Posts Tagged ‘albert’

Charlene et Albert religieusement mariés, Monaco fait la fête

Sunday, July 3rd, 2011

20minutes.fr

PEOPLE – Malgré les rumeurs, il n’y a pas eu de drame samedi sur le Rocher. Et tout s’est déroulé dans la joie…

Certains en rêvaient, à cause des rumeurs de la semaine passée, mais non, Charlene a bien dit oui à Albert devant l’autel samedi… dans la principauté lors d’une messe en plein air devant près d’un millier d’invités.

>> Revivez la cérémonie en vidéo

L’office, qui s’est tenu dans la cour d’honneur du palais princier, a été retransmis sur écrans géants dans la principauté, et par des télévisions du monde entier.

En se disant oui civilement, la veille, le prince Albert, 53 ans, et la nouvelle princesse de Monaco, 33 ans, ont mis fin aux rumeurs qui planaient sur leur union, offrant un moment de faste à un Rocher à la recherche d’un second souffle. Le palais princier comptait sur l’événement pour recréer un peu de la magie qui a longtemps entouré la famille Grimaldi.

Nicolas Sarkozy et Bernadette Chirac

Une quarantaine de têtes couronnées et de familles régnantes, ainsi qu’une vingtaine de chefs d’État, dont le président français Nicolas Sarkozy, assistaient à la messe de mariage entre le prince et l’ancienne nageuse sud-africaine.

Charlene, habillée d’une robe blanche en satin Armani avec une longue traîne évoquant une sirène, et Albert, portant son uniforme blanc de carabinier, ont foulé le monumental tapis rouge et blanc recouvrant le sol de la cour d’honneur.

L’échange des alliances, devant l’archevêque de Monaco, Mgr Bernard Barsi, a été suivi d’un chant sud-africain.

L’arrivée des invités dans une noria de limousines a donné lieu à un festival d’élégance. Nicolas Sarkozy est arrivé sans Carla Bruni, tandis que Bernadette Chirac était saluée par des applaudissements.

Emotion et quelques larmes

«Cette messe de mariage était très recueillie, très priante, très élégante», a témoigné cette dernière sur France 2. «L’idée de refaire la cathédrale dans la cour intérieure du palais, avec toutes ces fleurs blanches et la robe de la mariée était magnifique», a-t-elle ajouté.

Après la messe, les mariés ont traversé la ville à bord d’une limousine décapotable, salués par une foule de Monégasques et de visiteurs du monde entier.

Ils se sont ensuite rendus à la chapelle Sainte-Dévote où la princesse a déposé son bouquet de mariée comme l’avait fait 55 ans auparavant Grace Kelly. Là, Charlene de Monaco, très émue, a versé quelques larmes.

Caractère bien trempé

Après ce moment intime, des hourras ont été lancés par une petite foule de jeunes du pays, près d’un parterre de fleurs représentant les drapeaux monégasque et sud-africain.

Les festivités se sont poursuivies par un dîner de gala préparé par le chef Alain Ducasse, avant que le «feu d’artifice du siècle», selon l’expression du maire de Monaco, n’embrase le ciel.

Plus de 100.000 personnes se sont rendues depuis vendredi dans la petite principauté, qui espère des retombées économiques importantes de ce mariage.

Depuis les fiançailles, le 23 juin 2010, Charlene, au caractère bien trempé, a appris son rôle de princesse. Selon Albert, les principales qualités de l’ex-championne de natation sont sa sensibilité, son humour et sa curiosité.

Mariage d’Albert de Monaco et Charlene : A table avec Alain Ducasse !

Saturday, July 2nd, 2011

Purepeople

Un avant-goût des saveurs méditerranéennes du dîner le plus prestigieux du week-end à venir ? Loupé ! Un mois après avoir livré les lignes de force de ce que serait sa composition pour le dîner final du mariage du prince Albert et de Charlene Wittstock, le chef franco-monégasque Alain Ducasse a tenu sa langue à quelques heures de servir les assiettes pour près de 500 convives conviés sur les terrasses de l’Opéra Garnier et du Casino. En l’occurrence, une terrasse éphémère de 1400m² sur pilotis face à la Méditerranée, avec vue imprenable sur le feu d’artifice concocté par Jacques Couturier.

