Titres / Headlines

BC List names

List of people by name

COURRIER DES LECTEURS

QUAND J’EN AURAI FINI AVEC TOI (7)

BC List names

Posted in: Spot / International News Wire | Comments Off on BC List names

Abramovic, Dr. Richard
Agius, Paul
Andrews, David [2015/07]
Aris, Izzabin Bin
Austin, Clocreen [2014/05]
Brock, William
Dean, Kenneth [2013/10]
Duckett, Barbara (Arizona Federal Credit Union Official Check for $1,500), Loan agreement/Promissory Note with Roland Webster, Driver’s Licence, bank draft with Roland Webster and US cashier’s check)
Dusana, Francis of F. Dusana Heavy Duty Equipments (Loan agreement/promissory note to Wendy Lewis)
Fischer, John (bank reference letter)
Gilbert, Christine
Gilliard, James
Graham, George
Gustaf, Viktor of Aptilo Networks AB, [2013/09]
Izaddin, Aris
Jackson, Peter
Kiyoshi, Yukio, of NPI Lease Company Limited (Notice to the Profession, January 6, 2012)
Kudou, Noriko
Lambert, Lisa
Landers, Mark (emails from Lucy Wang, loan promissory note) [2013/09]
Lawson, David (Practice Watch, Benchers’ Bulletin, 2011 No. 3 Fall – includes copies of the documentation used in the scam, including evidence of the loan, an Ontario driver’s licence, an attestation to David Lawson’s identity by a Hong Kong lawyer, and wire transfer instructions to a lawyer)
Leong, Matthew [2013/07]
Mason, Larry
McKinley, B
Molden, Michael
Moore, Ken
Muller, Eric
Nakagawa, Yukitomo of Nippon Seisen Co., Ltd. [2014/06]
Ni, Ma Li
Norman, David J., of Moog Components Group Ltd. [2014/07]
Nowark, Andrew [2014/06]
Odwod, Alfred [2013/09]
Otermat, Robert [2013/10]
Patel, Dr. Ashokkumar (loan to Nicholas Aguilera) [2016/09]
Ponimdang, Prateep (Practice Watch, Benchers’ Bulletin, 2011 No. 4 Winter – includes a personal loan agreement, an email exchange with a lawyer, a passport and loan agreement)
Prodromou, Tom, of Prodromou and Co Textiles Limited
Prodromou, Vickott
Rahman, Susan
Richmond, James [2014/06]
Ritzinger, Volker [2016/08]
Robertson, Rich
Rudic, Mark
Ryo, Akio [2013/04]
Satoshi, Ken of Kanto Aircraft Instrument Co., Ltd [2014/01]
Shengli, Yu
Smith, Daniel
Stroddard, Davin [2015/10]
Van Hae, Joe
Wang, Lucy [2013/09]
Watwood, Edward of Kabushikigaisya Sans Trading [2014/06]
William, Ben [2013/07]
Williams, Edward
Williams, Fred
Yomex, Tony [2013/09]
Zamora, Frank
Zhang, Nan, of NPI Lease Company Limited (also references Shoji Equipment Leasing Company Ltd.) (Notice to the Profession, January 6, 2012)
Zimmerman, Patricia
Zoltan, Ray Richard [2013/05]

Commercial sales agreements and invoices (collecting on a phony overdue business account)

Ackerman, James of City of Toronto (not to be confused with the legitimate City of Toronto) [2014/07]
Akahane, Takako of Tsukasa Industry Co., Ltd. [2014/09]
Akahane, Yasuhiro of Akahane Electronics Industry
Amaya, Ayaka [2014/08]
Anderson, Mark of Armature Electric Limited
Andor, Fredrik
Appertet, Olivier of Edmond Baud SA [2015/03]
Archibald McAulay & Son Limited of City of Toronto (not to be confused with the legitimate City of Toronto) [2014/07]
Avin, Carl
Basu, Pete
Bechill, Verne C. of Wuhan Iron & Steel (Group) Corporation
Ben, Wilcox of De Bruycker nv [2014/07]
Bertolotto, Giovanni of Binding Union [2013/06]
Blackwell, Sean (loan from Ronald Morris) [2016/08]
Branson, Mark
Chau, Suzuki of Gen Company Limited [2016/08]
Cheng, Allen of Wuhi Economic and Technological Development Zone [2013/08]
Cheng, Peng, also known as Cheng, Peter of Wuhan Iron & Steel (Group) Corporation
Cheng, Yeo Mao of Hangzhou Candid I/E Co., Ltd. (CANDID)
Cheung, Fredrick of Hong Kong Wah Sun Company [2015/10]
Chiyoko, Hiroko [2014/08]
Daichi, Ayumu of Eikayo Trading Group Inc. [2015/11]
Dermaku, Lulzim of Edmond Baud SA [2015/03]
Fortis, Ronal
Franklin, Brandon of Advantage Innovation Dynamics Ltd. [2013/05]
Fukuyama, Tsukasa of Luci Pte. Ltd. [2014/09]
Funahashi, Koji of Chiyoda Corporation [2015/09]
Gang, Xu of Henan Billions Chemical Co. Ltd. [2013/07] [2013/09]
Goling, F. of Alfa Construction Ltd
Hagiwara, Taro, of Hoya Corporation
Hanson, Christopher of Kong Ying Stainless Co. Ltd. (not to be confused with Chris Hanson of the legitimate company)
Henry, Eric (erichenry09@gmail.com) [2014/06]
Hensen, Dan of Hensen Equipment LLC
Hernandez, Jesus of Dongguan Sunny Tool and Die Co., Ltd, Mexico [2013/07]
Hill, Don of Hill Equipment Co
Hsu, Pang-Fu [2016/08]
Huang, Shaoxiang [2013/07]
Hui, Lu [2014/10]
Inoue, Makoto of ORIX CORPORATION [2015/09]
James, Bessant
Jary, Corina of Shandong Hengyuan Petrochemical Company [2016/07]
Joon, Dir-Lee Jae of H-kwang Elect. Pte Ltd
Kagawa, Shinji of Koyo Electronics Industry Co.
Kawasaki, Anthony of Hamamoto Aoki-Steel Co., Ltd. [2014/09]
Kawasaki, Hiroya of Kobe Steel Ltd  [2015/09]
Khan, Yusuf of Shandong Hengyuan Petrochemical Company [2016/07] and of Shandong Hengyuan Petrochemical Company [2016/08]
Kichirou, Masaru [2016/04]
Kimora, Kew Lew of Futaba Corporation
Knott, Martin of TEC Electric Motor Ltd.
Landauer, Karlheinz of Celonic AG [2015/05]
Lee, Chongan
Lee, Michael of Hitachi Oil & Construction/Hitachi Nippon Ferrule Inc.
Lu, Hui [2014/10]
MacPherson, Donald G. of Grainger Inc. [2015/03]
Mahmood, Fady [2013/05]
Masaru, Kichirou [2016/04]
Mason, C.J.B.
Mason, Ian of Electrocomponents plc
Mei, Jack [2015/03]
Meiga, Takayoshi of Godo Steel, Ltd. (email) [2015/09]
Montagnon, Franz of Edmond Baud SA [2015/03]
Morris, Ronald (loan to Sean Blackwell) [2016/05]
Munish, Shajesh of Usha Martin Limited
Muraki, Yamanaka of Chan Industries Pte. Ltd.
Mizuno, Nao of EIKOH/KIC TRADING INC [2015/09]
Nakamura, Shinichiro of Daiwa Steel Tube Industries [2015/05]
Nakamura, Yuki [2016/08]
Nowark, Andrew [2014/06]
Nye, Edwin of Shandong Hengyuan Petrochemical Company [2016/08]
Osamu, Masaru [2014/10]
Peng, Hui of Taiki Yusho Company Limited [2015/10]
Philips, Rachel or Rachael, Managing Director of Elect Motor Limited, UK
Pochu, Thana of Advanced Machinery & Exports [2016/08]
Proennecke, Stephan Mike of Debiotech S.A. [2014/01]
Quen, Shi
Qiu, Zheming of Shengzhou Reaching Textile Co., Ltd. [2013/12]
Rager, Timothy of Hensen Equipment LLC
Rawlinson, David II of Grainger Inc. [2015/03]
Reaching, Shengzhou of Shengzhou Reaching Textile Co. Ltd. [2014/01]
Robbe, Johan of A. Hak Industrial Services B.V. of Netherlands [2016/08]
Roberts, Lawson [2013/01], [2013/05]
Sakura, Masashi of JX Nippon [2015/10]
Sebastian, Andre of Shandong Henguan Petrochemical Co., Ltd. [2015/12]
Shibuya, Akiyori of Howa Textile Industry Co., Ltd. [2013/10]
Shinomoto, Manabu of Hitachi Kokusai Electric Inc. [2014/02]
Shinji, Kagawa of Koyo Electronics Industry Co.
Shui, Chen of Anhui Gujing Group Limited China
Shunliang, Hu of MaanShan Iron & Steel Co. Ltd  [2015/02]
Steven, Jerry
Stevenson, Alvey of John Reid & Sons Ltd. re Wilkinson Steel & Metals [2014/06]
Stevenson, Alvey of John Reid & Sons Ltd. re Wilkinson Steel & Metals and re Tri-Metal Fabricators [2014/06]
Stevenson, Ronald of Clarkwood Equipment Inc.
Styrud, Anna of Diamyd Medical AB [2014/01]
Suzuki, Kiyoyuki [2014/08]
Takaya, Fumito of Ojt Group International
Tanaka, Hiroshi of BJ Group International
Tatsuyuki, Matsui [2013/11]
Terazawa, Hiromi of Terazawa Trading [2015/03]
Trump, Steven of JVGENTAINVESTMENT [2015/12]
Tsikoudis, Christos [2014/11]
Turner, Julian of Capio AB (The Group) [2014/05]
Wang Xinji Po
Warnaar Steel-Tech Ltd. of City of Toronto (not to be confused with the legitimate City of Toronto) [2014/07]
Watwood, Edward of Kabushikigaisya Sans Trading [2014/06]
Wei, Li of Coma Holdings Inc. [2013/04]
Weijian, He [2013/11]
Williams, Craig of Williams Investment Ltd. [2013/09]
Wood, Alice
Wu, Cheng of Wu Ind’l Co. Ltd. [2013/11]
Xiandong, Qui
Yamamoto, Takeo of Kanehira Steel Co [2015/06] yamamototakeo1@outlook.com
Yamamoto, Yuki [2013/05]
Yamanaka, Muraki of Chan Industires Pte. Ltd
Yeng, Ma Li, of Yengbeijinguangzhou Electric Corp
Yeong, Mr.  [2014/11]
Yin, John (Practice Watch, Benchers’ Bulletin, 2010 No. 3 Fall – includes an edited version of a business debt letter)
Yoshimitsu, Kiyoshi, of Yoshimitsu International Law Office in Japan
Yoshimura, Ed [2014/10]
Zheng, Zujin of Maanshanco, Ltd. [2015/12]
Zhu, Mr. [2014/11]
Zujin, Zheng of Maanshanco, Ltd. [2015/12]

Intellectual property rights (breach of a licence agreement)

Andrew, Stephen (connected to Hung, Wen Lung of Chang Shuan Electronics Co. Ltd.) [2016/09]
Chan, Cheng [2014/08]

Cheng, Chan [2014/08]

Fong, Lee of Lee’s Pharmaceutical (Hong Kong) Limited [2014/01]
Hung, Wen Lung of Chang Shuan Electronics Co. Ltd. [2016/09]
Liu, Daniel, of China Resources Machinery Company Ltd.

Lung Hung, Wen of Chang Shuan Electronics Co. Ltd. [2016/09]
Nagasakii, Dan, of CCP Group International (Notice to the Profession, December 15, 2011)
Nguon, Sou Heng [2016/11]
Shen, Frank of Jenjaan Quartek Corporation [2016/09]
Sou, Heng Nguon [2016/11]
Wang, David of China Resources Machinery Co. Ltd.
Yu, Miyahara of Goertek Technology Co., Ltd., claim against Seaside Computing Services and payment by BEI Canadian Initiatives, Inc.(email, letter from BEI Canadian Initiatives, Inc.) [2013/10]

Surety bond services

Joseph, John of Trammel, Harper and Williams Inc. [2013/04]

Franchise agreement

Fujimori, Yoshiaki [2014/04]
Fujimori, Yoshiaki of Kyodo Printing Co. Ltd. [2014/11]
Suzuki, Junya of Nissha Printing Co. Ltd. [2014/11]

Phony business loan (some of the names that “lenders” have used)

Halifax Venture Capital Corporation (Notice to the Profession, May 14, 2009)
Montreal Venture Capital Corporation (Notice to the Profession, May 14, 2009)

Phony mergers, purchase of business

Asanishi, Yasushi of Gosho Industrial Co., Ltd. [2014/12]
Bush, Frances of Shandong Hengyan Petrochemical Co., Ltd. [2015/11]
Cheung, Fredrick of Hong Kong Wah Sun Company [2015/10]
Chin-Cheng, Yeh of Amigo Technology Co., Ltd. [2016/08]
Dizon, Thea of Zaptech Products Inc. [2014/05]
Fujino, Hiroshi aka Fujinoo, Hiroshi of Denkyosha Co., Ltd.
Hayashi, Saburo of Daiichi Kosho Co., Ltd. [2013/09]
Hiroyuk, Itsuki of Kodansha Ltd. [2013/08]
London, Timothy of an Ontario business [2013/08]
Sebastian, Andre of Shandong Henguan Petrochemical Co., Ltd. [2015/12]
Shikida, Yoshiki of SKD Japan Co, LTD [2014/12]
Tanaka, Yasufumi of Chugai Electric Industries Co., Ltd. [2014/05]
Toshinari, Motonori of Kaga Electronics Co., Ltd. [2015/08]

Equipment Purchase scam

Aioko, Linda of KIJ Corporation Ltd. [2015/08]
Akira, Jun of Gen Company Ltd. [2016/01]
Alvarado, Brun or Bruno of Poligono Industrial Camporroso [2016/07]
Ariel, Liam of Qingzhou Yongsheng Dredging Machinery Co., Ltd. aka Ariel, Liam of Julong Dredging [2015/11]
Bakker, Andre of N-Sea Group [2016/10]
Bell, Angelica [2015/09]
Bernard, Alain of DEME-Group [2016/06]
Bush, Frances of Shandong Hengyan Petrochemical Co., Ltd. [2015/11]
Bychkova, Diana [2015/09]
Chang, Zhang (purchase of an oil vessel) [2017/05]
Chew, Peggy of Kayaba System Machinery Co., Ltd. [2015/07]
Craig, Jim (CEO) of Ampelmann Operations BV, Netherlands [2016/10]
Dabab, Jamal of Klemms Business Brokers [2017/04]
Dang, Vi Quan of Dahan Co., Ltd. [2017/03]
De Francesco, Julia [2015/09]
De Roeck, Nic of VEKA GROUP NV [2016/03]
Dietze, Rudolf, CEO of VOSTA LMG International B.V. (dredging equipment) [2017/05]
Fedrerick, Georges aka Frederick, Georges (purchase of hydraulic excavators) [2016/10]
Frederick, Georges aka Fedrerick, Georges (purchase of hydraulic excavators) [2016/10]
French, Christopher M (cmfrench) [2015/09]
Gentilini, Marco [2016/01]
Heerema, Pieter (President/CEO) of Heerema Group, Netherlands [2016/10]
Heerema, Robert (President/CEO) of Heerema Group, Netherlands [2016/11]
Hong, Yan Gilbert of JuLong Dredging & Mining Machinery Co., Ltd. [2015/11]
Inamoto, Alex [2014/12]
Jobst, Swen of Bauer Baumaschinenhandle GmbH (purchase of mulcher) [2016/08]
Jung, J.C. of Hyundai Heavy Industries Europe NV [2016/08]
Kenta, Suzuki [2017/04]
Kloos, Rob of VEKA GROUP NV [2016/03]
Kubo, Toshihiro of Kubota [2015/07]
Lee, John of Universal Machinery and Equipment, INC (sale of dredger) [2016/03] and Gen Company  LTD (sale of dreger) [2016/08]
Lim, Marcus of Hua Lee Construction Corporation Ltd. (purchase of dredger) [2016/06]
Lindstrom, Hans [purchase and sale of 130213-DP Sand and Gravel Dredge with Process Plant from marine construction firm based in Europe] [2017/04]
Mega Equipment and Dredging [2016/01]
Meyer, Hank (drilling equipment purchase) [2017/04]
Moore, Rebecca also known as Moor, Rebecca [2015/08]
Morris, Riccardo [2016/01]
Olander, Carl [2015/12]
Philips, Giovanni [2016/01]
Pieters, Tim of Qingzhou JuLong Dredging & Mining Machinery Co., Ltd. [2015/11]
Riccardo, Morris [2016/01]
Scott, Brianna Rowena [2015/09]
Sebastian, Andre of Shandong Henguan Petrochemical Co., Ltd. [2015/12]
Silva, Nick of Bi-Port Engineering Ltd. [2015/04]
Smith, James (purchase and sale of fishing equipment) [2016/08]
Smith, Paul of Metka Group [2016/11]
Suzuki, Kenta [2017/04]
Vincent, Martin (purchase and sale of fishing equipment; related to James Smith ruse) [2016/09]
Wahlberg, David (email) [2015/09]
Welbeck, Richie [2015/01]
Yoshiro, Ken of Kombaa Dredging Equipment  [2015/09]
Zhang, Chang (purchase of an oil vessel) [2017/05]
Zhang, Lee of Kombaa Group [2015/10]
Zhang, Sui of Kombaa Dredging Equipment [2015/09]

Phony incorporation of a company

Dean, Irfan [2013/11]
Horkavec, Lukas [2013/11]

Phony personal claims 

Personal injury settlement for infliction of disease

Andersen, Melissa (Practice Watch, Benchers’ Bulletin, 2011 No. 3 Fall – includes sample email)

Personal injury settlement (motor vehicle)

Peterson, Jane
Young, Cooper claim against Abbott Laboratories [2014/06]

Personal loan agreement

Ackley, Raymond $570,000 loan to son-in-law Paul Nathaniel, with payment notification letter from Richard Kofow and Marcy Jacob of Apple Consulting Services [2014/04]
Adone, Vanessa loan to John Anderson
Akihiro, Hotakaa loan to family friend
Alfred, Richard [2013/09]
Alrashed, Ibrahim [2015/08]
Andrews, David [2015/07]
Beckman, Paul [2013/05]
Brockman, Margaret [2013/21/05]
Brooks, William [2016/11]
Butler, Palila, loan to Michael Burrow (D-S Summer Investment and Loan Firm) [2016/11]
Cheng, Peter [2013/09]
Chua, Veronica [2013/12]
Chung, Bruce [2016/02]
Dustin, Burton loan to Andrew Richard [2016/09]
Fang, Gan [2015/08]
Giese, John  [2015/08]
Green, Lachi [2014/10]
Hall, Dallas [2014/03]
Henry, Eric [2014/12]
Hill, Stephen [2015/05]
Hillary, Wessler loan to a friend, David Troyer [2013/10]
Hsiang, Hsieh [2016/08]
Huang, Weimin [2015/06]
Hubert, Bertram [2014/12]
Hughes, John [2013/07]
Johnson, David [2014/12]
Kapoor, Michael of Develop & Co Ltd. [2015/04]
Landers, Mark (emails from Lucy Wang, loan promissory note) [2013/09]
Lee, Frank loan to John Brown [2016/10]
Li, Yu Sheng, loan to friend
Liu, Andy [2015/02]
Makoto, Kasuruo [2013/09]
Maxwell, Jonathan [2013/07, 2014-07]
Morris, Ronald (loan to Sean Blackwell) [2016/08]
Nowark, Andrew [2014/06]
Odwod, Alfred [2013/09]
Peter, Cheng [2014/12]
Pho Lee, Frank loan to John Brown [2016/10]
Ponimdang, Prateep loan to friend, Ms. Lisa Jin (Practice Watch, Benchers’ Bulletin, 2011 No. 4 Winter)
Robert, Gregory
Robertson, John [2015/08]
Seiders, Gary Lee [2013/05]
Smith, David [2015/06]
Stephen, Hill [2015/05]
Switzer, Donna of S Summer Investment and Loan Firm [2015/08]
Troyer, David [2013/10]
Wang, Lucy [2013/09]
Watwood, Edward of Kabushikigaisya Sans Trading [2014/06]
Wilson, Wilfred [2016/09]
Yomex, Tony [2013/09]
Young, Rufus [2013/05]

Breach of personal agreement

Han, Akai

Wrongful dismissal claims

Gilbert, Gill (Concepts Furniture Wholesale Consultancy Agreement with Owen Mason; Concept Furniture Wholesale termination letter; Cheque & Passport and email Gill Gilbert and Owen Mason)
Gill, Gilbert (Concepts Furniture Wholesale Consultancy Agreement with Owen Mason; Concept Furniture Wholesale termination letter; Cheque & Passport and email Gill Gilbert and Owen Mason)
Mason, Owen (email Owen Mason and Gill Gilbert; Letter & Cheque Owen Mason, Cheque & Passport Gilbert)

Personal injury settlement between employer and employee

Andersson, Jehan [2013/04]
Cluster, Patrick
Lunn, Graham Jackie
Park, Michael
Savage, Tammy
Sullivan, Terry (Practice Watch, Benchers’ Bulletin, 2011 No. 3 Fall – includes sample email)
Young, Cooper claim against Abbott Laboratories [2014/06]

Phony debt collection in the matrimonial context

Adelson, Liu of Hong Kong claim against Phil Adelson [2016/09]
Allen, Hania  [06/2014]
Andersen, Melissa (Practice Watch, Benchers’ Bulletin, 2011 No. 3 Fall – includes sample email)
Anderson, Bill [02/2014]
Anderson, Fumiko [02/2014]
Bloomberg, Crystal [2017/05]
Blumenkrantz, Brenda
Bratt, Audrey Julie [2016/07]
Bratt, Brown Derek [2016/07]
Brewer, Tammy
Burany, Julie
Chan, Monica [2017/04]
Chengie, Paul [2015/02]
Chew, Peggy
Chipman, Donna
Chue, Feng [2014/03]
Chue, Paula [2014/03]
Chun, Lisa [2015/02]
Cox, Marlene [2014/06]
Crowford, Kim [2013/11]
Daley, Gloria [2015/03]
Dalton, Dina [2014/06]
Dalton, Romio [2014/06]
Denman, Brian
Goldbery, Alice [2013/06]
Hachiro, Zain
Hamasaki, Diana
Hamayotsu, Toshiko, Attorney-at-Law, of Hamayotsu & Hamayotsu [2013/10]
Hasfa, Hachirou [2014/01]
Heochi, Susan
Hirochi, Lauretta
Hoffman, Tammi
Hoga, Azami [2015/09]
Hogenbirk, Laura Cynthia [2016/03]
Holden, Tim [2016/03]
Hoshiko, Zaria and Hoshiko, Zaira aka Jyong, Zaira
Jun, Paris [2015/10]
Kaidence, Jacklyn
Kaito, Haruka [2014/05]
Kaito, Youji [2014/05]
Kamenosuke, Hachiuma [2014/07]
Kazuo, Shinju  [2015/11]
Kazue, Masako
Kennedy, Maki aka Kennedy, Mako [2013/10, 2014/05]
Kennedy, Mika [2015/02]
Kennedy, Rhoda [2017/04]
Kinoshita, Elena
Kinoshita, Greenberg
Kitaya, Andre [2013/12]
Kitaya, Marina [2013/12]
Kiyoharu, Fukui [2015/03]
Kiyoharu, George [2015/03]
Kiyoshi, Stephany
Kobayashi, Akemi
Koch, Akemi [2014/07]
Martinez, Robert [2014/06]
Martinez, Sherry [2014/06]
Masaru, Crystal
Masato, Tanako
Mazur, Tammi
Minoru, Isabella
Minoru, Janaya
Mizuki, Umeko
Morgan, Clarence [2014/06-07]
Nakazato, Andrian claim against Ramseyer Nakazato [2014/08]
Nelson, Sophia
Nikkori, Greg [2013/07]
Nikkori, Sapphire [2013/07]
Nishinaka, Tsutomu [2014/07]
Oshiro, Mima
Pack, Jayen [2015/12]
Pack, Piper [2015/12]
Richardson, Angela [2014/02]
Rodriguez, Maria [2015/12]
Russell, Mei [2014/06]
Sakihito, Junko (Practice Watch, Benchers’ Bulletin, 2010 No. 3 Fall – includes a sample letter)
Schwartz, Tammy
Scotia, Kathy
Shunshi, Brianna
Simmons, Hanako [2013/07]
Song, Huan aka Huan Shan [2013/11]
Song, Shan [2013/11]
Stryker, Nishiyo [2014/03]
Su, Jing [2014/07]
Swang, Alice [06/2014]
Swang, Yan [06/2014]
Takahashi, Rika
Tiachi, Hillary
Walton, Asami [2015/11]
Walton, Rina [2013/09]
Wang, Alice  [2015/08]
Wang, Yan [2016/10]
Wazarti, Eria [2014/06]
Wazarti, Rexito  [2014/06]
Wong, Jennifer [2010/03]
Yasuko, Williams
Yamato, Hikari
Yanai, Asako Tadashi
Young, Harmony
Young, Sain [2014/01]
Zukerberg, Kumura

Phony real estate conveyance or fake mortgage

Chang, Shukmuda, purchaser, working with James Aries of Toronto [2014/04]
Cheung, Kin Hang (Notice to the Profession, June 1, 2012) (cheques and payment memo from Holcim (Canada) Inc., payment memo and SMS cheque from John Owen) Chinese passport, email, Hong Kong Identity Card and Primerica cheque for $350,000 USD)
Cooper, Richard (purchaser) [2016/07]
Donald, Wayne Nava
Eliseo, Bellon
Haines, Susan [2015/06]
Joji, Shiukmoda
Lee, Kayan (phony $150,000 USD certified cheque from Allied Financial Company issued to BC law firm) [2014/04]
Sixsmith, Martin
Terry, Derreck [2013/11]
Tu, Jyoung Chung
Tu, Young Chung

Phony potential clients (ruse unknown)

Johnson, Keith, of Industrial Machinery & Engineering Inc. [2014/07]
Kuehn, Marion of Universal Medicare Ltd.
S.M.S. Technology Ltd. [2014/05]
Sougourov, Nourlan of Universal Medicare Ltd.
Tang Yuk Tim of Vnl Engineering, Inc. [2015/05]
Tim, Tang Yuk [2015/05]

Phony law firms, lawyers and notaries

Fritz Shirreff Vickers Ltd. (Note that the legitimate, former BC law firm, Fritz Shirreff Vickers, has no connection to this scam.)
Hamayotsu, Toshiko, Attorney-at-Law, of Hamayotsu & Hamayotsu (In Japan, Hamayotsu & Hamyotsu also appears to be the name of a legitimate law firm and Toshiko Hamyotsu the name of a legitimate practising lawyer)
Howard, Charles of Howard & Associates, LLC at www.charleshowards.com
Lianzhong, Xie (lawyer or notary name) (Practice Watch, Benchers’ Bulletin, 2011 No. 3 Fall)
Paul, Alexander Patrick (also appears to be the name of a legitimate practising lawyer in California)
Qin, Gorge of Jon Pin Kazutaka Law Office for Renesas Electronics Corporation [2014/01]
Sterns, William (lawyer name) (Practice Watch, Benchers’ Bulletin, 2010 No. 3 Fall – includes an edited version of a phony lawyer referral email)
Thatcher, Pamela of Corona, California (Note that the legitimate Pamela Thatcher, who used to practise law at the same address, has no connection to this scam)
Wagner Elliott LLP (law firm name) (Notice to the Profession, May 2, 2011)
Yip, Tse & Tang (lawyer and notary firm name) (Practice Watch, Benchers’ Bulletin, 2011 No. 3 Fall)

Complete list of Names

Individuals 

Abramovic, Dr. Richard
Ackerman, James [2014/07]
Ackley, Raymond [2014/04]
Adelson, Liu [2016/09]
Adone, Vanessa
Agius, Paul
Aguilera, Nicholas [2016/09]
Aioko, Linda [2015/08]
Akahane, Takako [2014/09]
Akahane, Yasuhiro
Akihiro, Hotakaa
Akira, Jun [2016/01]
Alfred, Richard [2013/09]
Allen, Hania [06/2014]
Alrashed, Ibrahim [2015/08]
Alvarado, Brun or Bruno [2016/07]
Amaya, Ayaka [2014/08]
Andersen, Melissa
Anderson, Bill [02/2014]
Anderson, Fumiko [02/2014]
Anderson, Mark
Andersson, Jehan [2013/04]
Andor, Fredrik
Andrew, Stephen [2016/09]
Andrews, David [2015/07]
Appertet, Olivier [2015/03]
Ariel, Liam [2015/11]
Aries, James [2014/04]
Aris, Izzabin Bin
Asanishi, Yasushi of Gosho Industrial Co., Ltd. [2014/12]
Austin, Clocreen [2014/05]
Avin, Carl
Bakker, Andre [2016/10]
Basu, Pete
Bechill, Verne C.
Beckman, Paul [2013/05]
Bell, Angelica [2015/09]
Ben, Wilcox [07/2014]
Bernard, Alain [2016/06]
Bertolotto, Giovanni [2013/06]
Blackwell, Sean [2016/08]
Bloomberg, Crystal [2017/05]
Blumenkrantz, Brenda
Branson, Mark
Bratt, Audrey Julie [2016/07]
Bratt, Brown Derek [2016/07]
Brewer, Tammy
Brock, William
Brockman, Margaret
Brooks, William [2016/11]
Burany, Julie
Bush, Frances [2015/11]
Butler, Palila [2016/11]
Bychkova, Diana [2015/09]
Chan, Monica [2017/04]
Chang, Chen [2014/08]
Chang, Shukmuda [2014/04]
Chang, Zhang [2017/05]
Chau, Suzuki [2016/08]
Chen, Chang [2014/08]
Cheng, Allen [2013/08]
Cheng, Peng also known as Cheng, Peter
Cheng, Peter  [2013/09]
Cheng, Yeo Mao
Chengie, Paul [2015/02]
Cheung, Fredrick [2015/10]
Cheung, Kin Hang
Chew, Peggy [2015/07]
Chin-Chen, Yeh [2016/08]
Chipman, Donna
Chiyoko, Hiroko [2014/08]
Chua, Veronica [2013/12]
Chue, Feng [2014/03]
Chue, Paula [2014/03]
Chun, Lisa [2015/02]
Chung, Bruce [2016/02]
Cluster, Patrick
Cox, Marlene [2014/06]
Cooper, Richard (purchaser) [2016/07]
Craig, Jim [2016/10]
Crowford, Kim [2013/11]
Dabab, Jamal [2017/04]
Daichi, Ayumu [2015/11]
Daley, Gloria [2015/03]
Dalton, Dina [2014/06]
Dalton, Romio [2014/06]
Dang, Vi Quan [2017/03]
De Francesco, Julia [2015/09]
De Roeck, Nic [2016/03]
Dean, Irfan [2013/11]
Dean, Kenneth [2013/10]
Denman, Brian
Dermaku, Lulzim [2015/03]
Dietze, Rudolf [2017/05]
Dizon, Thea [2014/05]
Donald, Wayne Nava
Duckett, Barbara
Dusana, Francis
Dustin, Burton [2016/09]
Eliseo, Bellon
Fang, Gan [2015/08]
Fischer, John
Fong, Lee [2014/01]
Fortis, Ronal
Franklin, Brandon [2013/05]
Fedrerick, Georges aka Frederick, Georges [2016/10]
Frederick, Georges aka Fedrerick, Georges [2016/10]
French, Christopher M [2015/09]
Fujimori, Yoshiaki [2014/04]
Fujino, Hiroshi, aka Fujinoo, Hiroshi
Fukuyama, Tsukasa [2014/09]
Funahashi, Koji [2015/09]
Gang, Xu, of Henan Billions Chemical Co. Ltd. [2013/07]
Gentilini, Marco [2016/01]
Giese, John [2015/08]
Gilbert, Christine
Gilbert, Gill
Gill, Gilbert
Gilliard, James
Goldbery, Alice
Goling, F
Graham, George
Green, Lachi [2014/10]
Gustaf, Viktor [2013/09]
Hachiro, Zain
Hagiwara, Taro
Haines, Susan [2015/06]
Hall, Dallas [2014/03]
Hamasaki, Diana
Hamayotsu, Toshiko [2013/10]
Han, Akai
Hanson, Christopher
Hasfa, Harichou [2014/01]
Hayashi, Saburo [2013/09]
Heerema, Pieter [2016/10]
Heerema, Robert [2016/11]
Henry, Eric [2014/06]
Henry, Eric [2014/12]
Hensen, Dan
Heochi, Susan
Hernandez, Jesus
Hill, Don
Hill, Stephen [2015/05]
Hillary, Wessler [2013/10]
Hirochi, Lauretta
Hiroyuk, Itsuki of Kodansha Ltd. [2013/08]
Hoffman, Tammi
Hoga, Azami [2015/09]
Hogenbirk, Laura Cynthia [2016/03]
Holden, Tim [2016/03]
Hong, Yan Gilbert [2015/11]
Horkavec, Lukas [2013/11]
Hoshiko, Zaria and Hoshiko, Zaira aka Jyong, Zaira
Howard, Charles
Hsiang, Hsieh [2016/08]
Hsu, Pang-Fu [2016/08]
Huang, Shaoxiang [2013/07]
Huang, Weimin [2015/06]
Hubert, Bertram [2014/12]
Hughes, John [2013/07]
Hui, Lu [2014/10]
Hung, Wen Lung [2016/09]
Inamoto, Alex [2014/12]
Inoue, Makoto [2015/09]
Izaddin, Aris
Jackson, Peter
Jacob, Marcy [2014/04]
James, Bessant
Jary, Corina [2016/07]
Jobst, Swen [2016/08]
Johnson, David [2014/12]
Johnson, Keith, of Industrial Machinery & Engineering Inc. [2014/07]
Joji, Shiukmoda
Joon, Dir-Lee Jae
Joseph, John [2013/04]
Jun, Paris [2015/10]
Jung, J.C. [2016/08]
Jyong, Zaira aka Hoshiko, Zaria and Hoshiko, Zaira
Kagawa, Shinji
Kaidence, Jacklyn
Kaito, Haruka [2014/05]
Kaito, Youji [2014/05]
Kamenosuke, Hachiuma [2014/07]
Kapoor, Michael [2015/04]
Kawasaki, Anthony [2014/09]
Kawasaki, Hiroya, of Kobe Steel Ltd [2015/09]
Kazue, Masako
Kazuo, Shinju [2015/11]
Khan, Yusuf [2016/07]
Kennedy, Maki aka Kennedy, Mako [2013/10]
Kennedy, Mika [2015/02]
Kennedy, Rhoda [2017/04]
Kenta, Suzuki [2017/04]
Kichirou, Masaru [2016/04]
Kimora, Kew Lew
Kinoshita, Elena
Kinoshita, Greenberg
Kitaya, Andre [2013/12]
Kitaya, Marina [2013/12]
Kiyoharu, George [2015/03]
Kiyoharu, Fukui [2015/03]
Kiyoshi, Stephany
Kiyoshi, Yukio
Kloos, Rob [2016/03]
Knott, Martin
Kobayashi, Akemi
Koch, Akemi [2014/07]
Kofow, Richard [2014/04]
Kubo, Toshihiro [2015/07]
Kudou, Noriko
Kuehn, Marion
Lambert, Lisa
Landauer, Karlheinz [2015/05]
Landers, Mark [2013/09]
Lawson, David
Lee, Chongan
Lee, Frank [2016/10]
Lee, John [2016/03]
Lee, Kayan [2014/04]
Lee, Michael
Leong, Matthew [2013/07]
Li, Yu Sheng
Lianzhong, Xie
Lim, Marcus [2016/06]
Lindstrom, Hans [2017/04]
Liu, Andy [2015/02]
Liu, Daniel
London, Timothy [2013/08]
Lu, Hui [2014/10]
Lung Hung, Wen [2016/09]
Lunn, Graham Jackie
MacPherson, Donald G. [2015/03]
Mahmood, Fady [2013/05]
Makoto, Karuruo [2013/09]
Martinez, Robert [2014/06]
Martinez, Sherry [2014/06]
Masaru, Crystal
Masaru, Kichirou [2016/04]
Masato, Tanako
Mason, C.J.B.
Mason, Ian
Mason, Larry
Mason, Owen
Maxwell, Jonathan [2013/07, 2014-07]
Mazur, Tammi
McKinley, B
Mei, Jack [2015/03]
Meiga, Takayoshi [2015/09]
Meyer, Hank [2017/04]
Minoru, Isabella
Minoru, Janaya
Mizuki, Umeko
Mizuno, Nao [2015/09]
Molden, Michael
Montagnon, Franz [2015/03]
Moore, Ken
Moore, Rebecca also known as Moor, Rebecca [2015/08]
Morgan, Clarence [2014/06-07]
Morris, Riccardo [2016/01]
Morris, Ronald [2016/05]
Muller, Eric
Munish, Shajesh of Usha Martin Limited
Muraki, Yamanaka
Nagasakii, Dan
Nakagawa, Yukitomo [2014/06]
Nakamura, Shinichiro [2015/05]
Nakamura, Yuki [2016/08]
Nakazato, Andrian [2014/08]
Nakazato, Ramseyer [2014/08]
Nathaniel, Paul [2014/04]
Nelson, Sophia
Nguon, Sou Heng [2016/11]
Ni, Ma Li
Nikkkori, Greg [2013/07]
Nikkori, Sapphire [2013/07]
Nishinaka, Tsutomu [2014/07]
Norman, David J. [2014/07]
Nowark, Andrew [2014/06]
Nye, Edwin [2016/08]
Odwod, Alfred [2013/09]
Olander, Carl [2015/12]
Osamu, Masaru [2014/10]
Oshiro, Mima
Otermat, Robert [2013/10]
Pack, Jayen [2015/12]
Pack, Piper [2015/12]
Park, Michael
Patel, Dr. Ashokkumar [2016/09]
Paul, Alexander Patrick (also name of legitimate practising lawyer in California)
Peng, Hui [2015/10]
Penwarden, Frank [2015/09]
Peter, Cheng [2014/12]
Peterson, Jane
Philips, Giovanni [2016/01]
Philips, Rachel or Rachael
Pho Lee, Frank [2016/10]
Pieters, Tim [2015/11]
Pochu, Thana [2016/08]
Ponimdang, Prateep
Prodromou, Tom
Prodromou, Vickott
Proennecke, Stephan Mike [2014/01]
Qin, Gorge [2014/01]
Qiu, Zheming [2013/12]
Quen, Shi
Rager, Timothy
Rahman, Susan
Rawlinson, David II [2015/03]
Reaching, Shengzhou [2014/01]
Riccardo, Morris [2016/01]
Richard, Andrew [2016/09]
Richardson, Angela [2014/02]
Richmond, James [2014/06]
Ritzinger, Volker [2016/08]
Robbe, Johan [2016/08]
Robert, Gregory
Roberts, Lawson
Robertson, John [2015/08]
Robertson, Rich
Rodriguez, Maria [2015/12]
Rudic, Mark
Russell, Mei [2014/06]
Ryo, Akio [2013/04]
S.M.S. Technology Ltd. [2014/05]
Sakihito, Junko
Sakura, Masashi [2015/10]
Satoshi, Ken [2014/01]
Savage, Tammy
Schwartz, Tammy
Scotia, Kathy
Scott, Brianna Rowena [2015/09]
Sebastian, Andre [2015/12]
Seidel, Gary [2015/03]
Seiders, Gary Lee [2013/05]
Shen, Frank [2016/09]
Shengli, Yu
Shibuya, Akiyori [2013/10]
Shikida, Yoshiki of SKD Japan Co, LTD [2014/12]
Shinomoto, Manabu [2014/02]
Shinji, Kagawa
Shunliang, Hu of MaanShan Iron & Steel Co. Ltd [2015/02]
Shunshi, Brianna
Shui, Chen
Silva, Nick [2015/04]
Simmons, Hanako [2013/07]
Sixsmith, Martin
Smith, Daniel
Smith, David [2015/06]
Smith, James [2016/08]
Smith, Paul [2016/11]
Song, Huan aka Huan Shan [2013/11]
Song, Shan [2013/11]
Sou, Heng Nguon [2016/11]
Sougorov, Nourlan
Stephen, Hill [2015/05]
Sterns, William
Steven, Jerry
Stevenson, Alvey [2014/06]
Stevenson, Ronald
Stroddard, Davin [2015/10]
Stryker, Nishiyo [2014/03]
Styrud, Anna [2014/01]
Su, Jing [2014/07]
Sullivan, Terry
Suzuki, Junya [2014/11]
Suzuki, Kenta [2017/04]
Suzuki, Kiyoyuki [2014/08]
Swang, Alice [06/2014]
Swang, Yan [06/2014]
Switzer, Donna [2015/08]
Tanaka, Hiroshi
Tang Yuk Tim [2015/05]
Takahashi, Rika
Takaya, Fumito
Tanaka, Yasufumi [2014/05]
Tatsuyuki, Matsui [2013/11]
Terazawa, Hiromi [2015/03]
Terry, Derreck [2013/11]
Thatcher, Pamela of Corona, California (email) (Note that the legitimate Pamela Thatcher, who used to practise law at the same address, has no connection to this scam)
Tiachi, Hillary
Tim, Tang Yuk [2015/05]
Toshinari, Motonori of Kaga Electronics Co., Ltd. [2015/08]
Troyer, David [2013/10]
Trump, Steven [2015/12]
Tsikoudis, Christos [2014/11]
Tu, Jyoung Chung
Tu, Young Chung
Turner, Julian [2014/05]
Van Hae, Joe
Vincent, Martin [2016/09]
Wahlberg, David [2015/09]
Walton, Asami [2015/11]
Walton, Rina [2013/09]
Wang, Alice [2015/08]
Wang, David
Wang, Lucy [2013/09]
Wang Xinji Po
Wang, Yan [2016/10]
Watwood, Edward of Kabushikigaisya Sans Trading [2014/06]
Wazarti, Eria [2014/06]
Wazarti, Rexito [2014/06]
Wei, Li of Coma Holdings Inc. [2013/04]
Weijian, He [2013/11]
Welbeck, Richie [2015/01]
William, Ben [2013/07]
Williams, Craig [2013/09]
Williams, Edward
Williams, Fred
Wilson, Wilfred [2016/09]
Wong, Jennifer [2010/03]
Wood, Alice
Wu, Cheng [2013/11]
Xiandong, Qui
Yamamoto, Takeo [2015/06]
Yamamoto, Yuki [2013/05]
Yamanaka, Muraki
Yamato, Hikari
Yanai, Asako Tadashi
Yasuko, Williams
Yeng, Ma Li
Yeong, Mr. [2014/11]
Yin, John
Yomex, Tony [2013/09]
Yoshimitsu, Kiyoshi
Yoshimura, Ed [2014/10]
Yoshiro, Ken [2015/09]
Young, Cooper [2014/06]
Young, Harmony
Young, Rufus [2013/05]
Young, Sain [2014/01]
Yu, Miyahara [2013/10]
Zamora, Frank
Zhang, Chang [2017/05]
Zhang, Lee [2015/10]
Zhang, Nan
Zhang, Sui [2015/09]
Zheng, Zujin [2015/12]
Zhu, Mr. [2014/11]
Zimmerman, Patricia
Zoltan, Ray Richard [2013/05]
Zujin, Zheng [2015/12]
Zukerberg, Kumura

gayglobeus @ May 21, 2017

List of people by name

Posted in: Le Point / fil de presse international, Spot / International News Wire | Comments Off on List of people by name

Al-At

Au

A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

B

Ba

Be-Bl

Bo

Br

Bu-By

A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

C

Ca-Ce

Ch-Ci

Cl-Cu

A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

D

Da-Dh

Di-Du

Dy

A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

E

A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

F

A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

G

Ga-Gl

Go

Gr-Gy

A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

H

Ha

He-Hi

Ho-Hy

A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

I

A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

J

Ja-Jo

Ju

A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

K

Ka-Ki

Kl-Ku

A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

L

La

Le-Li

Ll-Ly

A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

M

Ma-Mar

Mas-May

Mc-Mi

Mo-Mu

A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

N

A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

O

A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

P

Pa-Pe

Ph-Pz

A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

Q

A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

R

Ra-Ri

Ro

Ru

A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

S

Sa-Se

Sh-So

Sp-Sy

Sz

A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

T

Ta-To

Tr-Tw

A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

U

A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

V

A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

W

Wa

We-Wh

Wi-Wy

A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

X

Y

A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

Z

gayglobeus @ May 21, 2017

COURRIER DES LECTEURS

Posted in: Le Point / fil de presse international | Comments Off on COURRIER DES LECTEURS

Écrivez-nous à info@gayglobe.net

Au nom de la Ligue monarchiste du Canada, (dont je suis le res- ponsable de la section Montréal), je tiens à vous remercier et vous féliciter pour votre article paru dans le numéro 119 de Gay Globe et intitulé “Le Rôle de la Souveraine”. Il est rafraîchissant de décou- vrir dans nos médias québécois des articles traitant du rôle de la monarchie de façon positive, claire, simple et censée et, surtout, sous un angle institutionnel (un angle souvent méconnu et incom- pris mais ô combien essentiel). Encore merci.

(Karim Al-Dahdah, Montréal)

Merci Monsieur Al-Dahdah pour votre commentaire et effective- ment, il était agréable de relever le défi de parler de l’institution que représente la Souveraine en comparaison avec la Présidence des États-Unis. On y reviendra… (La rédaction)

Ce n’est pas pour juste critiquer mais pour comprendre, pourquoi est-ce que vos éditoriaux sont si courts si vous consacrez vos cou- vertures à des personnes qui méritent tant de considération?

(Louise A., Westmount)

Bonne question Monique. Il est très important pour moi d’expliquer et d’aller droit au but, ce qui fait qu’une telle couverture est consa- crée à telle personne. Je ne souhaite pas que l’on s’étende sur le sujet d’une part parce que je ne souhaite pas que les lecteurs lisent partiellement un éditorial qui serait trop long, mais aussi parce qu’en 2017, avec le Web, les lecteurs qui veulent en savoir plus sur un personnage peuvent facilement consulter Wikipédia ou d’autres sites qui leur donneront un complément d’information.

(Roger-Luc Chayer, éditeur)

Le magazine Gay Globe, qui présente des informations suc- cinctes, intéressantes et variées, se lit d’une traite. Auriez-vous l’obligeance de m’y abonner? Merci à l’avance.

(Claude G., Québec)

Avec un commentaire aussi gentil et sympathique, je vous ai abon- né trois fois:O) Merci Claude! (Roger-Luc Chayer, éditeur)

Merci à la personne du 581-985-6044 pour le commentaire homophobe laissé sur notre répondeur concernant la couverture du Prince Manvendra, sans s’identifier. Bravo!!!

(Roger-Luc Chayer, éditeur)

Merci pour l’article de Roger-Luc Chayer sur le travail des poli- ciers. C’est vrai! Ils ne sont pas toujours gentils, mais on leur rend bien… et trop souvent. Ils ne font que leur travail, pas ceux qui les narguent impunément dans le but de déclencher LA réaction qui les condamne. Comme tout le monde, je suis contre la brutalité policière, mais pour avoir parlé avec plusieurs policiers au cours des derniers mois (pour une recherche), je peux vous dire que je lève mon chapeau à la majorité d’entre eux. Oui, il y a le corps policier, celui sans âme, cette machine de l’ordre, mais il y a aussi les policières et les policiers et dont sont nombreux celles et ceux qui font du bon boulot.

Alors, oui, qu’on les laisse faire leur travail et que l’on cesse de les «diaboliser». Je ne vois pas pourquoi je serais insulté, outré ou perturbé si un policier me demandait mes cartes d’identité pour vérifier quelque chose. Je n’ai rien à cacher. Et dans le monde dis- joncté dans lequel nous vivons, et qui va s’aggravant, il est plutôt recommandé et recommandable de se préparer à une vigilance plus agressive des policiers et à s’y faire. Les provoquer ne fera qu’aggraver la situation.

Je crois que si on se comporte de façon civilisée avec eux, ils fe- ront de même. Il ne faut pas oublier qu’ils sont là pour protéger et servir, et quoiqu’on en dise, ils servent et protègent constamment. Mais on préfère mettre de l’avant tout ce qui peut ternir leur image. Si je me sens en sécurité dans les rues de Montréal, c’est grâce aux policiers, et je les remercie pour ça. Oui, j’ai beaucoup de res- pect pour les policiers, et oui, je ne m’en cache pas.

(Denis V., Montréal)

Eh ben voilà, tout a été dit sur le sujet. Merci Denis! (La rédaction)

gayglobeus @ May 15, 2017

QUAND J’EN AURAI FINI AVEC TOI (7)

Posted in: Le Point / fil de presse international | Comments Off on QUAND J’EN AURAI FINI AVEC TOI (7)

— Je vous rappelle que vous n’avez pas élevé d’objection lorsque, au début du projet, il m’a été confié la tâche de rédiger ces syn- thèses. De toute façon, il est trop tard. Je vous avais donné jusqu’à dix-sept heures pour me transmettre vos commentaires et il est dix-sept heures dix. J’ai remis ce document à Michel Berthier. La prochaine fois, soyez à l’heure.

Il y eut un silence et Christine se recroquevilla encore un peu plus contre le mur. Puis Eric Duguet dit, d’un ton étonnamment calme : — Un jour, professeur Lanriel, quelqu’un vous fera la peau. Nouveau silence, plus court, suivi de pas qui s’éloignaient. Chris- tine entendit ensuite des talons qui claquaient et la porte que l’on fermait. Mais elle dut attendre plusieurs minutes, appuyée contre le mur de la réserve, que les battements violents de son cœur se calment. Puis elle sortit à son tour.

