Gros-mots

Conseil des Arts et de la Culture du Québec

Le Conseil des Arts et de la Culture du Québec est ce nouvel organisme qui chapeaute les centaines de subventions accordées par le Gouvernement du Québec à toute l'industrie culturelle. Le Québec étant probablement un des états au monde qui supporte le plus ses artistes, il fallait qu'enfin on sépare le ministère qui élabore les programmes de l'organisme public qui attribue les Bourses et autres commandites. Depuis deux ans, le gouvernement n'indexait pas les subventions créant ainsi un manque à gagner annuel pour les organismes culturels d'environ 5%. RG a reçu récemment la liste des bénéficiaires de ces subventions et si vous vous êtes toujours demandé combien reçoivent annuellement les principales compagnies artistiques du Québec du gouvernement, voici quelques réponses: Les Grands Ballets Canadiens (qui se foutent bien du Québec) 955.000$, Les Ballets Jazz de Montréal 335.000$, Orchestre Symphonique de Montréal (avec ses 18 musiciens québécois sur 120) 1.400.000$, Orchestre Symphonique de Québec 1.400.000$, Opéra de Montréal 1.140.000$, Orchestre Métropolitain (avec ses 95% de musiciens québécois) 475.000$, Orchestre Symphonique de Laval 84.700$, Société Philharmonique de Montréal 15.000$, Théâtre du Nouveau Monde 850.000$, Compagnie Jean Duceppe 575.000$, Théâtre Sans Fil 105.000$, Le Théâtre de Carton 25.000$, Festival international de Québec 450.000$, Festival de Jazz de Montréal 300.000$, Festival de musique classique de Lanaudière 270.000$, Festival de la chanson de Granby 120.000$, Les FrancoFolies de Montréal 107.200$, Juste pour Rire 241.700$, Festival de théâtre des Amériques 200.000$, Les 20 jours du théâtre à risque de Montréal 25.000$, Les Cents jours d'Art contemporain de Montréal 112.500, le Musée de l'Humour de Montréal 0$ et tout ça, sans compter les subventions aux mêmes organismes pour des projets particuliers pouvant aller jusqu'à 70.000$ pour les Grands Ballets Canadiens qui pour la seconde fois, engagent moins de 10% de leurs danseurs professionnels originaires du Québec. Est-ce raisonnable d'exiger du gouvernement du Québec que les subventions accordées aux organismes soient accompagnées de la condition que 60% des artistes engagés soient d'ici? OUI!

RLC