Les couples de même sexe et l’orientation sexuelle… en chiffres

Statistique Canada

Les couples de même sexe à l’échelle du Canada

Les données de recensement sur les couples de même sexe légalement mariés ne sont offertes que pour 2006 et 2011, puisque les mariages entre personnes de même sexe ont été légalisés en 2005 au Canada.

Selon le recensement, le nombre de couples de même sexe mariés a presque triplé entre 2006 et 2011, tandis que le nombre de couples de même sexe en union libre a crû de 15,0 %.

Par conséquent, les couples mariés représentaient environ 3 couples de même sexe sur 10 en 2011, soit près du double de la proportion de 16,5 % observée en 2006.

  • 64 575 — Le nombre de familles composées d’un couple de même sexe en 2011, en hausse de 42,4 % par rapport à 2006.
  • 21 015 — Le nombre de couples de même sexe mariés.
  • 43 560 — Le nombre de couples de même sexe vivant en union libre.
  • 0,8 % — La proportion de tous les couples en 2011 formés par des couples de même sexe.
  • 54,5 % — La proportion de couples de même sexe formés par des hommes.
  • 45,5 % — La proportion de couples de même sexe formés par des femmes.
  • 25,3 % — La proportion de l’ensemble des couples de même sexe formés par des couples mariés et des couples vivant en union libre qui sont âgés de 15 à 34 ans.
  • 17,5 % — La proportion de l’ensemble des couples de sexe opposé formés par des couples mariés et des couples vivant en union libre qui sont âgés de 15 à 34 ans.
  • 6,2 % — La proportion de l’ensemble des couples de même sexe formés par des couples mariés et des couples vivant en union libre qui sont âgés de 65 ans et plus.
  • 17,8 % — La proportion de l’ensemble des couples de sexe opposé formés par des couples mariés et des couples vivant en union libre qui sont âgés de 65 et plus.
  • 45,6 % — La proportion de tous les couples de même sexe au Canada qui habitent à Toronto, à Montréal et à Vancouver.
  • 33,4 % — La proportion de tous les couples de sexe opposé au Canada qui habitent à Toronto, à Montréal et à Vancouver.

Sources : « Recensement de la population de 2011 : Familles, ménages, état matrimonial, type de construction résidentielle, logements collectifs », Le Quotidien, le mercredi 19 septembre 2012; Recensement de 2011, Portrait des familles et situation des particuliers dans les ménages au Canada.

Source de données : Situation conjugale et situation de sexe opposé ou de même sexe, sexe et groupes d’âge pour les personnes vivant en couple dans les ménages privés du Canada, provinces, territoires et régions métropolitaines de recensement, Recensement de 2011.


Les parents de même sexe

Depuis 2001, dans le cadre du recensement, les enfants vivant avec leurs deux parents pouvaient être considérés comme vivant avec des parents formant un couple de sexe opposé ou un couple de même sexe.

  • 7 700 — Le nombre d’enfants âgés de 24 ans ou moins vivant avec des parents de même sexe (femmes) en 2011.
  • 1 900 — Le nombre d’enfants âgés de 24 ans ou moins vivant avec des parents de même sexe (hommes) en 2011.

Source : « Une diversité qui perdure : le mode de vie des enfants au Canada selon les recensements des 100 dernières années », Documents démographiques, diffusé le mardi 29 avril 2014.

Source de données : Situation conjugale, situation de sexe opposé/même sexe et présence d’enfants pour les familles de recensement comptant un couple dans les ménages privés du Canada, provinces, territoires et régions métropolitaines de recensement, Recensement de 2011.


L’orientation sexuelle

Le cycle 2.1 de l’Enquête sur la santé dans les collectivités canadiennes constitue la première enquête de Statistique Canada à comporter une question sur l’orientation sexuelle.

  • 1,7 % — Le pourcentage des Canadiens âgés de 18 à 59 qui ont déclaré en 2014 qu’ils se considèrent être homosexuels (gay ou lesbienne) en 2014.
  • 1,3 % — Le pourcentage des Canadiens âgés de 18 à 59 ans qui ont déclaré en 2014 qu’ils se considèrent être bisexuels en 2014.