Vendredi matin, à 11 heures, le patron trois étoiles du Louis XV apparaissait en conférence de presse au côté de Bernard Lambert, Directeur Général de la Société des Bains de Mer, pour évoquer le dîner officiel du mariage princier (menu, décor, produits….). Et il a été avare en vraies confidences, laissant planer le mystère jusqu’au bout, comme l’ont rapporté nos confrères de Monaco Matin. Entre les Eagles et Jean-Michel Jarre, la partition des saveurs aussi soigne ses nuances.

Il a en revanche confirmé ce que l’on savait déjà : “Trois plats, un dessert, pas de viande, un menu végétal et marin.” Parmi les rares indiscrétions, on salive sur “la courgette de mer, cueillie une heure avant, avec un filet d’huile d’olive” et on savoure la précision : “l’harmonie parfaite, ce n’est pas que le goût, c’est la brillance du navet. Le navet, on a décidé de l’enduire d’huile d’olive avec un peu de pistou d’herbes amères.” Le chef entend répondre avec tout le panache de sa cuisine aux doléances du prince Albert, qui avait souhaité que soit mis l’accent sur les produits méditerranéens, et de sa fiancée Charlene Wittstock, qui avait demandé d’oublier les produits gras et de luxe. Alain Ducasse avait donc d’emblée rayé de sa liste le foie gras nommément ciblé par la Sud-Africaine de 33 ans, lui l’ambassadeur de la gastronomie française et l’enfant des Landes qui n’a jamais perdu de vue les spécialités de la ferme familiale gasconne de la Chalosse.

Secondé par son complice de toujours Frank Cerutti, Alain Ducasse sera entouré d’une soixantaine de chefs le soir crucial, mais c’est dans le secret des cuisines de son restaurant monégasque qu’il s’est attelé à la tâche.

Pour le végétal, les produits viendront du Mont Agel la résidence privée du Prince Albert au-dessus de la Principauté. Une partie des 17 fruits, légumes et herbes qui composeront le menu a été cueillie ce matin, le reste le sera samedi matin pour être le plus frais possible“, a-t-il lâché aux journalistes ce vendredi. Le prince Albert tenait beaucoup à ce que la propriété de Rocagel, qu’aimait tant sa mère la princesse Grace, fournisse la matière première du repas. Malgré la grêle qui s’est abattu en Principauté il y a 48 heures, détruisant 10% de la récolte, les provisions ne font pas défaut. La sensation est venue du dessert, qui nécessitera la traite, samedi matin, de neuf vaches pour fournir les 35 litres de lait utiles à la fabrication de la “glace cassonade, fleur de sel”.

Un Chardonnay blanc en provenance d’Afrique du Sud, pays de la mariée, arrosera l’entrée, avant que soit servi un “Copeaux de poutargue, légumes de Roc Agel” composé de poissons de roche, mets apprécié d’Albert II. Pour ce menu entre terre et mer où ne figurera aucune viande, la pêche a été confiée aux Rinaldi, dernière famille de pêcheurs de la Principauté.

Le dîner, pensé depuis des semaines dans les moindres détails pour satisfaire les requisit du prince et de sa belle, mais aussi les spécificités (médicales, religieuses…) de chacun, sera servi sur les terrasses du Casino, où les 500 convives, attablés par dix, occuperont un espace de 1400 m² magnifié par un décor aux allures de jardin méditerranéen réalisé par Bernard Lambert et tourné vers la mer. Le protea, fleur symbole de l’Afrique du Sud, y trouvera une place de choix, et ornera la pièce montée. La table d’honneur sera la seule dressée en T. Ce sont en tout près de 350 personnes, dont 200 maîtres d’hôtel, qui veilleront à tout.

