Vox-Pop

Le village d'après ses habitants.


La semaine dernière, RG entreprenait un vox populis(vérifier l'ortho) sur la question du village gai. Nous voulions converser et rapporter les propos des gens qui y habitent, qui y travaillent et qui y consomment. Nous avons donc passé quelques heures au parc de l'Espoir à questionner tous ceux qui nous tombaient sous la main. 38 personnes furent abordées, 18 acceptèrent de répondre à nos questions plutôt ouvertes.


Un "ancien" gai nous raconte...

Comment trouvez-vous l'architecture du village et principalement celle de la rue Ste-Catherine?

Personnellement quand ça fait 30 ou 35 ans que vous habitez le quartier pis que vous avez vu les améliorations, vous levez le chapeau à travers tout ça et je sais qu'il y a encore des améliorations à faire mais Paris ne s'est pas construite en une journée.

Comment était le village il y a 30 ans?

On ne l'appelait pas le faubourg à la mélasse pour rien! Ce faubourg était aussi mal coté que le quartier Saint-Henri par exemple. Il avait une valeur égale.

En 30 ans, est-ce qu'il y a eu vraiment beaucoup de rénovations et est-ce que c'est mieux maintenant?

Si on faisait un chiffre de un à dix, je pourrais dire que je donnerais un bon huit pour l'amélioration.

Maintenant que l'architecture se serait améliorée, comment trouvez-vous l'économie du village? Son état de pauvreté ou de richesse dépendant du point de vue? Est-ce que les gens sont plus pauvres qu'ils l'étaient à l'époque?

C'est à dire qu'ils sont un peu plus en sécurité qu'il y a une trentaine d'années. À l'époque, il y avait énormément de familles nombreuses, beaucoup d'enfants, quand on parlait de la Saint-Vincent-de-Paul à travers Montréal, on le voyait ici dans le quartier, c'était pas ailleurs. Ça dénote à quel point il y avait énormément de pauvres et aujourd'hui, les pauvres qu'on a ne sont pas nécessairement des gens du village, ils viennent de l'extérieur. Quand je dis de l'extérieur, c'est de Québec, de Chicoutimi, d'un peu partout, on les reçoit. Ils viennent dans le village peut-être parce qu'on est plus ouvert dans le village qu'on est ouvert dans les autres quartiers?

Comment percevez-vous la présence de la police dans le village? Est-ce qu'il y en a trop ou pas assez?

Ni un ni l'autre. Je dirais qu'ils se font discrets et je l'apprécie beaucoup. Pour moi ça c'est plus important que de dire qu'on n'en voit pas du tout, qu'ils ne s'occupent pas de rien ou de les voir harceler le monde comme ça se fait à Québec.

Quel est d'après vous le plus bel édifice du village?

Je pense toujours que c'est celui qu'on appelle aujourd'hui l'édifice du KOX, l'ancien Théâtre Félix Le Clerc. C'est celui là.

Et le plus laid?

L'ancien théâtre chinois à coté du restaurant Cristal.

Vous sentez-vous en sécurité dans les rues du village?

Ah oui, il faut aller ailleurs pour le savoir. Si on compare avec Toronto où les gais se font énormément harceler par les "straights" ... Ils ont souvent des batailles de gangs... Ici dans le village, je me suis toujours senti en sécurité peut-être parce que je mesure 6 pieds et que je pèse 200 livres. Mais je ne suis pas un "chicken".

Est-ce que vous trouvez qu'il y a une présence suffisante du drapeau gai dans le village?

Moi je ne vois pas la nécessité de m'afficher gai. Je suis bien dans ma peau, je vais m'afficher parce que je suis bien dans ma peau. Si le drapeau était bien affiché dans les organismes communautaires passe encore car comme pour les gouvernements provinciaux et fédéral qui mettent leurs drapeaux au dessus de chaque bâtiment qu'ils administrent, ça serait normal que les organismes communautaires gais le fassent. j'ai par contre l'impression que si le drapeau devait être au dessus de chaque commerce gai, ça aurait un effet d'exclusion des "straights". Ils auraient encore plus de raisons de ne pas s'intégrer à nous et ils nous le reprocherait.

Est-ce qu'il existe véritablement un village, une cellule communautaire unie ou est-ce que le village ne doit pas tout simplement son existence aux commerces gais qui se regroupent presque au même endroit?

C'est moins symbolique qu'il y a quelques années quand on constate tous les touristes qui viennent nous voir. Ils y viennent parce que c'est LE village mais aussi parce qu'on y retrouve l'essentiel de ce qu'on a de besoin en tant que communauté gaie. Il manque quelques boutiques par exemple. Moi, ce que déplore c'est le coté artistique.

Justement, quel est l'événement culturel gai qui se soit déroulé dans le village depuis un an dont vous vous souvenez le plus?

(long silence) ...Rien. Désolé.


Des réponses qui se ressemblent

Ce qui surprend dans ce sondage qui n'a surtout pas la prétention d'être officiel et basé sur une méthodologie reconnue, c'est la similitude entre les réponses des personnes interrogées. Quand on demande quel est le plus bel édifice du village, 100% des répondants affirment que c'est l'ancien théâtre Félix Le Clerc, coin Alexandre de Sève et Sainte-Catherine. Sur la question concernant l'événement culturel dont ils se souviennent, encore une fois 100% des répondants ne peuvent tout simplement pas nommer un seul événement.

Grosso modo, les gais interrogés sont satisfaits de la qualité de vie dans leur village. Ils apprécient grandement le travail et la présence policière, ils se sentent en sécurité même s'ils admettent ne pas être assez informé des actes de violence qui s'y produisent (((comme l'affirme Serge S., caissier dans un sauna:<<... Je ne pensais pas qu'il y avait de la violence dans le village, on n'en entend pratiquement jamais parlé et ça nous donne une fausse impression de sécurité...>>.)))

Parmi les critiques plus spécifiques, on semble profondément agacé par tous les "quéteux" et clochards de toute sorte qui envahissent depuis quelques années ce que les gais ont eu tant de peine à rénover. (((Alexandre, étudiant en philo à l'UQAM déclare:<<... Ils ont souvent mon age, j'aimerais pouvoir les aider mais ils sont tellement menaçants, t'est plus en situation d'autodéfense qu'en situation d'aide. Peut-être que si ces gars-là avaient des cheveux normaux et moins de symboles de violence sur eux qu'on serait plus tenté de leur donner un trente sous...>>.)))La plupart des répondants seraient prêts à tolérer une plus grande répression policière si celle-ci était orientée vers les punks et les "quéteux".

Finalement, toutes les personnes interrogées aiment leur village, considèrent qu'il y a assez de parcs, que la prostitution n'est pas un fléau et serait même un élément positif puisqu'il s'agirait d'un espèce de service public. On aimerait aussi plus de fleurs et moins de restaurants.

Que dire de l'état de la culture dans le village? (((Marco, un habitué des "gyms" du village nous dit:<<... Il y a tellement de publicité autour des méga-partys que le reste semble fade, moins intéressant...>>))). Bien que de nombreux événements culturels tels que Ganymède ou le Théâtre du Lys arc-en-ciel s'y produisent régulièrement, on semble inviter les promoteurs à faire plus de publicité dans les rues du village plutôt que dans les bars qui, disons-le, n'est pas le meilleur endroit pour y trouver des amateurs d'art!

Un remerciement particulier à monsieur Étienne Lapointe qui a su nous éclairer de sa longue expérience de la vie dans le village gai de Montréal.

R.L.C.