifs au moment de la publication. Ces organismes organisent diverses activités (par exemple, services de consultation, d’assistance juridique et de recherche). Certains des réseaux et coalitions indiqués ci-dessous mettent également des projets en œuvre. L’existence de ces organismes indique combien la collaboration en partenariat est importante entre les secteurs communautaires, organisationnels et gouvernementaux pour aborder la question du VIH/sida parmi les personnes vivant avec cette maladie. La plupart des organismes suivants ont également un mandat plus large, notamment en matière de prévention et d’éducation; cependant, seuls les aspects de leur travail liés aux PVVIH sont examinés dans ce rapport.

    Aux fins du présent rapport, on entend par réseau ou coalition un organisme composé d’organisations membres ou de membres individuels, formé pour représenter les intérêts, les buts ou les objectifs de ces organisations membres dans le cadre de forums provinciaux, nationaux ou internationaux. On entend par organisme consultatif une organisation qui offre des services de consultation en matière d’élaboration ou de mise en œuvre de stratégies, de politiques et de programmes. (Voir l’annexe C, à laquelle figure une liste de ces réseaux, coalitions et organismes consultatifs.)

    Les réseaux, coalitions et organismes consultatifs canadiens liés au VIH/sida dont le mandat spécifique (mais non exclusif) consiste à offrir un soutien aux PVVIH comprennent les organismes consultatifs fédéraux et les organismes de services liés au VIH. Ils ont été définis selon les informations obtenues par l’intermédiaire des modèles de collecte de renseignements et de l’Agence de la santé publique du Canada.

    6.4.1 Réseaux et organismes qui offrent un soutien aux PVVIH

    À l’échelle nationale, la Société canadienne du sida et le Réseau canadien autochtone du sida organisent des forums à l’intention des PVVIH, auxquels seules ces personnes sont invitées. Ces dernières années, le nombre d’organismes axés sur les PVVIH a diminué. De plus, de nombreux organismes axés sur les PVVIH ont envisagé de changer le nom de leur organisme pour une appellation qui met davantage l’accent sur le « mode de vie positif ». Il se peut que ces changements soient liés à l’intégration toujours plus importante de la prévention, des soins, du traitement et du soutien au sein des organismes.

    Le Réseau mondial des personnes vivant avec le VIH-sida – Amérique du Nord (RMP+AN) est le membre affilié nord-américain du Réseau mondial des personnes vivant avec le VIH (RMP+). Le Réseau mondial des personnes vivant avec le VIH-sida – Amérique du Nord est un organisme régional indépendant qui vise à lutter contre la pandémie mondiale de sida en créant et maintenant un réseau nord-américain actif de PVVIH. Il souscrit à la vision du Réseau mondial des personnes vivant avec le VIH, qui consiste à améliorer la qualité de vie des PVVIH.

    L’Amérique du Nord est représentée dans la Communauté internationale des femmes vivant avec le VIH/sida, tout comme dans le Réseau mondial des personnes vivant avec le VIH.

    En Colombie-Britannique, l’organisme Positive Living BC se consacre à renforcer l’autonomie des PVVIH grâce à un soutien mutuel et à une action collective. L’organisme offre un large éventail de services, de programmes et d’activités et produit diverses ressources et publications. Le réseau Positive Women’s Network offre des services d’éducation et de soutien ainsi que des ressources aux femmes qui vivent avec le VIH en Colombie-Britannique et aux prestataires de services de santé et de services sociaux dans tout le pays.

    En Saskatchewan, le réseau Persons Living with AIDS Network of Saskatchewan Inc. est une organisation communautaire à but non lucratif qui fournit des services de soins et de soutien aux PVVIH. Ces services sont également mis à la disposition des fournisseurs de soins de santé, de la famille et des amis.

    La mission du caucus des personnes du Manitoba qui vivent avec le VIH/sida consiste à aider les PVVIH à s’aider en offrant à ses membres des activités de renforcement des compétences, des occasions de rencontre et d’échange d’informations et un soutien non officiel.

    Le réseau Ontario AIDS Network, en collaboration avec le gouvernement de la Colombie-Britannique, a créé l’organisme Positive Leadership Development Institute, qui aide les PVVIH à réaliser leur potentiel en matière de leadership et à renforcer leurs capacités à participer de façon significative à la vie communautaire. La raison d’être de l’organisme Toronto People With AIDS Foundation consiste à promouvoir la santé et le bien-être de toutes les PVVIH en leur offrant des services de soutien accessibles, directs et pratiques. Avant qu’il ne mette fin à ses activités en 2010, l’organisme Voices of Positive Women était une organisation communautaire dirigée par des femmes vivant avec le VIH/sida et consacrée à ces dernières, qui offrait des services confidentiels de soutien, d’approche, d’information et de défense des droits en Ontario.

    AIDS ActionNow! est un organisme activiste qui lutte contre le VIH, basé à Toronto. Il maintient une présence sur Internet, tient régulièrement des réunions ouvertes au public et organise des forums et des activités communautaires. L’organisme n’est pas subventionné par le gouvernement. Son mandat consiste à améliorer la disponibilité des médicaments pour les PVVIH, à améliorer la norme de soins pour les PVVIH, à appuyer des initiatives progressistes liées au sida lancées par d’autres organismes et d’autres personnes et à entreprendre toute autre activité qu’il juge opportune pour améliorer la qualité de vie des PVVIH.

    Dans la région de l’Atlantique, AtlanticPoz est un groupe de discussion en ligne pour les PVVIH dans le Canada atlantique.

    6.4.2 Organismes nationaux

    Le Réseau pancanadien de santé publique, créé en 2005 par les ministres fédéral, provinciaux et territoriaux (FPT) de la Santé, constitue un mécanisme intergouvernemental clé servant : à renforcer et à améliorer la capacité du Canada en matière de santé publique; à permettre aux gouvernements FPT de mieux travailler ensemble dans le cadre des activités quotidiennes en matière de santé publique; à prévoir les événements et les menaces relatives à la santé publique, à s’y préparer et à intervenir.

    Jusqu’en 2011, le Comité consultatif fédéral-provincial-territorial sur le VIH/sida a fournit des conseils stratégiques en ce qui concerne les questions et les initiatives hautement prioritaires liées au VIH/sida au Canada. Le Comité a également favorisé une collaboration intergouvernementale opportune et efficace sur les questions liées au VIH/sida au Canada.

    En 2011, le Comité directeur sur les maladies transmissibles et infectieuses, formé des représentants des ministères de la Santé fédéral, provinciaux et territoriaux, a été fondé pour fournir des recommandations sur les priorités et les enjeux liés à la pertinence pour le Réseau de santé publique. Ces enjeux comprennent les infections transmissibles sexuellement et par le sang, y compris le VIH.

    Le Comité champion Au premier plan fait la promotion de l’utilisation généralisée de la stratégie Au premier plan dans tout le Canada. Ce plan d’action intégral oriente tous les secteurs de la stratégie d’intervention canadienne visant à enrayer l’épidémie de VIH/sida et à améliorer la vie des PVVIH et vulnérables au VIH. Ses membres comprennent des organisations non gouvernementales, des chercheurs, des PVVIH et des représentants du gouvernement.

    6.4.3 Organismes consultatifs fédéraux

    Le Comité consultatif de la recherche sur le VIH/sida (CCRVS) a reçu pour mandat de faire des recommandations à l’Institut des maladies infectieuses et immunitaires et au Comité des priorités et de la planification de la recherche (CPPR) des Instituts de recherche en santé du Canada concernant les priorités de recherche en ce qui a trait au VIH/sida. Plus particulièrement, le Comité consultatif de recherche sur le VIH/sida fournit des services de consultation au conseil consultatif de l’Institut des maladies infectieuses et immunitaires des Instituts de recherche en santé du Canada concernant les initiatives stratégiques en matière de recherche sur le VIH/sida afin de contribuer au développement de futures possibilités de financement stratégique ciblé.

    Le Conseil consultatif ministériel sur l’Initiative fédérale de lutte contre le VIH/sida au Canada offre à la ministre de la Santé des services de consultation stratégique fondée sur des preuves au sujet des aspects pancanadiens du VIH/sida. Son travail consiste principalement à exercer un suivi des questions courantes ou qui se manifestent et à proposer une vision à long terme de la lutte contre le VIH/sida au Canada. Les membres du conseil totalisent une vaste expérience et des connaissances très diverses, et comptent plusieurs Canadiens vivant avec le VIH/sida.

    Le Conseil national autochtone sur le VIH/sida (CNAVS) agit en tant qu’organisme consultatif national et fournit des services de consultation stratégique à Santé Canada, à l’Agence de la santé publique du Canada au sujet du VIH/sida et des questions connexes au sein des Autochtones (Premières nations, Inuits et Métis) au Canada.

    6.4.4 Organisations non gouvernementales et réseaux nationaux

    Ces organismes sont financés par l’Agence de la santé publique du Canada et par d’autres sources en vue de soutenir les efforts de renforcement des capacités, d’apporter un soutien aux PVVIH, d’entreprendre des activités de transfert et d’échange de connaissances et d’exécuter d’autres projets, énumérés et brièvement décrits à l’annexe C.

    Le Réseau canadien autochtone du sida est une coalition de particuliers et d’organismes qui fournissent des services de leadership, de soutien et de défense des droits aux Autochtones vivant avec le VIH/sida, où qu’ils résident.

    La Société canadienne du sida dirige une coalition nationale de plus de 120 organismes communautaires de services liés au sida dans tout le Canada. Elle se consacre à renforcer la lutte contre le VIH/sida dans tous les secteurs de la société et à apporter un soutien aux personnes et aux collectivités vivant avec le VIH/sida.

    Le Réseau canadien d’info-traitements sida est un courtier national d’échange de connaissances au sujet du VIH et du VHC. Le Réseau met en contact les personnes vivant avec le VIH ou le VHC, les collectivités vulnérables, les fournisseurs de soins de santé et les organismes communautaires avec les connaissances, les ressources et l’expertise nécessaires pour réduire la transmission de l’infection et améliorer la qualité de vie.

    L’Association canadienne de recherche sur le VIH est un organisme pancanadien qui représente les personnes qui mènent des recherches dans le domaine du VIH/sida. La mission de l’Association canadienne de recherche sur le VIH est composée des éléments suivants : encourager la collaboration et la coopération entre les milieux de recherche sur le VIH, notamment la science fondamentale, la science clinique, l’épidémiologie et la santé publique, ainsi que les sciences sociales; promouvoir l’éducation et le perfectionnement de nouveaux chercheurs; et donner une voix unifiée aux chercheurs canadiens sur le VIH afin de faire participer divers intervenants à un dialogue ininterrompu et à un échange de connaissances visant à assurer que la recherche sur le VIH continue de répondre à leurs besoins.

    Le Réseau national sur le VIH/sida et les communautés noires, africaines et des Caraïbes est un réseau national de prestataires de services qui offrent un soutien et des programmes à la diaspora africaine et caribéenne et aux collectivités noires dans l’ensemble du pays. Le mandat du Réseau comprend le renforcement des capacités des prestataires de services de santé et de services sociaux de première ligne.

    Le Réseau canadien juridique VIH/sida fait la promotion des droits des PVVIH et vulnérables à l’épidémie au Canada et dans le monde grâce à la recherche, à l’analyse juridique et stratégique, à l’éducation et à l’activisme communautaire. Le Réseau fournit aux organismes de services liés au sida les outils nécessaires pour améliorer leurs connaissances au sujet des aspects juridiques liés à la non-divulgation du VIH afin d’apporter un soutien plus efficace à leurs clients et d’encourager les PVVIH à adopter des comportements plus sains.

    Le Réseau canadien pour les essais VIH des Instituts de recherche en santé du Canada est un partenariat de chercheurs cliniques, de médecins, de membres du personnel infirmier, de PVVIH, de fabricants de produits pharmaceutiques et d’autres intervenants qui facilitent les essais cliniques de médicaments contre le VIH/sida.

    L’Association canadienne de santé publique est une association nationale, indépendante et bénévole qui représente la santé publique au Canada. Grâce aux liens qu’elle entretient avec le milieu international de la santé publique, l’Association conseille les décisionnaires au sujet de la réforme du système de santé publique et coordonne des initiatives visant à protéger la santé personnelle et collective des Canadiens et des populations du monde entier.

    Le Conseil canadien de surveillance et d’accès aux traitements fait la promotion de politiques publiques éclairées et sensibilise le public au sujet des obstacles à l’accès aux traitements et aux soins de santé que doivent surmonter les PVVIH. Le Conseil considère les traitements sous l’angle d’un concept très large, qui comprend les médecines occidentale, traditionnelle, complémentaire et alternative. Le Conseil canadien de surveillance et d’accès aux traitements est géré par et pour des PVVIH.

    Le Groupe de travail canadien sur le VIH et la réinsertion sociale rassemble les domaines habituellement séparés du VIH, de l’invalidité et de la réinsertion grâce à des partenariats multisectoriels. Grâce à ces partenariats, le Groupe de travail s’efforce de renforcer les capacités en matière de recherche, d’éducation et de partenariats intersectoriels et de répondre aux besoins des PVVIH en matière de réinsertion.

    La Coalition interagence sida et développement (CISD) est une coalition d’organismes de services liés au sida, d’organisations non gouvernementales, d’organisations confessionnelles, d’établissements d’enseignement et de syndicats. Son énoncé de mission comprend l’exercice d’un leadership dans la lutte contre le VIH/sida menée par les organismes canadiens de développement international et les organismes canadiens de services liés au VIH visant à atténuer les répercussions de l’épidémie mondiale de VIH et de sida. La Coalition interagence sida et développement s’acquitte de son mandat en améliorant les politiques publiques, en offrant des renseignements et des services d’analyse et en faisant part des leçons qu’elle a apprises.

    6.4.5 Réseaux, coalitions et organismes consultatifs provinciaux et territoriaux

    En Colombie-Britannique, le réseau Pacific AIDS Network (PAN) coordonne les stratégies communautaires de lutte contre le VIH/sida en convoquant des forums dans le cadre desquels les PVVIH peuvent discuter des questions qui les concernent et formuler des recommandations en matière de programmation et de politiques à l’intention de l’organisme, du gouvernement et des autorités sanitaires régionales.

    L’Alberta a mis en place un réseau régional du VIH/sida, appelé Alberta Community Council on HIV. Il s’agit d’un réseau provincial à but non lucratif composé de 11 organisations régionales de réduction des méfaits et de services liés au sida, dont le principal mandat vise la prévention du VIH, les soins, le traitement, le soutien et les besoins en matière de prévention et d’éducation des PVVIH. L’organisme Alberta Community Council on HIV est financé par Alberta Health and Wellness et par l’Agence de la santé publique du Canada par l’intermédiaire du fonds Alberta Community HIV Fund. Ses membres comptent des organismes communautaires de services liés au sida, tels que l’association AIDS Calgary Awareness Association (ACAA), qui offrent un soutien aux PVVIH et réalisent des activités d’approche communautaire.

    Le Manitoba et la Saskatchewan ont quelques réseaux de collaboration. Le réseau MAN/SASK Network répond aux besoins régionaux des organismes actifs dans les domaines de la prévention, des soins et du traitement du VIH et du VHC, et les représente. Dans le nord du Manitoba et de la Saskatchewan, le réseau Play it Safer Network a pour objectif de mettre en œuvre une stratégie communautaire permettant de lutter contre le VIH/sida, les infections transmissibles sexuellement et VHC et de faire des choix plus sains liés au mode de vie grâce à l’éducation, à la prévention, au traitement et au soutien médical et social.

    Le réseau Ontario AIDS Network a notamment pour objectifs de maintenir et d’améliorer le réseau existant des PVVIH au sein du Réseau et des partenariats communautaires qui apportent un soutien à ces personnes, d’accroître les connaissances et les compétences des PVVIH en ce qui concerne les soins, les traitements et le soutien, d’augmenter le nombre de PVVIH qui participent aux organismes communautaires (y compris les groupes membres du réseau Ontario AIDS Network), et de maintenir et d’accroître l’intégration efficace des PVVIH et leur participation significative au réseau Ontario AIDS Network. Le Réseau ontarien de traitement du VIH est un réseau de collaboration formé de chercheurs, de fournisseurs de soins de santé, de responsables des politiques, de membres de la collectivité et de PVVIH qui collaborent à promouvoir l’excellence et l’innovation dans les domaines du traitement, de la recherche et de l’éducation sur le VIH en Ontario. Le Comité consultatif ontarien de lutte contre le VIH et le sida fournit des services de consultation stratégique à la ministre de la Santé de la province concernant tous les aspects des politiques liées au VIH/sida. Un tiers des membres du comité vivent avec le VIH/sida, un tiers provient d’organismes communautaires de services liés au sida et le dernier tiers est composé de fournisseurs de soins de santé qui participent à la lutte contre le VIH/sida.

    En Ontario, l’Alliance pour la santé sexuelle des hommes gais est un réseau provincial composé de membres du personnel de première ligne, de chercheurs, de responsables de la santé publique, de responsables des politiques et de membres de la collectivité. L’objectif de l’Alliance consiste à répondre aux besoins en matière de santé sexuelle des diverses collectivités ontariennes d’hommes gais, bisexuels, bispirituels et d’autres HARSAH, et comprend le développement de ressources, l’organisation de campagnes et la création de groupes de travail.

    Au Québec, les buts de la Coalition des organismes communautaires québécois de lutte contre le sida (COCQ-SIDA) comprennent notamment le soutien et la consolidation de l’action communautaire au Québec, le rassemblement d’organismes concernés par le VIH/sida et l’unification des activités et des ressources de ces organismes tout en respectant leur autonomie.

    Les provinces de l’Atlantique ont le Réseau de recherche interdisciplinaire de l’Atlantique, un groupe de chercheurs universitaires (provenant de l’Université Dalhousie, de l’Université Memorial et de l’Université du Nouveau-Brunswick) qui travaillent en collaboration avec d’autres intervenants du gouvernement et des collectivités dans les domaines du VIH et du VHC.

    Dans les provinces de l’Atlantique, le Réseau régional du sida de l’Atlantique élabore des stratégies de collaboration afin d’apporter un soutien aux PVVIH dans la région. La commission consultative Nova Scotia Advisory Commission on AIDS est un organisme autonome du gouvernement de la Nouvelle-Écosse. Son mandat consiste à fournir des services de consultation stratégique concernant le VIH/sida au gouvernement provincial et à faire office de lien entre le gouvernement et la collectivité. La Commission consultative est responsable de la mise en œuvre, de la surveillance et de l’évaluation de la Strategy on HIV/AIDS (stratégie sur le VIH/sida) de la Nouvelle-Écosse, et collabore étroitement avec les trois organismes de services liés au VIH/sida de la Nouvelle-Écosse.

    La région du Nord reçoit le soutien du réseau Northwest Territories HIV & Hepatitis C Support Network, qui fournit des ressources pédagogiques, des réseaux de soutien et des services de renforcement des capacités.

    6.5 Analyse des programmes

    Cette section décrit la répartition des programmes et des projets visant à lutter contre le VIH/sida parmi les PVVIH au Canada. Ces projets ont été définis d’après les données recueillies au cours du processus de collecte de renseignements décrit à la section 6.1. Cette section analyse également à quel degré la stratégie de lutte actuelle correspond aux réalités et aux besoins de la population, selon les données probantes disponibles.

    6.5.1 Répartition géographique des projets

    Le tableau 1 indique la répartition des projets au Canada. Entre 2009 et 2011, 155 projets ont été financés grâce à des initiatives fédérales et provinciales ou territoriales. Il convient de noter que les projets des provinces dont la population est plus nombreuse peuvent avoir reçu un financement plus important.

    Tableau 5 : Répartition des projets au Canada
    Lieu Nombre de projets Projets
    Échelle nationale 8 P1 à P8
    Colombie-Britannique 29 P9 à P37
    Alberta 11 P38 à P48
    Saskatchewan 6 P49 à P54
    Manitoba 5 P55 à P59
    Ontario 54 P60 à P113
    Québec 21 P114 à P134
    Nouveau-Brunswick 5 P135 à P139
    Terre-Neuve-et-Labrador 6 P140 à P145
    Nouvelle-Écosse 5 P146 à P150
    Île-du-Prince-Édouard 1 P151
    Territoires du Nord-Ouest 1 P152
    Nunavut 1 P153
    Yukon 2 P154 à P155

    La répartition géographique des projets dans les provinces et les territoires est la suivante. Huit projets financés par l’Agence de la santé publique du Canada sont exécutés par des organisations non gouvernementales nationales. Deux projets nationaux sont axés sur des populations précises. Le Réseau canadien autochtone du sida [P1] apporte un soutien aux organismes de services liés au VIH/sida offerts aux Autochtones et répond aux besoins de ces derniers, et la Coalition interagence sida et développement [P8] offre un soutien à l’échelle nationale aux nouveaux immigrants et fait participer les collectivités canadiennes noires, africaines et caribéennes. Deux projets sont axés sur l’offre de renseignements au sujet des traitements disponibles. Le Conseil canadien de surveillance et d’accès aux traitements [P4] s’efforce de favoriser l’élaboration de politiques nationales sur le VIH/sida relatives aux questions liées à l’accès aux traitements. Le Réseau canadien d’info-traitements sida [P6] offre des renseignements au sujet des options de traitement. Le Groupe de travail canadien sur la réinsertion sociale [P5] s’efforce d’élaborer des lignes directrices sur les pratiques exemplaires en matière de VIH à l’intention des professionnels de la réadaptation. Le Réseau canadien juridique VIH/sida [P3] permet d’améliorer à l’échelle nationale la coordination et la planification des efforts de lutte contre le VIH/sida, l’élaboration de politiques, le renforcement des capacités et les communications relativement aux droits éthiques et juridiques des personnes, des organismes de services liés au sida et des membres du public qui sont touchés par le VIH/sida. Le Réseau canadien d’info-traitements sida [P7] comprend également un projet subventionné visant à lui permettre de jouer un rôle de courtier national d’échange de connaissances, à savoir un point d’accès unique aux renseignements sur la prévention, les soins, les traitements et les connaissances de soutien pour les organismes de première ligne qui luttent contre le VIH/sida. Enfin, la Société canadienne du sida fournit un soutien national aux organismes de services liés au sida et agit comme porte-parole dans le développement et la mise en œuvre de politiques nationales et de stratégies de communication et de renforcement des capacités dans l’ensemble du secteur bénévole.

    En Colombie-Britannique, 29 projets sont actuellement financés par l’Agence de la santé publique du Canada ou par la province. Les thèmes communs au développement de programmes dans la quasi-totalité des projets comprennent la facilitation de l’accès aux soins et au soutien pour les PVVIH. Les autres thèmes prédominants comprennent l’accès à la nourriture [P9, P10, P21], le logement [P12, P21, P22, P23, P37], le revenu [P16, P18], les programmes culturels [P28], la défense des droits [P12, P16, P21, P31, P34] et les programmes destinés aux régions rurales [P13]. Un projet favorise l’accès aux thérapies complémentaires [P19]; un autre projet offre des services de counseling spirituel aux PVVIH [P14]. Ces projets sont principalement exécutés par des organismes de services liés au VIH/sida.

    L’Alberta finance 11 projets exécutés par des organismes de services liés au VIH/sida. Tous les projets subventionnés comprennent la facilitation de l’accès aux soins et au soutien pour les PVVIH. Deux projets offrent des services de défense des droits aux PVVIH [P38, P42]; un projet offre un soutien spirituel à ces personnes [P39], en plus de promouvoir la recherche communautaire [P39, P43]. Un autre projet assiste les PVVIH en matière de logement [P43].

    En Saskatchewan, six organismes de services liés au VIH/sida exécutent des projets subventionnés qui font tous la promotion de l’accès aux soins et au soutien pour les PVVIH. Un projet a pour but d’élaborer des initiatives régionales de renforcement des capacités visant les programmes communautaires destinés aux Autochtones hors réserve [P51].

    Cinq projets subventionnés au Manitoba sont exécutés par des organismes de services liés au VIH/sida. Quatre projets appuient l’accès aux soins, au traitement et au soutien pour les PVVIH, y compris le soutien par les paires, [P55, P56, P58, P59]. Un projet a pour but d’élaborer des initiatives nationales et régionales de renforcement des capacités visant les programmes communautaires destinés aux Autochtones hors réserve [P57]. Un projet subventionné apporte un soutien financier au caucus des personnes du Manitoba qui vivent avec le VIH/sida, bien que ce réseau ait depuis été dissous [P55].

    De toutes les provinces, l’Ontario a le plus grand nombre de projets subventionnés, soit 54 au total. La plupart de ces projets offrent un accès aux soins et au soutien pour les PVVIH. Sept projets font la promotion de l’accès dans les collectivités rurales [P61, P63, P64, P66, P72, P73, P109]. Un projet offre des services axés sur la population asiatique [P78], alors qu’un autre projet offre des services à la population hispanophone [P83]. Un projet dessert la population des personnes sourdes en Ontario [P97]. Un projet apporte un soutien aux personnes qui ont contracté le VIH par transfusion sanguine [P88]. Cinq projets sont subventionnés en vue de renforcer les capacités dans le contexte de la Participation accrue des personnes vivant avec le VIH, offrant aux PVVIH des possibilités de contribuer à l’élaboration des programmes ou aux efforts de prévention. Au total, six projets sont financés afin de renforcer les capacités au sein des organismes de services liés au VIH/sida. Deux projets ont été subventionnés pour lutter contre la stigmatisation subie par les PVVIH [P63, P100]. Un projet fait la promotion de l’accès à la nourriture pour les PVVIH [P106], tandis que trois projets abordent la question du logement des PVVIH [P79, P82, P91]. Le projet P91 offre un choix de centres de soins palliatifs spécialement axés sur les PVVIH. Un projet offre des services juridiques gratuits aux personnes touchées par le VIH [P89].

    Le Québec a subventionné 21 projets exécutés par des organismes de services liés au VIH/sida. Ces projets offrent aux PVVIH un accès aux soins et au soutien. Un projet en particulier offre un soutien à la population des personnes sourdes vivant avec le VIH/sida [P120]. Deux projets luttent contre la stigmatisation [P124, P125] et un projet reçoit un financement visant à augmenter la participation des PVVIH à l’exécution des programmes [P121].

    Dans la région de l’Atlantique, cinq projets sont subventionnés au Nouveau-Brunswick, six à Terre-Neuve-et-Labrador, cinq en Nouvelle-Écosse et un à l’Île-du-Prince-Édouard. Tous les projets sont exécutés par des organismes de services liés au VIH/sida qui offrent un accès aux soins et au soutien aux PVVIH. À Terre-Neuve-et-Labrador, deux projets sont subventionnés afin d’offrir un logement provisoire [P145] et un logement à long terme [P144] aux PVVIH.

    Dans la région du Nord, deux projets sont subventionnés par le Yukon [P154, P155] et un projet par les Territoires du Nord-Ouest [P152]; ces trois projets offrent des services de soutien et d’accès aux soins aux PVVIH et touchées par le VHC. Le Nunavut a financé un projet avec une attention particulière accordée à la santé sexuelle [P153].

