CES PARADIS HOMOPHOBES

Wikipédia

Trinité-et-Tobago est un État insulaire des Caraïbes situé dans
la mer des Antilles, au large du Venezuela. Membre du Commonwealth,
la langue officielle en est l’anglais. Sa capitale est
Port-d’Espagne. Trinité-et-Tobago est composée de deux îles distantes
de 32 km l’une de l’autre: Trinité et Tobago dont Scarborough
est le chef-lieu.
Réunies depuis 1889 sous une même administration coloniale et
obtenant l’indépendance en 1962 au sein du Commonwealth, Trinité
et Tobago sont les îles les plus méridionales de la Caraïbe.
Ces îles des Antilles sont localisées à 12 km au large du Venezuela,
à proximité du golfe de Paria. Les principales villes sont Portd’Espagne
avec 50 076 habitants, San Fernando (30 115 habitants)
et Arima (29 483 habitants). L’État compte plus de 1,3 million
d’habitants. La principale agglomération est l’East-West Corridor
qui regroupe 41 % de la population. Le pays est occupé par trois
chaînes de montagnes dans la partie nord qui sont la continuité de
la cordillère vénézuélienne, Northern Range et Southern Range.
L’altitude maximale du pays est atteinte au Cerro del Aripo qui
culmine à 940 mètres.
En 2015, la population de Trinité-et-Tobago est estimée à 1 222 363
habitants. La plupart (94,2 %) communique en anglais. La densité
de la population est, en 2011, d’environ 263 hab./km2. Le taux de
fécondité est estimé à 1,71 enfant par femme. Le taux de mortalité
est proche de 8,1 ‰ tandis que le taux de mortalité infantile à 24,4
‰. L’espérance de vie est d’environ 70 ans. Le taux d’homicides a
été en 2008 de 44,3 pour 100 000 habitants. Le taux d’urbanisation
reste faible (50,8 %) par rapport à la moyenne sud-américaine.
Avec un PIB de 20,38 milliards d’euros en 200910, Trinité-et-Tobago
est l’un des États les plus dynamiques de l’espace Caraïbe
grâce à l’essor, depuis 1907, de son secteur pétrolier. Malgré certaines
difficultés dues au premier choc pétrolier (1973), il connaît au
XXIe siècle une situation florissante grâce aux nouveaux investissements
étrangers. La quasi-totalité de la population est alphabète
(99,7 % des hommes et 99,6 % des femmes). Deux universités
publiques sont présentes à Trinidad-et-Tobago : l’Université des
West Indies (UWI) et l’Université de Trinidad-et-Tobago (UTT). Trinité-
et-Tobago est membre : de l’ONU (Organisation des Nations
unies), de l’OEA (l’Organisation des États américains), de l’AEC
(Association des États de la Caraïbe), de la CARICOM (Communauté
caribéenne) et du Commonwealth.
Le créole trinidadien à base lexicale française, proche du créole
guadeloupéen et du créole martiniquais, est aujourd’hui peu
employé et, de là, moins compris. Cependant, des personnes
le parlent encore couramment dans certains villages du nord de
l’île. Il y a aussi des créoles à base lexicale anglaise. Ce sont le
créole trinidadien à base lexicale anglaise et le créole tobagodien.
Au XIXe siècle, une forte immigration indienne fut organisée pour
remplacer les esclaves dans les plantations. En conséquence, la
culture trinidadienne comporte un important héritage indien. Il se
retrouve notamment dans la musique et la cuisine.
L’homosexualité est interdite dans l’état de Trinité-et-Tobago. Pour
un acte homosexuel de sodomie, les personnes l’ayant pratiqué
peuvent être condamnées à 25 ans de prison. Pour les autres pratiques,
la peine est de 5 ans.