Mariage Albert et Charlene : Stéphanie de Monaco entourée de ses trois enfants

Saturday, July 2nd, 2011

A occasion unique, situation unique ! Pour le mariage de son frère avec Charlene Wittstock, Stéphanie de Monaco avait réussi à réunir ses trois enfants auprès d’elle. Il est vrai qu’il est fort rare de voir la fille cadette de Rainier et Grace Kelly avec Louis et Pauline Ducruet et Camille Gottlieb, les trois en même temps ! D’autant plus que le 1er juillet n’est pas un jour comme les autres : ce même jour, en 1995, Daniel Ducruet épousait la princesse rebelle Stéphanie avant d’en divorcer une année plus tard pour de bien tristes raisons.

Suivez l’actualité de Stéphanie de Monaco sur Facebook

Mais, hier, la fête était de mise pour célébrer le mariage civil de son Altesse Sérénissime le Prince Albert avec celle qui a réussi à lui passer la corde au cou, la nageuse Sud-Africaine Charlene Wittstock. Aussi Stéphanie était très épanouie entourée de ses trois “petits” devenus grands : Louis a désormais 18 ans, la grande sportive Pauline a 17 ans et Camille fêtera ses 13 ans le 15 juillet.

Non loin d’elle sa soeur Caroline de Hanovre n’était pas en reste puisqu’elle aussi avait rassemblé sa progéniture : Alexandra, 11 ans et demi, était collée à sa maman et à son téléphone portable, la divine Charlotte, 24 ans, (habillée par Chanel comme sa mère) était accompagnée par son amoureux Alex Dellal, Pierre, 23 ans, était au côté de sa douce Beatrice Borromeo. Quant à Andrea, l’aîné de la fratrie âgé de 27 ans, il était présent mais ans sa compagne Tatiana Santo Domingo.

Le spectacle a été une véritable réussite. Tout ce petit monde a été ébloui par la magie de Jean-Michel Jarre et a bien dansé au rythme de la musique électronique. La pression qui entourait les jeunes mariés a pu doucement retomber avant qu’elle ne revienne pour le grand mariage religieux de cet après-midi.

La princesse Stéphanie (Monaco) au micro pour parler SIDA

Saturday, December 5th, 2009

À l’antenne de Radio Monaco, la princesse Stéphanie a évoqué hier soir la lutte contre le Sida. Avec la participation surprise de son frère, Albert II

Deux heures pour parler sida. Antenne unique, sur Radio Monaco pour une émission «Jungle fight» exceptionnelle en direct et en public de la Brasserie de Monaco. Au micro, la princesse Stéphanie, présidente de Fight Aids Monaco (FAM), venue parler du combat qui lui tient à cœur.

Vers la fin de l’émission, arrivée en « invité surprise » du prince Albert II. Le souverain venu épauler sa « petite » sœur, en évoquant au micro l’engagement de la Principauté dans la lutte contre le sida. « Nous sommes un tout petit pays mais avec un grand cœur », glisse la princesse Stéphanie.

Avant que son frère félicite «la passion et le dynamisme» de sa sœur : « Je sais qu’elle a beaucoup de générosité et de sensibilité et une énergie à trouver de bonnes solutions ».