    Quatre projets desservent tout spécialement les régions rurales. En Colombie-Britannique, la société AIDS Network Kootenay Outreach and Support Society [P13] offre des programmes et des services spécialement conçus pour examiner les enjeux de la région auxquels les collectivités rurales font face. En Ontario, le programme Wellington and Grey Bruce Rural Prevention Outreach Program [P63] s’efforce de diminuer la stigmatisation et la discrimination subies par les Autochtones vivant en milieu rural, par les membres de la collectivité gaie, lesbienne, bisexuelle et transgenre, par le milieu de la santé mentale et par les PVVIH. Ce programme travaille également à accroître les connaissances, les compétences et les capacités des médecins en milieu rural qui soignent et traitent les PVVIH, et offre des renseignements au sujet des traitements disponibles dans les collectivités rurales. Jusqu’à son abandon, l’organisme Voices of Positive Women [P109] apportait son soutien à un projet qui a créé une liste de renvoi à l’intention des collectivités rurales et urbaines. Enfin, le Conseil des Premières nations du Yukon comprend un mandat visant à faciliter l’accès aux services de diagnostic, de soins et de traitements et à créer des possibilités de soutien social à l’intention des personnes infectées par le VIH et par d’autres maladies et conditions connexes et d’offrir des services de sensibilisation du public au VIH/sida dans les régions rurales isolées du Nord [P155].

    6.5.2 Populations au sein de la population vivant avec le VIH/sida

    Bien que tous les projets subventionnés répondent aux besoins des PVVIH, certains organismes dirigent des projets qui répondent aux besoins d’une population précise. Le mandat de tous les projets mentionnés ci-dessous comprend le soutien aux PVVIH.

    Hommes gais, bisexuels, bispirituels et les autres hommes ayant des relations sexuelles avec des  hommes

    Cinq projets bien définis répondent aux besoins des hommes gais et des HARSAH vivant avec le VIH. L’association AIDS Calgary Awareness Association dirige un projet d’approche communautaire pour les HARSAH [P39]. En Ontario, trois des projets subventionnés offrent un soutien aux hommes gais et aux HARSAH. Le programme Wellington and Grey Bruce Rural Prevention-Outreach Program s’efforce de réduire la stigmatisation et la discrimination subies par les hommes gais et les HARSAH [P63], ainsi que par d’autres populations. La fondation Toronto People with AIDS exécute un projet appelé PHA Engagement in POZ Prevention for Gay Men, dont le mandat consiste à offrir des services de prévention positive parmi les HARSAH [R107]. L’Ontario a également un groupe de travail, le Groupe de travail pour hommes gais, bisexuels, et HARSAH francophones, qui offre un soutien à l’élaboration de stratégies visant à améliorer les services aux francophones vivant avec le VIH [P88]. Au Québec, le Mouvement d’information, d’éducation et d’entraide dans la lutte contre le sida (LE M.I.E.N.S.) dirige un projet visant à servir les HARSAH [P127].

    Utilisateurs de drogues injectables

    Cinq organismes indiquent clairement qu’ils servent la population des utilisateurs de drogues injectables. La société Vancouver Native Health Society offre des programmes aux utilisateurs de drogues injectables, bien qu’ils ne soient pas destinés exclusivement à ces personnes [P33]. À Calgary, l’association AIDS Calgary Awareness Association définit des programmes d’approche à l’intention des utilisateurs de drogues injectables [P39], tout comme la société HIV North Society [P43]. L’organisme AIDS St.John dessert la population des utilisateurs de drogues injectables, ainsi que d’autres populations [P138].

    Autochtones

    Comme nous l’avons vu plus haut, un projet national répond aux besoins des Autochtones [P1], le Réseau canadien autochtone du sida. En Colombie-Britannique, le réseau Positive Women’s Network offre des programmes qui respectent les réalités culturelles aux femmes autochtones qui doivent surmonter de multiples obstacles [P28]. La société Vancouver Native Health Society répond aux besoins particuliers des Autochtones, offrant des services médicaux, des services de counseling et des services sociaux [P33]. En Alberta, l’association AIDS Calgary Awareness Association définit des programmes d’approche à l’intention des Autochtones [P39]. En Saskatchewan, le réseau All Nations Hope AIDS Network s’efforce d’échanger des connaissances et des ressources afin de soutenir les Autochtones vivant avec le VIH/sida [P51]. Le centre Nine Circles Community Health Centre du Manitoba offre des programmes respectant les réalités culturelles aux jeunes autochtones [P58]. En Ontario, le projet Wellington and Grey Bruce Rural Prevention-Outreach s’efforce de diminuer l’isolement des Autochtones vivant avec le VIH/sida [P63]. En outre, le réseau Ontario AIDS Network offre des programmes destinés tout particulièrement aux jeunes autochtones [P96], et l’organisme Ontario Aboriginal HIV/AIDS Strategy [P93] fournit des services d’approche hors de la réserve. Two-Spirited People of the First Nations [P108] offre un soutien aux personnes bispirituelles vivant avec le VIH/sida. Au Québec, la Commission de la santé et des services sociaux des Premières nations du Québec et du Labrador a établi un projet de cercle de partage pour les Autochtones vivant avec le VIH/sida [P122]. La région de l’Atlantique ne comprend aucun projet qui offre des services spécialement destinés aux Autochtones vivant avec le VIH/sida.

    Personnes originaires de pays où le VIH est endémique

    Comme nous l’avons vu plus haut, un projet national répond aux besoins des organismes de services liés au sida qui soutiennent les personnes originaires de pays où le VIH est endémique [P8]; ce projet est géré par la Coalition interagence sida et développement. En Colombie-Britannique, la société Vancouver Native Health Society, étant située au centre-est de la ville, dessert également les immigrants, ainsi que les Autochtones [P33]. Le centre Sexuality Education Resource Centre du Manitoba offre des programmes destinés aux personnes originaires de pays où le VIH est endémique. Il met l’accent sur l’amélioration de l’accès aux services pour les nouveaux immigrants à Winnipeg [P59]. En Ontario, le comité AIDS Committee of Cambridge, Kitchener, Waterloo & Surrounding Area offre des programmes aux interprètes, ce qui améliore la communication avec les personnes originaires de pays où le VIH est endémique [P60]. Le comité AIDS Committee of Toronto dirige deux projets destinés aux collectivités ethnoculturelles, notamment la collectivité lusophone [P70, P71]. L’Alliance for South Asian AIDS Prevention exécute un projet destiné aux personnes de l’Asie du Sud vivant avec le VIH/sida qui vise à éliminer les obstacles à l’accès aux services [P77]. Le Conseil africain et caraïbe sur le VIH en Ontario dirige des programmes visant à réduire l’isolement social et la discrimination subis par les personnes originaires de pays où le VIH est endémique [P76]. L’organisme Black Coalition for AIDS Prevention exécute également des projets, notamment des gestions de cas, à l’intention des PVVIH [P80]. Enfin, le centre Women’s Health in Women’s Hands Community Health Centre en Ontario finance un projet visant à soutenir la négociation de la divulgation [P111]. Au Québec, le Centre d’action sida Montréal offre des services aux femmes de diverses cultures et finance un projet qui apporte un soutien aux réfugiés vivant avec le VIH/sida [P117, P118].

    Femmes

    En Colombie-Britannique, le réseau Positive Women’s Network dirige un programme de soutien à l’intention des femmes séropositives, dont le mandat consiste à fournir des programmes et des ressources efficaces aux femmes, à leurs familles et aux prestataires de services, notamment des services qui respectent les réalités culturelles des femmes autochtones [P28]. Les services de l’association AIDS Calgary Awareness Association de l’Alberta offrent un soutien aux femmes impliquées dans le commerce du sexe et aux jeunes [P39]. Les services Kali Shiva AIDS Services, au Manitoba, offrent un programme intitulé Positive Women’s Program qui offre un soutien et des services non médicaux aux femmes vivant avec le VIH/sida et à leurs enfants [P56]. Le projet Voices of Positive Women s’efforce de réduire l’isolement, d’augmenter l’estime de soi et d’améliorer la qualité de vie des femmes vivant avec le VIH/sida [P109]. Le projet Negotiating Disclosure du centre Women’s Health in Women’s Hands Community Health Centre offre un modèle de divulgation de l’état sérologique à l’égard du VIH pour les femmes africaines et caribéennes [P111]. Également en Ontario, le groupe Women’s HIV/AIDS Working Group soutient les activités de recherche sur les femmes vivant avec le VIH [P113]. Au Québec, le Centre d’action sida Montréal (femmes) offre des services aux femmes séropositives provenant de divers milieux multiculturels [P117]. Par elles, pour elles, pour la vie répond aux besoins des femmes vivant avec le VIH/sida et crée un réseau de solidarité et de soutien [P125].

    Jeunes

    En Colombie-Britannique, la société Vancouver Native Health Society offre également des programmes aux jeunes du quartier centre-est de Vancouver [P33]. YouthCo AIDS Services offre des services de soutien aux jeunes vivant avec le VIH/sida [P35]. En Alberta, l’association AIDS Calgary Awareness Association exécute des programmes destinés aux jeunes, l’une des populations cibles auxquelles l’association offre des services de soutien [P39]. Au Manitoba, le centre Nine Circles Community Health Centre finance un programme de lutte destiné aux jeunes [P58]. En Ontario, l’organisme AIDS Committee of Toronto dirige un projet appelé Positive Youth Outreach afin d’améliorer l’accès aux services pour les jeunes vivant avec le VIH/sida [P69]; YOUTHlink Inner City [P112] offre un soutien en matière de traitement aux jeunes de Toronto. Le projet Aboriginal Youth Peer Prevention Project finance des programmes visant à améliorer sa capacité à servir les jeunes autochtones [P96]. L’organisme Planned Parenthood of Toronto finance un projet visant à élaborer des stratégies exécutées par des jeunes qui soutiennent un plan de prévention commun du VIH, du VHC et des infections transmissibles sexuellement, axé sur l’enrichissement des connaissances des jeunes vivant avec le VIH/sida à l’égard de leur santé sexuelle [P100].

    Enfants et familles

    Trois des projets subventionnés répondent spécialement aux besoins des enfants. Au Manitoba, l’organisme Kali Shiva AIDS Services offre un réseau de soutien aux femmes vivant avec le VIH et à leurs enfants [P56]. En Ontario, The Teresa Group finance deux projets qui apportent un soutien aux enfants [P104, P105]. Le programme Infant Formula Program vise à réduire le risque de transmission du VIH par le lait maternel en offrant gratuitement des préparations pour nourrissons pendant un an aux nouvelles mamans séropositives en Ontario. Un autre programme offre une formation aux bénévoles afin d’augmenter leurs connaissances et de les sensibiliser au sujet des questions liées aux VIH concernant les enfants et les familles touchés par la maladie.

    Dix projets offrent un soutien particulier aux familles touchées par le VIH. En Colombie-Britannique, la société AIDS Society of Kamloops [P12] offre des services de counseling individuel aux familles touchées par le VIH. L’organisme McLaren Housing Society of British Columbia [P22] offre des logements sécuritaires et abordables aux familles vivant avec le VIH/sida ayant besoin d’un soutien financier, mais pouvant vivre de façon autonome. Le réseau Positive Women’s Network [P28] offre des programmes respectant les réalités culturelles aux femmes et à leurs familles. En Alberta, le réseau Central Alberta AIDS Network (CAANS) [P41] s’efforce de réduire les conséquences négatives de la consommation de drogues et du commerce du sexe sur les particuliers, les familles et les collectivités, grâce à une démarche de réduction des méfaits. En Ontario, l’organisme AIDS Thunder Bay [P75] travaille à augmenter les contacts sociaux des PVVIH et de leurs partenaires ou familles. À Ottawa, l’organisme Bruce House fournit des logements et des appartements à loyer indexé sur le revenu aux PVVIH, ainsi qu’un soutien, tels que des services de counseling, d’encadrement et de soutien familial [P81]. The Teresa Group fournit également un soutien aux familles des PVVIH. Au Nouveau-Brunswick, l’organisme AIDS St. John sert les PVVIH et leurs familles.

    Personnes incarcérées

    En Colombie-Britannique, Prisoner POSITIVE travaille avec les  personnes incarcérées grâce à des activités d’approche [P17]. Le mandat de l’association AIDS Calgary Awareness Association comprend des programmes destinés aux personnes incarcérées [P39]. En Ontario, le réseau Peel HIV/AIDS Network comprend des projets de promotion de la santé en faveur des personnes incarcérées [P98] et le réseau Prisoners with HIV/AIDS Support Action Network (PASAN) travaille à fournir des services de soutien, d’approche et d’éducation aux personnes incarcérées vivant avec le VIH/sida [P101]. Au Québec, le projet Sentinelle Bleue [P116] s’efforce de consolider tous les renseignements concernant les programmes disponibles à l’intention des personnes incarcérées qui vont être remis en liberté, afin de faciliter leur accès aux programmes. La Commission de la santé et des services sociaux des premières nations du Québec et du Labrador dirige un projet de cercle de partage à l’intention des Autochtones incarcérés vivant avec le VIH/sida [P122]. Au Nouveau-Brunswick, la société John Howard Society [P135] exécute des programmes liés au VIH/sida qui mettent les jeunes en relation avec les services appropriés. La société a plusieurs succursales au Canada, chaque région offrant des programmes spécialisés.

  • Chapitre 7 – Conclusion

    Au moyen du présent rapport, l’Agence de santé publique du Canada tente pour la première fois de regrouper des données probantes de diverses sources dans un seul document afin de mieux comprendre les vies des personnes vivant avec le VIH/sida (PVVIH) au Canada. Il est espéré que les données présentées dans ce rapport permettront de guider les gouvernements, les organisations non gouvernementales, les responsables de la santé publique, les chercheurs, les communautés et autres intervenants dans l’élaboration de politiques et de programmes destinés aux PVVIH au Canada.

    Les données de surveillance présentées dans ce rapport indiquent que le fardeau du VIH au Canada évolue. Au début de l’épidémie du VIH, la plupart des PVVIH au Canada étaient des hommes gais. Aujourd’hui, les voies de transmission de la maladie sont variées. En 2011, on estimait que 46,6 % des nouvelles infections étaient constatées parmi la population d’hommes ayant des relations sexuelles avec d’autres hommes (HARSAH); mais la transmission par l’entremise de relations hétérosexuelles et l’usage de drogues injectables représente aussi une importante proportion des nouvelles infections, soit 37,2 % et 13,7 % respectivement. Au Canada, les Autochtones et les personnes originaires de pays où le VIH est endémique sont affectés par le VIH de manière disproportionnée. (1)

    Au cours de la rédaction du présent rapport, la diversité des PVVIH est le thème clé qui s’est principalement détaché – les expériences vécues avant l’infection d’un jeune gai, d’une personne sans-abri utilisant des drogues injectables et d’une femme réfugiée d’Afrique de l’Ouest sont radicalement différentes. Ces différentes expériences et chemins de vie continuent après l’infection. La majorité des études portant sur les PVVIH sont axées sur l’une des sous-populations affectées; il est donc parfois difficile de comparer les études et les résultats d’une population avec ceux d’une autre.

    Malgré cette diversité, la plupart des PVVIH viennent de populations marginalisées. La santé et la qualité de vie des PVVIH sont influencées par plusieurs déterminants de la santé, notamment les expériences de la petite enfance, la pauvreté, les environnements sociaux et physiques, la culture, le genre et le soutien social. Ces nombreux déterminants contribuent à la vulnérabilité à l’infection au VIH et continuent de nuire à la santé et à la qualité de vie une fois que les personnes sont infectées.

    La stigmatisation et la discrimination sont des expériences partagées par la plupart des PVVIH; elles influencent la vie des personnes, de leurs relations intimes, familiales et amicales à leurs relations avec la communauté, dans le milieu de travail et dans la société d’une manière générale. Pour nombre d’entre elles, cette stigmatisation est composée d’autres formes de discrimination ciblant le groupe auquel elles s’identifient – c’est-à-dire le racisme, le sexisme et l’homophobie.

    Grâce aux progrès réalisés par rapport au traitement, les personnes séropositives vivent plus longtemps et avec moins de contraintes. Elles deviennent parents et les enfants et adolescents grandissent avec le VIH. À l’autre bout du continuum, les PVVIH vivent suffisamment longtemps pour faire face aux difficultés du vieillissement. Malgré ce progrès en termes de traitement, le VIH reste un fardeau considérable pour la santé. Les PVVIH présentent des taux plus élevés de maladies autres que celles définissant le sida; et certaines d’entre elles doivent gérer des co-infections et comorbidités complexes. Pour certaines PVVIH, le VIH est une invalidité épisodique, c’est-à-dire que des périodes de bonne santé peuvent être interrompues par des périodes imprévisibles de mauvaise santé et d’invalidité. Nombre de personnes meurent du fait de complications liées au sida, certaines n’ayant jamais eu accès à un traitement. Bien que le traitement soit largement disponible à travers le Canada, l’accès au traitement et l’observance du traitement restent des problèmes considérables, notamment pour certaines populations marginalisées.

    La participation communautaire reste un élément clé, à la fois en termes de prévention, de soin, de traitement et de soutien aux PVVIH. La participation communautaire et les réseaux de soutien social aident à développer des qualités d’adaptation positives, apportent des informations nécessaires et du soutien affectif aux PVVIH et constituent des sources clés pour renforcer la résilience.

    La lutte du gouvernement du Canada contre le VIH/sida implique de nombreux organismes et communautés dans lesquels les personnes vulnérables et vivant avec le VIH/sida sont considérablement engagées. Le présent rapport identifie les nombreux réseaux, stratégies et organismes, à la fois nationaux, provinciaux et territoriaux, à travers le Canada, et plus de 150 projets communautaires traitant spécifiquement les besoins des PVVIH. Des chercheurs à travers le pays sont également actifs sur de nombreux projets traitant des difficultés affectant les PVVIH, du traitement aux déterminants de la santé.

    Des partenariats ont été mis en place à tous les niveaux – entre les prestataires de services et les PVVIH, les organismes communautaires, les organismes non gouvernementaux nationaux, les gouvernements à tous les niveaux, les chercheurs et les fournisseurs de soins de santé. Il est largement reconnu que les PVVIH doivent participer au développement et à la mise en place des politiques, programmes et recherches qui les concernent, de manière à ce que ces approches soient efficaces et traitent les réalités auxquelles font face les PVVIH.

    Le présent rapport reconnaît le rôle capital que jouent les PVVIH en termes de leadership, recherche, politiques et programmes, prévention et soutien dans la prise en charge du VIH/sida. Tous les intervenants, avec la participation centrale des PVVIH, doivent continuer d’avancer en se basant sur les réussites passées pour empêcher de nouvelles infections et pour améliorer la qualité de vie des PVVIH.

gayglobeus @ April 17, 2017

Gay Israel Activist Rips LGBT Student Group After It Pulls Support for His Event to Show ‘Solidarity’ With Palestinians

Posted in: Spot / International News Wire | Comments Off on Gay Israel Activist Rips LGBT Student Group After It Pulls Support for His Event to Show ‘Solidarity’ With Palestinians

algemeiner

Hen Mazzig. Photo: Facebook.

A gay Israeli activist and former IDF commander told The Algemeiner on Friday that he was “baffled by the alignment of the LGBTQ community with the anti-Israel narrative,” after a University of Florida (UF) student group pulled support for his on-campus lecture to show “solidarity” with Palestinians.

Hen Mazzig — currently on a university speaking tour organized by the Committee for Accuracy in Middle East Reporting in America watchdog group — said Pride Student Union of UF acted hypocritically when it backed out of his April 5 lecture (which went ahead with the support of student group This is Israel UF).

“Instead of fighting for equality, the LGBTQ community is showing the same type of bigotry that they should be standing up against. They are saying they want equality, but it’s limited; it’s for everyone but Israeli Jews,” he said, adding that he was doubly confounded by Pride’s actions as “Israel is the only country in the region who cares at all about these issues.”

Amid a slew of anti-Israel activities taking place at universities across the US during the Passover holiday this week, a campus…

On Thursday, Mazzig responded on social media to Pride’s charge that, “For those who may deem this action [cutting support for Mazzig] as antisemitic, we would like to add that supporting a political agenda plagued with violence and racism is antisemitic. Choosing not to support such an agenda represents solidarity.”

Mazzig wrote that Pride had given into “hatred and fanaticism…bigotry and racism against Jewish Israelis.”

The activist told The Algemeiner that he has heard comments like those made by Pride many times before, and he encouraged students torn between supporting Israel and having a place with other liberal causes to “be brave.”

“Throughout history, supporting the right side has been challenging, and the unpopular thing to do,” he said. “It is very popular on campuses today to be anti-Israel and support BDS, but it is time to take a moral stand and do what isn’t easy. It’s hard to speak up for the right side, it always has been, but you have to make that choice.”

Mazzig is currently on his first campus tour since appearing at University College London in Oct. 2016, where his presentation became the scene of an extreme protest that required police intervention. A university investigation into that incident found that cases of physical assault had taken place and rhetoric that “could be considered antisemitic” was used.

gayglobeus @ April 14, 2017

US Court Equates Gay Rights with Civil Rights

Posted in: Spot / International News Wire | Comments Off on US Court Equates Gay Rights with Civil Rights

Patheos

This article from Slate outlines the arguments the 7th Circuit Court has made regarding the employment rights of homosexuals. They have formally equated sex discrimination in the workplace with discrimination against homosexuals.

On Tuesday, the U.S. Court of Appeals for the 7th Circuit issued a landmark decision in Hively v. Ivy Tech holding that Title VII of the Civil Rights Act of 1964 prohibits sexual orientation discrimination. The 8–3 ruling is an extraordinary victory for LGBTQ advocates—an emphatic declaration from a bipartisan group of judges that anti-gay workplace discrimination is clearly illegal under federal law…

…The facts in Hively are straightforward. Kimberly Hively is an openly gay professor who believes that her former employer, Ivy Tech Community College, discriminated against her on the basis of sexual orientation. Hively sued Ivy Tech under Title VII, which prohibits workplace discrimination “because of sex.” A district court ruled against Hively in 2015, concluding that Title VII does not bar sexual orientation discrimination. A panel of judges for the 7th Circuit affirmed that ruling in 2016—but noted that it was only doing so because it was bound by two 7th Circuit precedents from 2000. In a frank opinion by Judge Ilana Rovner, a George H.W. Bush appointee, the majority signaled that it found these decisions dubious and untenable, urging the full court to reconsider them en banc. The court agreed, hearing arguments in November. And on Tuesday, it vindicated Rovner’s concerns, overruling those old precedents and holding that Title VII protects all gay employees.

It is predicted that this decision will make its way to the Supreme Court, but the court’s ruling rested on three arguments. One precedent ruled that employers could not discriminate against an employee because they did not fulfill gender stereotypes. A gay person clearly overturns expected sexual stereotypes and  therefore that previous ruling should apply to them. The second argument is a bit more convoluted. The law says a person cannot be discriminated against because of sex. A woman dating a man or a man dating a woman is a conventional understanding, but a woman dating a woman means the woman was discriminated against because she was a woman. In other words, if she had been a man dating a woman that would not have caused a problem. The third argument goes back to racial discrimination and compares discrimination against a homosexual. A company or institution cannot ban inter-racial dating because their ban is racially based. Likewise, the judges argued, no one can discriminate against a gay person because of the person they choose to date or marry.

The last of the three arguments is very interesting because this is the one where Bob Jones University got stuck. They had a rule banning inter racial dating and their tax exempt status was revoked. They took it all the way to the Supreme Court and lost.

As it happens, when the decision legalizing gay marriage  [Obergefell v Hodges] was being debated the question of how this would impact institutions that did not accept the innovation on religious grounds. Justice Alito actually asked whether approval of same sex marriage would lead to a “Bob Jones situation.”

Justice Alito had a conversation with Solicitor General Verrilli during the oral argument in Obergefell. Justice Alito had asked the Solicitor General about the impact that a decision in favor of the plaintiff would have on the tax-exempt status of religious institutions that would not recognize same-sex marriage. The Solicitor General stated in reply:

You know, I — I don’t think I can answer that question without knowing more specifics, but it’s certainly going to be an issue. I — I don’t deny that. I don’t deny that, Justice Alito. It is — it is going to be an issue.

It is indeed “an issue.”

This article from the Columbia Law Journal argues that the Obergefell decision does not mean that religious institutions that object will lose their tax exempt status, but the recent decision by the 7th circuit doesn’t give any reasons why churches, church schools or religious institutions should be exempt from anti discrimination employment law as they believe it applies to homosexuals.

If a church or church school or Christian institution refuses to hire a gay person will they be prosecuted or sued for sex discrimination?

It will be interesting to see how this one develops.

gayglobeus @ April 14, 2017

Trump is ‘trying to erase’ us: Gay activists furious that 2020 Census won’t ask about LGBT

Posted in: Spot / International News Wire | Comments Off on Trump is ‘trying to erase’ us: Gay activists furious that 2020 Census won’t ask about LGBT

lifesitenews

Last week, the U.S. Census Bureau released a list of categories for 2020 that included an appendix with LGBTQ self-designated status for future consideration. But it was an “inadvertent” mistake, the bureau announced, because it’s too late to include a new category for the next census. Such changes take years to work out properly and no census has ever asked a citizen’s perceived LGBTQ status.

The bureau gave this official explanation: “The Subjects Planned for the 2020 Census and American Community Survey (ACS) report released today inadvertently listed sexual orientation and gender identity as a proposed topic in the appendix. This topic is not being proposed to Congress for the 2020 Census or American Community Survey. The report has been corrected.”

A U.S. census is taken every 10 years according to Constitutional law. Three years before the census is conducted, the U.S. Census Bureau must issue its list of categories to track data. Through the centuries, the census has become more elaborate to give the government more data on race, ancestry, education, health, and housing to make policy. But in recent decades, attempts have been made to “streamline” the census and make it less cumbersome.

Immediately, homosexual organizations cried foul.

Meghan Maury of the National LGBTQ Task Force accused the Trump administration of trying “to deny LGBTQ people freedom, justice, and equity.” Sarah Kate Ellis of the Gay and Lesbian Alliance Against Defamation (GLAAD) accused the Trump administration of a systematic effort to “erase the LGBTQ community.”

Ellis claimed the mistake was an intentional scheme against homosexuals because “visibility has always been one of the LGBTQ community’s greatest strengths.” She noted the Trump administration removed gay-related content from the White House website in January, and has more recently taken LGBTQ questions out of two surveys.

The LGBTQ Task Force is demanding a Congressional oversight hearing.

Fox News noted irony in the gay outrage. “Not so long ago, the LGBT community probably would have seen such inquiries as an invasion of privacy.”

LGBTQ advocate Dr. Gary J. Gates sought to temper gay anger against the Trump administration. He explained in a tweet, “Lots of inaccurate news about U.S. Census #LGBT inclusion. There were never plans for LGBT questions in (the) 2020 Census/ACS.” In another tweet, Gates wrote that the “proposal was just to consider questions for (the) future. No decisions were made and way too late to add new sexual orientation/gender identity items to 2020 surveys.”

Reason.com’s Scott Shackford, a homosexual, called the gay backlash “fake outrage.” He says the ulterior motive of gays is government welfare and other federal dole subsidies.

“This week’s fake outrage confuses welfare spending with equal government protection and blames Trump,” Shackford wrote, claiming that the dispute is “less about gay and transgender rights and more about organizations who want a slice of the great federal spending pie.”

Maury had argued that without the LGBTQ census questions the government can’t “ensure we’re getting fair and adequate access to the rights, protections and services we need.”

Shackford considers Maury’s argument disingenuous. “There is a deliberately misplaced outrage here that wants to trick LGBT people into thinking that their rights and equal protection under the law is dependent on whether the federal government knows that they’re gay or transgender,” he wrote.

