CULTURE #177


Massimo Agostinelli fera danser à Tangente la semaine prochaine!

Le célèbre danseur-chorégraphe qui aura su ravir nos coeurs en entrevue à RG (RG Mai 1994) présentera deux de ses oeuvres à la salle Tangente du 22 au 25 mai prochain. "Oneiros", dérivé d'un mot grec signifiant rêve, est une chorégraphie basée sur les rêves de l'enfance de Massimo. Ces rêves, comme chez la plupart des enfants, étaient très vifs et quelques fois terrifiants. Beaucoup de ces images l'ont accompagné jusqu'à l'âge adulte. Aujourd'hui, ces rêves et images effrayantes sont des réponses merveilleuses et réconfortantes aux questions que le chorégraphe se pose sur lui-même. Les danseurs Maryse Carrier, Paryse Mongrain et Patrick lamothe accompagneront des projectins vidéo qui donneront surement à cette oeuvre une dimension encore plus touchante.

L'autre pièce au programme, "Marguerite", a été créée en utilisant le styule théatrale bouffon et la danse. Avec l'exagération des intentions et du mouvement théatrale, le personnage solitaire de cette chorégraphie interagit avec les êtres de son imaginaire. Cette pièce a été concue sur mesure pour le danseur Sylvain Brochu.

À noter que MAssimo Agostinelli oeuvre à titre de chrégraphe depuis 14 ans (vu son jeune âge, il a surement commencé à 3 ans!?!). Depuis 1992, il est directeur artistique et chorégraphe de la troupe Tanz Danse du CEGEP Montmorency. Il entreprendra l'été prochain, à Londres, un stage de bouffon avec Philippe Gaulier. Pour ceux qui n'auraient pas encore vu le court metrage de l'ONF mettant en vedette Massimo dans un rôle de concierge rêveur, dites-vous qu'agostinelli est le danseur le plus rigolo qu'il m'ait été donné de voir!


Le pianiste Joubert encore une fois reconnu pour son talent!

C'est en effet lors de la journée d'information et d'inscription pour le Camp de jour du Conservatoire de musique de McGill, le 5 avril dernier, que le jeune pianiste a offert aux persoinnes présentes un magnifique mini-récital. Le but de ce dernier était de ramasser des fonds pour le camp et il ne fait aucun doûte que Joubert aura grandement contribué à prouver que le camp visait haut. Toutes les personnes désireuses de profiter des enseignements de ce camp musical d'été, peu importe l'âge, peuvent s'inscrire directement auprès de Monsieur Joubert au 276-8776. Un transport sera offert gratuitement à partir du Centre-ville de Montréal.


René Simard et Marie-Josée Taillefer ont la mémoire courte...

Un membre de notre communauté demandait dernièrement à ces deux artistes connus du Québec une aide financière minime (250$) pour l'aider à financer un évenement international auquel il était invité. Nous sommes tous d'accord, tout le monde est libre d'accepter ou de refuser d'aider qui que ce soit et personne ne jugera une telle décision. Toutefois ce qui est préoccupant, c'est que malgré deux lettres et 4 appels téléphoniques, les deux prestigieuses et richissimes stars de la télévision ne daignent même pas répondre ou accuser réception.

En effet, dans la première lettre, l'athlète demandait une aide mais si la chose était impossible il se serait contenté d'encouragements... Rien, pas un mot, le vide. Est-ce que le petit couple aurait déjà oublié d'où venait leur fortune? Mais oui, tous les billets pour les spectacles de ce cher René, toutes les cassettes vidéos du mariage de la petite princesse Marie-Josée, Les livres de recette qu'on achète après avoir regardé son émission de télévision quotidienne à TVA, ça vient des poches de quelqu'un ça? Du public non?! De celui là même qui aujourd'hui leur demande une aide de 250$?!?

On a la mémoire courte chez les Simards!


Le Journal gai français CAFE ferme "temporairement"!

Un nouveau journal qui venait de faire son apparition "Café", publié par les gens de Gai-Pied annoncait à ses collaborateurs dernièrement qu'à peine rendu au no.4 (2 mois), il fallait fermer temporairement question de restructurer.

Le groupe n'en est pas à ses premières armes dans l'art de fermer boutique en catastrophe. Gaipied Hebdo rendait l'âme il y a quelques années pour de prétendus problèmes administratifs. Cette fois-ci, les correspondants internationaux de même que les collaborateurs réguliers n'ont reçu qu'une courte lettre les remerciant de leur implication dans la communauté gaie, de leur confiance dans "Café" et dans l'aventure du journal. On poussait même l'insulte jusqu'à souhaiter le retour de tous les journalistes à l'automne pour poursuivre l'oeuvre commencée. Curieusement, la lettre ne parlait pas des salaires non versés depuis 2 mois ni de tous les abonnements et des publicités payées pour rien. Décidemment, on a une drôle de façon de développer les liens de confiance chez Gaipied!