Titres / Headlines

Sida: le nombre de cas nouveaux reste stable en France

Vers la création d’un bouclier antibactérien

HIV-positive men urge China Premier to end discrimination

HIV/Aids: Why were the campaigns successful in the West?

Sida: le nombre de cas nouveaux reste stable en France

Posted in: Le Point / fil de presse international | Comments Off

LePoint.fr
Le nombre de nouveaux cas de porteurs du virus du sida reste stable en France, selon une étude publiée mardi dans le Bulletin épidémiologique hebdomadaire (BEH), qui souligne la part toujours très élevée des détections “très tardives”.

Le nombre de personnes ayant découvert qu’elles étaient infectées par le VIH a été estimé à 6.265 cas en 2010 contre 6.341 en 2009, 6.340 en 2008 et un pic à 7.679 en 2004.

“Après avoir diminué significativement entre 2004 et 2007, le nombre de découvertes de séropositivité s’est stabilisé depuis”, explique le BEH qui précise que la région Ile-de-France concentre 44% des nouveaux cas.

Autre point noir en terme de nouvelles infections, la Martinique, la Guadeloupe et la Guyane représentent 9% du total des nouveaux cas.

Parmi les personnes ayant découvert leur séropositivité en 2010, on estime que 57% ont été contaminées lors de rapports hétérosexuels, 40% lors de rapports entre hommes et 1% par usage de drogues injectables.

30% de ces découvertes de séropositivité sont considérées comme “très tardives”. C’est principalement le fait d’hétérosexuels ou d’usagers de drogues injectables, souligne le BEH.

Il s’agit de “personnes moins sensibilisées” au problème du sida ou moins bien suivies médicalement et “qui ne recourent au diagnostic que lorsqu’elles perçoivent des symptômes”, déplorent les auteurs de l’étude.

“Le dépistage trop tardif et le traitement différé sont autant d’opportunités manquées dans un système de santé qui est pourtant fort bien organisé pour répondre à la demande”, commente l’épidémiologiste François Dabis dans le même Bulletin.

Un diagnostic précoce présente un double avantage puisque la personne infectée peut bénéficier plus rapidement d’un traitement et le risque d’infecter d’autres personnes devient plus limité.

Le nombre de nouvelles contaminations en France, estimé à près de 7.000 par an, reste “beaucoup trop élevé”, souligne François Dabis.

“Face à ce constat d’échec, les stratégies conventionnelles de prévention ont atteint leurs limites”, juge cet épidémiologiste universitaire à Bordeaux.

En 2010, le nombre de tests de dépistage en France est resté stable avec 4,98 millions. “Ce nombre qui avait augmenté de 2003 à 2005, atteignant 5,29 millions, a diminué en 2006 puis s’est stabilisé”, selon le BEH.

“Ce niveau est très insuffisant” estime M. Dabis, avec 77 tests pour 1.000 habitants.

Il faudrait “doubler puis tripler” ce niveau et faire disparaître les diagnostics tardifs pour parvenir à une “réduction de 80 à 90% des nouvelles infections” d’ici cinq ans, selon l’épidémiologiste.

gayglobeus @ November 29, 2011

Vers la création d’un bouclier antibactérien

Posted in: Le Point / fil de presse international | Comments Off

AFP
Une supermolécule en forme de tire-bouchon pourrait bien s’avérer une arme efficace pour lutter contre les bactéries, même celles résistantes aux antibiotiques.

Le chercheur britannique Peter Scott et son équipe de l’Université de Warwick se sont inspirés des structures présentes à l’état naturel pour mettre au point une nouvelle classe d’« hélicates ».

Ces supermolécules en forme d’hélices ont été créées artificiellement pour la première fois à la fin des années 1980.

Elles sont composées de longues molécules enroulées autour d’atomes de métal. Elles ont la capacité de s’assembler toutes seules dès que les conditions chimiques propices sont réunies.C’est en observant ces hélicates que les chercheurs ont eu l’idée de créer une nouvelle classe d’hélicates, plus pure et plus flexible, qu’ils ont appelée « flexicates ».

Selon le Pr Scott, cette structure s’est montrée capable de détruire aussi bien une bactérie Escherichia coli classique qu’un staphylocoque doré résistant aux antibiotiques (SARM).

Une affaire d’orientation

Les flexicates tournent dans le sens inverse des aiguilles d’une montre, devenant ainsi une sorte de minuscule tire-bouchon pour gauchers nettement plus efficace contre l’E. coli et le SARM que leur version pour droitiers.

Pour des raisons toujours obscures, certaines bactéries sont plus vulnérables à des molécules « gauchères », tandis que pour d’autres, c’est le modèle pour droitiers qui fonctionne mieux.
« C’est tout un nouveau pan de la chimie qui s’ouvre. Ces nouvelles molécules artificielles sont flexibles, ce qui veut dire qu’en les tordant un peu, on peut les utiliser contre toute une série de maladies, pas seulement des bactéries résistantes comme le SARM. » — Pr Peter Scott

La création de ces tire-bouchons tous orientés dans le même sens est une percée importante, car, jusqu’à présent, les hélicates produits en laboratoires étaient un mélange des deux orientations.

Ainsi, en obtenant l’orientation désirée, il sera possible de diminuer une dose médicamenteuse de moitié, et ainsi réduire les effets secondaires.

Il reste toutefois une longue série d’études cliniques avant de pouvoir utiliser les flexicates chez l’humain. À ce jour, des expériences menées sur des vers ont montré une toxicité relativement faible par rapport à son efficacité antimicrobienne.

Le détail de ces travaux est publié dans la revue Nature Chemistry.

gayglobeus @ November 29, 2011

HIV-positive men urge China Premier to end discrimination

Posted in: Spot / International News Wire | Comments Off

Reuters

Three prospective school teachers have appealed to Chinese Premier Wen Jiabao to end discrimination against people with HIV after they said they were wrongly denied teaching jobs because their employers discovered they had the virus that causes AIDS.

The landmark petition, delivered Monday by mail to the State Council Legislative Affairs Office, is a bold test of China’s promise to enforce the rule of law.

The three signatories had filed separate lawsuits against their local governments after provincial education bureaus rejected their applications for teaching jobs because mandatory blood tests revealed they were HIV positive, even though they had passed written tests and interviews.

The three men had hoped to persuade the courts that a five-year-old law supposed to protect the employment rights of people with HIV should supersede local regulations that prevent the hiring of HIV-infected civil servants.

Two courts in China have ruled against the two men who filed lawsuits against their governments in Anhui and Sichuan in 2010.

In the third lawsuit filed in Guizhou, the judge told the plaintiff in October the courts “will not accept the lawsuit and that the plaintiff should ask the local government to solve it,” Yu Fangqiang, whose Nanjing-based organization, Tianxia Gong, advocates for people with HIV, told Reuters.

“We know that in a country like China that has 1.3 billion people, 740,000 people who are infected with HIV is just a small portion of the population,” said the petition, a copy of which was seen by Reuters.

“The voices to defend the employment rights of people with HIV tend to be drowned out by the majority’s sense of fear.”

“But we also know that the adherence to the country’s rule of law and the equality of its people is the country’s soul and is the backbone of the country’s modernization,” it said.

“Every Chinese citizen and every department will undoubtedly benefit from this and will not be subject to the threat of the unlawful deprivation of their legitimate rights and interests.”

Beijing was initially slow to acknowledge the problem of HIV/AIDS in the 1990s and had sought to cover it up when hundreds of thousands of impoverished farmers in rural Henan province became infected through botched blood-selling schemes.

But the government has since stepped up the fight against it, spending more on prevention programs, launching schemes to give universal access to anti-retroviral drugs to contain the disease, and introducing policies to curb discrimination.

The virus is now primarily spread in the country via sexual contact.

In a country where taboos surrounding sex remain strong and discussion of the topic is largely limited, people with HIV/AIDS say, however, they are often stigmatized.

Yu said that discrimination of people with HIV, especially in civil service recruitment, is “still a very big problem.”

People in China living with HIV and AIDS are routinely being denied medical treatment in mainstream hospitals due to fear and ignorance about the disease, according to a study released by the United Nations’ International Labor Organization (ILO) in May.

The petition, which was sent to the government office that helps to draft and oversee the implementation of laws, comes ahead of World AIDS Day on December 1.

The signatories to the petition said they had noted that Wen had previously “shown his concern” for people with HIV on the day, by “shaking the hands and embracing” HIV-infected people.

gayglobeus @ November 28, 2011

HIV/Aids: Why were the campaigns successful in the West?

Posted in: Spot / International News Wire | Comments Off

BBC

The arrival of HIV/Aids in the early 1980s led to predictions of deaths on a massive scale – yet developed countries largely avoided such a fate. What did the wave of urgent awareness campaigns get right?

Under darkened sky, a volcano erupts. Doom-laden images of cascading rocks give way to shots of a tombstone being chiselled.

“There is now a danger that has become a threat to us all,” intones the actor John Hurt ominously in a voiceover. “It is a deadly disease and there is no known cure.”

The word etched on to the blackened grave is revealed – Aids. “Don’t die of ignorance,” runs the slogan.

With its stark, unambiguous warnings ands bleak message, the advert shocked viewers when it appeared on British screens in 1986. Immediately, it faced accusations of panic-mongering and complaints that it would terrify any children who happened to be watching.

Tombstone ad 1987 The idea of the ‘Tombstone ad’ was to shake a nation into taking charge of its own sexual health

And yet the campaign – the world’s first major government-sponsored national Aids awareness drive – would later be hailed as the most successful.

Its tactics were imitated around the world. France, Spain and Italy were all slower to react, the Terrence Higgins Trust (THT) has noted. Each of those countries has around twice the number of people with HIV as the UK, where there were an estimated 86,500 in 2009, according to the trust.

Those figures are in stark contrast to sub-Saharan Africa, where two-thirds of the world’s 33.4 million people with HIV live. In the three worst affected countries – Botswana, Swaziland and Zimbabwe – around a third of the population lives with the virus, according to the Joint United Nations Programme on HIV/Aids.

Continue reading the main story

Aids: Where now?

Man analysing blood samples

A series of features on Aids and HIV, as the UN marks World Aids Day on 1 December

The disparity between rich and poor nations can partially be explained by resources. However, the Department of Health spends £2.9m each year on national HIV prevention in England, part of the £10.6m spent on sexual health promotion in general. By comparison, in 2008 alone some $15.6bn (£10bn) was spent on HIV/Aids prevention around the world, mostly in developing countries.

Early campaigns are widely credited by experts with making the difference in the West by raising awareness and changing behaviour. And yet in the early 1980s, the UK would hardly have seemed an auspicious location for this revolution to begin.

As reports of a new, deadly virus filtered across the Atlantic from the US, British authorities were initially slow to react, argues Sir Nick Partridge, chief executive of the THT, the sexual health charity which was set up in response to the emergence of HIV.

Continue reading the main story

30 years of HIV

Red ribbon
  • 5 June 1981: The US Center for Disease Control mentions a new virus in its weekly mortality report
  • 1982: The term Aids (acquired immunodeficiency syndrome) first used
  • 1984: Virus identified and named HIV
  • 1985: Rock Hudson dies of Aids, teenage haemophiliac Ryan White expelled from school because infected through treatment
  • 1987: First showing of Aids Memorial Quilt on National Mall in Washington DC
  • 1991: Jeremy Irons wears red ribbon and basketball’s Magic Johnson has the virus
  • 1993: Philadelphia wins two Oscars
  • 2000: Infection rates in US among African Americans overtakes gay men
  • 2011: Global death toll 22m, infections 60m

The climate made this unsurprising. Some headlines spoke of a “gay plague”. The fact that the groups most at risk were homosexual men and intravenous drug users meant outright hostility from certain quarters.

Between the 1982 Aids-related death of Terry Higgins, who gave the charity its name, and the government’s decision to open needle exchanges for addicts in 1985, very little was done to tackle the growing list of fatalities, Sir Nick argues.

“Those three years of people dying seemed a long time,” he says.

“There was a huge sense of anger – if Aids had hit any other group in society, there would have been an immediate response.”

However, those in authority who wanted to take action had to confront high-level antipathy. The then-Chief Constable of Greater Manchester Police, James Anderton, referred to victims “swirling about in a human cesspit of their own making”.

Nonetheless, Norman Fowler, now Lord Fowler, then health and social security secretary, and Sir Donald Acheson, the chief medical officer, were convinced that action had to be taken. By the middle of the decade, scientists were predicting that the cumulative total of UK HIV cases could reach 300,000 by 1992 if nothing were done.

“There were people in government and also people in the media who said, ‘Why are you spending all this time concerned about gay people and drug addicts?’,” Fowler recalls. “But that was a minority view.”

Continue reading the main story

“Start Quote

It’s an advantage it wasn’t done at No 10 – it wasn’t a natural subject for Margaret Thatcher”

Lord Norman Fowler Former health and social security secretary

As a result of the two men’s lobbying, the government’s drive against Aids was not run from Downing Street but instead co-ordinated by a cabinet committee chaired by the plain-spoken Tory grandee Willie Whitelaw.

“It was like he was running a VD campaign in the Army,” recalls Fowler wryly. “I think it’s an advantage it wasn’t done at No 10. It wasn’t a natural subject for Margaret Thatcher.

“We did it in an extremely pragmatic way. We treated it as a public health issue.”

An advertising agency, TBWA, was commissioned to make adverts intended to shock the nation into action.

As well as the tombstone clip, another showed an iceberg which, beneath the surface, bore the legend Aids in giant letters.

The message of both was simple, but apocalyptic – a deadly disease was a threat to everyone, not just the “small groups” who had largely been affected by it so far.

Australia's Captain Condom The message correlates masculinity and responsible sexual behaviour

No-one doubted the strategy was bold and attention-grabbing. But all involved were acutely aware of the risks and the potential to backfire.

“It was done with considerable degrees of secrecy,” remembers Sir Nick, who was consulted on the campaign. “I had to go to TBWA’s entrance at 8pm and go through the goods entrance, such was the degree of political sensitivity.

“There were those who said the adverts increased fear more than understanding. I think they did both. They stopped a lot of people from having any sex at all for quite some time, but one upside was that they got everybody talking about sex and safer sex.”

The iceberg and the tombstone were not all there was to the campaign. In addition, a leaflet was sent to every household in the country and a week of educational programming was scheduled at peak time on all four terrestrial channels.

But it was the television adverts which made the longest-lasting impression on the popular consciousness, instilling a sense of doom easily recalled by anyone over the age of 30.

“They were tremendously effective. They were visually so striking,” says Dr Sarah Graham of Leicester University, who recently organised an exhibition of Aids poster campaigns. “People had to watch because it was so extreme.”

The impact was so immediate that it was widely imitated around the world. Fowler recalls visiting the US in 1987 and discovering to his surprise that there was no national campaign.

“What we found, to our amazement, was the Americans saying, ‘What we think we need to do is what you’re doing in the UK,'” he remembers.

The British strategy was consequently imitated by other countries, although these varied according to cultural backdrop. For instance, it is difficult to imagine the focus of Australia’s campaign, a muscle-bound, prophylactic-wielding superhero named Condoman, receiving official backing in Whitehall.

And in sub-Saharan Africa, the world’s worst-hit area, running such an awareness drive is no easy matter. European HIV/Aids advertisements can be text-heavy as a means of getting information across, Dr Graham says. But she says this is simply not possible in national territories where dozens of languages and dialects may be spoken.

Moreover, antipathy from political leaders has prevented such campaigns in the countries which need them most, according to Simon Garfield, author of The End of Innocence: Britain in the Time of Aids.

2005 campaign in Nigeria A 2005 billboard campaign against HIV/Aids outside a university in the Niger Delta

“If you’ve got a head of state who’s saying there isn’t enough money and this doesn’t happen here anyway, it’s hard to make any headway,” Garfield adds.

“You are talking about different educational cultures, different sexual cultures. But what you can say is that if there had been anything comparable it would have had a major effect.”

For Fowler, however, the issue is not just about variances in national culture. Sexual health, he argues, will invariably be a topic that makes elected leaders unconfortable.

Indeed, a House of Lords committee chaired by the peer concluded in August that HIV campaign efforts in the UK at present were “woefully inadequate”, that a false sense of security had been allowed to set in and that a new awareness drive was needed.

“It’s not a natural area for politicians to be in,” Fowler says. “Sometimes religion comes into it, sometimes there are views about gay people. It’s undoubtedly controversial and some people don’t like being controversial in this area.”

What are your memories of the campaign in the 1980s and what effect did it have on you?

I seem to recall that the Post Office played a major part in the UK campaign. Weren’t all letters franked with the “Don’t Die of Ignorance” slogan?

Ian Yorston, Abingdon, Oxon

The reason it succeeded in the Uk was two-fold. Firstly, the ads did not tie the disease to any religion or superstition. It kept it medical, and in a country where women had a growing say in their own sexual health, it was an encouragement to responsible sexual health.

Jen, Edinburgh

I was at college when the campaigns started. To be honest, they had no effect on my (or indeed our) behaviour at all. We were young, had just discovered casual sex, and were very much of the view that AIDS affected different groups than middle-class college kids in England. If we wore condoms, it was to avoid getting anyone pregnant. Common sense, rather than hysteria, ruled. That said, if I was in that position today, I’d be more cautious now, as AIDS (and other STDs) is more widespread.

Rob, London

I was a teenager in the 80s and I remember the adverts very well. They scared the life out of me and made me conscious of the need to protect yourself when having sex. I have carried condoms with me ever since then and always insist on using them. ‘No glove, no love’, as was the popular saying a while back.

Chaz, Edinburgh

I was a child of the 80s and this advert scared the pants off me! It was so simple, yet hard hitting, that many of my generation were literally scared away from ever having sex. Unfortunately the message seems to have gotten lost and with the amount of teenagers getting pregnant it doesn’t take a genius to figure out that they are, for the most part, not using contraception. We are now in real danger of young people becoming infected and passing that infection on to many others. There should be more publicity about AIDS and HIV as many young people today have no idea what these infections really mean or even what they stand for!

Boris, Somerset

I remember the campaign very well, but let’s not be complacent. I work at an HIV service and there are new diagnoses every month, often from older people who would have seen the John Hurt AIDS campaign. There still seems to be a perception (even among gay people, who are well served in this town with free condoms and leaflets about STIs) that it’s worth taking a chance with risky, [unprotected] sex. We must keep the pressure up regarding sexual health promotion, and this must start in schools for all children without exemptions,

John Gammon, Brighton

gayglobeus @ November 28, 2011

Sida: de l’hystérie collective à l’indifférence

Posted in: Le Point / fil de presse international | Comments Off

Le Soleil
À la fin des années 70, un mystérieux mal frappe les communautés homosexuelles de New York et de San Francisco. On l’appelle «la peste gaie» en raison des plaques hideuses qui apparaissent sur la peau des malades, souvent des hommes dans la fleur de l’âge. Des premiers cas sont recensés en 1983 à Québec, encore une fois au sein de cette communauté qu’on regardait déjà de travers. La panique s’installe et se transforme – aussi vite que la maladie fauche ses victimes – en hystérie collective. On sait que ce mal est mortel, mais pire, on ne sait trop comment il s’attrape. C’est dans ce contexte de psychose et d’urgence sociale qu’émerge MIELS-Québec en 1986. Entre le mélodrame de l’époque et la banalisation d’aujourd’hui, retour sur 25 ans de lutte contre le sida.