“What does demographic inclusion in a study have to do with whether LGBT people are treated equally under the law? Nothing,” Shackford continued. “Rights and freedoms are not based on head counts or a demographic analysis of where people live.”

“This isn’t about rights. It’s about money,” Shackford charged. “This is about organizations and activists who are hoping to use this demographic data to get a bigger slice of federal funding.”

Shackford explained that a lot of federal tax dollars are distributed based on census data. “This is a clear attempt to try to use demographic-based funding as a replacement for funding mechanisms based on actual customer bases,” he wrote.

He used himself as an illustration. Shackford makes enough money not to receive welfare, but if on the census “welfare or health services could include me demographically as a potential customer, then they could lobby for more money,” he explained. “That I might never set foot in these places is not relevant.”

“Imagine if public schools could get funding based on how many school-age children live in their district instead of actual attendance?” Shackford further illustrated. “They would care less if students even went to school.”

Writing for Townhall, gay journalist Guy Benson called the homosexual outrage “absurd.” “To pin this week’s development on Trump is absurd. He is, without question, the most pro-gay rights Republican president in American history, having recently overruled social conservatives’ objections (some of which were reasonable) in keeping Obama-era LGBTQ executive protections in place.”

The 2010 census does allow citizens to identify their status as in a same-sex partnership. Other government agencies inquire about sexual orientation and gender identity in their surveys.

The director of the Census Bureau is 2013 Obama nominee John H. Thompson, who was unanimously confirmed by a Democrat-led Senate.

gayglobeus @ April 14, 2017

Ian McKellen on being a closeted gay man: ‘it’s a terrible oppression’

Posted in: Spot / International News Wire | Comments Off on Ian McKellen on being a closeted gay man: ‘it’s a terrible oppression’

GQ.com

Apowerful new film featuring Ian McKellen, a vocal LGBTQ activist throughout his life has been released to promote “Queer British Art 1861-1967”, Tate Britain’s latest exhibition.

Directed by Joe Stephenson, the film features Scott Chambers as a pained, young McKellen, while the acclaimed actor recounts his memories in voiceover of what it was like growing up in an era when there was little possibility of coming out as a young gay man. It’s raw, unfiltered and unashamedly honest.

 The exhibition includes works from 1861 to 1967 relating to LGBTQ identities and marks the 50th anniversary of the partial decriminalisation of male homosexuality in England, and explores how artists expressed themselves during a time when conventional assumptions about gender and sexuality were being questioned and transformed.

This film is one of six that were produced by Channel 4’s Random Acts in partnership with Tate which offer glimpses into LGBTQ lives through intimate portraits of individuals.

gayglobeus @ April 14, 2017

Anglican leader who defrocked, reconciled with gay priest dies

Posted in: Spot / International News Wire | Comments Off on Anglican leader who defrocked, reconciled with gay priest dies

Toronto Star

Rev. Terence Edward Finlay was a long-serving Toronto Anglican Church leader who championed reconciliation efforts with indigenous communities. He also made headlines for defrocking a gay priest in 1992 but later became an advocate for the LGBTQ community.

Finlay died Monday in Toronto. He was 79.

“One of the things I remember most about him was his smile and laughter,” said current Toronto Archbishop Colin Johnson in a statement posted to the diocese of Toronto’s website.

“Essentially, right at the heart of things, he was a joyful, hopeful, happy person, and deeply faithful . . . He loved people and met them from all walks of life.”

Born in London, Ont., on May 19, 1937, Finlay was ordained a deacon in 1961 and then a priest a year later. He served at the diocese of Huron before leaving for the diocese of Toronto in 1982, where he was elected a suffragan bishop in 1986, coadjutor bishop in 1987 and installed as the 10th Bishop of Toronto in 1989.

In 2000, Finlay was elected Metropolitan of Ontario and Archbishop of Toronto, a role in which he led the diocese’s support for the Indian Residential Schools Settlement Agreement; the diocese of Toronto went on to give $5 million to the fund.

“He had the gift of being able to bring people with different points of view together and to talk through issues,” said Finlay’s wife of 55 years, Alice Jean. “And not so much to force anybody to change their opinion, but for people to understand where they did have common ground and how they could continue to work together.”

Former Bishop of Toronto Terence Finlay (left) with Rev. James Ferry before a reconciliation service in 2012. Finlay died Monday at age 79.
Former Bishop of Toronto Terence Finlay (left) with Rev. James Ferry before a reconciliation service in 2012. Finlay died Monday at age 79.  (STEVE RUSSELL/TORONTO STAR FILE PHOTO)  

Finlay retired as a bishop in 2004 but continued working as an interim priest for several parishes, also serving as Chaplain to the National House of Bishops, Episcopal visitor to the Mission to Seafarers in Canada and the special envoy for the church on residential schools for the Truth and Reconciliation Commission.

“None of us will ever forget his broad smile and his hearty laugh. None of us will forget those moments when his eyes danced with delight over someone’s happiness or great accomplishment,” Archbishop and Primate Fred Hiltz wrote in a tribute posted to the Anglican Church of Canada’s website.

“Nor will we forget those moments when his eyes welled up with tears over the great pain or grief someone was bearing . . . Nor will we forget seeing his head bowed in shame and contrition for the suffering inflicted upon hundreds and hundreds of children through the Indian Residential Schools.”

Along with working with indigenous communities on reconciliation efforts, Finlay was also known in recent years for his commitment to justice for the LGBTQ community, but that wasn’t always so — earlier in his career, he’d defrocked a gay priest for refusing to end his same-sex relationship.

In 1988, James Ferry, a priest at St. Philip’s Church in Unionville, fell in love with a man and began a relationship with him. As the news spread through the parish, Finlay, then the Bishop of Toronto, ordered Ferry to end the relationship. Ferry refused, at which point Finlay issued a letter to be read at all Anglican parishes outing Ferry and preventing him from performing pastoral duties. A bishop’s court found Ferry guilty of disobeying a superior, and Finlay defrocked him in 1992.

Twenty years later, in 2012, Finlay formally apologized to Ferry in a rare public reconciliation service at the Church of the Holy Trinity in Toronto.

“I’ve moved in different directions,” Finlay told the Star at the time about his views on the LGBTQ community.

“. . . I have been very supportive of the gay and lesbian community, and also the whole question of gay marriage.”

In 2006, Finlay officiated at a same-sex marriage for two close friends at a United Church in Toronto, a move he was admonished for by the Anglican church and that cost him his licence to officiate at weddings in the diocese of Toronto.

“He was always supportive of his gay friends and colleagues, but was constrained by his position at that time and yet it ended up being an opportunity for the topic to be discussed and brought forward in the church to be dealt with,” said his wife Alice Jean.

Finlay is survived by his wife, their two daughters and four grandchildren.

Finlay’s funeral will be held at St. James Cathedral 10 a.m. Saturday, following a visitation and overnight vigil that begins Friday evening.

With files from Azzura Lalani

gayglobeus @ April 14, 2017

Taiwan top court hears landmark gay marriage case

Posted in: Spot / International News Wire | Comments Off on Taiwan top court hears landmark gay marriage case

BBC News

Veteran gay rights activist Chi Chia-wei (C) speaks to the press with his supporters in front of the Judicial Yuan in Taipei on 24 March 2017.Image copyrightAFP/GETTY IMAGES
Image captionChi Chia-wei (centre, wearing rainbow flag) brought on the case with a court petition

A panel of judges at Taiwan’s top court are hearing a case that could make the island the first place in Asia to introduce gay marriage.

The case has been brought by a gay activist as well as municipal authorities from the capital, Taipei.

Taiwan’s parliament has also been debating whether to pass laws that would allow same-sex marriage.

The movement has split society and prompted a conservative backlash, with vocal protests in recent months.

A panel of 14 justices are hearing arguments and will debate whether a line in Taiwan’s civil code, which states that marriage is between a man and a woman, is unconstitutional.

Media captionTaiwan’s push to legalize same sex marriage

Veteran gay activist Chi Chia-wei, whose attempt at registering marriage with his partner in 2013 was rejected, had petitioned for the case to be heard.

Taipei city authorities, who have been receiving requests for gay marriage, had also petitioned for clarity.


Historic decision-making – Cindy Sui, BBC News, Taiwan correspondent

The hearing lasts only one day, but could be a decisive turning point in Taiwan’s decades-long debate on whether to legalise same-sex marriage.

It’s the first time the judiciary is opening the Constitutional Court on the issue. If the judges rule that Taiwan’s current ban is unconstitutional, then parliament will be forced to amend the laws to offer gay couples protection.

Lawmakers, while initially supportive, have become less enthusiastic about passing such bills after vocal opposition by mainly religious groups and parents.

If the judges rule in favour of it, they will in essence be doing the dirty work for lawmakers, who can then tell their voters they have no choice but to amend the laws.

But it’s still unclear how this would play out.

If same-sex marriage is approved, the LGBT community does not want a separate law to be created that only gives some protection to same-sex partners.

They want current family laws to be amended so that gay couples would be treated the same as heterosexual couples, as they would then get equal rights and treatment in all matters, including adoption of children.


Legal experts and government officials are taking part in the hearing, after which the justices will debate among themselves. The ruling is expected to come out in two months’ time.

Gay rights campaigners carrying rainbow flags, turned up in front of the court in Taipei, as did anti-gay marriage protesters.

Anti same-sex marriage activists speak to the press outside the Judicial Yuan in Taipei on 24 March 2017.
Image captionConservative activists have also turned up protesting against same-sex marriage

In December Taiwan’s parliament approved the first draft of a bill to legalise gay marriage, with a second reading due in months.

President Tsai Ing-wen has previously said she would support marriage equality. Taiwan is known for its progressive values and energetic LGBTQ movement.

But rallies by gay rights activists in recent months have been met with protests from conservative groups and calls for the same-sex marriage bill to be struck down.

gayglobeus @ April 14, 2017

Alec Baldwin: ‘I Call My Gay Friends ‘Faggots’ All the Time’

Posted in: Spot / International News Wire | Comments Off on Alec Baldwin: ‘I Call My Gay Friends ‘Faggots’ All the Time’

Heat Street

Alec Baldwin might be an uber liberal but when it comes to his relations with the gay community, we must borrow the title of his 2009 comedy: It’s Complicated.

The gay community will surely not appreciate Baldwin, who has a new creative lease of life playing Donald Trump on SNL, recounting in his brand new memoir Nevertheless his time getting fired from hosting an MSNBC talk show in 2013 after he was caught on TMZ calling a photographer a “cocksucking fag”. Revealingly he adds that he calls “my gay friends ‘faggot’ all the time.”

Baldwin writes of the scandal: “On CNN, Anderson Cooper, joined by blogger Andrew Sullivan, sounded off about the need for me to be “vilified”. I was condemned by GLAAD spokesperson Rich Ferraro. The response from every corner of the gay community was one of either judgement, condemnation, or a good deal of free psychoanalysis.

“Over time, I have come to understand the role of certain people inside of the gay community. There is no larger platform and no wider audience for their pontifications than when a famous person is “outed” as a homophobe. It is the form of outing that they love, the outing that’s right and necessary. The rest of the time, Cooper and Sullivan make due with relatively modest audiences. Unless in Cooper’s case, it’s New Years Eve.

“Ferraro, no doubt, is on a vigilant watch for the next homophobic outburst that GLAAD can raise money on. And if you’re wondering if I’ve ever used the word ‘faggot’ I call my gay friends that all the time.”

It’s unlikely that Ferraro, Cooper and Sullivan will be the only ones offended by this Milo-esque passage in Baldwin’s book, although presumably his gay friends must be used to it. (One imagines it can’t be all that easy being a friend of Baldwin’s period, even if he doesn’t call you a ‘faggot’.)

At the height of the scandal in 2013, Baldwin said in a statement on the MSNBC website: “Words are important. I understand that, and will choose mine with great care going forward.”

Except when he put pens to paper, it seems…

gayglobeus @ April 14, 2017

Are Women Partly To Blame For Staying Married To A Gay Man?

Posted in: Spot / International News Wire | Comments Off on Are Women Partly To Blame For Staying Married To A Gay Man?

The Good Men Project (blog)

A woman who chooses to stay married to a gay man must ask herself what she is getting out of the deal.

Scary Mommy founder, Jill Smokler, recently announced she is getting divorced from her husband of 17 years because he is gay. Smokler said her husband told her his secret two years into their marriage. She never considered walking away from him at the time because she believed he was her soul mate. However, that piece of Jeff, her husband, became bigger and more consuming. The couple decided it was time to call it quits.

The Smokler’s story is a common one, particularly when there is a religious influence. Gay men believe their only option is to marry someone of the opposite sex. Some men believe marriage will cure them of their same sex attractions. Others hide behind a wife and kids while engaging in encounters behind their families’ backs. Religious belief may also preclude the couple from feeling like divorce is an option. So they stay.

There are times, as hard as it may be to believe, that men don’t actually realize they are gay for several years. One man I interviewed, Brent, grew up in West Virginia’s coalmine country in the 1970s. He said even though he was attracted to other boys in school, homosexuality wasn’t a word he knew. He conformed to social norms and married a woman. His marriage, however, fell apart shortly after his first, and only child was born. She discovered his secret and didn’t want anything to do with him, or his “problem.”

Aside from religious obligation, many women stay in their marriages for the same reasons their husbands do.

According to Carol Grever, author ofMy Husband is Gay: A Woman’s Guide to Surviving the Crisis, more than two million people have married gay or bisexual partners. “Approximately 85 percent of these mixed-orientation couples eventually do separate, while the remaining 15 percent continue their marriage, usually with some mutually devised alternative contract,” Grever says. Grever was married to her husband for over 30 years when she discovered his secret.

By the time married men decide they need to come out, they are wracked with guilt. Some have cheated on their wives, while others have struggled silently. Their minds race with fear at the prospect of losing their families, churches, support groups and friends. They are often depressed and terrified of rejection. Many feel they alone are responsible for making their wives miserable and they are all too ready to give their wives anything and everything she asks for as a sacrifice of contrition for the pain they have caused.

Of the many stories I’ve heard over the years, there is another element to the issues inside mixed-orientation marriages. Wives who are fully aware of their husband’s sexual orientation, like Smokler, are willing to stay married and deal with it. Years later, when the marriage inevitably falls apart, some of these same women are quick to call foul and take the martyr’s roles

Aside from religious obligation, many women stay in their marriages for the same reasons their husbands do. They are afraid of how people will perceive them. They are afraid of losing friendships. They are afraid of being alone, or afraid they will never find someone to love them. They choose the safety of familiarity over the risk of the unknown.

These marriages usually reach their end when the husband can no longer deal with the psychological pressure of lying about who he is, to himself and others. When he stops playing the game, he becomes the easy target. His unwillingness to keep up the charade exposes the shoddy façade hiding the marriage. And his wife is angry.

The decision to divorce is nearly always a painful one. We believe, when we marry, that our commitment is for a lifetime. We believe we will beat the odds. We seldom envision a future with an ex-spouse and certainly can’t imagine becoming a part-time parent to the children we bore.

Women are not to blame for cheating spouses. While he cannot choose his sexual orientation, deception is a decision for which he alone must take responsibility.

The death of a marriage is painful and we often look for ways to save it. When one spouse is gay, however, there is no going back. No amount of counseling will fix it. No amount of negotiating or compromise will change it. Women are left with two options: divorce, or a non-traditional arrangement, which too often becomes the shame she diligently works to hide from friends and family.

Women are not to blame for cheating spouses. While he cannot choose his sexual orientation, deception is a decision for which he alone must take responsibility.

Infidelity aside, however, both spouses face similar fears. Both spouses often feel the emotional barrier that keeps them from truly experiencing the intimacy they seek. Both spouses desire more than a deep friendship, though mixed orientation marriages frequently become sexless, and the bonds platonic.

Living with a gay husband is usually unchartered territory for the wife. She is confused, unsure of where to find resources, and often feels disconnected from family and friends for fear of exposing her husband’s secret. Her sense of loyalty often works against her own need for support. Unless she’s angry, going public usually isn’t an option.

Are women to blame for staying married to a gay husband? An honest look at the relationship would find it mutually beneficial in one way or another. It was, or at least became, a marriage of convenience. Cloaked in religious ideologies, mixed marriages can become the flagship of obedience to God, relieving both spouses of the responsibilities to face their own realities.

What is certain is that most mixed-orientation marriages are unstable at best. Statistically, at some point, one spouse will want to end the marriage and move on. Sooner or later, the wife will be forced to face her own reality, and must be ready to answer the question, why did I stay for so long?

Previously Published on Huffington Post

gayglobeus @ April 14, 2017

Prison Break’s New Bad Guy Is Gay, Muslim, and a Force for Good in Hollywood

Posted in: Spot / International News Wire | Comments Off on Prison Break’s New Bad Guy Is Gay, Muslim, and a Force for Good in Hollywood

advocate
Amin El Gamal

Amin El Gamal portrays one of the main villains in Prison Break: Sequel, the rebooted Fox drama starring Wentworth Miller.

Like Miller, El Gamal is an out actor of color. An Arab-American, he is Muslim and gay, and also an ardent activist for intersectional concerns. He is an ally of Black Lives Matter, a volunteer with the International Rescue Committee, and the founder of a support group for LGBT Muslims.

In an interview with The Advocate, El Gamal discussed how he is both excited and “sort of nervous” regarding the public reaction to his latest part — an antagonist named Cyclops with possible ties to terrorism and ISIS. In today’s political climate, when Muslims are being demonized and deported, El Gamal is acutely aware of the impact that depictions on broadcast television can have on a marginalized community.

However, the 31-year-old actor also acknowledged how his visibility matters, in an industry where the glass closet persists and there is a deficit of complex representations for Arab characters. And it helps to have a lead like Miller. The leading man broke new ground when he came out in 2013, in a letter to a film festival in Russia condemning the country’s antigay legislation. The moment was an important one for El Gamal.

“I remember feeling very grateful because I always thought of Prison Break as a sort of ‘masc’ action adventure sort of show,” El Gamal said. “To have someone come out who headlined that sort of world, to come out was really powerful. It really showed that gay actors can do anything.”

Miller provided more than just a role model. When El Gamal joined the cast of Prison Break: Sequel, he discovered how much it mattered to have other out actors on set, in part due to the material and environment. Filmed in Vancouver and North Africa, the reboot now focuses on an escape from a facility in Yemen — and a storyline involves the detention of a queer character.

“Especially in some of the harsh and violent situations and environments that we were in, it just felt very comforting to have someone who was there who was like, I see you, I understand your concern,” El Gamal said.

Miller, along with another gay actor on set, Augustus Prew — “so rare, especially on a broadcast show” — helped El Gamal give complexity and heart to a character who might have been monstrous. In discussions, the trio mapped out a backstory for the character, which gave El Gamal an “in” to the villain. In their reasoning, the character was bullied in the past, and he was out to “prove my masculinity.” This history allowed him to connect with his part in ways he hadn’t anticipated.

“I really feel my character was a lot about toxic masculinity, and I didn’t actually see that until I discussed certain aspects of it with Wentworth,” said El Gamal, adding that it added new perspective to his work. “In a way, this is a bit radical, the way that I was cast.”

“As an actor, you kind of learn that it’s never really a good idea to start from a place other than who you are,” El Gamal said. “It doesn’t mean that I can’t play a character that’s not gay. But I think going from my own experiences and using my imagination to build on that makes for a much more compelling character.”

Prison Breakx750

El Gamal came out in college — but he said his sexual orientation was “pretty clear to everyone who knew me,” even in his early years. He recounted stories of dressing up like Disney princesses in preschool — and thanked his mother for supporting him, by providing him with the Little Mermaid’s “clamshell bra” as well as license “to perform and to explore my gender.”

“There’s actually a home video where I’m wearing pearls and I introduce myself to my class as Cinderella,” he said with a laugh. “I point to this guy across the room, and I’m like, And that’s my prince! Everyone is horrified, but I just didn’t care.”

His father was less tolerant of his childhood cross-dressing. Like King Triton, he destroyed and threw away his child’s “knick-knacks aplenty,” including a prized Little Mermaid wig. But that didn’t end El Gamal’s interest in queer culture. After age 5, he developed an obsession with Judy Garland, seeing all her films and learned to lip-synch to all of her songs. He stressed it was not a camp magnetism that drew him to the Wizard of Oz star and gay icon. It was pure admiration of her talent.

“It was authenticity and vulnerability that she accessed so easily in performances. And I think to this day, I’ve learned a lot from that,” he said.

His parents, immigrants from Egypt, both struggled initially with their son’s sexuality. After El Gamal came out his sophomore year at Stanford University, he worried that his family would stop paying for his schooling or cut off communication. On a trip to Egypt, his father forbade him to wear “gay” clothes.

“I basically was playing a role as a straight son for three weeks, and that was very strange,” said El Gamal, who said that since then, he’s seen his parents make great progress in acceptance.

“Time has healed a lot of it. I think he’s evolved in his thinking,” he said of his father. “I’ve helped educate them. So I have to give them credit. My mom very quickly became an ally, and my dad’s having a hard time, but he’s getting there.”

El Gamal acknowledged that time and location were on his side, remarking how his own narrative mirrored the change in the country’s attitudes toward LGBT people.

“I was lucky that as my parents were sort of coming to terms with it, the whole country was beginning to pass legislation that was more pro-LGBT,” he said. “Who knows if that’s gonna change, with what’s going on now. But I felt like the popular opinion was shifting in the same time I was coming out. So I was really privileged for that. I was privileged because I grew up in the Bay Area as well, which is a very safe place for LGBT people.”

The experience shaped his views on coming out as well as the responsibility for others to do so.

“I used to think that everyone needed to come out and they were cowardly if they didn’t, and it was the political statement that everyone needed to make,” he said. “But as I’ve learned about different people’s experiences, especially in different countries and different cultures, I’m beginning to learn that it is a matter of privilege. And [it’s] a duty you have if you are privileged enough to do it.”

As an actor, El Gamal has never been closeted. He saw what could happen if he chose to be firsthand, when he dated an older actor as a graduate student at the University of Southern California.

“I saw the burden of that choice on him, even though he’s not in the spotlight as much now,” he said. “And I sort of made a decision that I just didn’t want that.”

“If I can’t be true to who I am and set an example for other queer kids who come from an Arab background, what’s the point?” El Gamal asked. “What’s the point in me being a public figure and trying to be authentic and entertain people if I can’t try to change things a bit?”

“I had a really hard time, because I didn’t see representations of people like me that were positive, let alone LGBT representation of people of color,” he continued. “And I really hated myself for a long time, and I think part of it is, if I can change a little bit of that for a period of time, I would love to. If Hollywood’s gonna say they’re not ready for me, I guess I’ll do something else.”

El Gamal has been an actor for five years — and he’s working. His résumé includes parts in The Newsroom, Shameless, Transparent, and The Librarians. However, he noted how “really tricky” the parts in Hollywood available to LGBT people of color can be.

“I don’t think I found the role that’s going to be one of my defining roles yet. I think I’m still looking for that. And it is a difficult task,” he said, adding, “To be completely frank, I think I’m going to have to start writing them. I’m not sure that they’re just going to appear.”

The obstacles are many. He’s had to address “homophobic microaggressions” with former representatives, who would ask questions like “Did you butch it up enough?” after auditions. The roles themselves are problematic, trending toward a combination of terrorists and child molesters.

“So, wait, you can’t see me playing this completely asexual character, but all of a sudden, I’m a child molester? There’s a lot of weird BS to sift through,” he said of the Hollywood casting game.

He pointed to Issa Rae, the creator of HBO’s Insecure and a former classmate from Stanford, as a possibility model for what he hopes to achieve for LGBT people of Muslim background. As a creator, he could also work to better merge his acting and his activism, which he sees as two sides of the same coin.

“I’m not her by any means at all, but I’m really inspired by her work to create something that is more authentically me, and at the same time, serving an audience that hasn’t really been served,” he said.

As an activist, he has been “very moved” to witness the historic demonstrations that have occurred since Donald Trump took office. In particular, the airport protests hit home, as they showed intersectional support for Muslim people, the likes of which El Gamal had never before seen in the U.S. — including from Muslims.

“From my experience, Arab-Americans do not want to be politically engaged or vocal or rock the vote,” he said, adding, “They want to play it safe and toe the line so that they can continue making a living.”

“There’s always this idea of, Don’t speak out, don’t take any risks. We’ll just carry the burden of whatever discrimination we’re facing, and be silent about it,” he said. “So it’s exciting for me to see especially first-generation people like me beginning to go into politics or beginning to speak out in more radical ways and going and being visible.”

El Gamal also hopes Hollywood will take more responsibility with its depictions and recognize some of its complicity in creating a culture of Islamophobia.

“Hollywood has really spun a lot of the narrative on how Americans view Arab and Muslim people. And that has in some ways paved the way for legislation like the executive order” on immigration, he said. “So to see some people who are probably perpetuating this going out and marching is a little bit ironic, but I think I’m optimistic enough to believe that people are becoming more aware of these issues and that a change will happen in terms of content.”

“Hopefully that means we’ll be able to have a few more Muslim or Arab Americans in writers’ rooms and as execs who make decisions, because it’s kind of hard to get those characters right unless you have someone at top who can help guide the process.”

El Gamal finds the tactics of the Trump admistration, which has used homophobia as a justication for its ban on travelers from predominantly Muslim nations, “horrifying.” He called it “pinkwashing” and “a trap to try to divide and conquer” different vulnerable communities.

“Yeah, there’s homophobia in the Middle East. There’s homophobia here also,” he said. “I think we should all be very, as a gay community, be very in tune with that sort of thing and speak out against it. I don’t think we should fall for that.”

El Gamal has a message to LGBT people who are Islamophobic.

“Hate is hate — it just finds different ways to disguise and justify itself,” he said. “So to me, hating an entire religion because of the actions of a few is the same as hating all queer people. It’s the same hate. It also denies the intersectionality of identity, like there are Muslims who are also queer and also black. That complicates the narrative of Islamophobia quite a bit, right?”

Initially, El Gamal questioned whether he should take the part in Prison Break: Sequel, due to his fears that America would once again see that “the bad guys are brown, screaming, with guns.” But El Gamal, after reviewing the material, appreciated how it complicated the narrative.

“I think some people will roll their eyes when they see the setting of the new Prison Break, but they also do some things that we haven’t seen before,” he said. “There’s a Muslim Arab woman who is one of the leads and who is a good guy. One of the characters that everyone loves has converted to Islam from the original Prison Break, and he is kicking ass as a good guy. There’s LGBT [representation] — an LGBT Arab character. Not all the Arab characters are good or bad. They’re not all saintly or evil. There’s some complexity in the characters.”

“At the end of the day … there’s a queer Arab-American Muslim actor playing a major role on a broadcast show,” El Gamal declared of Cyclops. “I don’t know if that’s ever happened! It’s a big step.”

gayglobeus @ April 14, 2017

Kids Don’t Seem To Have Any Issues With Gay Marriage

Posted in: Spot / International News Wire | Comments Off on Kids Don’t Seem To Have Any Issues With Gay Marriage

Huffington Post Canada

When it comes to gay marriage, it looks like only some adults tend to be up in arms about it, because most kids don’t really seem to care.

“It’s something that everybody should be able to accept,” Althina, 11, says. “Because what people do in their private lives is their business — and we shouldn’t be judging people.”

And the others who were interviewed by Zoom.in Studio tend to agree.

Theo, 10, thinks gay couples should be able to live their lives in wedded bliss without the judgement and criticism of others. While Imre, 12, has a more enthusiastic message for same-sex pairs — specifically lesbians.