Vingt minutes plus tard, encore secouée, elle se retrouva devant une salade de crudités dans un café de l’avenue du Parc. Elle ou- vrit le livre qu’elle lisait en ce moment — Les liaisons dangereuses — mais elle le referma rapidement, incapable de se concentrer. Comment Claire Lanriel pouvait-elle traiter ainsi un autre pro- fesseur, qui était pourtant son égal ? Elle n’avait pas de limites ! Devait-elle en parler pendant le Groupe, dire combien cela l’avait choquée ? Heureusement qu’elle avait trouvé le Groupe pour la soutenir, et surtout le docteur Rhys, il lui avait fait comprendre tel- lement de choses…

Elle l’avait rencontré quelques mois plus tôt, de façon un peu étrange, comme si le destin l’avait voulu. L’année précédente, elle s’était inscrite à un cours de bridge, non pas que le jeu l’attirât particulièrement, mais pour rencontrer des gens, elle qui ne voyait personne en dehors de son travail.

Au début, tout s’était bien passé, elle avait fait des progrès rapides et s’était même surprise à aimer ça. Puis un jour leur professeur, jugeant que ses élèves étaient assez avancés, les avait inscrits à un tournoi. Christine s’était retrouvée sous les néons d’une im- mense salle dans un Holiday Inn près de l’aéroport, avec quarante, cinquante, peut-être soixante tables de bridge, des dizaines d’in- connus qui savaient jouer et qui jouaient pour gagner, et elle s’était effondrée dès la première partie, paralysée, oubliant ce qu’elle avait appris, mélangeant ses enchères, incapable de suivre le jeu de la carte, sous le regard surpris et de plus en plus impatient de son partenaire ; ils étaient arrivés bons derniers, et Christine s’était jurée de ne plus jamais jouer aux cartes, de ne plus jamais suivre un cours. Elle s’était esquivée, larmes aux yeux, sans saluer ses compagnons, elle ne voulait plus les voir, elle avait trop honte, et elle s’était retrouvée dans le parking, se demandant comment ren- trer chez elle, c’était son partenaire qui l’avait emmenée, mais elle préférait mourir plutôt que de reparaître devant lui, comment faire, il y avait bien le bus, mais le samedi il ne passait pas souvent, ou le taxi, mais c’était cher…

— Je peux te déposer quelque part, Christine ? Elle avait sursauté en voyant surgir entre les voitures la silhouette sombre de Katya Quelque Chose — Christine ne se souvenait pas de son nom de famille. Katya suivait aussi des cours de bridge au club, mais au niveau avancé, et Christine ne l’aimait pas beaucoup. Katya avait une quarantaine d’années, les cheveux teints en roux, et la peau épaisse des gens qui ont trop bu, trop fumé ou trop pris le soleil. Elle était toujours vêtue de cuir noir et dégageait une odeur puissante de parfum coûteux. — Je vais au centre-ville, je peux te laisser à une station de métro.

Christine avait hésité, mais l’offre était vraiment trop tentante, et elle l’avait suivie jusqu’à sa voiture, une grosse berline allemande. Et Katya avait parlé : — Je me souviens de mon premier tournoi. Tout au début, j’ai chuté un trois sans-atout inchutable et j’ai été incapable de continuer à jouer. J’ai abandonné mon partenaire en plein milieu de la partie suivante et je n’ai plus touché aux cartes pendant des années. Christine l’avait regardée, très surprise. Katya ne ressemblait pas du tout à quelqu’un qui abandonne quoi que ce soit. En fait elle ressemblait plutôt à un cheval qui n’a pas encore trouvé d’obstacle assez haut.

— J’étais différente quand j’étais plus jeune, poursuivit Katya. J’avais des problèmes… d’origine familiale. Une conversation assez décousue avait suivi, au cours de laquelle Katya avait évoqué d’autres souvenirs qui ne correspondaient ab- solument pas à l’image de char d’assaut que Christine avait d’elle. En la déposant au métro Lionel-Groulx, Katya avait ouvert son sac et pris une carte de visite qu’elle avait tendue à Christine entre ses doigts aux longs ongles recourbés et peints en rouge sombre.

— Le docteur Rhys m’a beaucoup aidée. Peut-être pourra-t-il t’aider à retrouver ta confiance en toi… et surtout, t’aider à com- prendre pourquoi tu l’as perdue. Christine avait hésité, mais finalement elle n’avait pas contacté ce docteur Rhys. Tout cela lui paraissait très bizarre, mystérieux — peut-être même un peu inquiétant. Plusieurs mois avaient passé. Mais le jour où Claire Lanriel avait parlé de fermer la bibliothèque, elle était rentrée chez elle en proie à la panique et sur un coup de tête avait cherché la carte, avait fini par la trouver, heureuse- ment qu’elle ne jetait jamais rien, et avait appelé sans trop savoir à quoi s’attendre, ni quoi dire. La jeune femme qui lui avait répondu n’avait pas paru troublée et lui avait simplement donné la date de la prochaine réunion du Groupe.

— Nous offrons la première visite. Vous pourrez ainsi juger de la méthode du docteur Rhys. Christine regarda sa montre. Il était temps de partir, il ne fallait pas qu’elle soit en retard. Elle vérifia encore qu’elle avait les deux billets de cinquante dollars dans son porte-feuille. Ce n’était pas cher payé pour les réunions du Groupe et surtout pour l’interven- tion du docteur Rhys. Quand le docteur Rhys parlait, tous les pro- blèmes semblaient disparaître et pour la première fois Christine voyait enfin un espoir de trouver la sérénité qui lui avait toujours manqué. Mais pour l’atteindre, il fallait une vraie thérapie, il fallait des séances privées, et elle hésitait encore — elle craignait, sans trop se l’avouer, ce que le docteur Rhys pourrait lui révéler sur elle- même. À quel prix lui serait facturé le bonheur ? Mais personne ne la forçait. Comme l’avait dit un jour le docteur Rhys, et cette phrase s’était gravée dans l’esprit de Christine : « Il ne faut pas brusquer les choses. La guérison doit venir de l’intérieur, et elle attend son heure la plus favorable. Lorsque vous saurez, Christine, que le moment est arrivé, vous viendrez à moi et ensemble nous irons dans votre passé trouver les causes de ce qui vous tour- mente aujourd’hui. »

Le mardi matin, à huit heures quinze, Michel Berthier entra dans le réduit à côté du bureau de May Fergusson, où se trouvaient la photocopieuse et les casiers de courrier.

Il aperçut dans son casier une enveloppe blanche. Elle était dépour- 29 vue de timbre, et sans indication de provenance. Il y était écrit au feutre bleu, en grosses lettres manuscrites : DIRECTEUR MICHEL BERTHIER. Michel posa la revue qu’il voulait photocopier et prit l’en- veloppe, l’ouvrit et déplia la feuille qu’elle contenait. Il lut le texte, éga- lement en grosses lettres manuscrites bleues :

Claire Lanriel a truqué les résultats de sa thèse. Regardez les photos.

— Eh bien ! s’exclama-t-il. Il replia la feuille et la remit dans l’enveloppe. Puis il photocopia son article ; mais son visage était soucieux. Il ressortit du réduit et des- cendit à la bibliothèque. Avec l’aide de Christine Verlanges, qui était toujours là très tôt, il trouva la thèse de Claire, puis remonta à son bureau, chaussa ses demi-lunes et commença à lire. Peu avant neuf heures, on frappa à sa porte et il vit apparaître la tête d’Eric Duguet dans l’entrebâillement. Michel referma la thèse. — On a une réunion du projet Wing 3000 demain matin, dit Eric. — Je sais, répondit Michel. J’ai vu la note de Claire. — Allez-vous y participer ? — Je ne le pense pas. Les réunions techniques ne sont pas de mon ressort. — Ces réunions vont bien au-delà de la technique, grogna Eric. Michel sentit naître une pointe de curiosité en lui. Que voulait Eric ? Il chercha un instant dans le fouillis de son bureau et en sortit un épais document à couverture verte. — Claire m’a remis ce rapport hier soir. Le projet semble aller parfai- tement bien, non ? Eric prit le document et le feuilleta d’un air légèrement distant. — Effectivement, ça avance. Nous allons bientôt lancer la deuxième phase. Le visage d’Eric était fermé et Michel crut en deviner la cause. Il de- manda : — Aurais-tu par hasard des motifs de te plaindre de Claire Lanriel ? Hésitant, Eric se mordit la lèvre inférieure. — Eh bien, je trouve qu’elle a parfois tendance à exagérer sa contri- bution à des travaux qui sont collectifs. Notamment dans les rapports qu’elle rédige. Par exemple dans celui qu’elle vous a remis hier soir. Tout ce qu’a fait son équipe est soigneusement consigné, souligné et attribué. Les travaux de Gatwick et les miens sont présentés de façon parfois un peu plus elliptique. Michel ôta ses demi-lunes : — Claire Lanriel est une scientifique brillante, qui est également ex- perte dans l’art de jouer des coudes. Il faut peut-être recadrer tout ça. J’assisterai à votre réunion demain matin.

Le soulagement se lut sur le visage d’Eric qui prit congé et ressortit. Laissé seul, Michel ouvrit un tiroir de son bureau et après quelques secondes de recherche y trouva une loupe. Il passa un long moment à examiner les détails des photos dans la thèse de Claire Lanriel. Il se demanda s’il y avait un lien entre Eric Duguet et la lettre anonyme qu’il venait de recevoir.

La suite de ce roman dans la prochaine édition de

Gay Globe Magazine

gayglobeus @ May 15, 2017

L’ACTU DES STARS EN BREF

Posted in: Le Point / fil de presse international | Comments Off on L’ACTU DES STARS EN BREF

Katy Perry s’érige en défenseure des

droits homosexuels

(AFP)

La superstar Katy Perry a exprimé son optimisme sur la capaci- té de la société américaine à devenir plus tolérante, prenant en exemple son parcours l’ayant vu évoluer de chrétienne conserva- trice à défenseure des droits homosexuels. «Je suis avec vous et je sais que nous sommes unis contre la discrimination, que ce soit dans la communauté LGBT, ou envers nos frères et soeurs hispa- niques, ou les millions de musulmans dans ce pays», a déclaré Katy Perry à Los Angeles lors du gala annuel de l’organisation Hu- man Rights Campaign de défense des droits LGBT (Lesbiennnes, Gais, Bi et Trans).

Éric Salvail sur sa sortie du placard:

«Ça m’a pas fait plaisir»

(En Vedette)

Éric Salvail est revenu sur la blague faite par Martin Matte au Gala Les Olivier au sujet de son orientation sexuelle. Le célèbre ani- mateur n’avait jamais parlé ouvertement de son homosexualité et

l’humoriste l’a tout simplement sorti du placard devant tout le monde. Près d’un an plus tard, il ose le dire : il ne l’a pas trouvé drôle du tout. En entrevue aux Francs-tireurs cette semaine, la star s’est ouvert sur ce sujet délicat : « Il a voulu faire une blague, je pense, qui a mal tourné mais qui a fait rire les gens qui étaient là. Il est habitué de faire des beaux malaises et je pense que ça en a créé un. Écoute, est-ce que je l’ai appréciée? Pas vraiment. Je peux pas dire que je l’ai appréciée. Ça m’a pas fait plaisir. On en a discuté après et il connaît ma position. Je trouve que c’est un manque, un peu, de respect. »

Il y aura un Power Ranger homosexuel dans le

remake de Dean Israelite

(Huffpost France)

Il n’y a pas que Disney qui donne enfin de la visibilité à un person- nage homosexuel. Le monde des super-héros, aussi, se moder- nise et laisse une place à la communauté LGBTQ dans le «Power Rangers» de Dean Israelite. Selon les premières critiques du film, le Ranger jaune, Trini, incarné par la pop star Becky G, révèle dans une scène avoir des «problèmes de petite amie». Un moment que le réalisateur a défini comme charnière dans le film.

gayglobeus @ May 15, 2017

LA GESTION PARASITAIRE

Posted in: Le Point / fil de presse international | Comments Off on LA GESTION PARASITAIRE

(CKOI.Com) Malgré qu’ils nous donnent des frissons de terreur, ces myriapodes sont les amis de nos demeures. Même si elles vous font paniquer et courir votre vie, les Scutigères sont les pré- dateurs dont nos maisons ont besoin pour les nettoyer des autres petites bêtes plus dommageables. Elles se nourrissent de coque- relles, de poissons d’argent et de termites, qui sont horriblement plus désagréables. On pourrait même les voir s’attaquer à des guêpes ou des araignées, grâce à leur capacité à sauter d’un meuble.

Même si on les appelle mille-pattes, ces petites bêtes n’ont que 30 pattes à la maturité, les deux premières n’étant que des cro- chets servant à injecter du venin à leurs victimes. N’ayez crainte : ces crochets sont beaucoup trop faibles pour percer la peau hu- maine. Pouvant courir à 0,4m/s, elles attrapent ainsi leurs proies dans leurs pattes et peuvent s’amputer si elles se trouvent face à un prédateur. Avec un métabolisme rapide, elles dévorent un très grand nombre de bébittes, et vous rendront de solides services pour quelques années, pouvant vivre jusqu’à 7 ans.

Fourmis : évitez qu’elles vous envahissent

(CAA Québec)

Tout le monde connaît ces petits insectes qui vivent en société bien organisée. Les fourmis nous semblent inoffensives et nous nous en préoccupons peu jusqu’au jour où ces infatigables tra- vailleuses ouvrent de trop nombreux chantiers sur notre propriété. Qu’elles se nomment fourmi charpentière ou fourmi des champs, elles peuvent nous rendre la vie un peu moins douce.

La fourmi charpentière est généralement noire. C’est la plus grosse de nos fourmis. Aussi appelé fourmi gâte bois, cet insecte vit habi- tuellement en grande colonie, dans du bois humide ou en décom- position qu’il soit à l’extérieur ou… malheureusement, à l’intérieur de la maison. Les fourmis des champs ou fourmis des pavés sont brunes ou noires et de petite taille. Constamment à la recherche de nourriture, elles prolifèrent en zones sablonneuses et nichent en général à l’extérieur, près des fondations des maisons, dans leurs fissures ou dans celles des dalles ou des aires asphaltées.

Plusieurs moyens simples peuvent tenir les fourmis à dis- tance de votre maison:

1- Rangement des aliments dans des contenants étanches 2- Nettoyage fréquent du plancher et des comptoirs de cuisine 3- Utilisation d’une poubelle extérieure pour les ordures

ménagères 4- Utilisation d’appâts liquides ou en poudre à base de borax

5- Épandage près du nid et dans les zones fréquentées par les fourmis d’un appât maison constitué de deux parts égales de sucre à glacer et de poudre de borax. Attention toutefois, car le borax est

un produit toxique pour les enfants et les animaux domestiques. 6- Conservation de la nourriture non réfrigérée dans des conte- nants hermétiquement fermés Les pièges ou appâts vendus en quincaillerie et placés aux endroits les plus fréquentés sont un moyen efficace de contrôler les fourmis. Il est aussi possible de les déloger en versant de l’eau bouillante ou savonneuse sur leur nid ou en y répandant du poivre rouge, des coquilles d’oeufs, de la poudre d’os ou de talc, ou encore, de la terre de diatomée, un pesticide en poudre à faible impact.

gayglobeus @ May 15, 2017

CES GRANDS LGB DU PASSE

Posted in: Le Point / fil de presse international | Comments Off on CES GRANDS LGB DU PASSE

Piotr Ilitch Tchaïkovski est un compositeur russe de l’époque ro- mantique né le 7 mai 1840 à Votkinsk et mort le 6 novembre 1893 à Saint-Pétersbourg.

Compositeur éclectique, il est l’auteur notamment de onze opé- ras, huit symphonies, quatre suites pour orchestre, cinq concer- tos, trois ballets, cent six mélodies et une centaine de pièces pour pianos. Son œuvre, d’inspiration plus occidentale que celle de ses compatriotes contemporains, intègre des éléments occidentaux ou exotiques, mais ceux-ci sont additionnés à des mélodies folk- loriques nationales. Tchaïkovski compose dans tous les genres, mais c’est dans la musique d’orchestre comme les symphonies, les suites, et les concertos qu’il déploie toute sa science et donne la mesure de son sens mélodique inspiré. C’est également lui qui donne ses lettres de noblesse à la musique de ballet, ajoutant une dimension symphonique à un genre auparavant considéré comme mineur. Il incarne la figure dominante du romantisme russe du XIXe siècle dans toute sa vitalité populaire et généreuse et sa pro- fonde sincérité.

De tous les compositeurs du XIXe siècle, il est l’un des seuls dont l’homosexualité soit très bien documentée (notamment ses amours platoniques ou ses liaisons avec Alexeï Apoukhtine, Alexis Sofro- nov, son domestique entré à son service à l’âge de quatorze ans, son élève Eduard Zak ou son neveu Vladimir Davydov qui sera son héritier). L’un de ses biographes, André Lischke, écrit pourtant qu’il avait moins de problèmes qu’on ne le dit parfois sur sa sexua- lité et qu’il lui arrivait d’«en aborder les questions physiologiques avec une gaillardise totalement dépourvue de complexes».

De même, les membres de son entourage connaissent très bien la vérité. Dans la biographie du compositeur qu’elle publie aux éditions Actes Sud, Nina Berberova raconte sa rencontre avec Praskovia Vladimirovna Tchaïkovskaïa, épouse d’Anatole, un des frères cadets de Piotr Ilitch. Celle-ci aborde d’elle-même le sujet de l’homosexualité en annonçant à Berberova : «Je lui ai chipé un amant […]. À Tiflis. […] Il ne m’a jamais pardonné!»

Tchaïkovski meurt le 6 novembre 1893 à Saint-Pétersbourg, dans l’appartement de son frère Modeste, au 13 rue Malaïa Morskaïa, neuf jours après la création de sa sixième symphonie «Pathé- tique». Il bénéficie de funérailles nationales.

On attribue généralement au choléra la mort du compositeur, qui aurait bu de l’eau de la Néva non stérilisée. Le manque de preuves quant au diagnostic de la maladie, la confusion des témoignages des proches, et la considération des effets de l’alcool et du tabac à long terme ne permettent cependant pas de clarifier les causes exactes de son décès. Certains pensent qu’il s’agirait d’un suicide. D’après l’une des théories, à la suite de la découverte de la rela- tion du compositeur avec le jeune officier de dix-sept ans Victor Stenbock-Fermor, le neveu (mineur) du prince Stenbock-Fermor, maréchal du palais, ce dernier aurait dénoncé le compositeur par une lettre au procureur Nikolaï Borisovitch Jacobi et Tchaïkovski aurait en fait été poussé au suicide (boire un flacon d’arsenic) par un tribunal d’honneur constitué d’anciens étudiants du Collège impérial de la Jurisprudence de Saint-Pétersbourg. Cette théorie fut présentée par la musicologue russe Alexandra Orlova en 1979 après son émigration aux États-Unis.

gayglobeus @ May 15, 2017

L’ANCÊTRE DU VIH CONNU

Posted in: Le Point / fil de presse international | Comments Off on L’ANCÊTRE DU VIH CONNU

Les scientifiques ont découvert dans l’ADN humain les traces d’un virus ressemblant au sida qui a été vaincu par nos ancêtres il y a environ huit millions d’années.

Le sida a toujours été considéré comme un fléau et le plus grand danger de nos jours. Cependant, la découverte faite par des scien- tifiques américains semble démentir cette opinion. Ainsi, un groupe de chercheurs américains a trouvé dans l’ADN humain des traces du virus HERV-T présent chez tous les singes et les primates et pouvant être ainsi l’ancien analogue du sida.

«L’étude des fossiles des virus peut nous permettre d’apprendre beaucoup de choses sur ce qui se passait dans le passé. Par exemple, là, nous avons appris comment les virus donnaient aux animaux infectés des instruments de lutte contre eux et entraî- naient par la suite leur disparition», a expliqué Paul Bieniasz, scientifique américain de l’université Rockefeller à New York, cité par eLife.

Les génomes capitalisent les modifications survenues au cours de l’évolution et permettent donc aux chercheurs de détecter les causes de la suppression subite de certaines espèces. Ainsi, le virus HERV-T a attiré l’attention des scientifiques car, étant à l’ori- gine des épidémies mortelles de nos ancêtres il y a au moins 25 millions d’années, il a disparu lui-même il y a environ 8 à 11 millions d’années, laissant les savants perplexes. L’étude plus détaillée a révélé que ce virus avait à peu près le même fonctionnement que celui du sida et, ce qui est plus surprenant, que le gène «env» censé lutter contre ce virus mortel restait intact dans les ADN des gorilles,

des chimpanzés ainsi que d’autres primates. Ce fait signifiait donc qu’il était indispensable pour la survie.

« Il semble que ce gène ait affecté l’ADN des primates il y a 13 à 19 millions d’années et qu’à peu près au même moment sa fonc- tion ait changé. Les anciens singes pouvaient devenir résistants au HERV-T en utilisant leur propre code génétique », a conclu Daniel Blanco-Melo, un collègue de M. Bieniasz.

GAY GLOBE MÉDIA

Toutes les archives des publications antérieures, le fil de presse, films classiques, plus de 10,000 articles, le tout gratuitement!

WWW.GAYGLOBE.NET

Les faux espoirs d’un projet de vaccin contre le sida

(France Info)

En France, la start-up niçoise, Biosantech, a lancé un essai clinique en 2013 pour développer un vaccin capable d’éliminer le VIH. Ré- gulièrement dans les médias, elle affirme avoir obtenu des résultats très encourageants, mais la communauté scientifique et les asso- ciations restent sceptiques. «Un biologiste aurait obtenu des résul- tats probants». «On n’a jamais été si proche du but». «Un vaccin contre le sida sur le point de voir le jour». Dans la presse, les articles sur Biosantech sont élogieux. Au-delà des critiques sur le fond, la communauté scientifique s’agace aussi de la forme, des méthodes de communication de Biosantech. L’entreprise a présenté ses der- niers résultats lors d’un congrès à Berlin et par voie de presse. Mais elle ne les a toujours pas publiés dans une revue scientifique.

gayglobeus @ May 15, 2017

GG: UN PORTRAIT PLUS PRÉCIS

Posted in: Le Point / fil de presse international | Comments Off on GG: UN PORTRAIT PLUS PRÉCIS

Avec le lancement en mars dernier de la nouvelle page de Gay Globe Média incorporant les normes HTML5 les plus récentes qui permettent aux utilisateurs d’avoir un accès universel peu im- portent le type d’ordinateur, de téléphone intelligent ou de tablette utilisés, le portrait des internautes qui fréquentent le site est deve- nu plus précis que jamais. Qui sont donc les lecteurs de Gay Globe Média au www.gayglobe.net?

71% des utilisateurs sont francophones alors que 26% sont anglo- phones, ce qui représente à peu près le portrait global québécois. Les villes de Montréal, Québec, Laval et Longueuil sont les plus re- présentées alors que près de 91% des visiteurs viennent du Québec.

Les visites se font en utilisant les fureteurs Google Chrome pour 36%, Firefox 24%, Mac Safari 19% et Internet Explorer 6%, ce qui confirme définitivement la fin de ce dernier fureteur qui n’est pas aux normes de 2017 et n’est plus supporté par Microsoft.

42% des visiteurs sont sur Windows, 24% sur Mac, 17% sur un téléphone Android et 13% sur un iPhone. Au Québec, Bell est le fournisseur Internet de 24% des utilisateurs de Gay Globe, Vidéo- tron 17% et Cogeco 4%.

27,5% sont âgés de 18 à 24 ans, 33,5% de 25 à 33 ans et 15,5% de 34 à 43 ans, ce qui nous indique que le lectorat est âgé de moins de 34 ans pour 61% des visiteurs, ce qui est excellent. 54% sont des hommes et 46% des femmes. 5% s’intéressent aux sports et aiment le jogging, 4% sont très intéressés par l’électronique et la technologie, 3% sont cyclistes, 3% s’intéressent à l’alimentation et aux recettes alors que 2% voyagent plusieurs fois par an. Enfin, les pages les plus consultées du site sont la page d’accueil, celle des éditions antérieures du magazine suivie de la page réservée aux films classiques et émissions de télé.

En conclusion, avec 108,692 utilisateurs uniques et 466,836 pages consommées par ces utilisateurs en mars 2017, ce portrait devient important non seulement pour les annonceurs, mais aussi pour Gay Globe qui pourra ainsi offrir un menu mieux ciblé selon les intérêts de ses utilisateurs.

gayglobeus @ May 15, 2017

CES PARADIS HOMOPHOBES

Posted in: Le Point / fil de presse international | Comments Off on CES PARADIS HOMOPHOBES

Compte tenu de l’évolution constante de la situation des gais et lesbiennes dans le monde, Gay Globe Magazine a décidé de lancer une série de chroniques vous présentant de magni- fiques pays, des petits paradis autant pour la qualité de vie que pour les vacances, mais qui ont des lois criminalisant l’homosexualité. Nous avons intérêt à savoir, avant d’y voya- ger, que le simple fait d’être gai peut nous mener à la prison.

La Barbade est un micro-État insulaire situé en mer des Caraïbes loin de la limite de celle-ci avec l’océan Atlantique. Pendant plus de trois siècles, la Barbade a été sous domination britannique et le souverain du Royaume-Uni est encore le chef de l’État. Cepen- dant elle est indépendante depuis le 30 novembre 1966, en qua- lité de Royaume du Commonwealth. Située à environ 13° nord de l’équateur et 59° ouest du méridien de Greenwich, la Barbade est considérée comme faisant partie des Petites Antilles. Les îles les plus proches sont les îles de Saint-Vincent-et-les Grenadines et Sainte-Lucie, à l’ouest. Au sud, se trouvent Trinité-et-Tobago — avec qui la Barbade partage désormais une frontière maritime fixe et officielle — et la côte sud-américaine. La superficie totale de la Barbade est d’environ 430 kilomètres carrés ; sa densité est la plus élevée d’Amérique.

L’île a un climat tropical, avec des alizés de l’océan Atlantique maintenant des températures douces. Certaines parties moins développées de ce pays abritent des forêts tropicales et des man- groves. D’autres parties de l’intérieur du pays connaissent une mise en œuvre agricole dédiée à la production de cannes à sucre. Ce pays vit principalement du tourisme.

La langue officielle est l’anglais, qui est utilisé en communication, dans l’administration et tous les services publics de l’île. Dans la vie de tous les jours, cet anglais standard britannique laisse place à une de ses variantes locales, appelée « Bajan », sous l’influence des autres langues caribéennes. Parmi les autres langues popu- laires, on trouve l’espagnol, suivi du français.

La Barbade est peuplée d’environ 285 247 habitants (2016), avec une croissance démographique de 3,3%. L’espérance de vie y est de 77 ans quel que soit le sexe ; comme au Japon, le territoire hé- berge un nombre élevé de centenaires. La population est compo- sée à 21,68 % de personnes de 0 à 14 ans, à 69,44 % de personnes de 15 à 64 ans et à 8,88 % de personnes de 65 ans ou plus. Envi- ron 90 % des Barbadiens sont descendants de peuples africains.

La plupart des Barbadiens d’origine africaine ou européenne sont chrétiens (95 %), principalement anglicans (40 %). On trouve également l’Église catholique romaine, les Témoins de Jéhovah, l’Église adventiste du septième jour et Spiritual Baptists. L’Église anglicane était la religion d’État, avant d’être détachée par le Par- lement barbadien après l’indépendance. Parmi les minorités reli- gieuses : l’Hindouisme, l’Islam, le Bahaïsme, et le Judaïsme.

Selon la Commission de l’immigration et du statut de réfugié du Canada les relations sexuelles entre personnes de même sexe sont interdites en Barbade et punies de peines de prison. En outre, selon l’article 9 de la loi sur les infractions d’ordre sexuel (Sexual Offences Act) de 1992, toute personne qui a une relation sexuelle anale est passible d’une peine d’emprisonnement à vie.

gayglobeus @ May 15, 2017

LA PrEP CONTRE LE VIH

Posted in: Le Point / fil de presse international | Comments Off on LA PrEP CONTRE LE VIH

Depuis des décennies, la science tente de mettre au point un trai- tement pour guérir le VIH. Et si nous cherchions plutôt à prévenir en amont de la contamination? C’est le principe de la prophylaxie pré-exposition, connue sous le nom de PrEP. Le VIH (virus de l’im- munodéficience humaine) était, en 2012, la 6ème principale cause de mortalité dans le monde. Ce virus est à l’origine du sida, le syndrome d’immunodéficience acquise, lorsque le système immu- nitaire, devenu trop faible, ne peut plus se défendre. Le nombre de nouvelles infections a diminué. Cela signifie que davantage de personnes parviennent à vivre avec le virus et plus longtemps. Pour beaucoup, être séropositifs n’est aujourd’hui plus une sen- tence, mais un « simple » diagnostic.

La situation n’est pas identique partout. Ainsi, en Afrique subsaha- rienne, dans les Caraïbes, en Amérique latine, en Asie-Pacifique, les taux d’infection ont baissé. À l’inverse, ils ont augmenté au Moyen-Orient, en Afrique du Nord, en Europe orientale ou encore en Asie centrale. Ils sont restés stables en Europe occidentale et centrale, tout comme en Amérique du Nord.

La prévention et le traitement du VIH constitueraient, à en croire l’ONUSIDA, 17 fois le retour sur investissement. Il est coûteux de traiter à vie une personne séropositive. Le traitement lui-même est cher : 700€ par mois en France. Il faut y ajouter les contrôles régu- liers et, sur le long terme, les coûts potentiels d’une santé plus fragile. Selon Slate, le coût au Canada du suivi médical à vie d’un séropositif s’élèverait à 700 000$ pour la société. C’est pourquoi l’investissement se tourne vers la prévention.

La PrEP est un médicament directement inspiré des antirétroviraux qui servent à traiter le VIH. Il s’agit généralement du Truvada®. Plu- sieurs études ont démontré son efficacité. La réduction du risque d’infection serait de 86 % en moyenne si le traitement est pris cor- rectement. Le médicament n’est accessible que dans peu de pays. Une boîte de 30 comprimés coûte 500€ environ, ce qui constitue un frein certain pour de nombreuses populations. Le Québec est une des rares nations dans le monde qui couvre la PrEP avec son assurance médicaments. Il suffit de consulter son médecin et de mettre en place un plan de traitement.

gayglobeus @ May 15, 2017

RELIGIONS EN FOLIE

Posted in: Le Point / fil de presse international | Comments Off on RELIGIONS EN FOLIE

À Taïwan, les Églises s’opposent au

mariage homosexuel

(La Croix)

L’île nationaliste, séparée de la Chine depuis 1949, figure parmi les sociétés les moins hostiles de la région concernant le mariage homosexuel. « Plusieurs tentatives législatives ont été lancées depuis vingt ans, explique Mark Wu, 41 ans, éditeur très impliqué dans le dossier. Des couples se rendaient à la mairie de leur lieu de résidence, les maires refusaient, et des procédures judiciaires étaient lancées mais sans succès. » À Taipei, le diocèse catholique a adressé deux lettres aux fidèles pour leur demander de « saturer la boîte mail » de la présidente Tsai Ing-wen après que celle-ci eut déclaré à quelques parlementaires « n’avoir jamais entendu par- ler, de la part de l’Église, d’une quelconque opposition au mariage entre personnes de même sexe ».

Vatican gay-friendly: le père Martin, militant LGBT, nom- mé par le pape comme consultant auprès du Secrétariat pour la communication (Medias-presse.info) Avril 2017, la salle de presse du Vatican a publié la liste des nou- veaux consultants auprès du Secrétariat pour la communication du Saint-Siège choisis par le pape François. Ce service de communi- cation s’occupe de tous les organes de presse, de communication et des réseaux sociaux du Vatican. Cela va du site Internet officiel, News Va, à la télévision du Saint-Siège, CTV, au compte Twitter du pape. C’est dire l’importance de ce Secrétariat qui délivre au monde les informations concernant le pape et l’Église catholique.

Parmi les nouveaux consultants engagés par François, il en est un tout à fait surprenant, le père James Martin, jésuite et militant affiché LGBT. Sa nomination laisse perplexe et suscite des interro- gations. Difficile de ne pas se demander si derrière ce choix alar- mant il n’y aurait pas une volonté cachée de la part du Saint-Siège de faire évoluer, grâce à la communication vaticane, les esprits catholiques sur la question de l’homosexualité. En effet, le père James Martin, éditorialiste du magazine jésuite américain America, est particulièrement célèbre à cause de ses prises de position en faveur du monde arc-en-ciel. Régulièrement il fait des déclarations visant à légitimer l’homosexualité, et ses dérivés, afin qu’elle soit reconnue comme une mode de vie parfaitement catholique. Le « mariage pour tous » fait d’ailleurs partie des combats de cet avant- gardiste progressiste!

Vatican : un pape François plus contesté que jamais

(Francetvinfo.fr)

Chaque dimanche, le pape s’adresse à ses fidèles. Il est populaire aussi bien chez les croyants que les non-croyants. Mais François se heurte à une résistance de plus en plus vive de la curie romaine. Signe de ce malaise et pour la première fois depuis la Renais- sance, il y a eu une campagne d’affichage sauvage avec des slo- gans hostiles et l’image d’un pape grimaçant.

Crime de lèse-majesté aussi avec une édition satirique du quoti- dien officiel du Vatican, où les conservateurs dénoncent un pape trop féministe, communiste et francs-maçon. Ouvrir les portes de l’Église aux divorcés ou aux homosexuels, impossible pour une douzaine de cardinaux conservateurs.

gayglobeus @ May 15, 2017

L’ACTUALITÉ EN BREF

Posted in: Le Point / fil de presse international | Comments Off on L’ACTUALITÉ EN BREF

La Tchétchénie accusée de kidnapper et d’exé-

cuter des homosexuels

(BFMTV)

Accusées par un journal d’opposition russe d’avoir détenu plus de 100 personnes en raison de leur orientation sexuelle suppo- sée, les autorités tchétchènes crient au mensonge et vont même jusqu’à nier l’existence de l’homosexualité dans leur pays.

«Vous ne pouvez pas arrêter ou réprimer des gens qui n’existent pas dans votre pays». Telle est la ligne de défense des autorités tchétchènes soupçonnées d’avoir détenu 100 personnes en raison de leur homosexualité supposée, dont trois auraient été assassi- nées. «Si de telles personnes existaient en Tchétchénie, les forces de l’ordre n’auraient même pas à s’en inquiéter puisque leurs proches les enverraient d’eux-mêmes dans des endroits d’où per- sonne ne revient», a ajouté le porte-parole du leader tchétchène Ramzan Kadyrov.

Homosexualité: L’Ordre des médecins tuni-

siens condamne le test anal. Pas suffisant,

commente cette avocate

(Al Huffpost)

Maintes fois décrié par les ONG tunisiennes et internationales comme étant une transgression de l’intégrité physique et morale de la personne, le recours au test anal pour vérifier les pratiques homosexuelles est cette fois-ci fustigé par l’Ordre des médecins tunisiens.

Ces derniers sont les premiers concernés par cette pratique puisque ce sont les médecins légistes, réquisitionnés par la justice, qui font subir ce test aux personnes arrêtées pour homosexualité.

«Le Conseil National de l’Ordre des Médecins tient à rappeler que tout médecin requis pour examiner une personne dans le cadre d’une expertise et notamment si elle est privée de liberté, doit res- pecter sa dignité et ce conformément à l’article 23 de la constitution et aux articles 7 et 74 du code de déontologie médicale (CDM).»

Shams Mag, premier magazine en ligne pour

traiter des sujets autour de l’homosexualité

en Tunisie

(Al Huffpost)

Rassemblant des interviews de personnalités tunisiennes, repor- tages sur l’actualité tunisienne et des autres pays arabes, contribu- tions, prévention et sensibilisation, etc. Shams Mag est un maga- zine inédit qui traite des problématiques autour de l’homosexualité en Tunisie disponible en ligne avec un usage de différentes lan- gues; arabe littéraire, dialecte, le français et l’anglais. Le maga- zine est conçu par l’association Shams pour la dépénalisation de l’homosexualité.

À la Une de son premier numéro, l’actrice tunisienne Fatma Ben Saidan qui a accordé une interview au magazine. L’artiste parle de sa carrière mais essentiellement de sa conception de l’homo- sexualité et de la différence en général. «L’équilibre des nations est tributaire du degré d’acceptation de la différence.»

gayglobeus @ May 15, 2017

SANTÉ: POPPERS ET CÉCITÉ!

Posted in: Le Point / fil de presse international | Comments Off on SANTÉ: POPPERS ET CÉCITÉ!

Ce liquide transparent et très volatil est prisé des lieux festifs. Il faut dire qu’avec leurs effets euphorisants et désinhibants, les poppers ont de quoi enthousiasmer les fêtards. Mais cette subs- tance psychoactive n’est pas sans risque, et des ophtalmologues britanniques le rappellent dans le British Journal of Ophtalmolo- gy. Elle est associée à des dégâts rétiniens chez les utilisateurs récurrents de la substance. Une équipe du Sussex Eye Hospital de Brighton (Royaume-Uni) met directement en cause le principe actif des poppers : le nitrite d’isopropyle, qui a remplacé un produit cancérigène.

Le Royaume-Uni a revu sa législation en 2016, bannissant toute production et vente de substances psychoactives. À l’exception des poppers, qui n’agissent pas sur le système nerveux central. Mais le nitrite d’isobutyl, jusqu’ici utilisé, est interdit. Les fabricants le remplacent alors par du nitrite d’isopropyl, jugé moins dange- reux. À tort. Car depuis cette substitution, les ophtalmologues ont constaté une hausse des pertes d’acuité visuelle chez les usagers.

Ici, les médecins du Sussex Eye Hospital se sont concentrés sur le cas de 12 hommes, âgés de 31 à 59 ans, traités entre 2013 et 2016.

Tous étaient adeptes de poppers sur une base régulière. L’un d’entre eux en prenait même depuis plus de 20 ans. Ses symp- tômes ne sont apparus qu’après le changement de législation, affirme-t-il. Et ceux-ci ne sont pas mineurs. Le plus souvent, l’uti- lisation de poppers est suivie de troubles de la vision centrale et de taches noires. Ces signes peuvent durer jusqu’à plusieurs jours après l’inhalation du produit.

Un participant a même développé un scotome central – c’est-à-dire une perte de la vision au centre du champ visuel. Il n’est apparu qu’après l’utilisation de produits contenant du nitrite d’isopropyl.

Le constat des Britanniques est simple : après analyse chimique de 8 marques différentes, 6 d’entre elles contiennent du nitrite d’iso- propyl. Toutes sont associées à une baisse de vision. Celle-ci reste réversible, puisque la plupart des patients ont vu les symptômes régresser dans les mois suivant l’arrêt des poppers.

En France, le constat est similaire. De nouveau autorisés à la vente depuis 2013, les produits contiennent eux aussi du nitrite d’iso- propyle. Dans un point d’information, l’Agence nationale de sécu- rité du médicament (ANSM) signale que 883 cas d’exposition ont été déclarés entre 1999 et 2010. Parmi eux, 34 concernaient des atteintes oculaires « se traduisant principalement par une baisse d’acuité visuelle ».

Le phénomène n’est pas ignoré des usagers : sur différents forums sont signalés des risques de troubles visuels – dont des baisses d’acuité. Les poppers augmentent aussi la pression interne de l’œil, signalent-ils. Mais ces risques ne sont pas évalués à l’échelle nationale. Les auteurs de cette étude plaident donc en faveur d’une réévaluation de ces drogues récréatives.

«Si les dommages rétiniens peuvent disparaître avec l’arrêt de l’uti- lisation, les symptômes peuvent se prolonger, et les effets visuels d’un usage chronique des nouvelles marques ne sont pas connus», rappellent-ils. En l’état, la prudence semble donc de mise.

gayglobeus @ May 15, 2017

PRUDENCE: GYULA BARTA!!!

Posted in: Le Point / fil de presse international | Comments Off on PRUDENCE: GYULA BARTA!!!

Montréal, le 21 avril 2017 – L’Autorité des marchés financiers met en garde les investisseurs québécois à propos des sollicitations faites par Gyula Barta, un individu qui n’est pas autorisé à agir à titre de conseiller ou de courtier en valeurs et en instruments déri- vés ni à faire du démarchage lié à ces activités au Québec.

Il ressort du témoignage des investisseurs rencontrés par l’Autorité et de la documentation obtenue que Gyula Barta aurait mis sur pied au moins deux stratagèmes pour s’approprier des fonds. Il aurait d’abord indiqué à différentes personnes qu’il a rencontrées qu’il organisait une soirée de tirage pour le compte d’un ami qui souhaitait léguer une partie de sa fortune à de bonnes personnes. Les participants de cette loterie devaient démontrer leur intérêt en achetant des « droits » pour des montants allant de 1000$ à 2500$. Le tirage n’a jamais eu lieu et les sommes ont été perdues.

Gyula Barta aurait aussi fait valoir qu’il faisait du « trading » et qu’il pouvait obtenir des rendements importants. Il a notamment pro- mis à un investisseur qu’il doublerait son investissement en trois à six mois et à un autre qu’il générerait un rendement de dix fois la somme remise. L’Autorité publie cette mise en garde en raison du fait que Gyula Barta a convaincu plusieurs personnes de lui confier de l’argent, n’a jamais été inscrit auprès de l’Autorité et a continué de mener ses activités.

Sur Internet ou en personne, offrir des possibilités d’investisse- ment est une activité réglementée. L’individu ou l’entreprise qui fait la promotion d’un produit d’investissement doit être inscrit auprès de l’Autorité ou bénéficier d’une dispense d’inscription.

Afin d’éviter d’être une victime de ce type d’approche, assurez-vous de vérifier que cet individu ou cette entreprise est bel et bien inscrit au Registre des entreprises et des individus autorisés à exercer.

Vous croyez avoir été la cible de sollicitation illégale ou avoir dé- tecté une approche illégale? N’hésitez pas à communiquer avec le Centre d’information. Cette information peut aider l’Autorité dans ses interventions visant à protéger les investisseurs. Consultez le site Web de l’Autorité pour trouver d’autres conseils pour éviter la fraude. L’Autorité des marchés financiers est l’organisme de régle- mentation et d’encadrement du secteur financier du Québec.

Présidentielle en France: pour qui votent

les homosexuels?

(Le Nouvel Observateur)

Nous ne mesurons pas de clivage uniforme entre population hété- rosexuelle et population non hétérosexuelle lorsque nous les inter- rogeons sur leur choix au premier tour de la présidentielle. Tous les segments électoraux sont représentés, quels que soient le genre et l’orientation sexuelle. Y compris le vote Front national, qui a priori n’apparaît pas comme le réceptacle naturel du vote homosexuel et bisexuel. Il y a autant de diversités de vote au sein de la population homosexuelle que non homosexuelle. Nous mesurons seulement des nuances. L’effet est minimum parmi les électeurs non hétéro- sexuels et en faveur d’Emmanuel Macron, déclare Sylvain Grouard du Cevipof. La crainte d’une éventuelle remise en cause du ma- riage pour tous ne semble pas telle, dans cet électorat, qu’elle le dissuaderait de voter pour les candidats de droite.

gayglobeus @ May 15, 2017

VIH / CANNABIS: QUE PENSER?

Posted in: Le Point / fil de presse international | Comments Off on VIH / CANNABIS: QUE PENSER?

À quelques mois de la légalisation du Cannabis au Canada, de nombreuses questions se posent sur les effets de cette drogue sur les personnes atteintes du VIH sous traitement antirétroviral et sur les autres sous PrEP. Un tour d’horizon sur les sites spécialisés nous donne un aperçu des conséquences positives ou négatives de cette consommation, seuls les organismes crédibles et sérieux ont été consultés évidemment. Voici nos résultats:

(Santé Log) Ces chercheurs de la Mount Sinai School of Medi- cine viennent de faire une découverte étonnante : Des composés chimiques du cannabis ou analogues, déclenchent des récepteurs sur les cellules immunitaires humaines capables d’inhiber le VIH à stade avancé du sida. Ces conclusions publiées dans l’édition en ligne de la revue PLoS ONE s’inspirent de l’action de ces récep- teurs cannabinoïdes pour développer de nouveaux médicaments permettant de ralentir la progression du sida.

(Cochrane) L‘utilisation du cannabis (marijuana), son ingrédient actif ou ses formes synthétiques, comme le dronabinol, est pré- conisée chez les patients atteints du VIH/SIDA en vue de stimu- ler l’appétit, de faciliter la prise de poids et de remonter le moral. Dans certains pays, le dronabinol est indiqué pour le traitement de l’anorexie liée au SIDA. Toutefois, les preuves concernant ses effets positifs chez les patients atteints du VIH/SIDA sont limitées et celles existantes peuvent subir des effets de biais. Les études réalisées incluaient un nombre réduit de participants et privilé- giaient les effets à court terme. Des données à plus long terme, ainsi que des données montrant un effet bénéfique en termes de survie, sont manquantes.

(Agence de la santé publique du Canada) Il y a de plus en plus de preuves qui indiquent que les réactions indésirables et la phar- macorésistance surviennent en raison d’interactions entre les pro- duits de santé naturels et les médicaments antirétroviraux. Les produits de santé naturels peuvent inclure les suppléments, les remèdes à base de plantes et les vitamines. Une récente étude des rapports sur les cas canadiens d’effets indésirables, ainsi que des études cliniques réalisées avec des humains pour les patients qui prennent des médicaments antirétroviraux et des produits de santé naturels, a établi que le risque de résistance et de modifica- tions thérapeutiques peut exister pendant l’utilisation simultanée de produits de santé naturels et de médicaments antirétroviraux incluant le cannabis.

(Santé Canada) Le cannabis peut interagir avec plusieurs médi- caments. Assurez-vous de dire à votre professionnel de la santé quels médicaments sur ordonnance ou en vente libre et quels pro- duits naturels vous prenez à l’heure actuelle, et particulièrement: les médicaments comme les antirétroviraux utilisés pour le trai- tement du VIH/sida, certains antidépresseurs, les inhibiteurs de sécrétion d’acide gastrique, certains antibiotiques et antifongiques.

(Parlement du Canada) Les travaux réalisés par Tashkin et al. indiquent que la consommation régulière de cannabis réduit la réaction immunitaire respiratoire aux organismes envahissants. D’autres études épidémiologiques réalisées chez des sujets infec- tés par le VIH ont révélé que le cannabis était un facteur de risque important pour l’acquisition de sarcomes opportunistes ou du sar- come de Kaposi.

gayglobeus @ May 15, 2017

DÉCÈS DE MARK WAINBERG

Posted in: Le Point / fil de presse international | Comments Off on DÉCÈS DE MARK WAINBERG

Au début avril dernier, un des plus grands scientifiques québécois spécialisé dans la recherche sur le VIH décédait subitement à l’âge de 71 ans de noyade, lors d’un séjour en Floride. Le Professeur Mark Wainberg laissait dans le deuil de nombreux membres de sa famille, ses collègues, mais aussi une communauté scientifique stupéfiée.

Récemment, Gay Globe consacrait deux éditions à un article por- tant sur la collaboration au développement et à la commercialisa- tion de la DHEA, un précurseur de la testostérone, et laissait le professeur s’expliquer dans ses pages, comme l’article du média français remettait en question son éthique. Le Professeur Wain- berg avait été très troublé par cette enquête et dans ses communi- cations avec moi, à titre d’éditeur et de journaliste assurant le suivi de l’affaire, il avait avoué se sentir outré et très anxieux à l’idée que l’on puisse ainsi traîner son nom dans la boue.

Mark Wainberg est une sommité internationale dans le domaine du VIH et c’est sa renommée qui lui permettait de travailler dans son domaine, évidemment pour le plus grand bénéfice des lecteurs de notre publication et du public. Selon Wikipédia, Wainberg et ses collègues ont été les premiers à identifier les propriétés antivirales du 3TC et à les expérimenter sur des patients en 1989, améliorant du coup la survie de certains malades alors qu’à cette époque, il n’existait aucun médicament contre le VIH. De 1998 à 2000, il a été Président de la prestigieuse Société internationale du SIDA et éditeur du journal de la même organisation où il publiait en exclusi- vité les recherches les plus pointues dans le domaine. En 2001, il a été fait Officier de l’Ordre du Canada et en 2005, Officier de l’Ordre national du Québec.

Dans ses dernières communications avec moi, par courrier élec- tronique, le Professeur Wainberg avait souhaité apporter quelques corrections supplémentaires. Il avait également souhaité me ren- contrer pour que l’on en discute, mais malheureusement, il est décédé avant de pouvoir clore le dossier.

Mark Wainberg a contribué à faire avancer la recherche sur le VIH et ses maladies afférentes à la vitesse grand V. Non seulement il était passionné par la question, il avait une sincère préoccu- pation pour la qualité de vie des personnes atteintes et pour les conséquences de cette maladie sur la société en général, mais il était aussi loin d’avoir fini sa carrière. Qu’adviendra-t-il de ses re- cherches en cours? On a beau dire que les recherches sont enca- drées par des équipes de chercheurs, que le Professeur Wainberg n’était pas seul dans son laboratoire, qu’elles se poursuivront, mais il faut se rendre à l’évidence que ce sont les idées, l’instinct et la cu- riosité d’un chercheur qui sont souvent à l’origine de découvertes importantes. Le décès du professeur Wainberg aura certainement des conséquences sur l’avancement de la recherche.

À sa mort, il était le directeur du Centre de recherches sur le SIDA de l’Université McGill à Montréal et professeur de médecine et de microbiologie à la même université. Son laboratoire est spécialisé dans l’étude de la transcriptase inverse, responsable de certaines résistances dans la trithérapie et travaillait sur la thérapie génique, une piste nouvelle visant à éradiquer le VIH. En 2004, il avait pro- posé de juger et de condamner à la prison ceux qui tenaient un dis- cours public niant le lien entre le VIH et le SIDA, une proposition très audacieuse pour l’époque. Merci pour tout Professeur Wainberg!

gayglobeus @ May 15, 2017

DES «AMANTS» À POMPÉI?