La crise du sida, «c’est comme la guerre. C’est plus difficile après que pendant. Quand t’es sur le terrain, tu fais face au feu, y’a de l’adrénaline. Mais après, tu réalises que plein de gens sont morts». Parmi eux, beaucoup d’amis, regrette Pierre Berthelot, un pionnier de la mobilisation contre le sida à Québec.

Avec la multiplication du nombre de cas, ce n’est qu’en 1985-1986 que le Québec réalise l’ampleur de la crise.

Quelques titres du Soleil à l’époque

M. Berthelot, jeune travailleur social qui fréquente le milieu gai de Québec en 1986, avait déjà entendu parler du sida quelques années auparavant lors d’un voyage sur la côte est américaine. «Les malades pouvaient avoir des plaques qui arrivaient sur la peau, le sarcome de Kaposi, ou un état de faiblesse généralisée. Y’en a qui rentraient à l’hôpital et qui mouraient au bout de deux semaines, c’était foudroyant.»

En plus de devoir affronter la maladie, les personnes atteintes faisaient face à la peur et au rejet, parfois, de leur propre famille. Remettons-nous dans le contexte, propose M. Berthelot : «Des gens aux moeurs dissolues – c’est ce que ça suggérait – ont amené dans notre population un mal mortel, transmissible par des liquides qui, habituellement, donnent la vie, comme le sang et le sperme» et de surcroît une maladie méconnue, mortelle, incurable et sans dépistage accessible avant 1985.

«Avant 1986, on n’avait pas encore la certitude que le sida ne se transmettait pas par la salive! lance M. Berthelot. Ça amenait des réactions irrationnelles», comme celles éprouvées lors des grandes épidémies de maladies contagieuses, comme la peste. Sauf que le sida est bien une maladie transmissible, non pas contagieuse. Le travailleur social en sait quelque chose, une personne paniquée n’est pas réceptive, si bien que l’information objective n’était d’aucun recours pour calmer les inquiétudes parfois démesurées. Dans les médias, on dénombrait les cas par région, par pays, comme c’était le cas lors de l’épidémie de grippe.

Tabou

«Puis c’était un milieu weird… ça touchait des groupes marginalisés, comme les homosexuels et [plus tard] les toxicomanes.» Souvent les jeunes gais fuyaient les villages pour s’établir en ville, sans nécessairement aborder cet énorme tabou avec leurs parents. «C’était pas drôle, poursuit

M. Berthelot. Dans une grande proportion, quand les parents apprenaient que leur fils était atteint du sida, ils réalisaient deux choses : la mort imminente de leur enfant, et qu’il est homosexuel. [...] C’était un gros drame.»

Il se souvient de quelques familles qui se mettaient à en vouloir non pas seulement au sida, mais aussi aux conjoints et à l’homosexualité en général. Il arrivait parfois que des familles évincent complètement le partenaire de vie du malade après le diagnostic. Mais la plupart des familles, témoigne-t-il, demeuraient aux côtés des malades. Reste que, soit en raison du tabou ou de la gravité des symptômes, «les malades étaient vraiment isolés».

Et c’est le milieu communautaire qui s’est mobilisé, avant l’État, pour leur venir en aide. Le milieu gai s’organise à l’été 1986 «dans des fonds de caves», et Pierre Berthelot offre spontanément son aide. «J’allais là pour accompagner les mourants, mais je me suis trouvé beaucoup plus à organiser l’entraide.» Ils agiront sur deux fronts : l’aide aux malades et la prévention. MIELS-Québec (Mouvement d’information et d’entraide dans la lutte contre le VIH-sida) était né.

Le besoin d’un centre d’hébergement pour les sidéens, gravement malades, et leurs familles, mal outillées, se fait rapidement sentir, d’autant plus que la Maison Michel-Sarrazin refusait les sidéens à l’époque. MIELS-Québec achète donc une maison, avenue De La Ronde, dans Limoilou. Le jeune organisme fera bientôt face, dans le quartier, à une levée de boucliers vite qualifiée d’irrationnelle, conséquence d’une paranoïa ambiante autour de la maladie.

Inquiétudes

Attablé dans un café de la haute ville, Pierre Berthelot hoche la tête et roule les yeux en lisant les coupures de journaux de l’époque que Le Soleil lui a apportées. «J’ai six enfants, lit-on. Est-ce que je vais les laisser tous avoir le sida? Parce qu’ils vont en croiser, des malades, si ces derniers habitent le quartier», disait une dame inquiète dans un article de décembre 1987. «Il y a un dentiste, juste sur le coin de la rue. Les sidatiques vont y aller, bien sûr. Et les seringues, le sang? [...] Que va-t-il advenir des déchets? Un chien déchire un sac d’ordures. Il lèche un Kleenex infecté. Puis s’en retourne chez son maître, qui lui fait des mamours…» Celle-là, M. Berthelot aurait pu la réciter par coeur… D’autres craignaient la dévaluation de leur maison ou s’inquiétaient de voir arriver dans leur quartier «des personnes dépressives, agressives et suicidaires». Les opposants rallieront même le conseiller municipal du quartier Limoilou

Minimiser les craintes

Les opposants n’y voyaient que des mourants, des problèmes et des risques. «Mais nous, c’était pas le sida qu’on voyait, on voyait encore la personne vivante. [...] Il fallait dire au monde dans les réunions : “Vous pouvez [même] utiliser la même vaisselle, vous pouvez les coller, les serrer dans vos bras, ça ne s’attrape pas non plus aux toilettes…” C’était à ce point-là»

Transit Marc-Simon ouvrira finalement en 1988, mais dans un autre quartier, habité surtout par des locataires, avenue Chouinard, dans Montcalm. Avec le recul, M. Berthelot admet que le débat autour de l’ouverture de la maison a été «une occasion en or» de parler de la cause. Quelque 130 personnes y ont poussé leur dernier souffle, dans plusieurs cas entourées de leur famille. La famille d’origine, mais aussi la famille adoptive, c’est-à-dire celle dans le milieu gai et le conjoint. «Ça donnait à l’occasion des moments très émouvants quand tout à coup les deux familles ne faisaient qu’une pour accompagner le malade.» Toute une victoire. Peut-être pas sur la maladie, mais une victoire quand même.

Les soeurs à la rescousse

La controverse était à son comble en 1987-1988 avec des opposants prêts à déchirer leur chemise pour empêcher l’ouverture dans Limoilou de la maison Marc-Simon. Contre toute attente et non sans débats au sein de MIELS-Québec, c’est en grande partie l’intervention et l’aide de l’Église catholique qui a permis de dénouer l’impasse. Aujourd’hui, tous s’entendent pour souligner l’inestimable contribution des Soeurs de la Charité.

C’est précisément la controverse alimentée par les médias qui a incité les religieuses à s’impliquer, raconte soeur Jocelyne Laroche. «Pour moi, ç’a été un dévouement et un don total de qui je suis pour cette oeuvre-là, qui, à ce moment-là, répondait à une urgence sociale.» Elle n’a jamais oublié ces nombreuses années passées à la maison Marc-Simon. «Ce qui est le plus important pour moi, ce sont les liens que j’ai tissés avec les résidants et avec les familles des résidants, [...] des liens auxquels je pense encore tous les jours.»

Les débuts ont été difficiles. «Je me faisais demander : “T’as pas peur de l’attraper?” Non, je n’ai pas peur! Au début, on faisait des réunions pour sensibiliser, et il fallait dire que non, l’ambulance et la morgue ne seront pas à la porte! Une fois implantée [avenue Chouinard], les gens [autour] ne se souvenaient plus» de la vocation de la maison.

Les besoins d’un tel établissement étaient bien réels. «Je trouvais que les parents qui arrivaient à la maison Marc-Simon étaient épuisés, fatigués, parce qu’ils avaient tout fait pour garder chez eux le fils ou la fille. Quand ils arrivaient à la maison, les parents étaient contents, d’une manière, parce que nous autres, on avait la responsabilité des soins et de l’accompagnement des malades. On leur enlevait une responsabilité fatigante», explique soeur Jocelyne.

L’hébergement Marc-Simon porte ce nom en hommage à deux hommes décédés du sida au milieu des années 80. Simon est un membre fondateur de MIELS-Québec, le premier bénévole à y oeuvrer tout en étant porteur du VIH. Marc, serveur au bar gai Le Drague, a quant à lui continué de travailler dans l’établissement même à un stade avancé de la maladie. Il servait les clients à visage découvert, même si les plaques du sarcome de Kaposi étaient bien visibles. Pierre Berthelot, un travailleur social militant de la première heure, aime dire qu’à l’époque, dans la communauté, «il sonnait l’alarme en silence».

gayglobeus @ November 28, 2011

Sida : Les idées reçues persistent

Posted in: Le Point / fil de presse international | Comments Off

France Soir
Une étude sociologique menée France en 2010 et révélée ce lundi dévoile des statistiques étonnantes sur le virus de sida. Les premiers résultats concernant l’Ile-de-France montrent que les clichés ont la peau dure.
Selon un rapport l’ONU datant de 2010, 33,4 millions de personnes étaient infectées par le virus du sida dans le monde
Selon un rapport l’ONU datant de 2010, 33,4 millions de personnes étaient infectées par le virus du sida dans le monde SIPA/REVELLI-BEAUMONT/SIPA

A quelques jours de la journée mondiale de la lutte contre le sida, jeudi 1er décembre, une étude de grande ampleur réalisée en 2010 auprès de 25.000 personnes sur toute la France dévoile ses premiers résultats pour la région parisienne – les résultats nationaux seront connus début 2012. Cette enquête sociologique « sur les connaissances, attitudes, croyances et comportements face au VIH » a été conduite par l’Observatoire régional de santé. Ainsi, 27 % des Franciliens craignent « beaucoup ou pas mal le sida », loin devant le cancer ou les accidents de la route. Un chiffre en forte baisse depuis 1994, qui s’élevait à l’époque à 40 %.

« Le sida semble moins craint en tant que maladie car il est perçu comme moins mortel et davantage comme maladie chronique », déclare Nathalie Beltzer qui a mené l’enquête entre janvier et juillet 2010 auprès de 2.781 personnes d’Ile-de-France. « Les conséquences de la maladie sont moins craintes, mais cela n’empêche pas les jeunes de s’interroger plus fréquemment sur le fait d’avoir été ou non contaminés », affirme-t-elle.
Clichés

Aujourd’hui, 99% des personnes interrogées savent que le virus du sida peut se transmettre « lors de rapports sexuels sans préservatif » ou « lors d’une piqûre de drogue avec une seringue déjà utilisée ». Les clichés ont la vie longue puisque 21% continuent de penser que le virus peut se transmettre par une piqûre de moustique, 13% dans les toilettes publiques et 6 % en buvant dans le verre d’une personne porteuse du virus. Des taux relativement stables par rapport à l’enquête de 2004.

On peut donc se demander ce que savent aujourd’hui les Franciliens des modes de transmission de ce virus. Si l’utilisation du préservatif est devenue un acte banal pour les trois quarts des habitants de la région parisienne – en nette hausse depuis 1994 –, il n’en reste pas moins que les jeunes âgés de 18 à 30 ans et vivant dans cette région sont les moins bien informés sur ce point et restent donc encore trop peu nombreux à se protéger.

En 2011, 72,4% des Franciliens ont déjà fait au moins un test de dépistage contre 59,7% en 2004. Ce sont eux qui feraient le plus de test en France.

gayglobeus @ November 28, 2011

Par Laurent Burlet | Rue89Lyon | Comments (6) En tournées pour les prostitués gays

Posted in: Le Point / fil de presse international | Comments Off

Rue89
« Tu vends des services sexuels aux hommes. Tu travailles dans la rue, sur les lieux de dragues ou dans les bars, depuis chez toi, par téléphone ou par Internet ». C’est par cette description que l’internaute prend connaissance du site ProstBoyz, la première action de prévention santé spécialement dédiée aux prostitués hommes qui exercent via Internet et dans la rue. Pour les toucher, ProstBoyz part en tournée, sur les lieux de drague et sur les sites de rencontres.
Depuis avril 2011, Cabiria, association lyonnaise de santé communautaire auprès des prostitués, mène cette action baptisée ProstBoyz. Le lancement officiel s’est tenu ce week-end, à la mairie du premier arrondissement de Lyon.

A la baguette, nous dit le site Internet, un « professionnel de la prévention » et, surtout, un « travailleur du sexe », Kevin. Il expose son parcours :

« Ça fait sept ans que je suis travailleur du sexe. Depuis plusieurs années, je cherchais une action de prévention santé comme j’en avais connue au Québec, je n’en ai pas trouvée ».

En France, peu de personnes maîtrisent les ressorts de la prostitution sur Internet et peuvent apporter des réponses adaptées aux problématiques des prostitués, isolés par leur mode d’activité. Seule l’association toulousaine Grisélidis avait lancé il y a trois ans une action Internet d’envergure, mais essentiellement, à cette époque là, à destination des femmes. Depuis une personne prostituée gay a été embauchée. Dans la rue, il n’y avait pas davantage d’action spécifique en direction du public masculin.

Tournées virtuelles et réelles

Kevin a élaboré un projet en direction des hommes qu’il a rencontrés sur les lieux de drague de la « vie réelle » et, surtout, sur Internet.
Derrière son ordinateur, il fait chaque semaine des tournées virtuelles, et notamment en se rendant sur le principal site de rencontres vénales gay, Gayroméo, qui, contrairement aux sites de prostitution hétérosexuelle, a créé une rubrique pour les associations de prévention.
Par le biais de la messagerie instantanée du site, le contact se crée. Les personnes questionnent Kevin autant que lui les interroge. Il apporte principalement des réponses sur les pratiques sexuelles spécifiques et sur la législation.

« Ils veulent savoir par exemple si la prostitution est interdite en France ou s’ils peuvent être inquiétés pour racolage en postant une annonce sur Internet. On va plus loin que le BA-ba que pourrait apporter un travailleur social lambda car je connais leur pratique ».

Cette technique de l’« aller-vers » sur Internet est identique à celle utilisée sur les lieux de drague de la vie réelle. Chaque semaine, une fois en soirée, une fois en journée, Kevin rencontre une dizaine d’hommes, en instaurant progressivement une relation de confiance.

« Ce sont des jeunes de 16 à 25 ans en situation de grande précarité, généralement sans minima sociaux et en rupture familiale. Il y a aussi de nombreux migrants pour qui le principal souci est de trouver un toit pour dormir ».

Une action de santé communautaire

C’est la marque de fabrique de l’association Cabiria : aborder les problématiques liées à la prostitution avec les personnes concernées. De ce point de vue, les prostituées sont les premiers « acteurs de prévention ». Ce qu’on appelle la santé communautaire.
Et pour coller à cette approche, l’action ProstBoyz disposera prochainement d’un comité de pilotage avec la présence de trois prostitués aux côtés d’universitaires et de travailleurs sociaux. « Si on veut partir des vrais besoins, il faut que les travailleurs du sexe soient totalement impliqués dans la démarche », martèle Kevin. L’enjeu est de taille car trop souvent, selon Kevin, la présence de la prostitution est niée dans le milieu gay. Or, le contexte sanitaire est préoccupant, comme il le décrivait dans un entretien à yagg.com :

« Notre projet s’inscrit dans un contexte de recrudescence de l’épidémie à VIH au sein de la population gay, et d’explosion de l’hépatite C parmi les usagers de drogues. De plus, concernant les HSH pratiquant des échanges économico-sexuels, le Net Gay Baromètre 2009 fait état de pratiques à risque plus fréquentes chez les personnes monnayant des relations sexuelles que chez les autres gays ayant eu des rapports sexuels via internet et les lieux de rencontre ».

gayglobeus @ November 28, 2011

Les gays défilent à New Delhi

Posted in: Le Point / fil de presse international | Comments Off

Lepoint.fr
Quand la “Queer Pride 201″ investit les rues de New Delhi, l’exubérance spectaculaire à l’occidentale n’est pas forcément de mise. Ce dimanche après-midi, sur l’avenue de Tolstoi Marg, beaucoup de participants portent des masques et parfois même des foulards noués autour du visage afin de cacher leur identité. Car au pays du Kama-Sutra, il faut paradoxalement du courage pour afficher ouvertement une orientation sexuelle encore tabou dans la société traditionnelle. “A bas l’homophobie en Inde”, exigent les manifestants.

Le cortège bigarré n’en incarne pas moins un esprit festif et joyeux, rythmé par les danses et les percussions. Drapeaux, écharpes et grappes de ballons se déclinent aux couleurs de l’arc-en-ciel, symbole de la diversité dans les “Gay Pride” du monde entier. La communauté LGBT, Lesbiennes, gays, bisexuels et transsexuels, est représentée cet après-midi par un millier de personnes. Sous l’oeil incrédule des policiers déployés pour encadrer la manifestation, ils marchent et dansent au nom de la “liberté” et de la “tolérance”.
Vivre sans se cacher

“J’étais présent à la première Queer Pride à Delhi, raconte Zorian, un artiste de 26 ans. C’était il y a quatre ans, et cela a changé ma vie. Le soir même, j’ai trouvé la force d’avouer mon homosexualité à mes parents, qui l’ont acceptée. Aujourd’hui, j’espère que d’autres Indiens parviendront aussi à vivre sans se cacher.” Et, apprenant que son témoignage est destiné à des lecteurs français, le jeune homme se risque, d’une voix envoûtante, à chanter Bizet et son “amour, enfant de Bohême”. Lui est un artiste, issu d’un milieu favorisé et éduqué, qui reste l’instigateur de la défense des droits des homosexuels en Inde.

“Participer à la Queer Pride est pour moi une libération et une fierté, explique Richa, une jeune femme de 30 ans. En Inde, notre situation est particulièrement difficile en raison de l’héritage victorien de la colonisation.” Il a fallu attendre le 2 juillet 2009 pour que la Haute Cour de justice de Delhi abroge l’article 377 du Code pénal indien, qui criminalisait les relations homosexuelles. La loi considérait en effet qu’il s’agissait d’une sexualité “contre-nature” et ne faisait aucune distinction entre homosexualité et pédophilie. La dépénalisation de l’homosexualité ne s’applique qu’à Delhi, non à l’ensemble du pays, mais elle marque néanmoins une grande victoire pour les défenseurs de la communauté gay.
Revendications

Discriminés, marginalisés, parfois même brutalisés, les homosexuels indiens ne trouvent guère d’espace où assumer pleinement leur identité dans la société. Pourtant, la culture gay est présente dans la vie nocturne et dans les bars de la capitale. Dans les milieux populaires, les hommes témoignent aisément en public de marques d’affection envers leur compagnon, se tenant par la main ou par les épaules. Enfin, les “hijras”, une très ancienne communauté d’eunuques, appartiennent au quotidien de l’Inde, à travers leurs activités de mendicité et leurs danses traditionnelles.

Parmi les revendications formulées lors de la Queer Pride 2011, le sort des “hijras” figurait en haut de la liste. Le comité organisateur demande l’élaboration d’une loi contre leur discrimination, mais aussi leur reconnaissance pour l’obtention des documents officiels comme la carte d’électeur ou le permis de conduire. En attendant, les nombreuses caméras et les journalistes indiens présents durant la marche donnent une visibilité à ce mouvement et à son combat “pour le respect et la dignité”.

gayglobeus @ November 28, 2011

T.I. Some Gays are ‘Not American’

Posted in: Spot / International News Wire | Comments Off

TMZ

T.I. was discussing gay rights with Vibe magazine — an issue he says he supports — and then mentioned Tracy Morgan‘s controversial comments earlier this year:

Man, I will say this, the funniest joke I ever heard Tracy say during a stand-up was, ‘C’mon man, I think gay people are too sensitive. If you can take a d**k, you can take a joke.’ [Cracks up laughing.] That s**t was funny to me. And it’s kind of true.