“You go! You go, girl — you go!” he declares. “It’s your life, go make something awesome out of it!”

gay parents

One tween in particular named Tilly is clearly sick of the debate altogether, and it looks like she just wants everyone to shut up about it.

“There’s nothing wrong with it at all, that’s just the way they are,” the 12 year old says. “Some people are straight and some people are gay, and that’s just how it is.”

The girl’s got a point!

gayglobeus @ April 14, 2017

Osaka the first city in Japan to certify gay couple as foster parents

Posted in: Spot / International News Wire | Comments Off on Osaka the first city in Japan to certify gay couple as foster parents

The Japan Times

The city of Osaka has officially recognized a same-sex couple as foster parents, becoming the first municipality in the nation to do so, according to municipal and central government officials.

The city government formally recognized two men in their 30s and 40s as foster parents of a teenage boy who has been under their care since February. The couple asked to remain anonymous.

The Health, Labor and Welfare Ministry said Wednesday there is “no precedent” for a same-sex couple being certified as foster parents.

The city granted the their request to become guardians after determining they understood the foster care system and had the financial wherewithal to raise a child.

Support has been growing for protecting the rights of lesbian, gay, bisexual and transgender people, and municipal governments are gradually recognizing same-sex partnerships as equivalent to marriage.

Traditionally, only married couples or individuals are allowed to become foster parents. Members of the LGBT community have been eligible to foster children, but only as individuals.

“I am happy we became foster parents (and recognized) as a single household, not just as individuals,” the older of the two men said, adding the boy is now “living a comfortable life as he talks about his school and friends.”

The man said he thought it is important for a child to “have an adult who gives affection on a one-on-one level and affirms his or her presence.”

It has been about two months since the couple started acting as the boy’s foster parents. He goes to school every day from home and receives home-cooked meals when he returns, the man said.

“The boy may feel puzzled to live with people who were not with him when he was in an early age,” he said. “But we hope to become the ones who think of him first and can be relied on when he is in need.”

Previously, a female couple in the Kanto region were recognized as eligible to become foster parents, but only individually. They raised the one child together after each was granted custody.

The gay couple from Osaka consulted the city’s child consultation center in autumn 2015 about becoming foster parents.

They attended lectures, training and reviews by the center, as well as screening by the city’s social welfare panel. The couple was officially recognized on Dec. 22, 2016, as foster parents with guardianship of a child under 18.

There is no law excluding same-sex couples from being foster parents. But as of March 1, 2015, the 3,704 foster homes nationwide comprised 3,216 married couples and 488 single-parent households, government data shows.

Compared with other countries where it is more commonplace to see gay and lesbian couples fostering children, Japan lags because many LGBT applicants are turned away at the door.

A support group for same-sex couples welcomed Osaka’s decision and called for creating an environment where anyone can become foster parents if they can raise children with affection.

As of March 2016, there were about 45,000 neglected or physically abused children in need of foster care, according to the welfare ministry.

The central government also set up a “family homes” program in 2009 where children live in small group homes with multiple foster carers. While the government recommends raising children in a homelike environment, only 17.5 percent children in need of homes were able to do so as of March 2016, compared with 30 percent to 70 percent in the United States and major European countries in 2002.

“The places that can accept children will increase if there are various types of foster parents, and not just male-female couples,” said Megumi Fuji, who heads Rainbow Foster Care, which supports allowing same-sex couples to become foster parents.

According to Fuji, many same-sex couples looking to become prospective parents have been rejected by public authorities. They are told, “Children will never be fostered” by same-sex couples or “couples of friends are not accepted.”

“It is very small-minded to think that only couples of men and women can realize an ideal family,” Fuji said. “Whether they have an aptitude for raising children is important.”

gayglobeus @ April 14, 2017

The Gay Sensibility Travels ‘Gently Down the Stream’

Posted in: Spot / International News Wire | Comments Off on The Gay Sensibility Travels ‘Gently Down the Stream’

American Theatre

Gabriel Ebert and Harvey Fierstein y Martin Sherman Directed by Sean Mathias Featuring Gabriel Ebert, Harvey Fierstein and Christopher Sears Scenic Design: Derek McLane Costume Design: Michael Krass Lighting Design: Peter Kaczorowski Sound Design: Rob Milburn & Michael Bodeen

The Gay Sensibility Travels ‘Gently Down the Stream’

Martin Sherman’s new play takes stock of a generational shift in attitudes as disorienting as it is heartening.Harvey Fierstein starring a Martin Sherman play? The historic pairing of the authors of Torch Song Trilogy and Bent in Sherman’s new play Gently Down the Stream (at New York’s Public Theater though May 14) would seem to sit somewhere between unlikely bedfellows and match made in gay heaven, between “wha?” and “of course!”

That’s just in theory, of course. In practice, holding centerstage for nearly the entirety of Sherman’s intergenerational gay romance/cultural history, Fierstein—opposite the versatile and soulful Gabriel Ebert—brings his unique brand of raspy, rumpled gravitas to a role that might have been tailored not only to his talents but to his history as a gay icon.

Indeed, whether it was in fact made to order is the first question I asked when I met recently with Sherman, an American playwright who’s been based in London for most of his career, and British director Sean Mathias, the English director who memorably helmed a 1990 revival of Bent and its 1997 film version.

It’s a lovely play—bittersweet, I’d call it. My big question is, was it conceived with Harvey in mind? Because it seems to me that it’s in dialogue with his work and his life, and other figures his character cites: Larry Kramer, Judy Peabody, and so on.

Martin Sherman. (Photo by Walter Kurtz)

Martin Sherman: No, absolutely not. I don’t do that. I don’t write with actors in mind. It was Sean’s idea—the irony being that Harvey and I have known each other for decades, and Sean met Harvey but didn’t really know him. But it was totally Sean’s idea.

So tell me about that, Sean.
Sean Mathias: It was just an idea, and Harvey loved the play and said yes. I guess for all the reasons you say that make it seem obvious after the event—I guess that’s why I thought of him. Writing a play about such a political and spiritual gay landscape, and having a figure who’s lived in a particularly gay landscape and written about it himself, it seemed to me it made sense. It fit.

Let me step back a second. Is Harvey’s character, Beau, an American cocktail pianist living in London, based on anyone in particular? I ask because there are so many historical figures cited.
Sherman: Yeah, there are a lot of real characters mentioned, but the fictional characters are fictional. Any character you write is usually based on bits and pieces of people you know. But he’s not based on anyone.

It’s funny, my predecessor at American Theatre, Jim O’Quinn—I don’t know if you ever met him—is, like Beau, a gay man from New Orleans who is a pianist, and roughly of the same generation. But he never played for Mabel Mercer.
Sherman: He should come and see this!

Sean Mathias.

Mathias: There’s another factor. When they asked me to direct it, I said I really wanted to start it in New York, and I was much more keen to do it with an American actor creating Beau, because I felt like British actors, as wonderful as they would be in this, it would be in some sense an impersonation. I wanted that language that Martin has written, those cadences and rhythms, which are so delicious and specific—I just thought it would be great for an American to do this. So that was behind it.
Sherman: And the moment Sean said “Harvey,” it just clicked. It just made complete sense.

Another great fit for Harvey is that the play alternates between scenes and monologues, in which Beau ties his personal romantic biography to the arc of gay history. Can you tell me about your decision to have him just sit and talk?
Sherman: Well, those are never decisions. There’s the logic of the play, and you follow that. You’re inspired, actually—and what’s called inspiration is a combination of some strange sort of creative juice and practicality. The play has its own requirements. If you’re ready to write the play—and very often you’re not, and then you’re gonna write junk—but if you’re ready to write the play, it kind of tells you where it wants to go and how it has to be. And so suddenly you realize it’s monologue. In that sense it’s organic.

The play has a lot to say about what’s gained and what’s been lost with the advance of gay rights. Do you feel this push-pull—that a certain kind of gay culture is in endangered, even as there’s a blossoming of open gay flourishing that you may not have dared to imagine when you were younger?
Sherman: Well, that’s very complicated. First of all, the important thing is that things are so much better than they were. That’s the overriding consideration.
Mathias: We’re legal. If we’ve lost some things culturally, we’ve gained the law on our side. To be equal is extraordinary.
Sherman: And I’m not sure that much has been lost culturally. People might not be cruising down on the docks, but they’re cruising the Internet. So you just substitute the word “surfing” for “cruising.” And there still are within gay life elements of an outlaw culture that is not a positive thing, like massive drug use.

Crystal meth, right.
Sherman: So it’s complicated. But I think the overall thing is that I don’t think that any oppressed minority has ever had such a huge sea change in such a short time—in the West. That last bit always has to be underlined, because there are large parts of the world where being gay makes your life a total and complete nightmare, if you have a life. It’s criminal. You can be killed for it. So one always has to emphasize that one is talking about a narrow portion of the world, and this play is about a narrow portion of the world. But it’s the portion that I know and have grown up in.

“We will be citizens,” as Angels in America puts it. That’s something you can claim now that you couldn’t quite before. That makes a difference.
Sherman: Yeah. And I hear parents talking about their children, how their kids are just totally accepting of the existence of gays in culture and gay marriage.
Mathias: In the more liberal parts of our countries. But there is still a lot of homophobia in our countries. While there’s been a shift, not enough has changed.
Sherman: Yes, there’s still homophobia, but I think some of this open attitude has seeped down even to areas of the country that are not blatantly liberal.

Sean Mathias and Martin Sherman in rehearsal for “Gently Down the Stream” at the Public Theater. (Photo by Joan Marcus)

One thing I’ve heard some people talk about is the fear that what’s endangered, with the mainstreaming of gay culture, is a certain gay sensibility. Not to be too essentialist about it, but is there a gay sensibility—a way of looking at the world—that is radically changing, or being left behind?
Mathias: I wish I knew what a gay sensibility is, if I could even represent it.
Sherman: I think years ago a gay sensibility was predicated on being an outsider. I don’t know how much that’s changed, or will change.

 

As with any culture that’s formed in response to oppression, liberation doesn’t necessarily erase it. Like Mabel Mercer—what she meant to a certain generation of gay men may not be the same, but that takes nothing away from her greatness.
Sherman: Absolutely. And the one character, Rufus, the younger man, is obsessed with that.

Going back to Harvey: Once you had him on board, did you change anything with him in mind? He surely knows firsthand many of touchstones you have him talking about. Did he have lots of thoughts about it?
Sherman: Well, of course he had lots of thoughts about it.
Mathias: Are you insane?
Sherman: But he had, you know, an actor’s thoughts.
Mathias: Martin made changes, but it’s a new play.
Sherman: They were the kind of changes you make with any play.

I always wonder—like, when I see Joe Mantello in a production by Sam Gold, I wonder, Is he secretly directing? But Harvey’s not secretly writing?
Sherman: No.

Well, it’s a tribute to both of you that if feels like it was written for him.
Sherman: You must realize, though it’s great that you say that, he’s never played a role like this. The man is a Southern gentleman. It’s new territory in many ways for Harvey.
Mathias: The character goes to Paris, he lives in London. Harvey doesn’t leave New York.

The bit where you describe the New Orleans accent as being a bit Southern with a trace of Brooklyn—I’ve never noticed that, do you think it’s true?
Sherman: It’s true! The first time I was ever in New Orleans, I couldn’t believe the way people were talking. It was so weird. It has a strange New York accent to it. Where does that come from? I did some research and I still don’t know the genesis of it, but it is a Southern accent that has what sounds like a little Brooklyn in it. It’s not like any other accent in the South.

Martin, I remember you telling me that As Time Goes By was the play that inspired Bent with a mention of pink triangles, and that it depicted different ages in gay history, including the Holocaust and Stonewall. I wrote in a piece about Bent that if they were going to add a chapter to that play now, it would be about how we’ve achieved marriage equality, but there’s still more ground to cover. Basically you’ve written that play.
Sherman: As Time Goes By was written with Gay Sweatshop, which was founded because they wanted to address an imbalance at the time, which was that whenever there were gay characters in plays, in England, but here too—there rarely were gay characters, but if there were, they were unpleasant; they were suicidal. Gay Sweatshop wanted to change that, and they wanted to get it to a point where gay writers could write totally out of their own sensibility—it didn’t even have to be about gay characters—the way straight writers could do. Gay Sweatshop dissolved because their aims were achieved. Now gay writing is just a part of theatre.

Right, they were a victim of their own success. This is a question about culturally specific theatres in the U.S. too. There’s an argument that yes, we still do need to nurture new writers of a certain sensibility and not lose track of that mission—whether or not it’s to redress a massive imbalance anymore. This is a question the Celebration Theatre in Los Angeles, which is one I know pretty well, has wrestled with.
Sherman: Did they just do The Boy from Oz?

I think so.
Mathias: They owe you money?
Sherman: No, I got it.

The question is, as gay stories have become mainstreamed, do you need your own theatre to develop them?
Mathias: Well, this is a gay play, isn’t it? I’m directing my first gay play in years; I don’t know if I’ve directed a gay play since Bent. There were some gay characters along the way.
Sherman: You directed Cocteau [Les parents terribles].
Mathias: Well, Cocteau was gay, but none of the characters were. Rachel Weisz always used to quote me, that when I first started having success I used to say, “I don’t want to hang in a gay art gallery. My work is my work.” As a young man I would say that. I just remembered it now. Now I wouldn’t mind hanging in any gallery, I guess.

gayglobeus @ April 14, 2017

Eric Alva shares story of being gay, a Marine, and changing history

Posted in: Spot / International News Wire | Comments Off on Eric Alva shares story of being gay, a Marine, and changing history

Harvard Gazette

Gay Marine helps change history

As first American injured in Iraq, Eric Alva addresses other issues

FAS Diversity Dialogue: Overcoming obstacles: Managing complex intersectionality

He was the first American injured in the Iraq War, hit by an exploding land mine that broke his left leg, caused long-term nerve damage in his right hand, and so severely impacted his right leg that it had to be amputated to save his life. He had been in Iraq for only three hours.

While those injuries were severe, they were not the only things tormenting Marine Eric Alva while he served his country. As a gay man, had his sexuality been known, he would have been discharged from the Marines.

Alva was the final of three speakers for the academic year’s last Faculty of Arts and Sciences Diversity Dialogues, “Overcoming Obstacles: Managing Complex Intersectionality.”

“It’s an interesting story, the intersectionality of my life,” said the retired staff sergeant. “I am a gay man. I am a United States Marine. … I am also disabled and I am also Hispanic.”

Alva decided he wanted to join the Marines while he was still in high school. After graduation, he went to the local recruiters’ office. At 5-foot-1 and only 90 pounds, he said the Marine recruiters “laughed at me and told me ‘the Air Force is down the hall.’” That was frustrating, he admitted, “being told ‘we don’t want you.’” But he persisted and finally got into the Corps in 1990, a year after graduating from high school.

After he returned from Iraq Alva received enormous media attention. He was featured on “The Oprah Winfrey Show” and in People magazine during his recovery and even as he took his first steps a year after his injury. With the notoriety came “invitations,” he said. Being a part of a Hispanic family, his parents would get inquiries from friends. “’Eric is still going to live a full life. He’s still going to get married. He’s still going to have kids.’

“Of course, my parents already knew I was gay,” he said.

But most people outside the immediate family did not, and Alva went to great lengths to keep it that way, even buying a framed picture of a woman for his nightstand. Friends would ask who she was and he would make up a name. But, he said jokingly, they could not understand why he had films like “Beaches,” “Terms of Endearment,” and “Joy Luck Club” on his shelf.

Alva said he finally came out when Texas, his home state, passed a constitutional amendment banning same-sex marriage. He said he did not think the negative rhetoric surrounding the issue applied to him. “I turned a cheek and said that does not apply to me, but I was wrong.”

Later, as he heard others refer to “those people” as diseased and promiscuous, “it started to eat me up, because it’s like, ‘They’re talking about you, Eric,’” he said. With that, in 2006, Alva decided to do something. He called the Human Rights Campaign (HRC). Its leaders wanted him to work with Congress, including Massachusetts Rep. Martin Meehan, who introduced the Military Readiness Enhancement Act, designed to repeal Don’t Ask, Don’t Tell.

Alva said it was his military oath that made him decide to testify before Congress. “At 19, when I took that oath to defend this country against all enemies foreign and domestic, it meant every single walk of life. That meant every individual, whether male or female, young or old, whether gay or straight, whether black or white, whether Hispanic, whether able-bodied, disabled. … Those rights don’t belong to just the selected few,” he said.

Americans must move past irrational fears, Alva said. “We’re seeing change and it’s for the better good of society, the better good of furthering our ability to intersect with each other and to make sure that people are treated with dignity.” As for the next steps, he said, “I think it’s great to have these sessions, it’s wonderful for people to uncover, to share their experiences. The more we tell these stories, the more we learn about each other, the more tolerant we become.

“We need to change hearts and minds,” he concluded.

Following the talk, Cammi Valdez, assistant director in the Harvard College Office of Undergraduate Research and Fellowships, said Alva “did a phenomenal job of showing how intersectionality has been important in his career and ways that his narrative and perspective has made a difference in policy. I left this FAS Diversity Dialogue feeling inspired and ready to insert intersectionality into the forefront of my work.”

Chris Serwacki, assistant director of University-wide Alumni Engagement and Events, Harvard Alumni Association, added, “Eric Alva was a wonderful capstone to a year of intersectionality. His inspirational tale of overcoming tragedy, accepting his disability and himself, and using these to help challenge and change the laws for the LGTBQ community in the military really spoke to me, and many others in attendance.”

The Diversity Dialogue was offered in partnership by the FAS Dean’s Office, FAS Human Resources, and the FAS Office of Diversity Relations and Communications.

gayglobeus @ April 14, 2017

Playing Cupid for a Gay Friend on a (Mostly) Straight Cruise

Posted in: Spot / International News Wire | Comments Off on Playing Cupid for a Gay Friend on a (Mostly) Straight Cruise

New York Times

“Leather jacket at 5 o’clock,” my friend John whispered. I scanned the room and located the young man in a sleekly fitted jacket. Amid the 2,000-odd crowd of passengers waiting to board the Queen Mary 2 at Southampton, England, heading to New York, it’s not hard to spot those of eligible age for our kind of “cruising,” which happens more often in clubs or on Grindr than aboard luxury ocean vessels. One has only to scan for heads without white hair, as John wasn’t in the market for a tryst with someone twice his age.

“Definitely gay,” I agreed. We watched him turn to an older man seated beside him. “Is that his dad,” I wondered.

“Or his daddy?” John asked.

During our 40-minute wait, we spotted a handsome young couple with tidy haircuts and matching suits, a gaggle of bearded men whose American voices rang boisterously over the sea of seniors, and a towering Clark Kent look-alike accompanied by a man thrice his age.

“Daddy,” we whispered in unison.

No one takes the Queen Mary 2, or QM2 as it’s known, to get lucky, unless it’s in the casino. John is a regular on cruises by virtue of both a plane phobia and a book he is researching in Greece. Most passengers, however, take the QM2 to revel in the 151,000-ton homage to an antiquated ideal of British luxury. People take the Queen Mary to be served by Eastern European waiters in white gloves, Filipino stewards who hover in the stateroom corridors, British performers with feathered headdresses, and “dance hosts” hired to steer the many eager dowagers around the ballroom. (The hierarchy of the crew on the QM2 is clearly delineated by nationality.) But that doesn’t mean it’s impossible to cruise more than the King’s Buffet on the famous luxury ocean liner. And I would prove it by playing Cupid for my friend, whose Midwestern home base is less than a thriving metropolis of gay culture.

The seeds of my mission had sprouted when, during his last voyage, I received an S O S email from John: He was eating meals alone in his cabin, had been the sole attendant at an L.G.B.T. cocktail hour and had barely spoken to anyone in five days. This was not a total shock — he often faces social anxiety. But he’s also an influential writer, extremely handsome and one of the kindest people I know.

When I was 9, my entire family had crossed the Atlantic on my father’s cargo ship, and I had just finished writing a book that described it, along with my last passionate love affair. If anyone could help John, I could. A true extrovert, I also manage to fall a little bit in love everywhere I go. This mixed gift is the reason I was on a six-month stint of voluntary celibacy. I had been in consecutive monogamous relationships since the age of 15, the most recent of which had been catastrophic enough to write this new book about, and to inspire the much-needed hiatus.

“I’ve 86ed myself,” I explained as we boarded. “But, by God, I’m going to get you some action on this boat.”

“Let’s hope you don’t get seasick,” he said, trundling up the gangway.

It was hard to imagine the inside of a ship as a luxury hotel until I saw the six-story Grand Lobby atrium with its 22-foot bronze relief mural of the ship itself, Art Deco chandelier and white grand piano. If ships are female, the QM2 is the biggest, baddest drag queen — the RuPaul of sea vessels.

It was quite a contrast to the memory of my father’s ship. The Leslie Lykes carried only 50 people, mostly crew members, and was the length of two Statues of Liberty laid torch to toe. The QM2 is far longer — a bit more than a horizontal Chrysler Building. Yet when I stepped out onto the deck, the briny wind whipping my hair, I felt the same spark of excitement in my chest.

Of the seven restaurants on the QM2, Britannia, which seats 1,347 and serves twice nightly, is the most popular. Formal nights are for evening gowns and tuxedos; and after 6 p.m., shorts are “not considered appropriate within the ship.” Luckily, I was one of those rare Sapphic feminists who looked forward as a girl to dressing like Barbie in adulthood.

John was wary. Attendance at our L.G.B.T. cocktail hour — coyly called Friends of Dorothy — had been poor. On his previous voyage, one of John’s dining tablemates had given an impromptu lecture about the dress code, fuming at how a single person wearing shorts in the dining room “just ruins it for the rest of us.”

“Just like gay marriage,” John had quipped.

“Hear, hear!” the man agreed.

As we approached our table at the Britannia, I saw three gray heads and one bald. While two of our tablemates readily cracked some wry jokes, the other two left much to be desired in the realm of dinner conversation. At best, it was a stilted gathering punctuated by starch-based courses and interludes of excruciating awkwardness.

Three hours later, John and I (both meticulously healthy eaters) shoveled salad into our faces upstairs at the King’s Buffet. “I’ve never stuck with a dud table like this before,” he said. “But I’ll do it for you.” Once I started laughing I couldn’t stop.

We headed to the ballroom, where we spotted Leather Jacket seated with a large group. On the dance floor one man stood out for his relative youth and perfectly tailored suit. As the song finished, he pecked his partner on the cheek and threw his head back in laughter.

“Gay,” I whispered, sotto voce.

The adjacent disco was virtually empty. Several nearby video monitors played a live feed of the dance floor, where a few of the bearded gay men boogied to a Rihanna cover. John would rather have died than join them. “Do you think Cunard allows dancehall?” I asked him.

I woke up the next morning rolling around the bed that occupied most of my windowless room, the foremost cabin on the ship. Nauseated and disoriented, I groped for a light switch. As my father later explained, windowless cabins and those at the fore of the ship are the worst for seasickness.

“How are you feeling, sea captain’s daughter?” John asked when I staggered out of my room for our Flying Solo singles event in the disco, where attendees formed a circle that included 20 elderly women and the dance hosts, who were far from the dashing gigolos I had imagined. I begged one for some ballroom gossip.

“Well,” he finally conceded, lowering his voice. “We have to make sure everybody,” he glanced around the circle of women, “gets the same. Otherwise, there are complaints.”

“Gay,” I whispered to John after he left. Spotting the beautiful dancer I had last seen in the ballroom, I waved him over as John blushed. David was from Philadelphia but spoke with a British inflection. “What do you do in Philly?” I asked him.

“I’m focusing on my charity work.” He toyed with a pearl choker around his neck and then wandered off.

At the afternoon dance lesson, I navigated us toward Leather Jacket and his sister on the lurching dance floor. I struck up a conversation, and Leather Jacket explained that he and his father had been enjoying golf on the upper deck. (It turned out Leather Jacket was traveling with his entire family.)

“Sold!” I said, though neither John nor I had ever held a golf club.

We found a crowd of men crammed in front of a simulator screen. They drove the balls against the cartoon green, each thud met with a chorus of awe or chagrin. When the last gentleman finished, the crew member pointed at me.

The whole cast began clapping and I had no choice but to step up to the tee, where I whiffed twice and retired with the lowest score on the board. John had no choice but to follow, blushing furiously as he approached the tee.

“You just have to beat the missis!” someone shouted. He didn’t.

I headed down to work out. As I was finishing, the floor tilted drastically starboard. I ran into a bathroom. When I emerged, John was waiting outside.

“Let’s go get you some medicine, sea captain’s daughter,” he said.

The last night in the disco was lively, despite the empty dance floor. The most handsome of the bearded gay men sidled up to us at the bar. He ordered a shot, batted his eyes at John and recounted the Botox injections he had been talked into at the spa. “This is the most expensive vacation ever,” he said.

I agreed. And I wasn’t going to fork over thousands for a trip that didn’t include my kind of dancing. I begged the D.J. to play some dancehall.

The cute bearded man whispered: “Your friend is adorable. I’d love to get him alone on the dance floor.” I didn’t tell him that dancing — as well as facial hair and Botox — was a deal breaker for John.

When the opening notes of the latest Sean Paul hit sounded, I handed John my stilettos and stepped onto the empty stage. When I hiked my gown to mid-thigh and dropped it low — a floor-sweeping move more familiar in the lesbian clubs I frequent in New York than on any cruise ship — the older folks gaped for only a few moments before my people rushed the danced floor.

When we arrived in Red Hook the next morning, I nearly kissed the Brooklyn sidewalk. Although I didn’t find anyone for John, I had a fabulous time. At the taxi stand, John and I shared a fierce hug. Before his cab pulled away, his head popped back out of the open window. “Love you!” he called. I blew him a kiss and headed home.

gayglobeus @ April 14, 2017

Spy report that criticised Marlowe for ‘gay Christ’ claim is revealed online

Posted in: Spot / International News Wire | Comments Off on Spy report that criticised Marlowe for ‘gay Christ’ claim is revealed online

theguardian

British Library releases ‘Baines note’ in which playwright Christopher Marlowe scandalously suggests Christian communion should be smoked in a pipe

 ‘Monstrous opinions’ … Christopher Marlowe.
‘Monstrous opinions’ … Christopher Marlowe. Photograph: Alamy

A controversial document in which the playwright Christopher Marlowereportedly declared that Christ was gay, that the only purpose of religion was to intimidate people, and that “all they that love not tobacco and boys were fools” is to go on show online for the first time.

The so-called “Baines note”, a star item in the British Library’s Renaissance manuscript collection, offers tantalising evidence about the private life of Marlowe, one of the most scandalous and magnetic figures of the Elizabeth period.

Compiled in May 1593 by the police informant and part-time spy Richard Baines, it claims to record a conversation between the two men in which the playwright airs a long list of what Baines describes as “monstrous opinions”.

Among them, Marlowe casts doubt on the existence of God, claims that the New Testament was so “filthily written” that he himself could do a better job, and makes the eyebrow-raising assertion that the Christian communion would be more satisfying if it were smoked “in a tobacco pipe”.

The Baines note, containing accusations against Christopher Marlowe.
The Baines note, containing accusations against Christopher Marlowe. Photograph: The British Library Board

Baines added a personal note, apparently aimed at watching government officials: “All men in Christianity ought to endeavour that the mouth of so dangerous a member may be stopped.” A few days later, Marlowe was stabbed to death in Deptford, south London, in circumstances still regarded as suspicious.