Posted in: Le Point / fil de presse international | Comments Off on DES «AMANTS» À POMPÉI?

Les « amants de Pompéi » étaient-ils homosexuels ? Ces deux moulages de deux personnes tuées lors de l’éruption du Vésuve en l’an 79 n’ont pas fini de faire parler d’eux. L’un ayant la tête reposée sur la poitrine de l’autre, on a voulu y voir un homme et une femme, tendrement enlacés… Mais selon une récente décou- verte rapportée la semaine dernière par l’agence Ansa, au vu des résultats d’analyses génétiques réalisées à partir des restes orga- niques emprisonnés dans le moulage, il s’agirait en fait de deux jeunes hommes!

Lorsqu’il a été découvert en 1914, le moulage présentait une scène si frappante et si émouvante que les deux personnages ont rapide- ment été surnommés « les amants ». Pour le régime fasciste de Mus- solini, il ne pouvait bien sûr s’agir que d’un homme et d’une femme…

Au-delà de cela, de nombreuses autres suppositions ont été faites sur ces deux personnages surpris par l’éruption du Vésuve, sur leur sexe mais aussi sur la nature de la relation qui les unissait. Ainsi, l’archéologue italien qui avait découvert les célèbres ruines avait d’abord imaginé qu’il s’agissait de deux femmes, une mère et sa fille par exemple.

Évidemment, qu’il s’agisse d’un homme et d’une femme ou bien de deux hommes, dans un cas comme dans l’autre, rien ne prouve qu’il s’agit d’un couple, dans l’absolu. Il est bien difficile de deviner par leur simple position ce que ces deux personnes étaient en train de faire juste avant leur mort : les deux corps semblent être tendre- ment enlacés, mais il peut aussi s’agir de deux amis qui sont morts côte à côte, ou même de deux personnes en train de se battre..Ceci dit, la thèse du couple homosexuel n’est pas écartée par les historiens, loin de là, elle est même extrêmement plausible: dans la Rome antique, l’homosexualité était très présente, comme en at- testent de nombreux écrits, et elle était en fait bien moins taboue que dans la société actuelle. Elle était pratiquée par Cicéron, Jules Cé- sar, et même Néron qui prendra publiquement l’un de ses esclaves comme époux. En réalité, on peut considérer les Romains comme bi- sexuels: le distinguo entre hétérosexualité et homosexualité n’avait pas vraiment de sens dans la civilisation romaine, puisque dans leur conception de l’amour et du sexe, il y avait une différence très nette entre le plaisir charnel et la passion amoureuse proprement dite.

gayglobeus @ May 15, 2017

HÔTEL: LES PIRES CLIENTS

Posted in: Le Point / fil de presse international | Comments Off on HÔTEL: LES PIRES CLIENTS

Une étude réalisée par Jetcost a identifié le top 8 des comporte- ments les plus détestables chez les voyageurs Vols effrontés, ou- bli d’objets insolites dans les chambres, les séjours dans les hôtels donnent fréquemment lieu à des anecdotes croustillantes. Après s’être intéressé aux vols dans les chambres et autres bizarreries des voyageurs, le comparateur de vols et d’hôtels Jetcost (www. ca.jetcost.com/fr) a enquêté sur les pratiques qui agacent le plus les hôteliers. Le site a passé à la moulinette toutes les situations dans lesquelles, malgré l’adage, le client n’a pas toujours raison.

Le malin: c’est le client qui assure avoir réservé sa chambre à un prix promotionnel. Il explique qu’il a égaré sa facture tout en exigeant le respect des supposées conditions commerciales, ou d’être logé même si l’hôtel affiche complet. Les choses se corsent lorsque le client ne parle aucune des langues pratiquées par le réceptionniste.

Celui qui fait l’idiot, tout en restant poli: Il s’agit là d’une typologie assez rare. À Édimbourg, par exemple, un client a appelé la récep- tion pour demander comment sortir de sa chambre. « Par la seule et unique porte », lui a-t-on répondu. Le client a alors rétorqué : « certes, mais il y a un panneau, « Ne pas déranger ».

Celui qui a les yeux plus gros que le ventre: c’est le client qui fait une razzia sur le buffet à volonté. Il remplit son assiette à rebord… mais une fois à table, ne fait que picorer. Parfois il est même capable de se resservir. Le pendant de ce type de client est celui qui se sert dans le buffet pour préparer le casse-croûte de la journée et qui part parfois avec des pots de confiture ou de miel. Voire les salières…

Le maniaque de la propreté: c’est le client qui, après s’être essuyé avec 3 ou 4 serviettes, les laisse traîner par terre afin qu’elles soient changées rapidement. Pourtant, l’affichage des bonnes pratiques du tourisme responsable est plutôt courant : en effet, les petits pan- neaux mettant en avant des messages incitant la clientèle à ne pas demander le nettoyage systématique des serviettes se multiplient dans tous les hôtels du monde.

Le farceur: c’est le client qui passe une copieuse commande au room service en donnant le numéro de chambre de quelqu’un d’autre, juste pour le plaisir de faire une blague à un ami ou un inconnu.

Le client qui ne boit jamais d’alcool… mais qui laisse derrière lui les mignonnettes du minibar remplies d’eau ou d’autres liquides de substitution. Pour venir à bout de ce problème, certains hôtels ont vidé leurs frigos que les clients peuvent remplir à leur guise sur simple demande à la réception.

Le crade : c’est le client qui nettoie ses chaussures boueuses avec les couvertures ou les draps de sa chambre ; ou qui éponge les flaques d’eau de la salle de bain avec les serviettes.

Le dragueur : c’est le client qui essaie de séduire réceptionnistes, femmes de chambre ou tout autre membre du personnel féminin. On trouve également dans les hôtels la cliente aguicheuse. Les hôteliers ont raconté que le dragueur et l’aguicheuse appellent le service d’entretien prétextant un problème avec la douche, habillés d’un peignoir léger ou à peine enveloppés dans une serviette.

gayglobeus @ May 15, 2017

FORT RETOUR DE LA SYPHILIS

Posted in: Le Point / fil de presse international | Comments Off on FORT RETOUR DE LA SYPHILIS

Le Docteur Réjean Thomas, directeur et fondateur de la clinique montréalaise l’Actuel, déclarait le 4 avril dernier sur sa page Facebook «Trois femmes ont transmis la syphilis à leur nouveau- né en 2016. On croyait la syphilis éradiquée à la fin des années 90. En 1998 il y avait eu 3 cas de syphilis au Québec. En 2016 c’est près de 1000 cas. Toutes les ITSS sont en hausse depuis quelques années au Québec. Je le dis depuis plusieurs années et pendant ce temps, disons que la prévention n’est pas très pré- sente, et on attend toujours pour le retour des cours d’éducation sexuelle à l’école

Pire, selon nos informations, il semblerait que les cas de syphilis associés au VIH soient aussi en forte croissance et cette infection sexuellement transmise peut se propager malgré la PrEP. Il faut en parler, il faut aussi se responsabiliser face à une maladie grave qui peut avoir de lourdes conséquences si non traitée. La syphilis, c’est quoi au juste?

Selon le site de la Clinique l’Actuel, la syphilis est une infection transmise sexuellement causée un microbe (bactérie) appelé le tré- ponème pâle. Cette infection a presque disparu pendant plusieurs années, mais on constate aujourd’hui une augmentation des cas, principalement chez les hommes gais et bisexuels. L’infection se transmet par des rapports sexuels avec une personne infectée et en phase contagieuse, par contact génital, oral ou anal, et ce même s’il n’y a pas de pénétration. La période d’incubation (temps entre le contact et l’apparition des symptômes) varie habituellement entre 10 et 90 jours. Les symptômes peuvent passer inaperçus ou être mal reconnus, et ils peuvent même ne pas se manifester du tout.

Lorsqu’ils sont présents, les symptômes se manifestent en trois stades: Stade primaire: Trois à quatre semaines après le contact, un chancre (ulcère très superficiel, à bords réguliers, dont la base est enflée et qui peut mesurer jusqu’à 1 cm de diamètre) apparaît au site d’entrée du microbe (bouche, pénis, vagin ou anus). Le chancre ne cause généralement pas de douleur et peut être asso- cié à des ganglions (petites bosses non douloureuses) dans les aines. C’est par contact direct avec ce chancre que l’infection se transmet. La guérison du chancre se produit spontanément (sans traitement) en 3 à 8 semaines. Cependant, l’individu reste conta- gieux et le test sanguin de dépistage est souvent négatif à ce stade.

Stade secondaire: Non traitée, la syphilis évolue et quelques se- maines (de six semaines à six mois) plus tard, des rougeurs appa- raissent sur la peau et les muqueuses, accompagnées de fièvre, de fatigue, de maux de tête et de douleurs musculaires. La per- sonne demeure contagieuse. Le test sanguin sera généralement positif à ce stade, mais peut être faussement négatif chez les indi- vidus infectés par le VIH.

Stade tertiaire: Après plusieurs années, parfois 10 à 30 ans, des complications sérieuses peuvent affecter la peau, les os, ainsi que les organes vitaux tels que le système nerveux et le système cardiovasculaire.

La syphilis répond très bien à la pénicilline à des doses adaptées au stade de la maladie. La syphilis nécessite un traitement adapté si la personne est infectée par le VIH. En présence d’allergie à la pénicilline, d’autres antibiotiques sont tout aussi efficaces.

gayglobeus @ May 15, 2017

L’ORIGINE DES GROS VENTRES

Posted in: Le Point / fil de presse international | Comments Off on L’ORIGINE DES GROS VENTRES

Quand les hommes grossissent, ils prennent du ventre, tandis que, chez les femmes, les graisses viennent plutôt se loger sur les hanches et les cuisses. Des différences hormonales et l’expression de certains gènes expliqueraient ce phénomène. Les hommes, en prenant de l’âge, ont tendance à grossir du ventre et, quand la graisse ne peut plus s’y accumuler, l’organisme la stocke ailleurs (foie, pancréas, muscles…), ce qui est néfaste pour la santé.

Chez les femmes, les graisses sont plutôt stockées dans les cuisses et les hanches. Ce serait dû à la présence des œstro- gènes. D’ailleurs, à la ménopause, les niveaux d’oestrogène dimi- nuent et les femmes peuvent stocker des graisses sur le ventre et développer un embonpoint comme les hommes.

Les hormones expliqueraient donc la répartition des graisses chez les hommes et les femmes. En voici une autre preuve… D’après Mitchell Roslin, de l’hôpital Lenox Hill, à New York, certaines femmes ont tendance à prendre plus de ventre : celles qui ont des niveaux élevés de testostérone, ou celles qui souffrent de patholo- gies qui réduisent les taux d’oestrogènes, comme le syndrome des ovaires polykystiques.

Mais comment agissent les hormones ? Des chercheurs ont com- paré l’expression des gènes dans la graisse abdominale et la graisse des cuisses. Chez l’homme, ils ont trouvé que 125 gènes étaient exprimés différemment dans le ventre et les cuisses; chez les femmes il y en avait 218. Certains de ces gènes étaient des gènes homéotiques, dont on sait qu’ils peuvent être influencés par des hormones.

De manière générale, même si l’on n’est pas en surpoids, mieux vaut perdre son embonpoint. La présence de graisses abdomi- nales est associée à un risque accru de maladies cardiaques et de diabète. Pour perdre du ventre, l’exercice s’avère souvent efficace.

La santé cardiovasculaire responsable de la hausse de l’espérance de vie au Québec

(selon Agence QMI)

La diminution des décès liés aux maladies cardiovasculaires est la principale raison derrière l’augmentation récente de l’espérance de vie au Québec. C’est ce qui ressort de l’article «L’évolution récente des causes de décès au Québec : quel effet sur l’espérance de vie?», publié mercredi par l’Institut de la statistique du Québec.

«Entre les périodes 2000-2002 et 2010-2012, l’espérance de vie à la naissance des hommes a augmenté de 38 mois pour atteindre près de 80 ans, et la baisse de la mortalité liée aux maladies car- diovasculaires explique à elle seule 16 mois d’augmentation», a donné comme exemple l’Institut. De plus, on observe une baisse de la mortalité liée aux tumeurs et à certaines causes externes, tels que les accidents et les suicides.

L’intoxication accidentelle, ou surdose, est une des rares causes de mortalité qui a pris de l’ampleur dans cet intervalle de dix ans, a conclu l’Institut. L’espérance de vie à la naissance représente le nombre moyen d’années que peut espérer vivre un être humain qui vient tout juste de voir le jour.

gayglobeus @ May 15, 2017

SANTÉ: BAIN CHAUD ET SAUNA

Posted in: Le Point / fil de presse international | Comments Off on SANTÉ: BAIN CHAUD ET SAUNA

Un bain bien chaud permettrait de brûler autant de calories qu’une balade en vélo, selon une étude anglaise.

Si on vous donnait le choix, après une longue journée de boulot, vous préféreriez faire une heure de sport ou rester une heure dans un bon bain chaud ? On parie qu’une grande majorité (nous y com- pris !) opterait pour le bain chaud, tout en se disant qu’on ira au sport demain… Ben oui, ce n’est pas un bain qui va nous donner un corps de rêve pour cet été. Et si maintenant on vous disait que ce même bain chaud pouvait avoir les mêmes effets (ou presque) qu’une heure de sport ? Dubitatifs ? Nous aussi. Et pourtant, des chercheurs de l’Université de Loughborough (Angleterre) viennent de dévoiler les résultats d’une étude démontrant cela.

L’étude a observé deux groupes d’hommes: le premier a dû péda- ler à vitesse modérée pendant une heure, tandis que les seconds ont été plongés dans un bain chaud (40 °C). Verdict ? Au bout d’une heure, les deux groupes avaient brûlé le même nombre de calories et les scientifiques ont constaté une baisse dans le niveau de sucre dans le sang chez tous les participants. L’explication est simple : la chaleur extrême (tout comme le froid) augmente la fré- quence cardiaque et active le système de circulation. Toutefois, il ne faut pas que l’on se réjouisse trop vite : le médecin améri- cain Frank Lipman a expliqué qu’un bain chaud ou un sauna ne peuvent pas remplacer l’exercice physique (tssss, ça aurait été trop facile !).

En revanche, ils ont des effets positifs, notamment le cœur et le stress, et sont parfaits en complément d’un mode de vie actif.

La pollution lumineuse est un fléau pour les animaux et pour la santé des hommes

(La tribune de Genève)

«La lumière a été vécue comme un progrès, mais aujourd’hui, elle est devenue une source de nuisances.» Liée à l’essor de l’électri- cité, la pollution lumineuse est un phénomène relativement récent, qui n’a fait qu’empirer ces dernières décennies. Au niveau global, un tiers de l’humanité ne peut plus apercevoir la Voie lactée à cause du halo généré par l’éclairage urbain. Cela a des conséquences sur l’environnement et sur la santé. L’animal diurne qu’est l’homme a tendance à oublier que la plupart des autres espèces sont noc- turnes: «64% des invertébrés, qui représentent les neuf dixièmes du vivant, et 28% des vertébrés vivent la nuit», précise Romain Sor- dello, du Muséum national d’histoire naturelle de Paris. Pour eux, l’éclairage artificiel nocturne constitue souvent un obstacle. «Une route éclairée est infranchissable par de nombreuses espèces, non pas à cause du trafic automobile, mais à cause de la lumière», pour- suit le scientifique. À l’instar d’un corridor biologique, celle-ci doit permettre aux animaux de circuler d’un biotope à l’autre sans être arrêtés par une barrière lumineuse. Paradoxalement, la pollution lumineuse peut être un piège pour des espèces qui sont attirées par la lumière. «Les oiseaux migrateurs et certains mammifères marins se repèrent grâce aux étoiles, mais s’ils ne peuvent plus les voir, ils sont désorientés, déplore Romain Sordello. Les tortues marines qui viennent de naître se dirigent vers la mer en suivant le reflet de la lune sur l’eau. Or, quand l’éclairage public est plus fort, cela les induit en erreur et elles partent dans la mauvaise direction.»

gayglobeus @ May 15, 2017

ÉRIC DUHAIME: LA CLAQUE!

Posted in: Le Point / fil de presse international | Comments Off on ÉRIC DUHAIME: LA CLAQUE!

«UN ÊTRE HUMAIN EST LIBRE, NON QUAND L’AUTRE NE L’EST PAS, MAIS QUAND L’AUTRE L’EST AUSSI!» Élie Wiesel, écrivain et philosophe

«L’HOMME LIBRE EST CELUI QUI N’A PAS PEUR D’ALLER JUSQU’AU BOUT DE SA PENSÉE» Léon Blum, homme d’État français

«QUAND LA VÉRITÉ N’EST PAS LIBRE, LA VÉRITÉ N’EST PAS VRAIE.»

Jacques Prévert, poète et cinéaste français

Et vlan!!! Éric Duhaime aura réussi à faire sortir de leurs gonds les plus ardents défenseurs de la forteresse communautaire gaie québécoise en publiant son tout nouveau livre «La fin de l’homo- sexualité et le dernier gay», se méritant du coup les pires attaques sur sa personne, sa réputation et son honneur qu’il m’a été donné d’observer depuis près de 15 ans comme journaliste. Mon texte n’a pas pour objectif d’expliquer ou de défendre les écrits d’Éric Duhaime, il n’a pas besoin d’aide, il se défend très bien à mon avis.

Mais qu’est-ce qu’il dit au juste dans son livre? Pour aller droit au but et pour résumer, il écrit quelque chose de très grave qui ne passe pas au Québec, qu’il n’est pas possible de dire en 2017 et qu’il ne faut surtout pas recommencer, il a livré son opinion! Ouais! Quel culot il a eu! Quelle horreur pour une société démocratique comme la nôtre que de commettre un tel geste! Oui, car contraire- ment à ce qu’affirme Éric Duhaime, la communauté gaie, elle est parfaite, elle n’a rien à se reprocher, elle gère parfaitement ses organismes en ne pensant qu’à ses bénéficiaires, sans permettre quelque malversation que ce soit et, surtout, elle ne fait ni dans la complaisance politique ni dans la corruption! Ouais Môssieux!

Et pour avoir osé mettre en doute certains aspects du milieu homo, questionné certains faits et tiré ses propres conclusions qu’il n’im- pose à personne d’ailleurs, les croisés LGBTQIAS+ s’en sont allés attaquer la tour Duhaime pour la détruire et lui retirer son droit de parole, sur la question gaie du moins. Mais voilà, Éric Duhaime n’a pas peur, et il a bien raison! Peu importe si on accepte ou pas ses conclusions, si son analyse nous rejoint ou si ses propos repré- sentent exactement l’état de la situation homosexuelle au Québec

aujourd’hui, Duhaime a le droit de s’exprimer et de partager ce qui lui semble évident, à sa manière, sans qu’il devienne la cible des pires actes et propos homophobes que certains médias trop com- plaisants se sont fait un plaisir de publier et de diffuser. Ça parait bien de répéter bêtement tout ce qui sort de la bouche de certains petits empereurs d’opérettes homos, et c’est fashion!!

Là où je trouve que certains représentants d’organisations gaies et quelques personnalités connues ont exagéré dans leurs attaques contre l’intégrité et la réputation professionnelle de Duhaime, c’est qu’ils ont fait exactement ce qu’ils déplorent et dénoncent conti- nuellement et ce pour quoi ils sont subventionnés: ils ont fait dans l’intimidation, ont suscité la haine contre un gai et ont sombré dans une homophobie qui ne fait pas honneur à ce que nous sommes collectivement, et qui a aussi détruit dans plusieurs cas la crédibi- lité que nous pouvions avoir à l’extérieur de la communauté.

Éric Duhaime n’a rien inventé dans son livre! Il fait un constat de l’état réel de la question gaie d’aujourd’hui. Il se livre ouvertement et sans retenue sur ce qu’il considère être ou ne plus être prioritaire dans notre société et, franchement, une visite sur le fil de presse de Gay Globe au gayglobe.net/blog confirmera beaucoup de ses conclusions sur certains organismes, c’est déjà connu…

Duhaime mérite qu’on prenne le temps de comprendre son ana- lyse et surtout, mérite que nous montrions l’exemple collectivement en gérant la situation sans tomber dans une homophobie dirigée. La communauté gaie devrait des excuses à Éric Duhaime, qu’on le veuille ou pas. Regardons-nous dans le miroir pour une fois!

gayglobeus @ May 15, 2017

L’ACTUALITÉ VIH/SIDA EN BREF

Posted in: Le Point / fil de presse international | Comments Off on L’ACTUALITÉ VIH/SIDA EN BREF

Un homme infecté par le VIH sous PrEP

(Séronet)

Ce n’est pas la première fois que l’on identifie une contamination alors que la personne prenait du Truvada (emtricitabine + ténofovir DF) en prophylaxie pré-exposition. Deux cas ont été précédem- ment documentés; il s’agissait alors de transmission d’un virus résistant au ténofovir et à l’emtricitabine, les deux antirétroviraux contre le VIH associés dans Truvada. Pour ce patient d’Amster- dam, suivi dans le cadre d’un essai néerlandais de PrEP (AM- PrEP), le cas est plus complexe. Il reste, pour l’instant, difficile à expliquer, si ce n’est à dire qu’effectivement, il peut arriver que dans de rares cas la PrEP ne parvienne pas à empêcher une infec- tion de se produire.

Après plus de six mois sous PrEP et ses tests à un, trois et six mois revenus négatifs, le participant à l’essai, un homme gay, la cinquantaine, s’est présenté à la clinique où il est suivi dans le cadre de l’essai pour un problème de fièvre, une inflammation de l’urètre et des difficultés à uriner. Un test de dépistage des anti- corps du VIH est alors effectué. Il se révèle positif. Pour autant, aucune charge virale n’est décelée et le test de détection des anti- gènes du VIH revient négatif. D’après les investigateurs de l’essai, le système immunitaire aurait pu réagir à des infections du VIH très localisées dans les intestins, riches en défenses immunitaires et n’ayant pas encore réussi à fuiter dans le sang en raison de la pré- sence forte du Truvada dans la circulation sanguine. Finalement, un test westernblot réagit «faiblement», indiquant la présence du virus. Trois semaines après, sa charge virale est à plus d’un million de copies : l’infection est installée.

Parmi les hypothèses avancées pour expliquer cette infection : la statistique. La PrEP : ce n’est pas efficace dans 100 % des cas. D’ailleurs, personne ne le prétend. L’idée qu’une infection localisée dans les cellules de l’intestin ait réussi à atteindre les ganglions lymphatiques est quasiment impossible en présence du Truvada dans le sang. Sauf que quasiment ne veut pas dire jamais. Il se peut que, cette fois-ci, une ou plusieurs infections intracellulaires dans les intestins aient réussi à échapper aux antirétroviraux pré- sents et à atteindre les ganglions. Le participant indique, par ail- leurs, avoir eu de nombreuses relations sexuelles non protégées par préservatif, multipliant les opportunités pour ce risque statis- tique de se réaliser. D’autres hypothèses sont avancées comme une réaction auto-immune au niveau de l’appareil génital qui aurait facilité l’accès du VIH au système immunitaire.

Découverte majeure à Montpellier : Les cel-

lules infectées par le virus du Sida identifiées

(France Info)

Depuis 20 ans tous les laboratoires du monde cherchaient à identi- fier les cellules porteuses du virus du sida et cette équipe de cher- cheurs montpelliérraine y est parvenue. «Chez les patients sous traitement, on a pu pour la première fois identifier les cellules qui hébergent le virus dormant. Ces cellules sont très rares, elles re- présentent une cellule sur un million. Grâce à nos travaux, on a pu identifier une protéine qui s’exprime à la surface de cette cellule,» explique Gaël Petitjean, chercheur de l’IGH Montpellier. Une pre- mière étape indispensable pour arriver un jour à guérir définitive- ment les malades du sida.

gayglobeus @ May 15, 2017

TCHÉTCHÉNIE: UN CANULAR?

Posted in: Le Point / fil de presse international | Comments Off on TCHÉTCHÉNIE: UN CANULAR?

Tout le monde ou presque a entendu parler de cette terrible nou- velle en provenance de la Tchétchénie selon laquelle cette répu- blique de Russie aurait ouvert un «camp de concentration» destiné aux personnes homosexuelles où on commettrait des actes illé- gaux graves, de la torture et même des exécutions.

De nombreuses organisations de défense des homosexuels dans le monde, de même que des politiciens et organisations comme l’Union européenne ou l’ONU se déclarent outrées par l’existence de tels «camps»! Or, et je dis ceci sous toutes réserves d’en- quêtes ultérieures à long terme, il se pourrait que cette affaire ne soit qu’un canular, une fausse nouvelle ou des faits alternatifs.

Le site Internet Hoaxbuster est spécialisé dans les analyses et enquêtes sur des rumeurs de toute nature. Il a une très bonne réputation quant aux sujets qu’il traite et, récemment, soumettait à ses membres la question des camps tchétchènes. La plupart des grands médias internationaux, français ou autres qui traitent de la question se demandent encore et toujours si ces camps existent vraiment, car à ce jour, personne n’a réussi à en avoir la preuve, ni des prétendues tortures et encore moins des morts d’homo- sexuels.

Par exemple, Amnesty International, organisation oeuvrant dans la défense des droits des personnes opprimées dans le monde, invitait récemment le public à exiger des explications des autorités russes, sans toutefois présenter la moindre corroboration des faits dénoncés dans son appel public. En fait, le problème avec la ques- tion des pseudo camps tchétchènes est qu’il n’existe aucun moyen

actuellement de confirmer les informations qui circulent tant dans les médias que sur les réseaux sociaux, parce que ceux qui pré- tendent avoir des sources et connaître des victimes refusent de livrer l’identité de ces personnes à Amnesty International ou à Human Rights Watch, prétextant devoir assurer leur plus stricte sécurité.

Or, ce qui me préoccupe principalement à la date de publication de cet article, c’est que même si on connaît l’adresse exacte du prétendu camp, même si on peut circuler relativement facilement à Argoun, ville qui abriterait ce «camp» et même si on peut surveiller ce qui s’y passe tant de la rue que des airs, strictement rien ne per- met aujourd’hui de conclure que ce local servirait à commettre des gestes graves à l’endroit de personnes de la communauté gaie.

Pire, dans son article original qui parlait de harcèlement de per- sonnes homosexuelles en Tchétchénie, publié un 1er avril, le journal Novaya Gazeta n’utilisait même pas le terme de «camp de concentration». En fait, c’est le Daily Mail de Grande-Bretagne qui a utilisé la première fois ce terme, sans n’y avoir jamais mis les pieds!

En attendant que des autorités neutres de l’Union européenne ou des enquêteurs du Tribunal pénal international des droits de l’homme puissent examiner ces locaux, interviewer des personnes arrêtées ou torturées et faire un constat réel de la situation, la plus grande prudence s’impose sur cette nouvelle. Quand on parle des premiers camps de la mort pour homosexuels depuis Adolf Hitler, l’affirmation en soi est assez grave pour mériter une réflexion sé- rieuse et complète. Nous y reviendrons…

gayglobeus @ May 15, 2017

LA RATATOUILLE À DENIS (bis)

Posted in: Le Point / fil de presse international | Comments Off on LA RATATOUILLE À DENIS (bis)

NDLR: Cette lettre ouverte destinée au maire Denis Coderre de Montréal s’inscrit dans la série «Denis faut qu’on se parle» qui sera publiée dans ces pages sous forme de chroniques, d’ici à la prochaine élection municipale en 2017.

PLAZA ST-HUBERT: Après avoir détruit l’activité économique du Village gai par ton inaction tant sur les problèmes sociaux que sur la revitalisation d’une artère autrefois respectable, après avoir cassé l’avenue du Parc, le boulevard St-Laurent et la rue St-Denis, voilà Denis que tu t’en prends maintenant à la Plaza St-Hubert, une artère unique reconnue mondialement pour ses centaines de commerces alignés et protégés par une marquise qui fait son iden- tité. Tu sais pourtant que les dommages causés aux commerçants sont parfois irréparables.

Dans un rapport préparé par l’ingénieure Nathalie Oum du Ser- vice de l’Eau de la Ville de Montréal daté de 2014, on mentionne clairement que la baisse moyenne du chiffre d’affaires sur les rues touchées par tes travaux extrêmes est d’environ 35%, certains commerçants parlant même de 50%! Et que dire des autres consé- quences de ton incohérence sur les commerces comme les pro- blèmes d’accessibilité à long terme, les coupures d’eau non pla- nifiées, la poussière générée par le mouvement des outils et des camions lourds, l’impossibilité d’utiliser les terrasses l’été, la perte de places de stationnement et j’en passe. Quand les commerçants se plaignent, tu ne dis rien. Voilà maintenant que le spectre de la grande disette économique se pointe sur la Plaza St-Hubert. La bonne nouvelle c’est que quand tu auras réussi à détruire l’économie de toute la ville, elle ne pourra sombrer plus bas. Bravo mon grand!

LE MONT-ROYAL, PATRIMOINE MONDIAL DE l’UNESCO?

Denis fais pas ça! L’UNESCO mérite mieux que la prostitution en plein air, les relations sexuelles derrière les arbres avec condoms et seringues usagées partout, la coupe d’arbres sans autorisation et un entretien plus sérieux de la montagne qui ne se fait pas, car elle est franchement dégueulasse. Tu vas nous embarquer dans ce projet qui aura des conséquences financières importantes pour les Montréalais, évidemment sans nous consulter, alors que tu devrais commencer par réparer et soigner le Village qui est sous TA respon- sabilité comme maire non élu de l’arrondissement Ville-Marie. Tu t’écartes toujours des vrais problèmes parce que tu sembles vouloir les fuir en lançant des tas d’autres projets qui détournent l’attention du public. Regarde comme il faut la Montréal d’aujourd’hui, enlève tes lunettes roses qui te donnent une fausse image de la Métropole et demande-toi si la reconnaissance de l’UNESCO revitalisera tout ce qui existe au pied de cette montagne…

UN RODÉO EN VILLE, MAIS DES CALÈCHES INTERDITES:

Malgré la colère de la SPCA qui n’en revient juste pas que tu puisses autoriser un rodéo cet été à Montréal pour le 375ème, tu persistes à laisser des cavaliers et autres cow-boys tourmenter des chevaux et des boeufs, alors que tu as été le premier à crier, avec ta grosse voix bourrue, aux mauvais traitements contre les chevaux de calèches, allant même jusqu’à les interdire dans les rues de Montréal. Tu te contredis Denis et ce qui me saute le plus aux yeux, c’est l’aspect financier de cette contradiction. Comme les calèches ne rapportent à peu près rien à la ville, on les enlève pour faire place à un BBQ vivant digne d’un autre temps. Il n’est pas trop tard pour annuler cette incohérence. Go girl!

gayglobeus @ May 15, 2017

ET LA LIBERTÉ D’OPINION, ELLE?

Posted in: Le Point / fil de presse international | Comments Off on ET LA LIBERTÉ D’OPINION, ELLE?

Notre couverture consacrée à Éric Duhaime fait suite aux vives réactions observées après la sortie de son livre portant sur l’homo- sexualité en général et sur sa vie personnelle de gai. Normalement, je consacre cet éditorial à la personne sur la couverture pour en ex- pliquer sa présence et ses accomplissements, positifs ou négatifs, mais cette fois-ci, je manquais vraiment de place pour préciser ce qu’il s’est produit entre certains représentants de la communauté gaie et Éric Duhaime. Vous trouverez donc en page 7 de cette édi- tion mon analyse et mon opinion sur ce qu’il s’est passé. Je tiens aussi à profiter de cet éditorial pour parler de l’importance de la liber- té d’opinion pour notre société, tant québécoise que canadienne. De toute évidence, les plus jeunes ne peuvent se souvenir de ce qu’il s’est produit avec la crise d’octobre ou pendant la conscription

pour la Seconde Guerre mon- diale. C’est la liberté d’opinion qui permet au Québec moderne de se développer et de pouvoir fonctionner de façon démo- cratique sans que quelques despotes puissent régner en nous obligeant au silence. Éric Duhaime a été capable de publier parce que cette liberté est garantie ici. Alors ceux qui voudraient le pourfendre, avant toute chose, lisez donc son livre!

gayglobeus @ May 15, 2017

Disques à Tempo wins historic judgement in Montreal

Posted in: Spot / International News Wire | Comments Off on Disques à Tempo wins historic judgement in Montreal

MONTREAL—In the wake of years of recurrent intellectual property infractions against most of the works of Disques à Tempo, the Court of Quebec ruled yesterday in Montreal against the owner of fuza.fr, Fan2zik and several other web sites.

It was an important trial that tested Canada’s new intellectual property law and the Berne Convention to which both Canada and France are signatories, that let rights holders defend their rights in the jurisdiction of their choice. In this case, the infractions were committed by a French citizen but the damages were inflicted upon Disques à Tempo in Quebec.

The Court ruled orally from the bench on three counts in making its judgement, with the written version to follow in the weeks to come, to the effect that the Court of Quebec is perfectly competent in the matter that was raised and that the Court welcomed the occasion to undertake the case.

The Court also noted the absence of defendant Benjamin Antigny during the hearings and after putting out a call for Antigny over the Montreal courthouse intercom system, examined and declared that it was satisfied by the evidence, decided that the case could proceed in absentia, however, given the significance of the questions raised by Disques à Tempo in terms of new provisions of Canada’s new intellectual property law with respect to online streaming and downloading, it agreed to hear all of the evidence and conduct a full trial.

After hearing and reviewing all the evidence, the judge, concluded that Benjamin Antigny had infringed upon Disques à Tempo’s intellectual property rights, owned by Roger-Luc Chayer, affirmed that Roger-Luc Chayer was Disques à Tempo’s sole rights holder. It confirmed that the web site fuza.fr owned by Benjamin Antigny, which the server OVH has since shut down, had illegally and without permission broadcast and offered free-of-charge 26 images belonging to Disques à Tempo, which failed to respect his server OVH’S user agreement and that he had lied about the legality of his conduct on OVH, which repeatedly violated Disques à Tempo’s rights and that, in accordance with Canada’s law and the Berne Convention, it sentenced the perpetrator of the fraud to pay $10,000 in damages and required Antigny to pay Disque à Tempo’s court costs, with interest and penalties since 2015, which significantly increased the amount of the judgement.

“I asked for $10,000 for infringing my rights and I received $10,000, so I can’t help but be pleased by a firm ruling against a cyberpirate,” stated Disques à Tempo owner Roger-Luc Chayer. “I hope that this judgement will serve to deter those who might otherwise illegally distribute Disques à Tempo’s works that they will hit a wall with this judgement, for which has established new jurisprudence.”

It’s worth noting that a representative of the firm OVH who attended the trial not only affirmed the fiolations but also explained to the judge the actions that it had taken against Bemjamin Antigny to put a stop to his use of the firms servers.

Disques à Tempo had already, in 2014 won an out-of-court settlement against the American web site MySpace, following another Court of Québec casea brough by Disques à Tempo.

« When I produce a record, I do it with my own unsubsidized money, time, creativity and experience, and to see these pirates repeatedly broadcast my works around the world without  permission—which, in fuza.fr’s case Benjamin Antigny’s fourth offence, I had no choice but to sue him in order to put an end to his illegal actions which will henceforth incur heavy financial penalties in France if he doesn’t put a stop to these practices,” the journalist and musician firmly asserted.

roger-luc.chayer@le-national.com

gayglobeus @ May 13, 2017

UN JUGEMENT HISTORIQUE REMPORTÉ PAR DISQUES A TEMPO À MONTRÉAL

Posted in: Le Point / fil de presse international | Comments Off on UN JUGEMENT HISTORIQUE REMPORTÉ PAR DISQUES A TEMPO À MONTRÉAL

COMMUNIQUÉ

(Montréal) Après de nombreuses années de violations multiples des droits d’auteur portant sur la plupart des productions de Disques A Tempo, voilà que se tenait hier, à Montréal, en Cour du Québec, le procès du propriétaire des sites Fuza.fr, Fan2zik et de quelques autres.

Il s’agissait d’un important procès qui s’inscrivait dans la nouvelle Loi sur le droit d’auteur du Canada et sur la Convention de Berne dont le Canada et la France sont signataires et qui permet au titulaire d’un droit de faire valoir son droit dans la juridiction de son choix. Dans le cas présent, les infractions ont été commises par un Français mais les dommages ont été causés au Québec, à Disques A Tempo.

Le Tribunal a statué à 3 reprises dans son jugement, livré oralement sur le banc mais dont la version écrite suivra dans les semaines qui viennent, que la Cour du Québec avait parfaitement compétence sur la question soulevée et que le Tribunal souhaitait se saisir du dossier.

Le Tribunal a d’abord constaté l’absence du défendeur Benjamin Antigny au procès et après avoir procédé à un appel général au palais de justice de Montréal, après avoir examiné les preuves de signification et s’être déclaré satisfait, a déclaré que le procès se ferait par défaut, mais compte tenu de l’importance des questions soulevées par Disques A Tempo au regard des nouvelles dispositions de la Loi canadienne du droit d’auteur concernant le « streaming » en ligne et le téléchargement de fichiers, a souhaité entendre toute la preuve et faire le procès en entier.

Le juge, après avoir entendu et examiné l’ensemble de la preuve, est arrivé à la conclusion que Benjamin Antigny avait violé les droits d’auteur de Disques A Tempo, appartenant à Roger-Luc Chayer, certifiait que Roger-Luc Chayer était le seul titulaire des droits sur les disques produits par Disques A Tempo, confirmait que le site Web Fuza.fr, maintenant fermé par le serveur OVH et appartenant à Benjamin Antigny avait diffusé et offert gratuitement, sans droit ni autorisation 26 fichiers audio et 26 images appartenant à Disques A Tempo, qu’il n’avait pas respecté les conditions d’utilisation des services d’hébergement de son serveur OVH, qu’il avait menti sur la légalité de ses activités à OVH, qu’il violait les droits de Disques A Tempo a répétition et conformément à la loi canadienne, de même qu’à la Convention de Berne, condamnait le fraudeur à 10,000$ de dommages en plus de condamner Antigny au remboursement des frais judiciaires du demandeur Disques A Tempo, imposait les intérêts légaux et l’indemnité additionnelle depuis avril 2015, ce qui augmente significativement le montant total de la condamnation.

« J’ai demandé 10,000$ pour la violation de mes droits et j’ai obtenu 10,000$, je ne peux qu’être satisfait d’un jugement d’une grande sévérité contre un pirate informatique. J’espère que ce jugement servira à faire comprendre à ceux qui veulent distribuer les créations de Disques A Tempo sans droit qu’il se heurteront à un mur, puisque ce jugement fera jurisprudence dans notre cas », déclare Roger-Luc Chayer, propriétaire de Disques A Tempo.

À noter qu’un représentant de la société OVH était présent au procès et a non seulement validé les violations mais a aussi expliqué au Juge les actions entreprises contre Benjamin Antigny pour faire cesser ses opérations sur les serveurs de la société.

Disques A Tempo avait déjà, en 2014 obtenu un règlement hors cour contre le site américain My Space qui réglait un autre recours à la Cour du Québec en faveur de Disques A Tempo. « Quand je produis un disque, je le fais avec mes propres ressources financières sans subvention, mon temps, ma créativité, mon expérience et de voir des pirates diffuser aux quatre vents mes œuvres sans autorisation et le faire à répétition, dans le cas de Fuza.fr il s’agissait de la 4ème récidive de la part de Benjamin Antigny, je n’avais aucun autre choix que de le poursuivre afin de mettre un terme aux activités illégales de cet individu qui fera maintenant face à de lourdes conséquences financières en France s’il ne règle pas l’affaire », déclare déterminé le journaliste et musicien.

RE : Roger-Luc Chayer dat@le-national.com

gayglobeus @ May 13, 2017

CRISPR Eliminates HIV in Live Animals

Posted in: Spot / International News Wire | Comments Off on CRISPR Eliminates HIV in Live Animals

Genetic Engineering & Biotechnology News

  • Due to their innate nature to hide away and remain latent for extended periods of time, HIV infections have proven notoriously difficult to eliminate. Yet now, new data released from a research team led by investigators at the Lewis Katz School of Medicine at Temple University (LKSOM) and the University of Pittsburgh shows that HIV DNA can be excised from the genomes of living animals to eliminate further infection. Additionally, the researchers are the first to perform this feat in three different animal models, including a “humanized” model in which mice were transplanted with human immune cells and infected with the virus. Findings from the new study were published recently in Molecular Therapy in an article entitled “In Vivo Excision of HIV-1 Provirus by saCas9 and Multiplex Single-Guide RNAs in Animal Models.”

    This is the first study to demonstrate that HIV-1 replication can be completely shut down and the virus eliminated from infected cells in animals with a powerful gene-editing technology known asCRISPR/Cas9. The new work builds on a previous proof-of-concept study that the team published in 2016, in which they used transgenic rat and mouse models with HIV-1 DNA incorporated into the genome of every tissue of the animals’ bodies. They demonstrated that their strategy could delete the targeted fragments of HIV-1 from the genome in most tissues in the experimental animals.

    “Our new study is more comprehensive,” noted co-senior study author Wenhui Hu, M.D., Ph.D., associate professor in the Center for Metabolic Disease Research and the department of pathology at LKSOM. “We confirmed the data from our previous work and improved the efficiency of our gene-editing strategy. We also show that the strategy is effective in two additional mouse models, one representing acute infection in mouse cells and the other representing chronic, or latent, infection in human cells.”

    In this new study, the LKSOM team genetically inactivated HIV-1 in transgenic mice, reducing the RNA expression of viral genes by roughly 60% to 95%—confirming their earlier findings. They then tested their system in mice acutely infected with EcoHIV, the mouse equivalent of human HIV-1.

  • Click Image To Enlarge +
    Methodology used by the investigators in the current study. [Yin et al., Molecular Therapy, 2017]

    “During acute infection, HIV actively replicates,” explained co-senior study investigator Kamel Khalili, Ph.D., professor and chair of the department of neuroscience at LKSOM. “With EcoHIV mice, we were able to investigate the ability of the CRISPR/Cas9 strategy to block viral replication and potentially prevent systemic infection.” The excision efficiency of their strategy reached 96% in EcoHIV mice, providing the first evidence for HIV-1 eradication by prophylactic treatment with a CRISPR/Cas9 system.

    In the third animal model, a latent HIV-1 infection was recapitulated in humanized mice engrafted with human immune cells, including T cells, followed by HIV-1 infection. “These animals carry latent HIV in the genomes of human T cells, where the virus can escape detection, Dr. Hu explained. Amazingly, after a single treatment with CRISPR/Cas9, viral fragments were successfully excised from latently infected human cells embedded in mouse tissues and organs.

    In all three animal models, the researchers employed a recombinant adeno-associated viral (rAAV) vector delivery system based on a subtype known as AAV-DJ/8. “The AAV-DJ/8 subtype combines multiple serotypes, giving us a broader range of cell targets for the delivery of our CRISPR/Cas9 system,” remarked Dr. Hu. Additionally, the researchers re-engineered their previous gene-editing apparatus to now carry a set of four guide RNAs, all designed to efficiently excise integrated HIV-1 DNA from the host cell genome and avoid potential HIV-1 mutational escape.

    To determine the success of the strategy, the team measured levels of HIV-1 RNA and used a novel and cleverly designed live bioluminescence imaging system. “The imaging system, developed by Dr. Won-Bin Young while at the University of Pittsburgh, pinpoints the spatial and temporal location of HIV-1-infected cells in the body, allowing us to observe HIV-1 replication in real time and to essentially see HIV-1 reservoirs in latently infected cells and tissues,” stated Dr. Khalili.

    The researchers were excited by their findings and are optimistic about their next steps. “The next stage would be to repeat the study in primates, a more suitable animal model where HIV infection induces disease, in order to further demonstrate the elimination of HIV-1 DNA in latently infected T cells and other sanctuary sites for HIV-1, including brain cells,” Dr. Khalili concluded. “Our eventual goal is a clinical trial in human patients.”

gayglobeus @ May 2, 2017

HIV INFECTION FEARS Hundreds of patients across England ‘at risk’ of HIV after unwittingly being treated by doctor infected with the virus

Posted in: Spot / International News Wire | Comments Off on HIV INFECTION FEARS Hundreds of patients across England ‘at risk’ of HIV after unwittingly being treated by doctor infected with the virus

The Sun

HUNDREDS of patients are at “risk of infection” and being recalled for blood tests after being treated by a doctor with HIV.

The recall affects 400 patients who were under the care of the locum doctor, who has not been named, at three hospitals between June 2010 and February 2015.

Some 400 patients are being recalled for blood tests after being treated by a doctor with HIV

Some 400 patients are being recalled for blood tests after being treated by a doctor with HIV

Chesterfield Royal Hospital NHS Foundation Trust has recalled 120 patients, Nottingham University Hospitals NHS Trust has recalled 223 and Royal Cornwall Hospitals NHS Trust has recalled 57.

The hospitals said patients who had undergone “invasive procedures where there is a potential risk of infection” had been identified and had been invited back for a precautionary blood test.

NHS England said concerns about the doctor first emerged in December 2015 at the Heart of England NHS Foundation Trust (HEFT) in Birmingham.

It has tried to contact one of its patients thought to be at risk but has been unable to do so.

The doctor also worked at other trusts but a review found no patients were put at risk, NHS England said.

It said the doctor no longer works for the NHS and conditions have been placed on their registration by the General Medical Council (GMC).

The doctor was also given an interim suspension order earlier this year “because they failed to comply with the conditions placed upon them”.

NHS England said it will review the incident to learn lessons for the future.

gayglobeus @ May 2, 2017

BC HIV researcher among winners of $100000 Killam Prize

Posted in: Spot / International News Wire | Comments Off on BC HIV researcher among winners of $100000 Killam Prize

CTV News

OTTAWA — Leading HIV/AIDS researcher Julio Montaner is among a group of scientists, writers, doctors and researchers receiving a prestigious prize for brilliant work in fields including health sciences, engineering and humanities.

The Argentine-Canadian is among five scholars awarded this year’s Killam Prize, which honours Canadian researchers and scientists whose lifetime of work has impacted Canadians and citizens around the world.

Each receives $100,000 and will be honoured at Rideau Hall in Ottawa on May 30.

The groundbreaking Vancouver doctor, who heads the British Columbia Centre for Excellence in HIV/AIDS, pioneered the highly active antiretroviral therapy and championed the “Treatment as Prevention” strategy.

Montaner is currently working with the World Health Organization on prevention strategies for viral hepatitis.

Other winners include University of Victoria scholar and lawyer John Borrows for his work to incorporate indigenous legal concepts into the practice of Canadian law, and University of Toronto philosopher Tom Hurka for his work on moral and political philosophy.

Then there’s evolutionary and molecular biologist W. Ford Doolittle of Dalhousie University, recognized for integrating the philosophy of biology and genomic research on notions of the “tree of life” and Gaia Theory; and University of Toronto researcher Molly Shoichet for her work on tissue and polymer engineering, focusing on targeted drug delivery, tissue regeneration and stem cell research.

 Winners are chosen by a committee of their peers. Previous winners include Victoria Kaspi, the late Mark Wainberg, and Nobel Prize winner Arthur McDonald.

The Killam program also announced recipients of its research fellowships, which dole out $840,000 over two years to six scholars for independent research projects.

This year’s group includes: Roberto Abraham of the University of Toronto for a project called “Probing the Low Surface Universe with Dragonfly”; Deborah J. Cook of McMaster University for “Modifying the Microbiome in Critical Illness: The Potential of Probiotics”; Eric Helleiner of University of Waterloo for “Globalizing the Classical Foundations of International Political Economy”; Dominic McIver Lopes of University of British Columbia for “Being for Beauty: Aesthetic Agency and Value”; Louis Taillefer of Universite de Sherbrooke for “High-temperature Superconductivity”; and Christine Wilson of McMaster University for “Dense Gas and Star Formation in Galaxies: An ALMA Archival Project.”

gayglobeus @ May 2, 2017

With Spiral for sale, gay community fears loss of ‘home’

Posted in: Spot / International News Wire | Comments Off on With Spiral for sale, gay community fears loss of ‘home’

Lansing State Journal

LANSING – Spiral Dance Bar is one of two gay bars remaining in Lansing, and it’s up for sale.

Owner Tom Donall listed the property at 1247 Center St. in Old Town with NAI Mid-Michigan two weeks ago.

“It’s hard to be an operator who is not there all the time,” said Donall, who moved to Florida in the mid-2000s. “I think someone can take the space as an on-premise owner.”

Donall is looking to lease the business for $4,000 a month or sell the business and the liquor license for $375,000. He plans to retain ownership of the building.

But the sale has raised concerns among Spiral’s patrons that they’re losing one of the city’s welcoming spaces, a social hub for the lesbian, gay, bisexual and transgender community.

“It’s a safe space where anyone can go and be affectionate with their partner and no one’s going to judge you,” said Lorenzo Lopez, of Lansing, who’s been a patron for years.

And the prospect of losing a safe space is frightening, he said.

“Bars offer a way to connect with people,” he said. “Where are some of these young people going to go where they can show their identity?”

Donall opened Spiral in 1998, in part because he “wanted to build a space for the LGBT community,” he said, and in part as a “space for my own creativity.”

 An artist specializing in metal sculptures, Donall said he designed everything in the bar, from the funky artwork adorning the exterior to the steel bar inside.

The first time Melissa Kim walked into Spiral Dance Bar, “it felt like Willy Wonka and the Chocolate Factory, with its velvet curtains and steel bar.”

“It was one of the first gay bars in Michigan on such a grand scale,” said Kim, who now works there as a bartender. “It had a vision of grandeur. It’s always been a fun place to go and have a good time and lose yourself on the dance floor. And it’s a great resource to come and meet new people.”

The bar regularly hosts drag shows, pageants, live music and even circus acts.

And the fact that it’s going to be sold makes for “a sad day in the community,” said Liz Deatrick, an assistant manager at Spiral. “But business is business. After 20 years, everyone has a right to retire.”