Then T.I. unloaded … talking about oversensitivity in the gay community, which he believes betrays the First Amendment which guarantees freedom of speech.

They’re like,‘If you have an opinion against us, we’re gonna shut you down.’ … That’s not American. If you’re gay you should have the right to be gay in peace, and if you’re against it you should have the right to be against it in peace.”

So we ask …

gayglobeus @ November 27, 2011

UK paedophile with HIV, 30, caught in police sting after arranging online to have sex with children

Posted in: Spot / International News Wire | Comments Off

Mail Online

A paedophile with HIV who arranged online to have sex with three young children has been jailed after not realising he was talking to an undercover policeman.

Steven King, who worked in the accounts department in a solicitors’ office, made the two hour journey from his home thinking he was going to abuse the children aged five, six and 10.

The sick 30-year-old also bragged to the undercover officer that he had already raped a young boy aged just 13 years.

In a twisted message he told the policeman: ‘Any age, younger the better.’

King was jailed for four years after admitting arranging the commission of child sex offences and two further counts of possessing indecent images.

The judge, sitting at Southwark Crown Court, was told how King began talking to the undercover officers in July this year when the officer claimed to have three young children.

 

During the online chats the defendant revealed how he had previously raped a 14-year-old, who he later claimed was just 13.

On July 19 he said ‘any age, younger the better’. in a message and told the officer he was willing to travel the 80 miles from his home in Southampton to London in order for the pair to meet.

Sting: King met an undercover police officer at Waterloo Station, who he thought was going to allow him to abuse childrenSting: King met an undercover police officer at Waterloo Station, who he thought was going to allow him to abuse children

When they met at Waterloo Station on July 27, King confessed that he wanted to abuse the five-year-old boy and six year old girl.

A second meeting was arranged when the paedophile believed he would be taken to the undercover officer’s home and be allowed to abuse the children.

On August 2, King was arrested and in interview confirmed he planned to go to the policeman’s home and sexually assault the children.

He said he had lied about abusing children in the past during his conversations with the undercover officer.

When he was arrested he was in possession of flavoured condoms and some toys for the children.

A number of items were also seized from his home, including a laptop, USB stick and external hard drives, which contained indecent images of children.

King of Southampton, Hampshire, was jailed for four years.

Speaking after the sentencing Detective Chief Superintendent Reg Hooke, head of the MPS Child Abuse Investigation Command, said: ‘The plotting of child abuse over the internet is a sickening crime and one that poses a serious and ongoing threat.

‘Officers from the Met’s Paedophile Unit conduct operations, such as the one that caught King, on a weekly basis.

‘Luckily, this time, King’s appalling intentions remained just that. The result reflects the Met’s continued commitment to fighting child abuse in all its forms.

gayglobeus @ November 27, 2011

HIV risk being ignored by Wales’ 50-plus age group says Terrence Higgins Trust

Posted in: Spot / International News Wire | Comments Off

OLDER people in Wales are ignoring the risk of HIV despite nearly 10% of new cases in Wales being diagnosed in over-55s, campaigners have warned.

Many people aged 50-plus either missed safer sex messages or don’t think they apply to them, claims Steve Jones director of the Terrence Higgins Trust (THT) Cymru.

With World Aids Day being marked this Wednesday he is calling for better targeted public awareness campaigns.

In the first six months of this year 70 new cases of HIV were diagnosed in Wales, 26 of whom were among people aged 40 plus and six of those 55 plus. But Mr Jones believes the true figure may be far higher with many more cases going undiagnosed.

“One of the problems we have is that about a quarter of people already living with HIV in Wales don’t know they have the virus,” he warned.

“Even if we had a magic bullet stopping new infections we still have several hundred people in Wales who are yet to be diagnosed. We believe the figures in Wales are around 1,800 people with HIV, of which a quarter are undiagnosed.”

Most recent official figures from Public Health Wales show in 2010 1,321 people in Wales had HIV and were being treated for it – a 245% increase on the 383 people seen in 2001.

But Mr Jones says the true figure may be far higher and more needs to be done to encourage people to be tested, especially older people. “Work has been done with younger people in terms of better sexual health but one of the things we’re finding is older people are increasing in numbers of HIV and other sexually transmitted infections,” he said. “A lot are coming out of long-term relationships and particularly with women they think they no longer have to worry about pregnancy and condoms.” He believes people of all ages are becoming less aware of the risks of HIV/Aids with public health campaigns tailing off since the hard-hitting advertisements of the 1980s and 1990s.

And better treatment means HIV is now treated as a long- term chronic disease which lulls some into a false sense of security.

“Because treatments have improved substantially over the last 10 to 15 years some people think there’s a cure, there’s not,” he said. “Some people think it’s no big thing and they can just pop a pill, they can’t.”

And many older people simply don’t think they could be at risk of, or already have, HIV, he added.

“We often worry about younger people thinking ‘it will never happen to me’ but to some extent it’s older people thinking that too. They feel they’re responsible, older people with a nice house and job and don’t associate that with the possibility of having HIV.”

THT Cymru offers one-hour HIV testing in Cardiff every Tuesday between 6pm and 7pm. Testing is free and anonymous, and takes place at THT Cymru’s centre at Canton House, 435 Cowbridge Road East, Cardiff CF5 1JH. The charity is also running an all-day HIV testing clinic on World AIDS Day (on Thursday) from 10am to 5pm at the same venue.

Next page: George’s story – “I was looking forward to retirement when Iearned I had HIV”

Read More http://www.walesonline.co.uk/news/wales-news/2011/11/26/hiv-risk-being-ignored-by-wales-50-plus-age-group-says-terrence-higgins-trust-91466-29848280/#ixzz1evEfHElV

gayglobeus @ November 27, 2011

Neglecting HIV/AIDS in the Southeast

Posted in: Spot / International News Wire | Comments Off

CNN

Dr. Vincent Marconi travels to Durban, South Africa, every summer with his family to work with hundreds of HIV and AIDS patients. Despite global support for research and high-profile activists, AIDS continues to batter many developing countries. The Joint United Nations Programme on HIV/AIDS estimates that there are 5.6 million people in South Africa alone living with the deadly disease.

Still, after every trip to Africa, Marconi returns home to Atlanta, Georgia, to continue his work at the Ponce De Leon Center, one of the largest HIV/AIDS facilities in the United States. The center’s staff provides medical services to approximately 5,000 men, women, adolescents and children.

Here in the southeast U.S., he says, HIV/AIDS is very much a neglected problem.

“A great amount of attention has been put overseas,” said Marconi, who’s also an associate professor at Emory University’s School of Medicine. “Especially in these economically challenged times, we tend to be myopic in our efforts in our charitable giving. People say, ‘I’m already giving towards the international HIV effort – I can’t see two epidemics happening.’ No one wants to believe that extreme poverty and neglect exist in such a rich and powerful nation as this one.”

At the end of 2008, an estimated 1,178,350 persons aged 13 and older were living with HIV or AIDS in the United States. And the CDC estimates that approximately 50,000 people are infected with HIV each year.

In the southeast, the epidemic is growing faster than in any other region in the country. African-Americans constitute 12% of the population in the United States but account for approximately 45% of those newly infected with HIV, according to the CDC. And some of the South’s biggest cities topped the CDC’s list of diagnosis rates in 2008: Miami. Atlanta. Memphis, Tennessee. Orlando. New Orleans. Charlotte, North Carolina.

Patrick Packer, executive director of the Southern AIDS Coalition, describes it as the “perfect storm.” The coalition was formed in 2001 to bring attention to the HIV/AIDS outbreak – what the group calls a state of emergency in the South. The problem is three-fold, Packer says: stigma prevents education and promotes fear; socio-economic factors prevent the infected from receiving medical attention; and the lack of a focused strategy prevents agencies from using the few resources available effectively.

This week CNN Health’s team is taking a close look at the epidemic with a series leading up to World AIDS Day on December 1.

CNN technical producer Curt Merrill worked with data from the CDC, the Institute for Health Metrics and Evaluation, and the National Minority Quality Forum to create an interactive map showing the prevalence of AIDS and HIV in the United States compared to our levels of obesity, stroke, heart disease and male/female life expectancy. Click here to see the areas most affected and to search for your county or state.

On Monday, Jacque Wilson profiles Pastor Brenda Byrth, who is taking a stand against the HIV/AIDS stigma in rural South Carolina. Then on Tuesday, Madison Park analyzes the growing HIV rates in northern Florida. On Wednesday, Elizabeth Landau introduces us to Crystal, a homeless drug addict in Atlanta whose top priorities are getting clean and finding a place to live – not dealing with her diagnosis.

The series will culminate with an in-depth look at the work being done at the Ponce De Leon Clinic and the hope for a solution to the HIV/AIDS epidemic in the Southeastern United States.

Please take a moment each day to read these stories and tell us yours. If you or someone you know has been affected by AIDS, visit the CDC’s website or AIDS.gov to find out more.

gayglobeus @ November 27, 2011

Sida : les décès ont diminué de 21 % depuis 2005

Posted in: Le Point / fil de presse international | Comments Off

Futurasciences
La lutte contre le Sida porte ses fruits. La prévention paie et les malades bénéficient d’un meilleur accès aux traitements antirétroviraux. Moins de décès, moins d’enfants infectés, mais la crise économique menace les donations. État des lieux du Sida dans le monde.

Le nombre de décès imputables au Sida dans le monde, a diminué de 21 % depuis 2005. Quant au nombre des nouvelles infections constatées, il a chuté de 21 % depuis 1997. Dans son dernier rapport publié ce 21 novembre, l’Onusida fait état de tendances littéralement historiques dans l’évolution de l’épidémie.

« L’année 2011 a changé la donne pour la riposte au Sida, expliquent les auteurs du rapport. Les nouvelles infections à VIH et les décès liés au Sida sont tombés à leurs plus bas niveaux depuis le pic de l’épidémie », à la fin des années 1990.

Les chiffres du Sida

Au niveau des chiffres, les Nations unies estiment que :

34 millions de personnes vivent avec le VIH en 2010. Soit 700.000 de plus qu’en 2009 ;
2,7 millions de nouvelles infections ont été constatées au cours de l’année 2010 ;
le VIH – et les pathologies qui lui sont liées – ont provoqué 1,8 million de décès en 2010. Par rapport à 2004, ce chiffre traduit une baisse de plus de 15 %. Cette année-là en effet, le VIH avait été à l’origine de 2,1 millions de morts.

Augmentation du nombre de personnes vivant avec le VIH, depuis 1990. Cela traduit une hausse des infections mais un accroissement de l’accès au traitement.
Augmentation du nombre de personnes vivant avec le VIH depuis 1990. Cela traduit une hausse des infections mais un accroissement de l’accès au traitement. © Onusida

Un meilleur accès aux antirétroviraux

Premier constat : l’élargissement de l’accès aux antirétroviraux. Les malades vivent donc plus longtemps, et grâce aux antirétroviraux les décès liés au Sida continuent de diminuer. Le Dr Michel Sidibé, directeur exécutif de l’Onusida, fait valoir que « nous avons vu un élargissement massif de l’accès aux traitements du VIH, avec un effet spectaculaire sur la vie des gens, partout dans le monde ». En 2010 en effet, 6,6 millions de patients ont bénéficié d’une thérapie antirétrovirale. Ils n’étaient que 5,25 millions dans ce cas en 2009.

Au cours des six dernières années donc, le nombre total de malades sous traitement a été multiplié par plus de neuf, puisque seulement 700.000 patients y avaient accès en 2004. Sur la seule année 2010, plus de 1,3 million de patients supplémentaires ont été pris en charge.
Le nombre de nouvelles infections ne baisse pas assez, mais l’accès au traitement fait reculer les chiffres des décès dus au Sida.
Le nombre de nouvelles infections ne baisse pas assez, mais l’accès au traitement fait reculer les chiffres des décès dus au Sida. © Onusida

Sida : prévention et circoncision portent leurs fruits

L’Onusida salue également d’importants progrès dans le domaine de la prévention. Notamment en Afrique subsaharienne où le nombre de nouvelles infections a chuté de 26 % depuis 1997. En Asie du Sud et du Sud-Est, les chiffres ont diminué de plus de 40 % entre 2006 et 2010. En revanche, « le nombre de nouvelles infections continue de croître en Europe orientale, en Asie centrale, en Océanie, au Moyen-Orient et en Afrique du Nord ».

L’agence onusienne revient également sur « l’intérêt accru suscité par la circoncision masculine. Celle-ci commence déjà à contribuer au déclin des nouvelles infections à VIH ». À tel point que le fait de circoncire 20 millions d’hommes supplémentaires à travers l’Afrique orientale et l’Afrique australe pourrait éviter 3,4 millions de nouvelles infections à VIH d’ici à 2015 !

Un dernier point : environ 400.000 nouvelles infections à VIH chez l’enfant auraient été évitées depuis 1995. « En 2010, près de la moitié (48 %) des femmes enceintes vivant avec le VIH ont eu accès à des schémas thérapeutiques destinés à éviter que leur enfant ne soit infecté par le virus », souligne l’Onusida.

La guerre est toutefois loin d’être gagnée, surtout en période de crise économique mondiale. « Le financement en provenance des donateurs a été réduit de 10 %, passant de 7,6 milliards de dollars en 2009 à 6,9 milliards de dollars en 2010. Dans un climat économique difficile, l’avenir du financement pour le Sida dépend des investissements intelligents », concluent les auteurs du rapport.

gayglobeus @ November 27, 2011

Etudiant et homosexuel : le cas de Pierre

Posted in: Le Point / fil de presse international | Comments Off

Mediaetudiant.fr
Etre homosexuel et étudiant est souvent mal vécu même si une campagne sur ce sujet évoque que « l’homophobie mène à l’exclusion et au rejet » et que tout propos homophobe peut avoir des conséquences lourdes pour les auteurs.

Pierre est un étudiant en première année de licence et il est homosexuel, une vie qu’il a du mal à assumer aux yeux des autres étudiants. Il a décidé de témoigner pour tenter de faire changer certaines mentalités, qui considèrent l’homosexualité comme une maladie.
Comment arrives-tu à vivre ton homosexualité au sein de ton université ?

« C’est très difficile, la seule solution est de s’inventer une autre vie, dire que j’ai une petite amie au lieu d’un petit ami, pourtant je déteste mentir. Pour certains homosexuels, on voit très bien leur sexualité par leur façon de se tenir, de se vêtir, alors que moi je veux rester simple, être un véritable garçon et non une moitié de fille et moitié de garçon. Je possède plutôt des « amies » filles que garçons mais je vis bien ma vie contrairement à d’autres personnes homosexuelles, qui n’ont pas d’autre solution que de se suicider. »
As-tu déjà connu des problèmes en relation directe avec ton homosexualité ?

« Je fais toujours attention à ne pas mélanger ma vie privée avec mes études, j’ai rarement évoqué mon cas avec des ami(e)s, mais je vis quand même caché quand je suis avec mon petit ami, même sur les réseaux sociaux je n’évoque rien sur ma vie homosexuelle. Sinon une fois, j’ai été brutalisé en raison de mon orientation sexuelle, par des personnes homophobes qui m’avaient surpris avec mon petit ami l’embrassant dans sa voiture à quelques pas de chez moi, pourtant il était déjà tard, mais je n’ai jamais déposé de plainte par crainte de représailles. »
Quels sont les mots essentiels pour faire changer les mentalités ?

« Même si on est homosexuel, on est avant tout un être humain, qui a sans doute connu une erreur génétique mais je suis choqué lorsque j’entends des propos comme l’homosexualité est une maladie mentale. Il y a quelques mois, un jeune américain s’est suicidé à cause de son homosexualité, son camarade de chambre a surpris, à l’aide de sa web cam, les débats sexuels de celui-ci et la vidéo a circulé sur le net, imaginez la réaction de ce jeune lorsqu’il vu cette vidéo de lui sur le net ! »

gayglobeus @ November 27, 2011

Au Cameroun, Amnesty international veut la libération de deux jeunes homosexuels

Posted in: Le Point / fil de presse international | Comments Off

RFI
Amnesty International exige la libération de deux jeunes gens condamnés le mardi 22 novembre 2011 à cinq ans de prison en raison de leur homosexualité. L’organisation de défense des droits de l’homme critique la façon dont le procès a été conduit et dénonce l’homophobie des autorités politiques camerounaises, en réclamant qu’elles revoient les lois qu’Amnesty juge discriminatoires.

gayglobeus @ November 27, 2011

Mariage homosexuel : l’UMP est ouverte au débat

Posted in: Le Point / fil de presse international | Comments Off

TF1
Le mariage homosexuel ne fera peut-être pas partie du programme du candidat UMP pour 2012, mais il “sera évoqué dans le cadre de la campagne électorale comme un élément de débat du projet.” C’est ce qu’a annoncé mardi Jean-François Copé. Le secrétaire général de l’UMP a jugé en marge d’une convention dans le Nord “parfaitement respectable” l’appel à la légalisation de l’union gay émis dans l’Express par six secrétaires nationaux de l’UMP le même jour.

pictoAlain Juppé fait son “coming out” sur le mariage gay
pictoMariage gay : “de toute façon, cela se fera”, assure Bachelot
pictoMoi, députée UMP, pourquoi je suis pour le mariage gay
pictoMariage gay : le gouvernement dit non

Plus d’infos

Dans leur tribune, les six cadres de l’UMP estiment que “la stratégie de l’évitement ne mène à rien et (qu’) il est temps aujourd’hui pour notre famille politique de mettre un terme à celle-ci et d’ouvrir le mariage aux couples du même sexe”. “L’actualité récente, les clins d’oeil appuyés du Front national vers l’électorat gay et les promesses électoralistes du candidat socialiste l’imposent”, ajoutent les responsables. Ils font référence au Premier ministre britannique David Cameron, qui s’est dit favorable au mariage homosexuel.

Proposition de loi PS rejetée en juin

Les chances de voir le camp de Nicolas Sarkozy observer un revirement sur le sujet serait néanmoins surprenant, en dépit des “coming-out” successifs de Roselyne Bachelot et d’Alain Juppé. En juin, l’Assemblée nationale rejetait une proposition de loi PS sur la question, et seuls deux députés UMP votant en faveur du texte.

L’opposition socialiste et son candidat à la présidentielle François Hollande, se sont prononcés en faveur du mariage homosexuel, légalisé dans sept pays européens dont la Belgique et l’Espagne. Onze pays de l’Union européenne autorisent une forme d’union civile ouverte aux couples homosexuels comme le Pacte civil de solidarité (Pacs) en France.

gayglobeus @ November 27, 2011

Anti-H.I.V. Trial in Africa Canceled Over Failure to Prevent Infection

Posted in: Spot / International News Wire | Comments Off

New York Times

A new trial of a microbicide gel to protect women from infection with H.I.V.was canceled Friday after researchers reported that it was not working.

Related

  • Health Guide: AIDS

The news was a major disappointment for AIDS research. It was not clear why the gel did not work in this trial, since it had seemed to work surprisingly well in a previous one.

Finding a vaginal gel that protects women against the virus that causes AIDS but still allows them to get pregnant has long been sought by AIDS researchers, because it can be used secretly by women who fear being refused or even beaten if they ask their sexual partner to use a condom.

The first trial, reported in South Africa in the summer of 2010, found that a vaginal gel containing the drug tenofovir protected 39 percent of the women who used it, and that those who used it most regularly reduced their chances of infection by 54 percent.