The document has been in the collection at the British Library since its founding in 1753 and has often been consulted by scholars, but this is the first time the public will be able to examine it in detail.

Curator Andrea Varney told the Guardian: “There’s nothing quite like being able to look at the real thing, and this will let students and readers from all over the world get close to Baines’s original report. The manuscript itself is over 400 years old and fragile, so digitisation really helps.”

The document and accompanying transcript are being made public in the latest phase of the British Library’s Discovering Literature project, aimed at students, teachers and the general public. Some 2,000 documents are now online, accompanied by 370 background essays and other resources. Four million visitors have visited the site since its launch in 2014.

One of the biggest attractions to date has been a late 16th-century play text calling for tolerance towards refugees. It is seemingly in the handwriting of a man even more famous than Marlowe, albeit somewhat better behaved – William Shakespeare.

In the centuries since his violent death, Marlowe has been celebrated as gay icon whose works explored the realities of homosexual desire while it was still deeply dangerous to do so. Alongside the Baines note, the British Library has uploaded scans of the director Derek Jarman’s notebooks for his avant-garde film of Marlowe’s Edward II (1991). The play focuses on Edward’s love for his favourite male companion, Piers Gaveston; Jarman’s take on the story is nakedly political, featuring references to contemporary battles over gay rights.

The library is also making available resources on other contemporary writers, among them Ben Jonson and the poets John Donne and Emilia Lanier.

Varney said: “So often we focus only on Shakespeare, but there are a whole world of other people out there, many of them just as brilliant. It’s about opening a window on that.”

Derek Jarman’s sketchbook for Edward II.
Derek Jarman’s sketchbook for Edward II. Photograph: © and courtesy of Keith Collins

The Baines document itself is highly contentious, with some scholars arguing that Baines was a fantasist, and that his “note” was a put-up job designed to get Marlowe, who was arrested at almost exactly the same time, in even more trouble with the authorities.

Charles Nicholl, whose 1992 book The Reckoning examines the shady circumstances surrounding the playwright’s death, said: “The one thing you can say for certain about it is that the note was designed to incriminate Marlowe. These are pretty dangerous and wild utterances that he is making.”

Nonetheless, Nicholl added, the document has a rare power: “It does sound like Marlowe; it’s almost as if he walked into the room. After all this time, that’s still rather shocking.”

gayglobeus @ April 14, 2017

Arnhem gay couple shocked by suspect’s claims of assault

Posted in: Le Point / fil de presse international | Comments Off on Arnhem gay couple shocked by suspect’s claims of assault

NL Times

Ronnie Sewratan-Vernes and Jasper Vernes-Sewratan

Ronnie Sewratan-Vernes and Jasper Vernes-Sewratan. Photo: Jasper Vernes-Sewratan / Facebook

Gay couple Jasper and Ronnie who were a morning are shocked that one of the suspects now claim that they started the fight, the couple said to Omroep Gelderland.

On Monday night the lawyer of a 16-year-old suspect said on Pauw that the by shouting at the group of young people and throwing the first punch.

The couple can’t believe that statement. “We are not fighters and we can not find ourselves in that story”, they said to te broadcaster. “We really don’t want to go into it too much. We stand behind our story and want to stay calm now. Things aren’t going too well and we are a little overwhelmed. We now want to focus on recovery.”

Jasper and Ronnie were walking home from a party around 4:00 a.m. on Sunday morning when they were attacked by a group of young people as they passed the Nelson Mandela bridge. Both men were injured, one had his teeth knocked out. According to the victims, they were attacked because they were holding hands.

On Tuesday the PVV posed questions to Minister Stef Blok of Security and Justice about the attack. According to the anti-Islam party, the attac is the result of the “boundless intolerance of Islam”, Omroep Gelderland reports. According to Blok, the attack “incredibly screwed up a great spring weekend”. He shares the outrage over the incident, but will wait for all the facts before responding.

gayglobeus @ April 14, 2017

Power Rangers’ Gay Moment Is a Good Step, But a Small One

Posted in: Spot / International News Wire | Comments Off on Power Rangers’ Gay Moment Is a Good Step, But a Small One

WIRED

PR_D016_02785_R-1.jpg

I went to see Power Rangers last night. I hadn’t planned to do so; aside from some well-placed Kanye West in the film’s trailer, nothing about the movie spoke to me and I was never a fan of the TV show. But then I heard it had a queer superhero, and I got in line for the Thursday-night previews. The words “first” and “gay” have a Pavlovian effect on many queer fans of pop culture, and even more so for queer fans of superhero stuff. This could be big, I hoped.

It was big, albeit in a very small way. Despite the headlines, Power Rangers skips any dramatic “yep, I’m gay” admission, and instead opts for nonchalance. During a bit of squad bonding, Yellow Ranger Trini (Becky G) reveals that she doesn’t want her strait-laced family involved in her relationships. “Boyfriend problems?” Zack (Ludi Lin) inquires. She demurs. “Girlfriend problems?” he asks. She doesn’t respond fully, but does say she’s never talked about her identity with anyone. The moment is short, but genuine; she’s a teen, after all, and she’s still Figuring Stuff Out. As director Dean Israelite told The Hollywood Reporter, it’s a “pivotal” scene for the film. More importantly, it’s a step in the right direction, and one that provides Hollywood its own power boost.

The stats for LGBTQ representation in film are…not good. They never have been. A report last year from the Gay and Lesbian Alliance Against Defamation (GLAAD) found that of 126 major studio releases in 2015 only 17.5 percent had characters that identified as LGBTQ—the same as the year before. Moreover, the LGBTQ characters that did appear in movies only got a scant few minutes of screen time. Queer protagonists are are even fewer and farther between in major tentpole movies, says GLAAD president Sarah Kate Ellis, because studios don’t want to miss out on a big opening weekend because of a anti-LGBTQ boycott or related controversy.

That’s beginning to change. In addition to the Yellow Ranger’s mighty moment, Disney—which received a “failing” rating from GLAAD in 2016 for its track record with LGBTQ characters—also included a gay character in last week’s record-setting Beauty and the Beast. Josh Gad’s character LeFou, according to director Bill Condon, featured in the studio’s first “exclusively gay moment,” a brief dance-floor twirl between LeFou and one of Gaston’s henchmen. For that to happen in a family Disney movie is unprecedented—and, like Trini’s revelation, it stakes out space for queer identities where they hadn’t traditionally existed. It also didn’t hurt the movie’s bottom line: Beauty and the Beast made more than $350 million worldwide in its opening weekend.

“It’s been a very long road, especially because there’s so much perceived risk for [the studios],” says Ellis. “Now they’re starting to dip their toe in it and they’re starting to see a positive reaction—both culturally, from people not boycotting or dismissing the film, and also at the box office.”

It’s been a very long road, especially because there’s so much perceived risk for the studios. Now they’re starting to dip their toe in it and they’re starting to see a positive reaction—both culturally, from people not boycotting or dismissing the film, and also at the box office.GLAAD PRESIDENT SARAH KATE ELLIS

As soon as word got out about the Yellow Ranger, social media lit up—both with outcry and support, the latter in the form of Beyoncé imagesand Meryl Streep memes. Folks weren’t excited because there was a new LGBTQ character in a movie, they were excited because she was a major player in a big superhero franchise. And even better, it was presented in a matter-of-fact way. No fanfare, just reality.

The gay-moment momentum got another boost when both Beauty and the Beast and Power Rangers escaped censors’ censure abroad. Despite the urgings of Russian MP Vitaly Milonov, who cited the film’s “unscrupulous propaganda of sin and perverted sexual relations,” Russia ended up allowing Beauty and the Beast into theaters (with a 16+ rating). Officials in Malaysia also threatened to not allow the film to screen unless its gay scenes were cut, but later relented after Disney said it wouldn’t alter the film. (Make no mistake: That refusal to back down deserves just as much credit as including the LeFou dance scene.) There were similar fears that Power Rangers might not be able to screen in Malaysia, but as of this writing it’s still scheduled to open there on March 30.

Yet, while this recent surge in LGBTQ representation is positive for queer fans, it’s also bittersweet. LeFou and Trini mark big milestones culturally, but the actual time they spend representing the community onscreen is small; Ellis calls this “casual inclusion.” Writing for The Daily Beast, Kevin Fallon said, “the most exclusively gay moment in this new Beauty and the Beast is my dramatic eye roll after seeing the actual thing,” and even the Malaysian censors looking to make cuts to the movie acknowledged it may not have a been a big deal had director Condon not pointed the gay moment out. Similarly, fans who were thrilled about Trini’s coming out were less excited to hear she was questioning her sexuality, rather than being overtly lesbian. So while LGBTQ people can now see themselves reflected more in mainstream family fare, they don’t see it for very long.

Moving beyond casual inclusion should be Hollywood’s next step, says Ellis, adding that the movies’ “public praise and box-office success gives them a permission slip” for more LGBTQ representation—especially in superhero and tentpole movies. While LGBTQ characters have been appearing in mainstream superhero comics and, more recently, on superhero TV shows like Jessica Jones, they’re nowhere to be found in mainstream superhero movies. (Though the jury’s still out on Kitty Pryde in the X-Men films.) We have scads of Avengers and mutants on the big screen, but so far none of them have identified as LGBTQ, which in part led to last spring’s #GiveCaptainAmericaABoyfriend campaign on Twitter. If Disney can learn anything from LeFou, it’s that a movie can have a queer character and be a runaway success.

That’s a lesson that could carry over to Disney’s other properties as well. Star Wars: The Force Awakens director J.J. Abrams has said that LGBTQ characters are a must in the effort to make the galaxy far, far away more diverse, but so far one hasn’t surfaced. (Despite the rumors, Moff Mors never made it into Rogue One.) The Lucasfilm cinematic universe expands every day—but each time it does so without including a member of the LGBTQ community, a queer kid feels less worthy of wielding a lightsaber.

Meanwhile, in another far-away galaxy, last year’s Star Trek Beyond depicted Sulu as a gay man—an homage to original Sulu, George Takei, who came out in 2005. But again, his big gay moment is just a moment, a brief glimpse of Sulu with a man perceived to be his partner. There’s a lot to be said for films seeking to normalize LGBTQ life by treating queer relationships just like any other, but when the visibility is so brief—often just a few minutes or seconds—each of these instants feels like a studio saying “Look, we did it!” without doing much at all. It’s a step in the right direction, undoubtedly, but a very small one.

“It’s about looking at Star Wars and those other franchises and seeing where they can be more inclusive, and then there’s also building more dimensional storylines around LGBTQ people,” Ellis says. “That’s going to be really important.”

Sexuality isn’t Hollywood’s only diversity problem. Studio movies need more women, more people of color, and more LGBTQ people involved—both in front of and behind the camera. Better representation is needed in all aspects of cinema. But if the freakin’ Power Rangers can morph into a crew with a queer character, it’s time to realize the gay moment can be more than 15 minutes of fame.

gayglobeus @ April 14, 2017

Dr Who’s first gay companion Pearl Mackie says it’s ‘about time’ the show had an openly homosexual role

Posted in: Spot / International News Wire | Comments Off on Dr Who’s first gay companion Pearl Mackie says it’s ‘about time’ the show had an openly homosexual role

The Sun

DR WHO’S first gay companion claims it is “about time” the show had its first openly gay role.

Actress Pearl Mackie will play Bill Potts as the tenth series of the BBC show kicks off on Saturday.

Pearl Mackie will play Dr Who’s first gay companion Bill Potts
Pearl Mackie will play Dr Who’s first gay companion Bill Potts
Dr Who’s first male companion Pearl Mackie say’s it’s ‘about time’ the show had a homosexual role

Speaking to Good Morning Britain’s Richard Arnold on today’s breakfast show she said: “It’s great isn’t it.

“I think arguably there have been lots of gay characters on Dr Who previously.

“The terminology the official companion, is why she’s the first gay.

“I think it’s the terminology of that that’s actually the first for Dr Who as it were.

The Londoner said it was 'about time' the show had the homosexual character
The Londoner said it was ‘about time’ the show had the homosexual character

“It’s about time isn’t it?”

The Londoner did confess she was struggling to deal with the new-found fame her role has brought.

She revealed she was “grateful” when her phone battery died after receiving a flurry of good wishes on social media, adding: “That’s too much for me to deal with.”

She will hit screens when the series returns on Saturday
She will hit screens when the series returns on Saturday
John Barrowman showed off his brunette hairstyle later in the show

Later in the show John Barrowman, who used to star on the show and its spin-off Torchwood, had some words of advice for Pearl.

He told her: “She’s in for a great rollercoaster ride.

“She should grab on, put her hands in the air, and go ‘wooo’.

“She’s going to have a ball.”

The ex Dr Who star offered Pearl some advice
The ex Dr Who star offered Pearl some advice

This series will be Peter Capaldi’s last as the iconic Time Lord.

And Bill will announce her sexuality almost immediately after meeting Peter Capaldi’s Doctor.

Bill will announce her sexuality almost immediately when the show returns on April 15.

Pearl Mackie revealed that her character Bill was gay

Pearl Mackie revealed that her character Bill was gay

Speaking about the role, she said: “It shouldn’t be a big deal in the 21st Century. It’s about time, isn’t it? That representation is important, especially on a mainstream show.

“It’s important to say people are gay, people are black – there are also aliens in the world as well so watch out for them.

The newcomer spoke at New York ComicCon 

The newcomer spoke at New York ComicCon 

“I remember watching TV as a young mixed race girl not seeing many people who looked like me, so I think being able to visually recognise yourself on screen is important.”

The star will be the first openly gay companion in the show’s 52-year history, but Pearl has said that it’s important that the character isn’t defined by her sexuality.

Doctor Who teases the new companion ahead of the new seri

She added: “[Being gay] is not the main thing that defines her character – it’s something that’s part of her and something that she’s very happy and very comfortable with.”

 

The wise-cracking companion will be the first openly gay companion the series has ever had

VARIOUS EPISODES
The wise-cracking companion will be the first openly gay companion the series has ever had
Pearl revealed it was 'time' the show had a gay companion on the show

VARIOUS EPISODES
 
Pearl revealed it was ‘time’ the show had a gay companion on the show

gayglobeus @ April 14, 2017

Katy Perry says she ‘wasn’t allowed to interact with gay people’ while growing up

Posted in: Spot / International News Wire | Comments Off on Katy Perry says she ‘wasn’t allowed to interact with gay people’ while growing up

Among today’s most political pop figureheads, Katy Perry is at the top. Take her performance at the 2017 Grammys, for instance, where she projected the Constitution onto the stage and herself, clad in a “Persist” armband and a white suit in a nod to her icon, Hillary Clinton. Or, her performance at the Democratic National Convention, where she supported Clinton—whom she later honored with a pair of shoes Katy designed. What you might not be aware of, however, is that it took years for Katy to arrive at that place. In the May issue of Vogue, Katy opens up about her political journey, revealing some pretty personal stories about her ultra-conservative family.

The pop artist’s parents were evangelical Christian pastors, and prevented her from interacting with the LGBTQ community until later in life. “Education was not the first priority,” she tells Vogue. “My education started in my 20s, and there is so much to learn still.” Of her upbringing, she admits she wasn’t “allowed to interact with gay people” and “There’s some generational racism.”

“But I came out of the womb asking questions, curious from day one, and I am really grateful for that: My curiosity has led me here. Anything I don’t understand, I will just ask questions about.”

 

It’s that urge Katy wants others to have, more than pressing her own political views onto them. “I don’t think you have to shout it from the rooftops,” she says, “but I think you have to stand for something…If you have a voice you have a responsibility to use it now, more than ever.”

What inspires her is that she sees so many young people doing just that, which was a silver lining for her amid Clinton’s loss to President Donald Trump. “I was really disheartened for a while; it just brought up a lot of trauma for me,” she says of the aftermath of the 2016 election. “Misogyny and sexism were in my childhood: I have an issue with suppressive males and not being seen as equal. I felt like a little kid again being faced with a scary, controlling guy. I wouldn’t really stand for it in my work life, because I have had so much of that in my personal life. But it’s an awakening that was necessary because I think we were in a false utopia…we can’t ever get that stagnant again. I am so grateful that young people know the names of senators. I think teenage girls are going to save the world! That age group just seems to be holding people accountable. They have a really strong voice—and a loud one.” In other words, they roar.

gayglobeus @ April 14, 2017

Colorado Minister: Pastors With Gay Children Must Resign

Posted in: Spot / International News Wire | Comments Off on Colorado Minister: Pastors With Gay Children Must Resign

NewNowNext

Anti-LGBT pastor Kevin Swanson is so vehemently against gay people that he is now suggesting any pastor who has a gay child should immediately resign.

Swanson made the comments on his radio show last month in response to a blog article written by Pastor John Pavlovitz, who said if he finds out his children are gay he “will pray for God to protect them from the ignorance and hatred and violence that the world will throw at them, simply because of who they are.”

The anti-gay pastor, who previously said he’d cover himself in cow manure if his son turned out to be gay, insisted that Pavlovitz needs to recognize something is “terribly wrong” with him and his family, according to Right Wing Watch.

Swanson expressed shock at the notion that a pastor or any other man “who thinks there is a possibility his kids could come out gay [would not] then not turn to himself and see there to be something of a problem with himself.”

“As a pastor, if your children turn out to be sinners,” he added, “if it turns out they abandoned the faith while they are in the household, accused of riot and unruly debauchery, et cetera, within the household, you need to resign as a pastor.”

Swanson is known for his rabidly anti-LGBT beliefs, having previously stated that in his perfect world, all homosexuals would be put to death.

gayglobeus @ April 14, 2017

Gay ‘marriage’ is legal. So why aren’t gay men happy?

Posted in: Spot / International News Wire | Comments Off on Gay ‘marriage’ is legal. So why aren’t gay men happy?

Breakpoint lifesitenews

Featured Image

Over a year and-a-half after the Obergefell decision, the debate over gay “marriage” and homosexuality has largely fizzled out: partly because of the election, partly because the “T” in the LGBT acronym has been stealing all the headlines, and partly because Obergefell is now viewed by many as settled law. And that’s a shame, because so-called “progress” isn’t bringing about the rosy picture we were promised.

In what may be the most candid piece in Huffington Post history, Michael Hobbes, who identifies as gay, writes about what he calls an “epidemic of loneliness.”

“For years,” he begins, “I’ve noticed the divergence between my straight friends and my gay friends. While one half of my social circle has disappeared into relationships, kids and suburbs, the other has struggled through isolation and anxiety, hard drugs and risky (behavior).”

Through story after story and mountains of statistics, Hobbes then documents a consistent and chilling trend among those who share his lifestyle. “Gay men everywhere, at every age,” he writes, are two-to-ten-times more likely than heterosexual men to commit suicide.

And that’s just the beginning. Homosexual males also suffer from higher rates of cardiovascular disease, cancer, allergies, asthma, and a whole host of behavior-related infections and dysfunctions. They’re twice as likely to experience major depressive episodes, report having fewer close friends, and abuse drugs at an alarming rate.

In fact, living in so-called “gay neighborhoods” is a predictor of more frequent, risky behaviors and methamphetamine use. And, Hobbes adds, the community itself is brutal and degrading to its members. Smart-phone hookup apps drive a culture of exploitation and casual encounters that one young man he interviewed said made him feel like “a piece of meat.”

We often hear these disastrous statistics and stories attributed to homophobia, bullying, and shame. Having been treated horribly since childhood, men like this author—the oft-repeated myth goes—are forced to live a lie. They’re depressed because they’ve been oppressed and repressed.

But here’s the problem with the bullying hypothesis. In countries like the Netherlands and Sweden where same-sex “marriage” has been the law of the land for years, gay men remain three times more susceptible to mood disorders and three- to ten-times more likely to engage in “suicidal self-harm.”

The situation is so bad that one respondent in a survey of HIV clinics told researchers, “It’s not a question of not knowing how to save their lives. It’s a question of them not knowing if their lives are worth saving.”

Incredibly, after this long and brutal and well-documented description of life in his community, Hobbes then concludes the cause as having minority status, which has taught them to live in fear. At no point does he consider the possibility that it’s the lifestyle itself that may be what’s destroying these men’s lives.

Still, one expert quoted in the piece hints that he knows what’s going on. Christopher Stults, a researcher at New York University, admits that for many people, the marriage decision was a letdown. “We have this legal status, and yet there’s still something unfulfilled.”

Could it be that this lifestyle cuts off this community from the natural family, from children, and—according to years of statistics—from monogamous partnerships? Could it be the disparity Hobbes sees between what he wants and what he got is a result of a broken lifestyle? Could it be that this behavior naturally isolates people? Could it be that God didn’t design His image-bearers to live like this, and when we do, it actually destroys us?

Unfortunately, those questions are no longer even considered by Hobbes or by social scientists. But we as a society, and especially the Church, must consider these questions. As long as there are real people trying to fill their hearts with lies, caring about them will mean having a more open mind than the Huffington Post.

gayglobeus @ April 14, 2017

‘Supergirl’ Actress Chyler Leigh Talks About Her Character’s Realization She’s Gay

Posted in: Spot / International News Wire | Comments Off on ‘Supergirl’ Actress Chyler Leigh Talks About Her Character’s Realization She’s Gay

variety

Chyler Leigh Variety Portrait Terence Patrick

TERENCE PATRICK FOR VARIETY

Chyler Leigh’s character on “Supergirl,” Alex Danvers, experienced a major change in the show’s second season: At age 28, she discovered she was gay. So a character with an already big following suddenly attracted a whole new crowd of fans. Leigh spoke with Variety about the power of the story, especially on a superhero TV show. She’s also been expanding her music work, thanks to husband Nathan West.

What were your initial reactions to hearing about Alex’s character arc?

They said, “This is what we’re thinking. What are your thoughts?” Having a queer character on the show, it’s a really big deal. And I knew the magnitude of this — there’s not a lot of representation out there. We wanted to bring great awareness and tell an authentic story.

Why have so many people taken to this story?

It’s honest, and shows that coming out is a struggle. Alex is a character who’s just figuring it out as a 28-year-old. When you watch her putting all the pieces of the puzzle together, that’s what people have responded to. Her journey, being terrified of the fact that she couldn’t even say the word “gay” or “lesbian” — it’s not the same story for everybody, but the hurt, the struggle, the joy, the confusion, the light-bulb moment … that’s what I think everybody is relating to.

Has the storyline impacted your life?

My 13-year-old son has watched every episode. It opened up a conversation that I might have waited longer to have. He said, “I don’t understand why they would do that with your character.” To say, “Everybody needs to be treated equally” was amazing…. I’ve never been this passionate about my work, mostly because of the impact it’s having.

What’s it like collaborating with your husband on music?

It’s an interesting dynamic, because he’s so amazing with expressing himself through music — it’s his language and voice. And I’m so used to being somebody else; my delivery is other people’s words and bringing my own spin to it. Recording was challenging for me because it’s me; I’m not being somebody else. It was terrifying and hard. He walked me through that, which was amazing.

gayglobeus @ April 14, 2017

LGBT Twitter Is Outraged a Gay Man Outed a Trans Survivor Contestant

Posted in: Spot / International News Wire | Comments Off on LGBT Twitter Is Outraged a Gay Man Outed a Trans Survivor Contestant

advocate

Zeke Smith

It was a shocking moment on Wednesday night’s episode of Survivor, CBS’s long-running reality show about strangers marooned in a deserted location.

A gay contestant, Jeff Garner, in order to save himself from elimination, turned to another contestant and asked, “Why haven’t you told anyone you are transgender?”

In this moment, Garner had outed a trans person, Zeke Smith, on national television, accusing Smith of “deception” in front of the other members of the Tribal Council.

The act backfired on Garner. The other contestants, rightly outraged by what had transpired, voted him off the island for his dastardly deed.

Nick Adams, director of GLAAD’s Transgender Media Program, spoke out against the outing in a statement.

“Zeke Smith, and transgender people like him, are not deceiving anyone by being their authentic selves, and it is dangerous and unacceptable to out a transgender person,” he said.

“It is heartening, however, to see the strong support for Zeke from the other people in his tribe. Moments like this prove that when people from all walks of life get to know a transgender person, they accept us for who we are.”

Likewise, LGBT folks on Twitter were disgusted by what Garner had done. They outlined why outing a trans person is dangerous and unforgivable, and expressed admiration for how the group and Smith handled the ordeal.

See their reactions below.

Outing a transgender person is an act of violence.

Let’s not erase that this was a GAY man that outed a trans man on national television. Queer people are transphobic offenders too

.@JEFFVARNER White gay men’s willingness to betray other queer people when it suits their ambitions and self-interests drives me UP THE WALL.

Last night Zeke handled himself with an astounding amount of class in a situation where most would crumble. I’m still in awe.

@MsIsisKingI remember when I was outted as trans on top model by a semi finalist…not a good feeling, its never someone’s place to do! Go

is 1 of my favorite shows. I’m in tears  @zekerchief my hat’s off to you. Thank you for sharing. Even if it wasnt your choice

like a @zekerchief!Proud! thank u 4 turning a hard situation in2 a inspirational example! @survivorcbs

dear @zekerchief Inspiring. I think you probably just made a bunch of kids out there feel empowered and a little less scared. Well handled.

We cannot control the hazards we face, we can only control how we respond. Love each other.

When the episode aired, Varner posted an apology to Twitter.

gayglobeus @ April 14, 2017

I don’t have to be gay, or black or a man to have valid views on their issues

Posted in: Spot / International News Wire | Comments Off on I don’t have to be gay, or black or a man to have valid views on their issues

Belfast Telegraph
Politician and gay rights campaigner Jeff Dudgeon11
Politician and gay rights campaigner Jeff Dudgeon

I’ve given my family notice that if the dreaded words “as a woman” should ever escape from my lips again, they can feel free to lock me up in the garden shed for the day. Oh, I know, I’ve said it in the past, probably more times than I care to remember. “As a woman, I believe this, that and the other.” But then I realised how very restrictive and reductive it is to flag up my womanhood constantly, as though it’s the sole, defining thing about who I am. It also sounds like an instant plea for victimhood, and I hate that. “As a woman, I am uniquely hard done by.” Well, boo-hoo, you’d be forgiven for replying.

Binning the phrase from my vocabulary also coincided with the realisation that identity politics is a curse of the modern age. Dividing ourselves off from each other into sealed units marked ‘women’, ‘gay’, ‘transgender’, ‘black’, ‘Christian’, ‘Muslim’ – the list goes on and on – is a really unhealthy and counter-productive way to understand ourselves and to tackle the complex problems of 21st century life. Identity politics turns people inwards. Huddling together in their own private echo-chambers makes them self-obsessed and super-touchy if others don’t sign up to the one-dimensional way they see the world. And that’s no way to build solidarity and draw people to your cause.

A classic example of this narcissism and need for personal victimhood was enacted by The Guardian journalist Owen Jones after the appalling homophobic massacre at a gay nightclub in Orlando, Florida, last summer.

Jones, who happens to be gay, stormed out of a Sky News studio, telling the presenter: “You don’t understand this because you’re not gay.” Jones’ departure did not come across as a principled stance on behalf of the victims of Orlando. Rather, it looked like a petulant huff because he wanted to make the tragedy all about himself.

You don’t understand this because you’re not gay – or not a woman, or not black, or not whatever (delete as applicable) – is a common cry of protest. For example, in last week’s column I called for a planned tribute to the LGBT community at City Hall to feature Jeff Dudgeon, the man who changed the law and brought gay freedom to Northern Ireland. Some gay activists were enraged that “a straight journalist” had dared to give an opinion on an LGBT issue.