Plusieurs concepts peuvent être utilisés pour mesurer l’orientation sexuelle. Ces concepts comprennent le comportement (le ou les partenaires du répondant sont de même sexe ou de sexe opposé) et l’identité (le répondant juge qu’il a une orientation hétérosexuelle, homosexuelle ou bisexuelle).

L’ESCC utilise le concept de l’identité. Les données d’autres pays suggèrent que le nombre de personnes qui se déclarent homosexuelles est beaucoup plus faible que le nombre de personnes qui ont déclaré avoir eu des relations sexuelles avec une personne du même sexe. Cependant, les personnes sont plus enclines à répondre à des questions portant sur l’identité plutôt que sur le comportement.

Sources : Enquête sur la santé dans les collectivités canadiennes et « Enquête sur la santé dans les collectivités canadiennes », Le Quotidien, le mardi 15 juin 2004.

  • 1 % — La proportion de Canadiens âgés de 18 ans et plus qui se sont identifiés comme homosexuels (gay ou lesbienne) dans l’Enquête sociale générale – victimisation en 2009.
  • 1 % — La proportion de Canadiens âgés de 18 ans et plus qui se sont identifiés comme bisexuels dans l’Enquête sociale générale – victimisation en 2009.

Source : Enquête sociale générale – victimisation.


Les soins de santé

  • Environ le même — Le taux de personnes homosexuelles et bisexuelles qui ont eu une consultation avec un médecin de famille au cours des 12 derniers mois, par rapport aux personnes hétérosexuelles.
  • Environ le même — Le taux de personnes homosexuelles et bisexuelles qui ont eu une consultation avec un médecin spécialiste (comme un chirurgien, allergologue, orthopédiste, urologue/gynécologue ou psychiatre) au cours des 12 derniers mois, par rapport aux personnes hétérosexuelles.
  • Environ le même — Le taux de personnes homosexuelles et bisexuelles qui ont eu une consultation avec un médecin de famille ou un médecin spécialiste (comme un chirurgien, allergologue, orthopédiste, urologue/gynécologue ou psychiatre) au cours des 12 derniers mois, par rapport aux personnes hétérosexuelles.
  • Plus probable — Que les personnes homosexuelles et bisexuelles ont eu une consultation avec un psychologue au cours des 12 derniers mois, par rapport aux personnes hétérosexuelles.
  • Moins probable — Que les personnes homosexuelles et bisexuelles ont un médecin régulier, par rapport aux personnes hétérosexuelles.
  • Plus probable — Que les personnes homosexuelles et bisexuelles ont estimé avoir eu besoin de soins de santé au cours des 12 mois précédents, mais n’en ont pas reçu, par rapport aux personnes hétérosexuelles.

Source : Enquête sur la santé dans les collectivités canadiennes, 2014.

Vous pouvez aussi consulter : « Étude : Utilisation des services de santé par les gays, les lesbiennes et les bisexuels au Canada », Le Quotidien, le mercredi 19 mars 2008.


Les personnes actives et le stress

  • 53,8 % — La proportion de personnes homosexuelles et bisexuelles qui ont déclaré avoir été au moins modérément actives du point de vue physique en 2014 — environ la même proportion que les personnes hétérosexuelles (53,6 %).
  • 33,4 % — La proportion de personnes homosexuelles et bisexuelles qui ont déclaré que la plupart de leurs journées étaient assez ou extrêmement stressantes — proportion nettement plus élevée que celles des personnes hétérosexuelles (26,7 %).

Source : Enquête sur la santé dans les collectivités canadiennes, 2014.


L’évolution des questions

Les temps ont changé… de même que les questions posées par l’organisme statistique national du pays.

Statistique Canada s’est donné beaucoup de mal afin de garantir que ses questions, y compris celles liées à l’orientation sexuelle, soient pertinentes et plausibles.

En présentant des questions ciblées à des populations précises, Statistique Canada a découvert que la relation positive entre l’organisme et divers groupes et individus, combinée aux garanties d’anonymat, a contribué à rendre les répondants très à l’aise avec le cadre d’entrevue.

Grâce à ce rapport de confiance, les répondants se sont montrés disposés à révéler des détails sur leur vie et ont répondu aux questions avec franchise.

Les consultations sur des questions visant des populations spécialisées ont aussi fourni plusieurs interprétations utiles par rapport aux points étudiés.