It was hoped that the new trial, nicknamed Voice (for Vaginal and Oral Interventions to Control the Epidemic), would confirm that earlier trial, called Caprisa after the clinic in Durban that ran it.

The Voice trial, which began in 2009, enrolled more than 5,000 women in South Africa, Uganda and Zimbabwe. It was divided into three experiments, or arms, comparing three different products against a placebo — the gel, a tenofovir pill or a Truvada pill (tenofovir and a booster drug).

The trial of the tenofovir pill was canceled in September because it, too, did not appear to be working.

But because part of the study is still continuing, all the collected data — meaning, in particular, who was on the gel and who was on the placebo — cannot be “unblinded” yet, so the researchers cannot try to figure out why it did not work.

“Even when we have more information available to us, understanding why our results differed from the Caprisa results may not be clear,” said Sharon L. Hillier, a lead researcher for the Microbicide Trials Network, which is based at the University of Pittsburgh medical school and oversees many trials.

She said was “surprised and disappointed” by the cancellation.

In a statement, she and Dr. Ian McGowan, another researcher for the network, speculated that the problem might have been that too few women used the gel regularly, that the dosing schedule was wrong, or that it somehow caused inflammation that led to easier entry by the virus. But, Dr. Hillier added, it was unlikely that they would be able to assess that until later next year.

Ethics of modern clinical trials require that at various midway points, enough data be revealed to a panel of outside experts so they can assess whether the intervention being tested is safe for the participants and whether it is working.

In this case, 6 percent of women using the tenofovir gel and 6 percent of those using the placebo had become infected by the time the outside panel looked at the data. It was found to be safe but not effective, which ethically requires the cancellation of the trial to keep any more women from becoming infected.

The trial is expected to go on until mid-2012 and the data are to be released in early 2013. Other trials of gels at different formulations and dosing are planned or under way.

gayglobeus @ November 26, 2011

HIV patients die on church advice

Posted in: Spot / International News Wire | Comments Off

Herald Sun

AT least six people have died in Britain after being told by evangelical churches they were healed of HIV.

According to a Sky News investigation, there is evidence that evangelical churches in London, Manchester in northern England, Birmingham in central England, and Scotland’s Glasgow are claiming to cure HIV through God.

Three undercover reporters were sent to the Synagogue Church of All Nations (SCOAN), which is based in Southwark, south London. All of them told the pastors they were HIV positive – and all were told they could be healed.

Once a month the church has a prayer line, where people from across Europe come to be cured of all kinds of illness. At registration they have to hand over a doctor’s letter as evidence of their condition

They are filmed giving before and after testimonies, which are put on SCOAN’s website. The healing process involves the pastor shouting over the person being healed for the devil to come out of their body, while spraying water in their face.

One of the pastors, Rachel Holmes, told a reporter, who is a genuine HIV sufferer, they had a 100 per cent success rate. “We have many people that contract HIV. All are healed,” Ms Holmes said.

She said if symptoms such as vomiting or diarrhea persist, it is actually a sign of the virus leaving the body.

“We’ve had people come back before saying, ‘Oh I’m not healed. The diarrhea I had when I had HIV, I’ve got it again’,” Ms Holmes said. “I have to stop them and say, ‘No, please, you are free’.”

The church said patients would be able to discard their medication after their healing and that they would be free to start a family.

Medical professionals said at least six patients who have died after being told by various churches to stop taking their HIV medication.

The church has branches across the globe and its own TV channel. It is also a registered UK charity. In a statement, it said God was the healer, not its pastors.

“We are not the Healer; God is the Healer. Never a sickness God cannot heal. Never a disease God cannot cure. Never a burden God cannot bear. Never a problem God cannot solve. To His power, nothing is impossible. We have not done anything to bring about healing, deliverance or prosperity. If somebody is healed, it is God who heals,” the church said.

gayglobeus @ November 26, 2011

HIV/AIDS is no longer a death sentence – in rich countries

Posted in: Spot / International News Wire | Comments Off

Montreal Gazette

In the early 1980s, when the AIDS epidemic that went on to kill millions of people around the world was still a mystery, Christos Tsoukas was one of the few doctors in Montreal to treat people with HIV/AIDS. Colleagues would discreetly disappear to wash their hands if they’d shaken hands with him. You would not find an HIV/AIDS clinic in a hospital. It was always called something else, hinting at rather than naming the disease.

Tsoukas lost 100 patients a year to AIDS. It was heartbreaking work.

“One night, I was called when one of my patients was dying,” Tsoukas said this week in an interview in his office at the Montreal General Hospital.

“He was one of two brothers, both of whom had contracted AIDS through blood products. He died just as I arrived, surrounded by his family. Everyone was carrying a single red rose.

“I sat at the kitchen table, signing the death certificate. On one side of me was a beautiful flower and on the other side, a week-old baby, the child of my patient’s cousin. It brought home to me so strongly that there is a cycle of life. I will never forget that moment.”

By 1995, with the advent of effective anti-HIV drugs, the situation had changed, dramatically. Tsoukas has not had a single AIDS patient die in 15 years. “It’s amazing.” Drugs can prevent an infected partner from transmitting the virus, and drugs mean an infected mother doesn’t pass along the virus to her children.

Years ago, testing positive for HIV was a devastating diagnosis. Today, people won’t even get very sick, said Tsoukas. “We have new challenges,” he said. “We have people who are living into their 80s with AIDS and they have specific and complex problems, cardiovascular illness, diabetes, osteoporosis.”

Longer life spans mean that the number of people with HIV or AIDS remains high in Canada and the rest of the developed world. In Canada, an estimated 65,000 people were living with HIV in 2008, compared with 57,000 at the end of 2005. In 2008, new HIV infections numbered between 2,300 and 4,300, roughly similar to the figures from 2005. In Quebec, a total of 5,199 cases of HIV infection were reported between 2002 and 2008, the majority in Montreal. In Quebec as elsewhere in the developed world, homosexual men continue to be more affected than any other group.

In the developed world, the way is open to stopping the virus from spreading. In the lead-up to the annual World AIDS Day on Dec. 1, a British Columbia AIDS expert, Dr. Julio Montenar, told a U.S. medical conference that the province had achieved an astonishing 96.3-per-cent drop in HIV transmission.

Montenar, head of the British Columbia Centre for Excellence in HIV/AIDS, was reported as saying that the key to success is testing, followed by treatment with highly active antiretroviral therapy.

Unfortunately in Canada, an estimated 27 per cent of people infected with HIV are unaware of their infection. Treatment may be the best protection, but they aren’t getting it.

“Today, unless someone is in a community where AIDS is talked about, that person won’t know about it. Years ago, you would see posters or television campaigns, but not today,” said Tsoukas. He would like to see hospitals make an effort to teach patients about HIV. But on even the most basic level, “You still won’t see clinics called HIV/ AIDS clinics,” he said.

In the developing world, the news was heartening, with the United Nations publishing data showing that hundreds of thousands of lives had been saved by the availability of cheap drugs and new infections were down by as much as 30 per cent to 50 per cent. But the good news was sharply undercut this week by the announcement by the Global Fund to Fight AIDS, Tuberculosis and Malaria, hard hit by the continuing economic crisis, that it would cancel its next round of funding. The fund pays for more than 70 per cent of AIDS medicine.

Even with medicine, the developing world is struggling. Last summer, Tsoukas travelled to Tanzania, to visit an HIV/AIDS clinic founded by an Ottawa doctor, Don Kilby (http: //cacha.ca).

“There was a 29-year-old girl with lymphoma,” said Tsoukas, “which is treatable. But she could not afford the bus fare to get to Dar es Salaam to be treated. No one in her family could go with her. You have to have someone, because there are so few nurses.”

The young woman died. “You become very pessimistic,” Tsoukas said, sadly. “The medication is available, but people can’t get to it.”

Read more: http://www.montrealgazette.com/business/AIDS+longer+death+sentence+rich+countries/5764423/story.html#ixzz1eocGWWYv

gayglobeus @ November 26, 2011

Israel’s Gay Rights Record

Posted in: Spot / International News Wire | Comments Off

The Atlantic

Israelis are justifiably proud of their country’s record on gay rights, especially when that record is compared to that of its neighbors. This Israeli pride is too much for anti-Israel activists to bear, including one who on the Times op-ed page today accuses Israel of “pinkwashing” its real human rights record.

My in-box is filled with outraged responses from gays and lesbians (most, though not all, Jewish). Here is one response from a person who has been active in the gay rights movement who is an acquaintance of mine:
It’s astonishing that someone would reduce the very visible presence of gay men and women in Israel, and their enfranchisement as members of the community in good standing as a mere public relations ploy.  And not least because Jews have played an instrumental role in the struggle to secure those rights, in the U.S. and in Israel.  It is part of Jewish culture’s DNA to champion the cause of minorities, not a stratagem cooked up by some PR firm, as Israel’s inveterate adversaries on the Left would have people believe.  History shows as much, and certainly with respect to homosexuality.

Moreover, for someone putatively on the Left, the writer is doing harm to her own professed interests.  Is she suggesting that a country shouldn’t be proud of its record of championing a progressive cause, or cite it as evidence of the enlightened nature of its politics?  And is she really unwilling to affirm those achievements?  Does she begrudge Israel any praise for establishing a haven for those rights in a region not widely recognized for its hospitality to minorities?

She describes gay rights in Israel as an incomplete picture of civil rights in the country, which is fair enough, though as usual, it doesn’t acknowledge the arduous efforts of Netanyahu’s recent predecessors to grant the Palestinians almost all of what they purport to want.  But its not in the nature of politics to be perfect, especially with regard to minority rights.  It is always a struggle to build something inherently fragile in the face of a constant war of attrition against an often unyielding majority.  If the Left is not willing acknowledge the tangible differences between Israel’s treatment of its gay citizens and the persecution gay and lesbians face in many of the neighboring countries, and to throw its support to Israel, then it is risking seeing those hard-won gains evaporate.

She should be careful what she wishes for.

gayglobeus @ November 26, 2011

Ohio Schools Urged to Better Protect Gay Teens After Bullying Video Goes Viral

Posted in: Spot / International News Wire | Comments Off

Npr.org

The case of an openly gay Ohio student whose vicious bullying attack was caught on video is increasing calls for anti bullying policies aimed specifically at protecting gays. The video went viral on the web, prompting the school district to take action. It may even have an effect on pending legislation at the statehouse.

Zach Huston had complained to officials at Union Scioto High School about taunting and teasing from his classmates several times. Little was done about his complaints. Kids will be kids, he was told by teachers and administrators at the rural central Ohio school

On October 17th, Huston walked into a classroom. He walked into the middle of an ambush.

A video — thought to have been taken by the perpetrator’s cousin — shows a boy pacing in a classroom until Huston enters, at which point Huston gets pushed around, knocked to the ground, and punched repetitively.

Once the video went viral on the web, it was picked up by Columbus TV Stations. That’s where it caught the attention of Bret Thompson of Columbus and prompted him to act.

“I decided to get involved and start an online petition, which to date over 84-thousand people have signed on asking the school district down there to reform their policies.”

Not only did his petition quickly gather signatures, Thompson says he also received about 4000 comments on his petition’s website.

“People that were former and current students at that school. Educators across the state, first responders, parents, so many people that have been personally affected by this.”

Thompson says he quickly realized the beating of Huston was not an isolated event.

“It’s much bigger than just the school or just the incident. Things like this happen to varying degrees of severity every day in the schools across Ohio.”

Nick Worner / Ohio ACLU.

Just days before Huston was attacked at school, he received harassing comments on his Facebook page.

A 2005 study by the Gay, Lesbian and Straight Education Network found that nearly half of Ohio students considered bullying in general to be a serious problem in their schools. A more recent national study showed that almost 90 percent of L-G-B-T students had experienced harassment..

Union-Scioto does have an anti-harassment policy, and a bullying policy. It’s even posted on its website.

Thompson is asking them to explicitly protect gay and transgender students in that policy.

Zach Huston –the student that was beaten up – has taken his case to the American Civil Liberties Union.

James Hardiman is the legal director for the Ohio ACLU.

Hardiman says the school has a “responsibility to not only have a learning environment but a safe learning environment. That did not occur in this instance.”

He says he has talked with school officials and asked them to amend their anti-harassment policy and resolve the situation with Huston.

But he says he deals with these sorts of cases all the time, from every corner of the state.

Hardiman blames the state’s statute.

State law says Ohio’s schools must have an anti-harassment policy. The Ohio Department of Education even has a sample policy schools can adopt, or use as a guide for writing their own.

But Most schools in Ohio do not have language specifically protecting gay and transgender students.

Ed Mullen, executive Director of EqualityOhio, says that’s the problem.

“If you don’t put in the policy that people shouldn’t be bullied based upon their orientation or sexual identity, often times in rural and more conservative areas as well as some suburban school districts that we’ve seen, teachers don’t believe they are supposed to intervene when someone says that’s so gay.”

–Ed Mullen, Executive Director of EqualityOhio.

“If you don’t put in the policy that people shouldn’t be bullied based upon their orientation or sexual identity, often times in rural and more conservative areas as well as some suburban school districts that we’ve seen, teachers don’t believe they are supposed to intervene when someone says…that’s so gay,” Mullen says.

He wants school to list everyone who is protected under an anti-harassment policy instead of just generally telling students “don’t bully.”

Mullen says that is probably not going to prevent all bullying, but “it at least lets people know on day one that that’s against the school policy and that’s unacceptable.”

There are also two proposed bills around school bullying in the Ohio legislature. One would prohibit harassment on actual or perceived traits in a student. That one is stalled in committee.

The other requires schools to train their teachers and students about bullying. That one has passed in the House, and is in the hands of the Senate.

These laws aren’t always the easiest to pass. Mullen says there is often push back that the current anti-harassment policies are enough, that these laws push too far into local school jurisdiction, or that they advocate on behalf of gay students.

Mullen hopes the attention of the Union Scioto case will give these bills a boost.

gayglobeus @ November 26, 2011

Gov’t staff get sensitivity training after gay tourism ban

Posted in: Spot / International News Wire | Comments Off

CTV.ca

The entire B.C. tourism division will receive sensitivity training after releasing a pamphlet prohibiting businesses from promoting gay tourism when dealing with China.

B.C. Jobs, Tourism and Innovation Minister Pat Bell released a report on the gaffe Thursday that blames the offending passage on “poor judgment, not malicious intent.”

The gay tourism reference was found on page 24 of the “How to Market Your Business to China” document, along with bans on touting B.C.’s casinos and gambling.

“Tourism BC will also require that any partner operator agrees” not to promote gay tourism, it reads, “per the China National Tourism Administration.”

The passage has since been removed.

The report concludes that tourism staff had ample time to locate the offensive language, and that the attribution to the CNTA was inaccurate.

“Staff did not follow proper procedures to ensure that senior ministry staff was aware of the questions being raised, or that they provided correct information to the Minister,” the report says.

In response to the investigation, the tourism division will receive sensitivity and procedural training, it adds.

Bell says he also offered a personal apology to New Democrat tourism critic Spencer Chandra Herbert, who described the inclusion of the ban as an apparent endorsement of discrimination against gays and lesbians.

The brochure also describes the Chinese market as “not a sophisticated” one, and partners are advised to view it “as we would with a child, for the day when they grow into a mature and strong adult.”

gayglobeus @ November 26, 2011

Kevin Keller, Gay Archie Character, Gets Married In January Issue

Posted in: Spot / International News Wire | Comments Off

Huffington POst

The highly-anticipated gay wedding issue of Archie Comics has finally been revealed.

The January issue’s cover illustration shows Kevin Keller, Riverdale’s first openly gay character who is also an active U.S. military officer, tying the knot with his African-American partner, Clay Walker. ComicsAlliance reported in October that the story of the couple’s meeting, said to take place in a military hospital, “obviously deals with ['Don't Ask, Don't Tell'] but it doesn’t spell it out for the reader,” and may be revealed in flashback, according to Archie Comics CEO Jon Goldwater.

When the miniseries was announced in 2010, author Dan Parent told the Associated Press, “The world of Riverdale has to reflect contemporary culture and to show it is an accepting, diverse place. And that’s why Kevin is important, to show that everybody is welcome in this all-American town we’ve embraced for over 70 years.” Parent was nominated for a GLAAD Media Award for creating the character.

Not surprisingly, the introduction of the fictional character, in addition to his marriage, has drawn both strong praise and harsh criticism. “I think it’s great that the reality of America’s loving couples are being portrayed in as many places as possible,” Evan Wolfson, the founder and president of Freedom to Marry, told Fox News.“We all want to be part of family and community –- that’s what marriage is about.” On the other hand, the Family Research Council’s Peter Spriggs noted, “It’s unfortunate that a comic book series usually seen as depicting innocent, all-American life is now being used to advance the sexual revolution.”

gayglobeus @ November 26, 2011

This Russian anti-gay bill is nothing short of medieval barbarity

Posted in: Spot / International News Wire | Comments Off

Guardian.co.uk

In November 2011 St Petersburg shocked the world. The legislative assembly approved, in its first reading, a bill which outlawed the promotion of homosexuality, transsexuality and paedophilia to minors. The passage of the bill provoked a quick reaction from local LGBT activists, who organised several protests against the initiative. It also mobilised the international community. The bill was condemned by MEPs, the US state department and thousands of people from around the world, who signed an online petition against its implementation.

St Petersburg, which is deemed the cultural capital of Russia, the place where many famous gay people created our artistic heritage, entered into the 21st century’s hall of shame by drifting into medieval barbarity.

The bill that was proposed in St Petersburg sets administrative fines for the propaganda of homosexuality, transsexuality and paedophilia but it does not explain what “propaganda” actually means. For what is the difference between the public expression of someone’s loving feelings and the promotion of a lifestyle? Can a work of art be considered propaganda? Can a protest for human rights be considered as imposing one’s personal characteristics on others?

The St Petersburg bill does not answer these questions. In fact, it not only equates homosexuality to paedophilia but also separates homosexuality and heterosexuality, as the latter, in the MPs’ view, can be promoted.

The city – where the famous Russian gay composer Peter Tchaikovsky lived, worked and died just days after conducting his Sixth Pathétique symphony, where the gay writer Nikolay Gogol wrote many of his classical works, and where a gay ballet dancer in the form of Rudolf Nureyev gracefully flew over the stage of the Mariinskiy Theatre – turned out to be in the hands of uneducated clericals. Will they ever be well known by the world, except for their anti-gay hatred?

What is sure is that if the bill does pass, the hundreds of tourists aboard Baltic Gay Cruise of Atlantis will hardly feel themselves as safe as before, when they step on St Petersburg soil in July 2012.

International and local protests are very important in finding a solution to this homophobic initiative. But the roots of this plague are not in the northern capital of Russia. They are just 180km from Russia’s capital Moscow, in the city of Ryazan. In 2006 local lawmakers adopted the first ever law prohibiting propaganda of homosexuality to minors in Russia. This law was meant to stigmatise Russian gays and lesbians, but was ultimately merely symbolic, as in five years it was only used once. When the activists of Moscow Pride and GayRussia went to Ryazan to help educate minors that homosexuality is normal, they were arrested, detained, fined and challenged in the courts.

The case of Nikolay Bayev v Russia, challenging the propaganda laws of Ryazan, has been pending before the European court of human rights since November 2009. The opening of this case by Strasbourg judges is now the only legally binding way to challenge Ryazan, St Petersburg and any future, even possibly, federal law, prohibiting the propaganda of homosexuality in Russia.