The focus now is on “keeping it in the community,” she said. “We’re not going to lose our house. This is our home where we all come together. You can turn this into a straight golf bar, and we’ll still show up.”

Two Lansing lesbian bars have closed in the past decade. Club 505 shut its doors in 2008. The Chrome Cat opened in Old Town the following January – Donall owns that building, too – but shut down in the spring of 2011.

“A huge hole was left in the lesbian community when it closed,” Kim said, who used to be a bartender at Chrome Cat.

Aside from Spiral, the city’s only other gay bar is Esquire at 1250 Turner Street.

Despite its recent victories, such as the legalization of same-sex marriage, safe spaces are still needed in the gay community, Lopez said.

The debate over transgender bathrooms and the Orlando massacre last year, during which a man shot up a gay club, killing 50 people and wounding 53 others, validate that need, he said.

“After the Orlando shooting, the gay community rushed to the bars, to Spiral and Esquire, to begin the dialogue of ‘What do we do next?'” he said. “We need more safe spaces. We live in an era that is ambiguous. People are trying to undo marriage equality. There’s so much work that needs to be done.”

Both Kim and Lopez said the gay community is resilient and would find a new space if Spiral were to change.

“It seems like the community always finds a place to go that is welcoming,” Kim said.

But Donall remains optimistic that Spiral will remain in good hands.

“I’m hoping that someone who is part of the community will look into taking it over,” he said.

gayglobeus @ May 2, 2017

Gay vicar quits and attacks ‘institutional homophobia’

Posted in: Spot / International News Wire | Comments Off on Gay vicar quits and attacks ‘institutional homophobia’

The Guardian

Andrew Foreshew-Cain, the first C of E vicar in a same-sex marriage, leaves his London parish and says he is blacklisted

 General Synod protest
A gay rights demonstrator outside a General Synod meeting in February. Photograph: Daniel Leal-Olivas/AFP/Getty Images

The first Church of England vicar in a same-sex marriage is leaving his parish and claims “institutional homophobia” in the church means he is blacklisted from getting another job.

Andrew Foreshew-Cain, 53, a member of the General Synod, resigned from his London parish on Sunday, telling parishioners it was a “relief” because his ministry, and that of other gay and lesbian clergy, was “barely tolerated rather than fully accepted and celebrated”.

The vicar of St Mary with All Souls, Kilburn, and St James in West Hampstead is moving to Manchester where his husband, Stephen, whom he married in 2015, is now working.

“In the normal course of things I would look for a job in the area,” he said. “But I am on a blacklist. I can’t carry on being a priest because the institutional homophobia of the church makes it impossible.

“I am sure lots of parishes would give me a job quite happily, but it is finding a bishop who would be willing to take the risk of licensing me to that parish. I am far too prominent.”

The Church of England bans clergy from gay marriage, but it has been tolerant of him in his current post.

Foreshew-Cain said the church’s stance was not only harmful to LGBT people but also “profoundly damaging” to the Christian community in the UK because of the message it sent to the wider community outside the church.

In a letter to parishioners, he explained: “When we married I was told that if I left here then an active ministry officially in the Church of England would be over, and that is likely to be the case.” He said the current leadership, “whilst willing to allow me to continue here, is unwilling to license me to a ministry elsewhere”.

He wrote of the “constant pressure” of working “for an institutionally homophobic organisation that blindly denies that its policies and practices are deliberately and harmfully discriminatory and wrong”.

He added: “I am looking forward to no longer feeling that a significant part of me is unwelcome and rejected by the organisation that I work for and have served faithfully for nearly 30 years.”

He is now looking forward to renovating the couple’s new home in the Peak District, which is, “with delicious irony”, he said, an old vicarage.

“I will carry on going to church. I will find a Christian community where I can worship and be part of and contribute and be welcome. I am not giving up on being a Christian. I am having my ability to function as a priest denied,” Foreshew-Cain said.

He said he knew of between 20 and 25 clergy in same-sex marriages, but most operated beneath the radar or had quietly converted their civil partnerships to marriage.

A spokesperson for the diocese of London said: “Fr Andrew Foreshew-Cain is currently a member of the clergy in the diocese of London. We understand that he has plans to move to Manchester for personal reasons but the diocese has not received his resignation at this time.”

gayglobeus @ May 2, 2017

This Decision Against a Gay Bishop Could Split the Methodist Church

Posted in: Spot / International News Wire | Comments Off on This Decision Against a Gay Bishop Could Split the Methodist Church

Mother Jones

In a 6-to-3 vote that was made public on Friday, April 28, the United Methodist Church’s Judicial Council—its highest court—ruled that the elevation in 2016 of Karen Oliveto to bishop was in violation of church law, because she is married to another woman.

“Under the long-standing principle of legality, no individual member or entity may violate, ignore, or negate church law,” the decision states. “It is not lawful for the college of bishops of any jurisdictional or central conference to consecrate a self-avowed practicing homosexual bishop.”

However, Oliveto “remains in good standing” with the church, according to the decision, until an administrative or judicial process can be completed.

Oliveto is the church’s first openly-gay bishop, and her election last July was hailed as a major step forward by LGBT advocates both within and outside the Methodist Church. She serves as bishop of the Mountain Sky region, which comprises Colorado, Montana, Utah, Wyoming, and one church in Idaho. A challenge was filed almost immediately after the appointment to the position by the South Central Jurisdiction because of the church’s longstanding policy regarding Oliveto’s sexual orientation.

Language in the church’s Book of Discipline states “self-avowed practicing homosexuals” are not eligible for leadership within the church because they have committed a sin by engaging in same-sex relationships. This language has divided members for many years. However, at the Methodist Church’s General Conference last year, the topic came to a head, and bishops appointed a “Commission on the Way Forward” to make a unified decision to settle the debate over LGBT issues going forward. There will be a special session in February 2019 to resolve this question, and it’s possible that the church may schism over it.

“Bishop Karen Oliveto remains our bishop as long as United Methodists across the connection maintain their commitment to building an inclusive church,” said Matt Berryman, executive director of Reconciling Ministries Network, a group that works toward fostering acceptance of LGBT persons within the Methodist Church. “We are enduring the labor pains that anticipate new life, and we will not falter.”

When I interviewed Oliveto for a profile in Mother Jones last year, we talked about her sexuality and the challenges she experienced in her church. Here’s what she said:

Oliveto knows that many in her religious community consider homosexuality a sin and justify this belief with biblical references. She acknowledges “there are six or seven passages that may or may not be about homosexuality,” but points out “we have a lot more on economic justice…on what it means to live and love, and to me, those are the things we ought to be focusing on.” The fundamental question, for Oliveto, involves God’s love: “If you’re going to tell me that my love is wrong, I’m concerned about the church and its ability to recognize God. Because we believe God is love and love is of God. So if you’re telling me that my love is invalid, then what is that saying about your understanding of God?”

gayglobeus @ May 2, 2017

Gay rugby star Sam Stanley hits out at critics of his ‘SilverDaddies’ marriage

Posted in: Spot / International News Wire | Comments Off on Gay rugby star Sam Stanley hits out at critics of his ‘SilverDaddies’ marriage

PinkNews

Sam Stanley (Instagram @samstannerz)

Out gay professional rugby player Sam Stanley has hit back at critics of his age-gap engagement.

The 25-year-old athlete revealed over the weekend that he is to marry Laurence Hicks, his partner of seven years.

 Stanley posted an image of the two together on Instagram, writing: “After being a part of each others lives for almost 7 years, @lorenzo_uk has been my pretend godfather, uncle, cousin and many others in order to make sure no one found out about us and that we were a couple funny looking back after having come so far together.

“The most loving man I know and I’m incredibly happy to say we’re now engaged.”

Sam Stanley and Laurence Hicks

The engagement has attracted criticism from some, hitting out at the couple’s considerable difference in age.

“I’m sure as everyone knows, you’re not doing anything right if you’re not getting criticised in this world,” he told Attitude.

“Laurence and I love each other and to us that’s all that matters.
“We’re proud to represent the many relationships like ours.”

The pair met on website SilverDaddies.com, which describes itself as “a meeting place for mature men and other men (both daddies and younger), who are interested in keeping their daddy happy and/or sexually satisfied”.

Stanley confirmed the meeting, telling the magazine: “We first met online on a site called silverdaddies.com

“I mean I was never going to be seen out on the scene as I was so far in the closet at the time.”

The rugby star came out as gay back in 2015 and since said that the rugby world has been supportive of him.

After announcing his engagement, he also shared another photo saying he and Hicks are moving to Sicily “for good”, since explaining: “We’re moving May 8th so very soon. Laurence has a few travel projects he’s working on and I’m taking over a gym.”

The former player, who is now a personal trainer, said at the time that he knew he was gay from a young age.

He said: “I was 10 or 11 when I realised I was different to my friends.

“I didn’t want to accept it, I felt that being different wasn’t right. I had a girlfriend and I was thinking that, like some people say, maybe it is a phase.”

Stanley – who likes to post naked photos of himself singing and playing a guitar – also praised fellow out player Keegan Hirst, who he credited as his inspiration.

“I saw the reaction that he got and I was like ‘how encouraging is that’.

“But it took me a few weeks. I think I’ve been happy with myself for a while now.”

He also drew comparisons between his sport and football – which is now one of the few sports to have no active out gay players.

“Football stadiums – having been to games in the past – they can be hostile environments.

“I personally didn’t take the crowd and the fans into consideration. I just thought this is the best thing for me to do.

 “Maybe within football, because racism is still a big thing, maybe they put homophobia on the same sort of figure – if they see a gay player that’s a great target for fans to get into them about and put them off their game.”

Sam Stanley

However, he encouraged any football players that may be considering coming out to take the leap, as they will find more support than homophobia in both fans and fellow team mates.

“I’m sure if there was a footballer who came out they’ll get so much support it will be unbelievable. It’s juts waiting for that person to take that step.”

gayglobeus @ May 2, 2017

Gay Characters Could Already Exist in the MCU, Says Gunn

Posted in: Spot / International News Wire | Comments Off on Gay Characters Could Already Exist in the MCU, Says Gunn

CBR (blog)

One of the biggest complaints from comic book fans over the past few years is the lack of diversity within the Marvel Cinematic Universe. Prior to the 2014 announcement that the company would be making “Black Panther” and “Captain Marvel,” the studio had famously only cast straight while male leads in its films. Not only have fans seen more diversity in the lead actors on the Marvel television shows, but they’ve also offered us our first LBGTQ couples in the Cinematic Universe — most notably with “Jessica Jones” and the upcoming “The Runaways” and “New Warriors.” However, according to “Guardians of the Galaxy Vol. 2”director James Gun (via The Guardian), we may very well have a LBGTQ character in the films without knowing it.

While talking about the possibility of having a gay character in the Marvel films, Gunn revealed that he believes there could be a gay character — or even a bisexual character — that we don’t know about as of right now.

“You know, somebody asked me, ‘Will there be any gay characters in Marvel movies?’ and what I meant was there’s a lot of characters in the MCU and very few of them that we’ve delved into what their sexuality is. Whether it’s guy or straight or bisexual, we don’t really know. Um, so I imagine that there are probably, you know, gay characters in the Marvel universe, you know, we just don’t know who they are yet.”

With the Marvel Cinematic Universe set to see amassive overhaul going forward as Brie Larson’s Captain Marvel and Chadwick Boseman’s Black Panther become mainstays within the MCU, it’s entirely possible that we’ll see more openly LBGTQ characters within the Marvel Cinematic Universe.

Next up for Gunn is “Guardians of the Galaxy Vol. 2.” The film stars Chris Pratt as Star-Lord, Zoe Saldana as Gamora, Dave Bautista as Drax the Destroyer, Vin Diesel as Baby Groot, Bradley Cooper as Rocket Raccoon, Michael Rooker as Yondu Udonta, Karen Gillan as Nebula, Pom Klementieff as Mantis, Elizabeth Debicki as Ayesha, Chris Sullivan as Taserface, Sean Gunn as Kraglin, Glenn Close as Irani Rael and Kurt Russell as Ego. “Vol. 2” will hit theaters this Friday, May 5th.

gayglobeus @ May 2, 2017

Gay Man Sues Funeral Home That Refused His 82-Year-Old Husband’s Body

Posted in: Spot / International News Wire | Comments Off on Gay Man Sues Funeral Home That Refused His 82-Year-Old Husband’s Body

nbcnews

One Mississippi family’s pain and grief after losing a loved one was compounded when the local funeral home suddenly refused to perform their relative’s cremation because he was gay.

Robert Huskey passed away in May 2016 after his heart condition worsened over the previous year. Knowing that his death was imminent, Huskey’s nephew had made arrangements with the local funeral home the month before his passing.

Image: Jack Zawadski
In this image made from video, Jack Zawadski speaks about his husband Robert Huskey who died in May 2016. Lamdba Legal

But according to a lawsuit announced Tuesday by Lambda Legal, the Picayune Funeral Home suddenly refused to pick up and cremate Huskey’s body as planned on the day of his death. All because that day, the lawsuit alleges, the funeral home discovered Huskey was gay and married to Jack Zawadski, his partner of 52 years.

“I felt as if all the air had been knocked out of me,” Zawadski said in a statement released Tuesday. “Bob was my life, and we had always felt so welcome in this community. And then, at a moment of such personal pain and loss, to have someone do what they did to me, to us, to Bob, I just couldn’t believe it. No one should be put through what we were put through.”

When the nursing home where Huskey died called his nephew to explain that the funeral home was refusing to handle the body, the family scrambled to find another one in the area. They had to work fast, because the body could not stay at the nursing home.

An old photo of married couple Robert Huskey (left) and Jack Zawadski. Huskey passed away in May 2016. Lambda Legal

Finally, the lawsuit states, the family found another funeral home with cremation services that would take Huskey’s body. It was 90 miles away.

Lambda Legal attorney Beth Littrell told NBC News they are suing the funeral home — and parent company Brewer Funeral Services — for breach of contract, intentional infliction of emotional distress and negligent misrepresentation.

“John made all necessary arrangements before Bob’s passing in order to shield his 82-year-old uncle from additional suffering and to allow friends to gather to support Jack in his grief,” Littrell explained. “Instead, Bob’s peaceful passing was marred by turmoil, distress and indignity, adding immeasurable anguish to Jack and John’s loss. This should not have happened to them, and should not be allowed to happen again.”

In a phone call to the Picayune Funeral Home, a staffer said the company’s attorney forbid discussing the lawsuit.

No federal or Mississippi state law protects lesbian, gay, bisexual and transgender people from discrimination — in fact, Mississippi’s controversial House Bill 1523 was signed to protect the rights of businesses that turn away LGBTQ customers because of moral or religious opposition.

Lambda Legal is fighting H.B. 1523 in court, too, and a judge blocked the law from taking effect until a higher court gives a final ruling on whether it’s unconstitutional. But in the meantime, there’s still no law protectingLGBTQ people from discrimination.

“The state of anti-discrimination laws in Mississippi is virtually nonexistent. Certainly not in Picayune,” said Littrell, who called the funeral home’s decision to refuse services to Huskey’s family “profoundly wrong.”

Federal legislation introduced Tuesday would add sexual orientation and gender identity to the Civil Rights Act of 1964, which currently bans discrimination based on race, color, sex, religion or national origin. At anintroduction ceremony for the Equality Act, Human Rights Campaign president Chad Griffin said passage of the bill will end the “patchwork” of nondiscrimination protections currently offered by only some cities and states.

“No person’s fundamental civil rights should be determined by which side of a state line they live on,” Griffin said. “But at this very moment, half of LGBT Americans live in a state where they are at risk of being fired, denied housing or refused service simply because of who they are. That’s un-American.”

Rob Hill, director of the Human Rights Campaign’s Mississippi chapter, told NBC News that his office is “deeply disappointed” by the funeral home’s actions.

“All Mississippians — regardless of who they are or whom they love — deserve to be treated with respect,” Hill said. “We will continue to push for expanded, statewide protections for LGBTQ Mississippians so that this type of unconscionable discrimination will be prevented in the future.”

gayglobeus @ May 2, 2017

How MPs have voted on gay rights issues

Posted in: Spot / International News Wire | Comments Off on How MPs have voted on gay rights issues

metro

Gay rights have been under the spotlight this election, thanks in part to an intense focus on Tim Farron’s views on homosexuality.

The LIb Dem leader did eventually clarify that he does not believe that gay sex is a sin but had previously refused to do so when asked by Channel 4 saying he was not in a position to make ‘theological pronouncements’.

And so with that in mind, Andrew Marr yesterday asked Theresa May, who like Farron is a Christian, if she believed gay sex was a sin, to which she gave a firm and abrupt ‘no’.

In terms of voting records on gay rights issues, the prime minister’s is mixed, where as Farron and Labour leader Jeremy Corbyn have generally voted in favour of equal rights.

But the Conservative leader’s softening stance is well-documented. For instance, she suggested the Tories were planning to look at gay marriage in 2010 and said she had changed her mind in favour of gay adoption on becoming equalities minister.

Below we have listed how MPs have voted on prominent gay rights issues from 1998 onwards.

Reducing the age of consent from 18 to 16How MPs have voted on gay rights issues

Alan Duncan voted against the majority of his party to reduce the age of consent to 16 (Picture: Binnur Ege Gurun/Anadolu Agency/Getty Images)

Reducing the age of consent so that it was equal for both homosexual and heterosexual people was a long a drawn out battle that started long before MPs voted on amending the Crime and Disorder Bill in 1998.

Both Theresa May and Jeremy Corbyn were MPs at this point, however, were on difference sides of the fence.

Like most of his party the now Labour leader voted to reduce the age of consent for homosexual acts to 16, and like most of her party Theresa May voted against the change.

In the end the vote was passed by the Commons, but turfed out by the House of Lords meaning it did not become enshrined in law until it appeared in the Sexual Offences (Amendment) Act 2000.

In total 336 MPs voted for the age to be lowered and 129 against. Amongst the 18 Tory rebel MPs, whose views differed from the majority of their party, was Alan Duncan, the now deputy foreign secretary and first openly gay Conservative MP.

In the last few weeks I’ve become aware that if at some young age people felt like criminals, it stays with them all their lives – Ann Keen, Labour MP, who led the motion to reduce the age of consent

Jeremy Corbyn: Aye Theresa May: No

Rebel MPs (who voted against the majority of their party):

Conservatives: Richard Body aye, Tim Boswell aye, Peter Bottomley Con aye, Graham Brady Altrincham aye, Peter Brooke aye, David Curry aye, Alan Duncan aye, Michael Fabricant aye, Alastair Goodlad aye, Edward Heath aye, Robert Jackson Wantage aye Bernard Jenkin aye, Robert Key aye, Eleanor Laing aye, Sir Peter Lloyd aye, Andrew MacKay aye, David Prior aye, Andrew Rowe aye, Shaun Woodward aye

Labour: Donald Anderson no, Stuart Bell no, Gerry Bermingham no, Jamie Cann no, Tam Dalyell no, David Drew no, Gwyneth Dunwoody no, George Mudie no, Bill O’Brien no, Raymond Powell no, Allan Rogers no, Ted Rowlands no, Geraldine Smith no,
Robert Wareing no

Lib Dem:  Colin Breed no, John Burnett  no, Bob Russell no

You can see all votes here at publichwhip.org.uk

Gay couples’ right to adoptHow MPs have voted on gay rights issues

In 2002, the House of Lords rejected a Commons amendment to the Adoption and Children bill which would have allowed unmarried heterosexual and homosexual couples to adopt children.

Back in the Commons, MPs looking to reject the Lords modification and allow unmarried homosexual and heterosexual couples to adopt voted aye and those in favour no.

Theresa May was amongst those to agree with the Lords decision by voting no, along with 117 other MPs in her party. The vote

However, in 2010, upon becoming the equalities minister she said she had ‘changed her mind’ about gay couples adopting children.

In an appearance on Question Time, she was challenged about her record on voting against gay adoption, as well as missed votes on the Gender Recognition Bill – which gave transsexual people legal recognition in their acquired gender.

How MPs have voted on gay rights issues
As the new equalities minister, Theresa May said she had changed he rmind about gay adoption (Picture: Anthony Devlin – WPA Pool/Getty Images)

‘If those votes were today, yes, I have changed my view and I think I would take a different vote,’ she said.

‘On gay adoption I have changed my mind… because I have been persuaded that when you are looking at the future for a child, I think it’s better for a child who is perhaps in an institutional environment, if they have an opportunity of being in a stable, family environment – be that a heterosexual couple or a gay couple – then I think it’s more important that that child is in that stable and loving environment and I have genuinely changed my mind on that.’

Jeremy Corbyn: Aye Theresa May: No

Rebel MPs (who voted against the majority of their party):

Conservatives: John Bercow aye, Ken Clarke aye, David Curry aye, Julie Kirkbride aye, Andrew Lansley aye, Andrew MacKay aye, Francis Maude aye, Michael Portillo aye

Labour: Donald Anderson no, Joe Benton no, ony Colman no, David Crausby no, Tony Cunningham no, Denzil Davies no, Jim Dobbin no, David Drew no, Stephen Hepburn no, Alan Hurst no, Peter Kilfoyle no, Calum MacDonald no, David Marshall no, Bill O’Brien no, Kerry Pollard no, Frank Roy no, Gerry Steinberg no, Dave Watts no, Jimmy Wray no

Civil partnershipsHow MPs have voted on gay rights issues

MPs voted on civil partnerships in 2004 (Picture: Joel Goodman/LNP/REX/Shutterstock)

In 2004 the House of Commons voted strongly in favour of support civil partnerships, which would allow same sex couples to obtain legal recognition of their relationship.

Theresa May and Jeremy Corbyn both voted in favour of this.

On the Third Reading of the Bill, only 47 MPs voted against, 37 Conservative MPs and two Labour MPs.

The Conservative leadership allowed their MPs a free vote on the issue and the majority voted in favour, however, the likes of Iain Duncan Smith and Defence Secretary Michael Fallon were amongst the nos.

Then leader, Michael Howard, outlined his party’s thinking at the time, saying: ‘Civil partnership differs from marriage…To recognise civil partnerships is not, in any way, to denigrate or downgrade marriage. It is to recognise and respect the fact that many people want to live their lives in different ways. And it is not the job of the state to put barriers in their way.’

Jeremy Corbyn: Aye Theresa May: Aye

Rebel MPs (who voted against the majority of their party):

Conservatives: David Amess no, James Arbuthnot no, Julian Brazier no, Alistair Burt no, Bill Cash no, Christopher Chope no, Patrick Cormack no, James Cran no, Iain Duncan Smith no, Michael Fallon no, Adrian Flook no, Eric Forth no, Paul Goodman no, John Gummer no, Nick Hawkins no, John Hayes no, Gerald Howarth no, Greg Knight no, Edward Leigh no, Ian Liddell-Grainger no, David Lidington no, Peter Lilley Hitchin no, Anne McIntosh no, Patrick McLoughlin no, Owen Paterson no, Andrew Robathan no, Laurence Robertson no, Andrew Rosindell no, Andrew Selous no, Bob Spink no, Gary Streeter no, Desmond Swayne no, Teddy Taylor no, Andrew Turner no, Peter Viggers no, Angela Watkinson no, Ann Widdecombe no, John Wilkinson no, David Wilshire no

Labour: Denzil Davies no, Jim Dobbin no

Gay marriageHow MPs have voted on gay rights issues

MPs voted to endorse legisalation to support gay marriage in 2013 (Picture:  Chris J Ratcliffe/Getty Images)

MPs voted overwhelming to endorse legislation to give gay couples the right to marry in 2013.

However, despite a strong vote in favour, there were 175 MPs who refused to redefine marriage to make it available to all.

Of the dissenters 139 were Conservative, more than the number of Tory MPs in favour at 132. There were also 75 abstentions.

The dozens that opposed the idea included then environment secretary Owen Paterson, David Davies, the Brexit Secretary, Liam Fox, the International Secretary

But the prime minister said that while ‘strong views’ existed on both sides, he believeed that allowing gay people to marry was a ‘step forward’ for the country.

Of the current party leaders Theresa May, Jeremy Corbyn and Tim Farron all voted in support of gay marriage.

gayglobeus @ May 2, 2017

Indonesian men face 15 years jail ‘for holding gay party’

Posted in: Spot / International News Wire | Comments Off on Indonesian men face 15 years jail ‘for holding gay party’

Daily Mail

Eight Indonesian men face 15 years in jail ‘for holding a gay party’ in the world’s most populous Muslim-majority country

  • Police burst into two hotel rooms in Surabaya at around midnight on Sunday
  • They arrested 14 men, and eight have now been named as suspects
  • Two of them could face prison sentences of up to 14 years for organising party
  • Some of the men were watching gay porn and performing ‘deviant sexual acts’

Officers took 14 people into custody after bursting into two hotel rooms in Surabaya, the second biggest city in the country.

Since Sunday’s arrest, police have named eight suspects, two of whom could face 15 years behind bars for organising the event.

The group of men, covering their faces, were arrested for holding a 'gay party' in Indonesia on Sunday

Two of the organisers could face up to 15 years in prison under harsh anti-pornography laws

Some of the men were watching gay porn and performing ‘deviant sexual acts’, said Shinto Silitonga, Surabaya police’s head of detectives.

Preliminary charges have been filed under Indonesia’s tough anti-pornography laws. Six of the arrested men were released.

‘This is the first time we enforce the law and arrest gay people in the city,’ Silitonga told AFP.

Except for Aceh province, which upholds sharia law, gay sex is not illegal in Indonesia, which mainly follows a criminal code inherited from former colonial ruler the Netherlands.

However, there was a backlash against the country’s LGBT community last year with government ministers publicly making anti-gay statements.

Some of the men were watching gay porn and performing 'deviant sexual acts', said Shinto Silitonga, Surabaya police's head of detectives

gayglobeus @ May 2, 2017

Ashers refuses to make gay engagement cake

Posted in: Spot / International News Wire | Comments Off on Ashers refuses to make gay engagement cake

Belfast Telegraph

Joe Palmer, who is to wed long-term love Andy Wong this summer, says he’s hurt by the refusal to bake the cake ordered just weeks after a landmark Court of Appeal ruling against the firm run by Christian family the McArthurs.

In October judges upheld a finding that Ashers had discriminated against customer Gareth Lee due to his sexuality when it refused his order for a cake with a pro-gay marriage motto.

Joe’s friend Grainne McCann ordered and paid for the cake online, only to have the order rejected the next day.

London-based Grainne, who is from Northern Ireland, told Sunday Life: “The wording we requested was ‘Gay marriage rocks! Happy engagement, Andy and Joe! Lots of love xxx’. We were thrilled when Ashers accepted our online order, and full payment of £23.40 plus £20 P&P, but the next day they sent the cancellation note and a refund.

“My gut instinct told me the cake was refused because it celebrated gay marriage.”

To prove her point, Grainne then ordered a christening cake for her goddaughter Leila.

“Ashers couldn’t have been happier to make that cake,” she said.

“A woman from the company even offered to drive it to its destination in Dublin as a favour, because she was going that way.

“This was terribly kind, but I felt angry and sad that Ashers’ attitude to gay people is so different.”

Andy Wong (left) and Joe Palmer - getting married this summer 201744
Andy Wong (left) and Joe Palmer – getting married this summer 2017

Grainne managed to get a cake for her friends from a London bakery.

Joe said: “Thank God I live in London, where I can’t imagine something like this happening.

“I’m staggered that Ashers wouldn’t make the cake, but I’m glad that Londoncakes.com supplied it — the cake was delicious and made with love.”

Londoncakes.com owner Graham Brooks said:   “Obviously, if someone wanted a racist cake for an English Defence League meeting, we’d say no, but I don’t have the right to judge others’ views unless they’re illegal.”

Grainne said: “In my view, by turning away business based on the sexual orientation of the consumer they risk being sued again.

“My friends and I don’t want to sue — Andy and Joe want to focus on their forthcoming happy day — but others might want to take action.”

Daniel and Amy McArthur of Ashers Baking Company44
Daniel and Amy McArthur of Ashers Baking Company

Sunday Life contacted Ashers, but it refused to comment.

However, on the ‘build a cake’ section of its website the company outlines its terms and conditions.

It does not mention its stance on gay marriage, but states that people must not send content or images which contain any “threatening, defamatory, blasphemous or pornographic material”.

Also on the banned list are images and content portraying “any kind of child abuse, or are racially offensive or abusive of any religion, or likely to incite hatred against any person or group, or are otherwise criminal or offensive in the minds of reasonable people, or are obscene or menacing or harassing in any way, or breach any applicable law”.

gayglobeus @ May 2, 2017

Gay-Conversion Therapy Ban Survives as Supreme Court Rejects Appeal

Posted in: Spot / International News Wire | Comments Off on Gay-Conversion Therapy Ban Survives as Supreme Court Rejects Appeal

bloomberg

The U.S. Supreme Court let stand a California law that bans licensed therapists from working with children to change their sexual orientation from gay to straight, rejecting an appeal that said the measure violates religious rights.

The rebuff leaves intact a federal appeals court decision upholding California’s 2012 first-of-its-kind law. The measure prohibits the form of counseling known as “conversion therapy.”

The ban was challenged by three people, led by licensed therapist and minister Donald Welch, who said it interferes with their right to practice their religious beliefs.

California officials urged the Supreme Court not to hear the appeal, saying the law doesn’t restrict what religious leaders can say, except in the context of a state-licensed therapy session.

The law applies to licensed doctors, psychologists, family therapists and social workers, and it subjects violators to discipline by state licensing bodies. The law lets licensed providers refer minors to religious leaders.

 

 

gayglobeus @ May 2, 2017

This Gay, Married Woman Was Told Her Relationship Doesn’t Even Count As De Facto

Posted in: Spot / International News Wire | Comments Off on This Gay, Married Woman Was Told Her Relationship Doesn’t Even Count As De Facto

buzzfeed

In January, Australian couple Jessica and Amanda Gould were married in Queenstown, New Zealand.

Amanda (L) and Jessica Gould.

Supplied

Amanda (L) and Jessica Gould.

They had to travel overseas, as same-sex marriage is not legal in Australia. Following the wedding Jessica changed her surname to Amanda’s so they could both go by Gould.

In Australia people who have changed their names after marriage – including overseas marriages – are entitled to a free replacement passport.

But when Gould tried to arrange a complimentary new passport, she alleges she was told by an Australian Passport Office (APO) staff member that her marriage could not be classified as married or de facto, which left Gould in tears.

“When someone says to you, we don’t recognise your marriage and we don’t recognise your relationship either, it’s devastating,” Gould told BuzzFeed News.

The Goulds have lived as a de facto couple for more than two years, and share a bank account, lease agreement and bills. Their marriage is also registered in Victoria, where overseas same-sex marriages are recognised by law.

Gi15879022 / Getty Images

Gould says her experience with the APO began on April 6, when she phoned to ask for more information about the free replacement passport service. She was armed with a change of name certificate from the Victorian Registry of Births, Deaths and Marriages, and a foreign marriage certificate, as directed by the APO website.

“I was told that my overseas same-sex marriage did not qualify for a free replacement passport, as the government only recognises ‘heterosexual marriage’,” Gould said.

The following day she made an APO appointment to get the replacement as a “de facto” couple. She claimed the appointment on April 13 turned into an “absolute nightmare”.

Gould said she gave a male staff member a form outlining the proof for her “de facto” status – including information on her marriage, shared home and bank account.

“He then told me that he needed to speak with his manager, as he doesn’t get a lot of ‘these’ and was under the impression that my fee wouldn’t be waived,” she said.

“When I asked ‘Why not?’, he responded with, ‘I’m not sure, I will speak with my manager’. I stood at the counter for what felt like more than five minutes.”

Gould said a different staff member came to ask if she was OK.

After several minutes, Gould said, the male staff member returned to inform her that the relationship didn’t qualify as married or de facto, and that she was therefore not entitled to a free replacement passport.

Kritchanut / Getty Images

“You can probably imagine at this point that I was incredibly insulted,” Gould said.

“He showed zero empathy towards me; did not treat me as a human; and kept re-enforcing that this was the policy, even though at this point I was tearing up and almost crying.”

Gould said she eventually spoke to a “professional and compassionate” manager who apologised and told her she was entitled to the replacement.

Gould told BuzzFeed News the male staff member later said to her: “I wasn’t trying to disrespect you.”

Even though she ended up getting the free replacement passport, the whole experience left Gould feeling “disheartened and furious”.

“I think if same-sex marriage was legalised this discussion wouldn’t have even happened,” she told BuzzFeed News. “Just get it done. Don’t make people go down different routes because they’re gay or lesbian or whatever.”

Ivan Hinton-Teoh, an LGBTI rights campaigner from the Just Equal group, told BuzzFeed News that confusion and discrimination would continue until same-sex marriage is legalised.

“Many LGBTIQ Australians are married, or are in long-term relationships,” he said. “We should have a reasonable expectation that we can operate in our community without prejudice.

“A change to the Marriage Act is the only way to educate our community that LGBTIQ Australians should be treated equally under the law without exception.”

Peter Parks / AFP / Getty Images

In an email to Gould following a comprehensive complaint, an APO staff member acknowledged the Customer Service Charter had been breached and offered Gould an apology.

“You have raised a number of issues in your email that speak to issues of training, diversity awareness and customer service across our organisation. It is clear from our dealings with you, that we did not manage these issues well,” he wrote.

“I will be discussing your concerns with our training manager, as well as our Melbourne Passport Office manager. I am confident that the changes we implement will prevent a repeat of your experience.”

Gould said she was “pretty satisfied” with the response, but wanted to make sure it resulted in concrete change.

“I do feel there’s an acknowledgement that what happened was wrong, and to me that means a lot, but I don’t want those words to be empty,” she said.

The APO supplied a statement to BuzzFeed News: “The Australian Passport Office (APO) cannot comment on individual cases. APO policy is that same sex marriage certificates (issued by an overseas authority) are sufficient evidence of a de facto relationship for the purposes of a fee waiver under the Australian Passports Determination 2015. All APO staff have been reminded of this policy.”

gayglobeus @ May 2, 2017

Bromances flourish thanks to changing anti-gay sentiments

Posted in: Spot / International News Wire | Comments Off on Bromances flourish thanks to changing anti-gay sentiments

EurekAlert

A decline in homophobia is allowing young men to embrace the benefits of a non-sexual bromance with close male friends. According to Stefan Robinson of the University of Winchester in the UK, young men nowadays are socially encouraged to enjoy deep, emotional and physically intimate friendships. The so-called “bromance” allows them to achieve the kind of closeness that is deeper than in other times, adds Robinson, lead author of an article in Springer’s journal Sex Roles.

Young straight men’s same-sex relationships are becoming more emotionally nuanced and intimate thanks to a shift in the acceptance of homosexuality. To investigate this, semi-structured interviews were conducted with 30 undergraduate heterosexual men studying sport-degree programs at a British university. The study aimed to thoroughly examine what the men understood bromances to be, to what extent they privileged the relationship, and how they were enacted. They were specifically asked about their involvement in and openness to secret sharing, emotional intimacy, bed sharing, nudity and kissing other men.

Each of the 30 men had had at least one bromantic friend at some time or other. They were unanimous in describing what a bromance entailed, and how it positively impacted their lives. They agreed that deep emotional disclosure is essential in bromances. Many, for instance, noted that they could only fully discuss matters such as their health issues or sexual desires in complete confidence with their bromantic friends, and not with family or girlfriends.

“They were clear that a bromance offers a deep sense of unburdened disclosure and emotionality based on trust and love,” says Robinson. Robinson and his coauthors, Eric Anderson and Adam White, conclude that the permissibility of bromances, and the extent to which they are intimate, is highly contingent on cultural attitudes towards homosexuality. The research highlights that the expansion of social freedoms and masculine boundaries, as illustrated through bromances, are undoubtedly productive towards fostering a more emotive, expressive and healthy masculine culture.

Robinson however adds: “The absence of sexual attraction distinguishes these men as heterosexual to both themselves and others, and shows that the men share a progressive understanding that love can exist between two people without the need or requirement for sex with each other.”

The results indicate that bromances have achieved a deep resonance in UK university culture and that men interpret these relationships as real, important and legitimate, and not a fantasy as is depicted in many popular television programs or films. Bromances allow them to push the cultural margins of traditional masculinity towards more intimate and expressive behaviours.

The research team urges scholars to recognize that bromances can play an important role in the everyday lives of young men. “For those dealing with depressive symptoms or social anxieties, bromances may offer a way forward and a coping strategy,” says Robinson.

gayglobeus @ May 2, 2017

Are gay sex preferences genetic?

Posted in: Spot / International News Wire | Comments Off on Are gay sex preferences genetic?

Daily Mail

Are gay sex preferences genetic? Homosexual men may be born to be ‘tops’ or ‘bottoms’, scientists claim

  • Researchers interviewed 240 men at the Toronto Pride Festival
  • Results showed ‘tops’ were more likely to right-handed with younger sisters
  • While ‘bottoms’ were more likely to be left-handed and have older brothers
  • The researchers say that the results shouldn’t be taken at face value, as sex role identity development is a complex process that unfolds over decades

The divide between dominant and passive sex roles has long been debated, especially within the gay community.

Now, a new study suggests that there could be a genetic component to what makes a gay man a ‘top’ or ‘bottom’ in anal sex.

Researchers surveyed gay men, and found that ‘bottoms’ were more likely to be left-handed and have older brothers, while ‘tops’ were more likely to be right-handed and have younger sisters.

Researchers surveyed gay men, and found that 'bottoms' were more likely to be left-handed and have older brothers, while 'tops' were more likely to be right-handed and have younger sisters (stock image)

KEY FINDINGS

The researchers contacted 240 men at the 2015 Toronto Pride festival, and asked them to answer a survey on their sex positions – both in practice and in preference.

The respondents were also asked about how gender-conforming they were as children – more interested in male-typical activities, and exhibiting more masculine personality characteristics.

Other questions in the survey included whether men were left or right handed, and the number and gender of siblings.

The results showed that bottoms identified as being less gender-conforming, were more likely to be left-handed and have more older brothers.

In contrast, tops identified as being more gender-conforming, and were more likely to be right-handed with younger sisters.

Stereotypically, ‘tops’ are seen as masculine, taking up the male tradition of dominance during sex, while ‘bottoms’ are seen as more feminine, taking a more passive role.

Researchers from the University of Toronto put these stereotypes to the test in the hope of understanding whether there was a biological component to sex roles.

In their study, the researchers contacted 240 men at the 2015 Toronto Pride festival, and asked them to answer a survey on their sex positions – both in practice and in preference.

The respondents were also asked about how gender-conforming they were as children – more interested in male-typical activities, and exhibiting more masculine personality characteristics.

Other questions in the survey included whether men were left or right handed, and the number and gender of siblings.

The results showed that bottoms identified as being less gender-conforming, were more likely to be left-handed and have more older brothers.

In contrast, tops identified as being more gender-conforming, and were more likely to be right-handed with younger sisters.

Speaking to Jezebel, Dr Doug VanderLaan, an author of the study, said: ‘What’s interesting about this work is even among a group of individuals who are pretty similar in terms of their sexual preference – that is, gay men preferring men – there could be a diverse set of processes that lead them to exhibit that same sexual orientation outcome.’

In particular, the researchers say that the differences between right and left handed men are particularly useful. Hand preference is evident very early on in life, and is not usually affected by social or cultural factors

In particular, the researchers say that the differences between right and left handed men are particularly useful. Hand preference is evident very early on in life, and is not usually affected by social or cultural factors

In particular, the researchers say that the differences between right and left handed men are particularly useful.

Hand preference is evident very early on in life, and is not usually affected by social or cultural factors.

But Dr VanderLaan does not think that the results should be taken at face value.

The results showed that bottoms identified as being less gender-conforming, while tops identified as being more gender-conforming

He added: ‘Sex role identity development is a complex process that unfolds over decades.

‘So the idea that some early life developmental experience that happened in the womb has a direct impact on someone’s sex role behaviour decades late seems potentially a little too simplistic and we certainly don’t have demonstrative evidence that that sort of scenario is indeed the case.’

gayglobeus @ May 2, 2017

Gay men recount days of torture in Chechnya: ‘We were beaten several times a day’

Posted in: Spot / International News Wire | Comments Off on Gay men recount days of torture in Chechnya: ‘We were beaten several times a day’

thestar

MOSCOW—Anzor was lying on a dirty floor as a man in army boots jumped on his back. His agony worsened when his captors started torturing him with electric shocks.

“It’s a feeling like they are breaking every bone of every joint in your body at the same time,” he said.

Anzor is a gay man from Chechnya, the predominantly Muslim region in southern Russia where dozens of men suspected of being gay were reportedly detained and tortured, and at least three of them were allegedly killed.

After his ordeal, Anzor fled Chechnya and is now in hiding in Moscow, fearing not only for his own life but for the safety of his relatives. He spoke with The Associated Press on the condition of using only his first name.

 

Antipathy to homosexuality in Russia is widespread. Gay rights activists’ requests to hold rallies are routinely rejected by officials and any rallies that do take place are often attacked by anti-gay thugs. But “this anti-gay purge, sanctioned by top local authorities, is unprecedented,” said Tanya Lokshina, the Russia program co-ordinator for Human Rights Watch.

Another gay man, who spoke on condition of anonymity for fear of reprisals, told the AP that he was also arrested in Chechnya and held with dozens of others.

“We were tortured every day. Beside beatings, we were beaten several times a day with polypropylene tubes. We were tortured with electricity,” he said.

“For 20-30 seconds they spin the handle, you feel the electricity, then you fall down, they stop it, and then immediately you come back to consciousness and you are ready again for a new discharge,” he said. “And it goes on five, six, seven times.”

The abuse was first reported in April by the independent newspaper Novaya Gazeta, which said that about 100 men suspected of being gay were rounded up and tortured, and that at least three were killed.

Western governments and rights groups have urged Russian authorities to investigate.

Chechen officials vehemently deny not only the reported torture of gays, but sometimes their very existence.

“There are no homosexuals in Chechnya. You cannot detain and persecute those who do not exist,” Alvi Karimov, a spokesman for Chechen leader Ramzan Kadyrov, told the Interfax news agency.

“This anti-gay purge, sanctioned by top local authorities, is unprecedented,” says Tanya Lokshina, the Russia program coordinator for Human Rights Watch.
“This anti-gay purge, sanctioned by top local authorities, is unprecedented,” says Tanya Lokshina, the Russia program coordinator for Human Rights Watch.  (PAVEL GOLOVKIN / THE ASSOCIATED PRESS)  

Homosexuality is a taboo in conservative Chechnya, and the gay community there was used to leading a double life — marrying, having children and hiding their sexuality from even their closest family members. The only time a gay man in Chechnya could be himself is when he met with another gay person, typically through social media, Anzor said.

“The rest of the time we are pretending,” he said.

Anzor, who talked to the AP at a safe house provided by LGBT activists, fears for the lives of his family members who will become pariahs in the patriarchal Chechen society if his identity is revealed.

“Sometimes families turn away from such people, some families get rid of such people,” he said of gays, a word he is visibly uncomfortable using. “I’m scared for my family, my sisters and brothers. I don’t want them to suffer for me.”

Anzor, in his 40s, said the ordeal began when police stopped the car in which he was riding with friends in the town of Argun. They were taken to a police station after officers found a sedative pill on one friend. Small details that Anzor didn’t want to make public led the police to believe that he and one of his friends were gay, he said.

They were brutally beaten in front of the police station chief and taken to a shed. Anzor spent 10 days there.

He said the shed had dozens of men who were beaten and abused by camouflaged men. In the first few days, the beatings were so frequent that he stopped feeling any pain, Anzor said, overcome at the memory. Inmates were made to attach the clamps of electric wires to their toes and fingers — and the captors would then turn on the power.

Then the torture stopped. Several days later Anzor was taken outside and told that he was free to go — without any explanation.

He thought about going to a neighbouring region and reporting his bruises and injuries at the hospital there, but got scared.

“I thought if I would go there, they would be people like that there, too,” he said, laughing nervously.

The other gay man who spoke to the AP said that his ordeal began when police arrested him in a crowded place, because his number was found in the phone of another gay man arrested earlier.

He said that he believed his captors, dressed in camouflage, were abusing them one by one in a bid to find more gays.

“They were beating information out of us,” he said.

An activist in front of the Chancellery in Berlin on April 30 during a demonstration calling on Russian President to put an end to the persecution of gay men in Chechnya.
An activist in front of the Chancellery in Berlin on April 30 during a demonstration calling on Russian President to put an end to the persecution of gay men in Chechnya.  (JOHN MACDOUGALL / AFP / GETTY IMAGES)  

The man, in his 30s, said that when the abusers lost interest in one person, the torture would stop. He was eventually freed, and like Anzor, fled Chechnya and sought shelter through LGBT activists in Moscow.

Human rights groups have previously documented torture and extrajudicial killings perpetrated by Kadyrov’s security forces against opponents and Salafi Muslims. Lokshina said the methods used against gay men echo these abuses — it’s “their standard tool box,” she said.

Putin last month met with Kadyrov in the Kremlin and the Chechen leader dismissed the reports.

“The so-called good people write that in our republic — I’m even ashamed to say it — people get arrested and killed,” he said. Putin apparently didn’t press him further.

“I’m in absolute shock. We have never seen anything like this,” said Tatyana Vinnichenko, head of the Russian LGBT Network, which is aiding about 40 gay men who have fled Chechnya in recent weeks.

Vinnichenko’s phones ring every few minutes as she co-ordinates efforts with other activists on hospital treatment, plane tickets and housing arrangements. Two of the men have already left Russia for another country which is visa-free for Russians, and two more have just received visas and should be leaving for Europe soon.

LGBT activists have been meeting with foreign diplomats, pleading that granting a visa to gay survivors of torture could be a matter of saving their lives.

Vinnichenko said, with dismay, that the U.S. Embassy in Moscow has been “unwilling to engage in a dialogue on visas for the torture victims.”

In Washington, the U.S. State Department told the AP that it was “unable to discuss individual cases” since visa records are confidential but added that it “categorically condemns the persecution of individuals based on their sexual orientation.”

After he was released, Anzor stayed in Chechnya to tend to his ailing mother, but eventually felt compelled to leave.

“My friends, people I have socialized with were all rounded up. If they caught me again, I know for sure I would not have made it out of there alive,” he said.

He told his family he was going away on business when he left for Moscow in early March and he hasn’t been back since. He clings to the hope that he will be able to go home to see his mother once again — and scoffs at the Kremlin meeting between Kadyrov and Putin.

“I think Putin knows about it, he knows it even better than me — he is the president of Russia after all,” he says. “I don’t know why he allows all of this to happen.”

gayglobeus @ May 2, 2017

Chechnya gay rights: Merkel urges Putin to intervene

Posted in: Spot / International News Wire | Comments Off on Chechnya gay rights: Merkel urges Putin to intervene

BBC News

Detained gay rights activist in Moscow with sign saying 'love is stronger than homophobia', 25 May 13Image copyrightAFP
Image caption“Love is stronger than homophobia”: a placard held by a detained gay rights activist in Moscow in May 2013

German Chancellor Angela Merkel has urged Russian President Vladimir Putin to help protect gay rights.

Activists say police in the republic of Chechnya have arrested and tortured dozens of gay people in a crackdown.

Mrs Merkel raised the issue during her first visit to Russia since 2015, which saw her hold talks with Mr Putin at his summer residence in Sochi.

Relations between the two nations have been strained over Syria and Russia’s annexation of Crimea from Ukraine.

Chechen police ‘torturing gay men’

Russia paper warned over Chechnya reports

At a tense joint news conference with Mr Putin, Mrs Merkel said she had received “negative reports on the way that homosexuals are dealt with, particularly in Chechnya”.

She added: “I asked President Putin to use his influence to ease the way that homosexuals… are dealt with in the country.”

The news conference also saw:

  • The two leaders urge the full implementation of the Minsk agreement, an internationally-brokered peace deal for Ukraine
  • Mr Putin urge a “thorough and unbiased investigation” into the chemical weapons attack on a Syrian town last month
  • Mr Putin insist that Russia “never interferes in the political life and the political processes of other countries – and we don’t want anybody interfering in our political life and foreign policy processes”
  • Mrs Merkel declare: “I am always of the view that even if there are serious differences of opinion in some areas, talks must continue”

Mr Putin is due to meet Turkish leader Recep Tayyip Erdogan later on Wednesday.


‘It’s the extermination of gay men’

 Media caption‘Ruslan’, a gay man who says he fled: “It’s the extermination of gay men”

Just a few weeks ago, “Ruslan” was with his wife and children in Chechnya. Now he’s in a safe house for men fleeing detention and torture for being gay.

Reports of a campaign against gay men by Chechen security forces have beentrickling through since early April when they first appeared in a Russian newspaper. Now some of the alleged victims are starting to speak out.

“When they brought me in, I denied everything,” says Ruslan – not his real name. Even now, he is frightened of being identified.


Homophobia is widespread in Chechnya, a mainly Muslim region run by Ramzan Kadyrov, an authoritarian leader with a notorious private militia who is fiercely loyal to President Putin.

Last month, Natalia Poplevskaya of the Russian LGBT Network said there was “an organised campaign to detain gay men” in Chechnya.

Victims of the crackdown – who were either gay or just perceived to be gay – were being held at a detention centre near Argun, 20km (13 miles) from the city of Grozny, she said.

“Torture is going on with electric shocks, beatings with cables,” she told the BBC, adding that three deaths had been reported. “All the people arrested are homosexual men or perceived as being gay.”

A Chechen government spokesman, Alvi Karimov, denied the allegations.

“You can’t detain and repress people who simply don’t exist in the republic,” he said.

gayglobeus @ May 2, 2017

Un porteur du VIH de nouveau arrêté pour agression sexuelle

Posted in: Le Point / fil de presse international | Comments Off on Un porteur du VIH de nouveau arrêté pour agression sexuelle

LaPresse.ca

Porteur du VIH, Michel Lavoie a été de... (Photo: Archives)

Porteur du VIH, Michel Lavoie a été de nouveau arrêté parce qu’il aurait agressé sexuellement une femme.