Leaving aside the assumption about my sexuality – have they been round to my place to check who I go to bed with? – this raises some serious issues about free speech. If you’re only permitted to speak on a subject if you have a specific identity, this immediately silences debate. And I guess that’s the whole point. The “straight” slur is just another way of saying shut up and stick to your own tribe.

What’s so depressing about all this is that Northern Ireland is the original home of identity politics and the sick race to be the Most Oppressed People Ever. I’m talking, of course, about the endless, bitter, blinkered war between orange and green, and the distorting coloured glass through which so many people view the world, regardless of the facts.

“As a unionist, I think this.” “As a republican, I think that.” And so the whole place gets carved up along stifling sectarian lines.

We should, by now, have realised the consequences of such reductive thinking, which prioritises difference and division over commonality. Instead, the new generation – as well as a few embittered oldsters – seems to be adopting it as a template for their own “progressive” political causes. “If you’re not with us, you’re against us”: the stupid old mantra has been disinterred, dusted off and put to use in a new arena. Will we never learn?

One of the most consistently insightful observers of the harm that identity politics does is the commentator Brendan O’Neill. He writes: “I think the more we’ve made the personal political, the more we define our social and political outlook with reference to what’s in our underpants or what colour our skin is, the more we experience every criticism of our beliefs as an attack on our very personhood, our souls, our right to exist.” Thus debate itself – the healthy exchange of political ideas – “comes to be seen as a form of hatred, a ‘phobia'”.

I want no truck with that, which is why I’ve decided to never again speak “as a woman“. From now on I will speak as a human being – and that’s something we all share.

gayglobeus @ April 14, 2017

S Korea army chief accused of ordering probe to out gay personnel

Posted in: Spot / International News Wire | Comments Off on S Korea army chief accused of ordering probe to out gay personnel

Financial Times

General faces calls to resign following claims that he launched nationwide ‘track-down’ process Read next North Korea viewed from the South A new South Korean military officer runs into an echelon at a commissioning ceremony © Reuters Share on Twitter (opens new window) Share on Facebook (opens new window) Share on LinkedIn (opens new window) 1 Save YESTERDAY by: Bryan Harris in Seoul South Korea’s army chief is facing calls to resign amid claims he ordered a nationwide probe to root out and prosecute gay personnel. Sample the FT’s top stories for a week You select the topic, we deliver the news. Select topic Enter email addressInvalid email Sign up By signing up you confirm that you have read and agree to the terms and conditions, cookie policy and privacy policy. According to campaign group the Military Human Rights Center for Korea, General Jang Jun-kyu, army chief of staff, launched a “track-down process” that pinpointed about 50 soldiers, 20 of whom now face charges under military anti-homosexuality laws. The vast majority of South Korean men must serve mandatory two-year stints in the country’s armed forces. “Gen Jang is obviously incapable of leading the army,” MHRCK said in a statement. “He treated his men who did their best to protect their homeland as if they were culprits and made them suffer the most horrible fear — losing personal dignity. He must take responsibility . . . and resign immediately.” The South Korean defence ministry declined to comment. The army denied Gen Jang had ordered a probe but acknowledged that “we are punishing soldiers on service who have homosexual relations with soldiers”, noting that homosexual activity was considered “sexual harassment crime” under the country’s military criminal act. ‘There is not going to be much public support [for these soldiers]. Korea is not ready for these issues’ Kim Jiyoon, Asan Institute The remarks underline the conservative nature of much of South Korea which, despite rapid technological and economic development, has lagged behind on social issues. The report by MHRCK alleges that investigators heaped psychological pressure on homosexual soldiers by threatening to out them to their peers, while interrogating them on their private lives in explicit detail. The team also carried out an undercover search of gay dating apps to uncover homosexual personnel, the report claims. Same-sex sexual activity is legal in South Korea, although gay marriage is forbidden. The topic is generally taboo and it is rare to see same-sex couples in public. A survey from the US Pew Research Center found that 57 per cent of Koreans found homosexuality unacceptable, with only 18 per cent viewing it as acceptable. “This [probe] is an obvious violation of human rights,” said Kim Jiyoon of the Asan Institute think-tank in Seoul. “But there is not going to be much public support [for these soldiers]. Korea is not ready for these issues. In the US, LGBT rights have escalated to become political issues. In Korea, it is not politicised yet.” “The South Korean army imported its military law from western countries, but those countries have since abolished the laws because they are no longer acceptable. Korea still maintains these outdated laws,” said Han Ga-ram, a human rights lawyer in Seoul. The military’s role in defending South Korea from the North makes it one of the country’s most powerful and important institutions.  The South Korean army’s stance on homosexuality makes it an outlier among industrialised nations, with virtually all OECD militaries allowing LGBT citizens to serve. In the UK, gay citizens have been allowed to serve openly in the military since 2000, while the US lifted restrictions in 2011.

gayglobeus @ April 14, 2017

Gay marriage boosts happiness, health: study

Posted in: Spot / International News Wire | Comments Off on Gay marriage boosts happiness, health: study

New York Daily News

Not Released (NR)

Here come the grooms — and the health and happiness perks, according to a new study.

Marriage is known to come with goodies besides wedding gifts. Tying the knot has been shown to boost physical and mental well-being for spouses. You know — happy wife, happy life.

A new study shows that gay marriage — or, as many in the LGBT community call it, marriage — boasts the same benefits.

The University of Washington research — part of the national longitudinal investigation: “Aging with Pride: National Health, Aging, Sexuality/Gender Study” — is among the first look at health and social impacts of gay marriage.

So move over, Dick and Jane. It’s time for Janet and Mary. And Andy and Mark — and other same-sexers — to get some study time.

“There were big gaps for health and well-being between married gay couples and gay singles,” lead author Jayn Goldsen, research study supervisor in the UW School of Social Work, told the Daily News.

The UW study surveyed more than 1,800 LGBT people, ages 50 and older. Subjects were in 2014 in locations where gay marriage was already legal — 32 states and Washington, D.C.

About 25% were married, another 25% were in a committed relationship, and 50% were single. Married respondents had spent an average of 23 years together, while those in a committed, unmarried relationship had spent an average of 16 years.

Through survey materials measuring physical and emotional well-being, couples who’d tied the knot or were in a long-term committed relationship fared better than singles. But married couples did the best of all.

Physical health was measured by asking how subjects rate their general health and whether they have a disability. To gauge happiness, participants were asked questions like “How much do you enjoy life?” and “How satisfied are you with yourself?”

More study is needed to understand why married gays fare the best. Financial resources, children and living together are variables that are factors.

Being openly gay also may play a role, said Goldsen. “Those who were married were more out than those who were unmarried with long-term partners, who, in turn were more out than those who were single.”

gayglobeus @ April 14, 2017

Angels in America: how Tony Kushner’s gay fantasia moved heaven and earth

Posted in: Spot / International News Wire | Comments Off on Angels in America: how Tony Kushner’s gay fantasia moved heaven and earth

At the first run-through of the production at the National Theatre in London in 1992, someone whispered in my ear that they found Angels in America “too personal”. As Belize, the drag queen who is at the play’s heart, might have replied: “Fabulous!”

Angels in America a new staging of which opened at the same venue this week – is a great play because it takes us by the scruff of the neck and forces us to share the pain and joy of human beings interacting. Tony Kushner’s gift, which he shares with all great writers of fiction – and of history, for that matter – is a capacity to make ideas flesh. He never takes a shortcut to an idea; all is mediated by humanity. In Kushner’s play, the angels give humans erections. The angels have orgasms.

It tells of how Prior Walter, a bright thirtysomething, is diagnosed with Aids in mid-80s Manhattan. His lover, Louis, abandons him to his fate. Louis then manages to multiply his awfulness in mirrors of self-loathing. When he guiltily asks a rabbi what happens to someone who walks out on the person he loves in their time of need, the rabbi simply replies: “Why would someone do such a thing?” No fancy morals, just ordinary human puzzlement. Louis is soon replaced in Prior’s life by an Angel who crashes through the ceiling. And so ends the first part, “Millennium Approaches”, trumpeting a possibility of redemption and healing. In part two, “Perestroika”, Prior journeys to heaven only to discover that God has abandoned his angels.

Sound depressing? Well, it isn’t. The play’s passion, zaniness and wicked wit never let us sink. And by the conclusion, it feels as if the salacious, arch-conservative angel has actually done some good. It has led Prior to an awareness that he is happy to enjoy whatever life he has left. A profound gratitude seizes him as he chats to his friends sitting beneath the angel on the Bethesda fountain in Central Park.

The angel Bethesda, prophecies say, will one day reopen a sacred spring and cleanse all of us of disease. Kushner took me and my partner, Nick Ormerod, to see the statue in 1991, and it was hard not to be moved. A few months earlier, Nick and I had been on tour in Brazil with our company, Cheek By Jowl. A large package was delivered to our hotel with “National Theatre” marked on it. Out fell a huge script and a note from Richard Eyre, then the National Theatre’s director, asking us to read it. As usual, Nick read it first. After 20 minutes he was looking strangely serious, and said: “We must do this.” He hadn’t even got as far as the first interval.

When I read it later that evening, I saw exactly what he meant. This was a history in which homosexuality had no longer been made politely invisible. The words ripped off the page in a blaze of wit, rage and life. It was funny and shocking and moving and despairing and uplifting. We didn’t need to breathe it into life; it was already mad as hell and screaming like a murderous baby to be born.

Andrew Garfield as Prior Walter in the latest production of Angels of America at the National Theatre.
Pinterest
Andrew Garfield as Prior Walter in the latest production of Angels of America at the National Theatre. Photograph: Jason Bell

The play is truly epic: it starts in a cemetery, where Prior first shows his lesions to Louis. We then we meet a young Mormon couple, Harper and Joe Pitt, whose marriage is drowning in pretend happiness. During the play, people will die and go to heaven; they will travel across the globe and across centuries. Nick and I felt in our element. We decided on a very simple staging that would enable scenes to follow quickly, even violently fast. We wanted the play to have that helter-skelter effect without sacrificing any clarity. Our big mission was not to let the play’s wit and irony overwhelm its human predicaments. I secretly told myself that Harper, the unloved, pill-popping wife, was the centre of the play, and that if the play wasn’t moving, then we would have failed.

Roy Cohn is the play’s presiding demon. In real life, Cohn was a wheeler-dealer attorney, a henchman to Senator Joseph McCarthy (and later Donald Trump’s lawyer); in the play he is depicted as corruption incarnate, exulting in his own awfulness throughout. Corroded with cynicism, his only redeeming characteristic is his lust for life – his own, of course. Like Satan in Paradise Lost, he has some of the play’s best lines, including the question, “Do you want to be pure, or do you want to be effective?” Some think it evil even to ask the question, and it’s a dilemma that splits the left again and again. Roy also develops Aids. But as he screams at his doctor, he isn’t gay, he is a straight guy who likes to fuck with guys, and he doesn’t have Aids, he has “liver cancer”.

It is easy now to forget that when Aids was first discovered in the US, it was a terror in the shadows; the disease that Reagan dared not name. Its cause and the way it spread were unclear. One senior US military figure even feared that a GI in the confined space of a tank might transmit it via his tears. Then the media smelled sales, and the disease exploded as a giant international hit – an opportunity for people who didn’t have sex to stop people who did. Few who saw it will ever manage to forget the early TV ad in which a faceless, beefy male figure took a hammer drill to a tombstone and carved out those four dreaded letters: AIDS.

Angels in America
Pinterest
Nancy Crane as the Angel and Stephen Dillane as Prior in the 1992 production of Millennium Approaches. Photograph: John Haynes

Plays without ideas are boring. But all ideas are dead until someone gives them flesh. Angels is full of ideas – bursting with them – but they land in our laps only because they have been vomited up by the living situation. The first words of “Perestroika” are spoken in the Hall of Deputies in the Kremlin by “the world’s oldest living Bolshevik”, Aleksii Antedilluvianovich Prelapsarianov: “The Great Question before us is: Are we doomed?” At the time of the first performance, many might have answered: “Well, you are, you old Bolshevik git, and good riddance!” In Russian, perestroika means “rebuilding” or “reform”; the play ends with a warning about Gorbachev’s reforms. But the Soviet system never stopped working; in fact, it had never started working in the first place. It was always presented as an idea without blood. Now, in April 2017, Prelapsarianov’s question “Are we doomed?” makes us feel sicker, in the light of recent developments in Washington and Westminster. In Angels, Louis jokes about a shady Reaganite family who only speak to each other through their agents, not a president who screams instant propaganda through Twitter.

gayglobeus @ April 14, 2017

More gay, bi men with HIV receiving care, disparities remain

Posted in: Spot / International News Wire | Comments Off on More gay, bi men with HIV receiving care, disparities remain

Reuters

Gay and bisexual men in the United States who are diagnosed with HIV are promptly receiving the necessary treatments more often than in the past, according to a new report from the Centers for Disease Control and Prevention (CDC).

Still, black gay and bisexual men are less likely than their white counterparts to receive antiretroviral therapy (ART) to keep the human immunodeficiency virus in check, the researchers found.

They write in the Journal of Infectious Diseases that one goal of the National HIV/AIDS Strategy was to get 85 percent of people to a healthcare facility within three months of being diagnosed with HIV by 2015. By 2020, the goal is to get 85 percent of people diagnosed with HIV to care within one month.

The study team previously published 2008 and 2011 results from the CDC’s National HIV Behavioral Surveillance, which includes data from 20 cities on adult HIV-positive men who have sex with men – a group at particular risk for HIV infection. The new study adds data from 2014.

Altogether, 1,144 men provided data in 2008, 1,338 in 2011 and 1,716 in 2014. The proportion of white men taking the survey fell 14 percentage points between 2008 and 2014, but the proportion of black men participating increased by 13 percentage points during the same period.

The average age of the men dropped over the study period, too. Insurance coverage increased from 75 percent in 2008 to 86 percent in 2014, which was the first year of coverage expansion under the Affordable Care Act.

In 2008, 79 percent of the men were seen at a healthcare facility within three months of their diagnosis. That measure – known as linkage to care – increased to 87 percent by 2014.

With the 2020 goal in mind, the researchers analyzed how many men were seen at a healthcare facility within one month of their HIV diagnosis. In 2014, 78 percent of men were linked to care within one month, which the researchers say suggests the 2020 goal is feasible.

When the researchers looked at how many of the men were receiving ART, they found the rate increased from 69 percent in 2008 to 88 percent in 2014.

People with insurance or with higher levels of education or income were more likely to be linked to care within a short amount of time and be on ART.

In all years, a higher percentage of ARV treatment was observed among whites, according to the researchers – and this disparity persisted in 2014. The proportion of white men on ART were 9 percentage points higher than the proportion of black men.

“We’re moving in the right direction, but the fact that the disparities are persisting in 2014 when we’ve had access to antiretroviral therapy for so long is troubling,” said Jennifer Kates, who is vice president and director of global health and HIV policy at the Kaiser Family Foundation in Washington, D.C.

The findings suggest black men are being linked to care at roughly the same rate as white men, but they’re not getting equal access to ART, said Kates, who wasn’t involved in the new study.

“There are some systemic issues on the healthcare system side – from providers to insurance – that this study wasn’t designed to look at,” she told Reuters Health.

For example, it could be that doctors are writing the prescriptions for ART, but lack of insurance or other social services is creating a barrier.

In an editorial accompanying the new study, Sten Vermund of the Vanderbilt University School of Medicine in Nashville, Tennessee, writes that many organizations are working to find better and more effective outreach methods for HIV testing and care.

“Still, jurisdictions struggle with only limited success to solve their black-Hispanic-white disparities in HIV risk and access to care,” Vermund writes.

The authors caution that the results are not nationally representative. Additionally, they relied on face-to-face interviews that may lead men to report higher levels of linkage to care and ART use since those would be the more socially desired answers.

Lead author Brooke Hoots, of the CDC’s division of HIV/AIDS Prevention in Atlanta, was not available for comment by press time.

gayglobeus @ April 14, 2017

Will Jude Law’s Dumbledore be openly gay?

Posted in: Spot / International News Wire | Comments Off on Will Jude Law’s Dumbledore be openly gay?

BBC News

The news that Jude Law is to play a young Dumbledore in the sequel to Fantastic Beasts and Where To Find Them has led to speculation over the direction of the movie – and whether his character will be openly gay.

It’s 10 years since JK Rowling revealed that Hogwarts headmaster Albus Dumbledore was gay in a Q&A with fans.

It confirmed speculation that had been around on fan sites for years – all that was known before that was that he had a mysterious, troubled past.

Rowling also revealed that when he was young, Dumbledore had been smitten with rival Gellert Grindelwald, who he beat in a duel. Dumbledore was “horribly, terribly let down” she said, and his love for Grindelwald was his “great tragedy”.

We already know Johnny Depp will play Grindelwald in the movie, so many fans are hoping to see Depp and Law in an on-screen romance.

I want Dumbledore and his gay relationship with Grindelwald in Fantastic BeastsImage copyrightTWITTER
Jude Law as Dumbledore openly gay with Johnny Depp Grindlewalk? I'm there.Image copyrightTWITTER

Some LGBT fans were upset that JK Rowling didn’t mention in any of the books that Dumbledore was gay and saw it as an “afterthought”.

In a blog post on the Harry Potter fan site Mugglenet.com, Elayna Mae Darcy says the upcoming Fantastic Beasts film is a chance to put that right.

“One has to have hope that she will use this opportunity to show us the side of Dumbledore we could never have seen when he was a much older man who had long before been tragically let down by the man he loved,” she writes.

“We have the chance to witness, in real time, a Dumbledore who is young and vivacious and who, hopefully, both acknowledges his sexuality and gives us a chance to see a well-rounded gay character in a mainstream blockbuster.”

She says the Harry Potter author has a responsibility to show the relationship.

“Representation can change people’s lives and make them feel seen… Kids growing up right now have a chance to experience one of the most important characters in the entire saga as someone who’s confident with who he is.”

And she is backed by other fans, who do not want to see Dumbledore’s sexuality glossed over.

Grindelwald and Dumbledore better be legit gay in the next Fantastic Beasts movie or I'm boycotting itImage copyrightTWITTER
I don't really care who plays Dumbledore as long as they portray him as gay on screen.Image copyrightTWITTER

Speaking last year about the second Fantastic Beasts movie, Rowling said we will see Dumbledore as a younger and “quite troubled man”.

“We’ll see him at that formative period of his life. As far as his sexuality is concerned, watch this space,” she said.

But Debbie Moon, Bafta-winning writer of the fantasy series Wolfblood, isn’t convinced we’ll see any romance on screen.

“Chances on Young Dumbledore appearing even remotely gay in a major studio tentpole? I’ll take 0%…”she tweeted.

And some fans have pointed out that any gay storyline may cause problems for the film’s distribution worldwide.

Malaysia will have another censorship dilemma with Fantastic Beats II. FYI Dumbledore is gay. Jude Law with Johnny Depp.Image copyrightTWITTER

The live action Beauty and the Beast, which featured the first openly gay character in a Disney film, was recently pulled from Kuwait cinemas and faced issues in Malaysia, where homosexual activity is illegal.

Russia’s Culture Ministry allowed the release of Beauty and the Beast – but children under the age of 16 are not allowed to see it.

It was given a 16+ age rating after a Russian MP petitioned Culture Minister Vladimir Medinsky to ban it because of the inclusion of a gay character.

When pressed on Dumbledore being gay in the second film, Rowling pointed out that is only the second film in a series.

“I would like to say because this is obviously a five-part story, there’s lots to unpack in that relationship.”

So fans may have to wait to watch the love story and ultimate betrayal unfold.

gayglobeus @ April 14, 2017

I’m gay and only fancy younger, mostly straight, men

Posted in: Spot / International News Wire | Comments Off on I’m gay and only fancy younger, mostly straight, men

The Guardian

Illustration showing a triangle, with an older man, a younger man and a woman

I’m 57, gay and have never been in a relationship. I think I know why: I’m only attracted to young men, roughly 18-35. I always longed for a faithful, lifelong partner, but younger men get older, so how could there be any future in it? Friends tell me: “Be realistic, find a guy of your own age.” Why do so few seem to realise that age is as much an orientation as gender is? I can’t begin to imagine falling for a guy of my own age. Plus I find most gay men a turn-off. I’ve spent my life as the third person in a series of triangles. I fall for him, he falls for her. Some of those triangles have stood the test of time. But I’m still waiting for that one encounter that doesn’t end up with me getting crowded out.

gayglobeus @ April 14, 2017

Kelly Osbourne Accuses Her Friends Of Pretending To Be Gay: “You Are Not Gay!”

Posted in: Spot / International News Wire | Comments Off on Kelly Osbourne Accuses Her Friends Of Pretending To Be Gay: “You Are Not Gay!”

PHOTO: JASON LAVERIS/FILMMAGIC.
Kelly Osbourne is known for her eclectic family, her edgy style, and her candid commentary on just about anything. And recently, she has proved that really no topic is off-limits for her to tackle in an interview. While promoting her new memoir on the site Pride Source, There Is No F**king Secret: Letters from a Bad**s B**ch, out April 25, Osbourne was asked about how she labels her own sexuality (“My whole rule is, never say never “). And while answering the question, Osbourne voiced a strange (and frankly out-of-place) accusation.
Osbourne’s rant about celebrity friends of hers pretending to be gay is one of the most surprising things we’ve read today. “I’ve never been in a relationship with a woman, but I don’t know that it’s not a possibility,” Osbourne told the interviewer. “But I also don’t like it when people claim to be gay and then not. There’s this whole generation of young Hollywood girls who can’t find love where they think it’s supposed to be, and then they come out being gay and two weeks later they have a boyfriend. It drives me nuts!”
In addition to annoying Osbourne, she says it also hinders the LGBTQ community, a community which she avidly supports and allies. “I think it takes all the proactive work the LGBT community has done and sets them back. Oh, so now you’re gay? Then two weeks later: “Oh no, that was just a phase.” You don’t get to do that. I’ll tell you who’s the worst with it: young female celebrities. And I’m like, I know you. I’ve known you pretty much since before you used to shit outside of a diaper. You are not gay!”
Osbourne wouldn’t go into detail about which other celebrities she believes are pretending to be gay, because she thinks “outing somebody in that way is just as bad as outing somebody who has not come out of the closet.” But it still infuriates her nonetheless. “It’s one of those things I have to keep to myself… and it drives me fucking crazy!”
She added: “I’ve marched till my feet bled for the right of equal love in the gay community, and you’re just gonna step in because it looks cool for you and now tell everybody that you’re a lesbian when you’ve never even seen another puss that’s not yours so you can get attention?”
The 32-year-old also said that she wished she had a gay sibling, and that she herself wishes she was gay – and that she might be. “I was disappointed that I wasn’t gay even!” she said. “Though I do still think that everybody’s gay, but still.”
It’s a very confusing interview, and it sounds petty and strange to hear her say that just because her friends didn’t come out to her, it means that they are lying about their sexuality for attention. Discovering sexual preferences and desires is complicated which makes it extremely disappointing to hear Osbourne’s judgmental quotes.

gayglobeus @ April 14, 2017

Hundreds protest against Chechnya’s ‘gay concentration camps’ outside Russian Embassy

Posted in: Spot / International News Wire | Comments Off on Hundreds protest against Chechnya’s ‘gay concentration camps’ outside Russian Embassy

mirror

Hundreds protested outside the Russian Embassy today against the reported torture and murder of gay men in Chechnya.

Up to 100 men are said to be held in concentration-style camps in the southern Russian republic. At least three have died.

Michael Salter-Church, co-chair of Pride in London, said: “It sends a shudder down the spine to hear about concentration camps in 2017.”

He added: “Russia’s abuses cannot be ignored.”

Demonstrators draped in rainbows screamed “close the camps” and laid pink flowers as passing traffic beeped their horns in support.

Peter Scott-Presland, 68, told the Press Association: “I wanted to show solidarity so they know they’re not alone.

“They are being supported and we send them all of our love.”

Steve Peck, 59, added: “This is happening internationally…it is unacceptable and has to stop.”

View image on TwitterView image on TwitterView image on TwitterView image on Twitter

The story broke on April 1 in an explosive report by respected campaigning newspaper Novaya Gazeta.

It claimed Chechen authorities were attempting a “complete cleansing” of homosexuals.

The Chechen Interior Ministry branded it an “April Fools’ joke”, with Kremlin-backed leader Ramzan Kadyrov saying there were no homosexuals in the republic for them to persecute.

His spokesman Alvi Karimov told Interfax news agency “you cannot arrest or repress people who just don’t exist in the republic”.

But Human Rights Watch said it was in “no doubt” about whether the “devastating developments” were happening.

(Photo: PA)
(Photo: PA)

Meanwhile, the Russian LGBT Network said they had been contacted by around 40 men affected by the round-up after setting up a confidential hotline.

Some men have reportedly been released severely injured, while others remain detained but exact details and numbers remain unclear.

Conservative peer Baroness Anelay said: “The detention and ill-treatment of over 100 gay men in Chechnya is extremely concerning

“We expect the Russian government to fulfill its obligations to this end, and to uphold the rule of law.”Cross-party British MEPs have sent Prime Minister Theresa May and Foreign Secretary Boris Johnson a letter urging them to meet with the Ambassador of the Russian Federation to the UK. So far the Russian government has not publicly commented on the episode.Chechnya is a Muslim-majority autonomous southern Russian republic.

 

gayglobeus @ April 14, 2017

Gay men in Chechnya ‘murdered by their ashamed families’

Posted in: Spot / International News Wire | Comments Off on Gay men in Chechnya ‘murdered by their ashamed families’

Daily Mail

Gay men are ‘murdered by their ashamed families after being released from Nazi-style concentration camps in Chechnya where they were tortured, beaten and humiliated’

  • Chechnyans are reportedly being encouraged to snitch on their gay relatives 
  • Gay men are allegedly imprisoned, beaten up and tortured in ‘Hitler-style’ jails 
  • Gay ‘inmates’ have told how they were humiliated in front of non-gay prisoners 
  • Distressing photos shows inmates apparently covered in bruises from beatings 
  • One man, known only as Adam, says he was tortured daily during his sentence
  • Says he was electrocuted and beaten while men shouted anti-gay slurs at him

Chechnyans are being ordered to murder their gay relatives after they are released from sinister Nazi-style concentration camps, according to new evidence.

Failure to do so will heap ‘shame’ and ‘disgrace’ on their families in Chechnya, part of Vladimir Putin’s empire, they are told.

Details of these so-called ‘honour killings’ come as former gay inmates tell of the abuse they suffered inside ‘unofficial’ detention centres.

Distressing photos show former prisoners covered in bruises where they were beaten on their legs and backsides while an unverified video shows the moment two men were apparently questioned for having sex in private – though its veracity is unclear.

In one secret jail in Argun, near a nursery called Fairytale Kindergarten Number 8, gay men are ordered to ‘sit on bottles’ as punishment.

Chechnyans are being ordered to murder their gay relatives in so-called 'honour killings' after they are released from cruel prisons, it has been claimed. Pictured: A former gay inmate's bruises

Chechnyans are being ordered to murder their gay relatives in so-called ‘honour killings’ after they are released from cruel prisons, it has been claimed. Pictured: A former gay inmate’s bruises

Families are believed to be 'shamed' for not snitching on homosexuals, who are publicly humiliated, beaten up and electric shocked in prisons. Pictured: A former military base in the city of Argun, believed to be the location of one of the camps

Families are believed to be ‘shamed’ for not snitching on homosexuals, who are publicly humiliated, beaten up and electric shocked in prisons. Pictured: A former military base in the city of Argun, believed to be the location of one of the camps

The guards in these allegedly unofficial jails are accused of releasing them to their relatives if the family promises to kill them, an investigation by Radio Svoboda claimed.