The LGBT community has to unite around this case now to stop similar initiatives, not only in Russia but also in other European countries where similar bills are being discussed, such as Lithuania and Ukraine. Because this issue is not only Russian: it is an eastern European one. And this case can put a final stop to the issue by creating a European precedent.

Gay people are being used as scapegoats in Russian politics, where society is still largely homophobic. The St Petersburg initiative, coming just before the parliamentary elections on 4 December, is possibly just aiming to increase the vote for the ailing ruling United Russia party of Prime Minister Putin and President Medvedev, but it also creates an atmosphere of hatred in society.

This atmosphere is made clear when the governor of Tambov called for gays to be torn into pieces and thrown in the wind, or when former Moscow mayor Yuri Luzhkov called us alternatively “satanic”, “faggots”, “western weapons of mass destruction” and made us responsible for the spread of HIV”.

In June 1961, Rudolf Nureyev fled from the USSR, asking for political asylum in France. He became a star in Leningrad (now St Petersburg), but went far beyond the official constraints on his liberty, creativity and expression of his times. I hope that the Russian LGBT people of today will not one day wake up facing similar challenges that will force them to leave their country forever.

• This article was commissioned following a suggestion made by richjames. If there’s a subject you’d like to see covered on Comment is free, please visit our You tell us page

gayglobeus @ November 26, 2011

Sida: arrêt d’un essai clinique avec un gel microbicide car inefficace

Posted in: Le Point / fil de presse international | Comments Off

Google.com
WASHINGTON — Un nouvel essai clinique mené dans trois pays africains avec un gel microbicide vaginal destiné à prévenir une infection par le virus du Sida (VIH) a été arrêté faute d’efficacité, a annoncé vendredi l’Institut national américain des allergies et des maladies infectieuses (NIAID).

Cet échec, dont les causes n’ont pas été éclaircies, est jugé “très décevant et surprenant” par les chercheurs dans la mesure où une étude clinique précédente avec ce même gel microbicide à base de Tenofovir (1%), un antirétroviral, avait donné des résultats encourageants.

Cette étude baptisée Caprisa, dont les résultats avaient été annoncés en juillet 2010, montrait en effet que ce gel vaginal protégeait 39% des femmes qui l’appliquaient avant un rapport sexuel. Chez celles l’utilisant le plus régulièrement, le risque d’infection par le VIH (virus de l’immunodéficience humaine) était réduit de 54%.

Les infectiologues espéraient de ce fait que le nouvel essai clinique baptisé VOICE (Vaginal and Oral Interventions to Control the Epidemic), aurait confirmé les résultats de Caprisa.

Mais il a montré dans cette évaluation intermédiaire que 6% des participantes utilisant le gel au Tenofovir ainsi que 6% de celles prenant un placebo avaient été infectées avec le VIH, soit aucune différence entre les deux groupes.

L’essai clinique VOICE avait commencé en 2009, enrôlant plus de 5.000 femmes en Afrique du Sud, en Ouganda et au Zimbabwe et devait se poursuivre jusqu’à la mi 2012 avec les résultats publiés début 2013.

Cette recherche a été divisée en trois études distinctes testant en comparaison avec un placebo le gel avec 1% de Tenofovir, des comprimés à base de cet antirétroviral et d’autres avec du Truvada, une combinaison de Tenofovir avec un autre traitement antiviral.

L’étude avec le Tenofovir sous forme de comprimé pris oralement a déjà été arrêtée en septembre également en raison de son manque d’efficacité.

Puisqu’un des trois essais cliniques, celui avec le Truvada, se poursuit, les chercheurs chargés de ces études n’ont pas encore fini de collecter toutes les données permettant de déterminer notamment qui chez les participantes utilisaient le gel microbicide et celles prenant un placebo.

De ce fait, les médecins chargés de ces essais cliniques ne sont pas encore en mesure de déterminer les causes de cet échec.

“Mais même quand nous disposerons de plus de données, les raisons pour lesquelles les résultats de ce dernier essai clinique avec le gel vaginal microbicide diffèrent de ceux de l’étude Caprisa, pourraient de pas être très claires”, souligne, dans un communiqué, le Docteur Sharon Hillier, de la faculté de médecine de l’Université de Pittsburgh (Pennsylvanie, est).

Elle est la principale chercheuse du “réseau des essais cliniques de microbicides” qui supervise un grand nombre de ces études.

Cependant le Docteur Hillier relève que de nombreux facteurs pourraient expliquer l’échec de l’essai clinique VOICE avec le Tenofovir sous forme de comprimé et dans un gel vaginal.

Ainsi, il est possible que trop peu de femmes aient utilisé le gel régulièrement ou que ce gel ait pu provoquer une inflammation vaginale propice à l’infection par le VIH, spéculent ces chercheurs.

Cet essai clinique a été financé par le NIAID, partie des Instituts nationaux américains de la santé (NIH)

gayglobeus @ November 26, 2011

16 millions de gays chinois sont mariés avec des femmes

Posted in: Le Point / fil de presse international | Comments Off

Peopledaily.com
Les gays représentent de 3% à 5% des hommes dans le monde entier, et en Chine, environ 80% des homosexuels sont mariés avec une femme, sous la pression de leur famille et celle de la société. Selon Zhang Beichuan, expert en recherches dans ce domaine, quelques 16 millions d’homosexuels ont constitué leur famille avec une femmes. A Guangzhou où vivent actuellement 15 millions de personnes, ce nombre atteint plus de 100 000.

Certaines femmes ont choisi de divorcer d’avec leur mari ou de s’abstenir d’avoir des enfants. Mais une grande partie ne savent pas la vérité, et, pire que d’être trompées, elles doivent souffrir la torture mentale ou la frigidité de leur mari, ou même risquent l’infection par le sida.

Avant la 24e Journée mondiale du Sida, une activité a été organisée à Guangzhou par les amis et les proches des gays, qui appelle à la mobilisation des femmes: “Si vous êtes homosexuel, ne vous mariez pas avec une femme. Et si vous êtes une femme qui a découvert l’orientation sexuelle de votre mari, confrontez cette réalité et n’hésitez pas à en sortir.”

gayglobeus @ November 26, 2011

Zimbabwe: Mugabe s’en prend à David Cameron et promet aux homos qu’ils seront «punis sévèrement»

Posted in: Le Point / fil de presse international | Comments Off

Yagg
Le président du Zimbabwe Robert Mugabe laisse rarement passer une occasion de s’en prendre aux gays et aux lesbiennes. Aussi lorsque le Royaume-Uni menace de conditionner ses aides financières à la manière dont sont traités, entre autres, les homos dans le pays bénéficiaire de l’aide (Lire Le Royaume-Uni menace de réduire les aides financières à des pays homophobes), le vieux despote voit rouge:

«SATANIQUE»
«Cela devient pire et satanique avec un premier ministre comme Cameron qui déclare que les pays qui veulent l’aide britannique devraient accepter l’homosexualité. Venir avec cette suggestion diabolique à notre peuple est une offre stupide». Puis Mugabe, qui s’adresse à des jeunes, se fait menaçant: «Ne vous laissez pas tenter par ça. Vous êtes jeunes. Nous vous punirons sévèrement. C’est condamné par la nature. C’est condamné par les insectes et c’est pourquoi j’ai dit qu’ils étaient pires que les porcs et les chiens».

Le Telegraph cite également un ministre anglais, qui dément vouloir conditionner l’aide du Royaume-Uni uniquement au respect des gays et des lesbiennes: «Le Royaume-Uni sera toujours sensible aux traditions locales. M. Cameron n’a pas dit qu’il conditionnerait les aides aux droits des gays. Il n’a jamais dit ça. Ce qu’il a dit c’est que nous supervisons nos gros programmes d’aide là où nous en avons, cela nous donne le droit de demander aux gouvernements de ne pas persécuter les minorités, qu’elles soient religieuses, handicapées ou gays».

gayglobeus @ November 26, 2011

Gay Globe Média Magazine – Roger-Luc Chayer

Posted in: Le Point / fil de presse international | Comments Off

Logo, Gay, Globe, TV, roger-luc, chayer
Bandeau de couleur
accueil, GGTV, roger-luc, chayer
abonnement, GGTV, roger-luc, chayer
Canal, 2, roger-luc, chayer
archives, GGTV, roger-luc, chayer
radio, ggtv, roger-luc, chayer
contact, gtv, roger-luc, chayer
bandeau de couleur 2 de GGTV
Globe, terrestre, Gay, Globe, TV, roger-luc, chayer
Gay Globe Magazine
couverture, gay, globe, magazine, design, class, international, world, roger-luc, chayer

Gay Globe Magazine est la revue gaie la plus populaire au Québec en version papier et Web. La Revue santé et affaires, pour hommes modernes et urbains! Lisez toutes les éditions antérieures de GGMAG et de la Revue Le Point ici…

Gay Globe Magazine is the most popular gay media in Quebec. The health and businedd magazine for modern and urban man. You can read here all the past editions of Gay Globe Magazine.

Nouveau/New : Édition 79

Édition 78- Édition 77 – Édition 76 – Édition 75 – Édition 74 – Édition 73 – Édition 72 – Édition 71 – Édition 70 – Édition 69 – Édition 68 – Édition 67 – Édition 66 – Édition 65 – Édition 64 – Édition 63 – Édition 62 – Édition 61 – Édition 60 – Édition 59 – Édition 58 – Édition 57 – Édition 56 – Édition 55 – Édition 54 – Édition 53 – Édition 52 Édition 51 – Édition 50 – Édition 49 – Édition 48 – Édition 47 – Édition 46 – Édition 45 – Édition 44 (Partie I et Partie II) – Édition 43 (Partie I et Partie II) – Édition 42 (Partie I et Partie II) – Édition 41 (Partie I et Partie II) – Édition 40 (Partie I et Partie II) – Édition 39 (Partie I et Partie II) – Édition 38 (Partie I et Partie II) – Édition 37 (Partie I et Partie II) – Édition 36 (Partie I et Partie II) – Édition 35 (Partie I et Partie II) – Édition 34 (Partie I et Partie II) – Édition 33 (Partie I et Partie II) – Édition 32 (Partie I et Partie II)

Abonnement Gratuit / Free Subscription

Roger-Luc, chayer, gay, globe, magazine, média

roger-luc, chayer, gay, globe, média, magazine, roger-luc chayer, savini, restaurant, québec

roger-luc, chayer, gay, globe, magazine

roger-luc, chayer, gay, globe, magazine, hôtel, grande, allée, québec

roger-luc, chayer, resto, accent

resto, veau, or, roger-luc, chayer

opticien, pineault, rouleau, roger-luc, chayer, gay, globe, gayglobe

roger-luc, chayer, popessa, gay, globe, magazine

roger-luc, chayer

académie, academy, ville-marie, récompenses, diplômes, professionnel, bénévole, communautaire, roger-luc, chayer

michel, proulx, agent, immeuble, maison, vente, acheter, roger-luc, chayer

hôtel, hotel, pur, québec, tourisme, voyages, hébergement, roger-luc, chayer

bio, cd, relaxation, musique, biodôme, montréal, roger-luc, chayer

pharmaprix, rosemont, daniel, gagné, chayer, roger-luc

sauna, 3333, montréal, mixte, roger-luc, chayer

st-hubert, restaurant, pub, poulet, roger-luc, chayer

roger-luc, chayer, journaliste, gay, globe, magazine, le point

sauna, 5018, montréal, roger-luc, chayer

wega, vidéo, dvd, adultes, roger-luc,chayer

club, sauna, plateau, montréal, gay, gais, adultes, femmes, mixte, échangisme, échangistes, roger-luc, chayer, globe, gayglobe, média, magazine, corniste, musicien, chef, orchestre

crémation, deuil, service, directe, roger-luc, chayer

promenade, masson, montréal, roger-luc,chayer

pizza, 2 pour 1, montréal, roger-luc, chayer

gay, globe, magazine, média, radio, tv, roger-luc, chayer

épicerie, intermarché, st-roch, québec, roger-luc, chayer

profile
Roger-Luc Chayer
rogerlucchayer

rogerlucchayer Héma-Québec s’en prend maintenant à l’éditeur de Gay Globe Média generalite.com/?31997-hema-qu… 4 days ago · reply · retweet · favorite

rogerlucchayer Record pour l’édition “Doris Day” de Gay Globe Magazine gayglobe.us/blog/?p=4882 4 days ago · reply · retweet · favorite

rogerlucchayer C’est aux médias nationaox de démasquer les faux médias qui tentent d’influencer la décision de la ministre St-Pierre- Rapport Payette! 5 days ago · reply · retweet · favorite

rogerlucchayer Lisa Marie Noël, de Ruemasson.com, un site se présentant comme média, témoignait devant la ministre St-Pierre, faux témoignage? 5 days ago · reply · retweet · favorite
Join the conversation

Le National

Le National – Premier média 100% Web gai québécois lancé en 1998 avec les textes les plus audacieux sur le marché.
Lisez les archives de textes du National et de GGTV en français depuis 1998. Archives
Abonnement Gratuit / Free Subscription
World National

Média Web exclusivement gai et anglophone, membre du Groupe National
Lisez les archives du World National depuis 1998 / Read english archives for the World National since 1998. Archives
Abonnement Gratuit / Free Subscription
Magazine RG

Archives, enquêtes, dossiers de recherche en santé et portrait de la plupart des acteurs politiques et sociaux de la communauté gaie québécoise de 1993 à 1998
Lisez les archives du Magazine RG et tous les textes signés de Roger-Luc Chayer entre 1993 et 1998. Archives
Abonnement Gratuit / Free Subscription
Conseil de Presse Gai

Organisme consultatif traitant les plaintes du public quant à la question homosexuelle dans les médias et les publicités. Decisions from the Quebec Gay Press Council.
Pour accéder au site du CPGQ et lire les décisions. Accéder au CPGQ
Abonnement Gratuit / Free Subscription
Académie Ville-Marie

Organisation oeuvrant dans l’octroi de récompenses officielles dans le domaine du travail, du bénévolat ou de causes sociales.Official rewards for work experience, social causes or voluntary services. Accéder à L’Académie Ville-Marie / Get to Ville-Marie Academy
Abonnement Gratuit / Free Subscription

profile
Roger-Luc Chayer
rogerlucchayer

rogerlucchayer Héma-Québec s’en prend maintenant à l’éditeur de Gay Globe Média generalite.com/?31997-hema-qu… 4 days ago · reply · retweet · favorite

rogerlucchayer Record pour l’édition “Doris Day” de Gay Globe Magazine gayglobe.us/blog/?p=4882 4 days ago · reply · retweet · favorite

rogerlucchayer C’est aux médias nationaox de démasquer les faux médias qui tentent d’influencer la décision de la ministre St-Pierre- Rapport Payette! 5 days ago · reply · retweet · favorite

rogerlucchayer Lisa Marie Noël, de Ruemasson.com, un site se présentant comme média, témoignait devant la ministre St-Pierre, faux témoignage? 5 days ago · reply · retweet · favorite
Join the conversation

Gay Globe MÉDIA / MEDIA – Éditeur: Roger-Luc Chayer

Centres Stop Centers

Abonnement Gratuit / Free Subscription

autos, pb, voitures, roger-luc, chayer

NOUVEAUTÉ CINÉMA: Film Rudolph the Red-Nosed Reindeer (1964). Pour écouter l’émission / Play

NOUVEAUTÉ CINÉMA: Film Pillow Talk avec Doris Day et Rock Hudson (1959). Pour écouter l’émission / Play

NOUVEAUTÉ TV: The Doris Day Show (1968). Pour écouter l’émission / Play

NOUVEAUTÉ TV: La grande aventure de la vie: Terre (documentaire). Pour écouter l’émission / Play

NOUVEAUTÉ TV: Secrets d’Histoire: La vie et l’histoire de Sissi Impératrice d’Autriche et Reine de Hongrie (France 2). Pour écouter l’émission / Play

Extrait majeur du film “Les 10 commandements” avec Charlton Heston 1956. Pour écouter l’émission / Play

Émission spéciale tournée en 1954 sur le lancement du film A Star is Born avec Judy Garland – Document historique. Pour écouter l’émission / Play

Guide touristique vidéo: Saint-Barthélemy – Cap Paradis. Pour écouter l’émission / Play

Tintin et l’Affaire Tournesol. Pour écouter l’émission / Play

Les Actualités gaies de GGTV présentées par Roger-Luc Chayer et Christian-Dominique Éthier proposent une mise à jour des principaux sujets et dossiers qui intéressent ou concernent la communauté gaie. Pour écouter l’émission / Play

Film Le Train Sifflera 3 fois 1952 avec Gary Cooper et Grace Kelly. Pour écouter l’émission / Play

Richard Martineau et Roger-Luc Chayer (Gay Globe) s’entretiennent de la criminalisation du VIH et du dossier Steve Biron à TVA en Direct le 8 août 2011. Pour écouter l’émission / Play

The Lucy Show avec Lucille Ball. Pour écouter l’émission / Play

Film: “Tremors” avec Kevin Bacon (science-fiction). Pour écouter l’émission / Play

Couverture télévisuelle du Mariage du Prince Albert de Monaco (fils de Grace Kelly) et de Charlene Wittstock, le 2 juillet 2011 en 6 parties. PARTIE 1 – PARTIE 2 – PARTIE 3 – PARTIE 4 – PARTIE 5 – PARTIE 6

“Pour une poignée de dollars” avec Clint Eastwood, réalisation Sergio Leone (1964). Pour écouter l’émission / Play

Planète Terre, le plus beau documentaire jamais filmé. Pour écouter l’émission / Play

COMMUNIQUÉ: Injonction prononcée contre Éric Messier ce 9 juin 2011 par la Cour supérieure de Montréal lui interdisant toute publication ou commentaire à l’endroit de l’éditeur de Gay Globe Média. http://gayglobe.us/blog/?p=3458 / Version PDF

Publication du Plan d’action contre l’homophobie du Gouvernement du Québec 2011 version intégrale PDF. http://gayglobe.us/blog/?p=3451

Tintin et Le Lac aux Requins. Pour écouter l’émission / Play

Tintin et Le Temple du Soleil. Pour écouter l’émission / Play

REPORTAGE de Roger-Luc Chayer sur la cérémonie montréalaise et hommage à Alys Robi http://gayglobe.us/blog/?p=344 5

Spécial Here’s Lucy avec Lucille Ball sur la création et le making of de la populaire série des années 70. Pour écouter l’émission / Play

Spécial LIBERACE à l’émission Here’s Lucy (1970). Diffusion d’un épisode complet consacré à l’artiste-pianiste homosexuel Liberace, très populaire à partir des années 50 jusqu’à sa mort du SIDA en 1987. Pour écouter l’émission / Play

Journée mondiale contre l’homophobie OUI mais pas au prix d’une victimisation à outrance. Lire le texte

Publication GRATUITE du livre “À Dieu, Julien” de Caroline Gréco portant sur l’annonce de la séropositivité d’un jeune homme à ses parents et comment l’accompagner jusqu’à la fin de sa vie, des suites du SIDA. Un livre touchant et un document unique dans les relations parents-enfants gais. Lire le livre en version PDF

Publication GRATUITE du livre “Julien, toi qui préfères les Hommes” de Caroline Gréco portant sur l’annonce d’un jeune homme de son homosexualité à ses parents. Un document d’une grande tendresse et un outil indispensable pour les parents qui souhaitent s’informer sur la façon de gérer une telle situation dans le respect de leur enfant. Lire le livre en version PDF