(Trois-Rivières) Après avoir été condamné à 81 mois de prison en 2011 pour un crime de même nature, Michel Lavoie, un homme séropositif de Trois-Rivières, fait à nouveau face à une accusation d’agression sexuelle.

Les gestes qui sont reprochés à cet individu de 50 ans auraient été posés le 14 avril dernier dans l’appartement qu’il occupe. Après les événements, la victime s’est rendue à l’hôpital et a porté plainte à la police. Celui qui se fait également appeler Michel Ange a été rapidement arrêté et a comparu au palais de justice de Trois-Rivières en début de semaine. En raison de ses antécédents judiciaires, la Couronne s’est opposée à sa remise en liberté. Il devra donc revenir en cour le 26 avril pour son enquête sur caution.

Lavoie avait recouvré sa liberté en janvier 2015 après avoir purgé la totalité de sa peine. Rappelons qu’en 2003, Michel Lavoie avait omis d’avertir sa partenaire de l’époque qu’il était atteint du VIH, bien qu’il s’en savait atteint depuis 1997. Il avait également refusé le port du condom qui était proposé par la victime. Il avait donc eu des relations sexuelles non protégées avec elle, et ce, à plusieurs reprises. Dans les semaines qui avaient suivi le début de leur relation amoureuse, la victime avait commencé à éprouver de gros problèmes de santé, nécessitant son hospitalisation. On lui avait finalement diagnostiqué une infection au VIH. Elle avait continué à le fréquenter pendant quelques années, étant la prisonnière d’un climat de violence.

Lors de sa visite à l’hôpital, la présumée victime dans cette nouvelle affaire a dû subir des prélèvements sanguins afin de déterminer si l’accusé lui a transmis le VIH. Les enquêteurs responsables du dossier n’ont pas encore obtenu les résultats de ces tests.

Selon Christine Boisvert, agente de communication chez Sidaction Mauricie, toutes les présumées victimes d’agression sexuelle reçoivent un traitement s’appelant la prophylaxie post-exposition. S’il est donné entre 24 heures et 72 heures après le contact avec le virus, les chances de réussite de ce traitement sont excellentes.

«C’est une trithérapie donnée à forte dose afin d’enrayer le virus avant qu’il ne se propage dans le système. Il faut le stopper avant qu’il traverse les muqueuses. Avant 72 heures, sa réussite est presque totale», explique Mme Boisvert.

Autre espoir pour la présumée victime, il se peut qu’elle n’ait pas été infectée si Lavoie prend de façon adéquate la médication requise par sa condition et consulte régulièrement son médecin.

«Les porteurs tombent alors en charge virale indétectable, c’est-à-dire qu’il y a tellement peu de virus de millilitre de sang qu’il devient très difficile à transmettre», poursuit l’agente de communication.

gayglobeus @ April 28, 2017

Des cellules modifiées résistantes au VIH

Posted in: Le Point / fil de presse international | Comments Off on Des cellules modifiées résistantes au VIH

ICI.Radio-Canada.ca

Photo : iStock

gayglobeus @ April 28, 2017

Ces signes qui doivent nous redonner espoir dans la lutte contre le VIH/Sida

Posted in: Le Point / fil de presse international | Comments Off on Ces signes qui doivent nous redonner espoir dans la lutte contre le VIH/Sida

Le Huffington Post

DADANG TRI / REUTERS
Ces signes qui doivent nous redonner espoir dans la lutte contre le VIH/Sida.

Le VIH/Sida recule. Grâce aux progrès en matière d’accès au traitement antirétroviral, les personnes séropositives vivent aujourd’hui plus longtemps, et elles vivent surtout en meilleure santé. En juin 2016, ce sont ainsi plus de 18 millions de personnes de par le monde qui avaient accès au traitement, parmi lesquelles 910 000 enfants.

Parallèlement, l’accès aux médicaments permettant de prévenir la transmission du VIH de la mère à l’enfant est en augmentation constante. De 50% en 2010, il est passé à 77% en 2015. Plus d’un million de femmes enceintes séropositives bénéficiaient ainsi de traitements antirétroviraux. Grâce à ces efforts, les nouvelles infections du VIH chez les enfants ont été divisées par deux depuis 2010.

L’objectif des Nations Unies est de vaincre l’épidémie à l’horizon 2030 et d’éviter, d’ici cette date, 28 millions de nouvelles infections par le VIH et 21 millions de morts liés au sida. Nous pouvons y arriver. Mais cela suppose de ne pas relâcher nos efforts.

Deux millions de contaminations par an, c’est toujours trop

Le sida recule, oui, mais il reste tant à faire. En 2015, 36,7 millions de personnes vivaient encore avec le VIH, selon l’Onusida. Une majorité d’entre-elles se trouvaient en Afrique centrale et de l’Ouest (6,5 millions) et en Afrique de l’Est et du Sud (19 millions). Cette année là, plus de 2 millions de personnes ont été nouvellement infectées par le VIH et 1,1 million de personnes sont décédées de maladies liées au sida.

De nouvelles statistiques émises par le réseau Global Burden of Diseases (GBD) et publiées la veille de la 21e conférence internationale sur le sida, qui se tenait à Durban en juillet 2016, ont présenté des résultats plus sombres que les données officielles de l’Onusida. En comparaison de la décennie précédente, le nombre de nouvelles infections ne décroit que lentement depuis 2005. Ces chiffres montrent que l’épidémie du sida n’est pas terminée et qu’elle reste une des plus grandes menaces de santé publique de notre temps. Deux millions de nouvelles infections par an, c’est toujours trop!

La question du financement est bien-sûr centrale. Après le pic de 2014, avec 11,2 milliards de dollars alloués, le financement annuel mondial est retombé à 10,8 milliards en 2015. Or l’ONU estime qu’il faudrait débourser 29 milliards d’euros par an entre 2015 et 2020 (soit 150 milliards d’euros) pour espérer éradiquer l’épidémie d’ici à 2030. De l’argent, il en faut donc toujours. Mais il faut aussi des volontés, par milliers, afin de contribuer concrètement à faire reculer la maladie.

ONG et gouvernements se battent sur le terrain

On sait désormais “que toute personne infectée par le VIH devrait commencer le traitement antirétroviral le plus tôt possible après le diagnostic”, d’après l’Organisation mondiale de la santé (OMS). Il faut donc tout mettre en œuvre afin de rendre les traitements disponibles pour les personnes qui en ont le plus besoin, et ce dès la détection de l’infection. C’est ce que s’est engagé à faire le gouvernement du Sénégal d’ici à la fin de l’année 2017.

En Côte d’Ivoire, où vivent 460.000 personnes séropositives, dont plus de 250.000 femmes, le gouvernement a été l’un des premiers à initier une stratégie de prévention de la transmission mère-enfant (PTME). En effet, 90% des contaminations de l’enfant sont liées à ce mode de transmission, qui peut être diminué de moitié par l’utilisation de traitements antirétroviraux associés à une politique d’alimentation adéquate de l’enfant.

La fondation Children of Africa, que j’ai l’honneur de présider depuis sa création en 1998, a fait de la santé de la mère et de l’enfant un axe majeur de sa stratégie. C’est pourquoi la fondation a lancé le projet de l’hôpital mère-enfant (HME) de Bingerville, dans le district d’Abidjan, un projet médical innovant et porteur d’espoir. L’HME vise à contribuer à la réduction de la mortalité et de la morbidité maternelles, néonatales, infantiles et juvéniles, en améliorant l’offre de soins de santé pour le couple mère-enfant.

Saluons également l’engagement de l’ONG International Rescue Comitee (IRC) qui, avec son projet CARA (Commmunity Assistance for Responding To Aids) a pendant sept années permis de sensibiliser plus de 100 000 Ivoiriens aux problématiques liées au VIH/Sida. En Côte d’Ivoire, l’ONG a réalisé plus de 25.000 dépistages, distribué plus de 3.000 préservatifs et soutenu plus de 23.000 orphelins et enfants vulnérables.

Je tiens enfin à souligner la contribution importante de l’Agence américaine pour le développement international (USAID), qui a annoncé le 5 avril dernier qu’elle dégagerait 39 millions de dollars afin de renforcer la chaîne d’approvisionnement des produits de santé en Côte d’Ivoire. Ce projet, initié dans le cadre du Plan d’urgence du président des Etats-Unis pour la lutte contre le sida, permettra d’assurer que des médicaments de qualité atteignent les personnes vivant avec le VIH/Sida.

Si le virus du sida fait moins de morts et que moins de nouveaux cas sont enregistrés –en cinq ans, le nombre de nouvelles personnes infectées à diminué de près de 15% en Afrique de l’Est et du Sud et de 8% en Afrique de l’Ouest–, 26 millions de personnes sont toujours atteintes du VIH en Afrique subsaharienne. Pour la première fois, la fin de l’épidémie est à notre portée. Ne baissons pas les bras.

gayglobeus @ April 28, 2017

En prison pour avoir caché son VIH à sa partenaire

Posted in: Le Point / fil de presse international | Comments Off on En prison pour avoir caché son VIH à sa partenaire

ICI.Radio-Canada.ca

François Courcy
François Courcy Photo : Radio-Canada

gayglobeus @ April 28, 2017

Pourquoi je ne pourrai appuyer le projet :Parc du Mont-Royal Patrimoine Mondial de l’UNESCO

Posted in: Le Point / fil de presse international | Comments Off on Pourquoi je ne pourrai appuyer le projet :Parc du Mont-Royal Patrimoine Mondial de l’UNESCO

Gay Globe Magazine – Gay Globe TV- Calendrier de la Fierté – Gay Globe Radio
Agenda de la Fierté – Canal Dalida
Disques A Tempo
Le Point
GROUPE GAY GLOBE MÉDIA
COMMUNIQUÉ DE PRESSE
À publier : sur réception
Montréal, le 28 avril 2017

OBJET : Pourquoi je ne pourrai appuyer le projet :Parc du Mont-Royal Patrimoine Mondial de l’UNESCO?

Le signataire de ce communiqué est Roger-Luc Chayer, journaliste et éditeur au Groupe National / GayGlobe depuis près de 20 ans et offre ici la position officielle du groupe média sur le projet concernant une éventuelle demande déposée à l’UNESCO pour faire déclarer le Parc du Mont-Royal « Patrimoine Mondial » Après que l’idée ait été lancée il y a quelques semaines par un groupe de Montréalais, suivi par le Maire de Montréal Denis Coderre, le Groupe Gay Globe a décidé de se prononcer CONTRE ce projet
qui implique des ressources importantes que la Ville ne détient pas actuellement. Voici les raisons : D’abord, il faut bien comprendre que le statut de patrimoine mondial est réservé à des lieux exceptionnels pour l’humanité, tant historiques que culturels ou naturels. Selon le site de la Convention du Patrimoine Mondiale au http://whc.unesco.org/fr/nominations/, Pour figurer sur la Liste du patrimoine mondial, les sites doivent avoir une valeur universelle exceptionnelle et satisfaire à au moins un des dix critères de sélection. Ces critères sont 1- représenter un chef-d’œuvre du génie créateur humain ; 2- témoigner d’un échange d’influences considérable pendant une période donnée ou dans une aire culturelle déterminée, sur le développement de l’architecture ou de la technologie, des arts monumentaux, de la planification des villes ou de la création de paysages ; 3- apporter un témoignage unique ou du moins exceptionnel sur une tradition culturelle ou une civilisation vivante ou
disparue ; 4- offrir un exemple éminent d’un type de construction ou d’ensemble architectural ou technologique ou de paysage illustrant une ou des périodes significative(s) de l’histoire humaine ; 5- être un exemple éminent d’établissement humain traditionnel, de l’utilisation traditionnelle du territoire ou de la mer, qui soit représentatif d’une culture (ou de cultures), ou de l’interaction humaine avec l’environnement, spécialement quand celui-ci est devenu vulnérable sous l’impact d’une mutation irréversible ; 6- être directement ou matériellement associé à des événements ou des traditions vivantes, des idées, des croyances ou des œuvres artistiques et littéraires ayant une signification universelle exceptionnelle (Le Comité considère que ce critère doit préférablement être utilisé en conjonction avec d’autres critères) ; 7- représenter des phénomènes naturels ou des aires d’une beauté naturelle et d’une importance esthétique exceptionnelles ; 8- être des exemples éminemment représentatifs des grands stades de l’histoire de la terre, y compris le témoignage de la vie, de processus géologiques en cours dans le développement des formes terrestres ou d’éléments
géomorphiques ou physiographiques ayant une grande signification ; 9- être des exemples
éminemment représentatifs de processus écologiques et biologiques en cours dans l’évolution et le développement des écosystèmes et communautés de plantes et d’animaux terrestres, aquatiques, côtiers et marins ; 10- contenir les habitats naturels les plus représentatifs et les plus importants pour la conservation in situ de la diversité biologique, y compris ceux où survivent des espèces menacées ayant une valeur universelle exceptionnelle du point de vue de la science ou de la conservation. Sauf pour le critère numéro II, il est évident que le Parc du Mont-Royal ne correspond pas au patrimoine recherché par l’UNESCO. De plus, et c’est là le point le plus fondamental de notre objection, avant de formuler une telle demande
ou de laisser planer de telles rumeurs, il faut se demander si d’abord la Ville de Montréal aura les ressources nécessaires à l’entretien et à la gestion sans faille, à l’année longue, de ce pan de montagne au centre-ville, et si le Parc, dans son état actuel, présente des caractéristiques si exceptionnelles et universelles qu’il se doit de devenir un endroit unique au monde et bénéficier des avantages que confère le statut de patrimoine mondial. Quant aux ressources financières, matérielles et humaines nécessaires à la gestion irréprochable du
parc, il est clair et évident que la Ville n’a pas ces moyens. L’entretien intensif nécessaire pour ce genre de parc naturel nécessiterait à tout le moins une mention dans les budgets de la Ville de Montréal et il n’existe actuellement aucun poste budgétaire prévu à la Ville, ni au Gouvernement du Québec, ni au Gouvernement fédéral du Canada pour un tel projet; Quant à l’état actuel des lieux, il nous apparaît clairement que la Ville ne peut entretenir le simple parc municipal qu’est le Mont-Royal. La présence de nombreux sans abris qui y vivent à l’année, les milliers de bouteilles de plastique et de déchets présents partout sur le terrain et le long des routes, le mobilier urbain détruit ou en très mauvais état, les seringues usagées, les sachets de drogues trouvés par-terre parfois avec leur contenu juste devant l’entrée des enfants à la cafétéria, le terrain comportant de vastes cicatrices, la prostitution féminine et masculine, les actes sexuels en soirée et la nuit, les accès piétonniers partiellement détruits par les coulées de pluie, etc. font que dans son état actuel, le Parc du Mont-Royal ne pourrait sérieusement produire une telle demande de reconnaissance à l’UNESCO, et une telle demande aurait pour effet de déconsidérer le sérieux de la démarche de l’organisme
international;

Les photos en date du 28 avril 2017 sont éloquentes et peuvent être consultées sur demande.
Enfin, pour l’ensemble de ces raisons, le Groupe Gay Globe ne pourra appuyer ce projet qui aurait pour
effet de déconsidérer le programme de Patrimoine Mondial de l’UNESCO.
C.P. 172, succ. Rosemont, Montréal, Qc H1X 3B7 Canada / Téléphone et télécopieur : 514.926.6436
info@gayglobe.net / www.gayglobe.net

gayglobeus @ April 28, 2017

Is being gay or lesbian genetic?

Posted in: Spot / International News Wire | Comments Off on Is being gay or lesbian genetic?

PinkNews

A lesbian couple in Chile (Claudio Reyes/AFP/Getty Images)

It’s a long running question when it comes to homosexuality – is yoursexuality caused by nature or nuture? Many readers have no doubt wondered if being gay is genentic. Recent research indicates that gay people could share a so called ‘gay gene’.

This explainer by Professor Jenny Graves tries attempts to answer the old age question.

 The claim that homosexual men share a “gay gene” created a furore in the 1990s. But new research two decades on supports this claim – and adds another candidate gene.

To an evolutionary geneticist, the idea that a person’s genetic makeup affects their mating preference is unsurprising. We see it in the animal world all the time. There are probably many genes that affect human sexual orientation.

But rather than thinking of them as “gay genes”, perhaps we should consider them “male-loving genes”. They may be common because these variant genes, in a female, predispose her to mate earlier and more often, and to have more children.

Likewise, it would be surprising if there were not “female-loving genes” in lesbian women that, in a male, predispose him to mate earlier and have more children.

 What is the evidence for gay genes or the concept that homosexuality is genetic?

We can detect genetic variants that produce differences between people by tracking traits in families that display differences.

Patterns of inheritance reveal variants ofgenes (called “alleles”) that affect normal differences such as hair colour, or disease states such as sickle cell anaemia.

Quantitative traits, such as height, are affected by many different genes, as well as environmental factors.

It’s hard to use these techniques to detect genetic variants associated with male homosexuality, because many gay men prefer not to be open about their sexuality. It is even harder because twin studies show that shared genes are only part of the story;hormones, birth order and environment play roles too.

In 1993, American geneticist Dean Hamer found families with several gay males on the mother’s side, suggesting a gene on the X chromosome. He showed that pairs of brothers who were openly gay shared a small region at the tip of the X, and proposed that itcontained a gene that predisposes a male to homosexuality.

Hamer’s conclusions were extremely controversial. He was challenged at every turn by people unwilling to accept that homosexuality is at least partly genetic, rather than a “lifestyle choice”.

 

Gay men were divided: it vindicated the oft-repeated claims that “I was born this way” but also opened frightening new possibilities for detection and discrimination.

Similar studies gave contradictory results. A later search found associations with genes onthree other chromosomes.

This year, a larger study of gay brothers, using the many genetic markers now available through the Human Genome Project, confirmed the original finding, and also detectedanother “gay gene” on chromosome 8. This has unleashed a new flurry of comment.

But why such a furore when we know of gay gene variants in species from flies to mammals? Homosexuality is quite common throughout the animal kingdom. For instance, there are variants that influence mating preference in mice and a mutation in the fruit fly makes males court other males instead of females.

Is the ‘gay gene’ really a ‘male-loving allele’?

The puzzle is not whether “gay genes” exist in humans, but why they are so common (estimates from 5-15%). We know that gay men have fewer children on average, so shouldn’t these gene variants disappear?

There are several theories that account for the high frequency of homosexuality. A decade ago I wondered if gay gene variants have another effect that boosts the chances of leaving offspring (“evolutionary fitness”), and passing the gay allele on.

A normal blood cell behind a human blood cell of a sickle cell anaemia patient.  Wellcome Images/Flickr, CC BY-NC-ND

This is a well-known situation (called “balanced polymorphism”) in which an allele is advantageous in one situation and not in another. The classic case is the blood disease sickle cell anaemia, which leads to disease and death if you have two alleles, but to malaria resistance if you have only one, making it common in malarial regions.

A special category is “sexually antagonistic genes” that increase genetic fitness in one sex, but not in the other; some are even lethal. We have many examples across many species. Maybe the gay allele is just another of these.

Perhaps “male-loving” alleles in a female predispose her to mate earlier and have more children. If their sisters, mother and aunts have more kids who share some of their genes, it would make up for the fewer children of gay males.

And they do. Lots more children. An Italian group showed that the female relatives of gay men have 1.3 times as many children as the female relatives of straight men. This is a huge selective advantage that a male-loving allele confers on women, and offsets the selective disadvantage that it confers on men.

I am surprised that this work is not better known, and its explanatory power is neglected in the whole debate about the “normality” of homosexual behaviour.

How ‘normal’ are gay alleles?

We have no idea whether these genetic studies identified “gay alleles” of the same or different genes.

It is interesting that Hamer detected the original “gay gene” on the X, because this chromosome has more than its fair share of genes that affect reproduction, but I would expect that there are genes all over the genome that contribute to mate choice in humans (female-loving as well as male-loving).

If there are male-loving and female-loving alleles of tens or hundreds of genes battling it out in the population, everyone will inherit a mixture of different variants. Combined with environmental influences, it will be hard to detect individual genes.

It’s a bit like height, which is influenced by variants in thousands of genes, as well as the environment, and produces a “continuous distribution” of people of different heights. At the two extremes are the very tall and the very short.

In the same way, at each end of a continuous distribution of human mating preference, we would expect the “very male-loving” and the “very female-loving” in both sexes.

 Gay men and lesbian women may simply be the two ends of the same distribution.

Jenny Graves, Distinguished Professor of Genetics, La Trobe University

This article was originally published on The Conversation. Read the original article.

gayglobeus @ April 28, 2017

Gay Asylum-Seeker Is Stuck in Immigration Detention

Posted in: Spot / International News Wire | Comments Off on Gay Asylum-Seeker Is Stuck in Immigration Detention

Advocate.com

denis davydov
Denis Davydov

Denis Davydov, 30, a gay HIV-positive Russian asylum-seeker, has been detained for a month at an Immigration and Customs Enforcement center in Florida since returning to the United States after visiting the U.S. Virgin Islands, reports KPIX, a TV station in San Francisco.

Davydov came to the U.S. legally in 2014, but he overstayed a six-month visa. After he was detained by ICE, he applied for political asylum, said Sergey Piskunov, a member of RUSA LGBT, a Russian LGBT group.

“He’s a gay man and HIV-positive,” Piskunov told KPIX. “Russia is not the best place for either of those and he’s a combination of both.”

He was detailed by federal agents at an airport when he was on his way home to the Bay Area. “They checked his documents, and he said they were trying really hard to find something wrong,” Piskunov said. “They put him on a plane to Miami and transported him to Florida.”

A spokesman for ICE in Florida confirmed to KPIX that Davydov is in the agency’s custody. Davydov is currently receiving HIV medications in detention, but he needs doctor and hasn’t been given acesss to one, Piskunov told KPIX. “This is one of the reasons we really want to get him out of there,” Piskunov said.

Piskunov is afraid of what might happen to Davydov if he is deported to Russia. “I believe he’s not going to live too long,” Piskunov said. “We have several friends in common who passed away because of HIV consequences.”

“They have money for war in Ukraine, Crimea, Syria — they have money for all these military expenses but they don’t have money for the medical system,” Piskunov said of Russia. “And they don’t care.”

Russia has been a center of controversy recently, after reports emerged that gay and bisexual men are being rounded up and detained in camps in Chechnya, a semiautonomous republic within Russia. A Russian newspaper reported that at least 100 men have been detained and three men killed. Russian President Vladimir Putin and Chechen authorities continue to deny the reports, despite survivors speaking out about the torture they faced in the camps.

gayglobeus @ April 28, 2017

‘My mother came out as gay when I was eight’

Posted in: Spot / International News Wire | Comments Off on ‘My mother came out as gay when I was eight’

Telegraph.co.uk

My mother married my father in 1993, when I was seven, but left him a year later. One morning, we were in the car on the way to school when Mum said that she had something important to tell me: that she was in love with a woman.

It didn’t seem a big deal to me. Mum asked me if I understood what being gay meant. I said ‘yes’, and we carried on talking about what I was doing after school.

Mum has since admitted that, at the time, she wasn’t sure if I was too shocked to talk or if I was really as nonchalant as I seemed. But I know for sure the latter is true. At eight, I just accepted the situation as it was.

As an only child, I stayed with my father while Mum moved in with her new partner, then I joined them a few weeks later. My father (who passed away three years ago) wasn’t one to talk about emotions, and it took him some time to accept Mum’s new life. I remember him cutting Mum’s partner’s face out of all their wedding photos, which she had been invited to as a work colleague of my mother. But after the initial shock, my parents managed to remain friends, and they didn’t officially divorce until I was 18.

I didn’t tell people at school. They just thought Mum lived with her friend

Despite my own acceptance, I didn’t tell any of my friends. They just thought Mum lived with a friend. At first, my grandparents on my mum’s side were the only other people who knew, and although they were understanding in private, they didn’t tell family or friends until years later. While frustrating at the time, my mother and I can both now see it from their point of view: they were born in a very different era.

I didn’t always get on with my mum’s first partner, but a few years later Mum met Mandy (whom she’s now been with for 18 years), and we bonded from the start. Life at home became easier, but as I hit my teenage years, outside it got harder. I was at an all-girls Catholic school, where the word ‘lesbian’ was thrown around as an insult. When friends came to stay, Mandy would sleep in the spare room, and I only revealed the truth to friends I could trust.

In the final year of school, my friend’s brother told everyone that my mum was a lesbian. It was hurtful to be whispered about behind my back, but the repercussions I had dreaded with teachers and friends didn’t happen. In the end, he did me a favour. From that moment on, when asked anything about my parents, my answer has been a simple, ‘I have two mums.’ 

When I began dating guys, I decided I would always be open, although not necessarily on the first date. I’ve had some creepy responses, in a ‘can I watch?’ sort of way. Needless to say, those relationships never went any further.

gayglobeus @ April 28, 2017

Crying Congressman Begs God To Forgive U.S. For Abortion, Gay Marriage, Secular Schools

Posted in: Spot / International News Wire | Comments Off on Crying Congressman Begs God To Forgive U.S. For Abortion, Gay Marriage, Secular Schools

Patheos (blog)

An obnoxious display: Crying Congressman Randy Weber begs God to forgive the U.S. for the “sins” of legal abortion, marriage equality, and secular schools.

In an embarrassing display of religious based ignorance, Rep. Randy Weber begs his imaginary God to forgive America for the imaginary “sins” of legal abortion, marriage equality, and secular schools while appearing at the annual “Washington – A Man of Prayer” event, held in Statuary Hall inside the U.S. Capitol.

Right Wing Watch reports a tearful Rep. Weber opened his remarks with a modified version of the  Lord’s Prayer:

Almighty God, which art in heaven, hallowed be thy name. Lord, thy kingdom come, thy will be done, on earth here in the halls of Congress in our nation’s capitol.

Of course, the congressman is mistaken. It’s not the Lord’s will that is to be done in the halls of congress, it is the people’s will.

The crying congressman continued:

Lord, I’m confessing several of the sins our nation has been so emboldened to embark upon… Lord, we have endeavored to try and kick your word out of public schools. Father, we have endeavored to take the Bible out of classrooms, the Ten Commandments off the walls.

Oh, Lord, forgive us. Father, we think we’re so smart, we have replaced your word and your precepts with drug-sniffing dogs, with metal detectors, with uniformed police officers in our schools. Oh, Lord, forgive us.

Father, we have trampled on your holy institution of holy matrimony and tried to rewrite what it is and we’ve called it an alternate lifestyle. Father, oh Father, please forgive us!

Lord, we have gone to killing the most innocent amongst us. Your servant Moses warned in Deuteronomy 30:19 for us to choose life so that we and all our descendants might live. Father, we’re killing our descendants and we’re calling it a choice! Oh, God in heaven, forgive us, please.

Weber’s prayer is obnoxious, and a revolting display of the mean-spirited ignorance which is the hallmark of the conservative Christian. His tears, whether manufactured or sincere, are only icing on his bitter cake of intolerance and bigotry.

For the record, marriage equality, legal abortion, and secular schools are something every American should take pride in. Such developments reflect moral progress, and a fulfillment of the secular values upon which this nation was founded.

As for Weber, he is a hypocrite, a mean-spirited Republican from Texas, a member of the Freedom Caucus, a man who would force a woman to give birth and carry a fetus to term against her will, and then turn around, walk away, and let that same woman and child go homeless and starve on the street corner rather than fund assistance programs to help women and children in need.

Reporting on the story, Joe.My.God. opines:

Weber has long been one of the most prolifically anti-LGBT members of Congress and has introduced multiple bills to block same-sex marriage. Weber has called President Obama a “socialist dictator” and once posted a now-deleted tweet that compared Obama to Hitler. Not deleted is his tweet saying that in Obama’s case, POTUS stands for “Poor Obama Trashed U.S.” Praise White Jesus.

Bottom line: Crying Congressman Randy Weber is more concerned with serving his religious superstition than he is in fulfilling his oath to support and defend the U.S. Constitution. As such, he represents everything wrong with the U.S., and is a disgrace to his office.

gayglobeus @ April 28, 2017

Idaho man gets 28 years in beating death of gay man

Posted in: Spot / International News Wire | Comments Off on Idaho man gets 28 years in beating death of gay man

Reuters

An Idaho man who killed a gay man by kicking him up to 30 times with steel-toed boots was sentenced on Wednesday by a federal judge to 28 years in prison, prosecutors said on Thursday.

In February, Kelly Schneider, 23, of Nampa, pleaded guilty to a federal hate crime for attacking Steven Nelson last year at a remote wildlife refuge while repeatedly using a homophobic slur, acting U.S. Attorney for Idaho Rafael M. Gonzalez said in a statement on Thursday.

“Steven Nelson was assaulted, and later died, because he was gay,” Gonzalez said.

Schneider was also sentenced to 28 years in prison earlier this month on a state charge of first-degree murder in Nelson’s death, court records show.

Schneider’s federal sentence will be served concurrently with the state sentence, U.S. prosecutors said. He is being held in an Idaho jail until authorities determine where he will serve out the remainder of his sentence.

Schneider was contacted by Nelson the evening of April 27, 2016, after Schneider posted a shirtless photograph of himself in a solicitation for sex on the website backpage.com, federal authorities said. The pair met the next evening, when Schneider took Nelson’s money but did not engage in a sexual act, court records show.

Before that encounter, Schneider told his friends that he was not gay and would not let anyone who was touch him, prosecutors said. Schneider had promised Nelson a sexual encounter when the pair went to an isolated spot within Deer Flat Wildlife Refuge in southwest Idaho on April 29, according to authorities.

Instead, Schneider attacked Nelson at the wildlife area, kicking him 20 to 30 times with steel-toed boots while repeatedly using a homophobic slur, prosecutors said.

Nelson did not resist throughout the assault and died of his injuries later that day, authorities said.

gayglobeus @ April 28, 2017

Bill Introduced in US Senate to Ban Anti-LGBTQ ‘Gay Cure’

Posted in: Spot / International News Wire | Comments Off on Bill Introduced in US Senate to Ban Anti-LGBTQ ‘Gay Cure’

teleSUR English

“So-called ‘conversion therapy’ is nothing more than child abuse,” Human Rights Campaign President Chad Griffin said.

A bill banning a pseudo-scientific anti-gay treatment known as “conversion therapy” has been introduced to the U.S. Senate floor. If passed, the bill would prevent the use of treatment that purports to “cure” LGBTQ people of their sexual orientation or gender identity.

Backed by about 70 Democratic members of Congress, the Therapeutic Fraud Prevention Act of 2017 would grant the Federal Trade Commission the power to classify the highly controversial practice and its practitioners as fraudulent. The bill was introduced Tuesday.

“The bill is very simple,” California Representative Ted Lieu, who introduced the bill, told The Washington Post.

“It says it is fraud if you treat someone for a condition that doesn’t exist and there’s no medical condition known as being gay. LGBTQ people were born perfect; there is nothing to treat them for. And by calling this what it should be, which is fraud, it would effectively shut down most of the organizations.”

The invasive counseling method has already been banned or heavily curtailed in seven states and several cities, but still enjoys support from diehard social conservatives in President Donald Trump’s Cabinet, including Vice President Mike Pence. The therapy is often conducted by practitioners who are unlicensed and have religious, not medical, training, experts say.

According to the American Psychological Association, APA, the psychological treatment is rooted in antiquated 19th-century views equating non-heteronormative sexual orientations with “either a criminal act or a medical problem, or both.” Past iterations of the so-called “ex-gay therapy” commonly entailed the use of drugs that induced vomiting and paralysis, electric shock therapy and other forms of torture that were applied when patients had “same-sex erotic” thoughts.

Contemporary practices include psychoanalytic and disciplinary measures such as making individuals snap their wrists with rubber bands to suppress sexual impulse.

In August 2009, the APA adopted the “Resolution on Appropriate Affirmative Responses to Sexual Orientation Distress and Change Efforts,” which forcefully argued that the homophobic “reparative” treatment relied wholly on anti-gay bigotry and a clear distortion of scientific data.

“So-called ‘conversion therapy’ is nothing more than child abuse and those who inflict it on others must be held accountable,” Human Rights Campaign President Chad Griffin said in a statement Tuesday.

“Now more than ever, we must send a clear message to the LGBTQ community — and especially LGBTQ young people — that who you are is not something that needs to be fixed.”

gayglobeus @ April 28, 2017

Charlie Carver Reveals His Late Dad Was Gay: “I Didn’t Wanna Be Like Him”

Posted in: Spot / International News Wire | Comments Off on Charlie Carver Reveals His Late Dad Was Gay: “I Didn’t Wanna Be Like Him”

newnownext

More than a year after coming out publicly as gay/a>, Charlie Carver has opened up about his late father, who was also gay.

Carver recently admitted to Attitude that when he his father came out to him at age 12, he initially resented him.

 “In the way that sons and fathers can have beef regardless of [sexual] orientation, it was just something where I wanted to be able to define myself, set my own rules, and I felt like I had all of a sudden someone who I was gonna be forced to become, and I didn’t wanna be like him,” Carver explained.

The Teen Wolf star went on to say that his father’s openness eventually did help him to come to terms with his own sexuality.

“I think he taught me, in the way that he lived his life, that your sexuality doesn’t define you,” he said.

“It’s an important part of who you are, but he had such a rich life… And I think because I was frustrated by what I would call some of his own internalized shame, that it almost became this challenge to really get to the bottom of that quickly, for me.”

“It kind of propelled me into being louder and brasher and more experimental,” he concluded. “And I think that hurt his feelings sometimes, but I think he was also grateful.”

Carver, who’s best known for his roles in Desperate Housewives, Teen Wolf and The Leftoversalongside his straight identical twin Max, struck out on his own earlier this year to appear in Dustin Lance Black’s LGBT miniseries When We Rise.

gayglobeus @ April 28, 2017

Faith-based homeless shelter apologises after rejecting donation from gay choir

Posted in: Spot / International News Wire | Comments Off on Faith-based homeless shelter apologises after rejecting donation from gay choir

The Independent

A faith-based homeless shelter that looks after children aged between 10 and 17 has apologised after it rejected a $3,000 (£2,300) donation from a gay choir.

Public perception had led the board at Hearts With A Mission to turn down the money, which was raised by concert featuring the Portland Gay Men’s Chorus.

The choir said it wanted to make the donation because 40 per cent of homeless youths are from the LGBT community.

Hearts With A Mission Executive Director Kevin Lamson said the initial decision was not taken lightly.

“By branding something with our logo, what we are essentially doing is endorsing it,” he told the Mail Tribune. “It’s a shame that that factors into how somebody else perceives our organisation.”

The non profit organisation has now apologised and three board members have resigned over the controversy, Kobi-5 reported.

Hearts With a Mission board member Ann Hitchcock, accepted the incident had been handled incorrectly.

“We would like to extend an apology to our community. We also want to sincerely apologise to the LGBTQ community for the hurt and offence we have caused you,” Ms Hitchcock said.

“The board originally made the decision to reject the funds to avoid undue controversy, clearly that didn’t happen so today was an opportunity for the board to recognise publicly and to the community that they had made a mistake,” Program Director Sharon Rush added.

The donation instead when to the Maslow Project, an organisation similar goals.

gayglobeus @ April 28, 2017

The Political Pleasure of Gay Sex and Tom of Finland

Posted in: Spot / International News Wire | Comments Off on The Political Pleasure of Gay Sex and Tom of Finland

Jezebel

Photo: Kino Lorber

The filmmakers involved in the biopic Tom of Finland, which is playing at this year’s Tribeca Film Festival, didn’t necessarily set out to be political, but the subject’s inherent politics nonetheless surfaced in the six or so years since they began making it. Tom of Finland tells the life story of Touko Laaksonen, the gay artist born in 1920 whose explicit drawings of pneumatic, happy-go-lucky, often leather-clad men engaged in all kinds of configurations of gay sex date back to the ‘40s and would become globally iconic by the ‘80s.

“What’s happening in the world—in Chechnya and Iran—is making it a political movie,” said Pekka Strang, who plays Tom, during an interview at New York’s Smyth Hotel. “We don’t have a political agenda, we’re telling a story, but the world’s in a strange place so the perspective is a bit different than a few years ago.”

Laaksonen, like present-day gay men in Chechnya and Iran, faced persecution for his sexuality from the likes of cops patrolling the cruising parks he frequented and from countries that had restrictions on the portrayal of sex (especially gay sex) in art. But even more universally resonant today was the sunny tone that dominates much of Laaksonen’s some 3,500 drawings. Tom’s men were invested in the fun of sex and are largely free of the pathos and shame that have been culturally associated with sex among gay men (and that some gay men having this sex even today still struggle to shake). The shameless smiles of Tom’s men were ahead of their time, and they remain so even in 2017.

As a biopic, Tom of Finland is fairly straightforward, showing Laaksonen’s early days serving in World War II to the blossoming of his career in the ‘50s, ‘60s, and ‘70s (his public career launched with the publication of non-explicit pictures of his were published in muscle/bodybuilding magazines) to his ‘80s journey to America, where he was embraced as an icon of sex positivity and liberation. Given the kink present in Laaksonen’s work, the movie is neither as explicit nor as sanitized as it could be—there are frank depictions of cruising and gay sex—and it deftly juggles Laaksonen’s private sex life, his public profile, and his somewhat fraught relationship with his sister Kaija (Jessica Grabowsky), who did not know about her brother’s art for decades and then forbade him to come out from behind the Tom of Finland moniker so as not to risk sullying the family name. A particularly intricate point of tension arises during the film’s depiction of Laaksonen’s relationship to the AIDS crisis that began in the early ‘80s (in the movie, he feels responsible for promoting the gay sex that soon became linked to a deadly virus), though Tom of Finland lacks a serious examination of the body ideals Laaksonen’s envisioned and then later, through things like steroids, became a reality.

I spoke with Strang, Grabowsky, and the film’s Finnish director Dome Karukoski about Tom of Finland, and below is an edited and condensed transcript of our discussion.

Photo: Kino Lorber

JEZEBEL: What familiarity did you have with Tom’s work prior to making the movie?

Dome Karukoski (director): I’ve had different phases with Tom’s life and art. The first is you remember when you’re a small boy growing up and I remember these moments when one of my friends had either stolen or found a comic book, it must have been a Kake, and us giggling about the big penises and just what was happening. It just felt fun.

The secondary then was when [screenwriter and producer] Aleksi Bardy suggested that we should do a film about Tom of Finland, I took out a couple of his biographies and just learned about his histories. I knew a lot about the art, but nothing about Touko. I was mystified. After the Finnish gay promotion law [similar to Russia’s current gay propaganda law] was overturned in 1999, the art started popping out, there was a mystery behind it.

Pekka Strang (“Tom”): I knew very little about Touko Laaksonen, because I don’t think anyone did. The Tom of Finland brand is much bigger than the guy behind the art. I have some blurry memories of the images. When you see them, you feel like you aren’t seeing them for the first time—that you’ve seen them somewhere before.

Jessica Grabowski (“Kaija”): I didn’t know about the artist, but I felt like the art has always been in my life.

Given Tom’s work and the movie’s theme I wonder if everyone here is comfortable talking about their own sexual identity and how it relates to making such a gay movie.

Strang: I’m comfortable talking about it. The question I’ve been answering in Finland is, “How does it feel as a heterosexual man to play a gay character?” The question feels really 1950s.

Karukoski: I’m a heterosexual man directing a film about a gay icon, so I could feel I had that pressure of hopefully I don’t fuck it up, basically. Because of that pressure I did a very, very intense research period of five years interviewing the Tom of Finland foundation, spending a lot of time with them and Tom’s friends. I had several gay friends who would read the treatments and long synopses of the script and the script versions.

For me it was very important to be self-aware and understand that I’m a heterosexual and the way you look at a man or a penis is different. So the nuances would be right, we filled the film—most of the extras, most of the people in front of the cameras were gays and huge Tom fans. As a director it was easier to go into a gay bar or a gay love scene as we see in the film and it was just giving directions and the guys just made the scenes. It was important to me for their looks and their feels and their passion in the scenes would be right in the gay scenes. Then again you have another thing, the relationship between the sister or the relationship with the family or the relationship with the war, which is a very universal and relatable thing in Finland. It was kind of understanding it, but at the same time, it’s vital to understand that I have to do even more research on this than normal.

Strang: When you go into a culture that’s not your own, or an area where you’re the minority, you have to be really sensitive. The thing I learned was that love doesn’t have a gender. When you meet someone and you fall in love, it’s not about identity. It’s just about two human beings meeting.

When you step into the shoes of people who have been beaten or questioned for their existence, it’s a sad moment to understand that it’s happening all the time, still. Not only about sexuality but race and nationality. Those are things you can’t choose. You’re born into this life with those things and to be oppressed for things you can’t choose is really cruel. The road is much rockier than for us who can go out there and never question ourselves.

Karukoski: Another thing that has changed in six years is I have a deeper understanding of male beauty. Six years of basically just looking at catalogs and catalogs of hot guys and looking at Tom’s drawings, I think I look at the male body differently. I think that’s changed for me forever. The way I look at things in the gym. During the gym scenes, when I would look with my assistant and there’d be a hot guy in the scene, and it was her birthday and she’d be like, “Is that my birthday present?” And I totally understand. Five or six years ago, I’d maybe understand but not on this level. I understand how she sees the sexuality of the man. The look and the charisma and the muscle as an add on that charisma, I think I became very much more aware of that.

Do you think Tom created this standard of male beauty, or did he merely put his finger on certain markers of masculinity that those who appreciate the male form would naturally enjoy seeing emphasized?

Karukoski: It was both inspiration and influence.

Strang: The greatest artists always pick up on something that’s happening already and then they do it and you can’t really say what came first. I think he inspired but he was also a visionary. Just to draw these drawings in the ‘50s, ‘60s, ‘70s. You can’t predict the future but you can change the world with pictures and I think he did.

Strang: He drew his own utopia, and then he got to see it.

What strikes me as most relevant in his drawings today is the light and non-pathologized vision of gay sex, which is still something that our culture has a hard time conveying.

Strang: The most scary part of his drawings is the liberated part—the total liberation of sexuality. That’s what scares people. “Am I also that liberated? Why am I living in this corner of life.” I think that’s a wonderful gift he gave all of us—to be open and to accept that grown-up people can do whatever they want with each other. If you don’t like it, you don’t have to join it. But you can’t start moralizing someone else for doing it.

Karukoski: That was the message we wanted to convey. In a way the movie is an allegory, kind of a continuation of Tom’s message. That is the element of dance your way out of the movie theater, without shame and in light.

Jessica, what do you make of working in such a male-dominated setting?

Jessica: I kind of feel at home. My mother used to be an air hostess so I’ve hung out with a lot of gay people since I was young. Most of my male friends are gay.

The movie doesn’t touch on Tom’s depictions of men having sex in Nazi uniforms. Why was that left out?

Karukoski: It’s complicated. He idolized Hugo Boss, [and thought] the Nazi uniform being the sexiest in the world. He didn’t care about the Nazi mentality. You have to understand also that to protect the country from Russia, [Finland] had to ally with Germany. Otherwise the Soviet Union would have just taken us. So you have German guys that are basically protecting the country. It’s a very complex thing we talked about with the screenwriter that if we added to the film would need 15 minutes of screen time just to explain that he wasn’t idolizing Nazis. He had a love affair with a German pilot that died and you have that in the film and it’s, “Oh, he was having sex with the Nazis.” You get a lot of that, especially here. It was just impossible. We decided, “OK, we’ll just leave it out. It’s Wikipedia material.”

gayglobeus @ April 28, 2017

Harry Styles: ‘Gay rights are fundamental, not political’

Posted in: Spot / International News Wire | Comments Off on Harry Styles: ‘Gay rights are fundamental, not political’

NME.com

Singer’s single ‘Sign Of The Times’ recently topped UK singles chart

Harry Styles has spoken out in support of gay rights.

The former One Direction singer said that he sees gay rights as of central importance, rather than something that should be used for political gain and control.

In an interview with French talk show Quotidien, which you can watch below, when asked about gay rights, he said: “That doesn’t feel like politics to me. Stuff like equality feels much more fundamental.

“I feel like everyone is equal. That doesn’t feel like politics to me.”

 Styles has in the past been a proud supporter of LGBT+ rights, once dancing around on stage with a pride flag, to celebrate equal marriage.

The singer also recently dropped his strongest hint yet that he’ll be playing Mick Jagger in a Rolling Stones movie.

When asked by Graham Norton, a series of questions giving only facial expressions as answers, Styles merely gave a cheeky smile.

Styles, who launched his solo career earlier this month, dismissed claims he’d eaten dog and used sheep’s placenta to aid his smooth skin, but gave another cheeky smile when asked about his possible casting in the forthcoming Han Solo movie.

Despite the lead role having gone to Alden Ehrenreich, Styles was reportedly at the top of Disney’s list for the part. There was a chance that story was merely internet speculation, but Styles’ reaction suggests he did audition for the part.

The singer also recently cleared up rumours that he once contracted chlamydia from a koala bear.

 Styles will release his debut album next month. He recently gave his first solo interview to film director and former journalist Cameron Crowe for Rolling Stone.

In it, Styles revealed how he had recorded in Jamaica, made carrot cake for Stevie Nicks and didn’t rule out a One Direction reunion at some point.

 

gayglobeus @ April 28, 2017

Protests Highlight Fort Lauderdale Mayor’s Prayer Breakfast Over Anti-Gay Guest Speaker

Posted in: Spot / International News Wire | Comments Off on Protests Highlight Fort Lauderdale Mayor’s Prayer Breakfast Over Anti-Gay Guest Speaker

NBC 6 South Florida

The annual Fort Lauderdale Mayor’s prayer breakfast wrapped up this morning with mixed reaction – as a group of advocates for gay rights came out to rally in favor in support of the LGBTQ community.

The controversy started during the 55th annual breakfast at the Ft. Lauderdale Convention Center. The private event featured a keynote speech from Jim Daly from Focus on the Family – a Christian conservative ministry that condones gay conversion therapy and is opposed to marriage equality and transgender rights

Protesters were upset that the city was paying for the event headlining a religious figure.

“It’s our mayor, it’s our tax payers dollars going to welcome this hate and that’s where we have a problem with that,” said LGBTQ supporter Michael Gagne. “We elected him (Seiler) to represent us in the gay and lesbian community.”

The night before the prayer breakfast, City Commissioner Dean Trantalis – who is openly gay – announced that he would not attend the 55th annual event because of Daly leading the group, which openly believes in gay conversion therapy and opposes marriage equality and transgender rights.

“I would not want any hint of perception that I was condoning the work of Focus on the Family or helping provide Mr. Daly a platform. It is truly unfortunate that Mr. Daly was invited to be the keynote speaker when the Mayor’s Prayer Breakfast should be a place for bringing all segments of Fort Lauderdale together in a spirit of peace and harmony”, said Trantalis.

Ft. Lauderdale Police and Broward Sheriff’s officials were on scene throughout the demonstration and inside the convention center.

gayglobeus @ April 28, 2017

Study confirms some men use anti-gay and sexist jokes to shore up their masculinity

Posted in: Spot / International News Wire | Comments Off on Study confirms some men use anti-gay and sexist jokes to shore up their masculinity

ThinkProgress

CREDIT: iStockPhoto/XiXinXing

A new study in the journal Sex Roles confirms that the more insecure that heterosexual men are about their masculinity, the more likely they are to use anti-gay and sexist humor in an attempt to shore it up.

The study, from researchers at Western Carolina University, assessed how heterosexual men responded to various forms of humor when they felt their masculinity was being questioned. The men who placed more value on how they conform to expectations of masculinity were more likely to embrace humor that denigrated women and gay men if they felt they had to prove that their masculinity was in check. And they even admitted that’s what they were doing.

“Precarious manhood beliefs” (PMB) is a term used to define how rigidly men feel compelled to conform to traditional masculine roles. Those with a high PMB are more likely to be sensitive to threats to their masculinity, and to respond to those threats with anxiety and attempts to reassert their masculinity.

In the study, the men were told to imagine they were being hired to be comedy writers. First they had to take a personality inventory, which was used to inform some of the participants that they had registered as being more suitable to prefer “male-oriented” or “female-oriented” forms of comedy. Then they were asked to rate what kind of jokes they thought were funny, including sexist jokes, anti-gay jokes, anti-Muslim jokes, and some neutral jokes.

Men with a high PMB score who were told they were more suited for “female-oriented” comedy were significantly more likely to find the sexist and anti-gay jokes funnier. The effect did not translate to the anti-Muslim and neutral jokes, indicating that it was a direct response to the perceived threat to their masculinity. High-PMB men who were not told they were more suited for “female-oriented” comedy were more likely to find them funny than the low-PMB men, but they did not show the same spike.

CREDIT: SpringerLink/Sex Roles

The researchers replicated the study and added a new component in the second experiment. Participants were asked whether their responses to the jokes would help a prospective manager “form a more accurate impression” of their personality.

Not only were the results nearly identical, but the added variable also confirmed that the participating men were intentionally trying to correct impressions of their masculinity. As the study explains, “When men who scored higher in precarious manhood beliefs experienced a threat to their masculinity, they believed their ratings of sexist and anti-gay jokes, but not anti-Muslim jokes or non-disparaging neutral jokes, would help their hypothetical manager form a more accurate impression of them.” The higher their PMB score — i.e., the more rigid their conformity to masculinity — the more likely the threatened men were to believe their responses to the jokes denigrating femininity would improve a manager’s impression of them.

The study specifically examined humor that researchers defined as “anti-gay,” not necessarily other types of jokes about men of any sexual orientation who may not adhere to societal expectations about gender norms.

Lead researcher Emma O’Connor told ThinkProgress she thought it was important to study why some men engage in this type of humor because it helps explain “how disparaging humor is used as a way to express subtle prejudice and discrimination and how these men in particular may use expressions of prejudice as a way to defend and reaffirm their threatened masculinity.”