Journalists were told about ‘at least two similar cases that ended with the death of men, but there is no chance to check this information because in the case of such “honour killings”.’

A victim known as Said who fled to Europe claimed his friend was freed from a camp ‘by military men on the condition that his family would kill him’, adding: ‘His uncle killed him, I know for sure. He was 20 or 21.’

A gay man who claimed to know former inmates said: ‘Some of them were half dead after the beatings and were returned to relatives like a bag with bones. I know for sure about two dead victims.

‘If you were kidnapped, there were three ways to get out: To pay a lot of money – I heard about 1.5 million roubles (£21,100) – to betray others, or they give you back to relatives and order them “to sort it out”.’

Chechnya, which has come under fire from LGBT groups for its institutional homophobia, is run by Ramzan Kadyrov, a father-of-ten who has been accused of ordering extra-judicial killings.

Former gay inmates have told of being forced to dance in front of non-gay prisoners. Pictured: The alleged location of one of the prisons in Argun in southern Chechnya

Former gay inmates have told of being forced to dance in front of non-gay prisoners. Pictured: The alleged location of one of the prisons in Argun in southern Chechnya

The guards in these allegedly unofficial jails are accused of releasing them to their relatives if the family promises to kill them, an investigation by Radio Svoboda claimed. Pictured: The alleged location of a secret prison in Argun

The guards in these allegedly unofficial jails are accused of releasing them to their relatives if the family promises to kill them, an investigation by Radio Svoboda claimed. Pictured: The alleged location of a secret prison in Argun

The latest evidence indicates that his police and security thugs act as jailers and demand families slaughter their own gay relatives.

It was feared that he is sanctioning the killings of homosexuals after his spokesman after Alvi Karimov denied there were any gays in Chechnya at all.

Karimov added: ‘You can’t detain and harass someone who doesn’t exist in the republic.

‘If there were such people in the Chechen republic, law enforcement wouldn’t have a problem with them because their relatives would send them to a place of no return.’

The Kremlin has expressed scant concern over the revelations, showing no inclination to demand explanations from Kadyrov.

Putin’s spokesman Dmitry Peskov said: ‘We don’t know how much of it is true….I’m not an expert in the field of non-traditional sexual orientation.’

Heda Saratova, Kadyrov’s ‘human rights’ advisor, compared being gay to terrorists and trespassers before going on to apparently condone the ‘honour killings’.

One Chechen man and former inmate has bravely revealed the abuse he suffered while locked up as part of Kadyrov’s anti-gay purge.

Chechnya, which has come under fire from LGBT groups for its institutional homophobia, is run by Ramzan Kadyrov, left

Chechnya, which has come under fire from LGBT groups for its institutional homophobia, is run by Ramzan Kadyrov, left

It was feared that Kadyrov, top, is sanctioning the killings of homosexuals after his spokesman after Alvi Karimov denied there were any gays in Chechnya at all

It was feared that Kadyrov, top, is sanctioning the killings of homosexuals after his spokesman after Alvi Karimov denied there were any gays in Chechnya at all

The man, known only as Adam, said metal clamps were attached to his fingers and toes before shockwaves were sent through his body, as part of a campaign of torture at an informal detention facility in Chechnya.

Adam also told how he was beaten with wooden sticks or metal rods as his torturers shouted abuse at him and demanded to know the names of other gay men.

He told the Guardian: ‘Sometimes they were trying to get information from me; other times they were just amusing themselves.

‘They woke us up at 5am and let us sleep at 1am. Different people would come in and take turns to beat us. Sometimes they brought in other prisoners, who were told we were gay and were also ordered to beat us.

‘They called us animals, non-humans, said we were going to die there.’

He said he was arrested after being called by a long-time gay friend who suggested that they meet up.

But when he arrived he was met by thugs who detained him, accused him of being gay, and then showed him messages he had sent to other men.

Protesters gathered outside the Russian embassy in London to denounce the camps. Kadyrov is a staunch ally of President Putin 

Protesters gathered outside the Russian embassy in London to denounce the camps. Kadyrov is a staunch ally of President Putin

Forced into a confession, he was then taken to the camp where the torture started.

Adam claims that he was held alongside more than a dozen homosexual men, who were subjected to a similar ordeal.

His story backs up earlier reports in Russian newspaper Novoya Gazeta that more than 100 gay men have been detained as part of a purge being carried out by leader Ramzan Kadyrov, a staunch Putin ally.

Journalists claim to have concrete evidence that at least three people have been killed as part of the purge so far.

Images of people who claim to have been detained at the camps show them with large bruises on their legs, and what appears to be burns on their backside.

One of those who escaped told the newspaper that prisoners were beaten to force them to reveal other members of the gay community.

Another prisoner who fled said that before being incarcerated in one of the camps, he had been forced to pay bribes to Chechen police of thousands of rubles every month in order to survive.

One former gay inmate, known only as Adam, said metal clamps were attached to his fingers and toes before shockwaves were sent through his body as part of a campaign of torture at an secret prison in Chechnya. Pictured: Another victim speaking out on TV in Germany

One former gay inmate, known only as Adam, said metal clamps were attached to his fingers and toes before shockwaves were sent through his body as part of a campaign of torture at an secret prison in Chechnya. Pictured: Another victim speaking out on TV in Germany

Now the regime had taken another step against gays by creating these camps, the survivor said.

Asked about reports of the arrests, Kadyrov spokesman Alvi Karimov called them ‘absolute lies and disinformation.’

In a shocking assertion, Karimov added that it was impossible to persecute gays in Chechnya, because there are none.

 

gayglobeus @ April 14, 2017

This Is What Happened When A Young Russian Came Out As Gay On YouTube

Posted in: Spot / International News Wire | Comments Off on This Is What Happened When A Young Russian Came Out As Gay On YouTube

BuzzFeed News

A 23-year-old Russian violinist called Artem Kolesov emailed BuzzFeed News last week with a message that began: “Hello, I know that you receive thousands of emails every day, but I would like to share my story with you.”

He explained that he grew up in a Pentecostal Christian family in rural Russia, that both his parents were pastors, and that he had just come out as gay on YouTube.

“I did it,” he wrote, “Because it breaks my heart to know how many Russian children and other LGBT youth around the world feel like they’re alone”.

Kolesov sent a link to the YouTube video – which he uploaded a day after his birthday – and said he hoped that it might at least help one child.

It detailed the years he spent praying that God would take his homosexuality away, the depression he suffered, the five attempts to kill himself, and his reasons for speaking out now.

He agreed to be interviewed on the phone at first, and then via Skype. It was just days after reports had emerged that the authorities in Chechnya were arresting, imprisoning and murdering gay men.

His video reveals another, invisible kind of prison that exists in Russia for LGBT people – one of silence and fear. In 2013, Russia introduced a vague, far-reaching law, referred to in the West as the “gay propaganda” law that forbids any suggestion to children that homosexuality is normal and that in practice, human rights organisations attest, has muzzled LGBT people across the country.

It has also helped to shut down organisations and websites that try to help sexual minorities and, according to reports, fuelled violence and hostility toward LGBT people. But Kolesov refuses to be silent.

YouTube

In the video he explains that he knew he liked boys when he was five. “During my entire childhood I heard from my parents and the church that homosexuality is a huge sin,” he says, “so I started praying in secret to God so that he would make me ‘normal’. In my family I often heard that all gays should be destroyed, that they should be bombed, and that if anyone in our family turns out to be gay, my family should kill them with their bare hands.”

Kolesov grew up with his four brothers in Maloyaroslavetz, a town of 5,000 people, an hour outside of Moscow.

“I never heard anything good about gay people,” he says. “All I knew was that gays are the people who everyone should hate. I was scared because I knew that I was gay. I didn’t know anyone who I could talk to about it. It seemed that I was the only gay person in Russia.”

Artem Kolesov

Artem Kolesov aged four, seven and 12

This isolation grew as Kolesov got older and became more involved with the church. “How could I be Christian and be gay at the same time? My self-hatred put me into a deep depression,” he says in the video. Learning the violin from aged six was his only outlet.

“Every night I cried and prayed that God would deliver me. I asked, ‘Lord why me? Why do I have to go through all of this?” In his Pentecostal Church in St Petersburg, Kolesov even signed a petition against a gay pride parade for fear that if he did not others would become suspicious.

He says he asked God if he could die before his mother found out he was gay. He took a vow to never tell anyone. “I never thought I would live to be 23,” he says. But while struggling with depression and amid several suicide attempts, Kolesov realised that he could not put his mother, who had lost another of her sons in a car accident, through more grief.

“One day during my depression I was talking to my friend and he told me that his friend came out to her parents as a lesbian,” he says. “They said that they don’t approve of her ‘lifestyle and she hanged herself…I thought that this could be me.”

Aged 16, after ten years of learning the violin, Kolesov won a full scholarship to attend a music school in Canada. Here, life began to change for him.

“For the first time in my life I met people who openly lived a full life despite being LGBT,” he says. “The first time I met an openly gay person I started shaking because I know that I am just like him.” Initially, he was still unable to shake off everything he had learned about gay people. “I loathed myself and every LGBT person around me.”

But in a different, more accepting environment, he gradually became stronger, and last month told his mother he was gay shortly before uploading the video. “One of the requests she had for me was not to tell anyone about it,” he says. “She asked me for the same reason as my older brother – they are ashamed to have a gay son and brother.”

It did not deter him. He wants to stop other Russian kids hating themselves and feeling like they’re the only one.

“We don’t come out for heterosexual people to know,” he says. “We don’t come out for the ones who hate us to know. We shout and make as much noise as possible just so other people like us who are scared and can’t be themselves would know that they are not a mistake and they are not alone.”

The anti-propaganda law is, he says, killing people. “I would like to say to the Russian lawmakers that if what I am doing right now is ‘same-sex propaganda’ then what you are doing can be considered ‘encouragement of suicide.’” He ends the film with a single message:

“If you are watching this video and you or someone you know is in a difficult situation, know that I love you and that your happiness is worth living and fighting for.”

Speaking on the phone to BuzzFeed News from Chicago where he now studies violin at the Chicago College of Performing Arts, Kolesov explained what happened shortly after he uploaded the video.

“I took a picture on Instagram and shared it on Facebook as well and shared a link to the video and I wrote, ‘What starts with a ‘g’ and rhymes with ‘yay’? Artem!’ And I said, ‘Dear friends, if you have more questions you can watch this video.’ About 20 minutes after I posted that picture everyone started commenting and saying, ‘I love you, I’m so proud of you.’”

They weren’t only people he knew from the USA and Canada: three Russian friends contacted him. “They let me know that they saw it and they support me. It was incredible.” There was one man in particular whose reaction he was afraid of, whom Kolesov thought would respond with homophobia. “He said, ‘Well I’m gay actually as well.’”

Not all of his friends, in particular those from his church in Canada, were supportive, he said, but for the ones who were, it was worth it.

“I feel more connected to them,” he said. “Hiding a part of my identity for so long people didn’t know the real me and I feel like people are finally starting to know me. It’s very liberating.”

Artem Kolesov

Artem Kolesov aged 19 and 22

Kolesov is not speaking to his family at the moment, however, since coming out to them and posting the video. “Even if I go back to Russia I’m not sure I would be feeling completely safe with my own family,” he said, explaining that although his mother said she loved him, “she thinks there’s something wrong with me; she said it’s not natural, that God doesn’t want it”.

Returning to his motherland now poses the risk of arrest, he said – authorities could deem his YouTube video a breach of the propaganda law. “When I was making the video and editing I found out that a teen in Russia was arrested for joining an LGBT support group.” Such groups are becoming more secretive, he said, as the government clamps down.

Despite the possibility of arrest, he has no regrets, because he says that as well as his own liberation, LGBT Russians will be able to hear him, and the rest of the world will hear the voice of a gay Russian.

“When I was growing up I was isolated from the LGBT community,” he said. “And just hearing anything about LGBT people I realised that maybe if the Russian kids hear about my story maybe they could know that a lot of people are going through the same struggles.”

YouTube

Making the video in Russian with English subtitles was a deliberate choice, he said, so young Russians would relate to his words better. And showing his face was equally important – and rare for a gay Russian, he said – to show that he is not ashamed.

Shortly after uploading it, Kolesov heard the reports about what has been happening in Chechnya. “I wasn’t surprised,” he said. “And to be honest my heart breaks every time I hear something like that about Russia. I know how angry people are. They are trying to express their anger through the LGBT community being persecuted. The LGBT community is very vulnerable. So when I saw the news I thought, ‘Well there’s so many people who don’t have the privilege that I have of speaking out freely, I feel that I must do it.’”

People in the West too easily forget what life is like for LGBT people in countries where they are criminalised, he said, but rather than feeling helpless, there are small but important things they can do to help the Russian LGBT community. “Not being silent about their support – a lot of times I didn’t even know who was supportive or who I could trust. I want to call people to action in a way that they could express their support. That could help kids in Russia and show them that it’s OK.”

With fears of returning to Russia, Kolesov says he hopes to stay in the US, and make it as a violinist. He plays in a quartet called the Yas Quartet and hopes too that this will help him retain the freedom he longed for most of his life. As he hangs up, his original email to BuzzFeed News re-appears on the screen. At the end he writes of those in Russia who do not have the opportunities he had.

“There are children who are now scared for their lives and for their freedom to be themselves.” And with this, he signed off.

“Thank you, Artem.”

gayglobeus @ April 14, 2017

Tim Horton’s ad celebrates homosexual couple as a ‘perfect pair’

Posted in: Spot / International News Wire | Comments Off on Tim Horton’s ad celebrates homosexual couple as a ‘perfect pair’

April 4, 2017 (LifeSiteNews) – Inclusiveness is the message in Tim Horton’s new “Perfect Pairings” commercial that links fast-food combos with cameos of friends and romantic couples, including one consisting of two young, male homosexuals.

“They are trying to normalize homosexuality,” said Gwen Landolt of the REAL Women of Canada. “But they aren’t normal. They amount to between one and two percent of the population the world over.”

The minute-long video came just a month after Coca-Cola won plaudits from the homosexual community in the U.S. for an ad featuring a brother and a sister vying for the attention of the new pool boy by offering him a cold Coke.

In Tim Horton’s ad, the most airtime goes to a middle-aged heterosexual couple who, thanks to meeting at Tim’s, have a “second chance” at romance. Then there are two sets of young female buddies. After that, there are two young men looking enough alike to be brothers, down to the haircuts and matching goatees, whose “first date was at Tim Horton’s.”

Tying them all together is fast food. “At Tim Horton’s,” says the voiceover, “perfect pairings are everywhere. Like the more than 100 delicious combinations we proudly serve to Canadians every day.”

Named after a popular NHL player of the 1960s and ‘70s, Tim Horton’s has long played up its status as Canada’s leading fast-food chain. It promotes local participation sports and family values and even established an outlet serving Canadian armed forces in Afghanistan.

However, in recent years, the chain has faced some criticism from gays. In 2009, a homosexual petition led the chain to back out of sponsoring a group promoting traditional marriage in the U.S. In 2011, local management had to apologize after ejecting a lesbian couple for necking in a small Ontario town outlet. A year later, there was a similar uproar when the company’s WiFi briefly blocked a homosexual news site.

Now the chain is apparently equating being Canadian with sexual inclusion.

“They are trying to be politically correct,” Landolt told LifeSite. “They are saying homosexual relationships are like every other kind of relationship.”

To strengthen the argument, none of the romantic couples is evidently married. Certainly, none has been married for long.

“None of them have children,” said Landolt. “But people take their children to Tim Horton’s all the time. Married people go there all the time too.”

gayglobeus @ April 12, 2017

Secret codes painters left in work to signal homosexuality when being gay was still a crime

Posted in: Spot / International News Wire | Comments Off on Secret codes painters left in work to signal homosexuality when being gay was still a crime

Daily Mail

  • Many artists used secret signals to express their homosexuality before it was decriminalized in 1967
  • These subtle hints could include anything from a pair of doves to a pink flower pinned to a jacket lapel
  • Tate Britain explores how artists use the secret language in ‘Queer British Art (1861-1967)’ exhibition

A pair of doves or a peacock feather may seem like innocent props in a painting, but these are the secret codes that painters left in their works to signify their homosexuality when being gay was still illegal.

This month, London’s Tate Britain pays tribute to the covert discourse that artists used to express their sexual orientation before it was decriminalized in 1967.

From a surreptitious pink flower pinned to a jacket lapel to a red hat, these illicit signals allowed painters to reveal their sexuality without fear of being arrested.

The hotly-tipped ‘Queer British Art (1861-1967)’ exhibition explores how artists use the aesthetic as a secret language and a means of escape.

Simeon Solomon's 'Sappho and Erinna in a Garden at Mytilene' (1864) is an image of female love, with the same-sex desire hinted at by a pair of doves seated above them in the background

 Simeon Solomon’s ‘Sappho and Erinna in a Garden at Mytilene’ (1864) is an image of female love, with the same-sex desire hinted at by a pair of doves seated above them in the background
William Strang's Lady With A Red Hat (1918) is at first glance a simple portrait of writer and gardener Vita Sackville-West. But the red hat she wore - and the scarlet book she held in one hand - hinted at the decade-long affair Vita had with Virginia Woolf

Until 50 years ago, society forced gay men to either hide their sexuality or face imprisonment for their orientation.

These social pretenses prompted many homosexual men to develop a sophisticated code of signifiers to coexist as a queer, and even create their own secret British slang – Polari – to communicate without fear of arrest.

Dating back to the 19th century, some gay artists explored homosexuality through the guise of Greek mythology.

Simeon Solomon’s ‘Sappho and Erinna in a Garden at Mytilene’ (1864) is an image of female love, with the same-sex desire hinted at by a pair of doves seated above them in the background.

It was inspired by the poems of a woman named Sappho in the 4th century BC, in which she pleads that Aphrodite help her in her same-sex relationship.

The term ‘lesbian’ derives directly from this poet, as her homeland was the Greek Island of Lesbos.

Solomon, a gay painter, knew that a depiction of two men kissing would have been taboo, and was later imprisoned for his sexual preferences.

Frederick Leighton’s painting ‘Daedalus and Icarus’ (1869) hinted at interracial sexual relations between young men and their older tutors in Ancient Greece.

Edmund Dulac's satirical piece 'Charles Ricketts and Charles Shannon as Medieval Saints' (1920) depicts two men dressed as monks, hinting at the all-male bond they shared through the peacock feather held aloft in one of the men's hand

Edmund Dulac’s satirical piece ‘Charles Ricketts and Charles Shannon as Medieval Saints’ (1920) depicts two men dressed as monks, hinting at the all-male bond they shared through the peacock feather held aloft in one of the men’s hand

These coy signs also included pink flowers, such as the one Aubrey Vincent Beardsley tucked into his jacket lapel in an 1895 portrait by Jacques-Emile Blanche. Beardsley, whose own sexual orientation remains a mystery, used his clothes as a show of solidarity for his friend Oscar Wilde, who was on trial for 'committing acts of gross indecency with other male persons' the year it was painted

These coy signs also included pink flowers, such as the one Aubrey Vincent Beardsley tucked into his jacket lapel in an 1895 portrait by Jacques-Emile Blanche. Beardsley, whose own sexual orientation remains a mystery, used his clothes as a show of solidarity for his friend Oscar Wilde, who was on trial for ‘committing acts of gross indecency with other male persons’ the year it was painted

He is believed to have enjoyed a passionate relationship with poet Henry William Greville, who he met in Florence, and remained a bachelor until he died.

These signifiers became clearer in the early 20th century – with Edmund Dulac’s satirical piece ‘Charles Ricketts and Charles Shannon as Medieval Saints’ (1920) being an overt example.

It depicts two men dressed as monks, hinting at the all-male bond they shared through the peacock feather held aloft in one of the men’s hand.

The feather is a subtle nod to the Victorian Aesthetic Movement, whose members often used symbols like feathers or dyed green carnations to express their sexuality without being caught.

The piece was Dulac’s way of immortalising the bond between Ricketts and Shannon, who lived together for most of their lives – although the exact nature of their relationship remains a mystery.

Henry Scott Tuke (1858-1929) carved out a niche painting young Cornish men  swimming and sunbathing. The Critics (1927) shows two semi-naked men relaxing on a beach from behind, completely unaware of their  allure as they joke with a third man in the water

Henry Scott Tuke (1858-1929) carved out a niche painting young Cornish men swimming and sunbathing. The Critics (1927) shows two semi-naked men relaxing on a beach from behind, completely unaware of their allure as they joke with a third man in the water

David Hockney's Life Painting for a Diploma (1962) presents a male nude copied from the cover of American body-building magazine 'Physique' alongside an anatomical study of a skeleton that Hockney drew during his first days at the Royal College. The work was intended to show that painters are influenced by how they feel about their subjects in depicting them

David Hockney’s Life Painting for a Diploma (1962) presents a male nude copied from the cover of American body-building magazine ‘Physique’ alongside an anatomical study of a skeleton that Hockney drew during his first days at the Royal College. The work was intended to show that painters are influenced by how they feel about their subjects in depicting them

It was once reported that Ricketts asked a friend to leave their house after being asked too many questions on the subject.

The pair, who designed and illustrated many of gay writer Oscar Wilde’s books, once reportedly asked a friend to leave their house after he asked about the duo’s relationship.

The friend is said to have said: ‘But you are, aren’t you? You do, don’t you?’ as he left, to which Ricketts made no reply.

These coy signs also included pink flowers, such as the one Aubrey Vincent Beardsley tucked into his jacket lapel in an 1895 portrait by Jacques-Emile Blanche.

Beardsley, whose own sexual orientation remains a mystery, used his clothes as a show of solidarity for his friend Oscar Wilde, who was on trial for ‘committing acts of gross indecency with other male persons’ the year it was painted.

British artist Hannah Gluckstein defied convention by leaving her family to become an artist, dressed in male attire She insisted on being called 'Gluck' (the name of this defiant 1942 portrait, left) and lived openly with women throughout her life

Angus McBean’s black and white photographs depict actors involved in same-sex relationships. His portrait of the writer Quentin Crisp (pictured right) emphasises Crisp’s  long eyelashes and glossy lips

British artist Hannah Gluckstein defied convention by leaving her family to become an artist, dressed in male attire She insisted on being called ‘Gluck’ (the name of this defiant 1942 portrait, left) and lived openly with women throughout her life. Angus McBean’s black and white photographs depict actors involved in same-sex relationships. His portrait of the writer Quentin Crisp (pictured right) emphasises Crisp’s long eyelashes and glossy lips

Duncan Grant’s Bathing (1911) depicts seven naked men diving off a podium, swimming and finally to a pair climbing into a tilting boat. Grant was romantically linked to his cousin Lytton Strachey, the economist John Maynard Keynes, and the explorer George Mallory, but settled down with Virginia Woolf’s sister, Vanessa Bell, with whom he had a child. Despite this, he continued to have sexual relationships with male friends and models

Wilde had sued his lover’s father for libel after the man described him as a ‘posing somdomite in a letter.

But during the case, details of his homosexual – and at the time illegal – activities emerged and within days it was Wilde who was put on trial. He was found guilty and jailed for two years.

These subtle codes also featured in works created by or about women.

William Strang’s Lady With A Red Hat (1918) is at first glance a simple portrait of writer and gardener Vita Sackville-West.

But the red hat she wore – and the scarlet book she held in one hand – hinted at the decade-long affair Vita had with Virginia Woolf. Vita shocked Edwardian society because of her affairs with other women.

Art historian Caroline Gonda explained that many works about women had ‘a sense of the hidden, the possible and the just-out-of-sight, whether in the realm of the visible/hidden body or the more distant realm of unseen desires, identities and relationships’.

gayglobeus @ April 12, 2017

Tunisia: Doctors Oppose ‘Anal Test’ for Homosexuality

Posted in: Spot / International News Wire | Comments Off on Tunisia: Doctors Oppose ‘Anal Test’ for Homosexuality

Poster by Shams, a Tunisian activist group, condemning the use of forced anal exams.
English translation of poster text: Is it possible to refuse an anal test? From a legal point of view: It is possible to refuse an anal test when examined by a forensic doctor. But the reality is different. The victims often “accept” the test for fear of being tortured, because of their young age, or because they are unaware of their rights guaranteed by the Constitution.

(Tunis) – The National Council of the Medical Order in Tunisia issued a statement on April 3, 2017, calling for doctors to cease conducting forced anal and genital examinations. The move is an important step toward ending degrading, discriminatory, and unscientific “testing” for evidence of homosexual conduct.

Tunisia is among several countries in which Human Rights Watch has documented the use of forced anal examinations in the last six years. These invasive and humiliating exams, based on discredited 19th century science, usually involve doctors or other medical personnel forcibly inserting their fingers, and sometimes other objects, into the anus of the accused. The law enforcement officials who order the exams claim that, based on the tone of the anal sphincter or the shape of the anus, one can draw conclusions as to whether the accused person has engaged in homosexual conduct. Forensic experts reject such a claim.

Tunisian doctors have taken a courageous step in opposing the use of these torturous exams. To ensure that forced anal testing in Tunisia ends once and for all, police should stop ordering the exams, and courts should refuse to admit the results into evidence.”

Neela Ghoshal

Senior lesbian, gay, bisexual, and transgender (LGBT) rights researcher

“Tunisian doctors have taken a courageous step in opposing the use of these torturous exams,” said Neela Ghoshal, senior lesbian, gay, bisexual, and transgender (LGBT) rights researcher at Human Rights Watch. “To ensure that forced anal testing in Tunisia ends once and for all, police should stop ordering the exams, and courts should refuse to admit the results into evidence.”

Forced anal exams violate the Convention against Torture, the International Covenant on Civil and Political Rights, and the African Charter on Human and Peoples’ Rights. As the United Nations Committee Against Torture has emphasized, they “have no medical justification and cannot be performed with the free and informed consent of the persons subjected to them, who consequently will then be prosecuted.” For medical practitioners to conduct such exams is a violation of medical ethics, Human Rights Watch said.

The statement from Tunisia’s medical council said that doctors must henceforth inform peoples that they have the right to refuse the exam. Prohibiting doctors from carrying out anal exams without consent is a step in the right direction, but because of their unscientific nature, the use of anal exams to test for consensual homosexual conduct should cease altogether, regardless of consent, Human Rights Watch said. In that sense, the medical council’s statement does not go far enough: it leaves open the possibility that someone accused of same-sex conduct might “consent” to an anal exam under pressure from police, because they believe their refusal will be held against them, or because they believe it will prove their innocence.

Doctors in the Tunisian towns of Sousse and Kairouan subjected at least seven men accused of sodomy under article 230 of the penal code to forced anal exams in 2015, sparking a civil society movement against the practice. Human Rights Watch interviewed the men, some of whom described the forced anal exams as akin to rape. A 22-year-old student subjected to an anal exam in Kairouan told Human Rights Watch: “I felt like I was an animal, because I felt like I didn’t have any respect. I felt like they were violating me. I feel that up to now.”

The UN Committee Against Torture condemned the use of anal exams in Tunisia in May 2016, and the European External Action Service asked Tunisia to immediately stop conducting these examinations at an EU-Tunisia human rights dialogue in January 2017.