La vie gay à Monaco

Saturday, October 10th, 2009

Le Prince Rainier s’est éteint alors que la Principauté s’allume…
Par: Roger-Luc Chayer, Éditeur
Le plus petit état indépendant du monde après le Vatican vient de vivre un
énorme drame qui met en  émoi la communauté internationale: le Prince
Rainier, adoré de tous, a succombé à la maladie, dans un climat sociale
qui pourrait faire exemple dans de nombreux autres pays qui se prétendent
aussi riches.
La Principauté de Monaco, avec ses 1,95 km carrés, se traverse à pied en
quelques minutes pour les jeunes et en une à deux heures pour les plus
vieux. Petit vous dites? Certainement en superficie mais pas en impact
social ou en réputation. Ce petit paradis fiscal situé au sud de l’Europe,
enclavé par la France, entre les villes de Nice et la frontière italienne,
a toujours été indépendant, ce qui n’aura pas toujours contribué à aider
certaines causes sociales dans le passé, comme l’épanouissement des
homosexuels.
En fait, il faudrait surtout parler ici de militantisme gay puisque nous
sommes loin de parler ici d’un état totalitaire privant ses citoyens des
droits les plus fondamentaux. Au contraire la Principauté de Monaco a
été, et ce particulièrement depuis la seconde guerre mondiale, un exemple
en matière de droits individuels et les observations contenues dans cet
éditorial ne sont rien de plus qu’une critique sympathique de la situation
d’une autre époque..
Bref, en 2000-2001, alors que Le Groupe National (www.le-national.com)
tentait une percée médiatique web vers l’Europe, j’ai tenté, comme res-
ponsable de ce site internet, de créer des liens avec les autorités politiques
locales pouvant mener vers la création d’un espace convivial pour que les
gais et lesbiennes puissent partager leurs réalités avec d’autres comme
eux.
Un centre communautaire, une agora ou un simple espace prêté par la ville
de Monte-Carlo (Capitale de Monaco), l’espace importait peu puisque
nous n’anticipions pas une masse de participants puisque le pays en entier
ne compte que 35,000 habitants et que la cohabitation étant à l’étroit, nous
ne pouvions qu’espérer quelques dizaines de personnes qui viendraient à
visage découvert dire qu’ils étaient gais.
Comme éditeur et préoccupé par la situation sociale des gais d’une région
où j’ai personnellement habité à une autre époque, je n’ai peut-être pas
eu le succès escompté puisque non seulement il n’aura pas été possible
d’ouvrir un centre d’épanouissement pour les homosexuels de Monaco
mais je n’aurai même pas eu un suivi des politiciens locaux. Il faut bien
comprendre qu’à l’époque, comme tout le monde habitait aux sur un ro-
cher et que les probabilités de croiser un voisin étaient mathématiquement
très élevées, contrairement aux pays de grands espaces comme le Canada,
même les politiciens et les autorités locales pouvaient ressentir un certain
malaise à parler de la question gay de peur de passer pour gay.
Monaco est toutefois un pays, comme je le disais plus tôt dans cet article,
qui est capable de surprendre bien du monde et la Principauté, dans le cas
du traitement et de la prévention du SIDA, marquait la cadence en y allant
de la fondation d’un organisme absolument fascinant, l’Association Fight
Aids Monaco!
Présidée par une Princesse, fort populaire dans son pays pour ses actions
humanitaires, la FAM organise depuis quelques années des événements
de financement qui font rêver les autres associations européennes et nord
américaines. Certains diront que c’est facile de réussir avec brio dans un
si petit pays, je suis de ceux qui croient qu’il est effectivement facile de
réussir avec brio mais pas pour les mêmes raisons. Voyez-vous, la FAM
est administrée par la Princesse qui préside le Conseil d’Administration
et qui veille à ce que la vocation de l’association soit non seulement res-
pectée, mais que l’argent serve exactement à ce à quoi il a été récolté: La
recherche et l’aide aux personnes atteintes de la Principauté.
Pourquoi en parler à partir de Montréal dans un magazine qui n’a rien
à voir, ou si peu, avec Monaco? C’est que nous croyons qu’il est tou-
jours possible de faire mieux avec les ressources disponibles et que
d’autres, ailleurs, y arrivent au prix de certains efforts. Ce n’est pas
demain que le SIDA sera guéri au Canada comme à Monaco ou ailleurs,
mais la qualité de vie des personnes atteintes, le coût des médicaments,
la qualité de la nourriture à être consommée par les personnes vivant
avec la maladie et la réputation de la cause, parfois malmenée à cause
de quelques individus qui voient en elle une entreprise trop lucrative
pour ne pas être exploitée, tout cela demande que nous mettions toutes
nos énergies à faire de la question, une affaire bien gérée et propre, les
personnes atteintes le méritent et de toute façon, elles en ont besoin
pour survivre. La visite du site monacosida.org en vaut le détour…
Revue Le Point – 33 – 2005
06