Mais enfin, que se passe t-il à la Maison Ludovic

Dans le cadre de nos enquêtes journalistiques (voir éditorial), la Maison Ludovic a été sollicitée afin qu'elle dépose ses états financiers pour la dernière année. Toutefois, nous apprenons en dernière minute que son conseil d'administration, présidé par monsieur Pierre ROY a passé la résolution disant que ces états financiers ne seraient pas remis à RG. Le président, un mois plus tôt, avait pourtant promit à notre journaliste qu'il divulguerait les chiffres avec plaisir. Cette réaction d'un organisme sans but lucratif est un précédent grave en ce qui concerne le droit à l'information des lecteurs. RG a d'ailleurs appris en exclusivité que la Maison Ludovic accumulait un déficit de 6000$ par mois. Cette dernière nouvelle expliquerait à elle seule la volonté de ne surtout pas rendre public les états financiers qui parleraient par eux-mêmes. La Maison Ludovic a aussi augmenté, au premier avril dernier, le loyer des résidents de 30$/mois en disant que toutes les maisons d'hébergement pour sidéens augmentaient du même montant. Après vérification, c'est faux, seul Ludovic a augmenté d'un montant correspondant au triple de ce que recommande la Régie du Logement. Quand on sait que les résidants n'ont pas la force d'aller contester leur augmentation et qu'ils ne comptent que sur l'aide sociale pour vivre, ça devient immoral. RG a sur ce dernier point, rencontré un résident qui était en pleurs à l'idée de se voir coupé de 30$/mois de son aide sociale. De plus, le 14 avril dernier, RG était convoqué par un comité de quatre employés de la maison Ludovic qui voulait dénoncer le traitement accordé aux résidents et travailleurs par une préposée aux bénéficiaires. Cette employée rendait la vie difficile aux résidents, on l'accusait de mal traiter certains malades homosexuels et se permettait des propos homophobes du genre:<<...Le suppositoire fait mal, pourtant il y a des choses bien plus grosses qui sont passées par là avant!!!...>>. Quand un résident meurt, elle commente l'événement en public ainsi:<<... Un sidéen de moins, un trouble de moins...>> en plus d'infliger des traitements parfois discutables comme de donner le bain à un patient comateux qui décédera 30 minutes plus tard et cela, malgré les conseils de ses collègues.

Confrontée à toutes ces accusations, la direction n'avait à dire que:<<...Il est certain que l'employée qui est à la source de ce malaise, a un caractère autoritaire qui ne convient pas à toutes les situations auxquelles elle est confrontée...>>. A ce jour, la direction a négligée de nous informer des mesures prises contre l'employée mais RG a appris qu'elle serait toujours en poste et qu'aucun changement dans sa situation ne serait intervenue. Les employés plaignants vivent toutefois une autre situation. Deux ne sont plus à l'emploi de Ludovic, un autre est transféré régulièrement et un dernier verra son contrat non renouvelé d'ici peu.

En prenant connaissance des faits mentionnés plus haut, RG a le devoir d'exiger des comptes de la Maison Ludovic. Après tout, elle entreprendra sous peu une nouvelle campagne de souscription et demandera l'argent des lecteurs. A défaut d'avoir l'entière collaboration de tous les dirigeants de la Maison, RG dénoncera ce qui s'y passe et exigera, pour la plus grande sécurité et la qualité de vie des résidents, des garanties que nous publierons dans ces pages.

Y a t'il incompétence de la direction qui laisse une employée incompétente exercer un emploi auprès de malades fragiles? Est-ce la même incompétence du conseil d'administration qui explique le déficit mensuel de 6000$? Quand est-ce que les autorités de Ludovic répondront à nos questions avec des états financiers vérifiés? A SUIVRE...

RLC