Poursuite judiciaire de 450,000$ D’André Arthur contre Radio-Canada, Vincent Marissal, Guy A. Lepage, Luc Wiseman et Dany Turcotte pour diffamation. Lire la nouvelle et la requête

Présentation spéciale du film Cléopâtre avec Elizabeth Taylor et Richard Burton (1963), version intégrale et originale d’une durée de plus de 4 heures / Special presentation of the movie Cleopatra with Elizabeth Taylor and Richard Burton (1963). Écouter le film / Play movie

Des nouvelles exclusives de l’Affaire STEVE BIRON et tournage d’un documentaire. LIRE LA NOUVELLE

Présentation du film James Bond: Diamonds are Forever dans lequel un couple gai de tueurs à gages sont en vedette du début à la fin, une première et unique expérience avec l’homosexualité dans un film de James Bond et ce, dès 1971. Écouter le film / Play

prince, william, harry, catherine, kate, middleton, mariage, wedding, queen

académie, ville-marie, roger-luc, chayer, diplômes, reconnaissance, bénévolat, recognition, diplomas, official, officiel, canada

English version of the investigation in the Steve Biron Case Read the Article

Présentation spéciale. La Cage aux Folles, version française originale. Écouter le film / Play / Play

Dans l’affaire Steve Biron, ce jeune gai emprisonné à Québec pour des relations sexuelles sans condoms se sachant atteint du VIH, une enquête de Gay Globe Média met en évidence de nouveaux faits très troublants et surtout, des victimes qui ne sont pas si victimes que ça. DOSSIER EXCLUSIF à lire seulement ici…. Lire le dossier

L’AUTEURE CAROLINE GRÉCO S’ÉTEINT À QUELQUES HEURES DE NOEL. SES DEUX PUBLICATIONS LUI SURVIVENT SUR GAY GLOBE MÉDIA. ACCÉDER À LA PAGE DE CAROLINE GRÉCO. Pour lire le communiqué officiel http://gayglobe.us/blog/?p=2524

Émission sur le nouveau bar gai à Trois-Rivières, la Station 2 enfin ouverte. Écouter l’émission / Play

Présentation d’un documentaire sur les scènes retirées du film Austin Powers 1 / Presentation of the deleted scenes from the Autin Powers 1 Movie. Écouter l’émission / Play

Suite au décès de l’acteur Tony Curtis le 30 septembre 2010, GGTV offre en rediffusion aux fans, le premier épisode de la série Amicalement Votre (The Persuaders) Écouter le film / Play

Pétition pour exiger le droit au mariage gay en France par le groupe “Appel de Montpellier”. Lire la pétition

Émission sur le pianiste Jean-Alexandre Sarrazin, l’Orchestre Symphonique Urbain de Montréal sous la direction de Roger-Luc Chayer. Enregistrement exclusif d’une répétition exceptionnelle / Broadcast about the pianist Jean-Alexandre Sarrazin, the Montreal Urban Symphonu orchestra under the direction of Roger-Luc Chayer and rare exclusive recording of a repetition in 1991. Écouter / Play

James Bond: From Russia With Love avec Sean Connery (1962) / Movie James Bond From Russia With Love with Sean Connery. Écouter / Play

Film Hollywood or Bust avec Jerry Lewis et Dean Martin. Présentation spéciale du film, intégralement en version originale d’un film de la série Martin & Lewis Collection / Movie Hollywood or Bust with Jerry Lewis and Dean Martin. Écouter le film / Play

The real life story of Rue McClanahan (Golden Girls) Écouter le film / Play

Présentation spéciale. The Golden Girls, émission finale en présentation spéciale suite au décès de Bea Arthur (Dorothy) le 25 avril 2009, version originale anglaise / Special presentation, The Golden Girls, following the death of Bea Arthur. Écouter le film / Play

The real life story of Betty White (Golden Girls) Écouter le film / Play

La vie et la carrière de Estelle Getty / Life and career of Estelle Getty. Écouter l’émission / Play

La vie et la carrière de Bea Arthur / Life and career of Bea Arthur. Écouter l’émission / Play

académie, ville-marie, roger-luc, chayer, diplômes, reconnaissance, bénévolat, recognition, diplomas, official, officiel, canada

Émission sur la vie et l’oeuvre de Tchaikovsky / Broadcast on the life and the work of Tchaikovsky. Écouter / Play

Documentaire sur la création de la Revue Le Point avec témoignages de Pierre Salducci, de Jasmin Roy, d’Yvon Chartrand et de nombreux clients et annonceurs / Docmentary on the creation of Le Point Magazine Écouter l’émission / Play

Film It’s my Party – Une histoire choc et déchirante sur la fin de vie, le suicide assisté et la décision de mourir à sa façon du SIDA / Movie It’s My Party about the end of life, assisted suicide and the choice to die from Aids Écouter l’émission / Play

Intégral du film l’Escalier avec Rex Harrison et Richard Burton / Complete presentation of the film Staircase with Rex Harrison and Richard Burton. Écouter / Play

Entrevue-choc avec le plus grand fraudeur canadien, EXCLUSIF. Il nous livre ses secrets humains, dévoile son homosexualité et accepte de se confier à Roger-Luc Chayer, éditeur de Gay Globe Média / Chock-interview with the most important fraud criminal in Canada that gives his secrets and thoughts on his crimes to Roger-Luc Chayer. Écouter / Play

Émission sur l’art du cor, instrument d’orchestre mais virtuose à ses heures, avec Roger-Luc Chayer / The art of the French Horn. Écouter / Play

académie, ville-marie, roger-luc, chayer, diplômes, reconnaissance, bénévolat, recognition, diplomas, official, officiel, canada

Émission musicale sur le Quintette National avec 5 oeuvres en présentation / The National Quintette. Écouter / Play

Émission sur la diffusion du CD de relaxation Bio/ Program on the Bio relaxation CD. Écouter / Play

Émission musique populaire avec une présentation du chanteur Daniel Do / Popular music program with a presentation of Daniel Do . Écouter / Play

Émission musique classique sur la trompettiste Véronique Lucignano et la pianiste Louise-Andrée Baril avec 5 oeuvres musicales / Classical music program with Véronique Lucignano (trumpet) and Louise-Andrée Baril (piano). Écouter / Play

Suite à la controverse lancée par la publication d’un communiqué de l’abbé Raymond Gravel déclarant qu’il n’avait jamais participé à un comité de sages à la Revue Le Point, voici en rediffusion une entrevue faite en 2007 où il explique lui-même ce qu’était le comité et son plaisir à y participer. Écouter / Play

Entrevue avec Alain Rhéaume sur la fin de vie et le SIDA / Interview with Alain Rheaume about end of life and AIDS. Écouter / Play

Le Parc de l’Espoir, dédié à la mémoire des personnes décédés du SIDA est en péril, voyez notre reportage en images sur la situation de ce parc montréalais. Écouter / Play

Émission de la série “Ma Sorcière Bien-aimée” originale en N/B / Episode from Bewitched in B/W. Écouter / Play

EXCLUSIF: Suite au dossier récent de Gay Globe Magazine sur Farrah Fawcett, son conjoint, l’acteur Ryan O’Neal envoyait à la rédaction une affiche autographiée de Farrah, qui est maintenant offerte à tous les abonnés tout à fait GRATUITEMENT. Téléchargement de l’affiche exclusive de Farrah Fawcett

Strangers on a Train (Alfred Hitchcock), version britannique/ Farley Granger. Écouter l’émission / Play

académie, ville-marie, roger-luc, chayer, diplômes, reconnaissance, bénévolat, recognition, diplomas, official, officiel, canada

Éric McCutcheon, gagnant de la première version d’Occupation Double / Exclusive pictures of Eric McCutcheon, winner of Occupation Double, the TV show. Voir les photos/ View the pictures

Présentation spéciale du plus grand film jamais réalisé pour célébrer l’amour homosexuel. BILITIS. Écouter l’émission / Play

DALIDA: 10 documentaires exclusifs / 10 exclusive documentaries on the Diva Écouter l’émission / Play

Abonnement Gratuit / Free Subscription

“Le Midi avec André Arthur” sur les ondes de TQS. Écoutez toutes les chroniques “Mourial” de Roger-Luc Chayer sur les ondes de TQS entre janvier et juillet 2009.

COMMUNIQUÉ SPÉCIAL: Dans le cadre de ses collaborations spéciales à l’émission “Le Midi avec André Arthur”, sur les ondes de TQS, Roger-Luc Chayer, éditeur de Gay Globe Magazine et directeur de GGTV a oeuvré sur de nombreuses chroniques “Mourial” mettant en évidence les graves problèmes que vivent les montréalais dans la chute vers le tiers-monde d’une ville pourtant si riche il y a à peine 4 ans. Dans le cadre des élections municipales de novembre 2009, ces chroniques sont offertes en rediffusion sur GGTV, dans le menu plus bas, et sur le site Internet du nouveau Canal V en cliquant sur le lien suivant.

Extrait de l’émission Le Midi avec André Arthur sur les ondes de TQS. Chronique “Mourial” de Roger-Luc Chayer du 30 juin 2009 portant sur les ruines de l’Hôtel et de la Gare Viger à Montréal, patromoine historique du Québec laissé à l’abandon par la Ville de Montréal. / Le Midi with André Arthur, TV show from TQS. Mourial chronical on the Viger train station in Montreal. Écouter l’émission / Play

Extrait de l’émission Le Midi avec André Arthur sur les ondes de TQS. Chronique “Mourial” de Roger-Luc Chayer du 2 juin 2009 portant sur la rue Ste-Catherine Ouest bloquée sur une grande partie de sa longueur pour rien et sur le quartier des spectacles subventionné à 750 millions dont on ne trouve aucune trace. Écouter l’émission / Play

Extrait de l’émission Le Midi avec André Arthur sur les ondes de TQS. Chronique “Mourial” de Roger-Luc Chayer du 20 mai 2009 portant sur le vandalisme possible des nouveaux appareils de photo radar et sur leur accès facile à partir de la rue, avec vidéos et démonstration en direct sur la façon de neutraliser un appareil en 8 secondes.. Écouter l’émission / Play

Extrait de l’émission Le Midi avec André Arthur sur les ondes de TQS. Chronique “Mourial” de Roger-Luc Chayer du 6 mai 2009 portant sur la découverte d’une photo du maire Gérald Tremblay au forum des villes du tiers-monde en 2006, sur l’arnaque des parcomètres de Montréal et sur les coins les plus cochons de la ville. Écouter l’émission / Play

Extrait de l’émission Le Midi avec André Arthur sur les ondes de TQS. Chronique “Mourial” de Roger-Luc Chayer du 22 avril 2009 portant sur l’abandon de la Place des Nations d’Expo 67, sur le ramassage des poubelles de Montréal, sur les déchêts qui pourrissent et qui causent l’asthme et sur un homme abandonné dans la misère sur la rue. Écouter l’émission / Play

Extrait de l’émission Le Midi avec André Arthur sur les ondes de TQS. Chronique “Mourial” de Roger-Luc Chayer du 14 avril 2009 portant sur la fermeture de la rue Notre-Dame O., sur une conférence de presse de la ville pour lancer l’opération nettoyage tout en laissant la crasse sur les lieux, sur les conditions de vie des chevaux payeurs de taxes vs les chevaux municipaux, sur le Stade olympique qui a changé tous ses drapeaux et encore plus. Écouter l’émission / Play

Extrait de l’émission Le Midi avec André Arthur sur les ondes de TQS. Chronique “Mourial” de Roger-Luc Chayer du 6 avril 2009 portant sur le nouveau code d’éthique proposé par Benoît Labonté et section humour avec des sens uniques qui donnent sur des cul-de-sac. Écouter l’émission / Play

Extrait de l’émission Le Midi avec André Arthur sur les ondes de TQS. Chronique “Mourial” de Roger-Luc Chayer sur le palais présidentiel du Maire Gérald Premier et diminution de la vitesse à 40KM/H. Émission du 26 mars 2009. Écouter l’émission / Play

Extrait de l’émission Le Midi avec André Arthur sur les ondes de TQS. Chronique “Mourial” de Roger-Luc Chayer sur le ralentissement économique de la rue Mont-Royal et images de l’état de décrépitude de Montréal. Émission du 19 mars 2009. Écouter l’émission / Play

Extrait de l’émission Le Midi avec André Arthur et Roger-Luc Chayer, chronique “Mourial” 4 mars 2009. Écouter l’émission / Play

Roger-Luc Chayer et André Arthur s’entretiennent le 23 février 2009 de l’infestation de punaises à Montréal, de l’état du mat du stade olympique et des drapeaux du stade à l’émission Le Midi avec André Arthur sur les ondes de TQS Écouter l’émission / Play

Roger-Luc Chayer et André Arthur s’entretiennent des cafards de l’Hôtel-Dieu de Montréal, des trains de banlieues, des rails tranchants de l’ancien tram de Mtl et de la Place des Arts abandonnée sur TQS Écouter l’émission / Play

Roger-Luc Chayer et André Arthur s’entretiennent de diverses situations sociales et économiques à Montréal à TQS Écouter l’émission / Play

Roger-Luc Chayer et André Arthur s’entretiennent de la tiers-mondialisation de Montréal à TQS Écouter l’émission / Play

Entrevue exclusive de Roger-Luc Chayer, de GGTV accordée à André Arthur le Midi (TQS) sur Le Point, le militantisme gai et ses outrances. Écouter l’émission / Play

Logo, Gay, Globe, TV, roger-luc, chayer

Téléchargez le KIT MÉDIA de Gay Globe Magazine et de Gay Globe TV / MEDIA KIT for Gay Globe Magazine Magazine and Gay Globe TV

Gay Globe TV, la seule et unique télévision internet gratuite pour la communauté gaie au monde et première WebTV au Québec offre toute sa programmation gratuitement en diffusion continue, en plein écran et sur la simple base d’un menu. Gay Globe TV, the only free gay WebTV and first of its kind in full screen in the world.

L’éditeur de Gay Globe Média, Roger-Luc Chayer, est Président de l’Association Canadienne des Journalistes – Chapître de Montréal, membre de l’IRE (Investigative Reporters and Editors des États-Unis) et membre de l’EPF (European Press Federation)

The editor of Gay Globe Media, Roger-Luc Chayer, is President of the Canadien Association of Journalists – Montreal chapter, member of the IRE (Investigative Reporters and Editors – United States) and of the European Press Federation.

À propos de Roger-Luc Chayer / About Roger-Luc Chayer

Guide de déontologie de Gay Globe TV et de Gay Globe Magazine / Ethics guide for Gay Globe Media

Condition d’utilisation des courriels / Email Terms of use

Règles standardisées de la netiquette / GGTV’s netiquette guidelines

Visitez la page de Gay Globe TV et de Roger-Luc Chayer sur Youtube / Visit the Roger-Luc Chayer and Gay Globe Media Youtube page

Abonnement Gratuit / Free Subscription

Blog “Le Point” avec des centaines de messages sur l’actualité et analyses exlcusives / Le Point’s blog offering thousands of news articles ans messages

Page sur Facebook page

Messages sur Twitter page

Flux RSS des messages en direct de Roger-Luc Chayer sur Twitter / RSS flux Twitter messages

Menu chinois / Chinese index

Blogue de l’Association Canadienne des Journalistes, chapitre de Montréal / Canadian Association of Journalists, Montreal chapter blog
Communiqués / News releases

IMPORTANT

Roger-Luc Chayer, demandeur

Contre

Éric Messier, défendeur

9 Juin 2011: Injonction de la Cour supérieure de Montréal contre Éric Messier. Lire le texte de l’injonction

11 février 2011: La Cour supérieure du district judiciaire de Montréal, dans la province de Québec au Canada émettait ce jour une ordonnance de sauvegarde que l’on peut lire en suivant ce lien..

IMPORTANT

Suite à l’actualité quant à l’Église catholique dans le monde, nous vous proposons un lexique des termes bibliques avec définitions. Accès au lexique biblique / Enter the biblical list of definitions

Règlement Gay Globe TV, Irazoo.com et Mr. Neal Verma / Settlment between Gay Globe TV, Irazoo.com and Mr. Neal Verma Lire le communiqué/Press release

Analyse éthique d’un reportage de La Facture (Radio-Canada) sur les Centres Stop, Lire le communiqué

Condamnation de La Voix au Masculin (magazine gai maintenant fermé) et de Sylvain Sourdif pour fausses factures. Lire le communiqué

Liste-pétition de support à la liberté et la libre circulation des idées et des journalistes.

Anti-plagiarism petition and public message Pétition MAAD contre l’alcool au volant

Abonnement Gratuit / Free Subscription

Débat sur les Outgames à l’émission Liza de la Société Radio-Canada en 2002
Débat télévisé à l’émission Liza, diffusée sur les ondes de Radio-Canada et animé par Liza Frulla, devenue ministre par la suite. Ce débat, datant de 2002, met en évidence le discours de l’époque visant à récolter des subventions publiques face à la réalité des jeux qui viennent de se terminer le 5 août 2006. Le débat met face-à-face la Directrice générale des Outgames Lise Roy, le journaliste Richard Martineau, le journaliste Roger-Luc Chayer, le chercheur Michel Dorais, et quelques autres participants.

Lors de ce débat, Madame Roy faisait état de projections absolument magiques comme un taux de participation supérieur au Festival de Jazz et du grand Prix de Montréal réunis, 150 millions de dollars en retombées économiques, 25,000 participants et 200,000 touristes. Le journaliste Roger-Luc Chayer quant à lui mettait en garde la population contre la pensée magique qui semblait animer les acteurs de Montréal 2006 en soulevant les échecs du passé de ce groupe et surtout, en mettant en garde les organisateurs de livrer la marchandise sous peine de voir la communauté gaie perdre sa crédibilité.