She cautioned that this effect can not be generalized to all men, as it was only demonstrated in those who “view their masculinity as unstable or in need of defense.” Indeed, the results seem to suggest that men with low PMB scores who were (arbitrarily) told they were more oriented toward female comedy were the least likely to find the sexist and anti-gay jokes funny. Apparently doubling down on being comfortable or approving with femininity, they may not have even felt “threatened” by the association.

These results have implications beyond just comedy writing. The study offers, as an example, that the findings could be incorporated into a work setting where women occupy positions of authority, which might inherently trigger a masculinity threat and thus denigrating joking and similar forms of sexual harassment:

By understanding men’s need to affirm masculinity as a motive for engaging in sexist humor, managers could more effectively respond to incidents of sexist humor as they occur, and possibly even prevent it. For instance, they might more closely monitor workplace settings that could trigger masculinity threats and subsequent sexist joking, or they might attempt to reduce the extent to which men perceive masculinity threats in those settings in the first place.

O’Connor also pointed out that humor is often considered “a socially acceptable vehicle of expressing discrimination.” Sexist and anti-gay humor “may be used as a way to subtly express prejudice” against women and gay men. This, in turn, can have what the study calls “unique deleterious social consequences,” such as fostering the acceptance and perpetration of discrimination against women and the LGBT community.

Finding ways to respond to this kind of humor or at least recognize what’s provoking it could go a long way to reducing various forms of bigotry throughout society.

gayglobeus @ April 28, 2017

Le Pen’s father says gay marriage “exalted” in ceremony for dead policeman

Posted in: Spot / International News Wire | Comments Off on Le Pen’s father says gay marriage “exalted” in ceremony for dead policeman

Reuters

A remembrance ceremony for the policeman killed last week by an attacker in Paris “exalted” the concept of gay marriage, far-right presidential candidate Marine Le Pen’s father said on Friday, courting controversy for his daughter’s campaign.

Jean-Marie Le Pen, the National Front (FN) party founder from whom his daughter has sought to distance herself because of his controversial views, criticised a speech made at the ceremony by the dead policeman’s partner earlier this week.

“The long speech he made in some way institutionalised homosexual marriage, exalted it in a public way, and that shocked me,” Le Pen said in an interview on his web site.

Marine Le Pen is the underdog in the coming run-off vote for the presidency against Emmanuel Macron, the centrist candidate.

The legalisation of gay marriage was one of the flagship actions of outgoing President Francois Hollande’s five years in office, a move that was popular with many people in France but controversial with a large socially conservative section of society.

The comments by 88 year-old Le Pen senior came as another controversy he is linked to came back to haunt his candidate daughter.

Earlier on Friday the FN announced that Jean-Francois Jalkh, a vice-president of the party who was earmarked to replace Marine Le Pen as party leader for the duration of the presidential campaign, had decided to stand aside over allegations – which he strongly denies – that he was a Holocaust denier.

Jean-Marie Le Pen was expelled from the FN in 2015 for his saying that World War Two Nazi gas chambers were a “detail” of history.

(Reporting by Andrew Callus; editing by John Irish)

gayglobeus @ April 28, 2017

Landmark win for gay Hong Kong civil servant over husband’s benefits

Posted in: Spot / International News Wire | Comments Off on Landmark win for gay Hong Kong civil servant over husband’s benefits

South China Morning Post

In a landmark victory with far-reaching implications for Hong Kong’s sexual minorities, a gay civil servant’s husband will be entitled to the same benefits as his heterosexual colleagues’ spouses after a successful legal challenge against government policy.

Wrapping up a case seen by advocates as a “rare judicial recognition” of the city’s gay community, the High Court on Friday rejected the Civil Service Bureau’s stance that it was denying benefits for same-sex spouses to protect “the integrity of the institution of marriage”.

Senior immigration officer Leung Chun-kwong, who married his partner, Scott Adams, in New Zealand in 2014, launched the challenge last year against the secretary for the civil service and the commissioner of the Inland Revenue Department, which was reluctant to recognise their union.

The Court of First Instance on Friday ruled in Leung’s favour against the bureau in an unprecedented decision that may have an immediate bearing on other gay civil servants who married overseas. But it did not rule in his favour against the taxman.

In his 44-page judgment, Mr Justice Anderson Chow Ka-ming called the bureau’s policy “indirect discrimination” and rejected its assertion that the secretary had a justifiable aim “to act in line with the prevailing marriage law of Hong Kong” and not to “undermine the integrity of the institution of marriage … hence safeguarding public order”.

Chow wrote: “I am unable to see how denial of ‘spousal’ benefits to homosexual couples … legally married under foreign laws could or would serve the purpose of not undermining the integrity of the institution of marriage in Hong Kong, or protecting the institution of the traditional family.”

He added that he failed to see anything inherently wrong in recognising a same-sex marriage approved overseas, or how observing Hong Kong’s matrimonial laws could legitimately justify discrimination based on sexual orientation.

We were not asking for special treatment. We simply wanted to be treated fairly and with dignity
LEUNG CHUN-KWONG, SENIOR IMMIGRATION OFFICER

Leung said the court’s decision had significant implications. “The government is the biggest employer. The whole of Hong Kong will follow [this decision],” he said.

He urged the government to take the opportunity to review its policies instead of waiting to be legally challenged, a process he described as stressful, expensive and time consuming.

“We were not asking for special treatment. We simply wanted to be treated fairly and with dignity,” he said, adding that the court had “recognised and rectified a fundamental unfairness”.

The bureau said it would examine the judgment in detail with the Department of Justice to decide what it should do next. The Equal Opportunities Commission said there was a need for the government to review existing policies to ensure the protection of sexual minorities’ rights.

A permanent Hong Kong resident, Leung joined the Immigration Department in 2003 and met Adams in 2005. The two tied the knot on April 18, 2014 in New Zealand.

He ran into problems with the bureau when he tried to update his marital status after his wedding, prompting the legal challenge that centred on the Civil Services Regulations, which state that officers’ benefits can extend to their spouses.

Leung was not allowed to extend the benefits to his husband, which he argued violated the city’s Basic Law and Bill of Rights.

Solicitor Mark Daly, whose firm Daly & Associates handled the case, said the judgment contained words that marked “rare judicial recognition” of lesbian, gay, bisexual and transgender rights in the city.

“It is a small step forward,” he said, calling on the government, as the city’s biggest employer, to act as a role model.

But Leung’s challenge against the Inland Revenue Department failed.

After getting married, Leung had also tried to update his marital status with the department, but was told a same-sex marriage was not valid under the laws that govern taxation in Hong Kong.

Chow ruled that Leung failed in that challenge partly because a provision in the Inland Revenue Ordinance states clearly that a marriage is between a man and woman.

The tax Leung had to pay, however, was not affected by the status.

gayglobeus @ April 28, 2017

Theatre review: Bed and Breakfast charms with its view of gay life in a small town

Posted in: Spot / International News Wire | Comments Off on Theatre review: Bed and Breakfast charms with its view of gay life in a small town

Montreal Gazette

Real-life partners Paul Dunn, left, and Mark Crawford play more than twenty characters in Bed and Breakfast, switching from one to the other with lightning speed and admirable physical and vocal inventiveness.
Real-life partners Paul Dunn, left, and Mark Crawford play more than twenty characters in Bed and Breakfast, switching from one to the other with lightning speed and admirable physical and vocal inventiveness. DAVE SIDAWAY / MONTREAL GAZETTE

Stories of small-town gay characters packing their bags for the perceived freedom and openness of the big city are a familiar trope. Hats off, then, to playwright Mark Crawford for sending his characters in the opposite direction in his amiable two-man, multiple-character comedy, Bed and Breakfast.

Interior designer Brett and hotel concierge Drew have been a couple for eight years when life lobs a couple of lemons their way: they lose the Toronto condo they’ve been bidding for, and Brett loses his beloved aunt in a car accident. But a big, effervescent tumbler of lemonade can’t be far off. Sure enough, on attending his aunt’s funeral in an unnamed Ontarian town – the play premièred in Gananoque, which fits the bill nicely – Brett discovers he’s now the proud owner of her house. Having fallen in love with the town, the pair decide to try their hand at the guest house business.

Surprisingly, the eponymous bed and breakfast, sparsely but picturesquely evoked in Dana Osborne’s set design, doesn’t open its doors until well into Act Two. Before that, there are lots of well-observed if occasionally meandering scenes during which we get to know Brett, Drew and the various quirky townsfolk.

The mood is mostly frothy and fun. But small-town homophobia shows itself in various ways, whether through a snide limp-wrist action or a yelled insult from a passing truck. Crawford writes articulately about the pressure to revert to closeted caution when on unfamiliar territory.

Real-life partners Paul Dunn and Crawford (who replaces Andrew Kushnir from the original production) play the more than twenty characters, switching from one to the other with lightning speed and admirable physical and vocal inventiveness under Ashlie Corcoran and Krista Colosimo’s direction. Potential confusion is often kept at bay with an instantly recognizable catchphrase – Dunn’s evocation of a surly teenager given to shrugging off every question with “I dunno” is a particular delight.

Only once do they overplay their hand, when, in a scene influenced by the classic BBC sitcom Fawlty Towers, the chaos of the B&B’s disastrous opening night causes a muddled pile-up of character and incident.

Elsewhere, though, the precision of Dunn and Crawford’s playing, synchronized with Rebecca Picherack’s rapid-fire lighting design and John Gzowski’s wry sound effects, keeps things clear cut and crisply paced.

Not surprisingly, given Dunn and Crawford’s off-stage relationship, there’s a genuine chemistry between them that shows itself in the smallest gestures. When Brett wordlessly removes a white handkerchief from the breast pocket of Drew’s funeral jacket, it’s somehow both heartwarming and laugh-aloud funny.

Full of charm and quiet humanity, Bed and Breakfast is a lovely way to end both the Centaur’s 48th season and the almost ten-year tenure of director Roy Surette, who was shrewd enough to spot the play’s sunny, springtime appeal when he caught it at Gananoque’s Thousand Islands Playhouse.

AT A GLANCE

Bed and Breakfast plays at Centaur Theatre, 453 St-François-Xavier St., to May 21. Tickets: $51 (Thursday, Friday, Saturday evenings); $45 (Tuesday, Wednesday evenings); $39 (matinee); seniors: $43.50 (evening), $38 (matinee); under 30: $36.50; students: $28. Call 514-288-3161 or visit centaurtheatre.com

gayglobeus @ April 28, 2017

Russell Tovey and his dream role in ‘gay fantasia’

Posted in: Spot / International News Wire | Comments Off on Russell Tovey and his dream role in ‘gay fantasia’

BBC News

Russell ToveyImage copyrightJASON BELL
Image captionRussell Tovey is known for the role of werewolf George Sands in the BBC’s Being Human

Few stage productions attract the level of expectation which surrounds the National Theatre’s new revival in London of Tony Kushner’s 1990s play Angels in America. Its star cast ensured it sold out within days. But Russell Tovey says the gay drama was part of his life long before he signed up to act in it.

In 2006 Tovey, at 24, was in New York to appear in The History Boys on Broadway. But he already knew and admired Kushner’s play, mainly from the HBO version.

“Most days I ran around Central Park and the Bethesda fountain there became a pilgrimage point for me,” he says.

Russell Tovey in Central ParkImage copyrightRUSSELL TOVEY
Image captionRussell Tovey in the Central Park location that became a “pilgrimage point” for him

“In the play the statue of the angel Bethesda is a symbol of strength and hope and each day I would salute it. So in my old photograph albums I’ve got selfies with past lovers, friends, my family and my dog – all with the Bethesda fountain there behind us.

“So when I was asked to be in the play it was the easiest ‘yes’ ever. I feel I’ve astral projected this show to come my way.

“My character Joe is complex and interesting because he doesn’t even know himself properly. He’s a repressed homosexual and a Mormon and he’s moved with his wife from Utah to New York. Eventually he starts a relationship with Louis [played by James McCardle]. It’s more of a love story than people will probably expect.”

Louis has been in a relationship with Prior Walter, played in London by Andrew Garfield. But describing the play’s storyline is tricky: when the two halves were first seen at the National Theatre a quarter of a century ago critics and audiences loved the energy and the unclassifiable audacity.

Kushner subtitled the play A Gay Fantasia on National Themes; Tovey sees a play “about needing love and knowing yourself in a time of political upheaval”.

Angels in AmericaImage copyrightHELEN MAYBANKS
Image captionAndrew Garfield (front) plays Prior Walter who is ill with Aids, while Nathan Stewart-Jarrett plays the nurse Belize

Angels in America is two plays with a total running time of seven hours. The first half was first seen in San Francisco in 1990 when the Aids crisis was scaring a lot of people.

“The story starts mid-80s in the Reaganite period when there was very little recognition of what Aids was and far too little funding for research. Thirty years ago there was an almost total lack of understanding and empathy outside the gay community for what gay men were going through.”

In 1992 presenting an ambitious Aids epic was a bold decision for the National Theatre – though the gamble paid off. Tovey is passionate that in 2017 Angels in America shouldn’t be seen as a period retread.

Denise GoughImage copyrightHELEN MAYBANKS
Image captionDenise Gough plays Russell Tovey’s wife who moves with him from Utah to New York

“In lots of places attitudes to homosexuality have changed and as a gay man I see that as fantastic. But there’s still homophobia big time in this country and around the world. You read now about camps in Chechnya where they’re torturing people for being gay. Yes there’s marriage equality and more gay rights but there’s still a huge way to go to normalise homosexuality around the world.

‘This show couldn’t be more relevant because it’s about a political time when apparently you can forget about whole sections of society. In the US now it’s like time has gone backwards and there are states where they’re voting to take away gay marriage or Aids research funding. People’s rights are being removed. So it doesn’t feel like a time when we can all sit back in our chairs and say everything’s sorted now. Because it’s not.”

Tony Kushner and Marianne ElliottImage copyrightHELEN MAYBANKS
Image captionMarianne Elliott took on the challenge of directing Tony Kushner’s (left) epic

Angels in America has had 11 weeks of rehearsals. “The process hollowed us all. The greatest thing was getting the first audiences in and suddenly we were reinvigorated because they’ve loved it. Tickets are pretty hard to get hold of – but NT Live means people around the world can get to see the show in cinemas which is great.”

One of the main characters is taken from real life – the New York lawyer Roy Cohn who died of Aids in 1986 and who’s played by Nathan Lane. Tovey says Cohn reminds him of contemporary political figures in the US.

“Roy Cohn is a big, flawed character and any actor loves to play flawed characters. He’s fascinating in the way that Donald Trump is. Or maybe Kellyanne Conway – in the future that’s going to be a dream part for an actress. There are such contradictions and complications and it makes great drama.”

Tovey’s constructed a TV career based almost equally in Britain and in the US. For HBO he played the gay English boss of a San Francisco tech company in Looking. Since then he’s been in ABC’s Quantico, again as a gay Englishman. So does he worry that his out gay status might typecast him?

Russell ToveyImage copyrightHELEN MAYBANKS
Image captionRussell Tovey always wanted to do a big US show like Quantico but wants to remain living in London

“When I was younger I was sometimes worried about playing gay. Would I get stereotyped? In fact every gay character that’s been offered to me has had a unique story. To continue playing gay characters, as an openly gay actor, has been the most exciting thing ever to happen to me. Coming out gave me such a broad and magical landscape to explore as an actor. And it gave me so many personal experiences too: it’s been a huge benefit to me.”

Quantico is a mainstream drama series, though one that depicts gay relationships more openly than would have been possible even a few years ago. So is it very different from making a BBC series or something for HBO?

“I’d always wanted to do a big network series in America. What terrified me was that there’s no time to spare, no plan B if it’s raining or something goes wrong. You just keep shooting until you finish the schedule for the day. Sometimes you finish a scene and it can be on screen in an episode only two weeks later. And you can work to 4am. I would get days off but the crew would be there all the time. It’s like a different world and it’s marvellous but it’s mental. But once you face the challenge it’s excellent.

‘I adore London and I’ve no intention of leaving: I’m London through and through. I love my home too much – and my squad and my family and my life and my stuff. But working in San Francisco and New York is brilliant. I love having my visa renewed.”

Angels in America is playing at the National Theatre in London until 19th August. The two parts will be broadcast around the world as part of NT Live on 20 July and 27 July.

gayglobeus @ April 28, 2017

‘Yep, I’m Gay’: Happy 20th out anniversary, Ellen DeGeneres

Posted in: Spot / International News Wire | Comments Off on ‘Yep, I’m Gay’: Happy 20th out anniversary, Ellen DeGeneres

Hamilton Spectator

Hamilton Spectator

NEW YORK — With a headline of “Yep, I’m Gay” on the cover of Time magazine and the same declaration on her sitcom, Ellen DeGeneres made history 20 years ago as the first prime-time lead on network TV to come out, capturing the hearts of supporters gay and straight amid a swirl of hate mail, death threats and, ultimately, dark times on and off the screen.

The code-named “The Puppy Episode” of “Ellen” that aired April 30, 1997, was more than just a hit. It was one of those huge cultural “where were you” moments for anybody remotely interested in TV, or the advancement of LGBTQ people working in TV, or who were itching to come out of their closets at home at a still-perilous time.

Variety summed it up this way: “Climaxing a season of swelling anticipation, Ellen Morgan (the bookstore-managing alter ego of Ellen DeGeneres) finally acknowledges her lesbianism tonight in an ‘Ellen’ hour that represents television’s most-hyped coming out since Little Ricky came out of Lucy 44 years ago.”

The hype was real, fed by DeGeneres’ personal desire to end her secret-keeping at age 38 and to bring her TV character along for the ride. The offscreen act came first in Time by slightly more than two weeks, but “Puppy” was months in the making under lock and key, something that failed to matter when the script leaked and the world then waited.

Why risk it all? Because DeGeneres, one of America’s sweethearts then and now, was done with the lying and the hiding.

“It became more important to me than my career,” she said in a recent interview with The Associated Press. “I suddenly said, ‘Why am I being, you know, ashamed of who I am just to be successful and famous in society’s eyes?'”

The hate was also real. There was pulpit-pounding from conservatives, including full-page newspaper ads (the late Rev. Jerry Falwell called her “Ellen DeGenerate”). There was nasty mail all around, including some for guest star Oprah Winfrey suggesting that she “go back to Africa.” After “Puppy” wrapped, cast, crew and live audience were hustled out of the Burbank, California, studio because of a bomb threat.

Winfrey, who played Ellen’s therapist, told the AP she had no clue that “I would get the worst hate mail of my career.” She praised DeGeneres for having the courage to produce a “seminal moment for anybody who was hiding behind anything.”

The episode was watched by an estimated 44 million viewers. It won an Emmy for writing, a Peabody as a landmark in broadcasting and numerous other accolades. The attention coincided with a new and very public relationship for DeGeneres with her girlfriend at the time, Anne Heche, herself new to the out life.

The following season, DeGeneres’ fifth, was the last. It was a failure in terms of ratings. The network took to slapping “adult content” warnings on the show, something DeGeneres knew nothing about ahead of time. The season was bashed by some as unfunny and “too gay,” as was the out-and-proud DeGeneres herself as she lived life big with Heche offscreen. Sponsors fled and the show was cancelled.

DeGeneres went into a “hole,” a deep depression, where she stayed without work for more than three years. Laura Dern, among the guest stars on “Puppy” and happy to be included, didn’t work for a year after she played the out love interest to whom Ellen Morgan finally came out.

Ellen Garcia in San Pedro, California, is a gay, 47-year-old office administrator for a mental health nonprofit. She was 27 and out to just close friends and co-workers when she watched.

“How you feel about yourself, and how you feel about how society views you, plays a huge factor and that’s why this show was so significant, because it brought all those things out,” she said. “It made me feel normal.”

So what made it the right time for DeGeneres? Well, nothing, she said.

“There was every indication that I should not do it. My publicist at the time said, ‘Don’t do it.’ The studio, the network, everyone said (it),” she recalled. “I said, ‘You know, look, you may lose a show but you have thousands of other shows revolving through this door that come to you and you’ll have another show. This is my career. If I’m willing to lose my career for this, you have to let me do this.'”

The doing wasn’t easy. The first draft of “Puppy” was rejected by the show’s Disney point person. It took forever for script approval, with “Puppy” finally hitting air as the fourth season’s third-to-last show, a full hour as opposed to the usual half-hour. DeGeneres had thrown a bash at her California house for cast members and writers months earlier, at the top of the fourth, declaring then that she wanted to come out, but nobody was sure how it would all play out.

“I remember these walks from our offices to the Disney offices to see the big guys,” recalled Dava Savel, one of the executive producers and writers. “We walked with her and it was kind of like the Bataan Death March. We were like, ‘Ohhh, here we go.’ I remember Ellen crying on the way back when Disney finally gave her the OK.”

History was made. Friends gathered around TVs. The gay rights advocacy group GLAAD organized watch parties after an ABC affiliate in Alabama declined to air “Puppy.”

DeGeneres herself made a spectacular comeback, eventually, now the host of her own daytime talk show and America’s sweetheart at age 59. (President Barack Obama awarded her the nation’s highest civilian honour, the Medal of Freedom, last year.) Numerous gay leads followed on TV, yet advocates hope for still more diversity and accuracy in story and character development.

None of that mattered the night of April 30, 1997.

Eric Marcus, creator and host of the podcast “Making Gay History” and author of a 2002 collection of oral history of the same name, put it this way: “For everyday people, Ellen made gay OK.”

The Associated Press

gayglobeus @ April 28, 2017

Holocaust museum condemns ‘torture and killing of gay men’ in Chechnya

Posted in: Spot / International News Wire | Comments Off on Holocaust museum condemns ‘torture and killing of gay men’ in Chechnya

The Independent

The Chechen and Russian governments must investigate claims of persecution of gay men and protect LGBT rights, the US Holocaust Memorial Museum has said, as it condemned an alleged campaign of repression reported in Chechnya in recent months.

The museum’s director, Sara Bloomfield, said: “The Holocaust teaches us what can happen when state-sponsored, group-targeted violence is allowed to go unchecked. The reports about the targeting of LGBT persons in Chechnya combined with statements from Chechen officials seemingly endorsing violence are cause for great concern.”

Reports suggest Chechen leader Ramzan Kadyrov wants to “eliminate” the republic’s gay community by the start of Ramadan on 26 May, according to the UK Foreign Office minister Sir Alan Duncan.

“Human rights groups report that these anti-gay campaigns and killings are orchestrated by the head of the Chechen republic, Ramzan Kadyrov,” Sir Alan told Parliament.

More than 100 men have been rounded up and detained in secret prisons by authorities on suspicion of being gay in recent weeks, with many beaten and tortured, the Russian investigative newspaper Novaya Gazeta claimed. At least four are alleged to have been killed.

The Holocaust Memorial Museum recalled the purges of gay people in Nazi Germany during the rule of Adolf Hitler.

It said: “Gay men were targeted for persecution because they were viewed to be carriers of a ‘contagion’ that weakened society and did not contribute to the growth of the ‘Aryan’ population.”

Some 100,000 were arrested, with half sent to prison and up to 15,000 sent to concentration camps, it said.

gayglobeus @ April 28, 2017

Tim Farron refuses to say whether he thinks gay sex is a sin

Posted in: Spot / International News Wire | Comments Off on Tim Farron refuses to say whether he thinks gay sex is a sin

The Independent

Tim Farron has refused to say whether he thinks gay sex is a sin.

The Liberal Democrat leader and devout Christian has previously stressed he does not believe being gay is a sin, but has been challenged for failing to fully answer questions about his views on gay sex.

When asked if he believed having gay sex is a sin by Sky News journalist Darren McCaffrey, Mr Farron said: “Look, I’m not going to give you an answer to that question.

“One’s personal faith is one’s personal faith. What counts is your actions and beliefs in politics.”

The Lib Dem leader went on to say he had a “track record” of campaigning in favour of LGBT rights for over 30 years, the Huffington Post reported.

He said he “supports people’s right to love who they love, to be who they are, to marry who they marry.”

He added: “I am passionate about LGBT issues, it has been the heart of our party’s programme for decades and it will continue under my leadership to be.”

Mr Farron’s failure to answer the question was branded “offensive” by Labour MP Liz Kendall when she appeared on ITV’s Peston On Sunday.

“I think a lot of people will be appalled that he couldn’t bring himself to say that gay sex is not a sin,” Ms Kendall said.

“I think that’s pretty offensive and will rightly anger a lot of people. I think that was a really terrible interview to not be able to bring himself to say that.”

gayglobeus @ April 25, 2017

Aaron Hernandez ‘gay prison lover’ suicide note story is false and death ruling is questionable, says lawyer

Posted in: Spot / International News Wire | Comments Off on Aaron Hernandez ‘gay prison lover’ suicide note story is false and death ruling is questionable, says lawyer

CrimeOnline

The attorney who helped acquit Aaron Hernandez of double murder just days before the former NFL star hung himself in his prison cell says that a widely circulated story about a suicide note addressed to a purported prison boyfriend is not true.

Defense attorney Jose Baez told TMZ on Monday that reports claiming Hernandez left a suicide note to a ‘prison lover’ are not to be believed — and Baez indicated he wasn’t convinced his client actually took his own life.

Rumors of letters to a gay lover, in or out of prison, are false. These are malicious leaks used to tarnish somebody who is dead.

Hernandez was serving a life sentence at the Souza-Baranowski Correctional Center in Massachusetts for the 2013 murder of Odin Lloyd when he died.

Last week, Newsweek published a report claiming that law enforcement sources confirmed Hernandez had a romantic relationship with a fellow inmate, and that he had a previous relationship with a male high school friend — a secret that may have been a motive in the murder of Lloyd, who is believed to have known about the relationship, according to the Newsweek report.

The attorney, who as of late last week was reportedly launching an investigation into the circumstances of Hernandez’s death, told TMZ on Monday that he was not sure if the death was a result of suicide or foul play.

“There is still plenty we are investigating,” Baez said.

Hernandez was found hanged to death in his jail cell early Wednesday morning. A medical examiner ruled the death a suicide the next day.

On Monday, a judge ruled that Hernandez’s family be given copies of the three suicide notes that were reportedly found with his body. The Boston Globe had earlier reported that two of the notes were addressed to Hernandez’s fiancee Shayanna Jenkins, and his four-year-old daughter, respectively. The Daily Mail was among the first to report that a third suicide note was allegedly addressed to Hernandez’s purported prison boyfriend. On Monday, the Daily Mail revealed the identity of the inmate believed to be that boyfriend, citing sources within the Massachusetts correctional facility where both inmates were held.

gayglobeus @ April 25, 2017

Goldman Sachs Wants to Know if You Are Gay

Posted in: Spot / International News Wire | Comments Off on Goldman Sachs Wants to Know if You Are Gay

Fortune

Wall Street isn’t necessarily known for being gay-friendly. Yet Goldman Sachs is now asking prospective employees to come out as lesbian, gay, bisexual or transgender right when they apply for the job.

After the typical questions about a job applicant’s gender and race,Goldman Sachs(GS, +1.51%) asks candidates to indicate their sexual orientation via a drop-down menu including the choices bisexual, gay man, gay woman, heterosexual, lesbian, other, and “prefer not to say.” Following that, the application also queries: “Please indicate if you identify as Transgender.”

Goldman’s questions—neither of which typically pop up in polite conversation—may seem shocking at first. But it has a reason for asking.

” We ask for this data because we want to keep ourselves accountable,” says Anilu Vazquez-Ubarri, Goldman’s chief diversity officer and global head of talent. In other words, she says, the bank wants to make sure it is not unfairly discriminating against LGBT applicants.

Under Equal Employment Opportunity Commission rules first implemented in 1978, major employers are required to track their job applicants and employees’ nationality, race, and gender (though applicants are free to withhold the information). While the data is not part of hiring decisions, it can be used in employment discrimination cases that arise. The EEOC, however, does not mandate tracking of LGBT status, though it says federal discrimination protections extend to that community—even if the law does not explicitly say so.

But Goldman, whose benefits package covers sex reassignment surgery, decided to start measuring its own LGBT inclusivity roughly a year ago. Its method is similar to that of the commission: First, it asks candidates to self-identify. Then, it removes the data from the resume and interview process. Finally, after the hires have been made, Goldman checks if the proportion of LGBT applicants is reflected in the eventual group hired.

While the bank isn’t seeking to hit a specific target at the moment, it is hoping to increase its percentage of LGBT employees, which it plans to track on a monthly, quarterly, and annual basis.

“It is a competitive market. If we don’t do that outreach, it is possible that we have left the best candidate on the table,” says Vazquez-Ubarri. The bank also actively reaches out to LGBT groups on university campuses in a bid to bolster its diversity. “Hopefully, this will become a part of what everyone does.”

Employers now have an imperative to demonstrate that their values match those of the younger generations just starting their careers and entering the workforce. The majority of Millennials and Gen-Zs now support LGBT rights, which means that big companies such as Goldman have to step in line if they want to stay an attractive workplace, said Deena Fidas, director of the workplace equality program at the Human Rights Campaign.

Indeed, 89% of Fortune 500 companies have policies prohibiting discrimination based on sexual orientation, while 66% ban discrimination based on gender identity, according to the Human Rights Campaign.

So far, Goldman Sachs is the only bank queried by Fortune to have included such questions on its job application.

Its fellow banks including J.P. Morgan Chase (JPM, +1.12%), Morgan Stanley (MS, +1.17%), Citigroup (C, +1.24%), HSBC (HSBC, +1.20%), Wells Fargo(WFC, +1.69%), and Bank of America (BAC, +2.31%), have all stuck with the traditional script. None ask about sexuality, and most gave users the choices of “male,” “female,” or some variation of “do not wish to disclose” for gender. Wells Fargo only allows its applicants to choose either male or female, or leave the section blank.

By law, job applicants may of course choose to not answer the questions. Still, all those banks, regardless of whether they ask about it on their application forms, keep track of their employees’ sexual orientation through internal questionnaires later on.

One bank, HSBC, has begun allowing its customers to pick from a variety of gender neutral prefixes such as ‘Mx,’ in its account application. But the bank has not done the same for its job applicants.

For now, HSBC plans to keep its questions “strictly” about the demographic groups that require reporting under equal employment opportunity and affirmative action rules—though it would be open to making a change, says Terri Pearce, the bank’s head of learning and recruiting for the U.S.

To be sure, just tracking LGBT status within a company’s applicant pool isn’t necessarily enough to bolster the representation of that group in-house. Plus, some job hunters’ resumes contain hidden signs that can reveal their gender, race or even sexual identity even if they never explicitly disclosed them. That could put some applicants at a disadvantage in the hiring process, as studies have shown that resumes with a white, male-sounding name tend to do better than the same resume headed by a black, hispanic, female, or Asian-sounding name.

“There is this unconscious bias happening,” says Clair Farley, director of economic development at San Francisco’s LGBT Center. Farley advises LGBT job seekers not to come out until after a job offer has been made. Then, if the offer is rescinded, the litigation process is much simpler, she says.

“Where women and LGBT are first to be hired, they are also first to be fired,” Farley says.

gayglobeus @ April 25, 2017

Hackers flood Isis social media accounts with gay porn

Posted in: Spot / International News Wire | Comments Off on Hackers flood Isis social media accounts with gay porn

Telegraph.co.uk

Online commenters have praised an anonymous hacker’s efforts to disrupt the Islamic State militant group’s social media accounts by filling them with gay porn.

The hacker, who goes by the name WachulaGhost, started targeting the Isis accounts after being deeply affected by the notorious shooting at the Orlando Pulse nightclub in Florida in 2016, in which 49 people were killed and 53 wounded.

Isis later claimed responsibility for the massacre, carried out by US citizen Omar Mateen.

 WachulaGhost started targeting Twitter accounts that supported Isis, feeling that someone needed to “stand up” to the group.

His activities – and those of his Anonymous-affiliated cohorts – have been widely celebrated as stories of their successes appear online.

A hacked extremist Twitter account

WachulaGhost claims to have gained access to more than 250 social media accounts affiliated with Isis supporters and sympathisers – and has received threatening messages as a result of his efforts, which generally entail filling the accounts with rainbow flags, pro-LGBT+ messages, images of gay pornography and links to porn sites.

Speaking to CNN last year, he said. “I get beheading images… death threats. ‘We’re going to kill you’ and that’s good because if they are focusing on me they are not doing anything else.”

“We started to take over their accounts with porn and gay pride images basically just to troll them. We thought that putting the naked images would offend them.”

WachulaGhost works with other hackers who coordinate their attacks on extremist accounts – and he believes the social platforms should be doing more to combat hate speech.

Orlando shooting: vigils held around the the world

“If the social media people like Facebook, Twitter and Instagram would stand up and do something it would help.

“Sometimes you have to stand up and make a change for the good.”

WachulaGhost says he can generally gain access to the accounts in under a minute, thanks to Isis supports’ limited technical abilities.

“One thing I do want to say is we aren’t using graphic porn and our purpose is not to offend Muslims,” he added.

“Our actions are directed at Jihadist extremists. Many of our own [group of hackers] are Muslim and we respect all religions that do not take innocent lives.”

gayglobeus @ April 25, 2017

Chechnya wants to eliminate gay community by end of May, reports suggest

Posted in: Spot / International News Wire | Comments Off on Chechnya wants to eliminate gay community by end of May, reports suggest

The Independent

Chechen leader Ramzan Kadyrov plans to “eliminate” the country’s gay community by the start of Ramadan, a British foreign minister has claimed.

Reports from Chechnya allege that more than 100 men have been rounded up and detained in secret prisons by authorities on suspicion of being gay in recent weeks, with many beaten and tortured. At least four men are alleged to have been killed.

Speaking in Parliament during an urgent question on the persecution and detention of LGBT citizens in the Russian republic of Chechnya, minister of state for the Foreign Office Sir Alan Duncan said he had been informed of alleged plans to “eliminate” the country’s gay community by the start of Ramadan, which commences on 26 May.

Boris Johnson condemns ‘detention of 100 gay men’ in Chechnya

“Human rights groups report that these anti-gay campaigns and killings are orchestrated by the head of the Chechen republic, Ramzan Kadyrov,” Sir Alan said.

“He has carried out other violent campaigns in the past, and this time he is directing his efforts at the LGBT community. Sources have said that he wants the community eliminated by the start of Ramadan.”

Sir Alan called the reports of actions taken in Chechnya, a largely Muslim country, as “utterly barbaric”. One man told CNNpeople had beaten him with their fists and feet to try and get names of other gay men from him. “Then they tied wires to my hands and put metal clippers on my ears to electrocute me. They’ve got special equipment, which is very powerful. When they shock you, you jump high above the ground.”

Hundreds protest at Russian embassy over ‘gay concentration camps’ in Chechnya

Sir Alan said the Government is using all engagement with Russia “to make our voice clear,” adding that he raised the issue personally with Russia’s deputy foreign minister Vladimir Titov while discussing general human rights matters.

Donald Trump’s ambassador to the UN has said she is “disturbed” by allegations coming out of Chechnya. “If true, this violation of human rights cannot be ignored – Chechen authorities must immediately investigate these allegations, hold anyone involved accountable and take steps to prevent future abuses,” she said.

But Chechnya has denied the reports. Its interior ministry called the allegations an “April Fool’s joke,” when they were first reported, while a spokesperson for leader Mr Kadyrov later denied gay people exist in the country.

“If there were such people in Chechnya, law enforcement agencies wouldn’t need to have anything to do with them because their relatives would send them somewhere from which there is no returning,” Alvi Karimov said.

Russia has backed the Chechen leader’s denials of the brutality. Vladimir Putin’s spokesperson, Dmitry Peskov, said there had been no evidence found to support the allegations, which were first reported in newspaper Novaya Gazeta.

He added the Kremlin had no reason to doubt Mr Kadyrov’s claims that no one under his rule has been persecuted over their sexual orientation.

gayglobeus @ April 25, 2017

Canadian pole vaulter Shawn Barber comes out as gay

Posted in: Spot / International News Wire | Comments Off on Canadian pole vaulter Shawn Barber comes out as gay

CBC

Canadian pole vault world champion Shawn Barber has publicly come out as gay.

Barber made the announcement in a Facebook post early Monday morning.

Barber, 22, was born in Las Cruces, N.M., and holds dual citizenship. He chooses to compete for Canada and calls Toronto home.

He has a long list of pole vaulting accomplishments, including winning both the world and Pan American titles in 2015. He also became the youngest man to vault six metres and set an NCAA indoor record of 5.91m during his time at the University of Akron.

Barber, though, had a disappointing performance at the 2016 Rio Olympics, where he was among the favourites to win the gold medal. After barely making it through qualifying, he finished 10th.

Tested positive for cocaine before Olympics

Barber was allowed to compete in Rio last August despite testing positive for cocaine at the Canadian championships in July in Edmonton, where he won his event and set a national record.

Barber faced a four-year ban from competition for the positive test before successfully appealing to the Sport Dispute Resolution Centre of Canada.

The pole vaulter and his lawyers claimed that the positive test was the result of a sexual encounter with a woman in a hotel room during the Canadian championships that had been arranged online. Barber testified that he did not take cocaine himself, but that the drug entered his system as a result of kissing the woman.

In her testimony, the woman said she snorted cocaine both earlier in the day and in the hotel bathroom moments before Barber arrived.

Though he avoided a ban, Barber was stripped of his Canadian title and the positive test was made public in October.

gayglobeus @ April 25, 2017

Gay, Halifax-trained violinist seeks to ‘finally have a home’ in North America

Posted in: Spot / International News Wire | Comments Off on Gay, Halifax-trained violinist seeks to ‘finally have a home’ in North America

brandonsun

HALIFAX – A Dalhousie-trained violinist who came out as gay in a widely circulated YouTube video says he hopes to stay in North America for fear of persecution if he returns to his Russian homeland.

But Artem Kolesov says first getting Canada’s permission to cross the border for a classical concert is a struggle in itself.

Kolesov and the rest of the YAS string quartet were set to perform Beethoven’s “Serioso” at a concert hall in Halifax Sunday, but the show was cancelled because of his immigration issues.

Kolesov, 23, is currently studying in Chicago, having previously pursued a music degree at Halifax’s Dalhousie University, but the musical prodigy says he doesn’t feel fully welcome in any of the three countries in which he has lived.

Kolesov says he has known he is gay since he was five years old, but between his parents’ strict conservative beliefs at home in St. Petersburg and homophobic sentiment in Russia — sanctioned by a so-called anti-gay “propaganda” law — he says coming out meant risking family banishment or even violence.

“I truly believed that gay people were these horrible monsters that caused so many issues in the world, and you should really get rid of them,” says Kolesov. “I couldn’t think that I was one of them.”

Kolesov says he fuelled his energy into the violin, the vibration of the strings a means of both non-verbal expression and a source of escape.

“There was no one to talk to, so I guess I could only express what I was feeling through the violin,” says Kolesov. “Sometimes, I would go on these practice sprees and just kind of lock myself in a room.”

At 16, the budding violinist moved to Halifax with a full scholarship from Dalhousie and tenuous grasp of English. Kolesov says with years of grinding practice, he grew into himself as both as a musician and an individual.

Kolesov says Canada became a “second home” that allowed him space to grapple with his sexuality. Eventually, he gave himself a deadline: He would come out before his next birthday.

Looking directly into the camera, Kolesov told YouTube about growing up in Russia as the son of two Pentecostal pastors, being told as a child that gayness was a sin punishable by death and asking God to kill him before his mother discovered his sexual orientation.

Kolesov speaks in his native Russian as English subtitles play at the bottom of the screen.

“I know that since a lot of Russian kids are scared, I wanted to kind of be speaking in their language so they could relate to me better,” says Kolesov. “I thought I was alone, and I don’t want anyone else to feel that way.”

The video was filmed as part of the “Child-404” campaign for Russian teens struggling with issues of sexual orientation and identity.

Kolesov says his mother begged him to spare her the humiliation of having her son’s sexuality broadcast for the world to see, and he worries if he returns to Russia, he’ll be forced into conversion therapy.

“As much as I wish that I had that kind of acceptance from my family, I also know that there are children whose family who aren’t going to accept them right away, and maybe will never accept them,” says Kolesov.

Kolesov’s studies will soon wrap up, and he says he plans to seek citizenship in the U.S., where his boyfriend is, or Canada.

But he says the paths to immigration in both countries are riddled with bureaucratic tape; Sunday’s concert was the second time a Halifax appearance had been cancelled because of his immigration issues.

Kolesov says his visa application has been mixed up in the bureaucracy, with forms sent to the wrong office and slow processing times.

“(Citizenship) would mean that I finally have a home in North America,” says Kolesov. “As you can see, I can’t just apply for a visa and get it whenever I want. There’s always some kind of restraint.”

gayglobeus @ April 25, 2017

Prudence à l’égard des sollicitations de Gyula Barta

Posted in: Le Point / fil de presse international | Comments Off on Prudence à l’égard des sollicitations de Gyula Barta

fil-information.gouv

MONTRÉAL, le 21 avril 2017 /CNW Telbec/ – L’Autorité des marchés financiers met en garde les investisseurs québécois à propos des sollicitations faites par Gyula Barta, un individu qui n’est pas autorisé à agir à titre de conseiller ou de courtier en valeurs et en instruments dérivés ni à faire du démarchage lié à ces activités au Québec.

Il ressort du témoignage des investisseurs rencontrés par l’Autorité et de la documentation obtenue que Gyula Bartaaurait mis sur pied au moins deux stratagèmes pour s’approprier des fonds. Il aurait d’abord indiqué à différentes personnes qu’il a rencontrées qu’il organisait une soirée de tirage pour le compte d’un ami qui souhaitait léguer une partie de sa fortune à de bonnes personnes. Les participants de cette loterie devaient démontrer leur intérêt en achetant des « droits » pour des montants allant de 1000 $ à 2500 $. Le tirage n’a jamais eu lieu et les sommes ont été perdues.

Gyula Barta aurait aussi fait valoir qu’il faisait du « trading » et qu’il pouvait obtenir des rendements importants. Il a notamment promis à un investisseur qu’il doublerait son investissement en trois à six mois et à un autre qu’il générerait un rendement de dix fois la somme remise.

L’Autorité publie cette mise en garde en raison du fait que Gyula Barta a convaincu plusieurs personnes de lui confier de l’argent, n’a jamais été inscrit auprès de l’Autorité et a continué de mener ses activités.

Éviter d’être victime
Sur Internet ou en personne, offrir des possibilités d’investissement est une activité réglementée. L’individu ou l’entreprise qui fait la promotion d’un produit d’investissement doit être inscrit auprès de l’Autorité ou bénéficier d’une dispense d’inscription. Afin d’éviter d’être une victime de ce type d’approche, assurez-vous de vérifier que cet individu ou cette entreprise est bel et bien inscrit au Registre des entreprises et des individus autorisés à exercer.

Vous croyez avoir été la cible de sollicitation illégale ou avoir détecté une approche illégale? N’hésitez pas à communiquer avec le Centre d’information. Cette information peut aider l’Autorité dans ses interventions visant à protéger les investisseurs.

Consultez le site Web de l’Autorité pour trouver d’autres conseils pour éviter la fraude.

L’Autorité des marchés financiers est l’organisme de réglementation et d’encadrement du secteur financier du Québec.

Information :

Journalistes seulement :
Sylvain Théberge : 514 940-2176

Centre d’information :
Québec : 418 525-0337
Montréal : 514 395-0337
Autres régions : 1 877 525-0337

www.lautorite.qc.ca
Twitter : @lautorite

 

gayglobeus @ April 25, 2017

FRAPPÉ, VIOLÉ ET SÉQUESTRÉ PENDANT 36 HEURES : À MARSEILLE, UN HOMOSEXUEL RACONTE LE CALVAIRE QU’IL A SUBI

Posted in: Le Point / fil de presse international | Comments Off on FRAPPÉ, VIOLÉ ET SÉQUESTRÉ PENDANT 36 HEURES : À MARSEILLE, UN HOMOSEXUEL RACONTE LE CALVAIRE QU’IL A SUBI

LCI

FAIT DIVERS – Zak Ostmane, homosexuel de nationalité algérienne réfugié en France, a été victime d’un déferlement de violences lors d’une soirée dans le centre de Marseille il y a une semaine. Son récit fait froid dans le dos.

La soirée a viré au drame pour Zak Ostmane, un Marseillais âgé de 37 ans. Vendredi 3 mars, ce militant LGBT de nationalité algérienne, réfugié en France depuis trois ans, était de sortie dans un bar du centre de Marseille dans lequel il a ses habitudes. Il s’est posé, a bu une bière et profité de la douceur en terrasse.

Il m’a soulevé, avec la chaise, et m’a projeté contre un murZak Ostmane

Mais tout d’un coup, rapporte-t-il au journal La Provence, après avoir bu à nouveau dans sa bière, il dit s’être “senti comme un zombie quelques minutes après”. Impossible pour l’heure de savoir si de la drogue a été glissée dedans et si Zak Ostmane est tombé dans un piège. Toujours est-il qu’un homme s’approche de lui et lui propose d’aller boire un verre. Le jeune homme accepte. Un autre homme se joint à eux, et ils partent tous trois quelques rues plus loin.

Les deux compères l’emmènent  dans un hôtel. Zak Ostmane les suit, mais dans un état second, “dans les vapes” ;  d’après lui, l’un des deux lui propose une bière et le frappe “direct”. “J’ai visiblement eu un moment d’inconscience totale parce que quand je me suis réveillé, il était en train de me sodomiser”, ajoute Zak Ostmane. Le deuxième homme, qui s’était absenté, revient ensuite dans la chambre, exigeant de l’argent. “J’ai donné ma carte bleue, mais avec un faux code. Cela a été l’erreur de ma vie”, rapporte Zak Ostmane. “L’Américain est revenu bredouille et, du coup, l’Anglais, qui prenait régulièrement de la coke et du whisky, m’a roué de coups de poing et de pied.”

Mais le calvaire n’est pas fini. D’après Zak Ostmane, l’homme aurait arraché les draps du lit, et l’aurait attaché aux poignets et aux chevilles à une chaise, avant de se “servir de lui comme punching-ball”. Le calvaire est loin d’être terminé. L’Américain s’est revendiqué skinhead, il a pété un câble, s’est mis à parler de Trump, du fait qu’en France on se moque de lui, il a évoqué les Arabes et les noirs en France…”, poursuit Zak Ostmane dans La Provence. “Il m’a soulevé, avec la chaise, et m’a projeté contre un mur. J’ai hurlé mais il s’est jeté sur moi et m’a placé un couteau sous la gorge en me disant que si je ne me taisais pas, il me tuerait.”  A un moment, les deux se calment un peu, et le jeune homme a droit à quelques heures de répit ; mais les deux hommes refusent de le détacher ou le laisser repartir.

La police vole à son secours

Zak Ostmane reste comme ça près de 36 heures.  C’est dimanche matin qu’il a le geste qui le sauve : alors que les deux complices somnolent, il voit passer dans la rue une patrouille de police. Il hurle, par la fenêtre. Les policiers l’entendent, montent et interpellent les deux agresseurs présumés. Les deux hommes sont en fait des légionnaires qui auraient déserté du 2e régiment d’infanterie de Nîmes. Ils ont été mis en examen pour viol, séquestration, vol aggravé, violences aggravées et extorsion et écroués.

Le caractère homophobe des faits n’a pas été retenu par le parquet. “Rien dans ce dossier n’indique qu’il s’agit d’un acte homophobe”, déclare l’avocat d’un des deux suspects à La Provence.Ni même que cet homme a été embarqué dans un guet-apens. Il les a suivis sans aucune contrainte et, pour l’heure, rien ne prouve qu’il a été drogué. Cela n’enlève rien au fait qu’il a vécu une terrible agression, dans laquelle mon client, qui n’est pas mis en examen pour viol, reconnaît avoir donné des coups.” L’association de SOS homophobie en région Paca, elle, compte bien faire établir que l’agression était “clairement homophobe”.

gayglobeus @ April 19, 2017

«L’instant gay» de La Belle et la Bête finalement autorisé en Malaisie

Posted in: Le Point / fil de presse international | Comments Off on «L’instant gay» de La Belle et la Bête finalement autorisé en Malaisie

lefigaroLa Belle est la Bête sera finalement diffusé en Malaisie malgré une tentative de censure du moment «gay» par les autorités.
Le dernier Disney avec Emma Watson ne sera pas censuré par le gouvernement malaisien. Il a finalement jugé que le retrait d’une scène ternirait l’image du pays.

Le film La Belle et la Bête de Disney, dont un «moment gay» échaude les conservateurs malaisiens, sera finalement proposé dans ce pays à majorité musulmane sans que le passage incriminé ne soit coupé, a appris l’AFP auprès du géant du divertissement ce mardi 21 mars. Le film «sortira en Malaisie le 30 mars avec un avertissement pour les moins de 13 ans, sans aucune coupure», a indiqué une porte-parole de Disney pour l’Asie du Sud-Est.

La chaîne Golden Screen Cinemas, qui possède une vingtaine de cinémas dans l’archipel, a annoncé sur Twitter qu’elle proposera le long-métrage dans sa version non censurée. Le Conseil malaisien de la censure (LPF) n’était pas joignable pour commenter cette décision.

La sortie de La Belle et la Bête en Malaisie a été reportée la semaine dernière après que la censure a décidé d’en retirer un passage qualifié par le réalisateur Bill Condon comme «le premier moment exclusivement gay» dans l’histoire de Disney.

La Belle et la Bête a également été critiqué à Singapour

Selon la censure malaisienne, la séquence concernait une chanson avec le personnage Le Fou. «La manière dont il danse est… gay, de même que le dialogue et les paroles de la chanson. Dans la même scène, il soulève sa chemise et montre un suçon sur son ventre», a alors expliqué Abdul Halim Abdul Halim, le directeur du Conseil de la censure. Mais «Un appel a été déposé par Disney au ministère de l’Intérieur» a-il déclaré.