The statement by the medical council follows a more recent case in which two young men were arrested on sodomy charges in December 2016. They were subjected to forced anal exams, and though the results were “negative,” were sentenced in March 2017 to eight months in prison.

In a July 2016 report, Human Rights Watch documented and condemned the use of forced anal exams in Cameroon, Egypt, Kenya, Lebanon, Turkmenistan, Uganda, and Zambia. Tanzania also carried out forced anal exams on suspected gay men in Zanzibar in December, during an ongoing anti-LGBT crackdown.

In Lebanon, the use of forced anal exams declined significantly in 2012 when, in response to a campaign by activists against the “tests of shame,” the Beirut Medical Syndicate issued a circular calling on doctors to cease carrying out the exams. But isolated cases occurred as recently as 2015, indicating that action by a medical council is unlikely to be enough to fully stem the practice.

Heads of states and heads of governments should take steps that are legally within their powers to end forced anal examinations in prosecutions for consensual same-sex conduct, such as issuing executive orders prohibiting their use; introducing and advancing legislation banning forced anal examinations; or instructing relevant ministries to take steps to ban the exams, Human Rights Watch said.

Judicial authorities should prohibit judges and magistrates from admitting the results of anal examinations into evidence in cases involving criminal charges of consensual same-sex conduct, and law enforcement officials should refrain from ordering the exams.

Health ministries and national medical councils or similar regulatory bodies should prohibit medical personnel from conducting anal examinations on people accused of consensual same-sex conduct. National human rights institutions should investigate the use of forced anal examinations and call on relevant authorities to put a stop to the practice.

The World Health Organization should issue a clear statement condemning the use of forced anal exams in homosexuality prosecutions, Human Rights Watch said.

Human Rights Watch calls on all countries to revoke laws that criminalize consensual same-sex conduct, which violate international recognized rights to privacy and nondiscrimination.

“It is time for the world to say a resounding no to the use of forced anal exams everywhere,” Ghoshal said. “It is encouraging to see Tunisia’s doctors leading the way. Medical councils around the world, as well as law enforcement agencies and other government bodies, should take their cue from this example.”

gayglobeus @ April 12, 2017

Tunisia medical council bans forced anal tests for homosexuality after nearly decade of abuse

Posted in: Spot / International News Wire | Comments Off on Tunisia medical council bans forced anal tests for homosexuality after nearly decade of abuse

The Independent

Forced medical examinations for homosexual men have been banned by Tunisia’s medical council.

Same sex relationships are banned in the north African country, where doctors perform anal “tests” people suspected of engaging in them.

But the National Council of the Medical Order has now decreed that doctors must tell people they have a right to refuse the exams.

Human Rights Watch (HRW) said the announcement, made earlier this month, was an “important” and “courageous” step forward.

Crowd of people hold LGBT dance party outside Mike Pence’s house

However, it said that people could still feel  compelled to give their “consent” in some circumstances. Campaigners have said the tests can amount to torture.

“Tunisian doctors have taken a courageous step in opposing the use of these torturous exams,” said Neela Ghoshal, senior LGBT rights researcher at HRW.

“To ensure that forced anal testing in Tunisia ends once and for all, police should stop ordering the exams, and courts should refuse to admit the results into evidence.”

However, others argued more action was needed.

“Although the decision of the Tunisian medical council to oppose coercive anal tests is a welcome move, it does not go far enough,” said Peter Tatchell, LGBT rightscampaigner.

“Anal tests for homosexuality, regardless of whether they forced or with consent, are unreliable and unethical. They are rightly condemned by medical authorities worldwide.”

In Tunisia the tests have been going on for at least nine years and most probably longer.

“Damj [Tunisian LGBT rights group] said they were already hearing of cases when they first started documenting human rights abuses in 2008, and they didn’t know how far back the practice dated,” Ms Ghoshal told The Independent.

“Because they were working more or less underground at the time, not much was publicised about these abuses.”

However, a series of high profile cases in Tunisia in recent years has brought more attention to the issue.

Caitlyn Jenner speaks out on Trump failing to protect LGBT people ‘this is a disaster’

Two men were arrested in December last year and subjected to the tests. Despite ‘passing’ the exam both were sentenced to eight months in prison in March.

Earlier HRW reports also documented a number of other cases of men being subject to the abuse in 2015.

“I took my pants off and had to get on the table,” one man told the charity. “He entered one finger inside my anus, with cream on it. He put his finger in and was looking. While putting his finger in, he said, ‘Are you ok now’, I said, ‘No I’m not okay.’ It was painful.

“Then he put in a tube. It was to see if there was sperm. He pushed the tube far inside. It was about the length of a finger. It felt painful. I felt like I was an animal, because I felt like I didn’t have any respect. I felt like they were violating me.”

HRW and other rights groups have been lobbying the medical council since 2015 but it was not immediately clear what prompted the announcement.

However, HRW welcomed the development and hoped it would inspire change in other places.

“It is time for the world to say a resounding no to the use of forced anal exams everywhere,” Ms Ghoshal said.

“It is encouraging to see Tunisia’s doctors leading the way. Medical councils around the world, as well as law enforcement agencies and other government bodies, should take their cue from this example.”

gayglobeus @ April 12, 2017

What It’s Like Being 30-Days Grindr Free: Good and Bad

Posted in: Spot / International News Wire | Comments Off on What It’s Like Being 30-Days Grindr Free: Good and Bad

gaypopbuzz

attractive man beard walking outside

I deleted Grindr a month ago. Here’s what it’s been like

By: Anthony in DC

I was one of the guys who checked his Grindr no less than a dozen times a day. Every time I was waiting at the bus stop, used the restroom, lied down, or wanted to take a break from work.

 Needless to say, it consumed my life.

Don’t get me wrong, it definitely had its perks. I’ve made some great friends and dated some cool guys I met through Grindr. Not to mention I’ve had a number of fun and insane sexual encounters. Grindr definitely scratches that itch.

When I’ve had a bad day at work and am in a crumby mood, it’s nice to have a quick bone to get the stress and BS from the day out of my system.

But more often that not, Grindr was a waste of time. I’d message guys back and forth forever, never meeting up. Or a guy would say he’s coming over and then completely flake. Or a guy would comment on my body or block me.

And truthfully, most of the sexual counters were meh. The guys didn’t look like their profile pic or they would just lie there while I did all the work. Half of the time I didn’t’ want to sleep with them when they got to my door, but figured “Whatever, they’re already here.”

Whenever I thought about deleting the app, I’d say to myself, let me do one last final hurrah. Of course, then the guy would be super-hot, friendly, and the experience would be amazing. It’s like Grindr knew I was about to quit, so it purposefully put its best man forward.

 

Finally, though, after hitting Grindr rock bottom, I decided I needed to delete the app. This time, for good. Not like all those others times I deleted the app after a painful encounter, only to re-download it drunk four days later.

Here was the straw that finally broke the camel’s back:

I had gotten off from my bartending shift early for the first time in a couple of weeks. I finally had a free night to myself. Both my housemates were on dates, one with his long-term boyfriend, the other with this guy he’d only been on a few dates with, but really liked.

I hopped on Grindr and spent about three hours trying to get a guy to come over. Finally this one guy came. He looked NOTHING like his photos. He had teeth in places there shouldn’t be teeth. He was probably more than a foot shorter than me.

The six-pack in his photos were nowhere to be found. Simply put, he was ugly. I’m sorry to say it so point blank, but that’s the hard truth.

He was also incredibly awkward. I ended up having mediocre sex with him and purposefully finished quickly because I didn’t want to keep going. The whole time, I could hear my housemate with his boyfriend giggling and laughing through the walls. They were actually having a real, meaningful connection.

When he finally left, I knew I was done with the app. I had spent the one free night I had in weeks messaging for a guy to come over, only to have bad sex for seven minutes with him, which led me to feel terrible about myself. All the while, both my housemates were having meaningful connections with other guys and actually having good sex.

 

So, I deleted it. This time for good. Sure, the experience in itself wasn’t that bad, and I’ve definitely had isolated Grindr experiences that were worse, but this time, it just hit me harder than it usually did.

Now, after three years of using the app incessantly, I’ve finally deleted my Grindr. I was shocked how much better my life has become.

First off, I have SO much more free time. You don’t realize how long it takes messaging guys back and forth all day. You don’t realize that you actually just spent two hours lying in bed doing nothing but sending dick pics.

Second, it’s forced me to meet guys in real life and to be more sexually aggressive. When I had a Grindr and went out trying to meet guys, in the back of my mind, I knew that if I don’t talk to anyone there, it’s okay, because I can always have a guy come over from Grindr after.

 

But when that isn’t an option, and the only way you’re going to meet people (and get laid) is by talking to them and being flirty, then that’s what you do. I’ve become so much better at meeting people in real life since I’ve been off Grindr, and it’s literally only been a month.

Third, your life isn’t consumed by casual encounters and sex. If it sounds like I’m slut-shaming here, I’m really not. Trust me, I’m one of the biggest sluts you’ll ever meet. But it’s nice when you feel like you have more of a grip on your sexual encounters.

You’re doing it for you and because you want to, not simply because you’re bored, had a bad day, or want to feel validated through a quick sexual fling.

So, all in all, it’s been pretty good. That said, there are definitely times when I get horny and wish I could have an easy bone, but those times, I just fire up the laptop, turn on some p*rn and get down to business.

I always read those articles about guys who quit Grindr (and all other hook up apps) and talk about how their life got better. I never believed them, until I reached Grindr rock bottom, and felt a compelling urge to quit for good.

I can’t say I’ll never go back to it, but I will say, if I do eventually go back to using Grindr, it won’t be for a long time.

gayglobeus @ April 12, 2017

Grindr just launched an online magazine

Posted in: Spot / International News Wire | Comments Off on Grindr just launched an online magazine

The Verge

This week, Grindr launched Into, an online magazine that marks the app’s first step into digital publishing, Dazed reports. The content will be partly user-generated, according toDazed, and will live alongside work by more established artists, like photographers Michael Bailey Gates and Ren Hang. The current homepage includes short posts about music videos, a guide to escaping a bad date, haircut ideas, and a video about living as a gay man in the 1980s.

As Dazed points out, this zine is just one more recent attempt by Grindr to prove its position as a lifestyle brand instead of just a “hookup app.” Earlier this month, the app launched its own emoji keyboard, and has previously dropped a menswear line.

I asked a friend, a frequent Grindr user, what he thought of this decision, and he said, “What they really need to do is stop spending money on zines and emoji and start spending money on the technical wonkfest that is the app.”

It’s a fair point; Grindr is glitchy and strangely designed, but because its users have few other options, it can get away with ignoring its flaws while prioritizing flashier endeavors. Still, CEO Joel Simkhai told Dazed that Grindr users were looking for “content… that has a global perspective, but is also personalized and local.” So, for now, that’s what they’re getting.

gayglobeus @ April 12, 2017

California scientists make cells RESISTANT to HIV

Posted in: Spot / International News Wire | Comments Off on California scientists make cells RESISTANT to HIV

Daily mail

  • Scientists have discovered a way to make cells resistant to HIV
  • Antibodies that fight HIV are tethered to immune cell receptors 
  • They block the virus from accessing the cell receptor and spreading infection
  • Cells without antibody protection die off and protected cells pass on the protective gene to new cells

Researchers have found a way to make cells resistant to HIV, a new report reveals.

In a major breakthrough, scientists have tethered HIV-fighting antibodies to immune cells, creating a cell population resistant to the virus.

These resistant cells can quickly replace diseased cells, making it more effective than other therapies – and potentially curing the deadly disease.

The researchers plan to collaborate with investigators at City of Hope’s Center for Gene Therapy, in California, to evaluate this new therapy in efficacy and safety tests, as required by federal regulations, prior to testing in patients.

Scroll down for video

Scientists have found a way to make cells resistant to HIV by attaching antibodies to cell receptors, which block the virus from infecting them. Diseased cells die off and the protected cells spread the protective gene to new cells, making a resistant population

Scientists have found a way to make cells resistant to HIV by attaching antibodies to cell receptors, which block the virus from infecting them. Diseased cells die off and the protected cells spread the protective gene to new cells, making a resistant population

The research, conducted at The Scripps Research Institute (TSRI) in San Diego, California, first tested their system against rhinovirus, which is responsible for many cases of the common cold.

They used a vector called lentivirus to deliver a new gene to cultured human cells.

The team then had cells synthesize antibodies that bind with the human cell receptor that rhinovirus needs to gain access.

With the antibodies monopolizing that site, the virus cannot enter the cell to spread infection.

HIV TRANSMISSION AND PREVENTION

You can get or transmit HIV only through specific activities, most commonly through sexual behaviors and needle or syringe use.

The FDA has approved more than two dozen antiretroviral drugs to treat HIV infection.

They’re often broken into six groups because they work in different ways.

Doctors recommend taking a combination or ‘cocktail’ of at least two of them.

Called antiretroviral therapy, or ART, it can’t cure HIV, but the medications can extend lifespans and reduce the risk of transmission.

1) Nucleoside/Nucleotide Reverse Transcriptase Inhibitors (NRTIs)

NRTIs force the virus to use faulty versions of building blocks so infected cells can’t make more HIV.

2) Non-nucleoside Reverse Transcriptase Inhibitors (NNRTIs)

NNRTIs bind to a specific protein so the virus can’t make copies of itself.

3) Protease Inhibitors (PIs)

These drugs block a protein that infected cells need to put together new copies of the virus.

4) Fusion Inhibitors

These drugs help block HIV from getting inside healthy cells in the first place.

5) CCR5 Antagonist

This stops HIV before it gets inside a healthy cell, but in a different way than fusion inhibitors. It blocks a specific kind of ‘hook’ on the outside of certain cells so the virus can’t plug in.

5) Integrase Inhibitors

These stop HIV from making copies of itself by blocking a key protein that allows the virus to put its DNA into the healthy cell’s DNA.

Cells without antibody protection died off, leaving protected cells to survive and multiply, passing on the protective gene to new cells.

In the technique tested against HIV, all strains of the virus need to bind with a cell surface receptor called CD4.

After introducing cells to the virus, the researchers ended up with an HIV-resistant population. The antibodies recognized the CD4 binding site, blocking HIV from getting to the receptor.

‘This is really a form of cellular vaccination,’ said senior author Dr Richard Lerner, Professor of Immunochemistry at TSRI.

Researchers say the new technique offers a significant advantage over therapies where antibodies float freely in the bloodstream at a relatively low concentration.

Dr Jia Xie, a senior staff scientist at TSRI and first author of the study, called it the ‘neighbor effect’. An antibody stuck nearby is more effective than having many antibodies floating throughout the bloodstream.

The scientists further confirmed that these tethered antibodies blocked HIV more effectively than free-floating, soluble antibodies in experiments led by the International AIDS Vaccine Initiative.

The ultimate goal will be to control HIV in patients with AIDS without the need for other medications.

Although the annual number of new HIV diagnoses declined by 19 percent from 2005 to 2014, the disease is still prevalent.

More than 1.2 million people in the US are living with the virus, and one in eight of them don’t know it.

‘HIV is treatable but not curable – this remains a disease that causes a lot of suffering. That makes the case for why these technologies are so important,’ said Dr Joseph Alvarnas, from City of Hope.

In addition to the collaboration, Dr Xie said the next step in this research will be to try engineering antibodies to protect a different receptor on the cell surface.

Dr Carl Dieffenbach, of the National Institute of Allergy and Infectious Disease, told Daily Mail Online that while the design of the idea is interesting, there is a fundamental problem when it comes to gene therapy.

‘How do you know how to put antibodies into the right cells?’ he explained.

‘HIV is notorious for generating large variations and what will happen is that some population of the virus will not bind to the antibody so you’ll kill off sensitive cells but the virus will continue to grow.

‘With antiretroviral drugs, we have to use a three drug cocktail because of the virus’s many variations so you would have to use a similar cocktail of antibodies.’

Dr Dieffenbach added that while there have been several tantalizing research breakthroughs in the last five years, the new findings have yet to be proven in clinical trials.

‘We have amazing therapy and really effective therapies, very good tools. But we’re not at the point yet where we can make better tools, like a cure or a vaccine,’ he said.

 

gayglobeus @ April 12, 2017

Montreal hosts Canada’s annual HIV/AIDS conference

Posted in: Spot / International News Wire | Comments Off on Montreal hosts Canada’s annual HIV/AIDS conference

theconcordian

Canada’s leading scientists discuss issues and future progress surrounding HIV/AIDS

More than 900 of Canada’s top scientists, physicians and community leaders joined Canada’s largest HIV/AIDS conference in Montreal from April 6 to 9.

According to the Canadian Association for HIV Research, in 2017, more than 70,000 Canadians live with HIV, and every year an estimated 2,300 to 43,000 new infections are reported.

Canada’s annual HIV/AIDS conference was held at the Hotel Bonaventure in Montreal. The Canadian Association for HIV Research is Canada’s leading organization for research on the disease. The organization includes more than 1,000 researchers, scientists and physicians committed to finding ways to prevent and cure HIV.

The 26th edition of the conference addressed how HIV remains a pressing issue that still requires more resources and research to prevent its spread and find a cure. This year’s theme was “We’re Not Done Yet,” in reference to the need for more research and resources to help eradicate HIV/AIDS.

Five presentations were given, focusing on issues related to HIV/AIDS, protection and preventative measures.

“Tremendous successes have been achieved in the fight against HIV-AIDS,” said Dr. Alexandra de Pokomandy, a faculty member at McGill University and a renowned HIV researcher, during her presentation. “However, people living with HIV, health care workers, community members and researchers in Canada and elsewhere around the world also agree that many challenges remain, and HIV continues to kill.”

More than 800 people attended the event and stopped by specialized kiosks to learn about HIV research and resources.

Realize Canada, one of the organizations with a kiosk, is a national charitable organization that works with schools, employers, insurance companies and other associations to help improve the daily lives of people living with HIV and other episodic disabilities, such as depression, Hepatitis C and chronic fatigue syndrome. “Realize is geared towards postsecondary students,” said Puju Ahluwalia, Realize Canada’s project coordinator.

“When someone has an episodic disability like HIV, there is little predictability as to when these episodes will occur or for how long,” Ahluwalia said. “Realize Canada works with schools and student disability offices to help raise awareness and offer assistance for students living with an episodic disability.”

Students who have a test or an assignment due on a specific date might not be able to meet the deadline if they are affected by an episodic disability like HIV. Realize Canada will guide these students to different resources on their campuses and help work with their schools. Realize Canada works as a rehabilitation resource to help provide students with the health care and psychological support they need, Ahluwalia said in an interview with The Concordian.

During the conference, the PrEP pill was a point of discussion during a presentation by Dr. Peter A. Newman, a researcher at University of Toronto. The PrEP pill was legalized in Canada in February 2016. According to the Centres for Disease Control and Prevention Canada, PrEP-exposure prophylaxis, or PrEP, is a pill that reduces the risks of contracting HIV from sex by more than 90 per cent. Among people who inject drugs, it reduces the risk by more than 70 per cent. The risk of contracting HIV from sex can be lowered further if you combine PrEP with condoms and other safe-sex methods.

Photo by Ana Hernandez.

PrEP can stop HIV from spreading throughout your body and is most effective in preventing HIV when taken daily, states Canada’s Centres for Disease Control and Prevention. PrEP should only be used by people who are HIV negative and who are at high risk for HIV infection. People interested in using PrEP should talk to their health care provider and meet with a doctor to receive a prescription. Depending on one’s insurance policy, or work insurance the price for PrEP can be covered in full.

However, Newman addressed how stigmas have begun to emerge within the LGBTQ+  communities on whether or not someone is on the PrEP pill, and whether or not they could have sex without a condom. “When dating, some men who are on the PrEP pill might receive pressure to not use a condom when having sex, or might be judged for using a condom,” Newman said during his presentation.

Another presenter, Allison Carter, who is a PhD student at Simon Fraser University, focused on the feminist approach to women living with HIV.  Carter’s study revealed that “women who are HIV positive can be happy and enjoy emotional and intimate relationships,” she said.

Among the 1,300 HIV-positive women involved in the study, those who claimed they were happy were involved in long-term sexual relationships. “We want women to know that they can have sex and have pleasure,” Carter said.

gayglobeus @ April 12, 2017

HIV-infected sex offender moving back to Winnipeg, police say

Posted in: Spot / International News Wire | Comments Off on HIV-infected sex offender moving back to Winnipeg, police say

winnipegfreepress

Police are alerting Winnipeggers that an HIV-positive sex offender who faced possible deportation is instead getting out of prison and expected to resume living in the city.

Apay Ogouk, 33, is being released Tuesday after serving his sentence on three counts of aggravated sexual assault. Ogouk had unprotected sex with three female teen partners — including two who contracted the potentially deadly disease. Although the acts were consensual, Ogouk didn’t tell the women about his condition or take steps to protect them from exposure.

Apay Ogouk, 33, is a convicted sex offender and is considered at risk to re‑offend in a sexual manner against all females, both children and adults. (Police handout)</p>
Apay Ogouk, 33, is a convicted sex offender and is considered at risk to re‑offend in a sexual manner against all females, both children and adults. (Police handout)

“Although he participated in some treatment programming in the past, Ogouk is still considered at risk to reoffend in a sexual manner,” the Manitoba high-risk sex offender unit said Monday in its community notification.

“All females are at risk.”

At his November 2014 sentencing hearing, court heard how Ogouk was born in Sudan and suffered a horrible upbringing, which included his father’s execution, living in a crowded refugee camp and moving to an Ethiopian orphanage after his mother died of health issues in his early teens. He came to Canada as a refugee in 2005, settling in Winnipeg.

In 2006, Ogouk was told he was HIV-positive after getting tested at a clinic. He was repeatedly told over the years, often through an interpreter, about the dangers of being sexually active and not using protection. The Winnipeg Regional Health Authority even obtained a special order under the Public Health Act compelling him to disclose his condition to sexual partners.

But Ogouk failed to do so, striking up three relationships with women between 2006 and 2009.

The first, with a 15-year-old girl who would hang out at his apartment and drink alcohol, did not result in her becoming infected as a matter of “pure luck,” the Crown told court. But his other two partners were not as fortunate. Both became seriously ill months after beginning their relationships with him and learned they are HIV-positive.

Police began investigating in 2010 and obtained a warrant for Ogouk’s arrest. He had moved to Calgary, where he was eventually charged with aggravated sexual assault against two other women. Both have tested negative for HIV.

Ogouk was given a five-year sentence for those offences after pleading guilty. He was then given a seven-year sentence for the three Winnipeg crimes, but that included a large chunk of time already spent in custody.

“If I get a chance, I don’t do that again,” Ogouk said through a translator at the time of his sentencing. “I’m very sorry for that.”

Court was told Ogouk might have his refugee status revoked and be deported to Africa, although there was no guarantee that would occur. Given Monday’s public alert, it clearly hasn’t.

Ogouk has been serving his sentence in Alberta but is expected to return to Winnipeg now that he is free again, according to police.

“This information is provided to enable members of the public to take suitable measures to protect themselves. Any form of vigilante activity or other unreasonable conduct directed at Ogouk will not be tolerated,” a police release said.

Anyone with information is asked to call the Manitoba Integrated High Risk Sex Offender Unit at (204) 984-1888 or Manitoba Crime Stoppers at (204) 786-8477 or toll free at 1-800-222-8477.

 

gayglobeus @ April 12, 2017

India to ban discrimination against people with HIV/AIDS

Posted in: Spot / International News Wire | Comments Off on India to ban discrimination against people with HIV/AIDS

India has passed a landmark bill which aims to ensure equal rights for those living with HIV/AIDS.

The HIV and AIDS (Prevention and Control) Bill, passed by the country’s parliament on Tuesday, will make it illegal to discriminate against people living with and affected by HIV.

It is the first of its kind in south Asia, and will make India the largest country in the world to ban this kind of discrimination.

The legislation will make it illegal to discriminate against those living with HIV in the workplace; deny them access to education, housing and health care, or the right to stand for or hold public or private office. The legislation also bans businesses and other public places from refusing entry to anyone with HIV/AIDS.

There are also provisions where a person with HIV is not required to undergo an HIV test, medical treatment or research without their consent. An individual will also have the right to not disclose their status unless they choose to or if required by a court order.

There were more than 2.1 million people living with HIV in India in 2015, according to UNAIDS, the United Nations program which monitors global action on HIV/AIDS.

‘Positive move’

Speaking Tuesday, India’s Health Minister J. P. Nadda said the bill was “historic” and promised action “against those who create hatred against HIV patients,” according to the Press Trust of India.

The move was welcomed by many organizations that advocate for people living with HIV.

“This legislation begins to remove barriers and empowers people to challenge violations of their human rights,” said Steve Kraus, director of the UNAIDS Regional Support Team for Asia and the Pacific.

Huidrom Rosenara, an associate director with the Delhi-based India HIV/AIDS Alliance, told CNN that “there have been many incidents of discrimination in hospitals, schools and communities.”

“These incidents have decreased compared to decades ago but they still occur,” she said.

“(The legislation) is a long awaited and positive move. We are very optimistic about it as it speaks volumes about the political commitment.”

Long time coming

India has the highest number of people living with HIV in the Asia Pacific region, and the third highest in the world, behind South Africa and Nigeria, both of which have also passed laws banning some forms of discrimination.

There were an estimated 36.7 million people living with HIV/AIDS globally in 2015, according to UNAIDS.

In India, more than 68,000 people died of AIDS that same year.

It took more than 15 years to table Tuesday’s act, discussion of which first began in 2002.

The bill has received assent from both of India’s houses of parliament and is awaiting presidential approval before it becomes law.

Rosenara from the India HIV/AIDS Alliance warned the law “won’t change the public’s mindset,” but agreed it was a step in the right direction.

“It will protect the rights of people with HIV and let them lead their lives with dignity and respect,” she said.

gayglobeus @ April 12, 2017

Anti-Gay Pastor Found Guilty Of Child Molestation

Posted in: Spot / International News Wire | Comments Off on Anti-Gay Pastor Found Guilty Of Child Molestation

huffingtonpost

Last June, Georgia pastor Kenneth Adkins made headlines when he tweeted that gay people who died in the Orlando, Florida, nightclub shooting got what they deserved.

He made headlines of a different sort on Monday when he was found guilty of sexually molesting a teenage girl and boy.

A jury of three men and nine women deliberated for about two hours before finding the 57-year-old pastor guilty of three charges of child molestation, three charges of aggravated child molestation, and two charges of enticing a child for indecent purposes, according toFirstCoastNews.com.

Adkins did not react as the verdict was being read aloud in the Glynn County courtroom. He did not testify on his own behalf during the trial, according to ActionNewsJax.com.

Before the clergyman turned himself in last August, he had led congregations in Atlanta and Brunswick, Georgia, as well as in Jacksonville, Florida.

He was originally booked on one charge of child molestation and one charge of aggravated child molestation. At the time of his arrest, Adkins’ lawyer Kenneth Gough told WJCT that those incidents dated back to 2010.

“Warrants say that these events took place in 2010 and that’s a long time,” Gough said. “We don’t know why they’re coming up now.”

Additional charges were filed after the initial arrest, and Adkins has been held without bail since then.

GLYNN COUNTY JAIL
Kenneth Adkins faces up to life in prison when he’s sentenced at the end of April.

Adkins is scheduled for sentencing on April 25, according to News4Jax. He faces up to life in prison.

“I know he was back there praying,” Gough told the station. “We were disappointed with the verdict, but we respect it. It’s part of our jury system, but we will be filing a notice of appeal, obviously.”

Adkins garnered attention two days after the