Les résultats des Outgames sont maintenant connus, environ 20% des spectateurs attendus, 30% des participants prévus et des retombées économiques absolument incalculables vu leur absence, les hôtels de Montréal étant vides. Écouter l’émission 1/ Play 1 Écouter l’émission 2/ Play 2 Écouter l’émission 3/ Play 3

Les clubs échangistes au Québec
Entrevue avec Christian-Dominic Éthier, administrateur du Complexe 3333 Bélanger et visite des lieux. Tête-è-tête sur la question des clubs échangistes et des saunas mixtes au Québec. Images exclusives du sauna. Écouter l’émission 1/ Play 1 Écouter l’émission 2/ Play 2

Rapport de la Commission Bouchard-Taylor sur les accomodements raisonnables au Québec
Lisez le rapport de la Commission Bouchard-Taylor sur les accomodements raisonnables au Québec. Rapport intégral / Rapport abrégé

Rapport d’analyse de la situation du Dr. Pierre Mailloux
Publication exclusive de l’expertise journalistique préparée par le journaliste Roger-Luc Chayer à la demande de l’avocat du Docteur Pierre Mailloux dans le cadre de sa défense contre le Collège des Médecins du Québec dans laquelle il est déclaré que le Doc Mailloux agissait comme journaliste au moment de certains faits présentés devant le Collège des Médecins et que comme journaliste responsable de ses choix rédactionnels, il ne peut être contraint à des positions contraires à ses opinions.
Le statut de journaliste protège le public et les acteurs de l’information des pressions visant à contrôler la libre circulation des idées et des informations et cette expertise vient émettre des pistes de réflexion utiles dans le dossier visant à sanctionner certaines affirmations du Doc Mailloux faites alors qu’il agissait comme journaliste et non comme médecin. Lire le rapport intégral

Réplique de Christian-Dominique Éthier suite aux attaques personnelles dirigées contre lui de la part d’André Gagnon du Magazine Être-RG-2B
Réplique et mise au point de Christian-Dominique Éthier, administrateur du sauna mixte 3333 à Montréal suite à la publications d’accusations graves de la part du Magazine Être et de son éditeur André Gagnon. Écouter l’émission / Play

Documentaire du Canal D sur les clubs échangistes
Documentaire diffusé originalement sur le Canal D portant sur l’échangisme et le sauna mixte 3333 Bélanger à Montréal. Écouter l’émission / Play

Scandale des Outgames de Montréal à l’émission Dutrizac de TQS
Entrevue du journaliste Roger-Luc Chayer de Gay Globe TV invité à l’émission Dutrizac (TQS) du 13 novembre 2006 et portant sur la disparition de la Directrice générale Louise Roy des Outgames et sur l’enquête de la Revue Le Point qui mettait en évidence, des années avant la découverte du déficit de 5.3 millions, que quelque chose n’allait pas avec l’organisation. Écouter l’émission / Play

VICTOIRE: Poursuite de Catherine Draws contre Le Point pour droits d’auteur
Poursuite contre Le Point en droit d’auteur de Catherine Draws et son père l’avocat Daniel Draws: Victoire du magazine Le Point et condamnation de Catherine draws à rembourser Le Point de certains frais. Lire le communiqué et le jugement intégral

Dossier et reportage sur les poppers au Canada
Reportage sur les poppers et la nouvelle législation visant à criminaliser leur consommation et leur possession au Québec. Écouter l’émission / Play

Règlement judiciaire contre l’Association des Lesbiennes et des Gais sur Internet
Règlement judiciaire de l’affaire RLC contre l’Association des Lesbiennes et des Gais sur Internet (ALGI). Lire le dossier complet

Rapport sur les pièges de la téléphonie cellulaire
Étude et rapport: les pièges de la transaction en téléphonie cellulaire. Lire le dossacsier complet

Archives des communiqués de GGTV
Archives des communiqués de presse publiés sur Gay Globe TV. Lire les archives

Le Quintette National avec Roger-Luc Chayer 1988. Enregistrement du CD de quintete à vents, cor, clarinette, flûte, hautbois et basson. Passacaille (Barthe) , Suite opus57 (Lefebvre), BWV645 (Bach), Badinerie (Bach) , La Cheminée du Roi René (Milhaud), Aria cor et piano (Stradella), Romance sans paroles pour cor et piano (Mendelssohn), Pour Elle (Sophie Picard)

Émission Marguerite et Compagnie avec Marguerite Blais à TQS
Roger-Luc Chayer invité à l’Émission Marguerite et Compagnie diffusée sur les ondes de TQS vers 1988 et était annoncé comme personnalité de la semaine aux téléspectateurs. Roger-Luc Chayer venait de reçevoir une reconnaissance ministérielle importante par l’attribution de deux bourses discréditionnaires simultannées du Gouvernement du Québec offertes aux meilleurs musiciens québécois contribuant au rayonnement de la nation dans le monde. Rappelons que le musicien Roger-Luc Chayer est le corniste le plus le plus enregistré au Canada et un des meilleurs musicien au monde à son instrument. Reconnu pour une sonorité unique, la musique interprétée par M. Chayer s’inscrit dans la plus pure tradition français qui pige elle-même dans la tradition russe du cor velouté avec vibrato. Une sonorité inexistante en Amérique du nord. Écouter l’émission / Play

Concert symphonique de l’Orchestre des Solistes Méditerranéens de Nice (France)
L’orchestre, formé des solistes des orchestres de l’Opéra de Nice, de l’Orchestre Philharmonique de Nice, de l’Orchestre Régional de Cannes et de l’orchestre de l’Opéra de Monte-Carlo présentent le second concert d’une série de deux en hommage au jumelage des villes de Montréal et de Nice « concerts d’amitié France-Québec ».
Le jeune chef d’orchestre canadien Roger-Luc Chayer offre à la Ville de Nice ce second concert le 1er juillet 1991 et concrétise après plus de 9 mois de travail et la réunion de 28 partenaires financiers, culturels et économiques une solide amitié entre les deux peuples.
Premier prix de cor et de Musique de chambre du Conservatoire National de Nice en 1991, Roger-Luc Chayer couronne par cette série de concerts une aventure de près de 10 ans à Nice comme étudiant au conservatoire, corniste à l’Opéra de Nice, à l’Orchestre Régional de Cannes et à l’Orchestre du Capitole de Toulouse. L’organisation de ces événements a été rendue possible grâce à la collaboration de plusieurs partenaires dont le maire Jean Doré de Montréal, le maire Jacques Médecin de Nice, la Chambre de Commerce France-Canada et des dizaines d’autres. La réalisation de ces concerts a été rendue possible sans subvention gouvernementale et la vente des billets uniquement a été génératrice du budget total. Le public était tellement nombreux à vouloir assister aux concerts dirigés par le jeune chef canadien que certains devaient assister aux concerts à partir de la rue voisine de la salle. Une réussite signée de la détermination d’un jeune musicien et chef d’orchestre québécois en sol français.

Concerto pour piano et orchestre KV 414 no. 12 de Wolfgang Amadeus Mozart (1756-1791) en trois mouvements. Allegro, Andante, Rondo-allegretto. Symphonie No.40 KV550 Wolfgang Amadeus Mozart (1756-1791) en quatre mouvements. Allegro con brio, Andante, Menuetto, Allegro. Partie1, Partie2, Partie3, Partie4, Partie5

Concert du Quatuor de Cors de Montréal
Concert du QCM divisé en 3 segments. Segment I, segment II et segment III dont le segment 2 réservé à une oeuvre solo interprétée par Roger-Luc Chayer au cor accompagné par Rolf Bertsh au Piano. Oeuvre solo de Roger-Luc Chayer au cor, accompagné par Rolf Bertsh, chef de l’Orchestre Symphonique des Grands Ballets Canadiens.
Détails : Le Quatuor de Cors de Montréal a été formé par le corniste Roger-Luc Chayer en 1988 pour permettre la présentation de concerts de musique de chambre dans une forme peu connue au Québec, les grands ensembles de cuivres. Formé de musiciens professionnels venant des orchestres symphoniques québécois, le QCM a oeuvré pendant quelques années et a produit le présent document. Roger-Luc Cayer a aussi été le corniste soliste ayant le plus endisqué au Canada et on peut l’entendre dans un extrait solo identifié plus haut, accompagné de Rolf Bertsh, chef de l’Orchestre Symphonique des Grands Ballets Canadiens et professeur à l’Université du Québec à Montréal. À noter que le concert présenté aujourd’hui était sous la co-présidence de Monsieur André Boulerice, député et de Madame Marguerite Blais, personnalité vedette de la télévision québécoise. Partie1, Partie2, Partie3

Entrevue avec l’Abbé Raymond Gravel
Entrevue avec l’Abbé Raymond Gravel, prêtres pro-gais et député du Bloc Québécois. Écouter l’émission / Play

Jean-Luc Romero sur la libre circulation des personnes séropositives
Entrevue avec Jean-Luc Romero: Libre circulation des personnes atteintes du SIDA et le don de sang homosexuel. Écouter l’émission / Play

Abonnement Gratuit / Free Subscription

Foyer, hôtel, St-Paul , Montréal, roger-luc,chayer

Caroline, Greco, GGTV, auteur, roger-luc, chayer

Publication gratuite de livres sur l’homosexualité et le SIDA
L’auteure Caroline Greco offre en publication gratuite ses deux livres “Julien toi qui préfères les hommes” (jeunes et homosexualité) et “À Dieu Julien” (SIDA et parents), Accéder aux livres

Logo, Basic, boutique, roger-luc,chayer

La Boutique Basic
Produits créés par des gais pour la communauté gaie et en vente exclusive / Online store. Accéder à Basic

Couverture, Le Saint, Jean-Luc, Romero, roger-luc, chayer

Le Saint
“Le Saint”: Ouvrage sur les abus du militantisme gay et sur le cas outrageant et impopulaire du politicien français Jean-Luc Romero, militant gai controversé, Voir la couverture du livre

Académie Ville-Marie: Obtenez votre récompense professionnelle et bénévole en ligne dès maintenant / Ville-Marie Academy: Get your online recognition and diploma now!
Image spacer

Tous les services offerts par Gay Globe Média sont GRATUITS / All services offered by Gay Globe Media are free
Pour toute question ou commentaire, communiquez avec nous directement à la rédaction / For comments ou suggestions please contact the redaction Contact avec la rédaction

Gagnon André Gagnon Commission d’Accès à l’Information QuébecLa Cour Suprême du Canada sur le journalisme responsable Julien, toi qui préfères les Hommes (Caroline Gréco) À Dieu Julien (Caroline Gréco) Rapport d’expertise Dr. Pierre Mailloux vs Collège des Médecins du Québec

Conditions d’utilisation / Terms of Use | Vie privée / Privacy Statement

Blog GGTV’s Blog | Contact | Canal 2 / Channel 2 | Abonnement Gratuit / Free Subscription

La section pour Adultes nécessite un mot de passe disponible sur inscription gratuite et confidentielle | The adults-erotic section requires a password that can be given upon free and confidential subscription.
©Gay Globe Média. Tous droits réservés/All rights reserved

gayglobeus @ November 22, 2011

Maison urbaine – Mauvaise créance – Recouvrement

Posted in: Le Point / fil de presse international | Comments Off

Maison Urbaine Inc.
André J. Saindon
Mauvaise créance: Recouvrement Cour du Québec district judiciaire de Montréal.
Cause en attente

Cote: R-9 Crédit refusé

gayglobeus @ November 21, 2011

Le nouveau film de Clint Eastwood suscite la polémique aux Etats-Unis

Posted in: Le Point / fil de presse international | Comments Off

Toutelaculture.com
J. Edgar, le dernier film de Clint Eastwood avec Leonardo DiCaprio dans le rôle titre, explore la vie publique et privée de l’une des figures les plus puissantes, les plus controversées et les plus énigmatiques du 20e siècle, J. Edgar Hoover, le fondateur du F.B.I. Évoquant dans ce film l’amour de J.Edgar pour son adjoint, Clint Eastwood suscite la polémique Outre-Atlantique. On ne peut pourtant pas dire que le réalisateur se soit engagé dans le registre de la provocation…

Sorti le 11 novembre aux Etats-Unis, J. Edgar n’a engrangé pour l’instant que de modestes recettes, mais a réveillé une vieille polémique sur l’homosexualité présumée d’une des figures les plus contestées de l’Amérique du XXe siècle. Un baiser sur la bouche, des mains qui se serrent, et des regards langoureux… On ne peut pourtant pas dire que Clint Eastwood ait forcé sur l’érotisme dans son dernier film sur le directeur-fondateur du FBI, J. Edgar Hoover, mais pour certains, c’est déjà trop.

Clint Eastwood est parvenu à raviver une querelle qui divise les historiens quant à la relation qu’entretenait Hoover avec son adjoint Clyde Tolson. Et la sortie du film a aussitôt provoqué une série de vives protestations de la part de la Société des anciens agents spéciaux du FBI et de la Fondation J. Edgar Hoover. Dans une lettre à Clint Eastwood, cette dernière parle de « distorsion monumentale » de la vérité. « Si M. Hoover était gay, cela ne serait évidemment pas un souci, mais ce n’est pas le cas », a assuré son président William Brannon au quotidien Libération.

Cependant, bien qu’il y ait peu de scènes explicites, le film d’Eastwood ne laisse pas beaucoup de doutes sur le fait que les deux hommes étaient liés par autre chose qu’une simple camaraderie. En fait, les rumeurs concernant Hoover et Tolson ont commencé dès les années 40. Les deux hommes ont partagé un logement et se sont fait enterrer côte à côte dans un cimetière de Washington. Hoover multipliait cependant en public les remarques homophobes et a renvoyé du FBI plusieurs agents soupçonnés d’être homosexuels. « Ce que l’on peut dire, c’est que les éléments dont nous disposons suggèrent que Hoover et Tolson avaient une relation intime », explique Nathaniel Frank, un historien auteur d’un livre sur les gays dans l’armée.

Durant ses multiples interventions, la fondation J. Edgar Hoover a montré du doigt le scénariste du film, Lance Black, qui a aussi écrit le script de Milk, mettant en scène Sean Penn dans le rôle du politicien californien homosexuel assassiné à la fin des années 70. « Il est clair que ce monsieur Black est un activiste et avait des arrière-pensées politiques », assure William Brannon.

Face à toutes ces attaques, Clint Eastwood a répondu avant même la sortie du film qu’il « n’avait pas l’intention de décrire une relation homosexuelle ». « Je ne sais pas si Hoover était gay, et je m’en fiche », a-t-il encore affirmé la semaine dernière. « Mais c’est un personnage entouré de mystères et c’est ce qui m’a toujours fasciné. » En effet, le film ne semble pas avoir été conçu avec l’objectif de se focaliser sur cette question en particulier. J Edgar est un film sur le pouvoir, la corruption, le secret. Il retrace la vie, la carrière, et la mort de cet agent omniscient, s’intéressant aux différents aspects de sa personnalité, avec sa part d’ombre et d’ambiguïté. Et après tout, n’est-ce pas la liberté des artistes que d’interpréter la réalité comme ils l’entendent ? N’est-ce pas justement tout l’intérêt de la fiction ? Laissons donc à Clint Eastwood, un réalisateur dont le talent n’est plus à remettre en question, le droit de présenter sa vision personnelle du personnage. D’autant qu’il nous paraît beaucoup plus intéressant d’engager le débat sur la qualité artistique du film plutôt que sur l’exactitude ou non de tel ou tel aspect biographique.

gayglobeus @ November 21, 2011

Une « baisse de vigilance » jugée « préoccupante »

Posted in: Le Point / fil de presse international | Comments Off

20minutes.fr
L’objectif de l’arrivée du Trod est bien de réussir à proposer le dépistage à un public beaucoup plus large. Car, en France, près d’un séropositif sur trois ignorerait sa séropositivité. Et les chiffres du VIH en Pays de la Loire ne sont pas encourageants : après plusieurs années de baisse, le nombre de nouveaux cas est stable depuis 2004 et remonte légèrement depuis 2009.
« En parallèle du VIH, il y a une recrudescence des cas de syphilis, chlamydia et gonocoque, trois infections sexuellement transmissibles », constate Isabelle Metreau, praticienne au CDAG de Nantes. « C’est préoccupant. C’est clairement le signe d’une baisse de vigilance de la population. Il faut donc rappeler l’importance de se protéger et de se faire dépister sans attendre en cas de pratique à risque. » Près de 200 personnes en moyenne découvrent leur séropositivité chaque année dans la région : 69 % sont des hommes, les rapports hétérosexuels sont en cause dans 54 % des cas, la découverte de séropositivité est jugée tardive dans 14 % des cas.F. B.

gayglobeus @ November 21, 2011

Concert hommage à Queen pour la bonne cause

Posted in: Le Point / fil de presse international | Comments Off

7sur7.br
Sida’sos, asbl de prévention sida/IST créée par les jeunes, pour les jeunes, organise pour la seconde fois le concert en hommage à Queen et à Freddy Mercury à Bruxelles le 21 novembre 2011. We are the champions, Bohemian Rhapsody, The show must go on… Tous ces titres du célèbre groupe Queen appartiennent désormais à l’inconscient culturel collectif.

Après un triomphe du concert pendant 3 mois à Paris, “Hommage à Queen” nous a offert deux représentations exceptionnelles à Bruxelles en juillet au profit de l’asbl Sida’sos. Suite au succès de ces deux jours de représentation, Sida’sos a décidé de réitéré l’expérience en novembre, le mois du 20ième anniversaire de la mort de Freddie Mercury (24 novembre).

L’organisation de ce type d’évènement permet à l’asbl de récolter des fonds afin de mener à bien ses actions dans les universités, hautes écoles et écoles secondaires tout au long de l’année.

gayglobeus @ November 21, 2011

Bénin : le pape achève sa deuxième visite africaine par une grand-messe Lire l’article sur Jeuneafrique.com : Bénin : le pape achève sa deuxième visite africaine par une grand-messe | Jeuneafrique.com – le premier site d’information et d’actualité sur l’Afrique

Posted in: Le Point / fil de presse international | Comments Off

Jeuneafrique.com
Le pape Benoît XVI a achevé sa visite de 48 heures au Bénin par une messe géante dans le stade de Cotonou. Bilan du deuxième voyage officiel du pontife sur le continent africain.

Fin de visite africaine pour le pape Benoît XVI, qui a quitté dimanche le Bénin peu après 16h30 locales en affirmant avoir « une estime et une affection particulières » pour l’Afrique, « une terre d’espérance » à ses yeux. Son séjour de 48 heures était le deuxième sur le continent en six ans et demi de pontificat, après celui au Cameroun et en Angola en 2009.

Avant de prendre congé de Cotonou, le pape a célébré durant deux heures une messe géante dans la matinée, devant 50 000 personnes au Stade de l’amitié, et 30 000 à l’extérieur devant des écrans géants (chiffres du Vatican).

Pendant que Benoît XVI faisait un tour d’honneur en papamobile, la foule applaudissait chaque apparition du soleil entre les nuages, lançant des « Jésus ! » ou des « Merci seigneur ! » dans une ambiance extatique. Puis, dans son homélie, le pape a invité les Africains à ne pas idolâtrer le pouvoir et l’argent, prônant la générosité envers « ceux qui sont mis de côté ».

Feuile de route à l’Église africaine

« Alors que tant de familles sont séparées, exilées, endeuillées par des conflits sans fin, soyez les artisans de la réconciliation et de l’espérance », a-t-il demandé ensuite lors de la prière de l’Angélus. La veille, à Ouidah (40 km à l’ouest de Cotonou), cœur du vaudou mais aussi du catholicisme béninois, la pape avait signé l’« exhortation apostolique » à l’issue d’une réunion avec les évêques venus de tout le continent.

Il s’agit d’une feuille de route adressée à l’Église catholique africaine pour les prochaines décennies. Dans ce texte de 135 pages, le pape demande aux catholiques de se positionner fermement sur la réconciliation, la défense de la famille et la bonne gouvernance.

Sur la question sensible du sida, où il était très attendu car l’Afrique compte quelque 70% des 34 millions de séropositifs dans le monde, Benoît XVI s’est limité à affirmer que le problème exige « une réponse médicale et pharmaceutique » mais est « avant tout éthique ». Discours moralisateur assez habituel, mais placé dans l’air du temps : samedi au palais présidentiel, Benoît XVI avait dénoncé la corruption et mis en garde contre la « revanche », « parfois violente », des peuples. Printemps arabe oblige…

Lire l’article sur Jeuneafrique.com : Bénin : le pape achève sa deuxième visite africaine par une grand-messe | Jeuneafrique.com – le premier site d’information et d’actualité sur l’Afrique

gayglobeus @ November 21, 2011

Sida : vers la fin de la pandémie ?

Posted in: Le Point / fil de presse international | Comments Off

Ladepeche.fr
En 2010, 34 millions de personnes vivaient avec le virus du sida (VIH) à travers le monde. Un chiffre record mais qui permet de nourrir quelque espoir d’une possible fin de la pandémie à court terme, explique Onusida, dans un rapport publié ce lundi. En effet, le meilleur accès au traitement contribue à réduire le nombre de décès dus à la maladie.