Lundi 20 mars des élus malaisiens s’étaient élevés contre cette interdiction, jugeant qu’elle ternissait l’image de la Malaisie, pays à majorité musulmane où l’homosexualité est illégale et passible de peines de prison. La Belle et la Bête a également été critiqué à Singapour, pays voisin de la Malaisie, où le clergé a accusé Disney d’avoir dévié des «valeurs saines et dominantes».

La Russie a, elle, décidé d’interdire le film aux moins de 16 ans. Malgré la controverse, La Belle et la Bête a effectué un excellent démarrage au box-office nord-américain, rapportant 174,75 millions de dollars aux États-Unis et au Canada le week-end dernier.

gayglobeus @ April 19, 2017

Ces militants pro-Fillon qui pourraient faire fuir Juppé

Posted in: Le Point / fil de presse international | Comments Off on Ces militants pro-Fillon qui pourraient faire fuir Juppé

l’avenir.net

Au plus fort de la tempête sur les affaires, François Fillon s’est appuyé sur une base militante catholique et traditionaliste issue des manifestations anti-mariage homosexuel. Cette frange de la droite, réunie dans Sens Commun, inquiète Alain Juppé.

Le Canard enchaîné rapporte ce mercredi des propos interpellant prononcés par Alain Juppé devant certains de ses soutiens et amis: «Je ne soutiendrais pas un gouvernement dont la ligne serait dictée par Sens Commun. C’est simple, je serais dans l’opposition». Explications.

Le finaliste de la primaire de la droite et du centre contre François Fillon s’est montré plutôt discret depuis le début de la campagne de l’ancien Premier ministre. Les affaires ont certes leur importance dans cette relative discrétion. Mais la ligne politique défendue par le candidat Fillon et les revendications de ses militants catholiques et traditionalistes les plus acharnés sont en fait un repoussoir bien plus puissant. Fillon avait laissé entendre que certains de ses militants réunis au sein de Sens Commun pourraient intégrer son gouvernement en cas de victoire. Un pas de trop pour Juppé qui ne se reconnaîtrait pas dans cet hypothétique gouvernement.

Sens Commun: base militante indispensable de la campagne

Sens Commun est une émanation de la Manif Pour Tous, organisation issue des manifestations conte le mariage homosexuel en 2012 et 2013. D’inspiration très catholique et traditionaliste, elle constitue une de ses bases militantes de la campagne de Fillon et le soutient depuis août 2016, à un moment ou personne ne croyait en lui. Séduits par sa forte désapprobation du mariage homosexuel mais aussi par sa foi catholique jusqu’alors discrète qu’il s’est mis à afficher, les militants de Sens Commun se sont engagés comme un seul homme derrière leur candidat.

Alors que son parti semblait le lâcher, le grand meeting du Trocadéro pour contrer la mise en examen n’a été possible que parce que l’organisation a battu le rappel de ses membres et loué des dizaines de bus pour acheminer les militants jusque devant la Tour Eiffel. Certains militants de Sens Commun ont déjà fait plus d’une dizaine de meetings du candidat de la droite. Bref, sans ces militants, Fillon n’aurait probablement pas pu mener campagne et peut-être même pas faire face aux affaires. Logique dans cette situation que les cadres de l’organisation soient récompensés en cas de victoire.

La méfiance de Juppé et du centre droit

Mais voilà, ces militants très actifs ne plaisent pas à tous les ténors du parti Les Républicains, notamment ceux situés plus au centre et qui soutenaient Juppé. Discrètement, l’ancien finaliste de la primaire exprime sa désapprobation mais s’est tout de même rendu ce mercredi à un déplacement de la campagne de Fillon. D’autres le font plus franchement comme Jean-Pierre Raffarin qui «ne veut pas que Sens Commun dicte sa ligne», Dominique Busserau, ancien ministre et député ou Arnaud Robinet, maire de Reims.

 

gayglobeus @ April 19, 2017

Katy Perry s’érige en défenseure des droits homosexuels

Posted in: Le Point / fil de presse international | Comments Off on Katy Perry s’érige en défenseure des droits homosexuels

Actu Orange

Célébrités: Katy Perry s’érige en défenseure des droits homosexuels

La superstar Katy Perry a exprimé son optimisme sur la capacité de la société américaine à devenir plus tolérante, prenant en exemple son parcours l’ayant vu évoluer de chrétienne conservatrice à défenseure des droits homosexuels.

“Je suis avec vous et je sais que nous sommes unis contre la discrimination, que ce soit dans la communauté LGBT, ou envers nos frères et sœurs hispaniques, ou les millions de musulmans dans ce pays”, a déclaré Katy Perry samedi soir à Los Angeles lors du gala annuel de l’organisation Human Rights Campaign de défense des droits LGBT (Lesbiennnes, Gays, Bi et Trans).

La chanteuse a inscrit son appel à la tolérance dans le cadre d’une lutte plus large dans l’Amérique de Donald Trump. Le président s’était pourtant dit opposé à l’abrogation du mariage homosexuel, déclarant qu’il s’agissait “de la loi”.

La chanteuse de 32 ans, personnalité la plus populaire sur Twitter avec plus de 96 millions d’abonnés, s’est confiée sur son enfance au sein d’une famille chrétienne conservatrice qui croyait en la conversion des homosexuels.

“Durant mon enfance, l’homosexualité était synonyme du mot abomination – et de l’Enfer”, a confessé celle qui a débuté sa carrière en chantant du gospel.

Mais Katy Perry a déclaré qu’elle avait toujours su que la sexualité était plus nuancée. Elle a acclamé ses amis homosexuels, comme son manager, pour lui avoir ouvert l’esprit.

“J’espère être ici comme l’exemple que, peu importe d’où vous venez. Ce qui compte c’est là où vous allez, et un changement réel, une évolution et un changement de perception réels peuvent se produire si nous ouvrons nos esprits et adoucissons nos cœurs”.

La chanteuse a vu sa carrière décoller en 2008 avec le succès “I Kissed a Girl” (“J’ai embrassé une fille “)
. Lors de sa sortie, la chanson a rendu furieux les opposants aux droits des homosexuels mais a également valu à Katy Perry des accusations de vouloir s’approprier la culture homosexuelle à des fins commerciales.

“J’ai fait plus que ça”, a répondu samedi Katy Perry.

Egalement l’interprète des succès “Roar”, “Firework” et “Teenage Dream”, la chanteuse a fait partie des célébrités ayant soutenu la campagne présidentielle de la démocrate Hillary Clinton.

gayglobeus @ April 19, 2017

Pourquoi vous gagneriez à assumer votre homosexualité au travail

Posted in: Le Point / fil de presse international | Comments Off on Pourquoi vous gagneriez à assumer votre homosexualité au travail

Le Huffington Post

Car le temps et l’énergie passés à cacher votre identité vous empêchent de réaliser pleinement votre potentiel.

HERO IMAGES
Pourquoi vous gagneriez à assumer votre homosexualité au travail.

Au début de ma carrière, alors que je dînais avec l’un de nos fournisseurs établi dans les Balkans, je me suis retrouvé à table à côté d’une jeune fille dont le rôle m’échappait. Au bout d’un certain moment, j’ai compris qu’elle était là pour me divertir et me tenir “compagnie” pour la soirée.

En tant qu’homosexuel dans un pays étranger, je me trouvais donc confronté à un malentendu, et je ne parle pas simplement de l’initiative totalement inappropriée d’engager de la compagnie féminine dans le but de conclure une affaire. La jeune fille et moi-même avons finalement engagé une discussion extrêmement intéressante au sujet des bombardements de Belgrade par l’OTAN. Après avoir accepté de me raccompagner jusqu’à mon hôtel pour donner l’illusion d’avoir rempli sa mission, elle a pris congé et j’ai regagné ma chambre seul.

L’inconvénient d’affirmer sa sexualité au travail, c’est qu’il faut quotidiennement la revendiquer face à des personnes qui n’en ont souvent rien à faire.

Bien que je me sois systématiquement efforcé d’afficher mon homosexualité durant presque toute ma carrière, le message n’est pourtant pas toujours passé. L’inconvénient d’affirmer sa sexualité au travail, c’est qu’il faut quotidiennement la revendiquer face à des personnes qui n’en ont souvent rien à faire. Pourtant, il est capital de rester authentique et ce, pour des raisons primordiales. Tout d’abord, le temps et l’énergie passés à cacher votre identité vous empêchent de réaliser pleinement votre potentiel.

Les meilleures idées que j’ai pu avoir pour solutionner un problème ou définir une stratégie au bureau me sont pour la plupart venues spontanément, tandis que mon subconscient travaillait de son côté, en toute liberté. Combien d’entre nous ont déjà eu une illumination sous la douche, en sortant le chien ou en s’éveillant d’un bond à une heure du matin? Lorsque nous sommes totalement impliqués dans notre fonction, notre subconscient continue de travailler des heures durant, et rester fidèles à nous-mêmes nous évite de nous focaliser sur des questions telles que “Comment vais-je pouvoir mentir à ce sujet?”, “Comment pourrais-je éviter cette situation “, “Comment faire si l’on me demande de venir accompagné?”.

La notion d’authenticité est importante.

Le second point concerne la notion même d’authenticité et l’importance qu’elle revêt. Dans les secteurs créatifs, et en particulier dans les médias, il existe souvent de nombreuses façons de traiter une problématique, et plus d’une réponse à une seule question. Notre mission consiste à exprimer notre opinion de manière crédible et affirmée, et cela ne saurait être possible si nous ne sommes pas réellement en accord avec nous-mêmes.

Si les gens s’aperçoivent de la supercherie, ils ne pourront plus nous faire confiance ni accepter nos idées. En dissimulant notre véritable identité, nous construisons inconsciemment de nombreuses barrières qui nuisent à notre crédibilité et à l’image que nous renvoyons. Si un employeur potentiel refuse de vous engager à cause de votre homosexualité, votre collaboration aurait dans tous les cas été vouée à l’échec, alors restez vrais, car c’est seulement ainsi que vous attirerez des personnes productives qui partageront votre vision.

Notre mission consiste à exprimer notre opinion de manière crédible et affirmée, et cela n’est possible que si nous sommes en accord avec nous-mêmes.

Certains secteurs sont effectivement plus ouverts que d’autres. Aussi, je vous conseille de mesurer les risques et les avantages selon la situation, et de faire confiance à votre instinct. Occupant une fonction importante au sein d’un magazine tel que The Economist qui a pour politique de défendre les droits des homosexuels, je suis tout à fait conscient que je n’ai guère de soucis à me faire pour ma carrière en assumant ouvertement mon orientation sexuelle, mais il est très important pour moi de revendiquer ce privilège, car plus nous nous affirmons et serons entendus, mieux ce sera pour tout le monde.

Plus sensible à la fluidité des genres et à la question de l’identité, la génération Y est bien plus tolérante que la précédente. Un constat plus qu’optimiste pour l’avenir de l’homme.

gayglobeus @ April 19, 2017

Libourne : Violente agression d’un ancien militaire homosexuel

Posted in: Le Point / fil de presse international | Comments Off on Libourne : Violente agression d’un ancien militaire homosexuel

Infos Bordeaux

Libourne : Violente agression d’un ancien militaire homosexuel

Julien Krawiec est un ancien militaire français, connu sur Périscope pour avoir fait son « coming-out », c’est ayant révélé son homosexualité.

Le 14 mars 2017, il a été victime d’une violente agression organisée à son domicile près de Libourne. En cause, un certain Keneff Leauva (photo), un internaute habitant dans le Val-de-Marne.

Dans un communiqué de presse, une association proche de la victime donne plus de détails et délivre l’enregistrement laissé sur Périscope entre Julien Krawiec et Keneff Leauva, connu sous le pseudo keneffheetchman75 :

« T’es un petit fils de pute de pédé […]. Petit pédé (…)  Je vais faire 700 km et je vais venir chez toi […]. Je vais te mettre un pénalty dans ta tête. Je vais te shooter ta tête […]. Quand tu vas sortir de chez toi, je vais t’enculer ta race. Tant que je t’aurai pas explosé ta tête, tant que je t’aurai pas punché ta gueule, pour moi l’affaire ne sera pas réglée. »

« T’as beau porter plainte, t’inquiètes pas. J’ai déjà agressé des gens. J’ai déjà tapé plein de gens dans ma vie. Je n’ai jamais fait de prison. Je n’ai même pas fait une journée de garde à vue. Donc si je descends dans ta petite ville de merde, il m’arrivera rien du tout ».

Peu de temps après, les agresseurs ont fait le trajet en voiture de 700 km pour venir « soumettre » Julien. Le voyage et l’agression au domicile de la victime ont été filmés en direct sur Périscope. L’ancien militaire a subi une double fracture de la main et son état a entrainé une ITT estimée à 30 jours.

Keneff Leauva est le fils de l’actrice Firmine Richard (photo). Cette dernière était candidate sur la liste socialiste aux élections municipales de 2014 dans le 19ème arrondissement de Paris.

gayglobeus @ April 19, 2017

Afrique du Sud. “Les Initiés”, le film d’un double tabou

Posted in: Le Point / fil de presse international | Comments Off on Afrique du Sud. “Les Initiés”, le film d’un double tabou

Courrier International

Le chanteur sud-africain Nakhane Touré tient le premier rôle dans le film Les Initiés, de John Trengove.Photo PYRAMIDE DISTRIBUTION

Les Initiés sort en France le 19 avril, en partenariat avec Courrier international. Pour son premier long-métrage, le réalisateur sud-africain John Trengove explore un rituel d’initiation de l’ethnie xhosa. Et lance un débat salutaire sur l’homosexualité et la définition traditionnelle de la masculinité.

Un adulte prend sous sa houlette un jeune homme, s’efforce de le guider dans l’existence. Mais, au fil de leur périple commun, la dynamique s’inverse. L’élève se découvre professeur et, en chemin, normes sociales et idées reçues sont envoyées aux orties.

Un rituel d’initiation très secret

Cette variante somme toute classique du récit d’initiation, le réalisateur sud-africain John Trengove l’a faite sienne pour son premier long-métrage, qui sort en France ce 19 avril. Les Initiéslève un double tabou. Non seulement il expose sur grand écran le très secret ulwaluko, un rituel d’initiation particulier aux Xhosas, le deuxième groupe ethnique du pays. Mais surtout il lance la question du rapport entre tradition et homosexualitédans une société où les attaques homophobes restent légion.

Précisons d’abord ce qu’est l’ulwaluko. La coutume xhosa veut que, sur le point de devenir des hommes, les jeunes soient emmenés à l’écart de la société pour être circoncis. Des initiateurs plus âgés veillent sur eux et s’assurent que leur verge cicatrise bien. À leur retour, les garçons ont changé de statut. “Un Xhosa non circoncis est une contradiction dans les termes car il n’est pas du tout considéré comme un homme mais comme un enfant”, écrivait Nelson Mandela, xhosa lui-même, dans son autobiographie Un long chemin vers la liberté (éd. Fayard, 1995, pour la traduction française).

Mais les initiés ne deviennent pas hommes indépendamment de leur orientation sexuelle : au retour de l’ulwaluko, on attend d’eux qu’ils se marient et procréent. Ainsi, “alors que l’homosexualité demeure la cible du dénigrement et des abus, à la fois en Afrique du Sud et à travers le continent africain, certaines traditions, telles que l’ulwaluko, font sûrement partie des pratiques les plus menaçantes pour l’estime de soi des jeunes hommes gays xhosas”, relevait en 2015 une étude publiée par deux psychologues d’East-London, une ville du Cap-Oriental. L’Afrique du Sud est pourtant l’un des rares pays africains à autoriser le mariage et l’adoption aux homosexuels.

Des hommes qui ne sont pas des hommes

Ce nœud de tensions a été une première fois exploré sous forme de roman : publié en 2009 par Thando Mgqolozana, A man who is not a man (L’homme qui n’est pas un homme, inédit en français) a connu un joli succès critique et contribué à amorcer le débat. L’ouvrage a inspiré à John Trengrove un premier court-métrage,The Goat (la chèvre), montré en 2016 à la Berlinale. Les Initiés en est le prolongement. Le film retrace les tourments de Xolani : homosexuel refoulé, ce manutentionnaire doit superviser l’initiation d’un jeune bourgeois de Johannesburg, une ville où les mœurs sont plus libres que dans le reste du pays. Cette mission va le contraindre à affronter la réalité de ses désirs.

“Les possibilités homoérotiques qu’ouvre le rituel secret de l’ulwaluko, qui se déroule entre hommes et qui est centré autour du pénis, m’ont toujours fasciné et captivé”, confiait John Trengove en 2014, interrogé par The Mail & Guardian à la sortie de The Goat. Et il faisait le lien avec les législations antigays adoptées par plusieurs pays africains, dont le Nigeria. Toutes reposent sur le postulat, plus ou moins tacite, que l’homosexualité serait une dépravation des mœurs importée d’Occident. “L’idée court que l’homosexualité devrait être extirpée, en tant que concept d’origine étrangère. Pour mon film, je suis parti du principe qu’elle était aussi ancienne que la culture africaine”, argumentait le réalisateur. Une note d’intention qui vaut également pour Les Initiés.

Pour certains, un film sacrilège

L’ulwaluko est aujourd’hui loin de faire l’unanimité parmi les Xhosas eux-mêmes, notamment pour des raisons sanitaires. Mais qu’un réalisateur, blanc qui plus est, s’attaque à ce sujet sensible n’a pas manqué de faire des remous. Et qu’un Xhosa gay lui prête main-forte n’a pas été pour arranger les choses. Dans le film, c’est en effet Nakhane Touré qui prête sa grâce fragile au personnage de Xolani. Chanteur à succès et homosexuel revendiqué, le jeune homme de 29 ans a reçu des lettres de menace pour son rôle, il a été insulté sur les réseaux sociaux. Certains l’ont accusé de bafouer sa culture.

“Comment ceux qui ont fait Les Initiés ont-ils pu penser que c’était OK de tourner un film sur quelque chose d’aussi sacré ? Ou n’en ont-ils rien à faire ? Sans doute la deuxième solution.”

“Ce qui se passe là-bas reste là-bas. C’est un secret. Et voici qu’un fils de pute décide d’en faire un film.”

Dans un entretien au Mail & Guardian, Nakhane Touré se défend d’avoir commis le moindre sacrilège. “Je n’ai pas à acquiescer à tout ce qu’exige ma culture. Aucune culture n’est parfaite. Toutes les cultures évoluent. Des choses qui étaient secrètes ne le sont plus”, plaide-t-il.

Besoin d’ouvrir le débat

D’autres s’indignent que le film montre le surgissement de désirs homosexuels lors de l’initiation. Là encore, Nakhane Touré riposte :

Je sais que cela arrive, parce que ça m’est arrivé. On n’a pas arrêté de me faire des avances. Et à l’époque, j’essayais vraiment d’être hétéro, je faisais de mon mieux pour correspondre à cette idée de la masculinité. J’étais un chrétien très fervent, je refusais d’accepter que je puisse être homo. Quand j’ai eu mon initiation, je pensais que ce serait un espace où il n’y aurait aucune tentation. Je me souviens avoir pensé : ‘Ah, Dieu, pourquoi tu me fais ça ? J’essaie d’être bon… J’ai même apporté ma Bible en douce.’ Et pourtant, il y avait, vous savez, toutes ces sollicitations…”

En participant à ce long-métrage, le jeune homme savait qu’il froisserait quelques susceptibilités, mais il ne s’attendait pas à ce que ses détracteurs se montrent“aussi homophobes”, comme il le confie à l’hebdomadaire de Johannesburg. Il espère que le film encouragera le dialogue : “Le film parle du désir homosexuel. Un désir qui surgit dans un espace où personne ne veut le voir, où il est jugé déplorable. Et pourtant, c’est un espace où les hommes sont autorisés à être vulnérables. Vous mettez votre vie et votre pénis, littéralement parlant, entre les mains d’autres hommes. Les gens ont le droit d’être en colère. Mais essayons d’en discuter entre personnes raisonnables.”

Aucune date de sortie du film n’a pour l’instant été annoncée pour l’Afrique du Sud. Mais sur les réseaux sociaux, l’appel au dialogue de Nakhane Touré et John Trengove a bien été reçu :

“La société trépignait d’impatience à l’idée de tenir le débat ouvert par Les Initiés. Il était grand temps que cela arrive.”

“Les Initiés a ouvert une discussion sur un sujet sensible. Il est temps que les gens parlent !”

gayglobeus @ April 19, 2017

Homosexualité : l’Ordre des médecins tunisiens opposé à l’usage du test anal, un « exemple » à suivre selon Human Rights Watch

Posted in: Le Point / fil de presse international | Comments Off on Homosexualité : l’Ordre des médecins tunisiens opposé à l’usage du test anal, un « exemple » à suivre selon Human Rights Watch

jeuneafrique

Un drapeau multicolore, symbole LGBTQ. © nancydowd/CC/Pixabay

« Les ordres de médecins d’autres pays devraient s’inspirer de cet exemple » affirme l’ONG Human Rights Watch dans un communiqué paru ce mercredi. Elle évoque le recours au sujet du recours en Tunisie à des examens anaux pour déterminer l’homosexualité d’une personne.

« Acte de torture », « humiliation », « atteinte à la dignité […] cruel et dégradant », « examen de la honte ». Depuis plusieurs années, des associations et militants nationaux et internationaux dénoncent la pratique du test anal en Tunisie, appelant à l’abrogation de l’article 230 du code pénal. Promulgué sous la colonisation française en 1913, celui-ci punit la sodomie d’une peine pouvant aller jusqu’à trois ans de prison.

Suite à de nouvelles arrestations en mars pour « délit d’homosexualité », le Conseil national de l’Ordre des médecins de Tunisie a publié le lundi 3 avril un communiqué appelant les médecins à cesser de procéder à de tels examens en l’absence de consentement.

« Tout médecin requis pour examiner une personne dans le cadre d’une expertise, et notamment si elle est privée de liberté, doit respecter sa dignité, et ce conformément à l’article 23 de la Constitution et aux articles 7 et 74 du code de déontologie médicale », précise ce communiqué. « L’Ordre des médecins […] condamne ainsi fermement tout examen médical non justifié et/ou touchant à la dignité et à l’intégrité physique ou mentale de la personne examinée ». Ajoutant que les médecins doivent désormais informer les patients de leur droit de refuser l’examen.

Encourageant mais insuffisant

Une déclaration qui « marque un jalon vers la fin de ces tests dégradants, discriminatoires et non scientifiques censés établir la preuve de comportements homosexuels » pour Human Rights Watch. « Il est encourageant de voir les médecins tunisiens ouvrir la voie. Les ordres des médecins du monde entier, ainsi que les organismes d’application des lois et autres organismes gouvernementaux devraient suivre cet exemple », souligne Neela Ghoshal, chercheuse auprès de la division LGBT de l’ONG.

Encourageant, mais pas encore suffisant, puisqu’en cas d’arrestation pour homosexualité, le consentement ne pourra le plus souvent être « libre et éclairé ». En raison de « leur absence de scientificité, le recours à des examens anaux pour déterminer un comportement homosexuel consensuel devrait cesser complètement, indépendamment de la question du consentement », ajoute Human Rights Watch. D’autant que beaucoup finissent par accepter de se faire examiner « sous la pression de la police, de crainte qu’un refus ne soit retenu contre eux, ou persuadés qu’ils sera disculpés ».

 

 

« Torture et atteinte à la déontologie médicale »

L’association Shams, une association de défense de la communauté LGBTQ tunisienne, appelle pour sa part le Conseil de l’Ordre des médecins à poursuivre disciplinairement tout médecin procédant à ce type d’examen pour « torture et atteinte à la déontologie médicale ».

Lors de ces examens « invasifs et humiliants, qui s’appuient sur des théories discréditées du 19e siècle », des médecins ou des personnels de santé « introduisent de force leurs doigts et parfois des objets dans l’anus de l’accusé », souvent devant des policiers au comportement violent, explique Human Rights Watch.

« Ce qui révulse le plus, c’est lorsque tu entends un médecin, avec tout son prestige de médecin, s’adresser à un inculpé de sodomie en lui disant ‘baisse ton pantalon, tu n’es pas un homme ; tu es un enculé, rien d’autre’ » s’insurge Bouhdid Belhedi, chargé de communication de Shams, dans le documentaire Au pays de la démocratie naissante partagé fin mars.

 

« Pour en finir une fois pour toutes avec les examens anaux forcés en Tunisie, la police devrait cesser d’ordonner ces examens et les tribunaux devraient refuser d’admettre les résultats comme éléments de preuve », poursuit Neela Ghoshal.

En mai 2016, le Comité des Nations Unies contre la torture a condamné le recours à des examens anaux en Tunisie, suivi en janvier 2017 par le Service européen pour l’action extérieure, qui a demandé à la Tunisie de mettre immédiatement fin à de telles pratiques.

Dans un rapport déposé en septembre auprès du Conseil des droits de l’Homme des Nations Unies, en vue d’un examiné en mai 2017, un collectif d’associations tunisiennes réclame également la fin des discriminations envers les LGBT.

gayglobeus @ April 19, 2017

Le premier super-héros homosexuel à l’écran

Posted in: Le Point / fil de presse international | Comments Off on Le premier super-héros homosexuel à l’écran

Europe1

Le film Power Rangers, sorti vendredi aux Etats-Unis, met à l’écran pour la première fois un super-héros homosexuel.

Quel est le menu ce matin ?

Aujourd’hui régime sans Trump (ou presque) : on va parler cinéma et diversité avec le premier super-héros homosexuel à l’écran. On verra que le FBI ne fait pas qu’enquêter sur la Russie et l’élection mais qu’il retrouve aussi des maillots de foot. Et puis enfin, les écoles de Boston rebattent les cartes, de géographie.

On commence donc avec du cinéma…

Oui avec la sortie vendredi du film “Power Rangers”. Une superproduction hollywoodienne, énième remake de la série très populaire du même nom. Elle met en scène une bande d’adolescents dotés de pouvoirs, qui ont chacun une couleur attitrée (rouge, bleu, vert, etc.), qui se battent contre des méchants. Pour ceux de ma génération c’est l’équivalent des Bioman, vous vous souvenez “force rouge, force bleu”, etc… Bon les critiques ne sont pas terribles, je ne suis pas encore allé le voir. En France ça sort le 5 avril.

Mais ce qui est inédit dans ce film c’est le personnage de Trini, la power ranger jaune. Une jeune fille qui se découvre des pouvoirs de superhéros et qui s’interroge sur sa sexualité. A un moment l’un de ses amis explique qu’elle a des problèmes de “petit copain” avant de se dire qu’en fait ce sont de problèmes de “petite copine”. Une courte scène, mais elle est essentielle pour le réalisateur qui explique que le message du film c’est de dire à tous les jeunes spectateurs, je cite, “c’est OK” de chercher son identité. On a donc le premier super-héros homosexuel, en l’occurrence une super-héroïne.

Et coïncidence ou pas, il y a en même temps sur les écrans américains le premier personnage gay de Disney. Il apparaît dans le film “La Belle et la Bête”, sorti la semaine dernière.

A cause de ça, le film ne sera pas diffusé au Koweït, il est interdit aux moins de 16 ans en Russie, pour cause de “propagande homosexuelle”, et aux Etats-Unis, il est boycotté par un drive-in dans le très conservateur état de l’Alabama. Mais ça n’empêche pas “La Belle et la Bête” de cartonner au box-office depuis sa sortie la semaine dernière.

A propos d’Hollywood, le futur candidat démocrate contre Donald Trump pourrait bien venir du monde du cinéma…

Ah on avait dit qu’on ne parlait pas de Trump pour une fois, mais bon d’accord. Hollywood, bastion démocrate, prépare déjà la bataille pour éviter la réélection de “vous-savez-qui”, en 2020. Et certains pensent que l’homme providentiel pour le battre pourrait bien être le patron de Disney, Bob Iger. Nombre de ses amis pressent cet ancien présentateur météo qui dirige le studio le plus rentable d’Hollywood, de se lancer en politique. Il ne l’a pas exclu puisqu’un businessman a réussi à se faire élire président, pourquoi pas un autre !

On ne parle pas de l’enquête du FBI sur les liens possibles entre le président et les Russes, mais le FBI a fait la Une pour une autre affaire cette semaine.

Oui, affaire résolue, au grand soulagement de l’Amérique : le FBI a retrouvé le maillot de Tom Brady ! Tom Brady, c’est la légende vivante du football américain. Il a gagné cette année son cinquième SuperBowl, un record. C’est lui qui a fait gagner son équipe des New England Patriots dans un match fou le mois dernier. Mais après, dans les vestiaires, Tom Brady ne retrouve pas son maillot frappé du numéro 12.

L’Amérique s’émeut et la police lance une enquête. La valeur du maillot est quand même estimée à un demi-million de dollars. Le FBI s’en mêle, et le localise au Mexique. Grâce à l’analyse des vidéos, les policiers ont identifié le coupable. Un homme qu’on voit entrer dans les vestiaires les mains vides, et ressortir maillot sous le bras. C’est un journaliste mexicain, qui couvre le SuperBowl chaque année. Le maillot a retrouvé son propriétaire.

gayglobeus @ April 19, 2017

Non, un patient ne va pas mourir parce que le don d’un homosexuel a été refusé

Posted in: Le Point / fil de presse international | Comments Off on Non, un patient ne va pas mourir parce que le don d’un homosexuel a été refusé

sante.lefigaro

Les Français ne sont que 260.000 donneurs inscrits parmi les 30 millions de donneurs dans le monde.

Vingt ans après s’être inscrit au registre national pour le don de moelle osseuse, un homme a été surpris d’apprendre que son don serait finalement refusé à cause de son orientation sexuelle. Cette histoire a eu beaucoup de retentissement sur les réseaux sociaux. Le Figaro a voulu savoir ce qu’il en était vraiment.

À l’origine, tout part d’un tweet. L’histoire a d’abord été relayée par une jeune fille puis très vite par plus de 13.000 internautes. Dans ce message, il est écrit qu’un homme inscrit au registre des dons de moelle osseuse a été contacté d’urgence parce qu’il était identifié comme compatible avec un patient «au bord de la mort». Or ce donneur est homosexuel, ce qui annule immédiatement le processus. Le volontaire en question s’empresse de publier une tribune et de nombreux internautes crient à l’injustice, persuadés que la vie de ce malade dépendait de ce seul don. Cette histoire a été relayée tant de fois qu’il semblait nécessaire de rétablir la vérité.

Dans les faits, Thomas, le donneur, a bien été contacté par l’EFS (Etablissement français du sang). L’homme de 41 ans, très engagé depuis le décès de sa mère et d’une amie, est inscrit sur le registre des donneurs de moelle osseuse depuis environ vingt ans. «On a mis du temps à retrouver ma trace parce qu’entre temps j’ai déménagé» explique-t-il. Heureux de «pouvoir enfin aider une personne dans le besoin», l’enthousiasme n’aura pourtant été que de courte durée. La coordinatrice au bout du fil lui aurait en effet indiqué que son don ne pouvait être accepté car la loi française ne laisse aucune possibilité aux personnes homosexuelles d’entrer dans le processus. «J’étais chamboulé. Je trouve ça terrible. Je pense à tous ces dons gâchés qui auraient pu sauver des vies sans ces lois à la c… En plus, pour mon cas, je suis en couple depuis quinze ans avec le même homme et je sais que mes analyses sont bonnes.»

• Ce qui est faux

L’Agence de biomédecine de Paris – qui s’occupe de croiser les données entre donneurs et malades à travers le monde – est bien embêtée par cette histoire. Parce qu’elle a été partiellement déformée sur les réseaux sociaux et que cela montre l’ignorance du grand public à ce sujet. «Au stade où cette personne a été contactée, on ne peut absolument pas dire qu’elle était compatible avec le malade dans le but d’une greffe» explique-t-on à l’agence. Il y a plusieurs étapes avant d’être certain qu’un donneur soit 100% compatible. Thomas a été contacté non pas pour un don immédiat mais pour des tests complémentaires afin de mettre à jour son dossier, car il y avait une probabilité de compatibilité. Seulement une probabilité. Et Evelyne Marry, la directrice du registre des dons de moelle osseuse de l’agence de biomédecine rassure: «Jamais personne n’est arrivée au point de mourir car le seul donneur n’était pas compatible. Il ne faut pas tomber dans une paranoïa non plus. Les médecins ont toujours un plan B». D’ailleurs, le patient pour lequel Thomas a été contacté est «toujours en vie et a de grandes chances de trouver une greffe parmi les donneurs contactés» qui sont en fait au nombre de 12! Nous n’en saurons pas plus sur la situation du malade, secret médical oblige.

Pourquoi les homosexuels sont exclus du registre des donneurs

Si depuis juillet 2016, le don du sang a été ouvert aux personnes homosexuelles sous certaines conditions, ce n’est pas le cas pour le don de moelle osseuse. Bien que l’on fasse désormais la différence entre le sang et le tissu qu’est la moelle osseuse, il n’existe pas de loi qui permette d’accepter les dons des personnes HSH (homosexuels masculins). Ce que déplore Evelyne Marry. «Nous souhaitons une ouverture car l’on se prive d’un certain nombre de donneurs. Entre le moment où une personne s’inscrit sur le registre et l’instant où elle donne, il peut se passer longtemps et les pratiques sexuelles ont pu changer. Actuellement, nous avons un groupe de travail qui collabore activement avec des associations pour faire évoluer la législation. Cela finira par se faire mais je ne sais pas quand.»

Plusieurs internautes crient à la «discrimination». Ce à quoi l’agence de biomédecine répond: «De la même manière, si pendant l’entretien avec le médecin un individu hétérosexuel évoque des pratiques à risques (telle que la sodomie), son don sera refusé». Evelyne Marry tient à rappeler qu’il existe de nombreux autres facteurs qui peuvent exclure – définitivement ou temporairement – une personne du registre: «Être enceinte, être anémié, avoir une surcharge pondérale ou encore des reflux gastriques ne permet pas non plus d’effectuer un don de moelle osseuse. Et j’irai même encore plus loin: lorsque deux personnes sont totalement compatibles, nous sélectionnons la plus jeune. Non pas parce que nous discriminons les plus âgées, mais parce que les cellules sont plus actives chez les jeunes!» précise-t-elle.

Encore trop peu de volontaires en 2017

Malgré les campagnes menées chaque année pour faire connaître le don de moelle osseuse, encore trop peu de Français s’engagent. Les Français représentent 260.000 donneurs inscrits parmi les 30 millions de donneurs dans le monde. En 2016, seuls 205 d’entre eux ont été prélevés en France. Ce chiffre s’explique par le fait qu’un patient à seulement une chance sur un million de trouver un donneur compatible hors fratrie.

gayglobeus @ April 19, 2017

La première exposition d’art homosexuel ouvre à Londres

Posted in: Le Point / fil de presse international | Comments Off on La première exposition d’art homosexuel ouvre à Londres

Metro Belgique

AFP

La première grande rétrospective d’art homosexuel ouvre mercredi à la Tate Britain Gallery de Londres, pour commémorer les 50 ans de la dépénalisation de l’homosexualité en Angleterre.

Intitulée « Queer British Art 1861-1967« , l’exposition couvre une période d’un siècle, depuis l’abrogation de la peine de mort pour les pratiques homosexuelles jusqu’à leur dépénalisation.

Présentée comme « la toute première dédiée à l’art homosexuel britannique », l’exposition propose notamment un portrait de l’écrivain irlandais Oscar Wilde daté de 1881, et présenté au public britannique pour la première fois.

AFP

Thématiques vériées

Cette exposition d’arts visuels s’étend sur huit salles, et explore des thématiques variées comme l’expression codée ou dissimulée du désir, la transgression des conventions et les discordances entre vie privée et vie publique.

Elle montre également comment les artistes du 19e siècle maniaient l’ambiguïté pour représenter ce qui ne pouvait être dit -à l’image de tableaux présentant des hommes nageant nus- et comment les artistes ont exploré de nouvelles voies après la Seconde Guerre mondiale.

L’exposition contient notamment des travaux de Francis Bacon, David Hockney, Gluck ou encore Cecil Beaton. L’exposition est visible jusqu’au 1er octobre.

gayglobeus @ April 19, 2017

Fred Testot homosexuel ? “Les rumeurs font marrer” l’humoriste

Posted in: Le Point / fil de presse international | Comments Off on Fred Testot homosexuel ? “Les rumeurs font marrer” l’humoriste

Closer

Fred Testot

Très discret sur sa vie privée, Fred Testot ne s’est jamais affiché au bras de sa compagne en public. L’humoriste de 43 a répondu aux interrogations sur sa prétendue homosexualité.

En 2013, Fred Testot se confiait sur sa récente paternité pendant la promo de l’un de ses films, Le Grand Méchant Loup. “L’adolescence c’est un état d’esprit. Bien que je sois papa, il y a un peu de moi dans ce rôle. Prendre le temps de vivre, traîner, et jouer à la PlayStation avec Omar, ça me plaît !“, avait-il assuré dansLe Parisien Magazine. Il faut dire que les confidences sur sa vie privée sont plutôt rares pour l’ancienne star du SAV des émissions de Canal +. L’humoriste de 43 ans n’est jamais apparu en public au bras de sa compagne et la maman de son premier enfant. Fred Testot préfère vivre caché mais ce choix engendre quelques interrogations chez certains.

Préfère-t-il les garçons ? Le complice d’Omar Sy sait que cette rumeur circule derrière son dos. “Les rumeurs me font marrer. Ma soi-disant homosexualité m’a plus fait rire qu’autre chose. Les gens croient ce qu’ils veulent. Ma famille, mes amis s’en foutent aussi bien sûr“, s’amuse-t-il sur le site de Paris Match. Selon lui, les personnages de ses spectacles comme dans le SAV ont peut-être aidé à alimenter ces bruits de couloir : “Ça me plait de parler de ça sur scène parce que je m’amuse beaucoup des étiquettes. Les gens se disent que parce que je joue des personnages homo, je le suis. C’est drôle.”

Dans cet entretien, Fred Testot a échappé à la traditionnelle question sur Omar Sy et où en était leur amitiédepuis le départ de la star d’Intouchables aux Etats-Unis. L’acteur et humoriste préférait se montrer ironique quand Télé Star lui a demandé l’année dernière s’il était fâché avec son copain de ses débuts à la télé : “Oui, d’ailleurs on vient de se battre, là !”

gayglobeus @ April 19, 2017

Pour la première fois, le Japon reconnaît un couple homosexuel comme parents adoptifs

Posted in: Le Point / fil de presse international | Comments Off on Pour la première fois, le Japon reconnaît un couple homosexuel comme parents adoptifs

Konbini France

© Manuel Medir/LatinContent/Getty Images

© Manuel Medir/LatinContent/Getty Images

Mercredi 5 avril, deux hommes ont été officiellement reconnus par la ville d’Osaka, au Japon, comme étant le premier couple homosexuel à devenir parents adoptifs, après plusieurs mois d’attente. Le ministère de la Santé, du Travail et des Affaires sociales a indiqué, selon le Japan Times, qu’il s’agissait d’une situation “sans précédent” dans le pays.

C’est en effet une nouvelle importante puisque, même si officiellement l’adoption par des couples homosexuels n’est pas interdite au Japon, elle avait été jusqu’à présent uniquement accordée de manière individuelle à des personnes issues de la communauté LGBT. Cela signifie qu’une seule des deux personnes du couple est légalement parent de l’enfant, même si le ou la second(e)personne l’élève exactement au même titre que l’autre et que la garde est assumée par les deux. Cette première reconnaissance d’un couple gay comme parents adoptifs constitue donc une forme d’espoir pour la communauté homosexuelle japonais.

Interrogés par le quotidien japonais, les heureux parents ont exprimé leur fierté, à l’instar de l’un des deux pères, qui a déclaré :

“Je suis très heureux que l’on devienne des parents adoptifs et que l’on soit reconnus officiellement en tant que tels, en tant que ménage, que couple, et pas de manière individuelle.”

Le couple a également tenu a expliquer que le petit garçon récemment adopté“vivait une vie très confortable”.

Néanmoins, il faut préciser que leur procédure  d’adoption a été entamée en décembre 2015 et qu’avant d’obtenir officiellement cette autorisation, les parents ont quand même dû suivre une formation, des conférences et des examens médicaux. Une preuve que les progrès sont tout de même très lents.

gayglobeus @ April 19, 2017

Homosexualité: les militaires harcelés exigent des excuses

Posted in: Le Point / fil de presse international | Comments Off on Homosexualité: les militaires harcelés exigent des excuses

Le Journal de Québec

Une pétition a été mise en ligne pour forcer le gouvernement à agir rapidement

Jusqu’à 800 militaires, hommes et femmes, ont été expulsés de l’Armée dans les années 70 et 80 sur la base de leur orientation sexuelle. L’un d’eux, Michel Poulin (photo), souhaite obtenir des excuses publiques et une compensation.

PHOTO DIDIER DEBUSSCHÈREJusqu’à 800 militaires, hommes et femmes, ont été expulsés de l’Armée dans les années 70 et 80 sur la base de leur orientation sexuelle. L’un d’eux, Michel Poulin (photo), souhaite obtenir des excuses publiques et une compensation.

Réclamant des excuses qui ne viennent toujours pas, d’ex-militaires expulsés de l’Armée canadienne en raison de leur homosexualité ont lancé une pétition dans l’espoir que le gouvernement Trudeau passe enfin de la parole aux actes.

Près de six mois après que l’émission J.E. ait levé le voile sur la chasse aux homosexuels qui avait cours dans l’armée dans les années 70 et 80, d’ex-militaires ont maintenant l’impression d’avoir été oubliés après les belles paroles du gouvernement Trudeau.

Malgré la nomination d’un conseiller spécial et la promesse d’une annonce rapide, plus rien ne semble bouger. «Vous savez que ç’a eu lieu, vous avez les preuves, on a des dossiers qui le prouvent. Enlevez-vous les doigts dans le nez et faites de quoi», demande Brigitte Laverdure, instigatrice de la pétition.

Entre 1973 et 1992, jusqu’à 800 militaires homosexuels ont été traqués par la police «anti-gai» de l’Unité des enquêtes spéciales (UES). Les militaires identifiés comme gais ont été congédiés en vertu du règlement OAFC 19-20, qui associait l’homosexualité à une «déviance sexuelle» comparable à la «bestialité».

Parmi eux, Michel Poulin, de Québec, a été traqué puis renvoyé sur la base de son orientation sexuelle. Alors qu’il était sergent-instructeur à l’École de combat de Valcartier, des agents de l’UES ont souhaité l’interroger à l’été 1984.

Détecteur de mensonges

«Ils m’ont amené dans une petite chambre, ils étaient trois. Il y avait une machine, c’était un détecteur de mensonges», raconte l’homme de Québec. «Ils tournaient en rond, ils me demandaient si j’allais dans les bars gais. Puis ils m’ont demandé si j’étais gai, j’ai dit “oui je suis gai”», explique celui qui ne voulait plus mentir sur ce qu’il était.

Une fois la réponse obtenue, le sergent Poulin a été convoqué par son commandant afin qu’il signe une lettre de congédiement. «Il demandait mon licenciement parce qu’il avait des doutes raisonnables que j’étais homosexuel.»

Refusant de signer le papier, le militaire affirme que l’armée a alors lancé l’information sur son orientation sexuelle partout à Valcartier. «Tout le monde a vu ça. Ça fait une traînée de poudre. Tout le monde disait: “Poulin, c’est une tapette”», raconte l’homme qui a ensuite signé sa lettre de démission.

Les militaires interrogés sur la base de OAFC 19-20 exigent donc que le gouvernement du Canada agisse sans délai.

«Je demande des excuses publiques et des compensations pour les problèmes psychologiques et la perte de travail», demande M. Poulin.

« C’ÉTAIT COMME UNE CHASSE AUX SORCIÈRES »

La professeure en psychologie de l’Université du Nouveau-Brunswick Carmen Poulin s’intéresse au traitement fait aux homosexuels par l’armée depuis 1997. Elle a fait plus de 100 entrevues avec des homosexuels qui ont été expulsés de l’Armée.

Sur quelle base l’Armée s’appuyait-elle pour cibler des militaires en lien avec le règlement CFAO 19-20?

Être soupçonné d’être homosexuel était suffisant pour se faire mettre à la porte. Par exemple, si une femme jouait au ballon-balai, elle était automatiquement suspecte. Après, ils les épiaient.

Ils étaient espionnés, traqués. En plus de traumatiser les militaires, on traumatisait leur famille, leur conjoint ou conjointe. On les suivait, c’était une chasse aux sorcières. C’est comme ça que ça s’est passé au Canada et ça ne fait pas des centaines d’années, on en sort à peine.

Quel genre de traitement l’Unité des enquêtes spéciales faisait-elle subir aux militaires soupçonnés?

C’est une situation qui était intolérable. Ils ont été soumis à un traitement très difficile. Les interrogatoires qui ont eu lieu fin 70 et 80, c’était comme dans les films. On pointait des lumières sur eux, on les enfermait pendant des jours parfois et les militaires ne savaient pas où ils se trouvaient. C’était des questions vraiment abominables, pendant des heures, c’était très insidieux.

Qu’est-ce qu’il faut retenir de cet épisode?

C’est une histoire triste parce que ce sont des gens qui voulaient servir leur pays de façon patriotique et, de se faire dire qu’ils étaient dangereux pour la sécurité du pays, c’est d’un ridicule épouvantable. C’est une période de notre histoire qui est très triste, mais dont il faut se souvenir pour éviter de répéter ce genre d’erreur.

DES TÉMOIGNAGES

«Quand le UES m’a interrogée, ils savaient tout sur moi, tout. Ils m’avaient espionnée.»

— Diane Vincent, expulsée de l’Armée sur la base de son orientation sexuelle en 1982

«Les prisonniers de guerre étaient mieux traités que moi. Moi je n’ai pas répondu aux questions, c’est pour ça qu’ils m’ont interrogée pendant trois jours.»

— Johanne Boutin, qui a quitté l’Armée en 1989

«Aujourd’hui c’est accepté, mais moi je ne suis pas né dans la bonne époque.»

— Michel Poulin, expulsé en 1985

gayglobeus @ April 19, 2017

Archéologie: Les «Amants de Pompéi» étaient-ils homosexuels?

Posted in: Le Point / fil de presse international | Comments Off on Archéologie: Les «Amants de Pompéi» étaient-ils homosexuels?

20minutes.fr

Une touriste à Pompéi en 2015.
Une touriste à Pompéi en 2015. – MARIO LAPORTA / AFP

Les « amants de Pompéi » garderont sans doute leur secret pour l’éternité. Mais grâce à la science, on connaît à présent leur sexe. Les deux personnages, dont l’éruption du Vésuve au Ier siècle de notre ère a figé l’étreinte jusqu’à leur découverte il y a une centaine d’années, étaient deux hommes, a révélé Massimo Osanna, le directeur des fouilles de la cité antique.

 

« Pompéi n’en finit pas de nous étonner », commente le professeur d’archéologie, qui dévoilait les résultats d’analyses génétiques sur les deux personnages pétrifiés le 24 août 79. S’agissait-il d’un couple homosexuel ? « Il est plausible qu’ils aient été amants, mais il est difficile d’en avoir la certitude », tempère-t-il dans le Corriere del Mezzogiorno.

Les scientifiques estiment que l’un des « amants » avait 18 ans et l’autre 20, et qu’ils n’étaient pas de la même famille. Les restes de ces deux hommes au destin tragique avaient été découverts en 1914 par l’archéologue italien Vittorio Spinazzola, dans la maison du cryptoportique. Sous le régime fasciste arrivé au pouvoir en Italie quelques années plus tard, il était évident qu’il s’agissait d’un couple hétérosexuel. Spinazzola avait lui émis l’hypothèse de deux femmes, une mère et sa fille.

gayglobeus @ April 19, 2017

Mort de l’inventeur du drapeau arc-en-ciel, symbole des homosexuels

Posted in: Le Point / fil de presse international | Comments Off on Mort de l’inventeur du drapeau arc-en-ciel, symbole des homosexuels

Le Figaro

L’artiste américain Gilbert Baker est mort pendant son sommeil à son domicile de New York (nord-est des États-Unis) dans la nuit de jeudi à vendredi, à l’âge de 65 ans. Il avait inventé le célèbre drapeau aux huit couleurs pour la journée de la liberté homosexuelle en 1978, un événement qui a ensuite inspiré les marches de la “gay pride” qui sont devenues des institutions à travers le monde.

L’ancien soldat, qui avait appris tout seul à coudre lorsqu’il avait une vingtaine d’années, s’était impliqué dans le mouvement naissant homosexuel, lesbien, bisexuel et transsexuel (LGBT) à San Francisco (ouest des États-Unis). Il y était devenu un proche du militant des droits LGBT et politicien assassiné Harvey Milk.

“J’ai le coeur brisé. Mon plus cher ami au monde est parti. Gilbert a donné au monde le drapeau arc-en-ciel; il m’a donné 40 ans d’amour et d’amitié”, a écrit Cleve Jones sur les réseaux sociaux. “Je ne peux m’arrêter de pleurer. Je t’aimerai pour toujours Gilbert Baker”, a-t-il conclu. Cleve Jones a invité ses amis de San Francisco à se rassembler pour une veillée sous un drapeau arc-en-ciel du quartier de Castro, où vit une large communauté LGBT.

L’annonce de la disparition de Gilbert Baker a déclenché une avalanche d’hommages sur les réseaux sociaux.Parmi eux, celui de Dustin Lance Black. “Les arcs-en-ciel pleurent. Notre monde manque de couleurs sans toi, mon amour”, a twitté le réalisateur, qui a gagné un Oscar pour le scénario du film Milk (2008, avec Sean Penn dans le rôle d’Harvey Milk) et qui a créé une série télévisée sur le mouvement LGBT, When we rise.

“J’avais parlé à Gilbert le mois dernier. (…) Le drapeau arc-en-ciel aura une place encore plus chère dans notre histoire”, a commenté Robert York, un dirigeant du groupe de pression spécialisé dans les soins de santé National Quality Forum.

gayglobeus @ April 19, 2017

DRÔME: DEUX ADOLESCENTS DE NYONS PIÈGENT UN HOMOSEXUEL ET LE PASSENT À TABAC

Posted in: Le Point / fil de presse international | Comments Off on DRÔME: DEUX ADOLESCENTS DE NYONS PIÈGENT UN HOMOSEXUEL ET LE PASSENT À TABAC

France Soir

C’est seulement par homophobie que deux adolescents, âgés de 15 ans, ont reconnu avoir agressé violemment un homosexuel de 50 ans à qui ils avaient donné rendez-vous à Nyons, dans la Drôme. La malheureuse victime pensait rencontrer une personne majeure.
Les agresseurs et leur victime se sont contactés via une application mobile, ce qui a facilité l’arrestation des deux adolescents.

Les faits s’apparentent à un déchaînement de haine, sans aucun autre motif que l’homophobie. Deux adolescents de 15 ans ont été placés en garde à vue mardi 28 à Nyons. Ils sont soupçonnés d’avoir massacré à coup de barre de fer un quinquagénaire homosexuel après lui avoir tendu un piège. La malheureuse victime pensait en effet se rendre à un rendez-vous galant.

 C’est tout d’abord sur Internet que se joue le drame, mi-mars. Les deux jeunes garçons rentrent en contact avec la victime. Les agresseurs présumés font croire à leur proie que c’est un jeune homme majeur qui est en ligne et qui est d’accord pour une relation sexuelle gay avec l’homme de 50 ans, originaire de Valréas, dans le Vaucluse.

Rendez-vous est pris à Nyons pour la rencontre. La victime arrive sur les lieux. Et ce n’est pas un homme majeur en recherche d’ébats qu’il trouve sur place mais deux adolescents avides d’en découdre. Ils se précipitent sur leur victime, armés de barres de fer et le rouent de coups en l’abreuvant copieusement d’insultes homophobes.

La violence de l’agression est à peine croyable. Transportée à l’hôpital, il faudra dix jours de soins avant que la victime puisse tout simplement porter plainte. L’enquête est rapidement menée grâce aux traces laissées par les téléphone portables ayant servi aux dialogue préalable à la rencontre. Arrêtés et placés en garde à vue, les deux ados ont reconnu les faits, confirmant la motivation homophobe et déclarant regretter leur acte. Mercredi 29, ils ont été présentés à un juge qui a demandé leur placement en centre éducatif fermé.

Un autre homme, majeur, a aussi été placé en garde à vue. Suspecté de complicité –il a emmené les deux agresseurs en voiture sur les lieux du passage à tabac– il a été placé sous contrôle judiciaire et devra répondre de ses actes à la barre d’un tribunal dans les prochaines semaines.

gayglobeus @ April 19, 2017

Le premier mariage homosexuel a été célébré

Posted in: Le Point / fil de presse international | Comments Off on Le premier mariage homosexuel a été célébré

ladepeche.fr

Patrick et Bernard se sont dit «oui» à la mairie de Saint-Girons./Photo DDM

C’est un mariage pas tout à fait comme les autres qui a été célébré vendredi dernier, à 17 heures.

Le premier adjoint, Thierry Tourné, a uni pour la première fois sur la commune de Saint-Girons un couple homosexuel.

En effet, Patrick et Bernard ont choisi Saint-Girons pour officialiser leur relation, commencée il y a quelques années. Dans la salle des mariages, l’ambiance était partagée entre joie et émotion.

Pour le couple, il ne s’agit pas d’une démarche militante, même s’ils ont défilé pour défendre le mariage pour tous, mais simplement l’occasion de vivre leur bonheur au grand jour.

Des élus empreints de fierté

Pour Thierry Tourné, adjoint au maire, célébré ce mariage a été «une immense fierté car j’ai eu l’impression d’œuvrer, à petite échelle, pour la liberté des individus dans une société où l’image et le paraître tiennent encore plus de place que les qualités humaines. Une immense fierté également de permettre à deux hommes de vivre librement et légalement leur amour, au même titre qu’un amour hétérosexuel.»

Idem pour le maire de ville, François Murillo, qui n’a pas pu lui célébrer lui-même cette union.

Après les consentements des deux époux, Thierry Tourné leur a remis le livret de famille et, au nom de François Murillo, deux «Georgette», le très beau couvert ariégeois.

À cette occasion, la municipalité a eu une petite pensée et quelques mots pour Francine Douillet-Soum, élue saint-gironnaise décédée en 2014, qui avait émis le souhait, dès la promulgation de la loi Taubira, de célébrer le premier mariage homosexuel de la ville. «Elle nous a quittés mais je sais qu’elle aurait aimé être présente ce vendredi-là…» a notamment déclaré l’adjoint au maire.

gayglobeus @ April 19, 2017

À Taïwan, les Eglises s’opposent au mariage homosexuel

Posted in: Le Point / fil de presse international | Comments Off on À Taïwan, les Eglises s’opposent au mariage homosexuel

La Croix

Manifestation en faveur du mariage homosexuel à Taïwan, le 24 mars.

Manifestation en faveur du mariage homosexuel à Taïwan, le 24 mars. / SAM YEH/AF

Taïwan va-t-elle légaliser le mariage homosexuel ?

L’île nationaliste, séparée de la Chine depuis 1949, figure parmi les sociétés les moins hostiles de la région concernant le mariage homosexuel. « Plusieurs tentatives législatives ont été lancées depuis vingt ans, explique Mark Wu, 41 ans, éditeur très impliqué dans le dossier. Des couples se rendaient à la mairie de leur lieu de résidence, les maires refusaient, et des procédures judiciaires étaient lancées mais sans succès. »

Saisie à la fois par la mairie de Taïpei, la capitale, et des militants, la Cour constitutionnelle taïwanaise a commencé l’examen de deux recours cruciaux qui, s’ils sont acceptés, pourraient faire de l’île le premier territoire asiatique à autoriser le mariage pour les couples de même sexe. Au cœur des débats, une disposition du code civil selon laquelle le mariage ne peut unir qu’un homme et une femme. Les avocats des requérants défendent l’idée que cet article est contraire à plusieurs principes de la Constitution garantissant l’égalité entre tous.

En parallèle, un processus législatif visant à légaliser le mariage entre deux individus de même sexe a été lancé dès l’automne dernier au Parlement et accepté en première lecture en décembre. Avant son examen en seconde lecture, une majorité des députés est favorable à l’adoption de la loi. Le ministre de la justice Chiu Tai-san a toutefois expliqué qu’il fallait se donner le temps de forger un consensus plus large sur le mariage gay.

Comment réagissent les Églises de l’île ?

Depuis l’arrivée au pouvoir en mai de la présidente Tsai Ing-wen (catholique baptisée mais peu pratiquante), qui se dit favorable aux droits des homosexuels, les partisans du mariage pour les personnes de même sexe sentent qu’ils ont le vent en poupe. Mais le camp des opposants se renforce également, mettant en lumière les divisions d’une société aux valeurs familiales traditionnelles profondément enracinées.

« Nous sommes différents des pays occidentaux. Dans les cultures orientales, nous accordons une grande importance et une grande place à la piété filiale due par chacun à son père et à sa mère. C’est là une vertu que nous devons préserver », explique David Tseng, porte-parole de l’Alliance des groupes religieux de Taïwan pour la protection de la famille qui regroupe différentes organisations catholiques, protestantes et boud­dhis­tes.

À Taipei, le diocèse catholique a adressé deux lettres aux fidèles pour leur demander de « saturer la boîte mail » de la présidente Tsai Ing-wen après que celle-ci eut déclaré à quelques parlementaires « n’avoir jamais entendu parler, de la part de l’Église, d’une quelconque opposition au mariage entre personnes de même sexe ».

gayglobeus @ April 19, 2017

Un cinéaste tunisien et son amant arrêtés pour homosexualité risquent 3 ans de prison

Posted in: Le Point / fil de presse international | Comments Off on Un cinéaste tunisien et son amant arrêtés pour homosexualité risquent 3 ans de prison

tetu

Plusieurs instances du cinéma français et international demandent la libération immédiate d’un cinéaste tunisien de 38 ans et de son amant, arrêtés pour homosexualité.

Cela fait plus de deux semaines que le cinéaste tunisien Karim Belhaj, diplômé de l’Institut maghrébin de cinéma et de l’École supérieure des études cinématographiques à Paris, a été arrêté par les forces de l’ordre tunisiennes. Il a été interpellé le 13 mars dans son appartement à Tunis en compagnie de son amant, un étudiant de 21 ans qui a également été arrêté. Les deux hommes ont admis avoir eu des relations sexuelles consenties et sont depuis détenus à la prison civile de Mornaguia, au sud-ouest de la capitale, pour « délit d’homosexualité ». En vertu de l’article 230 du code pénal tunisien qui condamne la sodomie entre adultes consentants, ils risquent jusqu’à trois ans d’emprisonnement.

Une nouvelle arrestation poussant l’association Shams, qui défend les minorités sexuelles en Tunisie, a dénoncé cette « persécution des homosexuels » menée par les pouvoirs tunisiens. D’autant que les deux prévenus ont également subi un examen anal imposé bien que cette pratique soit fortement condamnées par les organismes de défense des droits de l’homme. « Personne ne devrait être soumis à des examens pénibles et dégradants qui sont basés sur des théories infirmées et vieilles de 150 ans » défendait ainsi Human Rights Watch en décembre dernier, arguant que les examens anaux étaient le « plus grand mensonge jamais fabriqué dans l’histoire de la médecine » car « on ne peut pas prouver qu’une personne est gay, par aucun de ces examens. »

 

Une contestation à l’international

En France, la Société des réalisateurs de films a annoncé en début de semaine qu’elle dénonçait et condamnait avec fermeté cet « acte de torture » et a appelé à la «libération immédiate des deux hommes ».

Créée en 1968 en pleine contestation du régime gaulliste par des cinéastes tels que René Allio, Claude Berri et bien d’autres, la Société des Réalisateurs de France se donne en effet pour mission de « défendre les libertés artistiques et morales » et se targue de s’engager régulièrement, en France et dans le monde, pour « protéger nos confrères, et tous ceux qui témoignent et qui informent, qui résistent à l’oppression d’où qu’elle vienne ».

Elle est rejoint dans cet effort par l’équipe de la Queer Palm, prix LGBT du Festival de Cannes, ainsi que par l’ARRQ qui défend les intérêts des réalisateurs et réalisatrices du Québec.

Karim Belhaj avait réalisé son premier documentaire en 2011 ainsi qu’un premier court-métrage de fiction l’année suivante, Case départ, évoquant la difficulté des étudiants diplômés tunisiens. Selon Les Inrocks, il est un réalisateur engagé et concerné par la situation politique et par la lutte sociale qui s’opère dans son pays. Le jugement devrait être rendu dans un peu plus d’un mois.

gayglobeus @ April 19, 2017

Un couple homosexuel risque 100 coups de bâton en public

Posted in: Le Point / fil de presse international | Comments Off on Un couple homosexuel risque 100 coups de bâton en public

CNEWSMatin.fr

La province d’Aceh, en Indonésie, applique ses propres lois inspirées de la charia. Photo d’illustration. [HAIDEER MAHYUDDIN / AFP]

Deux jeunes hommes originaires de la province d’Aceh (nord de l’Indonésie), accusés de relations homosexuelles, risquent 100 coups de bâton en public.

Âgés de 20 et 23 ans selon l’agence de presse AP, les deux hommes ont été arrêtés le 28 mars dernier après que des inconnus se sont introduits de force dans la maison dans laquelle ils se trouvaient.

La scène, bouleversante, a été filmée à l’aide d’un téléphone portable. On y voit l’un des deux hommes assis au sol, nu, giflé par l’un de ses bourreaux. Paniqué et désorienté, on peut l’entendre dire : «Mon frère, s’il te plaît, aide-moi, aide-moi. Ils nous ont attrapés» (sic) sans que l’on sache précisément à qui il s’adresse.

Une humiliation qui a ensuite continué sur internet, la vidéo de leur calvaire ayant été abondamment relayée à travers tout le pays sur lesréseaux sociaux. Conduits au commissariat islamique de Wilayatul Hisbah à Banda Aceh, la capitale de la province d’Aceh, située au nord de l’Indonésie, les deux hommes ont été accusés d’homosexualité et sont depuis détenus en attendant d’être condamnés.

Ceux qui les ont dénoncés n’ont en revanche pas été inquiétés. En raison d’un statut particulier, la province d’Aceh permet en effet à de simples citoyens de dénoncer et de retenir toute personne soupçonnée de contrevenir à la charia, la loi islamique.

Et si la législation locale criminalisait déjà la consommation d’alcool, les jeux d’argent ou les relations extraconjugales, un nouveau code pénal spécifique à Aceh, introduit en 2014, vient également interdire les relations homosexuelles, que ce soit la «sodomie » ou les «actes lesbiens».

 

Une peine comparable à de la torture

De ce fait, les deux hommes encourent 100 coups de bâton chacun en public. Une peine qui constituerait un acte de torture, selon Human Rights Watch qui réclame leur libération immédiate.

L’organisation de défense des droits de l’homme souligne d’ailleurs que ce châtiment corporel irait à l’encontre de toutes les lois internationales relatives à la torture, à la non-discrimination et à la non-persécution des minorités sexuelles ainsi que celles sur le droit à la vie privée, pourtant ratifiées par l’Indonésie.

«Aujourd’hui, on assiste à une montée des discriminations au nom de le l’islam à l’encontre des femmes et de la communauté LGBT», déplore Andreas Harsono, chercheur à Human Rights Watch en Indonésie, cité par le quotidien britannique The Guardian.

La législation indonésienne permet pourtant au ministère de l’Intérieur d’abroger des lois prises à l’échelon local, et de nombreuses voix s’élèvent dans le pays et à l’étranger pour demander au président Joko Widodo, réputé modéré, d’intervenir pour mettre un terme aux discriminations dont sont victimes les personnes LGBT ou supposées comme telles dans le pays.

En octobre, dans une interview à la BBC, le président avait pourtant publiquement dénoncé les violences commises à l’égard des LGBT et déclaré que la police devait agir pour défendre les victimes. Une annonce qui jusqu’ici n’a pas été suivie d’effets, déplore Human Rights Watch.

gayglobeus @ April 19, 2017

Emma­nuel Macron « pas amusé » par les rumeurs sur son homo­sexua­lité : « Ça en dit long sur l’ho­mo­pho­bie »

Posted in: Le Point / fil de presse international | Comments Off on Emma­nuel Macron « pas amusé » par les rumeurs sur son homo­sexua­lité : « Ça en dit long sur l’ho­mo­pho­bie »

gala

« Audi­tionné » hier au siège du Pari­sien par les lecteurs du jour­nal, Emma­nuel Macron est, entre autres, revenu sur les rumeurs sur sa préten­due homo­sexua­lité qui ont couru ces dernières semaines. L’oc­ca­sion de dénon­cer verte­ment «  une dégra­da­tion profonde des mœurs poli­tiques ».

Dans un désir de fragi­li­ser la candi­da­ture du leader du mouve­ment En Marche !, ses adver­saires ont fait souf­fler, il y a quelques mois, le vent mauvais d’une rumeur desti­née à frei­ner incons­ciem­ment l’ar­deur de ses élec­teurs. C’est ainsi qu’en pleine campagne Emma­nuel Macron s’est retrouvé à devoir s’ex­pliquer sur une préten­due rela­tion homo­sexuelle avec Mathieu Gallet, le direc­teur de Radio France.

 

Jamais désem­paré face à ce vent mauvais, l’époux de Brigitte Macron avait notam­ment choisi d’en rire le 7 février dernier lors d’un discours impro­visé au théâtre Bobino : « Pour mettre les pieds dans le plat, si dans les dîners en ville, si dans les boucles de mails, on vous dit que j’ai une double vie avec Mathieu Gallet ou qui que ce soit d’autre, c’est mon holo­­gramme qui soudain m’a échappé mais ça ne peut pas être moi. »

 

Mais l’homme poli­tique de 39 ans n’en était pas resté là et s’était épan­ché par la suite beau­coup plus sérieu­se­ment sur cette rumeur dans les colonnes du maga­zineTétu : « Cette polé­mique était folle et deux choses sont odieuses derrière le sous-entendu: dire qu’il n’est pas possible qu’un homme vivant avec une femme plus âgée soit autre chose qu’homo­sexuel ou un gigolo caché, c’est miso­gyne », avait-il alors dénoncé, avant d’ajou­ter : « Et c’est aussi de l’homo­pho­bie. Si j’avais été homo­sexuel, je le dirais et je le vivrais. »

 

Une rumeur sur laquelle il est égale­ment revenu hier face aux lecteurs du Pari­sien. L’oc­ca­sion pour l’an­cien ministre de l’Eco­no­mie d’ex­pliquer combien de tels bruits peuvent se révé­ler « désta­bi­li­sants »  pour les proches notam­ment, indé­pen­dam­ment du fait qu’il ait choisi de les dédra­ma­ti­ser.

 

Mais pas ques­tion pour Emma­nuel Macron de lais­ser les choses en suspens ; c’est ainsi qu’il a tenu à dénon­cer verte­ment que de tels vents révèlent « une dégra­da­tion profonde des mœurs poli­tiques » : « Je la constate ensuite, j’ai eu droit à des cari­ca­tures insi­dieuses et ça va conti­nuer. Ça c’est triste, c’est ainsi, moi je ne m’y résous pas et je pense que l’une des missions dans les prochaines années sera de civi­li­ser la vie poli­tique. »

 

Puis de pour­suivre : « La deuxième chose est que ça en dit long sur l’ho­mo­pho­bie rampante comme si d’être homo­sexuel était une tare ou une mala­die cachée. » Enfin troi­sième point : « Ça en dit beau­coup sur la miso­gy­nie rampante. Parce que si j’avais eu 20 ans de plus que mon épouse, personne n’au­rait pensé une seule seconde que j’au­rais pu être un couple illé­gi­time,c’est parce qu’elle a vingt ans de plus que moi que beau­coup disait que ce truc n’est pas tenable, c’est pas possible. » Et de conclure par un dernier tacle à ses adver­saires : « Donc en fait ça dit simple­ment que ces gens-là ont perdu le sens des réali­tés et ont accepté de faire de la poli­tique de manière igno­mi­nieuse. Qu’ils ont encore un grand problème avec l’ho­mo­sexua­lité ainsi qu’avec les repré­sen­ta­tions sociales et la place de la femme. »

gayglobeus @ April 19, 2017

Homosexuel en Tchétchénie: la mort ou l’exil

Posted in: Le Point / fil de presse international | Comments Off on Homosexuel en Tchétchénie: la mort ou l’exil

ladepeche.fr

Des homosexuels tchétchènes qui ont fui la persécution se cachent à Moscou, le 17 avril 2017 - Naira DAVLASHYAN - AFP
Des homosexuels tchétchènes qui ont fui la persécution se cachent à Moscou, le 17 avril 2017 Naira DAVLASHYAN  /  AFP

Ilia a les traits tirés par la fatigue. Battu et torturé par des hommes en uniforme militaire, cet homosexuel a fui à Moscou où il vit la peur au ventre. “En Tchétchénie, j’avais le choix entre mentir ou mourir”, résume-t-il.

A 20 ans, il se cache désormais dans une petite maison en brique rouge de la banlieue moscovite, qu’il partage avec cinq autres Tchétchènes ayant eux aussi quitté précipitamment la petite république musulmane du Caucase russe. Tous refusent de révéler leur véritable identité par peur d’être identifiés et traqués.

“Si un de mes proches apprend que je suis homosexuel, il n’hésitera pas une seconde à me tuer”, explique à l’AFP l’un d’entre eux, Nortcho. “Et s’ils ne le font pas, alors ils se feront tuer pour ne pas avoir rétabli l’honneur de la famille.”

Si la Russie montre régulièrement un visage homophobe, la question se pose avec une acuité encore plus grande en Tchétchénie, société conservatrice où l’homosexualité, considérée comme un tabou, est un crime passible de mort dans la majorité des familles.

Fin mars, une enquête du journal indépendant Novaïa Gazeta a suscité l’indignation.

Le média, connu pour ses enquêtes critiques à l’égard de Ramzan Kadyrov, qui dirige d’une main de fer la république depuis dix ans, révèle que les homosexuels sont la cible des autorités locales. Ces accusations sont d’autant plus prises au sérieux que ses milices, les “kadyrovtsi”, sont accusés depuis des années par les défenseurs des droits de l’Homme d’exactions et d’enlèvements.

Selon le journal, les autorités ont arrêté plus de 100 homosexuels et incité leurs familles à les tuer pour “laver leur honneur”. Toujours selon Novaïa Gazeta, au moins deux personnes ont été assassinées par leurs proches et une troisième est décédée des suites d’actes de tortures.

Interrogé sur les accusations de Novaïa Gazeta, le porte-parole de M. Kadyrov élude le problème: il ne peut pas y avoir d’exactions contre les gays puisque ceux-ci “n’existent pas” en Tchétchénie.

La parution de l’enquête suscite également une vague d’indignation à l’étranger, dont celle de l’ambassadrice américaine à l’ONU, Nikki Haley, qui s’est dite lundi “troublée” par ces informations.

‘Sursis’

A Moscou, la Ligue LGBT vient en aide aux Tchétchènes en fuite et reçoit “trois à quatre demandes d’aide par jour”, selon Olga Baranova, responsable de l’antenne moscovite de cette ONG. Au total, près de vingt personnes en danger ont déjà été exfiltrées à Moscou, dit-elle à l’AFP.

Même s’il est à plus de 1.800 km de Grozny, Ilia continue de sursauter à chaque fois qu’une voiture s’approche de la maison, protégée par des grilles. “En m’aidant, la Ligue m’a donné un sursis mais on finira par me retrouver”, murmure-t-il.

En octobre, il a été emmené dans un champ et battu par trois hommes en uniforme militaire. Une immense cicatrice balafre le bas de son visage. “Ils ont tout filmé. Ils m’ont dit que ça finirait sur les réseaux sociaux si je ne payais pas 200.000 roubles (3.350 euros). Je me suis endetté et j’ai payé”, raconte-t-il, la voix nouée.

Il a ensuite fui pour Moscou. “Des militaires sont venus voir ma mère et lui ont révélé que je suis homosexuel”, confie Ilia. “Je suis terrifié. Je n’ai pas réussi à dormir depuis que je suis parti de Grozny.”

Z. a quitté la Tchétchénie il y a deux semaines. Lui non plus ne dort plus. La peur que sa femme et leur enfant découvrent son homosexualité le hante.

En mars, il a été détenu “dans une prison non-officielle” pendant une semaine. “Il y avait d’autres homosexuels dans la cellule, certains avaient été battus”, se souvient-il. “Quand ils m’ont relâché, j’ai compris que je devais partir au plus vite.

‘Tyrannie absolue’

Pour Tania Lokchina, de l’ONG Human Rights Watch, “il suffirait d’un coup de fil du Kremlin à Ramzan Kadyrov pour que les arrestations cessent”.

Officiellement, une enquête a été ouverte lundi par le Parquet général. Mais les enquêteurs disent n’avoir reçu “aucune plainte officielle” de victime, selon la déléguée russe pour les droits de l’Homme Tatiana Moskalkova, citée par l’agence TASS.

“Imaginer que des personnes viennent témoigner sans garantie de sécurité est tout simplement impossible”, s’indigne Mme Lokchina. “Les personnes LGBT, déjà extrêmement vulnérables, doivent, en plus des autorités, craindre leurs propres familles”, explique-t-elle.

Pour la journaliste de Novaïa Gazeta, Irina Gordienko, menacée de mort par le Grand Mufti tchétchène après son enquête, Ramzan Kadyrov exerce en Tchétchénie une “tyrannie absolue” avec l’accord tacite du Kremlin. “C’est là le coeur du problème: l’impunité des autorités tchétchènes”, conclut-elle.

gayglobeus @ April 19, 2017

Rapport d’étape sur le VIH/sida et les populations distinctes : Personnes vivant avec le VIH/sida

Posted in: Le Point / fil de presse international | Comments Off on Rapport d’étape sur le VIH/sida et les populations distinctes : Personnes vivant avec le VIH/sida

Agence de la santé publique du Canada

Chapitre 1 – Introduction

1.1 Historique

Toute personne peut être affectée par le VIH ou le sida, quel que soit son âge, son style de vie ou son statut socioéconomique. Cependant, certaines populations sont plus affectées que d’autres. Au Canada, ces populations incluent les hommes gais et les autres hommes ayant des relations sexuelles avec des hommes (HARSAH), les utilisateurs de drogues injectables, les personnes venant de pays où le VIH est endémique, les Autochtones, les personnes incarcérées, les jeunes à risque et les femmes. La plupart des personnes vivant avec le VIH/sida (PVVIH) au Canada font partie d’une ou de plusieurs de ces populations. Bien que le VIH soit une maladie évitable, de nouvelles infections continuent de se produire. À la fin de l’année 2011, on estimait à 71 300 le nombre de PVVIH, avec un taux national de VIH estimé à 0,2 %. Le Canada est donc considéré comme un pays affichant un faible taux de prévalence. (1)

Ce rapport fait partie d’une série de huit rapports d’étape qui résument les données probantes propres aux populations les plus affectées par le VIH au Canada afin d’informer sur le développement des politiques, des programmes et de la recherche. Les autres rapports de la série font état de descriptions détaillées en ce qui concerne la vulnérabilité et la résilience au VIH chez les populations présentant des risques plus élevés. Ce rapport porte sur les PVVIH et a pour objectif de relater diverses réalités au sein de cette population au Canada avec une approche axée sur les déterminants de la santé qui fait état de l’impact de ces facteurs, comme le niveau de revenu, l’emploi, les environnements sociaux, la culture, le genre, l’accès aux services de santé et les habitudes de vie et les compétences d’adaptation personnellesde vie, sur leur qualité de vie et leur état de santé.

Ce rapport d’étape inclut des chapitres relatifs à la surveillance épidémiologique quant aux PVVIH au Canada, l’expérience vécue de ces personnes, les déterminants de santé qui affectent leur qualité de vie, un aperçu des projets de recherche choisis ainsi qu’un aperçu des réponses en termes de programmes financés au moment de la présente publication.

Les thèmes-clés suivants sont tirés de la production du présent rapport : la diversité des PVVIH au Canada; les défis actuels en termes de stigmatisation et de discrimination; l’expérience de certaines PVVIH  du VIH comme une invalidité épisodique; le VIH au cours de la vie d’une personne quant à la prévention de la transmission verticale de la mère à l’enfant pendant la grossesse, aux comorbidités spécifiques liées au VIH et les problèmes associés au vieillissement; les barrières linguistiques et culturelles auxquelles font face certaines personnes pour accéder aux services de soins de santé et de soutien; l’observance du traitement; et le rôle essentiel quant à la participation de la communauté et le soutien.

1.2 Méthodologie

Les thèmes priorisés dans cerapport ont été définis par l’entremise de consultations avec des PVVIH lors de l’assemblé générale annuelle de la Société canadienne du sida et d’un forum pour les PVVIH ainsi que le caucus des Autochtones vivant avec le VIH/sida du Réseau canadien autochtone du sida en 2007. Après ces réunions, l’Agence de la santé publique du Canada a mis en place un groupe de travail consultatif d’experts pour aider au développement et à la dissémination de ce rapport d’étape. Le groupe de travail était composé de PVVIH, de représentants de la communauté, d’organisations non gouvernementales, de chercheurs, d’épidémiologistes et d’experts des politiques et des programmes. Le groupe de travail a agi en tant qu’organe consultatif et fourni des conseils et des commentaires tout au long du processus ainsi que sur les thèmes et les différentes versions du rapport. Des experts supplémentaires ont été consultés de manière ponctuelle pour garantir la précision et l’exhaustivité du rapport.

Au cours de l’élaboration de ce rapport, l’Agence s’est efforcée de suivre le Principe de la participation accrue des PVVIH, ce qui a permis aux PVVIH de jouer un rôle prépondérant sur ce qui les affecte le plus, en reconnaissant ainsi la contribution cruciale qu’elles apportent pour faire avancer la réponse canadienne au VIH/sida. La participation des PVVIH a fait partie intégrante de l’élaboration du présent rapport. Ces dernières ont défini les priorités et thèmes, commenté l’évolution des versions du rapport et apporté leur expérience vécue ainsi que leur expertise au processus.

Le rapport a été élaboré entre juin 2007 et décembre 2011. L’Agence a élaboré une méthodologie interne que chacun des rapports d’étape propres à une population a suivie pour garantir une approche cohérente. Pour chaque chapitre, la méthodologie utilisée a permis de faire la synthèse et le résumé des données probantes les plus récentes et pertinentes possible.

L’examen de la littérature porte principalement sur les publications canadiennes; les données issues de la recherche internationale ont été exclues. Les renseignements épidémiologiques et les données sur la surveillance au niveau national ont été recueillis dans des rapports publiés par l’Agence et d’autres sources. Les documents inclus dans le présent rapport répondaient aux critères suivants : être axés sur le VIH ou le sida; être axés sur les PVVIH au Canada; se rapporter à au moins un des douze déterminants de la santé liés au VIH ou au sida, ou traiter du VIH ou du sida dans le contexte de la prévention, des soins de santé, du traitement, du soutien ou du diagnostic pour les PVVIH. Les renseignements sur le fait de vivre avec le VIH/sida et les déterminants clés de la santé ont été tirés des rapports de recherche et de la littérature grise Note de bas de page 3 publiés du 1er janvier 2005 au 1er mars 2011, en utilisant les termes de recherche et les bases de données cités en annexe A.

Un résumé de projets de recherche choisis, financés entre 2008 et 2010, a été rédigé en compilant les renseignements provenant de sources de financement nationales et d’organisations de financement provinciales sélectionnées. (Voir l’annexe B pour la liste complète des projets de recherche retenus). Des renseignements à la fois quantitatifs et qualitatifs ont été recueillis et analysés.

Des membres du Comité consultatif fédéral-provincial-territorial sur le VIH/sida et des consultants de programmes nationaux et régionaux de l’Agence et la Direction générale de la santé des Premières nations et des Inuits de Santé Canada ont fourni des renseignements sur les stratégies, les réseaux, les comités, les organisations et les projets d’une durée limitée impliqués dans la lutte contre le VIH/sida dans leurs juridictions. Une analyse détaillée des programmes de financement de l’Agence, de Santé Canada et provinciaux a été menée pour obtenir des renseignements au sujet des projets destinés aux PVVIH à l’échelle du Canada. (Voir l’annexe C pour une liste de ces réseaux, coalitions, organismes consultatifs et projets retenus.)

Chapitre 2 – Profil épidémiologique du VIH et du sida au Canada

2.1 Évolution du VIH et du sida au Canada

En mars 1982, le premier cas de décès lié à une maladie qui allait bientôt être connue sous le nom de sida a été déclaré au Canada. (1) Cette déclaration suivait un rapport paru aux États-Unis qui portait sur une grappe de cas d’hommes gais atteints de pneumonie à Pneumocystis carinii et de la maladie de Kaposi, deux infections rares qui ne se développent que chez les personnes dont le système immunitaire est gravement affaibli. Comme les premiers cas identifiés ne touchaient que la communauté gaie, l’appellation « Gay-Related Immune Deficiency » (immunodéficience liée à l’homosexualité) a été proposée, entre autres, pour cette maladie émergente. À la fin de l’année 1982, il était devenu clair que d’autres groupes étaient également affectés, ce qui a porté les Centers for Disease Control and Prevention (Centres pour le contrôle et la prévention des maladies) aux États-Unis à nommer cet ensemble de symptômes « syndrome de l’immunodéficience acquise (sida) ». En 1983, il a été établi qu’un nouveau rétrovirus, nommé par la suite « virus de l’immunodéficience humaine (VIH) », était la cause du sida.

À son émergence au Canada, le VIH était majoritairement prévalent chez les hommes gais, même s’il touchait également les hémophiles et les utilisateurs de drogues injectables. À la fin des années 1980 et au début des années 1990, les femmes ont commencé à en être affectées. Plus récemment, les Autochtones et les personnes provenant de pays où le VIH est endémique sont devenus surreprésentés dans l’épidémie de VIH au Canada. Le taux d’infection au VIH parmi la population carcérale est également plus élevé que parmi la population générale canadienne. (2;3;4)

2.1.1 Situation actuelle

La prévalence du VIH au Canada est relativement faible, la prévalence nationale étant estimée à 0,2 % en 2011. (5) Le Canada a désormais une population croissante de personnes vivant avec le VIH/sida (PVVIH), ce qui s’explique par les deux facteurs suivants : de nouvelles infections au VIH continuent de survenir, et les décès dus au sida ont chuté avec l’introduction des médicaments antirétroviraux. Le taux de nouvelles infections au VIH au Canada est resté relativement stable au cours de la dernière décennie.

Même si n’importe quelle personne peut être affectée par le VIH, celui-ci reste concentré dans certaines populations distinctes au Canada. Tel que mentionné ci-dessus, les populations touchées par le VIH se sont diversifiées, même si les hommes gais constituent toujours la population la plus touchée. L’Initiative fédérale de lutte contre le VIH/sida au Canada est désormais axée sur les populations suivantes, qui sont les plus touchées par le VIH au Canada : les hommes gais et les autres hommes ayant des relations sexuelles avec des hommes (HARSAH), les utilisateurs de drogues injectables, les personnes originaires de pays où le VIH est endémique, les Autochtones, les personnes incarcérées, les jeunes à risque, les femmes et les PVVIH. (4)

Il est important de noter que bon nombre des PVVIH ou à risque au Canada peuvent appartenir à plusieurs de ces groupes. La surveillance du VIH porte sur les principales voies d’exposition au virus (HARSAH, contact hétérosexuel et utilisation de drogues injectables), mais les personnes touchées appartiennent également à différents groupes raciaux ou ethniques et tranches d’âge et de sexe différent; il faut donc des politiques et des programmes de lutte nuancés en matière de prévention, de soin, de traitement et de soutien.

2.2 Données sur le VIH et le sida au Canada

L’Agence de la santé publique du Canada utilise de nombreuses sources de données pour obtenir une vue d’ensemble du VIH chez les Canadiens, notamment la surveillance de routine, la surveillance améliorée des populations vulnérables, les données de recherche et les méthodologies de modélisation, qui servent à produire les estimations nationales. Ce chapitre présente les données provenant de la surveillance de routine et de la surveillance améliorée, ainsi que les estimations du nombre de nouvelles infections au VIH (c’est-à-dire l’incidence) et du nombre total de personnes vivant avec une infection au VIH (c’est-à-dire la prévalence) afin de caractériser le VIH et le sida au Canada.

Le VIH est une maladie à déclaration obligatoire dans toutes les provinces et dans tous les territoires canadiens, ce qui signifie que chaque résultat positif au test du VIH obtenu par un laboratoire ou un prestataire de soins de santé doit être signalé aux autorités sanitaires provinciales. Le sida est uniquement une maladie à déclaration obligatoire dans certaines juridictions, bien que les médecins sont tenus de déclarer tout cas de maladie définissant le sida Note de bas de page 4 chez des patients qui ont déjà reçu un diagnostic d’infection au VIH. Aux fins de surveillance, ces cas sont inclus dans les données nationales sur le sida. Pour tous les cas de sida, des données sur les décès sont également recueillies.

Les provinces et les territoires fournissent sur une base volontaire des données de surveillance de routine à l’Agence. Ces données consistent en déclarations de résultats positifs au test du VIH et des cas de sida déclarés , ne contenant aucun renseignement susceptible d’identifier les personnes concernées. Alors qu’un nombre minimum de données est fourni pour chaque cas (en général, l’âge, le sexe et la date du diagnostic), le nombre des données complémentaires fournies par chaque province et chaque territoire varie; seuls quelques  juridictions  déclarent le pays de naissance, l’origine ethnique et la catégorie d’exposition. Les données complémentaires sur l’origine ethnique sont importantes, car elles permettent de dégager les tendances d’infection parmi différentes races ou différents groupes ethniques. Les données complémentaires sur les catégories d’exposition sont également importantes, car elles indiquent la voie la plus probable par laquelle une personne a pu contracter le VIH.

Le suivi du VIH est difficile, car la surveillance de routine ne produit des données que sur les personnes qui ont subi un test de dépistage et reçu un diagnostic de VIH ou de sida. On estime que 25 % des PVVIH au Canada ignorent  qu’elles sont infectées. (5) La surveillance de routine présente également des limites liées à la sous-déclaration, aux retards dans la déclaration, au risque de double déclaration et aux renseignements manquants. Par conséquent, les données de surveillance de routine à elles seules ne reflètent pas pleinement l’étendue de l’épidémie du VIH au Canada.

Afin d’obtenir  un tableau plus précis du VIH au Canada, l’Agence utilise plusieurs approches, notamment la surveillance améliorée (comportementale et biologique) et les estimations de la prévalence et de l’incidence du VIH. La surveillance améliorée consiste à recueillir des données comportementales auprès d’un groupe ciblé, telles que les comportements sexuels, les comportements liés à l’injection et au dépistage du VIH, et l’état sérologique parmi certains groupes ciblés d’individus. L’Agence exerce une surveillance améliorée parmi les hommes gais, bisexuels et les HARSAH (appelée le système de surveillance M-Track) et parmi les utilisateurs de drogues injectables (appelée le système de surveillance I-Track) afin d’obtenir des connaissances plus approfondies au sujet des tendances de dépistage du VIH, des comportements à risque et de la prévalence du VIH.  Des systèmes semblables de surveillance améliorée sont en cours d’élaboration; l’un des systèmes vise à effectuer un suivi du VIH et des comportements à risque qui y sont associés parmi les personnes provenant de pays où le VIH est endémique ( portera le nom de système de surveillance E-Track) et l’autre porte sur le suivi du VIH parmi les Autochtones (portera le nom de système de surveillance A-Track).

Des données nationales sur l’état sérologique des nouveau-nés exposés en période périnatale à l’infection au VIH sont recueillies par l’intermédiaire du Programme de surveillance périnatale du VIH au Canada, une initiative du Groupe canadien de recherche sur le sida chez les enfants.

L’Agence réalise également des estimations de la prévalence et de l’incidence du VIH à l’échelle nationale pour évaluer le nombre de PVVIH ignorant  leur état sérologique. Ces estimations reposent sur une modélisation mathématique et sont basées sur une combinaison de résultats provenant de la surveillance de routine, de la surveillance améliorée et des données de recherche. Les méthodologies qui permettent d’estimer la prévalence et l’incidence à l’échelle nationale sont complexes et, même si elles sont associées à un certain niveau d’incertitude, elles fournissent un tableau plus précis de l’épidémie du VIH, permettant aux gouvernements et aux fournisseurs de services d’élaborer des programmes et des approches ciblés.

2.2.1 Estimation de l’incidence du VIH

De nouvelles infections au VIH continuent de survenir au Canada. L’Agence estime qu’en 2011, le nombre de nouvelles infections au VIH variait entre 2 250 et 4 100 (figure 1). Cela représente une baisse par rapport à l’incidence culminante de 1985, où l’on estimait le nombre de nouvelles infections entre 3 250 et 6 050. Après 1985, le nombre de nouvelles infections n’a cessé de diminuer progressivement jusqu’au milieu des années 1990; il s’est stabilisé de 1996 à 1999, a connu une hausse de 1999 à 2002 puis s’est à nouveau stabilisé à partir de 2002. (5)

Figure 1 : Nombre estimé de nouvelles infections au VIH au Canada au cours de certaines années

Figure 1

Équivalent textuel – Figure 1

Remarque : L’étendue de l’incertitude est représentée par les barres verticales.

Référence : Agence de la santé publique du Canada. Résumé : Estimations de la prévalence et de l’incidence du VIH au Canada, 2011. Ottawa : Centre de la lutte contre les maladies transmissibles et les infections, Agence de la santé publique du Canada; 2012.

2.2.2 Estimation de la prévalence du VIH

À la fin de l’année 2011, on estimait à 71 300 (entre 58 600 et 84 000) le nombre de personnes vivant avec une infection au VIH (y compris le sida). Environ 25 % d’entre elles, soit entre 14 500 et 21 500 personnes, ignoraient qu’elles étaient infectées par le VIH. (5) La figure 2 représente le nombre estimé d’infections au VIH prévalentes  au Canada depuis le début de l’infection, accompagné des étendues d’incertitudes associées.

Figure 2 : Nombre estimé de personnes vivant avec une infection au VIH au Canada (tous âges confondus)

Figure 2

Équivalent textuel – Figure 2

Remarque : La courbe comprend l’étendue de l’incertitude par année.

Référence : Agence de la santé publique du Canada. Résumé : Estimations de la prévalence et de l’incidence du VIH au Canada, 2011. Ottawa : Centre de la lutte contre les maladies transmissibles et les infections, Agence de la santé publique du Canada; 2012.

2.3 Sexe biologique

En date du 31 décembre 2011, on estimait le nombre d’hommes vivant avec le VIH au Canada (y compris le sida) à 54 700 et le nombre de femmes, à 16 600. (5) Les données de surveillance de routine indiquent que la proportion relative des hommes et des femmes diagnostiqués avec le VIH a évolué au fil du temps. En 1985, moins de 5 % des déclarations de résultats positifs au test du VIH sur lesquelles le sexe était indiqué concernaient des femmes adultes; alors qu’en 2011, les femmes représentaient 23,3 % des nouvelles déclarations de résultats positifs au test du VIH sur lesquelles le sexe était indiqué. (6)

Cependant, au cours de la dernière décennie, les proportions de cas concernant les hommes et les femmes sont restées relativement stables (voir la figure 3).

Figure 3 : Proportion des déclarations de résultats positifs au test du VIH par sexe (tous âges confondus), de 1985 à 2011 (n = 71 361)

Figure 3

Équivalent textuel – Figure 3

Référence : Agence de la santé publique du Canada, données de 2012.

2.4 Âge au moment du diagnostique

Depuis 1985, parmi les déclarations de résultats positifs au test du VIH sur lesquelles l’âge était indiqué, la proportion la plus importante de cas se situait dans la tranche d’âge de 30 à 39 ans Note de bas de page 5. Bien que cette proportion ait chuté depuis 1994, elle reste la plus forte et, en 2011, cette tranche d’âge représentait 30,3 % des cas. Par contre, la proportion des déclarations de résultats positifs au test du VIH parmi les personnes de 40 à 49 ans croît régulièrement depuis le début de l’épidémie, ayant atteint un sommet de 30,5 % en 2008, puis diminué légèrement de nouveau pour atteindre 25,7 % en 2011. La proportion des déclarations annuelles de résultats positifs au test du VIH chez les personnes de 50 ans et plus a également augmenté depuis le début de l’épidémie, atteignant un sommet de 19,4 % en 2011. (6)

La proportion des déclarations de résultats positifs au test du VIH parmi les personnes de 20 à 29 ans a considérablement diminué au fil du temps, passant d’un sommet de 35,6 % en 1985 à un minimum de 19,3 % en 1999. Depuis 1999, la proportion des déclarations de résultats positifs au test du VIH parmi cette tranche d’âge est restée stable, augmentant seulement légèrement pour se chiffrer à 22,7 % en 2011. La proportion des déclarations de résultats positifs au test du VIH parmi les tranches d’âge les plus jeunes est restée relativement faible depuis le début de l’épidémie, un sommet de 3,0 %  atteint en 1985 pour les tranches d’âge de 0 à 14 ans et de 15 à 19 ans. En 2011, la proportion était de 0,6 % pour les personnes de 0 à 14 ans et de 1,7 % pour les personnes de 15 à 19 ans.

Figure 4 : Proportion des déclarations de résultats positifs au test du VIH au Canada par tranche d’âge Figure 4 – Note de bas de page *, de 1985 à 2011 (n = 69 637)

Figure 4

Équivalent textuel – Figure 4

Figure 4 – Note de bas de page *
Lorsque l’âge était indiqué.

Référence : Agence de la santé publique du Canada, données de 2012.

2.5 Répartition géographique

La majorité des déclarations de résultats positifs au test du VIH et des cas de sida déclarés au Canada est concentrée dans les quatre provinces les plus peuplées, soit l’Ontario, le Québec, la Colombie-Britannique et l’Alberta, qui représentent environ 86 % de la population canadienne générale (7). Ensemble, ces quatre provinces représentent 93,3 % de l’ensemble des déclarations de résultats positifs au test du VIH depuis 1985, et 94,4 % de l’ensemble des cas de sida déclarés depuis 1979. (6) Il est important de noter que les systèmes de surveillance enregistrent la province dans laquelle les résultats positifs au test du VIH sont obtenus ou dans laquelle le cas de sida est diagnostiqué; cette province ne correspond donc pas nécessairement à la province dans laquelle la personne a été infectée ou dans laquelle elle réside.

Figure 5 : Nombre de déclarations de résultats positifs au test du VIH (n = 74 162) et de cas de sida déclarés (n = 22 473) par province et par territoire, de 1985 à 2011

Figure 5

Équivalent textuel – Figure 5

Référence : Agence de la santé publique du Canada, données internes de 2012.

2.6 Catégories nationales d’exposition à l’infection au VIH

Cette section explique la classification des déclarations de résultats positifs au test du VIH par catégorie d’exposition et donne un aperçu général de l’épidémie du VIH au Canada.

2.6.1 Classification des catégories d’exposition

La plupart des déclarations de résultats positifs au test du VIH et des cas de sida déclarés à l’Agence par l’intermédiaire de la surveillance de routine comprennent un ou plusieurs facteurs de risque déclarés, telles que les relations sexuelles avec un homme, les relations sexuelles avec une femme, l’injection de drogues ou la réception d’une transfusion sanguine.

Aux fins de déclaration nationale, les déclarations de résultats positifs au test du VIH et les cas de sida déclarés sont classés dans une seule catégorie d’exposition (en fonction du ou des facteurs de risque déclarés) dans la hiérarchie de l’exposition au risque (voir la figure 6). La hiérarchie des catégories d’exposition a été établie pour permettre de classer les déclarations de résultats positifs au test du VIH et les cas de sida déclarés dont le mode de transmission du VIH est inconnu ou lorsque plusieurs facteurs de risque sont déclarés. Lorsque plusieurs facteurs de risque sont déclarés, le cas est classé selon la catégorie d’exposition qui occupe le rang le plus élevé dans la hiérarchie. Par exemple, si une déclaration de résultats positifs au test du VIH ou un cas de sida cite les facteurs de risque « utilisation de drogues injectables » et « contact hétérosexuel », la déclaration ou le cas est classé dans la catégorie d’exposition par utilisation de drogues injectables en vue de la collecte de données à l’échelle nationale, car cette catégorie représente l’activité dont le risque est le plus élevé. (8)

S’il est connu qu’une personne qui utilise des drogues injectables a contracté le VIH par exposition professionnelle, le cas est classé dans la catégorie « exposition professionnelle », même si cette dernière occupe un rang inférieur dans la hiérarchie, puisque la voie réelle d’infection au VIH est connue.

La hiérarchie des catégories d’exposition a été créée en collaboration avec des intervenants à l’échelle nationale lorsque le système de surveillance du VIH a premier été établi au Canada. Elle était basée sur les tendances épidémiques de l’époque et visait à servir d’outil épidémiologique pour la surveillance et la classification des cas.

Figure 6 : Hiérarchie nationale des catégories d’exposition à l’infection au VIH

Figure 6

Équivalent textuel – Figure 6

Référence : Agence de la santé publique du Canada, données internes, 2012.

2.6.2. Aperçu du VIH au Canada par catégorie d’exposition

Cette section donne un aperçu général de l’épidémie du VIH au Canada par catégorie d’exposition à l’aide de données provenant d’estimations nationales et de la surveillance de routine. Elle décrit la différence de répartition de ces catégories au fil du temps et entre les hommes et les femmes adultes.

Au Canada, à la fin de l’année 2011, la catégorie d’exposition qui affichait la plus grande proportion du nombre estimé d’infections prévalentes était celle des HARSAH avec 46,7 % des cas, suivie par la catégorie d’exposition par contact hétérosexuel avec une personne originaire d’un pays où le VIH n’est pas endémique Note de bas de page 6 et la catégorie d’exposition par contact hétérosexuel avec une personne originaire d’un pays où le VIH est endémique Note de bas de page 7, avec respectivement 17,6 % et 14,9 % des cas prévalents de VIH, ainsi que la catégorie d’exposition par utilisation de drogues injectables avec 16,9 %. On estime que la catégorie combinée des HARSAH et utilisant des drogues injectables représente 3 % de la proportion totale de cas de VIH prévalents et que les autres catégories d’exposition, comme les receveurs de sang ou de facteurs de coagulation, la transmission périnatale et la transmission professionnelle, représentent 0,8 % cumulativement. (5)

En 2011, le nombre estimé de nouvelles déclarations de résultats positifs au test du VIH classées dans la catégorie d’exposition des HARSAH était de 1 480 (soit 46,6 %). Le nombre estimé de nouvelles infections au VIH classées dans les catégories d’exposition par contact hétérosexuel avec une personne originaire d’un pays où le VIH n’est pas endémique et contact hétérosexuel avec une personne originaire d’un pays où le VIH est endémique était respectivement de 645 (20,3 %) et de 535 (16,9 %). Par ailleurs, 435 cas (13,7 %) ont été classés dans la catégorie d’exposition par utilisation de drogues injectables et 80 cas (2,5 %) ont été classés dans la catégorie d’exposition des HARSAH et utilisant des drogues injectables. (5) La figure 7 illustre les tendances du nombre estimé de nouvelles infections au VIH par catégorie d’exposition au fil du temps.

Figure 7 : Nombre estimé de nouvelles infections au VIH au Canada par année et par catégorie d’exposition (étendue d’incertitude omise)

Figure 7

Équivalent textuel – Figure 7

Référence : Agence de la santé publique du Canada. Résumé : Estimations de la prévalence et de l’incidence du VIH au Canada, 2011. Ottawa : Centre de la lutte contre les maladies transmissibles et les infections, Agence de la santé publique du Canada; 201