“Cette année change pour nous la donne: pour la première fois nous sommes capables de montrer que si l’on traite suffisamment tôt les gens, on peut réduire le nombre de nouvelles infections”, a déclaré Michel Sidibé, le directeur exécutif d’Onusida, lors d’une conférence à Berlin. “Le nombre de personnes vivant avec le VIH (virus du sida) n’a jamais été aussi important, principalement en raison d’un meilleur accès aux traitements”, rapporte l’organisation onusienne.
700 000 vies sauvées en 2010

Le rapport révèle que 50 % des malades atteints du VIH ont accès à un traitement, ce qui a permis de sauver 700 000 personnes en 2010. Cette même année, le nombre de nouvelles infections a atteint son plus bas niveau depuis 1997, avec 2,7 millions de nouvelles personnes contaminées dont 390 000 enfants. Ce chiffre constitue un recul de 21 % par rapport au pic de 1997. “Même en cette période difficile –après trois ans de crise financière–, nous continuons d’avoir des résultats: de plus en plus de pays ont vu le nombre de nouvelles infections diminuer”, s’est réjoui Michel Sidibé. “Il y a quelques années, seulement, il paraissait fantaisiste d’annoncer la fin de l’épidémie de sida à court terme, mais la science, l’appui politique et la riposte communautaire commencent à produire des résultats tangibles et certains”, a-t-il poursuivi.
Obejctif : 0 nouvelle infection d’ici 5 ans

L’an dernier, 1,8 million de personnes sont mortes des suites du sida, un chiffre en baisse par rapport au pic de 2,2 millions de morts enregistré au milieu des années 2000. Pour les cinq prochaines années, des investissements judicieux peuvent aider à faire progresser la lutte contre le sida vers l’objectif “zéro nouvelle infection à VIH, zéro discrimination et zéro décès lié au sida”, espère Onusida.
Le continent african reste le plus touché

Avec 68% des malades infectées par le VIH sur son territoire en 2010, le continent africain reste le plus touché par la maladie. Dans cette région 5% des adultes vivent avec la maladie alors qu’ailleurs dans le monde le taux d’adultes malades est inférieur à 1%.

Le nombre de nouvelles personnes infectées baisse dans 33 pays, dont 22 en Afrique subsaharienne, région la plus touchée par l’épidémie. Les plus mauvais scores continuent d’être enregistrés en Afrique australe. L’Afrique du Sud compte plus de personnes malades (5,6 millions) que n’importe quel autre pays au monde. Les Caraïbes sont la deuxième région la plus touchée au monde avec 200 000 personnes vivant avec le VIH, soit 0,9% des adultes. L’Europe de l’Est est également atteinte par la maladie. 1,5 million de séropositifs y ont été recensés en 2010.

Le rapport souligne aussi que l’épidémie reste stable en Amérique du Nord et en Europe, avec 2,2 millions de personnes vivant avec le sida. Les traitements aux Etats-Unis, notamment, ont permis de réduire la mortalité des malades. Le nombre de morts est donc resté stable (30 000 en 2010) par rapport à 2001, alors que le nombre de séropositifs a augmenté de 30%.

gayglobeus @ November 21, 2011

Héma-Québec s’en prend maintenant à l’Éditeur de Gay Globe Magazine

Posted in: Le Point / fil de presse international | Comments Off

L’Éditeur et journaliste Roger-Luc Chayer, responsable des publications et médias du Groupe Gay Globe, recevait à la mi-novembre une correspondance d’Héma-Québec directement à son domicile privé, constituant ainsi une tentative d’intimidation à peine voilée à laquelle l’éditeur répondait par une campagne de presse visant à faire savoir que l’organisme d’État venait de sombrer à son plus bas, depuis l’affaire des menaces à un groupe de jeunes militants gais actifs au sein de l’Association Hémaphobia. Toutes les correspondances acheminées à Héma-Québec portant l’adresse de correspondance du groupe Gay Globe et non l’adresse résidentielle de l’Éditeur du média.

L’Éditeur avait d’ailleurs annoncé publiquement quelques jours auparavant, de même qu’à l’organisme responsable de la collecte du sang au Québec qu’il appuyait Hémaphobia dans le cadre de sa campagne visant à faire cesser l’exclusion des personnes homosexuelles du don de sang au Québec.

Dans une correspondance qu’il envoyait à Héma-Québec immédiatement aprtès la réception de la lettre à son domicile, Roger-Luc Chayer écrivait: “”Madame Allard.

Je recevais aujourd’hui dans ma boite aux lettres personnelle résidentielle, une lettre que vous adressiez à l’Éditeur du Groupe Gay Globe et il s’agit-là d’une tentative maladroite et ridicule d’intimidation qui a été dénoncée sur nos réseaux sociaux et qui le sera prochainement dans les médias nationaux et auprès des organisations de journalistes auxquelles nous appartenons.

Les correspondances qui ont été ahceminées par notre publication à Héma-Québec comportaient toutes l’adresse de correspondance de Gay Globe qui est CP 172 succ. Rosemont, Montréal, H1X 3B7.

Or, vous nous écriviez votre lettre et l’acheminiez à la résidence privée de l’Éditeur de Gay Globe et signataire de ce message, afin probablement de démontrer comme les mafieux et les pègreux de ce monde que vous connaissez l’adresse personnelle d’un membre du personnel du média. Il s’agit d’une première pour nous, après plus de 18 ans d’enquêtes journalistiques. Même les pires fraudeurs et criminels de notre société n’utilisent pas ce stratagème. Héma-Québec n’a pas les mêmes scrupules il faut croire.

D’une part, nous vous informons que les tentatives d’intimidation contre les journalistes sont prohibées par le Code criminel canadien, que ces gestes seront rapportés aux organisations auxquelles nous adhérons comme l’Association Canadienne des Journalistes, l’Intestigative Reporters and Editors des États-Unis et la Fédération Européenne de Presse. Nous informerons aussi Journalistes sans Frontières de vos actes.

Nous vous invitons vivement à ne pas répéter de tels gestes, vous auriez la même réaction si nous nous mettions à vous envoyer nos récriminations à votre adresse personnelle et résidentielle, en ignorant volontairement l’adresse de votre lieu de travail indiquée dans vos correspondances. Nous vous invitons aussi à vous EXCUSER pour ce geste intimidant, qui n’aura aucun effet je vous l’assure sur le support que nous offrons à Hémaphobia, au contraire!

Dans l’attente de vos excuses, veuillez accepter l’expression de notre plus vive désapprobation.””

Héma-Québec se refusant à tout commentaire ou excuses.

-30-

Références: Roger-Luc Chayer info@gayglobe.us

gayglobeus @ November 18, 2011

Record absolu avec l’édition “Doris Day” de Gay Globe Magazine

Posted in: Le Point / fil de presse international | Comments Off

Gay Globe Magazine, publication spécialisée et orientée principalement vers la communauté gaie canadienne et francophone annonce qu’un record de tous les temps a été battu avec l’édition numéro 79, sortie le 1er novembre 2011 en kiosques et sur le Web, dont la couverture et un dossier important étaient consacrés à l’actrice et chanteuse américaine Doris Day, le tout dans le cadre de la Journée Mondiale du SIDA du 1er décembre et la sortie du nouveau CD de la star “My heart”.

L’édition spéciale a été téléchargée à plus de 20,000 reprises en l’espace d’une seule semaine, et le mois ne faisait que commencer. Il est donc prévu qu’à la fin de son cycle habituel de 30 jours, la revue aura été téléchargée entre 50,000 et 100,000 fois et associée à la version papier, Gay Globe Média conforte sa position de premier média gai québécois loin devant ses compétiteurs.

L’édition spéciale est actuellement disponible sur le site Internet de Gay Globe Média (http://www.gayglobe.us) et propose une couverture absolument unique et spectaculaire à tel point que des laminages ont été faits et un tirage oprganisé par la publication effectué.

-30-

Références: Roger-Luc Chayer, Éditeur info@gayglobe.us

gayglobeus @ November 18, 2011

Jamel Debbouze : ”J’avais parfois l’impression d’être moi-même un homosexuel”

Posted in: Le Point / fil de presse international | Comments Off

Purepeople
Si certains humoristes se contentent de faire rire, ce n’est certainement pas le cas de Jamel Debbouze. Non. Jamel Debbouze sait faire pleurer de rire des salles entières mais n’en oublie pas pour autant de rester un artiste engagé. Après sept ans d’absence, Jamel était de retour au Casino de Paris puis au Palais des sports, avec son dernier spectacle Tout sur Jamel, où il a fait salle comble à chaque fois, comme en tournée. Demain, mercredi 16 novembre, il sortira le DVD de ce spectacle exceptionnel et sera à l’Apple Store puis au Comedy Club pour parler de son absence mais aussi son spectacle.

Suivez l’actualité de Jamel Debbouze sur Facebook

A cette occasion, notre Jamel national a décidé d’être à nouveau là où on ne l’attend pas. Et cette fois-ci, c’est en couverture de Tétu – disponible en kiosques demain mercredi 16 novembre – que l’on retrouve l’humoriste de 36 ans. Il se livre sans langue de bois.

Papa d’une petite Lila, depuis le 28 septembre, et de Léon, 3 ans – tous deux nés de son amour avec son épouse Melissa Theuriau -, Jamel vit à 200 à l’heure. En couverture de Tétu, Jamel est fier et ne se cache pas : “Je suis fier, très fier.” Lorsque le journaliste lui demande s’il a tenu au courant son épouse ainsi que ses parents, ce dernier ne peut s’empêcher de plaisanter : “Eh, doucement : j’ai pas encore fait mon coming out !”

Mais ce “coming out”, il l’a vécu en quelque sorte lorsqu’il a dû annoncer à son père qu’il voulait faire du théâtre. Il raconte : “Au moment où j’ai dit à mon père ‘Je veux être comédien’, c’était comme si je lui avais balancé ‘papa, je suis homosexuel’. Il m’a jeté !”

Aujourd’hui, Jamel est un humoriste accompli mais aussi un producteur et un chasseur de talents exceptionnel. Celui qui a ouvert le Comedy Club s’apprête même à produire un jeune humoriste homo. Il explique : “Pour le moment, il écrit. Ce mec a une histoire bouleversante. Il est gay, maghrébin, habite dans une cité à Marseille. Il a souffert le martyre, son père a essayé de l’écraser avec une voiture ! Et c’est l’un des mecs les plus drôles que j’ai rencontrés dans ma vie. Il dédramatise tellement. C’est la force des grands comiques. Comme Charlie Chaplin, qui a fait rire la terre entière avec un clochard.”

Conscient que dans la culture maghrébine, l’homosexualité est loin d’être encore acceptée, il confie : “Il est maghrébin, et chez nous, la sexualité c’est plus que tabou, c’est ‘ta-bouche’ ! Ferme ta bouche ! On ne parle pas de sexe à la maison.” Il ajoute à ce sujet : “J’ai grandi avec des copains qui n’ont jamais pu révéler leur homosexualité parce qu’ils vivaient dans les ‘quartiers’… Je vais te dire, quand j’étais jeune j’avais parfois l’impression d’être moi-même un homosexuel. J’étais exclu. Je devais justifier ma présence tout le temps. On me faisait sentir ma différence.”

Partisan du mariage homosexuel, Jamel Debbouze n’hésite pas à plaisanter : “Attends, vous avez votre fête ! On n’a pas tous notre pride. Le jour où il y aura une Arabe Pride, je serais content. Tu me verras sur un char !”

Il revient sur le Maroc cher à son coeur qui, pour lui, “part de très loin” au sujet de la question de l’homosexualité, qui est encore passible de trois ans de prison. “On appelle le Maroc la ‘petite Thaïlande. Certains garçons marocains sont dans une telle misère qu’ils sont obligés d’offrir leur cul. Ce qu’il faut combattre c’est la pédophilie, pas l’homosexualité”, confie-t-il.

Et notre séduisant Jamel a-t-il déjà été dragué par un homme ? Il répond : “Un milliard de fois !”

Vous retrouverez Jamel Debbouze à l’affiche d’Hollywoo avec Florence Foresti le 7 décembre mais aussi dans Sur la piste du Marsupilami le 4 avril. Enfin, l’humoriste jouera le rôle de juré dans Top Chef.

gayglobeus @ November 15, 2011

Cameroun: Un maître-chanteur arnaque des gays sur internet

Posted in: Le Point / fil de presse international | Comments Off

Têtu.com
«Depuis quelques semaines, il prévaut dans la ville de Yaoundé au Cameroun un climat de peur et d’inquiétude parmi la communauté homosexuelle.» Le communiqué d’Alternatives Cameroun et Humanity First Cameroon résume ainsi l’impact des «guet-apens sur les sites de rencontre gay suivis d’arnaques», qui sont devenus «monnaie courante» et s’opèrent avec la «complicité de certains éléments des forces de l’ordre».

L’un des hommes qui sévit sur les sites de rencontre et les réseaux sociaux fait particulièrement parler de lui. «En octobre dernier, Alternatives Cameroun et Adefho (Association de défense de l’homosexualité) recevaient un courrier en signe d’alerte sur ce profil suspect, sur Gay Romeo. Nous avons immédiatement fait suivre à nos contacts locaux», indique Joseph, un militant de l’Adefho.

Harcelés et rackettés pendant des semaines
D’après le site de RFI, qui a rencontré plusieurs victimes, l’arnaqueur fixe rendez-vous «toujours à proximité d’un commissariat de police ou d’une brigade de gendarmerie pour mieux» piéger les gays. «Il se présente alors comme un officier de marine mandaté par les autorités et menace ses interlocuteurs de les dénoncer pour homosexualité (…) s’ils refusent de le payer».

C’est ainsi que le 8 novembre un jeune homme de 28 ans a été piégé, avant d’être libéré le lendemain avec l’aide de Humanity First Cameroon et d’Alternatives Cameroun. Mais pas seulement. Le maître chanteur a «signé un reçu attestant qu’il a perçu 70 000 francs CFA de la famille (de la victime), avec son nom et son numéro de carte nationale d’identité», assure Jules Charles Eloundou Atamba, président de Humanity First Cameroon.
«Plusieurs de ces victimes (…) racontent ainsi avoir été harcelées, rackettées, des semaines durant, par leur agresseur, poursuit RFI. Ce dernier opère, toujours selon des témoins, en complicité avec des gendarmes et des policiers pour les menacer de détention si ses victimes refusent de payer.»

Un profil de prévention
Les associations rapportent entre une dizaine et une vingtaine de gays qui ont été bernés et se sont manifestés. Humanity First Cameroon, qui répertorie et documente les cas, diffuse l’identité, la photo et les différents numéros de l’arnaqueur, et consacre ses séances de sensibilisation sur les dangers d’Internet à ses «pratiques infâmes». En outre, elle annonce qu’un homosexuel de Yaoundé a créé un profil de prévention sur «Planetromeo, site que fréquente la majorité des gays ici». Problème: «Il y a une bonne partie de gays qui ne viennent pas dans les associations, et aussi quand bien même vous les sensibilisez sur Internet, ils vous envoient balader», déplore Jules Charles Eloundou Atamba.

Alternatives Cameroun et Humanity First Cameroon appellent à l’«incarcération effective» des maîtres-chanteurs et demandent une nouvelle fois l’abrogation de l’article 347 bis du code pénal», qui rend l’homosexualité passible de cinq ans de prison, favorisant de fait les «abus».

gayglobeus @ November 15, 2011

Co-infection VIH-tuberculose : nouvelles recommandations de prise en charge

Posted in: Le Point / fil de presse international | Comments Off

Newspress
Une étude de l’Agence Nationale de Recherches sur le Sida et les Hépatites Virales (ANRS) en partenariat avec les National Institutes of Health (NIH) américains montre que les traitements antirétroviraux du VIH doivent être débutés deux semaines seulement après l’initiation des antituberculeux. Ces travaux menés au Cambodge et publiés dans la revue New England Journal of Medicine vont justifier une révision des recommandations de l’Organisation Mondiale de la Santé en 2012. La mise en place rapide de mesures découlant de ces résultats pourrait réduire de 50 à 100 000 le nombre de décès annuels.

Le VIH affaiblit le système immunitaire et rend les malades particulièrement vulnérables aux infections et notamment à la tuberculose. Selon l’OMS, environ 1,37 million de personnes dans le monde sont atteintes par cette double infection responsable chaque année de 456 000 décès, soit environ un quart des décès parmi les patients co-infectés.

Un traitement simultané délicat

Le VIH est parfois dépisté de façon fortuite chez des personnes qui consultent pour une tuberculose. Le traitement des patients co-infectés par le VIH et la tuberculose est toutefois délicatcar chacun des traitements peut provoquer des effets secondaires, il existe des interactions importantes entre les différentes classes de médicaments et le nombre de comprimés à prendre est élevé. Par ailleurs, le traitement simultané des deux infections peut entraîner rapidement une exacerbation des réactions immunitaires (réactions paradoxales). C’est pourquoi l’OMS recommandait en 2009 d’attendre 8 semaines après l’instauration du traitement antituberculeux.

Deux semaines améliorent la survie

L’étude promue par l’Agence Nationale de Recherches sur le Sida et les Hépatites Virales (ANRS) et les NIH américains, à laquelle ont participé de nombreuses équipes de l’Institut Pasteur et de l’Inserm, remet en cause ce délai. Les auteurs ont montré que commencer les antirétroviraux de façon précoce après le début des médicaments antituberculeux améliore nettement la survie des patients. Pour cela, 661 patients co-infectés par le bacille de Koch responsable de la tuberculose et par le VIH ont été recrutés dans cinq hôpitaux du Cambodge entre 2006 et 2010. Ils étaient tous immunodéprimés, c’est-à-dire avec un système immunitaire fonctionnant à très bas régime. La moitié d’entre eux a commencé les antirétroviraux deux semaines après les antituberculeux et l’autre moitié huit semaines après. Dans le groupe ayant reçu un traitement précoce le risque de décès a été réduit de 34 % par rapport au groupe ayant reçu un traitement antirétroviral différé.

Révision des recommandations de l’OMS

“Les résultats de cet essai sont clairs et vont justifier une révision des recommandations de l’OMS en 2012, conclut Jean-François Delfraissy, directeur de l’ANRS et de l’Institut microbiologie et maladies infectieuses d’Aviesan, pour réduire la mortalité il faut débuter le traitement antirétroviral de façon précoce.”

gayglobeus @ November 15, 2011

De plus en plus de Grecs touchés par le VIH

Posted in: Le Point / fil de presse international | Comments Off

Slate.fr
Plus pauvres, les Grecs sont aussi de plus en plus vulnérables au virus du sida. «D’ici à la fin 2011, le nombre de personnes atteintes par le VIH pourrait augmenter de 60%», rapporte Reuters. Déjà de janvier à mai 2011, on dénombrait 384 nouveaux cas, soit 50% de plus que l’année précédente à la même période.

Jusqu’ici, en Grèce, le virus du sida touchait surtout les homosexuels ayant eu des relations non protégées. Or désormais, le nombre d’hétérosexuels infectés est en forte hausse.

L’explication est à trouver dans la consommation de drogue qui est, comme celle des anxiolytiques, en forte hausse. L’augmentation de la prostitution est aussi en cause.

Sans parler «du fait que quand les temps sont rudes, les personnes qui se droguent préfèrent s’injecter de l’héroïne plutôt que de fumer ou de sniffer, car ils sont assurés d’en avoir plus pour leur argent en utilisant une aiguille», selon des chercheurs français évoqués par l’article.

Le gouvernement grec envisagerait de fortement réduire sa contribution au traitement des patients. Pour se soigner, une personne atteinte du sida devra donc payer de sa poche. 400 euros par mois.

gayglobeus @ November 15, 2011